En 2016, le nombre de gendarmes blessés à la suite d’une agression a augmenté de 10%

Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), 18.721 gendarmes et policiers ont été blessés en mission ou durant les heures de service en 2016. Par rapport à l’année précédente, ce chiffre est en recul de 1,7%. Mais à y regarder de près, il couvre des réalités fort différentes.

Ainsi, dans le détail, 5.767 policiers et 4.079 gendarmes ont été ou se sont blessés lors d’une intervention, ce qui fait une hausse globale de 4% si l’on considère les statistiques de 2015. En revanche, le nombre de personnels blessés en service affiche une une baisse de 7,4%.

Pour ce qui concerne plus particulièrement la gendarmerie, l’ONDRP indique que 49% des gendarmes blessés lors d’une mission de police (soit 1.984 militaires) l’ont été à la suite d’une agression, ce qui fait une hausse – conséquente – de 10% sur un an.

S’agissant des policiers, il a été constaté une très forte hausse des blessures par arme chez les policiers (+60% en un an). « Parmi les policiers blessés en mission de police, 70 % assuraient des missions liées à la sécurité publique et 21 % étaient affectés au sein de la préfecture de police de Paris », détaille l’étude de l’ONDRP [.pdf].

En outre, 1.919 gendarmes ont été blessés « en environnement opérationnel lors d’opération ou de mission de police en dehors des agressions et des ACCR » [accident de la route, ndlr], note l’étude. Cela représente 47% des gendarmes blessés en mission. « Par rapport à 2015, le nombre de personnels blessés dans ces circonstances a connu une augmentation de 10 % (1.743 blessés en 2015), souligne l’ONDRP.

Enfin, le seul cas où le nombre de gendarmes blessés baisse est celui des « accidents corporels de la circulation routière », qui représente 4% de l’ensemble des miliaires blessés au cours d’une mission de police en 2016. « Cette catégorie enregistre une baisse de l’ordre de 26 % entre 2016 et 2015 (239 gendarmes victimes en 2015 contre 176 en 2016) », précise l’Observatoire.

Par ailleurs, le nombre de gendarmes et de policiers tués dans l’exercice de leur fonction a fortement augmenté en 2016. Au total, 18 militaires de la gendarmerie ont trouvé la mort, dont 14 lors d’une opération de police.

« Parmi ces décès, 2 sont consécutifs à des agressions physiques, 6 résultent d’accidents corporels de la circulation routière (ACCR) survenus tandis que les personnels étaient en intervention et 6 ont eu lieu en environnement opérationnel, c’est-à-dire lors d’opération de police dans d’autres circonstances que celles des agressions et des ACCR. Le nombre élevé de victimes en 2016 est donc essentiellement dû à des événements tragiques accidentels », précise l’ONDRP.

39 commentaires sur “En 2016, le nombre de gendarmes blessés à la suite d’une agression a augmenté de 10%”

  1. Et les fournisseurs de statistiques officielles, celles qui confortent la parole officielle, nous disent que la violence diminue dans notre société comme le nombre de morts violentes, homicides ou autre.
    Hors sujet, mais pas tant que ça. J’ai trouvé ça sur Internet et j’ai été étonné de revoir que des soldats du 2eme REP patrouillaient pour Sentinelle.
    http://www.dailymotion.com/video/x63j5bu
    Si un régiment d’élite, le seul légion-para corvéable à merci pour les interventions, est dévoyé par une opération destinée à rassurer la population, sans pour autant diminuer les attentats ni les empêcher, cela veut probablement dire que l’armée dans ses missions régaliennes c’est fini pour nos gouvernants qui ne rêvent que de dissoudre la nation pour inventer une « nation » européenne et l’armée qui va avec.
    Si l’armée se retrouve à intervenir sur notre territoire, sans insurrection le nécessitant, que ce soit pour récupérer les territoires perdus de la république, en métropole comme en outremer.

    1. Apparemment encore un hors sujet, mais Laurent nous honorera peut-être d’un article, cela le mérite. Les deux soldats russes, nommés mercenaires, viennent d’être exécutés par l’EI.
      Roman Zabolotny, âgé de 39 ans, et Grigory Tsurkanu, 38 ans, auraient, d’après l’article, refusé de renier leur foi orthodoxe et de se convertir à l’islam. Ils auraient également refusé de déclarer à la caméra qu’ils rejoignaient le groupe Daech. Honneur à eux et paix à leurs âmes.
      Seul Dieu juge, dit un dicton des Marines, mais je suis persuadé que les soldats russes en Syrie feront le nécessaire pour organiser la rencontre prochaine avec Dieu de leurs bourreaux.

      http://www.dailymail.co.uk/news/article-4955614/Two-Russian-mercenaries-executed-ISIS.html?ito=social-twitter_mailonline

      1. J’ai vu les même scènes au Tatarstan (république de la fédération de Russie pas ceux de Crimée qui étaient des envahisseurs) où des policiers russes ont refusé de renier l’orthodoxie et ont été décapités en 2017.

    2. @Robert

      « Si un régiment d’élite, le seul légion-para corvéable à merci pour les interventions, est dévoyé par une opération destinée à rassurer la population, sans pour autant diminuer les attentats ni les empêcher, cela veut probablement dire que l’armée dans ses missions régaliennes c’est fini pour nos gouvernants qui ne rêvent que de dissoudre la nation pour inventer une « nation » européenne et l’armée qui va avec. »

      Entièrement d’ accord avec vous !

      Cependant la question est : pourquoi et pour qui ? Quelle est la matrice de toute cette idéologie , quelle en est l’ origine ?
      Une fois que vous avez obtenu un maximum de réponses , vous avez tout compris …

      1. Macron a été élu, par défaut certes mais quand même, parce que l’électorat français avait été suffisamment travaillé pour accepter le passage de la nation à une partie d’un ensemble économique qu’on appelle l’UE.
        Et l’invasion migratoire organisée et encouragée aura pour effet d’isoler les citoyens français, et européens, par des revendications communautaristes et criminelles qui exercent déjà leur pression, et qui n’auront plus comme recours que l’Empire Européiste pour répondre à tous leurs problèmes.
        L’armée détournée de sa vocation par Sentinelle ne sert pas à agir sur les causes du terrorisme islamiste ni même de la criminalité immigrée qui passe allègrement au terrorisme, mais pour simplement rassurer la population et laisser croire que les gouvernements successifs agissent et ont la situation en main. La police pourra être plus disponible pour réprimer les velléités patriotiques ou de réaction contre la criminalité et l’islamisme.
        Le cosmopolitisme, qui unit les tenants de la seule loi du marché aux internationalistes de tout poil et aux communautaristes, est à l’oeuvre depuis longtemps et il se dévoile progressivement dans ses buts quand il est trop tard pour y porter remède.
        Si les délinquants peuvent s’assurer une relative impunité, c’est parce que des lois ont été votées ou détournées de leur but pour semer la confusion dans le droit français, que la culpabilisation des nationaux, qui n’ont que la France comme intérêt commun, a empêché les défenses immunitaires de pouvoir faire face à cette confusion criminelle et qu’au résultat nous avons l’impression d’une fatalité alors que cela a été organisé ou laissé faire depuis des décennies.
        Â commencer par la suppression de la peine capitale, l’interdiction d’une perpétuité réelle et de l’expulsion immédiate et définitive, après suppression de la nationalité française si nécessaire, des criminels importés ou étrangers de coeur.
        Pas de patrie, de nation digne de ce nom si nous ne pouvons pas y faire régner nos propres lois en vue du bien commun national.

        1. Un article de Pierre Vermeren dans lequel il explique que la croissance (pour la France en désindustrialisation) ne peut se faire que par l’immigration. Si Mme Merkel accueille tant de clandestins, c’est pour montrer que les Allemands ne sont pas si nazis que cela, parce qu’ils souffrent de dénatalité et parce que c’est bon pour la croissance.
          http://premium.lefigaro.fr/vox/economie/2017/10/08/31007-20171008ARTFIG00095-pierre-vermeren-le-grand-bond-en-arriere-du-capitalisme-francais.php

          1. L’article est en version premium, alors le voici :
            .
            TRIBUNE – L’économie française retrouve les traits qui étaient les siens à l’époque de notre empire colonial, argumente l’historien.
            La vente d’Alstom Transport à l’allemand Siemens est une nouvelle illustration du déclin industriel de la France. La question n’est plus de documenter ce constat, mais de tenter de l’expliquer.
            La relecture de notre histoire industrielle s’impose. La France a été avec l’Allemagne le pays moteur et leader mondial de la deuxième révolution industrielle, entre 1880 et 1930. Acier, électricité, téléphonie, cinéma, automobile, aviation, chimie: l’industrie et la science françaises étaient alors de toutes les innovations. Ce fut l’apogée de la France du Nord et de l’Est, régions parisienne et lyonnaise incluses, qui convertissaient avec profit les capitaux accumulés au XIXe siècle dans l’agriculture, le textile et la sidérurgie. La France du Nord était la compétitrice de l’Allemagne.
            C’est ce capitalisme sans usine, marchand et rentier, que la France a légué à ses anciennes colonies : on comprend pourquoi aucune d’entre elles, un siècle plus tard, n’est devenue un pays développé
            Durant cette période, l’autre France, celle de l’Ouest et du Sud, non sans relais bancaires parisiens et lyonnais comme la Banque de Paris et des Pays-Bas (future BNP), se lance dans une expansion coloniale forcenée en Afrique et en Asie. Le Sud et l’Ouest demeurent tardivement paysans et sous-industrialisés, mais Marseille et Bordeaux s’enrichissent au rythme du monde. Un autre capitalisme français, marchand et financier celui-là, est né de la compétition coloniale, répandant son savoir-faire dans de nombreuses régions du monde. Aucune technologie industrielle dans ce capitalisme-là, mais seulement des villes, des banques, des fonctionnaires, des compagnies de transport et des matières premières. C’est ce capitalisme sans usine, marchand et rentier, que la France a légué à ses anciennes colonies: on comprend pourquoi aucune d’entre elles, un siècle plus tard, n’est devenue un pays développé.
            Au milieu du XXe siècle, la France abrite donc deux modèles économiques. Un capitalisme colonial, marchand et rentier au Sud ; et un capitalisme industriel et productif au Nord. De façon logique, quand la décolonisation survient, la France de De Gaulle se lance avec passion dans un colbertisme industriel ambitieux, qui transforme le pays. La France du Nord triomphe. Le Sud et l’Ouest subissent une saignée démographique, mais tout le pays s’industrialise. Dans l’euphorie économique des années 1960, la France industrielle est à son zénith, présente et souvent leader dans tous les grands secteurs industriels mondiaux ; et les capitaux libérés par l’ancien Empire français forgent des groupes tertiaires innovants (banque, tourisme, distribution, publicité).
            Dans les années 80, la France dirigeante considère peu ou prou qu’il faut se débarrasser de l’industrie (…) Nos décideurs publics et privés ne réalisent pas que l’Allemagne et ses petits voisins sont les principaux bénéficiaires de leurs choix
            Survient la crise mondiale. Pendant une décennie (1973-1983), la France oscille entre décrue industrielle et regain d’innovation (TGV, aviation, nucléaire). Puis en 1984, commence la liquidation de son capital industriel. Des théories font florès parmi l’élite des baby-boomers qui arrive aux affaires sous François Mitterrand et Jacques Chirac: la logique industrialiste cède le pas à un consensus idéologique bâti sur les principes suivants: la «fin du travail», la désindustrialisation, la fin de la classe ouvrière, l’abandon des secteurs productifs (même la pêche et l’agriculture), l’avènement du tout-tertiaire et la financiarisation. Ce tableau ne serait pas complet sans l’économie sociale de redistribution, qui fait de la France le plus grand prestataire mondial de revenus sociaux (15 % du total mondial pour 1 % de la population). À l’époque, la France dirigeante considère peu ou prou qu’il faut se débarrasser de l’industrie en la transférant dans les pays en développement comme le fait l’Amérique et se dote d’une économie de services mondialisée.
            Nos décideurs publics et privés ne réalisent pas que l’Allemagne et ses petits voisins sont les principaux bénéficiaires de leurs choix. En effet, l’Allemagne, elle, parvient à conserver toutes ses filières industrielles, des plus capitalistiques (machines outils) aux plus dévoreuses de main-d’œuvre grâce aux pays d’Europe centrale et orientale.
            Dès lors, en France, banquiers et énarques ont remplacé ingénieurs et innovateurs. Les traders abandonnent la production au profit de l’économie financière. Les grands distributeurs remplacent le comité des forges. Les nouvelles élites de la méritocratie scolaire, qui tourne alors à plein, souvent issus de l’Empire perdu, et des régions tardivement paysannes du Sud et de l’Ouest, grimpent dans la bureaucratie d’État et tiennent leur revanche: dépourvu de culture productive, ils enterrent sans état d’âme la France industrielle et besogneuse qu’ils ne connaissent pas. Enfin, le bâtiment et les travaux publics deviennent les rois d’un capitalisme lié à la commande publique.
            Cette économie d’endettement est un vélo qui ne peut pas s’arrêter : comme son modèle colonial, elle nécessite toujours plus de carburant
            Dans cette organisation, la puissance publique, comme aux colonies jadis, est tout: la dette française, qui s’aggrave chaque année depuis quarante ans, nourrit la finance. Avec plus de 2200 milliards d’encours, c’est l’affaire du siècle (83 nouveaux milliards vont s’y ajouter en 2018). Par son déficit toujours reconduit, la France a financé à fonds perdu des centaines de milliards d’investissements publics (autoroutes, TGV, rocades, nouveaux quartiers ou villes). Cette économie d’endettement est un vélo qui ne peut pas s’arrêter: comme son modèle colonial, elle nécessite toujours plus de carburant. Or celui-ci n’est plus l’innovation – l’industrie étant délaissée – mais la croissance de la population, de la dette et de l’aide sociale.
            Le capitalisme industriel a été vaincu par K.-O. L’histoire dira si la destruction de notre capital productif a été l’ultime revanche de notre histoire coloniale
            L’immigration et le vieillissement sont deux éléments clefs du dispositif, car l’économie sociale de redistribution repose sur la croissance nominale de la population. Qu’importe la médiocrité de la formation ou la déqualification de la main-d’œuvre: seul compte le nombre. Qu’importent les dizaines de millions d’inactifs ou d’improductifs (dont 6 millions de chômeurs si l’on tient compte des temps partiels), ils sont un moteur de cette croissance aussi extensive que poussive (moins de 1 % dans les années 2010 contre 5 % dans les années 1960): la démographie nourrit le BTP par une constante pénurie organisée de logements et d’équipements ; elle alimente l’économie d’endettement par les déficits sociaux et publics ; elle contribue à faire tourner les grands secteurs postindustriels comme la santé et la grande distribution.
            La France vit donc, en quelque sorte, le grand retour du modèle capitaliste qu’elle avait connu à l’époque de son empire colonial: financier, improductif, marchand et rentier. Le capitalisme industriel a été vaincu par K.-O., à l’exception des secteurs qui permettent de rayonner dans les pays en développement: énergie (pétrole), armement et grands équipementiers. L’histoire dira si la destruction de notre capital productif a été l’ultime revanche de notre histoire coloniale.
            * Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire, Pierre Vermeren est professeur d’histoire du Maghreb contemporain à l’université Paris-I-Panthéon Sorbonne. Il a notamment pubié «La France en terre d’islam, empire colonial et religions» (Belin, 2016).

      2. Je m’excuse de relever une contradiction:on ne peut pas être contre une « armée européenne » et en même temps pester contre les européens qui ne viennent pas nous aider en Afrique et autres terrains d’action.En outre rassurez vous c’est pas pour demain,ni pour après demain.Trop d’intérêts divergents ou opposés entre les pays.Si un embryon doit se former ce sera pour des missions d’urgence,missions coup de poing.Avis SGDG.

        1. Certes , mais quelle armée européenne ? Organisée et autour de quels commandements ?

          1. Faut déjà éliminer ce à quoi on pense tous:une armée napoléonienne,avec Macron1er à sa tête.On semble oublier qu’il y a déjà une coopération,même si c’est c’est sous l’égide de l’OTAN,entre Européens.Et pour faire des conneries en Libye, tous seuls cette fois,on a su collaborer.S’unir,collaborer intelligemment,serait-ce au dessus de nos moyens?.Faudra bien pourtant le faire,ne serait-ce que par intérêt économique.

        2. Auguste,
          D’accord avec vous, l’unité de l’Europe ne peut se faire qu’entre pays ayant une proximité culturelle. L’Europe de Bruxelles n’est pas l’Europe, mais une association, de force, d’intérêts économiques inégaux voire concurrents.
          Si une armée européens pouvait exister, ce serait une armée de nations associées en vue d’une défense globale commune. Comme l’OTAN pour les USA.
          En tout cas, pas au détriment des nations et en vue de les supplanter.
          L’Europe de Bruxelles n’a jamais atténué les conflits et intérêts des nations européennes, elle n’a fait que les exacerber à son profit économique.

        3. @Auguste : Seuls les grossiers personnages s’excusent eux même ; les gens polis demandent à être excusé (avec des phrases comme : « Pourriez-vous m’excuser ? », « Veuillez m’excuser s’il vous plaît, car… », « Je vous prie de m’excuser… »…).

  2. Bienvenue dans le monde réel. C’est ce que l’on subit au quotidien. Des bandes, toujours les mêmes, qui sont de plus en plus violentes et ne respectent rien. Totalement irrécupérables, ils savent répéter les mots dictés par leurs avocats afin de rester libre et de continuer leurs activités nocives…

    1. @Phil

      Certes , mais ce que vous décrivez n’ est qu’ une conséquence ; il y a des causes profondes à cet état de fait , cela ne provient nullement d’ un hasard mais d’ un concours de circonstances favorable à l’ émergence de toute cette explosion de violence …

      Les parents , l’ Éducation Nationale en numéro 1 exæquo !
      La Justice en numéro 2 qui n’ apporte pas ou peu de réponses à la hauteur des enjeux .
      Puis pêle-mêle : le monde médiatique , Internet , le cinéma , la musique dont le gangsta rap , les jeux vidéos violents etc …

      Les politiciens tiennent un rôle primordial mais restent à part car ce sont eux qui disposent encore de nombre de manettes …
      Mais vous avez aussi le grand-banditisme et les mafias qui jouent un rôle non négligeable !

      Certains rétorqueront qu’ il y a aussi tout le contexte social , environnemental …

      Je ne suis pas d’ accord ; cela a tout l’ air du bon prétexte servant à tout justifier voire à excuser cette façon de se laisser aller aux plus bas instincts par facilité , par inclination naturelle et bien-sûr par émulation collective ; même si la situation n’ est pas simple ou facile , ce n’ est pas une raison pour se laisser dériver à ce point !
      Mais comme je tiens à le souligner : certains tirent un grand nombre de ficelles à leur profit …

  3. Bonsoir, étant de la partie je me permets d’apporter une précision pour la police nationale. Ne sont comptabilisées comme blessures que les blessures établies par un dossier de blessure en service et transmis au service médical. C’est un dossier lourd à remplir avec notamment un témoignage circonstancié d’une autre partie, un certificat médical, un avis hiérarchique etc…Ce qui signifie dans les faits que si la blessure n’est pas grave le fonctionnaire n’établit généralement pas ce rapport, cela n’a aucun intérêt pour lui et c’est consommateur de temps et d’énergie. Je donne un exemple de cas concret vécu. Vous avez 20 CRS sur une compagnie blessés/contusionnés dans une manifestation. Il y aura un avis hiérarchique (télex) cela paraitra peut être dans la presse mais au final si aucun n’établit ce dossier, en terme de statistique en fin d’année aucune de ces 20 blessures ne sera validées et ce sera zéro blessure comptabilisée pour les statistiques de la police nationale.

    1. François,
      Merci de vos lumières.
      Si je résume ce que j’ai compris, la complexité administrative favorise des statistiques basses.
      Sans vouloir vous offenser, je ne comprend pas qu’il y ait si peu de révolte chez vos collègues.
      Je parle de révolte contre hiérarchie et autorité politique, parce que ça reste une des confréries ou le suicide est le plus important.

    2. Ceux qui aiment fréquenter les séances publiques au tribunal semblent pourtant dire que la moindre altercation, même minime, semble trop souvent poursuivie pour outrage car il y a des dommages & intérêts quasiment systématiquement accordés à y gagner?! Certains habitués en auraient fait un véritable complément de salaire…
      Peut-être la procédure est-elle dans ce cadre plus simple… Mais bon, s’il vaut mieux coller un gnon que de demander (avec une pointe d’humour) a celui qui vous radarise (idéalement aux heures ou on bosse, histoire de cibler les gens encore solvables au rythme ou l’on coule) avec qq km/h de trop si, dans le contexte actuel, il n’a pas « mieux à faire qu’emmerder le monde pour des prunes »? Forcément, certains s’adaptent…
      Sinon, ce qui parait le plus préoccupant est la hausse des blessures par arme.

      1. Bonsoir, je n’en ai pas rencontré en 20 ans et moi même après de nombreuses blessures et autres agressions je n’ai jamais touché un franc ou euro. Je reconnais aussi ne pas être très procédurier . Mais si des habitués des séances publiques l’affirment…libre à d’autres de les croire sur parole. Il faut savoir que le passé judiciaire suit le policier toute sa carrière et est facilement accessible tant par les juges que par sa hiérarchie. Le fonctionnaire victime d’un nombre d’outrage anormalement élevé d’outrages est rapidement recadré quant il n’est pas déjà mis à l’écart par ses camarades . D’un autre côté plus le policier travaille et est volontaire plus il va se retrouver dans des situations où il va être victime d’outrage et de violences…La valeur d’un policier de terrain qui afficherait des antécédents vierges dans ce domaine serait probablement faible.

        1. Je me demande si Lym ne parle pas des accusés et leurs avocats qui parviennent à obtenir des réparations pour de prétendus outrages.
          Comme Théo dont le battage autour de l’intromission d’un objet dans son fondement a été présenté comme un viol intentionnel par les flics alors qu’il semble avéré qu’il a plutôt été accusé d’être une balance par des dealers et violé avec un objet avant qu’il n’accuse les policiers alors qu’il s’opposait à son arrestation en protégeant un dealer. Dans la quasi totalité des affaires de ce genre, l’accusation est retourné, aucune personne n’osera témoigner contre cette version, les émeutiers imposent la leur, qu’accepte l’autorité pour avoir la tranquillité, et la justice n’est jamais réellement rendue. L’affaire Adama Traore c’est pareil, comme avant Zied et Bounya qui avaient fui un contrôle et s’étaient cachés dans un transformateur électrique et qu’on continue de nous présenter comme victimes d’une bavure policière.
          Parce que la cour, les policiers ou les victimes ont bien peu de chance, à mon avis, d’obtenir réparation en général alors concernant des outrages commis par des accusés, je ne vois pas comment il leur serait rendu justice.
          Mais Lym va sûrement nous éclairer.

          1. Pourvu qu’il ne nous éclaire pas à cet endroit-là!

            N’empêche que pour Théo, si ça avait été une catholique pratiquante avec sa petite bougie, à genoux sur les Champs Elysées, en marge d’une manif d’opposition au mariage homo (c’est pas ce qu’on appelait les veilleuses? Ou les veilleurs, je sais plus) ben vous auriez tiré une autre tronche.

            Là, on voit bien que c’est parce que c’est un gamin des banlieues et un jeune black que vous nous faites votre speech de vieux dégueulasse raciste, mais dans le fond, chuis sûr que vous avez du cœur, Rodrigue.

            D’ailleurs, en bon catho, vous deviez savoir qu’il est plus difficile à un vieux dégueulasse raciste d’aller au paradis qu’à une matraque de police d’entrer dans le rectum d’un suspect, surtout s’il est noir et jeune.

            Priez pour que la Providence vous épargne d’avoir à subir ce dont vous vous moquez quand vous parlez de ces jeunes gens qui, pour certains d’entre eux, sont morts dans des conditions abominables.

            En acte de contrition, vous nous ferez deux ave maria et trois pater noster et ça ira. Et interdiction de vous caresser l’anus avec un crucifix pendant trois semaines. C’est sévère, je sais, mais il convient que votre repentir soit actif, pour qu’il vous ouvre les voie du Salut, avec des chances raisonnables de succès.

          2. @tschok

            Arguments irrecevables ; d’ ailleurs , quels arguments ? il n’ y en a aucun …

            Juste une lecture militante et idéologique de faits analysés par Robert , donc à la fois partiale , orientée et de surcroît insultante .
            Du racisme à l’ envers quoi , celui qui jusqu’ à présent ne pose que peu de problèmes ; mais ça va changer …

            Et arrêtez de nous faire chier avec vos couplets sur les jeunes blacks poursuivis par la fatalité qui ne seraient que des victimes innocentes de brutalités policières ; vos prétendues victimes sont tout-à-fait capables de s’ en prendre à bien plus faible qu’ eux juste pour laisser libre-cours à leurs plus bas instincts dictés par leur abandon aux sirènes de la facilité !!
            Pour un de « rattrapable » , dix ne le sont pas , trop bien qu’ ils sont à se complaire dans leur confortable misère qui leur est si utile pour tout se faire pardonner !!

            Les discours de types comme vous sont inacceptables tant ils sont caricaturaux ; vous osez traiter vos contradicteurs de racistes alors que vous l’ êtes tout-autant sinon beaucoup plus , vous ne valez pas mieux , pire que tout même …

            Toute cette racaille , la France devrait la foutre en taule , jeter la clé et qu’ on n’ en parle plus !!!

  4. Hier, aux urgences d’un hôpital , encore des pompiers gazés par de la racaille qui venait régler des comptes.
    5 arrestations, et surement 5 rappels à la loi….

    1. Vous vous trompez, c’est pas la racaille qui gaze les pompiers. Cherchez donc sur youtube « pompier crs ».

  5. Une pensée sincère pour tous les policiers et gendarmes qui en 2016 ont perdu la Vie dans l’ exercice de leurs fonctions ; ils sont 26 …

    Sympathies et courage aux familles , aux proches …

      1. @tschok

        Vous ne pouviez pas rédiger un message aux intentions plus infectes et opportunistes ?

        Incapable même de respecter des choses si évidentes pour tous , même le plus crétin saurait faire preuve de la plus élémentaire des retenues mais pas vous , tschok , oh non , pas vous … surtout pas vous .

        Je vous signale en passant qu’ observer le travail de gendarmes postés sur un rond-point à 4 heures du matin n’ a rien en soi de répréhensible , condamnable ou scandaleux …

        Si j’ avais critiqué positivement la qualité de leur travail en m’ épanchant de louanges de toutes sortes et de compliments dithyrambiques , mes commentaires n’ auraient posé aucun problème , absolument aucun ; tout-le-monde se serait bien abstenu d’ émettre quelque critique , tout-au plus quelques réactions amusées taquines en rapport avec la situation jugée cocasse et point à la ligne …

        Mais comme j’ ai osé exprimer des remarques négatives qui plus-est détaillées et circonstanciées , alors-là haro sur le baudet , lançons-lui l’ opprobre , l’ anathème , jetons-le en pâture à la vindicte « populaire » et j’ en passe …

        Vous et vos copains avez été de beaux dégueulasses … bien contents de se rouler dans la fange ordurière d’ une perfide inquisition « new age » …

        Et dégueulasse , vous tschok , vous n’ hésitez pas à l’ être à nouveau de la plus ignoble des manières à travers votre dernière remarque aussi déplacée qu’ infamante …

        Vous n’ êtes même pas foutu de respecter mon sincère petit hommage , attitude évidente pour tout le monde sauf pour vous et les autres abrutis patentés de votre espèce de dégénérés mentaux qui s’ estiment si supérieurs , qui vous sert de point d’ appui afin de continuer à distiller le vil substrat de vos saloperies venimeuses constamment approvisionné par le flot à jet continu de vos perverses conceptions idéologiques monomaniaques …
        Votre esprit fourbe , condescendant et complaisant est le serviteur risible d’ une mauvaise foi idéologique telle qu’ il vous est inconcevable d’ imaginer que je puisse à la fois me montrer sévère et compatissant ou ému au gré des circonstances …
        Aucune ouverture ; vous qui n’ avez de cesse de prôner la tolérance , vous n’ hésitez pas à traîner dans la boue la plus immonde vos contradicteurs quand cela fait vos petites affaires , en fait vous êtes si intransigeant , imbu de votre petite personne et hermétique à toute bienveillance dépassant le cadre de vos conceptions sciemment et volontairement étriquées délimitées par votre bienpensance militante et partisane que vous en devenez grotesque , un de ces très mauvais bouffons ridicules aux indignations à géométrie-variable à la fois burlesques dans leur forme et pathétiques sur le fond … Et vous le touchez souvent le fond …

        À partir du moment où vous avez décidé que tel ou tel doit être rangé dans telle ou telle case , il lui est prohibé d’ en sortir et vous-vous autoproclamez garde-chiourme ; et oui mais non , en ce domaine , Scope , se fait une règle d’ or d’ être roi de l’ évasion quitte à devoir n’ avoir d’ autre choix que d’ occire son geôlier …

        Bref , sortez la tête de votre poubelle , vous vautrer dans les miasmes ne vous convient pas et puis vous finissez par puer …

  6. Sur la létalité: 26 tués police/gendarmerie

    – Policiers tués par arme: 2 (1 en service, 1 en mission)
    – Gendarmes tués par arme: 2 (agressions)

    Aussi bien du côté de la police que de la gendarmerie, c’est l’accidentologie qui fait l’essentiel des morts.

    Pour une population de presque 67 millions de personnes, et compte tenu de la menace terroriste, on pouvait redouter une mortalité non accidentelle plus importante.

    On savait qu’à l’échelle de la population globale, le nombre de décès accidentels est bien supérieur au nombre d’homicides volontaires. Par exemple, le nombre d’accidents domestiques en France, c’est 20.000 morts/an:https://www.ouest-france.fr/sante/accidents-domestiques-20-000-deces-par-en-france-4270410

    En homicides, on est à environ 800/an, orienté à la baisse sauf pics statistiques dû aux attentats.

    Mais on aurait pu s’attendre à ce que le profil statistique de la mortalité des représentants des forces de l’ordre soit différent de celui de la population globale, car ils sont au contact de la violence. Or, ce n’est pas le cas. Le fait d’avoir à côtoyer au quotidien des formes de violences parfois dangereuses ne modifie pas de façon significative le profil statistique de la mort.

    On ne peut que s’en féliciter.

      1. Pour en venir au fait que l’hypermediatisation subie, internet radios, BFMTV en continu que notre perception de la réalité est faussée , les crimes de sang , toutes causes confondues, sont de plus en plus rares ( ce ne sont pas les attentats surmediatisés , à juste titre car ils concernent des innocents qui en sont la cause unique ) nous vivons donc un « trauma » entretenu, avec cellules psychologiques etc etc . »Les règlements de comptes entre partisans du MNA de Messali Hadj et militants du FLN en métropole ont fait environ 5 000 victimes et 12 000 blessés, entre 1956 et 1962″ En Algérie dans la région d’ORAN où je vivais ,en 1960,1961 on ramassait le matin les morts de la nuit, rien que chez moi ma cousine de onze ans et son père, mon oncle un ancien de la deuxième DB , sont restés grièvement blessés plus de dix heures à l’entrée de la ville dans leur traction mitraillée
        et renversée , personne ne s’arrêtant, craignant un piège des Fellouzes , alors oui pour moi, je m’en excuse, mais notre époque, à coté c’est de la gnognote .

        1. Et bien , continuez à laisser faire et à minimiser , et croyez-moi vous n’ allez pas tarder à les revivre ces horreurs , à la puissance dix même …

          Le nombre de morts n’ est pas le seul chiffre qui soit significatif , vous devriez pertinemment le savoir …

    1. Attention l’accidentologie est parfois directement liée à l’exercice de la fonction qui implique une prise de risque nécessaire dans certaines situations. Pour exemple: le policier tué dans un accident de voiture en se rendant rapidement sur une intervention prioritaire ou le gendarme de haute montagne dans l’accident de son hélicoptère sur un entraînement…

  7. Tableau présentant le taux de criminalité en France depuis 1949 :

    Année Taux de criminalité (en ‰)
    1949 14,06
    1950 13,79
    1951 12,57
    1952 12,90
    1953 12,85
    1954 12,23
    1955 11,95
    1956 12,79
    1957 15,15
    1958 13,55
    1959 14,32
    1960 15,13
    1961 15,44
    1962 15,81
    1963 11,93
    1964 12,72
    1965 13,60
    1966 15,02
    1967 16,99
    1968 18,86
    1969 20,38
    1970 22,47
    1971 25,27
    1972 32,54
    1973 33,97
    1974 34,93
    1975 36,36
    1976 34,55
    1977 39,57
    1978 40,32
    1979 43,58
    1980 48,90
    1981 53,49
    1982 62,83
    1983 65,21
    1984 67,06
    1985 64,89
    1986 59,41
    1987 56,95
    1988 55,97
    1989 58,05
    1990 61,73
    1991 65,87
    1992 67,08
    1993 67,67
    1994 68,08
    1995 63,47
    1996 61,44
    1997 60,11
    1998 61,16
    1999 60,99
    2000 64,08
    2001 68,53
    2002 68,93
    2003 66,13
    2004 63,22
    2005 61,94
    2006 60,68
    2007 58,08
    2008 57,27
    2009 56,36
    2010 54,90
    2011 54,54
    2012 54,64

    Où l’on voit que la perception ressentie ne représente pas la réalité le pic se trouvant en 2002 , eh oui il faut se méfier des à aprioris.

    1. Merci Mercator pour ce tableau.
      .
      En employant le vocabulaire de Tschok qui relativise et minimise le taux de blessés parmi les gendarmes et policiers, on constate que statistiquement le taux de criminalité a effroyablement grandi depuis 60 ans. Il serait donc plus que farfelu de relativiser et minimiser leurs difficultés.

    2. @MERCATOR

      Chiffres probablement très intéressants , j’ en conviens , mais qui ne veulent rien dire par eux-mêmes ; il faut les détailler et tout restituer dans son contexte si on veut qu’ ils deviennent significatifs voire probants …

Les commentaires sont fermés.