Quelles seront les conséquences de la décision de M. Trump de retirer les troupes américaines de Syrie?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

97 contributions

  1. Garance dit :

    Si je faisais du complotisme de bas étage je dirai que Donald fait ce que Vladimir lui ordonne because…
    Where is the fuck.

  2. Yannus dit :

    C’est honteux !
    Que peut faire Macron pour portéger les Kurdes?

    • jyb dit :

      @yannus
      Sanctions contre la Turquie au conseil de sécurité… gb et france votent pour. Usa Russie et chine s’abstiennent.
      Erdogan se demerde avec son peuple bien aimé.

    • Auguste dit :

      Ils les a invités à l’Elysée.

    • dolgan dit :

      Entrainement, fourniture d’arme , soutien politique (vs erdogan, vs bachar), fourniture de renseignements, pression sur les partenaires européens pour les reveiller (je les vois bien dans 6 mois pleurer contre la vague d’immigration, mais c’est maintenant que ça se joue), lobbying auprès de nos alliés américains (pas Trump, mais tous les autres politiques américains), bombardement de fanatiques ayant prêté allégeance à la turquie. Soutien militaire sur le front sud contre Daesh /Bachar (Soyons fous, on peut même imaginer qu’on soutienne les irakiens dans une intervention en Syrie pour finir l’EI. C’est très peu probable cela dit).
      .
      J’en oublie surement.
      .
      En fait politiquement, la position de Trump est très faible aux USA. Il n’est pas encore certain qu’il puisse offrir à Erdogan tout ce qu’il lui a promis. Le retour à la case départ n’est pas à exclure.

  3. FredericA dit :

    « Make America great again »… really?

  4. Parabellum dit :

    Trump fait ce qu IL a promis : IL se désengage des théâtres lointains qu il estime devenus coûteux et inutiles à la sécurité us et IL applique en fait l autre politique américaine celle de l’isolationnisme qui etait celle de Jefferson wilson et Roosevelt pendant longtemps. Ok ca veut dire zéro mort et la phrase de Trump dit cela. IL a un Arsenal intercontinental et vend des f 35 partout…nous on continue dans cette région en mémoire du mandat Syrie libanais ? Quel bénéfice de continuer la bas pour la france..on y envoie des hommes depuis un demi siècle et ça change quoi ?

  5. Dedieu dit :

    Les russes se sont engagés à protéger le territoire israélien, avec les turcs et les iraniens, ils parainent un processus de règlement politique du conflit, nous ne pouvons qu’espérer leur réussite. Pouvons nous encore participer à la paix et la reconstruction? Ce serait dans notre intérêt.

    • Yannus dit :

      On pourrait déjà renvoyer les réfugiés en Syrie puuisque la guerre est gagnée.
      Pour les tunes de la reconstruction, je propose de verser la somme prévue au budjet OPEX des armées.

      • G. dit :

        Mais il n’y a pas tant que Syriens que ça dans les réfugiés, en pratique (il y en a un nombre non négligeable, bien sûr, mais je ne crois pas qu’ils forment la majorité des émigrés).

        • Yannus dit :

          Oui,
          Mais le principe du droit d’asile, c’est d’accorder la sécurité aux réfugiés jusqu’à ce que la paix revienne.
          Puisque la guerre est finie et que la paix est donc revenue (dixit Trump) il est temps que les réfugiés reviennent chez eux.
          Comme dirait Patrick Timsit, t’as pas de sécu, t’es pas malade.

          • dolgan dit :

            la paix n’est pas revenue et c’est pas pour demain.
            .
            Bachar a été clair sur le sort qu’il réserve à ceux qui reviendraient. Le principe des réfugiés, c’est qu’on les renvoie pas vers une mort certaine.

  6. Euro-atlantisme ? Non merci dit :

    Je trouve assez savoureux d’évoquer « l’honneur des États-Unis ».

  7. Yannus dit :

    On devrait claquer la porte à l’OTAN.
    Mettre notre véto à l’Ukraine et marchander la levée des sanction avec la Russie.

    • Leroy dit :

      Oui, il faut quitter l’alliance intégrée et revenir à la situation antérieure. Il faut rouvrir notre ambassade à Damas, car on ne peut pas effacer 20 millions de syriens comme on l’a fait au prétexte qu’ils votent Assad – quand ils en ont l’occasion, presque jamais (mais sur ce sujet je ne suis pas certain que l’on puisse donner des leçons). Pour l’Ukraine, il faut admettre que la Crimée est russe – pour mémoire, la bataille de Sébastopol fut menée contre la Russie – et détacher un groupement tactique blindé à Kosice (Slovaquie) prêt à entrer en Ruthénie (prise de gages territoriale en contrepoint) si les russes progressent encore dans le Dombas. Cela sans l’avis de l’OTAN : politique du fait accompli.

  8. Fred dit :

    Libre à l’Europe d’y aller.

  9. Raymond75 dit :

    Comme d’habitude, les Kurdes seront abandonnés.

    • Bangkapi dit :

      Vous avez probablement raison Raymond.
      Mais c’est pas vous qui vouliez envoyer les militaires américains dans l’espace intersidéral ?
      Trump se contente de les faire rentrer à la maison.
      Et ainsi civils miliciens s’entretuerons avec rebelles civils au milieu de civils neutres qui en prendront plein la gueule ; c’est ballot .
      Et vous ne pourrez même pas accuser les militaires d’en être responsables : uniquement de ne pas y être sur décision des politiques.

  10. Carin dit :

    Il me semble que l’ami Trump nous fait un petit chantage…. il veut des contreparties à l’engagement de ses boys.. nos gouvernants savent de quoi il en retourne, et hésitent à ce prononcer car ce serait aller directement sur le terrain de Trump… je ne doute pas du fait que nous allons finir par y aller sur ce foutu terrain, en gros Trump veut vendre la participation américaine, à ses « amis » anglais, français, canadiens, et même kurdes et israéliens. Israël qui ne voulant pas payer à déjà indiqué qu’il ferait sans les ricains! Attendons la réponse des autres!

    • Alexis TK27 dit :

      La France, contrairement à la plupart des autres pays européens, ne dépend pas des Etats-Unis pour sa défense. Nous garantissons notre survie nous-mêmes.

      Les pressions américaines – bien plus anciennes que la présidence Trump, mais que ce dernier a amplifiées – pour se faire « payer » d’une manière ou d’une autre leur prétendue « protection » ne nous concernent pas.

      • wagdoox dit :

        C’est faux, l’armée français peut garantir la survie du pays mais pas de lutter efficacement contre les groupes terroristes ou les guerres hybrides. On a deux guerres de retard. Pourquoi croyez vous que l’état français laisse faire les espionnages éco en france. Si non les US ferme le robinet d’info militaire. C’est pour ca que la France a rien fait après la révélation sur les écoutes US du président français.

        • 341CGH dit :

          @ wagdoox
          Sur la question des écoutes (où nous ne sommes pas mauvais non plus : nous sommes surtout plus discrets) le rapport de forces n’est pas aussi simple que vous le dites.

    • Auguste dit :

      D’après ses derniers tweets,j’ai plutôt compris qu’il s’adressait aux Saoudiens,EAU et Israéliens qui le poussent à aller plus loin contre l’Iran et la Turquie.Lui les invite,s’ils veulent la guerre,a y aller,mais sans lui.Aide toi,Trump t’aidera en fournissant le matériel.Apparemment il n’a pas abandonné son idée d’un « OTAN Arabe ».

  11. Polymères dit :

    Ahhh Trump l’imprévisible…
    Effectivement cette annonce surprend, tant elle surgit du jour au lendemain alors qu’auparavant on s’assurait rester au delà de la reconquête territoriale sur daesh.
    Est-ce une volonté de Trump de satisfaire une promesse électorale? De faire des économies? On ne peut pas vraiment le savoir.
    Par contre ce que moi je pense, c’est que Washington cherche d’une certaine manière à « reconquérir » la Turquie qui lui glissait un peu des mains ces derniers temps, voir lui devenait hostile. Trump a t-il trouvé un « deal » avec Ankara, lui fait-il une fleur? Je pense bien que oui, les turcs se mobilisent déjà depuis des jours/semaines pour attaquer la zone de Manbij et l’Est de l’Euphrate, Erdogan avait même il y a plusieurs jours annoncé avoir obtenu de Trump une « autorisation » (je ne sais plus exactement le terme employé) pour agir.
    Les turcs vont bien s’enfoncer en Syrie grâce aux américains qui jusqu’à présent les en empêchaient, ils vont élargir leur contrôle et leur influence, je pense aussi qu’il est faux de penser que, comme le disent les turcs, que tout cela est temporaire, le temps de régler la question politique. Je pense que les turcs sont là pour très longtemps, qu’on risque de voir une la création à long terme d’un nouvel état (pas moins pas plus reconnu que Le Kosovo, l’Abkhazie ou la Transnistrie) sous protectorat turc soit carrément une annexion à la Turquie (j’estime que le premier cas est le plus probable).
    .
    Plus le temps passe plus se confirme ce que beaucoup voyaient venir, celle d’une Turquie se taillant de plus en plus la part du lion en Syrie du fait de divers aspects (militaire, géographique, historique, culturelle…). Si au départ tout le monde, russes comme américains voulaient faire sans elle, tous semblent céder devant la réalité géostratégique qui impose de satisfaire la Turquie et d’être de son côté plutôt que face à elle. Les russes ont été les premiers à le faire, ils étaient presque en état de guerre. La conséquence de ce rapprochement est facile à constater, la Russie a obtenue un point d’arrivée à un gazoduc (pendant que l’UE empêchait la Bulgarie de le recevoir) qu’elle finance totalement et qui profitera à la Turquie, la levée de toutes les contraintes imposées par le froid qui régnaient depuis la destruction du Su-24, mais aussi des S-400. Les turcs, eux, ont obtenus ce qu’ils voulaient depuis un moment des américains, un droit à agir en Syrie, cela a commencé au Nord d’Alep, puis Afrin ou les russes ont rebroussés chemin, enfin Idlib ou là aussi les russes ont abandonnés une opération de reconquête pour la donner aux turcs.
    Techniquement les turcs ont obtenus tout ce que les russes pouvaient leur donner en Syrie et ils n’ont plus grand chose à espérer d’eux en dehors de la diplomatie.
    Par contre pour les américains, ils avaient beaucoup à recevoir, on voit aujourd’hui que le départ américain semble être la réponse qu’ils attendaient, une autorisation à prendre la zone FDS (même si on sait que l’armée syrienne voudra elle aussi en « profiter », sauf que les turcs sont un peu mieux préparer à cette annonce rapide que les syriens (une offensive ça se prépare).
    Reste maintenant à savoir ce que les turcs donneront en contrepartie et je vois mal Trump l’avoir fait en toute générosité, lui qui se vante personnellement de vouloir chercher le meilleur « deal » pour les USA. Il y a 2 jours, on annonçait aux USA l’autorisation de vendre des missiles Patriot à la Turquie, on sait qu’ils veulent que les turcs abandonnent le S-400 et honnêtement, dans la position actuelle de la Turquie, abandonner le S-400 pour obtenir des américains ce laissez passé en Syrie, ça vaut le coup (d’autant plus qu’il y a aussi les F-35 derrière), ça emmerdera les russes, mais vu qu’ils ont tout cédé à la Turquie depuis le début, ils avaleront la pilule, le gazoduc étant un cordon économique et financier si utile à la Russie, qu’elle ne cherchera pas à perturber. Tant pis si la Turquie « rebascule » un peu plus vers les américains, ils auront essayés et ils auront réussis à placer quelques pions.
    .
    Dans la mesure ou j’attends de voir les concessions des turcs aux américains, je préfère qu’on évite l’idée que c’est une « victoire » pour la Russie. Car si pour cette dernière, le retrait des américains leur permet de se retirer une épine du pied, d’autant plus qu’idéologiquement ça reste pour eux un ennemi stratégique à combattre et contre influencer, va falloir voir ce qui viendra. Car le rôle de plus en plus important et présent des turcs, qui jouent leurs intérêts et non ceux de Moscou ou Damas voir Téhéran, qu’ils ne font pas non plus cela « contre » les américains, va peser sur la situation. Face à la Turquie, cela a été vu, l’assistance militaire russe ne sert à rien et elle est même en mauvaise position par rapport à la Turquie. La Russie risque petit à petit de perdre son rôle de clé pour régler ce conflit, elle risque de devenir qu’un simple médiateur, qui parle avec tout le monde, mais qui ne pourra satisfaire tout le monde. Ankara reste dans le fond, le soutien à l’opposition syrienne, ayant pris les armes contre Assad. Si militairement et pour partager le gâteau, les russes avaient des cartes dans les mains, politiquement l’impossibilité à proposer autre chose qu’Assad à la tête de l’état sera bloquante et le risque de voir Assad, peut être avec l’aide de l’Iran (et ses diverses milices) prendre les choses en main militairement par rapport à un blocage politique inatteignable pour Moscou, demeure important, la marginalisation des russes au profit d’une guerre d’influence turque et irano-syrienne est grande

    • Amida dit :

      « Les russes ont été les premiers à le faire,… » Evidemment: toute avancée de la Russie en Turquie s’effectue au détriment des alliés occidentaux. Sans même que cela nuise à la position de Moscou en Grèce et à Chypre. Poutine serait bien bête de faire le délicat…

  12. ji_louis dit :

    1) Trump discrédite les USA vis à vis de leurs alliés locaux ou futurs alliés, et pour longtemps. Les alliés de l’OTAN ou autres occidentaux peuvent aussi se poser la question de la fiabilité des USA en balance avec leurs intérêts.
    2) Pour un investissement somme toute assez minime, la Russie a réussi à faire élire un mégalo incompétent en géopolitique comme chef adverse, et en récolte les bénéfices un peu partout (sauf sur les prix des hydrocarbures): Un retour sur investissement très conséquent. Les français subissent aussi le talent russe en Centrafrique.
    3) Par une stratégie de long terme qui fait le dos rond aux rodomontades occidentales, l’Iran gagne du terrain, lentement, progressivement, mais assez sûrement. Et si les agissements américains leur nuisent économiquement, ils leur profitent politiquement.
    4) La Turquie mange à tous les râteliers et refait le coup des sudètes (1938) avec les islamistes. Et ça marche! Et la suite?
    5) Les « petits pays » de la région qui n’ont pas les moyens de résister militairement aux iraniens, aux turcs, voire aux saoudiens, qui sont décidés à employer la force là où les autres moyens ont échoué, peuvent se faire encore davantage de soucis. La Chine et la Russie peuvent être leurs sauveurs.
    6) Est-ce que cela sert encore de parler avec Trump, sachant qu’il peut tout à coup faire tout autre chose?

    • Badvaati dit :

      Je partage votre analyse. J’espère simplement que cet abandon de Trump de ses alliés, notamment français et kurdes, permettra d’imprimer une bonne fois pour toutes dans les esprits d’Europe de l’Ouest que les USA ne sont plus fiables ni tout-puissants et qu’il faut désormais investir et s’assurer une autonomie totale le plus vite possible (le délai se comptant en décennies, nous sommes d’accord). Peut-être de quoi pousser toutes les parties à arrondir les angles dans nos programmes majeurs de coopération comme le SCAF, et MGCS ? Espérons-le pour notre future place dans le monde.

    • John dit :

      1. Sur le premier point, pas sûr qu’il discrédite les États-Unis, mais plutôt les États-Unis dirigés par Trump. Il personnifie tellement la présidence que tout ce qui se passera dans son mandat ne sera plus vraiment considéré dans les relations internationales après sa sortie d’ici 2 / 6 ans.
      2. L’augmentation du prix du pétrole (et donc du gaz) n’est pas un avantage pour la Russie? Ils sont sauf erreur largement exportateur, donc cette augmentation est une bonne chose.
      A moins que le taux de change rouble / dollar ait fait bondir le prix du pétrole sur le marché interne et fragilise l’économie?
      3. On était enfin en discussion avec l’Iran, et Trump fait tout ce qu’il faut pas… Je vois surtout l’Arabie Saoudite derrière cela… Combien de fois Trump a dit dans sa campagne que les Saoudiens étaient des clients importants, géniaux… Je ne serais pas étonné qu’il ait investi dans l’armement avant d’être président.
      Il a déjà tellement de conflits d’intérêts avec tous ses investissements dans le secteur pétrolier aux USA… La compagnie construisant le projet Keystone XL qu’il a par la suite approuvé. Ou encore les lois environnementales coupées pour augmenter ses bénéfices.
      6. Parler à Trump c’est aussi communiquer avec ses conseillers, ses ministres (secrétaires), ses armées… Je ne serais pas étonné que ceux-ci soient parfois en contact avec des alliés et qu’ils fassent un briefing sur la position de Trump afin que les alliés puissent préparer une argumentation qui le ferait changer d’avis…

      • Thinker dit :

        En Russie le taux de change du rouble est directement corrélé au cours du baril et c’est une politique de longue date. Cela permet de continuer de payer les fonctionnaires même si les cours baissent. Cf Jacques Sapir.
        Le prix à la pompe russe ne coute rien même quand le cours du baril crève le plafond: l’essence est juste très peu taxée. Ce sont les taxes qui coutent. 70% du prix en France. Quand les gilets jaunes ont pété un plomb, le prix du SP98 flirtait avec les 1,70€… au même moment il était à 0,70€ en Pologne. C’est la différence en un pays qui taxe beaucoup et un pays qui taxe peu !
        La politique Russe d’indexation du rouble aux cours du baril est très efficace pour assurer la continuité de l’état, par contre les dévaluations fortes et rapides du rouble qu’elle peut impliquer nuisent bel et bien au pouvoir d’achat par l’inflation que ça provoque presque immédiatement sur les produits consommations importés. Ce qui n’est évidemment pas le cas de l’énergie.
        Conclusion: cette année le cours du rouble a du beaucoup remonter mais nos médias n’ont pas trop évoqué le sujet parce que ça aurait nuit à la cohérence de le story telling…

        • John dit :

          Merci pour cette réponse !

        • tschok dit :

          huh??
          .
          https://www.le-monde-decrypte.com/russie-poutine-rouble/
          .
          Extrait: « Pour une économie principalement assise sur les matières premières et en particulier énergétiques, pétrole et gaz, on aurait pu s’attendre, avec une telle progression du prix du pétrole, à constater une réelle embellie économique et en conséquence une amélioration du taux de change de sa monnaie.

          Or c’est justement l’inverse qui se produit… Le rouble perd sur cette période 15% de sa valeur. »
          .
          J’dis ça, j’dis rien.

    • wagdoox dit :

      Ca fait deux ans que j’entends ca et il se débrouille beaucoup mieux que le chouchou des merdias, Macron. l’histoire dira, d’ailleurs ca me rappel les commentaires de Reagan …

  13. Clavier dit :

    Avec le changement de tête au Pentagone c’était prévisible …Le Président Trump préfère se retirer sur les terres Américaines et abandonner ses harkis Kurdes…On a connu aussi cela !
    Le lobby Juif doit se tordre les mains, le Kremlin vider des bouteilles de Vodka, et les Cchinois continuer à s’équiper frénétiquement ….

  14. dolgan dit :

    Annonce très inquiétante: la phase militaire contre l’EI n’est pas achevée. Ni les Turcs, ni Damas, ni les Russes , ni les Syriens n’ont intérêt à finir le boulot.
    .
    Mais peut-on prendre pour acquis les propos de Mr Trump? Sa parole n’a aucune valeur.
    .
    Si cette fuite se concrétisait, ce serait une grande victoire pour l’Iran et Daesh. Avec des ennemis comme Trump et MBS, l’Iran n’a pas besoin d’amis.

  15. AlienaStade dit :

    LOL. C’est le débâcle pour l’organisation terroristes du pkk
    _
    -Les combattants arabes Shaytat qui mènent actuellement le combat contre Daesh à Hajin (là où les pseudo combattants « kurdes » avaient échoué depuis des mois) vont bientôt intégré l’ASL (FSA) au sein du groupe Ahrar Al-Sharquiyah qui va bientôt prendre part à l’offensive de l’armée Turque contre les terroristes « kurdes » du pkk.
    _
    – Les terroristes « kurdes » continuent pendant ce temps de torturer et d’arrêter en masse les habitants arabe et Turkmène dans les régions qu’ils occupent. Voici des images insoutenables d’actes de barbarerie et de torture à l’encontre de civils arabo-Turkmène à Deir Ez Zour, accusés à tôrt d’être des terroristes de Daesh.
    https://twitter.com/MapsSyria/status/1075374395378622465
    https://twitter.com/eha_news/status/1075422427079983104
    On aimerait que le cher raporteur « jyb » partage aussi ce genre d’information, mais il a l’air, semble t-il, plus occupé à partager les exactions (incomparables) commises par quelques criminels à Afrin.
    _
    Et maintenant Trump annonce le retrait total des troupes américaines de Syrie. Sa décision aurait été prise suite à l’entretien téléphonique avec Erdogan il y’a quelques jours. Seul 2 pays ont été informés, isr*el et la Turquie. Ni la France ni le royaume-uni. Ce retrait est en échange peut être de l’achat de missiles Patriot. La Turquie va théoriquement acheter les S-400 en parallèle au développement de son propre système AA longue portée (Hisar-U, SIPER 120km avec un radar AESA national EIRS de 700km de portée) prêt en 2021. http://savunmasanayist.com/2018/05/28/erken-ihbar-radar-sistemi-eirs/
    _
    Les ricains ont compris que la Turquie ne plaisantait pas et qu’elle allait démolir les supplétifs-terroristes-US. La Turquie impose sa volonté aux autres acteurs. La France, suivant les USA, va certainement retirer ses 300 soldats d’ici peu. La récréation est terminée.
    Reste à savoir si cette annonce va réellement être appliquée sur le terrain, je ne vois que 2 scénarion :
    1) Le but derrière cette manoeuvre serait de laisser l’est de l’Euphrate « accessible » pour les forces assado-irano-russe. D’ailleur les terroristes assadistes ont annoncé se préparer à rentrer dans les zones où il n’y aurait plus de présence américaine. Des mouvement de troupes ver Deir Ez Zour font écho. En d’autre terme, les ricains essayent de mettre la Turquie en confrontation avec les assado-irano-russe. C’est un piège. Les ricains préfèreraient que l’est de l’Euphrate soit contrôlé par les terroristes assadistes plutôt que la Turquie. Pour contrer cette manoeuvre la coopération avec la Russie doit être maintenue coûte que coûte et l’armée Turque doit agir vite en conquérant les territoires avant que les pourritures assadistes ne le fassent. En cas de confrontation assad-TSK, l’armée Turque n’en fera qu’une bouchée. Cet état de fait doit être notifié à la Russie, pour qu’elle tienne correctement en laisse ses assadistes.
    _
    2) Le deuxième scénario est celui d’un marché conclu entre Erdogan et Trump. Les USA ont besoin d’un allié puissant pour contrer la russie, notamment en mer noire et en Ukraine. En ces périodes difficiles de confrontation avec la russie (base en venezuela, guerre en ukraine, etc), les ricains ont besoin d’un « allié » (ou atout géostratégique majeur) comme la Turquie. Je rapelle que la prise de position de la Turquie suffit pour balancer le rapport de force dans tout le moyen-orient. Dans ce scénario, les américains vont progressivement se désengager en commençant par le nord de la Syrie (pour laisser progresser TSK facilement) tout en maintenant leur présence au sud afin d’empêcher les terroristes assadistes de prendre le terrain. Puis progressivement (sur 30 à 100 jours) les américains vont laisser le terrain à l’armée Turque et à l’armée syrienne libre. C’est uniquement de cette manière que les populations arabes pourront vivre en paix. Dans ce scénario, les américains préférent un contrôle de l’est de l’Euphrate par un « allié » de l’Otan plutôt que les assado-irano-russe. La Turquie rempalcera les ricains sur le terrain, neutralisant l’influence irano-russe, exterminant Daesh avec le soutien de la population arabo-turkmène locale. Toujours dans ce scénario, la Turquie va inéxorablement s’éloigner de la russie pour se rapprocher du camp occidental. Un risque de guerre assad vs Turquie pourrait être possible à court et moyen terme. La russie ne soutiendra probablement pas assad contre la Turquie car les intérêts stratégiques sont trop importants (TurkStream, pétrole, économie, etc).
    _
    Le choix que va faire la Turquie sera décisif, et je pense que ce choix sera celui du « camp occidental ». Le temps que la nationalisation de l’industrie de défence n’atteigne les 90-95% en 2023. A partir de cette date, lorsque la Turquie possèdera ses armes stratégiques (missiles de croisière Tomhwak local, défence AA, drone HALE, etc etc) elle pourra alors être totalement indépendante dans sa politique étrangère.
    _
    L’opération n’est qu’une question de jour, les US ont donné les coordonnées de leur force à la TSK. La TSK n’en avait pas besoin car toutes les « bases », les déplacements et l’activité des forces occidentales sont précisément suivies et connues. 40min avant le début de l’opération les ricains seront prévenus.

    • jyb dit :

      @AlienaStade
      vous avez tenu un seul propos censé : « Reste à savoir si cette annonce va réellement être appliquée sur le terrain ».
      Que ni les brits, ni les français n’aient été informé, c’est maladroit mais trump est coutumier du fait. Maintenant ce qui est plus sérieux c’est que son administration et ses conseillers n’aient pas été informé. Je pense en particulier à james Jeffrey (conseiller spécial pour la syrie) et john bolton (conseiller à la sécurité nationale)
      Sachant que ni le pentagone, ni la cia, ni le departement d’état, ni les élus républicains y sont favorables, le passage en force de trump est un coup de dé.
      Le retrait ordonné des us ne peut se faire qu’avec les russes, syriens et kurdes, sans oublier les irakiens directement impliqués dans le sud est syrien.
      Les usa ont un don mystérieux pour se mettre dans des positions intenables. On imagine leur discours s’ils permettaient aux turcs et pro turcs de faire un Donbass bis en syrie. Avec dans le role des petits hommes verts et séparatistes les turcs et pro-turcs et dans le role des gentils ukrainiens les russo-syriens. Cocasse !
      Autre coup de dé, celui d’erdogan qui jongle déjà avec les islamistes d’Idlib, qui est incapable de lutter contre les criminels pro turcs (c’est vous qui le dites) à afrin et qui voudrait pousser ses milices vers raqqah…
      on le sait depuis Malarmé : un coup de dé, jamais n’abolira le hasard.

      • Alexis TK27 dit :

        Je ne pense pas que l’ordre de Trump d’évacuer la Syrie soit un « coup de dés ».

        C’est un coup de force, sans doute. Mais aux Etats-Unis comme en France c’est le Président qui est le chef des armées, et les militaires américains ne disposent pas de l’option « refuser d’obéir au commandant en chef ».

        Pour peu que Trump ne change pas d’avis d’ici deux mois – délai annoncé pour compléter le rapatriement – l’ordre sera exécuté.

      • Auguste dit :

        Et si sans les Américains,avec les gens du cru,une solution au conflit serait plus facile?.On parle d’une visite du président irakien à Damas.Parce que jusqu’à maintenant on ne peut pas dire que les US aient favorisé une quelconque solution,à part essayer de démolir Astana.

    • Anonymous dit :

      Donc la Turquie choisit encore le camp de ceux qui ont commis des atrocités contre ses frères musulmans en irak Afghanistan et Libye si je comprends bien ? De toute façons ton analyse ne tient pas compte d’une donnée cruciale, c que depuis le coup d’état orchestré par les USA à l’encontre d Erdogan, ce dernier ne fera plus totalement confiance aux USA et donc ne prendra pas le risque de se brouiller avec les russes ( qui ont prévenus les services secrets turques d’un possible coup d’état avant sa mise en œuvre je le rappelle) jouant alors a un interminable jeu d équilibriste. Je pense plutôt que la Turquie va faire le ménage dans la partie est de la Syrie tout en déléguant le pouvoir au fds ou alors a un compromis entre Assad les russes les iraniens et les fds.

    • AlienaStade dit :

      Un deal a effectivement été passé entre Trump et Erdogan. La Turquie va remplacer les américains comme rempart face à l’influence des iraniens.
      « Alors que l’annonce a pris une grande partie de Washington officiel par surprise, le conservateur américain a appris qu’un groupe restreint de fonctionnaires de l’administration, ainsi que quelques officiers supérieurs de l’armée, étaient au courant de la décision de Trump dès samedi matin. Selon ces responsables, qui avaient tous besoin d’anonymat en échange de cette information, la décision de Trump avait été prise à la suite d’un long échange téléphonique qu’il avait eu avec le président turc Recep Tayyip Erdogan vendredi. Tout ce que Trump a annoncé aujourd’hui, nous a-t-on dit, a été décidé lors de cet appel. »
      https://www.theamericanconservative.com/articles/trumps-decision-to-leave-syria-was-no-surprise/
      Traduction :
      https://translate.google.com/translate?sl=auto&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fwww.theamericanconservative.com%2Farticles%2Ftrumps-decision-to-leave-syria-was-no-surprise%2F

      • jyb dit :

        @alienastade
        Vous comprenez ce que vous dites. Turquie et Israel sont à couteaux tirés. Israël soutient totalement les kurdes et vous nous racontez que Trump négocie avec Erdogan pour que celui ci s’oppose aux iraniens avec lesquels il est allié (entre autre pour combattre les kurdes !)

  16. Stoltenberg dit :

    Bonne décision. Leurs forces n’ont rien à faire là bas. La France devrait faire pareil. Il faut qu’on s’occupe de nos propres problèmes au lieu de claquer des milliards dans des guerres qui ne nous concernent pas.

    • dolgan dit :

      En un mot: « Bataclan »

      • Stoltenberg dit :

        Rien à voir.

        • Frédéric dit :

          Si justement. Nos terroristes nationaux embrassent la bannière d’EI, et l’effet d’imitation conduit des délinquants à jouer aux fous de dieux. Une fois les porte drapeaux à terre, il y a moins d’incitations. Quapiche ?

          • Stoltenberg dit :

            Rien à voir. Le terrorisme en France est un problème intérieur. L’État ne contrôle plus ce qui se passe sur son propre territoire et il nous dit qu’en fait il va régler le problème en bombardant un pays exotique qui se trouve à des milliers de km d’ici. Sérieusement, vous y croyez ? C’est juste du blabla pour masquer le fait que nos gouvernants savent très bien que la situation va devenir de plus en plus tendue mais ne savent pas quoi faire. D’où le départ de Mr Collomb. Vous vivez dans un pays où des criminels multirécidivistes, jamais inquiétés par la justice, nourris et logés à vos frais peuvent se balader avec des pistolets et des grenades. Mais vous continuez à croire que la solution au problème consiste à aller bombarder en Syrie ou en Irak. Bonne continuation ! Meeee.

        • Polymères dit :

          Comme Ben Laden et Al Quaïda en Afghanistan n’avaient rien à voir avec les attentats du 11 septembre, non vraiment, je vous assure, il n’y a jamais rien de mal qui peut venir d’au delà de nos frontières, impossible, trop loin, trop différent, jamais ça ne viendra ici, ça ne reste que dans les écrans, promis, l’Histoire m’en est témoin.

          • Stoltenberg dit :

            Lisez ma réponse à « Frédéric ». Le Bataclan est une affaire interne française. Si le système français fonctionnait correctement, cela aurait pu être évité. Je tiens à vous rappeler que certains des terroristes du Bataclan étaient des migrants venus illégalement en France sans que personne ne se soucie de les arrêter d’abord, parce qu’ils étaient des clandestins et ensuite car ils étaient des terroristes. Vous pensez vraiment que aller bombarder des pays du tiers monde est la solution? Ensuite, vous parlez du 11 septembre. Ils en sont où les Américains avec la guerre contre le terrorisme au bout de 15ans? Le président américain veut retirer ses troupes de l’Afghanistan car cette opération a couté des centaines de milliards de dollars et des milliers de morts et de blessés sans donner le résultat souhaité. Il faudrait revoir notre stratégie dans ce domaine.

      • wagdoox dit :

        évidemment que ca n’a rien à voir.
        Daesh est repassé dans la clandestinité, Assad n’est pas responsable du bataclan, donc au revoir. Les kurdes devront négocier une réintégration avec Damas.
        Par contre peut etre s’intéresser au lien macron / makao / Jawad le logeur des terroristes.. C’est sorti dans la presse écrite en meme temps que l’affaire benalla.

    • Bravo-charlie dit :

      En effet, nous dépensons des milliards ailleurs pour des résultats discutables, voire inexistants. Occupons nous de nos problèmes intérieurs et dom/tom.

    • Vince dit :

      Ca nous concerne tout de même un petit peu quand on se ramasse 1 millions de « réfugiés », plus les allumés qui reviennent de Syrie avec des intentions peu amicales.

      • Anonymous dit :

        La France a ramassé 10 a 15 000 réfugiés l Allemagne 1 million et demi.

        • wagdoox dit :

          officiellement c’est fou comme vous faites semblant de ne pas comprendre que les chiffres sont faux !
          L’immigration illégale n’est pas définition pas compter (bonjour monsieur l’agent merci de s’enregistre comme clandestin et de surtout pas m’arrêter…)
          c’est une estimation, donc du pifomètre. les 15000 sont réfugiés avec une demande d’asile, tous n’ont pas fait ca, loin de là.

      • Bravo-charlie dit :

        Rétablissons nos frontières et changeons notre justice./

      • Stoltenberg dit :

        Ce ne sont pas des réfugiés mais des migrants. Si vous voulez juste vous réfugier, vous allez vers le pays le plus proche et vous attendez la fin des hostilités. Vous ne vous engagez surtout pas dans des tentatives périlleuses de traverser la mer afin de pouvoir entrer dans un pays de manière illégale. Dans ce cas, vous êtes un migrant illégal. La guerre en Syrie ne sert que de prétexte. Mais évidemment, cela n’est pas obligatoire car en France il y a des « réfugiés » qui viennent des pays qui ne sont même pas en guerre comme le Bangladesh. Etonnant de savoir que la France est le 1er pays sûr qui se trouve sur la route entre le Bangladesh et l’Europe.

        • tschok dit :

          C’est pas ça Stoltenberg, c’est que vous avez une conception extrêmement restrictive du droit d’asile qui, en pratique, la vide de toute substance.
          .
          Selon votre conception, la France n’aurait jamais à donner asile à quiconque, puisqu’un réfugié peut toujours trouver asile ailleurs qu’en France, dans un pays proche du sien par exemple. Un Chinois peut ainsi trouver refuge en Malaisie par exemple. Ou en Corée. Un Russe en Biélorussie, un Syrien en Turquie, etc. Il y a toujours un pays plus proche, ce qui dispense la France de donner asile.
          .
          Or, le droit d’asile, c’est pas ça du tout. Mais pas du tout, du tout.
          .
          Il y a une condition nécessaire mais suffisante: subir des persécutions dans son pays, peu importe qu’il existe des pays limitrophes ou proches, où la personne peut trouver refuge. Le droit d’asile existe indépendamment de cela.
          .
          Vous comprenez?
          .
          Ce ne sont pas les réfugiés qui sont de faux réfugiés, c’est vous qui avez une conception inutile de l’asile (« inutile » = une conception de faux jeton, parce que telle que vous l’entendez elle ne trouvera jamais à s’appliquer).
          .
          Soyons francs et disons clairement que les réfugiés peuvent crever la gueule ouverte. C’est ça le courage intellectuel.

          • revnonausujai dit :

            plus un!
            enfin, surtout le dernier alinea, parce que le reste , c’est de la daube hypocrite. Dans le flot des clandestins ( = délinquants) qui nous envahit, la plupart n’ont même pas le pretexte du droit d’asile mais ne sont que des gamellards économiques.
            comme d’hab, vous déformez la réalite des faits pour vendre votre idélogie

    • Alexis TK27 dit :

      Ce sont les Kurdes et leurs alliés arabes, notamment chrétiens, qui ont fait l’essentiel du travail au sol pour vaincre l’E.I. en Syrie. Et qui ont subi l’essentiel des pertes.

      Ceci alors que la Turquie initialement avait des relations d’intérêt mutuel tout à fait satisfaisantes quoique discrètes avec l’E.I., à base d’achat de pétrole à prix cassé aux djihadistes de Daech. L’idée que cela pourrait être déloyal vis-à-vis de pays comme la France, la Belgique et autres, censés être ses alliés dans l’Alliance atlantique, ne semble pas avoir effleuré Ankara.

      Quand les Kurdes sont pris pour cibles par la Turquie, il est possible de s’en fiche, oui. Mais ce n’est pas exactement joli-joli…

      • Stoltenberg dit :

        La Turquie n’est pas pour nous un allié mais un ennemi. Si cela constituera pour nous (l’OTAN collectivement) une raison de plus pour les expulser et idéalement d’imposer des sanctions, ce serait décidément une bonne chose. J’espère sincèrement qu’ils vont acheter ces S4000 et que la situation va s’aggraver. Après tout, avec des amis comme eux, nous n’avons plus besoin d’ennemis. L’OTAN devrait rester une alliance occidentale des nations civilisées. Les persécutions que la Turquie fait subir aux Kurdes et aux Chrétiens font qu’ils doivent quitter notre alliance. En ce qui nous concerne, nous devons abandonner cette logique malade issue des années 1990 qui stipule que nous devons intervenir militairement au Moyen Orient afin d’y apporter la démocratie. Il y a des ennemis plus sérieux qui s’apprêtent à nous frapper. Et nous on fait tout pour qu’ils puissent le faire. Je parle ici notamment de la Chine.

        • jyb dit :

          étrange propos alors que trump vient de vendre des patriot aux turcs.

          • Stoltenberg dit :

            D’où est-ce que vous sortez cette info? Trump n’a rien vendu! Pour l’instant, c’est juste le Département d’Etat qui a approuvé la vente. Il faut encore que le Congrès et le Président soient d’accord et que le contrat soit négocié et signé! De plus, même avec les Patriot, les Turcs veulent toujours acheter les S400.

  17. Breer dit :

    Mr Trump semble être un grand stratège, en géo – politique…
    On se demande comment un mégalo financier ex homme d’affaires (pas toujours nettes), à la personnalité aussi problématique a pu devenir président des Etats Unis…..
    Il est même probable que les prochaines élections en France amènent un individu très ambitieux mais aussi psychologiquement aussi perturbé (du genre Mélanchon ….)

    • wagdoox dit :

      c’est pas un financier, le financier il est chez nous …
      mégalo chez nous,
      pas toujours nettes, chez nous, voir financement de la campagne et vente de « le monde ».
      A la personnalité aussi problématique … « venez me cherchez », « le gaulois réfractaire » meme trump a jamais critiqué son propre peuple.
      Non c’est bon, on a déjà.

  18. tartocitron dit :

    Trump fait un cadeau à Poutine pour la noël. L’avenir dira s’il était empoisonné.

    • dolgan dit :

      Le cadeau est pour Erdogan. Vraisemblablement sur le dos de Poutine.
      .
      Par contre, c’est Noël pour Daech et l’Iran.

      • tartocitron dit :

        D’un point du vue géographique, avoir un port militaire russe en méditerrané est une sacrée aubaine. Mais désormais seule la Russie est capable de faire la loi. Va t-elle freiner Erdogan, combattre Daesh, appuyer l’Iran… ?
        Mais c’est sur que c’est un ballon d’oxygène pour Daesh (non intentionnel de Trump). Dommage collatéral qui nous est dommageable.

        • dolgan dit :

          Pour les russes, avoir un point de chute en méditerrannée, c’est bien (mais ils n’ont pas de marine donc l’intérêt est limité). Mais ça c’est acquis depuis longtemps. Et ça n’a rien à voir avec ce qui se passe actuellement.
          .
          La russie fait la loi où? en Syrie, c’est l’Iran et les milices locales qui fournissent les hommes qui tiennent le terrain. Le pouvoir de Damas n’a presque plus rien directement sous son autorité. Ils ont un fort pouvoir de nuisance (puisqu’ils contrôlent les airs), mais ils sont loin de faire la loi.
          .
          Le ballon d’oxigène pour Daesh est intentionnel. C’est une exigence d’Erdogan. Sinon l’annonce aurait été faite dans quelques semaines, une fois l’opération finale contre Daesh achevée.

  19. ced dit :

    « Alors que l’enquête sur les collusions de son équipe de campagne avec la Russie se précise »… A lire la presse US, c’est quand même assez loin d’être précis. Compte tenu de l’année d’élection 2020 qui va arriver très vite, il reste un an à peine à Trump à la tête des USA avec un vrai exercice du pouvoir, et je ne vois pas la destitution arriver dans ce laps de temps. Et même, imaginons Trump destitué, c’est Mike Pence qui prend le relais. Ca changera quoi pour la Syrie ? Les troupes US seront reparties et ne reviendront pas.

  20. jyb dit :

    un traître. Trump n’est rien d’autre qu’un traitre sans foi ni loi. Alors que daesh vient de contre attaquer à Hajjine et a repris un part des zones perdues la semaine dernière, alors que des soldats us sont au combat aux cotés des fds, trump balance ce jour que ces hommes vont partir. De quoi remotiver les djihadistes et faire douter les soldats de la coalition, trahison, mépris et bêtise insondable.

    • Auguste dit :

      L’USAF a ordre de ne plus bombarder l’EI.Troupes françaises et US se retirent au sud de l’autoroute M4,ils s’éloignent de la frontière.Désengagement total apparemment.Erdogan a du convaincre Trump que c’est pas les Kurdes qui vont combattre l’influence iranienne,mais la Turquie.Et puis entre la Turquie et des Kurdes communisss,il a fait son choix.Erdogan lui a un peu forcé la main.Il en sait des choses Recep.Il reçoit Rohani en ce moment.

    • Badvaati dit :

      En total accord avec vous sur ce post.

  21. petitjean dit :

    Trump et la Syrie : « on a gagné, on rentre ! »
    ça vaut son pesant de cacahuètes !!
    Trump va-t-il enfin faire ce sur quoi il s’était engagé lors de sa campagne des présidentielles ?
    Malgré l’opposition farouche du complexe militaro industriel, malgré l’opposition frontale du DeepState en personne, de Bolton, du Pentagone, malgré la fureur de Netanyahou…
    Rappelons que les USA, comme la France et la Grande Bretagne, occupent illégalement, et en parfaite violation du droit international, une portion du territoire Syrien
    Comment Bolton doit se sentir , lui qui affirmait il y a moins de trois mois que les USA ne quitteraient pas la Syrie tant que les Iraniens y seraient ??!!
    Défense de rire
    le sénateur Graham qui ose déclarer « C’est une tache sur l’honneur des États-Unis »
    doit oublier le demi million de morts en Irak et les autres millions de personnes jetées sur les routes de l’exode !!
    de bonnes réflexions ici :
    http://www.dedefensa.org/article/trump-et-la-syrie-on-a-gagne-on-rentre

  22. Auguste dit :

    A noter que Trump n’a prévenu de son retrait qu’Erdogan et Netanyahu.Même pas les Anglais.On dit que l’affaire Flynn,accusé d’avoir palpé de l’argent de Erdogan,aurait précipité la décision de Trump.Le deal entre Erdogan et Trump serait le suivant.1) les Turcs éliminent les YPG.2) ils remplacent les FDS,contre l’EI à Der Ezzor et Raqqa.3) ils empêchent l’influence iranienne à l’Est de l’Euphrate.
    Comme prévu depuis le début de cette guerre,les Kurdes sont cocus.Ils ont déjà prévenu l’Occident qu’ils ont 3200 EI non Syriens,et que s’ils sont abandonnés ,ils pourraient les expédier en Europe.
    Autres cocus,qu’on ne plaindra pas:Arabie saoudite et EAU qui ont donné 300 millions$ aux US pour qu’ils restent en Syrie.

    • dolgan dit :

      Le point 1, ça va être dur, long et couteux pour les turcs. Les Turcs ne sont sans doute pas prêt à en payer le prix. Et il y a plein d’autres joueurs dans la partie.
      .
      Le point 2, qui peut y croire?

      • Auguste dit :

        Les Turcs seront mieux acceptés que les Kurdes et les Américains, le long de l’Euphrate.L’EI ils connaissent,et savent s’en servir.Contrairement à Trump,Erdogan connait la région,ses populations,presque nom par nom avec les archives ottomanes.N’est pas dit que le prix à payer sera exorbitant.En ce moment Erdogan reçoit Rohani et, entre deux poèmes iraniens et le futur Syrien,il lui propose de faire transiter le commerce iranien par la Turquie,plutôt que par l’EAU.Pour l’instant il fait un sans faute.

  23. didixtrax dit :

    Me défiant totalement des atlantistes en général et des US en particulier, je n’accorde aucune confiance à cette n-ième déclaration, il suffit d’attendre le n+1-ième contre-ordre basé sur n’importe quel prétexte. J’attends maintenant le n-ième retournement de veste –et de pantalon– des dirigeants kurdes.

  24. Barfly dit :

    On ne sait pas si il faut prendre la parole de Trump au sérieux parfois.
    Si c’est vraiment le cas, c’est une trahison envers les kurdes. Il privilégie son alliance avec la Turquie, ce qui peut se comprendre vu les enjeux. Jusqu’où ira Erdogan dans son annexion d’une partie du territoire syrien ? Que fera Poutine si il va trop loin ? Et quid d’une résurgence de l’EI ? Le grand échiquier n’est pas près de s’arrêter dans la région. Et nous au milieu avec nos quelques forces spéciales on va compter les obus.

  25. Jean la Gaillarde dit :

    A mon avis, la Turquie, membre de l’OTAN, a gagné son pari. C’est elle qui va devoir tenir la dragée haute face aux iraniens …. Par contre au détriment des Kurdes qui vont être abandonnés.
    Les Saoudiens et EAU quand à eux, ils va falloir qu’ils fassent profil bas… Non seulement ils vont payer le fait d’avoir financé Daesh, mais les EU sont en train de les asphyxier économiquement en les ayant plus ou moins caresser dans le sens du poils pour qu’ils achètent du matos et maintenant tout en produisant toujours plus de pétrole de schiste, inondant le marché et faisant ainsi baissé le prix du barril…..
    Nous assistons bien à une grande bataille économique dans leqeul TRUMP veut la peau des princes arabes. Par contre, gare au Quatar !!!!
    Pour le fait de retirer les troupes américaines, cela représentait environ 2000 soldats. Mais c’était cela qui retenait encore la Turquie. Ce ne sont pas nos 300 soldats qui vont faire la différence et les laisser c’est prendre beaucoup de risque pour eux, sans grand intérêt pour la nation. Donc, pour ma part, si je devais donné un avis, je les retirerais. Nous n’avons plus rien à faire dans cette galère. Daesch en tant qu’état, est mort. C’est redevenu une organisation terroriste. C’est maintenant une affaire entre Turc, Syrien, Irakien avec des alliés de part et d’autre (Russe, Saoudien, Emirats, Iranien). Il serait je pense plus profitable de renforcer le Liban afin que ce pays puisse ne pas être dans les dommages collatéraux de ce mic-mac, ce qui, en passant profiterait à Israël en matière de sécurité.
    Après, il est fortement envisageable qu’il puisse y avoir un conflagration entre l’Iran et la Turquie (L’une voulant faire renaître la perse, l’autre l’ancien empire ottoman) et pour TRUMP, ce scénario permettrait de remettre la main sur la Turquie. Voilà mon fond de pensée.

    • jyb dit :

      @jean la gaillarde
      Turquie et Iran s’entendent plutôt bien et coopèrent activement dans plusieurs domaines, sécuritaire notamment. Si vous observez attentivement la situation de la poche d’Idlib, vous notez le retrait manifeste des milices pro Téhéran, de même que l’appel des autorités iraniennes à menager les rebelles modérés donc pro turcs.

  26. Bangkapi dit :

    Trump est un homme d’affaire, et dans le bizness par de sentiment. Du fric, du flouze le reste c’est du superflu. La politique, la géostratégie, les alliances c’est bien beau mais si cela ne rapporte pas il s’en fiche et change de cap.
    Il soutient sans état d’âme l’Arabie Saoudite, pays moyenâgeux , islamique et au pouvoir criminel parce qu’il a du cash.
    Les Kurdes sont fauchés et on a du lui dire un peu socialistes, il les laisse tomber.
    Et après les américains s’étonnent que personne ne les aime. Détestés, haïs ils font tout pour que cela continue. Trump s’en fout, cela plait à ses électeurs qui de toutes façon ne savent pas où se trouve la Syrie , qui sont les Kurdes et qui pour eux sont tous des b….

  27. werf dit :

    La donne a changé en Turquie et en Iran, Trump le sait. Les Turcs ne lâcheront pas ceux du PKK où qu’ils se trouvent et « feront le ménage ». Les Iraniens ont maintenant les moyens balistiques de « peser » lourd non seulement sur Israël, mais aussi sur les détroits et l’Arabie saoudite. L’est de l’Euphrate ne vaut que par son pétrole. Les Russes laisseront faire mais on posait des lignes rouges à la Turquie, à Israël et à l’Iran. Le deal de l’exploitation des champs de pétrole par des firmes américaines a été conclu avec la Turquie et la Syrie d’Assad. Voilà, c’est tout simple, mais nos stratèges « en jupe et en bonnet breton » n’ont rien vu venir. Alors ils seront obligés dans les prochains mois de faire revenir en France, via la Turquie, nos 500 FDS avec leurs matériels.

  28. Carin dit :

    En dehors de la traîtrise relevée par @jyb, je vois mal l’administration américaine s’assoir sur la plomberie qu’elle visait, et qui lui aurait rapporté au delà de ses espérances!!
    Je me répète mais je pense réellement que Trump tente de vendre ses boys, pour (en cas de réussite de son petit chantage), renforcer le contingent américain et forcer ses alliés à renforcer le leur. Il ne faut pas oublier que ce même Trump voulait que l’OTAN se charge de la poursuite des opérations et qu’il n’a obtenu que 3 awacs OTAN qui ne volent que pour assurer la protection des avions de la coalition, alors qu’il pensait vraiment que l’OTAN était un de ses jouet, et qu’il était donc le seul à décider de son utilisation.

  29. Breer dit :

    ben tout ce que l’on peut redouter de tout cet embrouillamini géo-politique-militaire-extrémiste, c’est que ça nous retombe dessus, pour nos gars sur place, et directement dans nos pays, quand les islamistes auront repris le dessus, et n’en doutons pas, ne nous ont pas oublié …

  30. farsight dit :

    J’ai peur pour les kurdes, ils font se retrouver piéger entre la Turquie, Daesh, et pro-Assad. Me fait penser à la Pologne de la deuxième guerre mondiale. (je pense qu’en tout cas, il y a des similitudes). Et la France tout dans ça ? Qu’est-ce qui se passera si la Turquie lance une offensive et que les forces françaises sont présentes ? En tout cas, Trump a fait une action remplit de conséquence. Et pourrait-on imaginer un partage des régions kurdes entre Assad et la Turquie ?

  31. Ce forum est absolument délirant, quoi que fasse l’Amérique rester ou partir de Syrie, elle aura tort à 100% !!! Autant résumé ainsi ce gros défouloir qu’est devenu le forum d’OPEX quand il s’agit des USA, F35 , OTAN et autres israéliens !!!

  32. aleksandar dit :

    Sage décision.
    Les Kurdes sont des racistes et des colonialistes , on l’a vu en Irak, comme en Syrie.
    Ils sont et seront toujours un facteur de déstabilisation dans cette région.Comme le disait Assad, les Kurdes ont eu leur  » moment de gloire  » avec une énorme expansion territoriale bien au delà de leurs zones. L’époque est au reflux.
    Trump évite que ses boys se trouvent d’ici quelques mois au milieu de conflits ethniques locaux dans lesquels ils ne seraient que des cibles.
    Il semble qu’il ait tiré les leçons de l’expérience irakienne.
    Les négociations entre Kurdes et le gouvernement syrien durent depuis déjà plusieurs mois, preuve que la confiance des kurdes dans les USA était plus que limitée.
    La SAA est depuis hier en train de se réinstaller dans les zones kurdes au nord d’Alep. D’ici quelques jours elle se déploieront sur la frontière entre la Turquie et la Syrie au Nord Est a partir d’Hasaka.
    Mais seulement après un accord avec l’YPG, la SAA ne voulant pas servir de cordon de
    protection d’une enclave Kurde qui resterait quasiment indépendante.
    Les kurdes ont le choix, manger leur chapeau et revenir sous l’administration du gouvernement de Damas , ou être exterminé par les turcs.
    ( concernant l’enquête sur la collusion Trump-Russie, cette sinistre farce inventée par les Dems pour expliquer la défaite d’hillary la corrompue prend l’eau de toute parts avec les dernières révélations aux USA. Trump est tranquille, Muller n’a strictement rien trouvé )

  33. vrai_chasseur dit :

    Trump en bon canidé primaire a reniflé la testostérone du lévrier turc et ça lui suffit. Il s’est convaincu tout seul qu’Erdogan est la voiture balai qui va finir le boulot de nettoyage en Syrie -y compris des proxies iraniens-.
    Alors il se casse au milieu du gué.
    Et tant pis s’il apparaît comme un traître aux yeux des combattants locaux luttant contre l’EI (dont la France et la GB) : en se débinant, il dira que c’est pour faire des économies. Dans le système de valeur trumpien, être un tire-au-cul pour de l’argent vaut bien qu’on brade son honneur.
    Ses conseillers n’ont plus qu’une solution, d’abord appliquer le proverbe du sergent sage : « après l’ordre attendre le contrordre pour éviter le désordre ». Et si le contrordre ne vient pas, il leur faudra manger consciencieusement leur chapeau face aux alliés sur place et tenter de laver leur honneur de militaires en leur envoyant des guerriers de sociétés privées – le Congrès paiera.
    Trump, décidément, c’est comme l’Esaü du Livre de la Genèse : capable de vendre son droit d’ainesse pour un plat de lentilles.

    • mouchetox dit :

      Des lentilles, certes. Mais des lentilles en or massif. La cupidité finira par tué tous ses clowns et nous avec.