Des commandos nigériens et américains sont tombés dans une embuscade près du Mali

Le 4 octobre, un petit détachement d’hommes armés en provenance du Mali a attaqué le village de Tongo Tongo, situé dans la région du Nord-Tillabéri, au Niger. Une patrouille du Bataillon Sécurité et Renseignement (BSR) des forces armées nigériennes, appuyée par des commandos américains, a immédiatement été envoyée sur place. Ce qui a donné lieu à un premier accrochage avec les assaillants.

Puis, les militaires nigériens et américains les ont poursuivis. Seulement, c’était un piège, dans lequel ils sont tombés tête baissée. En effet, le groupe armé terroriste (GAT) à l’origine de l’attaque de Tongo Tongo leur a tendu une embuscade à l’endroit le plus propice.

Pris sous un feu nourri, les commandos nigériens et américains auraient subi de lourdes pertes. Au moins huit d’entre-eux ont été tués et d’autres seraient portés disparus. Des véhicules auraient également été détruits.

« Cinq membres des forces spéciales américaines (Bérets verts) ont été attaqués lors d’une patrouille de routine dans une zone notoirement fréquentée par al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et le groupe Etat islamique », a confirmé, plus tard un responsable américain. « Trois d’entre eux ont été tués et deux autres blessés », a-t-il précisé.

D’après RFI, une opération de riposte a été lancée dans la région de Tongo Tongo. Elle mobiliserait les moyens de l’opération Barkhane, qui a envoyé des Mirage 2000 pour fournir un appui si besoin. En outre, la France a déployé, en février, un Détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de 50 à 80 commandos des forces spéciales, auprès des forces nigériennes basées dans la région de Tillabéri.

On ignore l’identité du groupe armé qui a tendu cette embuscade. Mais, dans son dernier rapport relatif à la situation malienne, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a souligné l’activité croissante de l’État islamique du Grand Sahara, dirigé par Abou Walid Al-Sahraoui, dans la région frontalière entre le Mali et le Niger.

Les forces américaines dispose de centaines d’hommes dans la bande sahélo-saharienne, notamment sur la base d’Agadez [Air Base 201, ndlr], au Niger. Elles y ont un rôle de formation et de conseil des forces armées nigériennes, en particulier dans le domaine du renseignement.

Photo : Soldats nigériens lors de l’exercice Flintlock 2017, organisé par l’US Africa Command

42 commentaires sur “Des commandos nigériens et américains sont tombés dans une embuscade près du Mali”

  1. L’ennemi n’est pas con et il ne faut jamais le sous-estimer, tant au combat que dans la tactique.Ce n’est pas par ce qu’ils ont un survêtement Adidas 0 la place d’un treillis, des baskets a la place de rangers et des pick-up Toyota a la place de Humvee ou autres véhicules militaires, qu’ils sont des moins que rien.Notre suprématie aérienne donne le sentiment que l’ennemi est comme une fourmilière qu’on écrase avec son pied, mais non.
    Les américains ont connus un choc, c’est triste à dire, mais peut être que cette attaque va faire changer Trump et l’amérique sur cette région et la nécessité de mettre en place cette force régionale du G5, car le mentoring version US, on connait ses limites en Afrique, il ne suffit pas d’avoir une unité d’élite avec derrière, une armée à la ramasse, au contraire l’élitisme doit venir une fois que la base est bien solide.
    .
    Notons que c’est la France qui vient « secourir » les américains, cet aspect qui va passer très doucement aurait été dans le cas inverse, une nouvelle polémique honteuse que de nombreuses personnes auraient cultivés, celle d’une France incapable, sans moyens etc…

  2. on parle là du 3rd group des bérets verts (de fort Bragg) La crème de la crème qui tourne en permanence entre afgha et afrique subsaharienne ( de la mauritanie au tchad)
    déjà une certitude, ils ne sont pas là pour faire de la formation. Logiquement a-team a du porter assistance au groupe qui s’est fait accroché. Mais qui était ce groupe ?

    1. Bonjour jyb,
      vous vous avancez trop rapidement sur un événement pour lequel nous avons encore que trop peu d’informations.
      Et au delà ne confondons pas les notions de support et d’encadrement avec la formation qui la précède.
      Ne perdons pas de vue que le « mentoring » fait aussi partie des attributions des SOF US, bérets verts compris.

      1. @s.b seguin
        bonsoir,
        non. vu le lieu ou ont lieu les accrochages on peut supposer que la première équipe était en mission rens/reco. Mais à ce niveau de compétence on peut « mentorer » une équipe dans le cadre d’une mission d’acquisition du renseignement.

    2. @ jyb
      Vous dites « de la Mauritanie au Tchad ».
      L’on constate habituellement sur ce blog la pertinence de vos interventions.
      Alors vous pourrez peut-être nous dire pourquoi les Américains se limitent à crapahuter dans l’ancienne Afrique française sans aller au-delà : ils pourraient tout autant s’intéresser au Soudan (ex-britannique) qui connaît lui aussi le même genre de problèmes (tout le monde a entendu parler du Darfour).

      1. @ancien des opex
        attention à la mauvaise interprétation. LE 3rd groupe ou si vous preferez la 3ème compagnie est affectée à cette zone géographique. la corne de l’Afrique et une partie de la péninsule arabique est la zone d’action du 4th group…
        désolé, je n’ai pas été très clair.

      2. Il s’agit ici d’une équipe ODA (Operational Detachment Alpha) du 3rd Group SF (Green Berets). Donc c’est une équipe Action, dont la spécialité est d’agir directement avec les forces locales. Leur mission est spécifiquement d’empêcher (‘Disrupt and Destroy’) la mobilité permanente des GAT qui passent les frontières et établissent leurs camps mobile base et d’entrainement au sein d’immenses zones rurales transfrontalières entre Niger, Mali, Mauritanie, Burkina Faso et Nigeria. Ce qui veut dire frapper et détruire directement les camps base, de concert avec leurs homologues nigériens. le groupe était composé de 12 opérateurs ODA et 30 commandos nigériens. A noter que ces opérations sont très coordonnées avec celles des FS françaises agissant au sein de Barkhane. Bien plus que n’en disent la presse des 2 pays … Pour la petite histoire, c’est ce même 3rd Group qui avait réinstallé le président Afghan Hamid Karzaï en s’infiltrant puis en s’appuyant sur les tribus du Nord en Afghanistan en 2001.

  3. Depuis quelques semaines (mois) on remarque un changement dans la com des gat. Il est de plus en plus difficile d’attribuer clairement les actions à tel ou tel groupe armé terroriste. Et les revendications ne sont plus systématiques.
    un coup d’éclat comme celui là devrait pourtant etre revendiqué preuve à l’appui, le prestige qu’il confère est de nature à asseoir une autorité et à drainer de nouveau combattants.

    1. On perd son temps à vouloir différencier entre bons ou mauvais,légaux et pas légaux, les différents groupes.Ce sont des vases communicants,qui se battent entre eux parfois,mais qui s’unissent contre l’étranger qui gêne leurs ambitions et leurs intérêts.EX:On a fait entrer le MNLA (« légal ») avec armes et bagages à Kidal:il y a 2 jours grosse manifestation contre la présence de Barkhane,qu’ils ne veulent plus voir dans la région.Note de l’auteur:on dérange leurs trafics.Et à ce propos,on devrait se demander qui a fourni les armes au MNLA,vu qu’après avoir été chassé de Kidal par aqmi & son orchestre,il les avait déposées en Mauritanie en signe de réconciliation?

      1. « à Kidal:il y a 2 jours grosse manifestation contre la présence de Barkhane »
        N’exagérez rien, il n’y a pas eût une « grosse » manifestation, tout juste une trentaine de femmes.
        A Kidal, contrairement a ce que certains pensent, l’essentiel de la population sait que sans la France, ce serait un retour a la conflictualité avec Bamako.
        Rien de nouveau, au Mali, depuis l’indépendance, les touaregs se sont révoltés et depuis plus de 50 ans il y a une persécution et le MNLA était à Kidal avant le déclenchement de Serval.
        Si ce groupe a pactiser avec d’autres groupes pour défaire leur ennemi principal, l’armée malienne et les autorités de Bamako en général, cela s’est fait par l’adage de l’ennemi de mon ennemi et mon ami.Mais le MNLA s’est fait dépasser par les islamistes, il est devenu un pantin.Ils ont été les premiers a retourner leur veste lors de l’intervention française et Paris a voulu garder une force « locale », qui a la sympathie de la population afin de mieux combattre les terroristes, en connaissant le terrain, en ayant du renseignement.Du point de vu militaire, agir ainsi est sensé, cependant ça ne pousse pas a réconcilier le pays, d’où une opération militaire malienne en mai 2014 qui s’est soldé par une grosse défaite et qui a accouché des accords d’Alger pour lesquels tout le processus de paix repose.
        Il y a déjà suffisamment de problèmes comme ça pour qu’on évite de faire la guerre aux touaregs .

  4. On parle de aqmi,mais peu importe le groupe.Une chose de sure,c’est qu’ils sont bien renseignés sur les déplacements des militaires.Dans ce cas ci,comme dans toutes leurs attaques.Ils sont comme des poissons dans l’eau,du Nord Mali au Burkina Faso en passant par le Tchad et le Niger.Sans parler des sanctuaires algérien,libyen,mauritaniens.On n’en viendra jamais à bout,si on n’emploie que le militaire.Avec la misère le pôle emploi des djihadistes ne manquera jamais de bras, d’informateurs et de matériel grâce aussi à la corruption des organismes d’état.
    PS:un exemple.Des parents de soldats maliens rapportent que des officiers vendent des munitions, des 4X4 en pièces détachées,les déclarant volées.L’info semble correspondre à la disparition périodique d’engins et autres matériels militaires de l’armée malienne.

  5. Cet exemple illustre probablement les limites des missions de type « formation & encadrement » quand la direction d’une intervention est laissée aux troupes « formées & encadrées », car ce n’est pas la première fois que les GAT attirent les troupes maliennes sur ce type d’embuscade avec un mode opératoire qui n’aurait pas dû échapper aux forces nigériennes, ainsi qu’à leurs mentors US.

  6. Ils y sont allé sans un soutien aérien ? Ils sont suicidaires ces américains, les terroristes sont chez eux ils connaissent parfaitement le terrain, ce manque de lucidité des américains me désole.

    1. @tyrion
      on ne parle pas d’une section de fantassin lambda qui font leur premier tour en afrique.
      lucidité dites vous ?

  7. D’après CNN, cette attaque intervient quelques jours après que les US aient frappé par deux fois avec des drones des troupes de daesh au sud de la Libye.
    Est ce que cette embuscade serait une forme de représailles ?

  8. « l’État islamique du Grand Sahara », encore une dénomination ronflante pour un groupe qui doit surement pas dépassé la centaine (au mieux) et qui, faute de pouvoir réellement influer sur la région, ne peut que se livrer au pillage de villages et monter des embuscades ponctuelles contre les patrouilles armées locales avant de s’enfuir le plus vite possible.
    Ils vont payer sur le long terme cette attaque contre des américains, ces derniers vont probablement renforcer leurs moyens sur place et leur aide à l’armée nigérienne.

    1. Vous croyez ? Cette guerre d’usure joue contre nous. Avec des gouvernement corrompu africains C’est une second Vietnam à une l’échelle de l’Afrique. Si les pays africains n’arrive pas a en finir avec ces système dictatoriaux hérité de l’époque coloniale nous avons pas fini dans le prochain siècle.
      La misère génère de colère populaire et la colère est un allié certains pour les terroristes.

      1. sans aller jusqu’à cette comparaison, l’efficience des gouvernements africains est une préoccupation.

        reste à savoir comment les aider sans se retrouver dans la situation d’un grand frère trop présent.

        1. Parlons plutôt de médiocrité que « d’efficience » au sujet de ces gouvernements africains, qui avec ou sans alternance, sont constamment sujets d’une addiction à la corruption.

      2. « en finir avec ces système dictatoriaux hérité de l’époque coloniale »
        .
        Sûrement pas hérité de l’époque coloniale.

        1. D’accord avec vous. La colonisation n’a pas apporté la dictature dans ses bagages. Le système africain a toujours été clanique, depuis la nuit des temps. Celui qui est au pouvoir en profite au maximum, jusqu’au bout, tant que cela peut durer. La démocratie est une notion totalement étrangère à la mentalité africaine. Depuis longtemps en tout cas et on ne voit pas bcp d’évolutins.

    2. Pas vraiment en fait. 150 à 200 aguerris (Libye) + nouveaux jihadistes d’Afrique de l’Ouest qui ont été re-routé vers ce groupe au lieu d’être envoyé au Cham. C’est un des groupes de la Province de l’EI en Afrique de l’Ouest. Forte chance pour que cette action ait été validée par la Gouverneur (al Barnawi, zone Lac Tchad Nigéria) et approuvée par la grande Shura de la Province.
      Quand aux pillages de villages, ben non: ils ne font pas cela au contraire, ils agissent contre ceux qui font ces actions en leur appliquant la Sharia quand ils les trouvent.

      1. oui en fin de compte les ex mujao ont plutôt rejoint al saharaoui. c’est quand meme une surprise.

        1. Il les connaissait un peu…(LOL). Et la dernière action risque d’amener des volontaires. Bonne pub.

  9. Le Niger est partagé en zone répartit entre les pays clients d’uranium, ce n’est donc pas étonnant d’y voir l’oncle Sam protéger ses intérêts en énergie fossile. Ce que je retiens, connaissant un petit peu l’armement des bérets vert, c’est que l’adversaire devait avoir du matos conséquent, ou, ce que j’appelle la tactique du « blaise » qui consiste à feindre un repli ou une faiblesse, permet en se servant d’un minimum de matos et d’une topographie en goulot d’étranglement, de compenser un manque d’effectif et/ou d’armement; et aussi que l’ennemi avait un avantage en renseignement. Sinon les Mirage sont venus assez rapidement, quand un drone armé aurait mit bien plus de temps, car bien sûr ce genre de drone ne peut accompagner chaque patrouilles se trouvant dans la bss. Enfin c’est mon humble avis en tant que simple citoyen à la perspective diaphane.

      1. @jyb
        Oui. C’est un peu confus car 5 balises activées mais le correctif est ci-dessous. Une chose est sûre, ce n’était pas un objectif d’opportunité. C’était préparé et bien préparé. Les Nigériens ont pris cher aussi.

    1. Correction : 1 KIA durant l’action + 5 MIA dont 2 retrouvés mais DCD et 2 autres retrouvés blessés. 1 reste MIA. Situation tendue sur zone, ça déboule de partout les renforts.

  10. Et on pourrait dire qu’en Afrique ca se bat moins bien qu’au proche orient.
    Ca devait être des hommes « exceptionnels » dans ce groupe d’embusqué.

  11. Uzbin peut arriver à n’importe quelle troupe, même au plus aguerries.

  12. Le jour où les yankees auront enfin compris que Abou Walid Al-Sahraoui est une asset de la DGDE marocaine, et que certains de leurs proches alliés les enfument comme pas permis pour leur forcer la main sur des agendas qui n’ont rien a voir avece CT,….
    .
    .. Alors on saura si le slogan de Trump, « America First » est juste une jolie « catch phrase », ou si au contraire il est aussi sérieux qu’il le prétend quand il s’agit de défendre les intérêts de son pays et de venger la mort de ses soldats.

    1. @rc
      on en est pas encore là et vous allez je pense un peu loin, MAIS vous avez raison sur le point
      qu’il ne faut pas abandonner notre libre arbitre à nos alliés en imaginant une convergence totale du tempo et des fins (finalités)
      C’est précisément ce que je répète sur la situation us en syrak. Ils n’avaient besoin de personne pour se planter mais peuvent dire merci à leurs alliés arabes ( jordaniens et saoudiens)

Les commentaires sont fermés.