Grâce à Naval Group, la construction d’un premier sous-marin Scorpène au Brésil a franchi une étape cruciale

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

14 contributions

  1. Hermes dit :

    Je resterai toujours sceptique sur le fait de « mettre a niveau » des chantiers & industriels qui demain pourraient être nos rivaux…

    • Hermes dit :

      J’irais jusqu’à rajouter que les sous marins, ça fait partie de ces contrats que je ne suis pas particulièrement fier de voir remporter avec un transfert de technologie massif…
      .
      Ce n’est pas sans raison que les USA sont absent de ce secteur stratégique…

      • Alain d dit :

        Les USA n’ont pas de sous-marins conventionnel, raison pour laquelle ils sont absents de tous les appels d’offres où Naval group propose le Scorpène.
        Par contre le marché des futurs sous-marins et PA à propulsion nucléaire de l’Inde intéressent les Etats-Unis.
        Vous racontez n’importe quoi !

      • Alzoc dit :

        C’est surtout que les USA n’ont plus le savoir faire sur des sous-marins diesels et que c’est compliqué de vendre des SNA à l’export.

      • wagdoox dit :

        pour le coup ca ne m’inquiète pas de trop, c’est un domaine qui nécessite une politique cohérente et continu. En d’autre terme, une fois que les Brésiliens auront construit 4 soum classiques ils seront condamnés à exporter ou à en acheter de nouveau s’ils ne veulent pas perdre leur savoir faire. Il parait assez évident qu’ils n’achèteront pas d’autre soum et pour l’export c’est assez compliqué tant les clients potentiels demanderont eux aussi à produire sur place. De plus les chantiers brésiliens auront la réputation de nouveau venu (tenu par la main des français tant qu’ils n’auront pas produit un sous marin 100% brésilien) et n’ayant aucune expérience pour le transfère de technologie. L’exemple espagnol est criant.
        Pareils pour les avions, l’Inde demande à fabriquer les rafales comme elle avait demandé à fabriquer les M2K, on sait ou ils en sont encore aujourd’hui.
        Enfin pour ce qui est d’un sous marin nucléaire, c’est un plus grosse blague encore, d’ou vient le réacteur, une série à une unité, la maintenance … Ca va un coup, une fois.

    • Requin dit :

      Vous savez au moins que ce chantier appartient à 41% à Naval Group ?
      Ce qui limite sérieusement les risques de concurrence.
      Et on a vu ce qui c’est passé quand les Espagnols ont voulu nous arnaquer avec le S80…
      Savoir construire est une chose, savoir concevoir une autre.

  2. Thaurac dit :

    Et toujours ce p…n de parquet financier qui vient fourrer son nez dans les affaires françaises comme s’il voulait saper les marchés, d’autres pays n’ont pas de boulet comme ça!
    Des pots de vin, il y en a toujours eu, c’est comme ça que nos usines tourne.
    Qu’ils se penchent sur les pc portables des enfants ou de l’épouse d’un directeur de l’informatique dans l’administration. à la suite d’un marché public…..
    C’est un peu l’histoire des visiteurs médicaux ou pharmaceutiques envers leurs clients, bénéficiant de largesse déguisé.
    Bien sûr, si ces pots de vin bénéficient aux politiques, alors, il y en a pas!

    • Alain d dit :

      Je pense que vous avez tord, parce qu’au final, lorsque des malversation sont avérées, les entreprises qui se font choper peuvent finir par le payer très cher. Comme en Inde ou des groupes italien ou coréen qui sont sur liste noire !
      Pour l’Italie, si je ne me trompe pas, elle a au minimum perdu un marché sur des hélicos et sur des torpilles……. Pour la Corée des ravitailleurs ou des chasseurs de mines, j’ai oublié !
      Et faut arrêter les pot de vins et les rétro-commissions, parce que les débouchés économiques proposés par des coopérations sont bien plus profitables au final et sur le long terme. Et ça fout le pression sur le gouvernement mais aussi sur l’opposition d’une nation avec laquelle on négocierait un contrat.
      Et puis une fois les valises arrivées à bon port, un contrat peu toujours être annulé, c’est plus compliqué losrque des entreprises, des emplois et des usines sont engagées sur un projet, même si le gouvernement qui a signé est dégagé par un autre !

      Mais je comprend que la bidouille dévoilée sur la vente des derniers sous-marins allemands à Israël vous dérange ! Et pour votre champion Netanyahou, je n’ai pas suivi les dernières évolutions de toutes les procédures ouvertes à son encontre pour les différentes magouilles financières.
      Qu’en est-il? Va t’il réussir à échapper au cachot ?

      • Alain d dit :

        tor?
        ….. que vous avez tort, mais je trouve que vous êtes un peu tordu et très torturé !

    • Alain d dit :

      « Bien sûr, si ces pots de vin bénéficient aux politiques, alors, il y en a pas! »
      Vous être totalement à coté de vos pompes, parce que les rétro commissions dans la défense atterrissent souvent chez les politiques, parce qu’il n’y a pas de contrat de défense sans validation politique. Y’a d’ailleurs des procédures en cours en ce moment en France. Si ceux qui ont magouillés sont assez forts et malins pour réussir à s’en tirer, c’est qu’il faut revoir le système et peu être donner plus de moyens à l’investigation et la justice. C’est l’orientation que prend la France ces derniers temps, probablement un peu contrainte et forcée ! Vous êtes à contre-courant, has-been !

      • Alain d dit :

        Parce que l’argent qui n’est pas tracé peut atterrir n’importe où, même aux mains du grand banditisme, des trafiquants, mafias ou des djihadistes, qui profitent des banques, entreprises et investisseurs pas très regardants et des paradis fiscaux!
        Toute ces véroles ci-dessus sont plus ou moins liées ou en capacité de l’être.
        Donc, pas possible de faire le tri, soit on tend à aller vers une transparence totale, y compris sur les dépôts et encaissements en liquide à éradiquer, les financements participatifs, transferts d’argent (W-U et autres), bitcoin et autres monnaies virtuelles qui ne sont à ce jour pas contrôlables, soit on baisse les bras et alors ça devient la jungle!

    • wagdoox dit :

      Dans quel pays cela n’existe pas ?

      • tschok dit :

        @wagdoox
        .
        C’est pas le problème, ne commencez pas à chercher des justifications.
        .
        Aujourd’hui, vous avez trois bonnes raisons de refuser la corruption, mais une seule a vraiment été décisive:
        .
        1) Ce n’est pas un victimless crime: la corruption ne sert pas seulement de « lubrifiant » à la passation de contrats profitables, elles sert à bafouer des droits donc à nuire à des gens ((organiser le pillage des ressources d’un pays, détourner les lois démocratiques d’un pays, frauder le droit fiscal, blanchir des fonds, se soustraire au droit de la protection sociale, etc). Tout cela à un coût pour la société et les personnes lésées.
        .
        En fait, la corruption est un moyen de la domination: elle permet à des gens riches de se payer ce qui est interdit, comme tricher lors d’un appel d’offres. On domine son concurrent alors qu’on est moins bon que lui, sauf qu’on est plus riche. On triche et on aime ça.
        .
        2) La corruption, comme son nom l’indique, corrompt: à chaque fois que vous voyez une pute faire la tapin dites-vous bien que, derrière, un flic palpe d’une façon ou d’une autre, même de nos jours. Que vaut ce flic lorsque vous lui demandez de lutter, par exemple, contre le trafic de drogue? Peut-on vraiment compter sur lui?
        .
        Le problème de la corruption, c’est qu’elle se répand dans la société: dans le cadre de ce qu’on a appelé la France à fric, par exemple, les « commissions » versées par les entreprises corruptrices aux dirigeants africains avaient pour contrepartie des « rétrocommissions » destinées à corrompre les hommes politiques français. Le circuit est donc le suivant: un agent économique français corrompait un politique africain qui, à son tour, reversait une rétrocommission à un intermédiaire qui la reversait à un homme politique français, corrompant ainsi la démocratie française.
        .
        C’est contagieux.
        .
        3) Le soft-power US nous oblige à faire gaffe à ce genre de chose: si une entreprise française se fait prendre, elle encourt des amendes en droit américain. Ca, c’est vraiment chiant, parce qu’ils n’hésitent pas ces cons-là.
        .
        Le 1 et le 2, les gens s’en foutent en France. Mais le 3 et la peur de la sanction qui va avec, ça leur fait mal au cul. Pourquoi on a mérité le 3? Parce que sur le 1 et le 2 on est permissif (cf votre com et celui de Thaurac). Les Français, par rapport aux anglo-saxons et aux européens du Nord, ont l’image de gens qui sont d’une moralité douteuse (difficulté à distinguer le licite de l’illicite). Et ça se retrouve dans les commentaires sur ce blog: cette image n’est pas usurpée, c’est effectivement celle qu’on donne.
        .
        Les Américains font donc ce qu’il faut faire pour nous remettre dans le droit chemin, puisque de notre coté nous marchons à l’amble.
        .
        Les Américains nous font comprendre que cette fois-ci la corruption (la nôtre) est un moyen de domination (la leur). C’est pervers, mais il faut bien avouer que c’est bien vu.
        .
        Le problème qui reste à régler: les gens qui ont la culture de Thaurac vont retarder la prise de conscience du phénomène, donc ce que je vous explique et qui est pourtant simple va mettre du temps à rentrer dans la sphère consciente de l’action collective. Donc, on va se faire allumer par les Amerloques jusqu’au moment ou le parquet financier français nous semblera une meilleure méthode d’auto-régulation.
        .
        Ca va prendre un certain temps vu le niveau de réflexion. Mais bon, quand on est con, on est con, donc on souffre. C’est le tarif et il n’a rien d’injuste, car la corruption est quand même une belle saloperie.

        • Alain d dit :

          « Ca va prendre un certain temps », malheureusement !
          Ca avance lentement mais surement, y’a aussi des zigzags pris pour retarder l’affaire, surtout en France ou la finance n’a jamais été l’ennemi, même sous Hollande. Difficile de faire évoluer un panier de crabe expérimenté qui participe grandement à la puissance économique française.
          Les opinions publiques nationale et internationale mettent la pression, ainsi que des ONG françaises et autres organisations internationales.
          Et les attaques meurtrières des intégristes liées au grand banditisme et au trafic d’armes, et les quelques banques chopées à blanchir de l’argent, font qu’il ne sera plus possible maintenant de reculer.
          Et le fait que nos voisins ont aussi été ciblés aide !
          Si seule la France avait connu la foudre,………. ?
          Mais ça va prendre un certain temps, trop long à mon gout !