Bachar el-Assad menace les Forces démocratiques syriennes, actuellement engagées dans une opération anti-EI

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. sentinelle dit :

    Hopeless tant que la coalition est présente !

  2. jyb dit :

    Rappelons quand même que l’onu, dans un rapport officiel ( qui n’a pas été beaucoup repris ) a pointé les faiblesses des fds dont certaines relèvent du crime de guerre. Donc bémol sur les vertueuses fds monsieur Ryan.
    Et les évènements récents attestent que ces pratiques se sont amplifiées suite à l’intervention turque à Afrin et à la pénurie de combattants hors rojava. Les manifestations hostiles à la présence des milices kurdes dans le zor se multiplient et montent en intensité notament à raqqah la semaine passée.
    La stratégie du régime est simple, s’appuyer sur les forces de défense locale et les tribus pour recouvrer son intégrité territoriale. Cette action souterraine est ancienne puisque les premiers ralliement date de la prise de tabqah et la dégradation des relations arabes/kurdes dans les zones libérées est médiatiquement exploitée.
    La difficulté pour la coalition est de s’appuyer sur un noyau « fds » arabes, solides et fiables. Une des solutions trouvées qui est mise en œuvre là aussi avec une exploitation médiatique est de faire appel à l’arabie saoudite. Pas idiot quand on sait que les confédérations tribales sont transfontalières mais risqué quand on connait la défiance à l’égard des pouvoirs centraux, celui de ryad inclu. Une des premières limites de cet enrolement saoudien est que les saoudiens majorent de 200 usd par mois la solde des combattants fds (par rapport aux chiffres que j’avais déjà donné)
    et donc que naturellement les autres combattants réclament le même montant.

    • Eliot Mess dit :

      Ouais on se sert de combattants et on leur fait un croche-patte! Qui va adhérer à ça à part ceux qu’on plus de conscience? Ca inspire que dalle!!!

  3. jyb dit :

    On a peu parlé des rencontres secrètes entre israelien et syriens.
    Le week end dernier par l’entremise des jordaniens qui font office d’intermédiaire entre israel et iran, une rencontre a été organisé entre des membres des gardiens de la révolution et des représentants de Tsahal conduit par le numéro 2 du Mossad.
    La discussion a abouti sur un « accord » au sujet du sud syrien. Les iraniens se retireraient du sud syrien, et ne participeraient pas à la reprise des zones rebelles frontalières par les russo-syriens.
    Depuis cette date les signes sur le terrain semble aller dans ce sens : déclarations de l’em syrien, des russes, position officielle des jordaniens et depuis le 30 mai mouvement des forces iraniennes (attestées par les media israelien)
    Sur le plan diplomatique, la rapidité de cette rencontre et des accords a coupé l’herbe sous le pied des us/saoud…on peut imaginer que c’était le but.
    D’où la multiplication des mise en garde us contre le régime s’il tente de reprendre Quneitra, soueida et derra. Un signe est que ces déclarations ne parlent pas des iraniens ou du hezbe.
    Le 29 mai, les usa ont demandé une rencontre avec les russes et les jordaniens pour parler de la question du sud syrien.

    • jyb dit :

      deraa.
      une vaste manœuvre israélo-russe ? Je partage assez la lecture qui voit dans ces évolutions le résultat d’un plan israélo-russe pour éviter un embrasement régional ( plus qu’actuel ) et stabiliser un rapport de force, ou un équilibre des menaces. Les russo syriens assoient leur régime face aux iraniens, turcs et fds et se donnent des marges de manœuvre. Les israéliens diminuent la menace iranienne et soulagent une des pressions actuelles.

      • Thaurac dit :

        D’autant plus que la présence des iraniens n’enchantent pas la russie aussi.

      • aleksandar dit :

        Globalement d’accord avec votre analyse sauf que la menace iranienne est une fabrication de la propagande israelienne.
        Il y a deux paramètres:
        – La géographie . Les forces iraniennes ou plutôt sous commandement iranien en Syrie n’ont jamais été proche de la frontière israelienne, elles sont majoritairement a l’est , dans la région de Deir Ez Zor, IRGC, Liwa Fatemiyoun afghans ( division des Fatimides ) et Zainebiyoun pakistanais et au centre, région d’ Hama.
        – Le nombre. Il n’y a pas de forces iraniennes en unité constituées au delà du niveau section et la plupart des iraniens sont majoritairement soit au sein des unités syriennes en tant que conseillers ou spécialistes et ce sont des affectations individuelles, par une force combattante.
        Le nombre global de ces forces tout compris ne dépasse pas ou plus a l’heure actuelle les 5 a 6000 hommes.
        La soi-disant menace iranienne tient plus de l’agitation médiatique que de la réalité militaire sur le terrain.
        De même vous posez comme présupposé un antagonisme irano-syrien que rien sur le terrain ou dans les propos des officiels iraniens et syriens ne vient confirmer.
        Cet accord permet aux syriens de reconquérir le sud a moindre cout, aux iraniens de stabiliser le gouvernement syrien et assure permanence du corridor Teheran-Beyrouth. au russes de se poser en arbitre et en « faiseurs de paix  » dans la région.
        Les seuls perdants sont les islamistes et les israéliens. Le retour au Liban du gros des forces du Hezb effectif depuis 2 mois a modifié le contexte stratégique en déplaçant sur le front libanais la menace « existentielle  » militaire pour Israël. Or l’armée israelienne est incapable de faire la guerre sur 2 fronts en même temps.

        • jyb dit :

          @aleksandar
          1 – ce n’est pas le nombre qui crée la menace mais la nature. Et si je ne doute pas un instant que l’iran n’a aucunement l’intention d’attaquer israel, il n’en demeure pas moins qu’il veut maintenir une stratégie de pression agressive et de menace.
          L’iran fait partie des gagnants de cette conflagration régionale, reste à consolider ces gains plutôt que de poursuivre une politique aventureuse à l’ouest. Je dis à l’ouest parce que l’iran est aussi actif à l’est, sud est, et c’est une frontière plus stratégique que celle avec l’irak déjà « gagnée ».
          2 – L’état majot syrien a formellement recadré les forces iraniennes en syrie. Et je rappelle que bashar a refusé aux iraniens une bases navale en méditerranée au format « russe » mais leur a octroyé des facilités dans les ports militaires syriens.
          nb : recadrage qui a eu lieu avant les frappes israéliennes, donc ça n’a pas du s’arranger.

          • aleksandar dit :

            Sourire, nous pourrions surement avoir une longue conversation sur la problématique forces/attitude.
            Mais globalement, vous avez raison, tout le monde a pris acte ( sauf les US ) de la victoire de la Syrie et cherche a capitaliser ses gains.

    • jyb dit :

      problème de l’hétérogénéité des groupes armés.
      Comme pour les fds, les usa se retrouvent liés à des milices qui sous un nom générique asl ( al bunyan al marsous) regroupent des asl-modérés, mais aussi des aq et des forces pro daesh.
      Ainsi le 30 mai, alors que les usa mettaient en garde les russo-syriens sur une rupture des accords de desescalade, l’operation room d’al bunyan al marsous a annoncé que ses combattants avaient pilonné un convoi de l’aas alors qu’il faisait mouvement de la ville de khirbat gazalah vers le nord de deraa. En fait rien de nouveau.
      Mattis peut lire chaque soir epictète, c’est salutaire. Il devrait offrir quintillien a ses officiers communiquants (ça doit se trouver sur amazon)
      NB pour etre complet. Israel aurait demander aux syriens de ne pas s’attaquer aux milices druzes
      en faisant pression sur ces milices pour qu’elles restent au moins en retrait. oui, je sais, la cartographie est un peu complexe. Mais c’est comme pour le foot, à la fin c’est l’allemagne qui gagne.

      • aleksandar dit :

        Les accords de désescalades avaient été conclus pour une durée de 6 mois, ils ne sont plus en vigueur depuis mars 2018. Ce qui est intéressant c’est la prise en compte par la Jordanie de la défaite militaire des djihadistes. Entre ses intérêts, la reprise des échanges commerciaux avec la Syrie, la réouverture de Shu’ahb al Mansour et les ordres du protecteur américain, la voie diplomatique est étroite pour les jordaniens.

        • jyb dit :

          @aleksandar
          très à propos. Cette semaine la jordanie a été en proie à une agitation sociale assez vive. Il y a urgence pour les jordaniens à rétablir une activité économique avec ses voisins.
          Il y a trois semaines les syriens ont réouvert l’autoroute M5 de Damas à Homs. Cette axe est la route amman (jordanie) damas, alep, turquie.
          C’est un enjeu économique majeur pour ces acteurs et c’est la raison pour laquelle les jordaniens appellent les rebelles du sud à négocier, et qu’ils ne les soutiendront pas sauf à ce que les us ou le ksa les soudoient…mais c’est pas le genre.

    • jyb dit :

      correction : DISCUSSION ENTRE IRANIENS ET ISRAELIENS !!!

  4. aleksandar dit :

    Les américains finiront par partir, ce n’est qu’une question de temps.
    Et au moyen orient le temps se compte en siècles.
    Chose trop difficile a comprendre pour des occidentaux décadents obnubilés par la jouissance immédiate consumériste pour satisfaire leur individualisme forcené.

    • ruffa dit :

      Qu’est-ce que tu branle en France (Pays décadent selon toi) ? Va t’exiler chez les Russkofs!

      • Lassithi dit :

        Ça c’est de la prise de hauteur.
        Ça me rappelle un juteux quand j’étais encore en école.
        Bref, avant de balayer les chambrées des autres…

      • Thaurac dit :

        Il doit déjà y être!

  5. jyb dit :

    Autre point du théatre syrien qui nous (français) concerne plus directement, le nord de la syrie .
    Suite à une rencontre entre turcs et américains un protocole d’accord devrait etre mis en place entre mike pompeo et mevlout cavusoglu sur le nord syrien.
    pour faire court : 3 étapes, les ypg devront s’être retirée de manbij dans les 30 jours (à partir du 4 ou 5 juin)ord. 45 jours plus tard, des forces turques et américaines superviseront conjointement la sécurité de la région. 20 jours plus tard, une administration locale sera mise en place.
    ( je ne suis pas sur de la chrono, mais ok pour les étapes)
    Super plan sauf qu’à aucun moment je n’ai vu un accord ou une participation française.
    MAIS Surtout que le conseil militaire de Manbij n’est ni au courant, ni d’accord et l’a fait savoir.

    • Reality Checks dit :

      @jyb
      « Super plan sauf qu’à aucun moment je n’ai vu un accord ou une participation française. »
      Moi je n’ai pas vu l’accord syrien…

  6. Reality Checks dit :

     » soit la traduction de ces propos n’est pas correcte, soit il ment »
    .
    Effectivement, il y a un problème de traduction. Je ne sais pas d’où vient la traduction sur laquelle repose certains passages de cet article, c’est possible que les agences de presse aient isolé des propos hors de leur contexte, et effectué des traductions mot par mot sur ces propos isolés qui dénature les réponses dans cette interview..
    .
    Voici une transcription que j’ai moi même préparée, étant parfaitement bilingue, et qui traduit fidèlement les propos de Bashar Al Assad sur la base de la vidéo de son interview à RT.
    Il n’y a aucune addition de ma part, ou changement par rapport à ce qui était dit, mais parfois j’ai soustrait des répétitions, ce n’est pas une traduction mot par mot, cependant c’est une traduction qui rapporte fidèlement la teneur des propos échangés.
    .
    Je n’ai pas traduit toute l’interview juste la totalité des trois questions et réponses qui évoquent les FDS (question 1) et les israeliens (questions 2 et 3):
    ————————————–
    Source: https://youtu.be/cN_pWjQMcmw?t=630
    —————————–
    .

    Dans l’ordre, le premier sujet abordé est celui des FDS:

    Question 1:
    Journaliste de RT: Concernant les négociations et la reprise de territoires par la force; il y a eu des clashs récemment entre des unités loyales au gouvernement syrien et les FDS
    Les américains sont intervenu en usant de la force pour protéger les FDS et empêcher les troupes syriennes de reprendre les territoires tenus par les FDS.

    Président Bashar Al Assad: Depuis la reprise d’Alep et Homs, les américains sont en train de perdre des cartes sur le terrain. Leur carte principale c’était Al Nosra, mais ils ont perdu et en plus tout le monde a compris que ce sont des affidés d’Al Qaeda.
    Alors les américains ont changé de position et maintenant leurs favoris ce sont les FDS car leurs anciens favoris Al Nosra sont discrédités.
    Maintenant que les forces armées syriennes ont réussi a mettre en échec les terroristes nous allons nous occuper des FDS.
    Deux options s’offrent à nous:
    1) Nous avons commencé des négociations avec les FDS. Nous partons du principe que ce sont des forces composées de citoyens syriens, contrairement a Al Nosra. Et en tant que syriens qui aiment leur pays, sont attachés a la souveraineté de notre pays et veulent le bonheur de leur pays, tous les syriens ont les mêmes objectifs que sont la liberté et le retour a la paix et a la stabilité.
    Mais si les négociations ne fonctionnent pas alors il y a la deuxième option:
    2) Nous libérerons la Syrie, par la force s’il le faut, si nous n’avons pas d’autre choix.
    Avec ou sans les américains, c’est notre pays, notre droit et notre devoir de libérer la Syrie et de récupérer notre pays. Les américains devront partir d’une façon ou d’une autre.
    Les américains sont venus dans cette région avec la guerre d’Irak sans base légale, et regardez le résultat, ils doivent comprendre la leçon que ce soit en Irak ou en Syrie c’est la même chose.
    Les peuples de la région ne veulent plus être envahies par des troupes étrangères dans notre région.

    ——————————–

    Sur la question des actions israéliennes en Syrie:
    ————————————-
    Question 2:

    Journaliste de RT: le ministre israélien de l’environnement a menacé publiquement de vous assassiner, avez vous peur?
    Président Bashar Al Assad: la menace israélienne n’est pas nouvelle pour ma génération dans notre région, mais nous n’avons pas peur. Les israeliens occupent tuent assassinent depuis 70 ans dans notre région alors nous avons l’habitude.
    Mais vous remarquerez que d’habitude ils ne menacent pas avant d’agir. Ils agissent sans prévenir.
    Alors cette menace [de mon assassinat] est inhabituelle, c’est l’indication d’une panique, d’une hystérie israélienne depuis que leurs amis d’Al Nosra et de Daesh ont perdu..
    .
    Question 3:
    .
    Journaliste de RT: Les frappes israéliennes sont nombreuses, et les israeliens se vantent de faire ce qu’ils veulent chez vous, ils disent que vous êtes impuissant a les stopper
    Président Bashar Al Assad: Une observation intéressante: quand les trouble ont commencé en Syrie il y a plusieurs années au tout début, les mercenaires terroriste ont attaqué nos sites de défense aérienne avant nos autres bases militaires.
    Dans la presse occidentale, on parlait de manifestations démocratiques, mais alors pourquoi la destruction en priorité de nos défense anti aériennes par les terroristes?
    Quel est le lien entre les défenses anti aériennes et les manifestations?
    Ceci est la preuve que ces terroristes sont les alliés objectifs des israeliens, car ces derniers ont été les principaux bénéficiaires de la destruction de nos capacités aériennes dès le début de la rébellion.
    Une grande partie de nos défenses anti aérienne ont été détruite de cette façon à lépoque et ceci nous a surpris, mais depuis avec l’aide de la Russie nous avons pu les rétablir en partie.
    D’ailleurs les forces aériennes étrangères le savent et s’en rendent compte.
    Ce que nous continueront à faire c’est rétablir la composante de défense aérienne de nos forces.

    Journaliste de RT: Les israeliens disent que leurs frappes visent uniquement la présence iranienne en Syrie. Si les israeliens visent uniquement les iraniens chez vous, ceci représente un risque pour vous, comptez vous demander aux iraniens de partir?
    Président Bashar Al Assad: Il n’y a pas de troupes militaires iraniennes opérant en Syrie, c’est faux.
    Nous avons des officiers iraniens en Syrie qui sont en mission de coopération auprès de l’armée syrienne uniquement, mais ces officiers iraniens opèrent dans des unités de l’armée syrienne.
    Par exemple lors des récentes frappes aériennes israéliennes il y a quelques semaines, les israeliens ont prétendu avoir visé et tué des iraniens uniquement mais c’est un mensonge, les seules pertes occasionnées lors de ces frappes étaient syriennes.

    —————-
    (PS: l’interview débute et se poursuit sur d’autres sujets je n’ai pas tout traduit ici, ce serait trop long)

    • Thaurac dit :

      Les iraniens non tués en syrie sont quand même enterrés en iran, bizarre!

      • Reality Checks dit :

        Mais le président syrien n’a pas dit le contraire, il a fait référence à un évènement il n’a pas dit que aucune des frappes israéliennes n’a fait de victimes iraniennes.
        Il y a donc un problème de traduction comme l’avait évoqué l’article, les propos du président syrien sont tout a fait logiques.

        • Francius dit :

          je peux vous dire qu’il y a bien eu des morts iraniens et qu’ils ont fait l’objet de journaux télé iraniens

          • Reality Checks dit :

            Le président syrien n’a pas dit qu’il n’ a jamais eu aucune victime iranienne et moi non plus.
            Le président syrien a relevé une de ces frappes en la donnant en exemple, et en disant ce jour là les israeliens ont prétendu qu’ils visaient les iraniens alors que les victimes étaient toutes syriennes.
            Et je le crois, outre le fait que ces propos soient logiques.
            Les israeliens profitent de la faiblesse actuelle des défenses anti aériennes syriennes pour frapper des cibles syriennes, du HZB et l’encadrement technique iranien, bref ils veulent affaiblir les forces syriennes et leurs alliées, et faire en sorte que le conflit syrien se poursuive le plus longtemps possible.
            Ils sont d’un cynisme macabre, mais comme un autre contributeur (aleksandar) le disait récemment, dans cette région le temps ce compte en siècles pas en jours, en mois ou en années.
            Et rira bien qui rira le dernier.

  7. Polymères dit :

    Certainement…
    Il fait un peu de l’excès de confiance et il pense que frapper les FDS sera comme frapper des rebelles encerclés dans la périphérie de Damas? Les américains sont là, les français sont là et Assad a une marge de manoeuvre quasi nulle en l’état face contre les FDS et il ne doit pas compter sur son allié russe dans cette histoire, les russes ne vont pas se mettre à dos les américains pour l’aventure d’un homme d’état qui est devenu plus qu’un pion ou un chien qu’on essaye de maintenir en laisse, car visiblement, en dehors des armes, il n’a pas d’autres solutions pour trouver « sa » paix.
    De toute façon, moi je m’attends à ce qu’Assad parte en croisade avec les iraniens contre les FDS et les américains, car là ils sont dans une sorte d’excès de confiance militaire alors même que justement le déroulement du conflit fait que très bientôt cette solution ne pourra plus se faire, du moins pour capturer les zones soutenues par les turcs ou les américains. Le danger est là, c’est que les partis en action autour d’Assad ont depuis le début que les armes comme outil pour régler les problèmes, une utilisation d’armes poussant à cette guerre meurtrière qui aura chassée la moitié de la population et qu’Assad ne compte pas faire revenir.
    Au contraire même, ils ont votés une loi récemment sur l’expropriation, qui fait que tous les réfugiés qui n’ont pas les justificatifs légaux de leur propriété, ben qu’ils n’espèrent pas revenir pour en prendre la possession…
    Un jour, en dehors de faire la guerre pour maintenir Assad et les intérêts iraniens et russes, il va falloir construire la paix pour l’ensemble du peuple et Assad, il a beau se faire passer pour son représentant dans la propagande, il n’est en réalité que le représentant du peuple qui le soutient, les autres, ils peuvent rester dans des camps au Liban, en Europe, en Turquie, en Jordanie, mais bizarrement aucun camp chez les frères et sauveurs iraniens ou russes….
    Alors les kurdes, ces « traitres » comme le dit Assad, à qui on met une arme sur la tempe pour se soumettre, ou de mourir ou de dégager, va falloir commencer un peu à parler et à respecter des revendications qui peuvent être différentes des intérêts du petit cercle gravitant autour de Damas, car sinon on risque d’avoir une Syrie bien vide…

    • Lagaffe dit :

      Concernant la loi d’expropriation sous 30 jours, il faut noter qu’il est prévu que les réfugiés et les personnes déplacées par le conflit qui rentrent chez eux pour récupérer leurs propriétés seront soumis à une « habilitation de sécurité » réalisée par des agents gouvernementaux. Et personne ne sait en quoi consistera précisément cette procédure !
      Avec les violations endémiques des droits humains imputables aux forces de sécurité syriennes, qui va courir le risque d’entreprendre des démarches contre le gouvernement pour réclamer les maisons et terres confisquées ?
      Dans certains cas, l’application de la nouvelle loi pourrait se traduire par une dissimulation d’éléments attestant de crimes de guerre comme à Daraya, en périphérie de Damas, selon Amnesty International. La « reconstruction » de la zone soulève de vives inquiétudes quant à la destruction de preuves relatives à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité et va compromettre gravement de futures investigations sur les crimes relevant du droit international.

      • Thaurac dit :

        Bref, de nombreux règlements de compte, façon épuration après la libération de la france, seuls ceux qui ont du fric vont s’en tirer.
        On va donc créer des camps de palosyriens dans les pays limitrophes afin qu’ils puissent regagner leur pays

  8. Lagaffe dit :

    Sept ans de guerre et de déplacements massifs ont redessiné la carte démographique en Syrie, érigeant des frontières entre les communautés ethniques, religieuses et politiques du pays qui seront difficiles à abolir.
    http://www.liberation.fr/planete/2018/05/25/en-syrie-guerre-et-deplacements-massifs-redessinent-la-carte-demographique_1654071

    • Thaurac dit :

      Bref, cela va être comme en Afghanistan, des chefs de guerre dans chaque secteur

    • jyb dit :

      @lagaffe
      pour être complet l’article aurait du évoquer les exilés revenus en syrie (nombre, qualité, ventilation…)

  9. Carin dit :

    Bachar vient juste de prendre conscience que la guerre va se terminer, et que les FDS représentent l’opposition politique de demain… si Bachar Al Assad ne peut pas s’occuper des FDS/YPG son règne est fini… des élections seront provoquées et adieu Bachar, qui devra fuir pour ne pas finir condamné à mort par un tribunal syrien. Il sait que tout les pays qui reçoivent des réfugiés se chargeront d’enregistrer leurs votes car tout ces réfugiés sont syriens… Bachar Al Assad n’a plus le choix, il va envoyer ses troupes à la mort pour tenter de sauver son misérable règne.

    • Briska dit :

      Quelle blague! Les FDS ne représentent que l’interet médiatique qu’ils apportent aux troupes américaines, c’est un alibi cache-sexe qui autorise Washington à violer le droit international. Leur poids militaire est déterminé par le renfort des moyens US, aérien ou terrestre. Politiquement, ils ne représentent qu’une partie des kurdes syriens, et leur tuteur à la bannière étoilée peine à y intégrer les arabes syriens pour leur donner un peu plus de «  coffre ».

    • Lassithi dit :

      Sur quelle base fondez vous vos propos ?

  10. librexp dit :

    Combattre contre l’EI ne donne aucun droit ou une quelconque légitimité sur le sol syrien.

  11. Barfly dit :

    Et le nord de la Syrie sous gouvernorat Turque, il le menace aussi ?

  12. Piliph dit :

    La dynamique stratégique ne joue pas en faveur des 5 à 10.000 militaires US et de leurs supplétifs (groupes marxistes kurdes + FS françaises). D’abord, ils sont entourés de pays hostiles à leur présence : Syrie bien sûr, mais aussi Irak et Turquie. Ensuite, l’occupation de terres à peuplement arabe par des milices communistes kurdes ne sera jamais acceptée par les autochtones (donc milices, résistance, IED et tout le reste). Enfin, les militaires US n’ont pas la mémoire collective d’un Dien Bien Phu.
    Au total, une aventure militaire néocolonialiste qui finira par le sang, l’humiliation et les camps de prisonniers pour les pauvres bidasses de base, comme d’hab.

  13. Szut dit :

    Evidemment les russes sont totalement incapables de jouer le moindre rôle positif. Leur seul but est de contrôler une zone militaire afin de se donner l’illusion d’être une grande puissance et accessoirement d’enquiquiner l’occident.

    • citron dit :

      remplacer ‘russes’ par ‘français’ …c’est du pareil au même !

  14. Eliot Mess dit :

    Ca blablatte, mais mettez une seul fois la réalité en photo, et tous les trous-balles vont réfléchir à deux fois sur la guerre! Etre insensible ne fait pas le gaillard! Avoir une moral c’est déjà beaucoup compliqué… C’est la culture de la compassion qui permet aux hommes de s’entendre et de construire ensemble, voilà c’est tout, pouvez circuler! https://www.youtube.com/watch?v=L3nGXVPYWag&index=22&t=0s&list=LLNJ-NDClPq34SrwMvxETIKA

  15. librexp dit :

    « La solution militaire n’a aucune efficacité pour mettre fin à nos différends avec Damas », a affirmé le porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Kino Gabriel.

  16. caiusbonus dit :

    Je suis neutre sur cette affaire; Toutefois je pose la question: « qu’est-ce qui prouve que si des élections régulières avaient lieu en Syrie Assad ne passerait pas de nouveau? »
    Quelqu’un a la réponse certaine? Il en va de la légitimité du personnage.

  17. ETI68 dit :

    Et d’après d’aucuns, cet Assad, dont la famille et le parti soutiennent toutes les formes de terrorisme arabo-islamique au Proche-Orient depuis des décennies, est le « meilleur barrage contre les djihadistes ». Voilà des années qu’on nous rabache ce conte pour enfants et le résultat est là : Assad n’est que le symbole vacillant d’un régime aux abois, divisé, morcelé, qui ne doit sa survie qu’à la Russie et combat les principaux ennemis locaux du djhadisme : les FDS et Israël. Il n’y a pas eu de « victoire syrienne », mais seulement une victoire russe. Pire encore, Assad combat le mouvement qui a le plus marqué de points dans la lutte contre l’EI, en s’appuyant sur la politique d’Erdogan menée contre les Kurdes, un comble ! Ce ne sont pas les Américains, ni les Russes, ni les Européens qui doivent partir, c’est Bachar El-Assad, sa clique du Baas et ses amis chiites du Hezbollah et d’Iran. Personne ne veut voir l’Iran continuer à crapahuter en Syrie, voire en Irak. Ni Washington, ni Moscou, ni Jérusalem, et la France ferait bien de se souvenir de la campagne terroriste, orchestrée par Téhéran, dont elle fut la victime dans les années 1980. Renvoyer les Iraniens dans leurs frontières est la priorité et cela ne pourra se faire avec Assad. Les Russes sont à présent bien enracinés militairement en Syrie et il ne sera pas aisé de les en déloger : tant mieux. Moscou doit se voir garantir son maintien sur la scène proche-orientale. Disons que depuis que les Russes se sont solidement implantés en Syrie, la présence d’Assad à la tête de ce pays est devenue un peu moins importante. Poursuivons dans cette voie et l’on pourra bientôt écraser le Hezbollah et exiger de Téhéran le prix de 40 ans de soutien du terrorisme par la République islamique d’Iran.