Voilà ce qu’a dit le général de Villiers lors de son audition par les députés de la commission de la Défense

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

53 contributions

  1. jojo dit :

    en gros on est sur une patte d’oie, a droite on continue les opération et on y met les moyen, a gauche on arrête les opérations on deviens neutre et le budget et trop élevé. Mais devant ce choix il faut des politique couillue!!!!!!

  2. Pathfinder dit :

    Cet article est bien rédigé, mais il défend un bon sens qui n’est pas celui de tous. Les caisses de l’Etat ont originellement été créées pour que celui-ci puisse assurer les fonctions qui sont les siennes, au service de la population du pays qu’il dirige. Un concept simple et potentiellement efficace, sinon que des petits malins y ont ajouté quelques chapitres…
    .
    On parle aujourd’hui partout de dettes à rembourser et d’austérité impérative, mais une grande partie de cette dette est composée d’intérêts liés aux emprunts. Intérêts qui n’existaient pas (ou peu) quand les pays pouvaient faire tourner la machine à billets des banques centrales pour leur Trésor. Aujourd’hui, il leur faut impérativement emprunter à des banques privées, et c’est pour rembourser ces emprunts, et payer les intérêts que l’on ampute les services de la société civile… un argent dont l’Etat est le fournisseur en premier lieu, puisque les banques privées empruntent aux banques centrales (!)
    .
    C’est là que l’expression « bon sens » puise ses racines, puisque sans cette société civile, il n’y a pas d’économie, et donc encore moins de finances. Cette même société civile repose ensuite sur nombre de services pour exister et s’élever ; il n’est pas question de laisser libre cours aux gaspillages, mais ce sont les finances qui dépendent des sociétés civiles, pas l’inverse.
    .
    Comme pour d’autres cas non moins sordides, il ne sera pas aisé de prouver le non-consentement des victimes.

    • felipe dit :

      ils ne sont pas antimilitaristes, ils sont anti militaires. autrement dit ces élites considèrent que cette fonction régalienne n’a plus de sens ni d’intérêt et est un gouffre à pognon. nous ne sommes plus dans l’ère des guerres mais dans l’ère des interventions en coalition, les plus courtes possibles , avec le moins de moyens possible et le plus grand effet médiatique possible. point final.
      les équipements constituent un moindre mal pour entretenir a minima une industrie et éviter désindustrialisation et chômage supplémentaires.
      ces gens là, par inculture, ne veulent pas entendre parler de l’armée en tant qu’institution; le mieux serait presque de faire appel à des sociétés privées, quand on en a besoin.
      ils refusent de comprendre comment cela fonctionne parce que cela ne fonctionne pas comme dans une entreprise , avec deux différences fondamentales : l’obligation de déléguer et l’obligation de faire confiance dans un système où le collectif prime tout. l’antithèse du management dans l’entreprise
      alors pour justifier tout cela , on mélange allègrement sécurité intérieure et défense . on militarise la police (ça on en a besoin , c’est visible et politiquement ça rapporte. qui plus est on devient copain avec les syndicats)
      l’armée de demain, ce sera :
      1/ la dissuasion nucléaire (le sceptre du roi). on acceptera donc l’environnement marine nécessaire pour la faire perdurer. on achètera le MRTT mais si possible 9 avions seulement (pas compliqué ce sont des cellules civiles)
      2/ une capacité instantanée de frappe aérienne (rafale et tigre) avec une logique purement capacitaire , à savoir 40/50 avions ops (sur 200) et 20-30HRA (sur 75) en ligne max , pour la dissuasion, les opex, la police du ciel et l’entraînement (différencié bien sur). le remplaçant du C160 ???? bon avec une dizaine d’A400, de C130 opérationnels, on devrait y arriver
      3/ une capacité AEM / souveraineté DOM/COM, là on peut être optimiste : une trentaine de gros patrouilleurs ou remorqueurs devrait faire l’affaire.
      4/ un pilier forces spéciales (c’est super sexy : on les voit dans tous les films américains) en occultant sciemment la problématique du recrutement au sein des forces conventionnelles.
      5/ une armée de terre nettement différenciée avec 10-15000 « super pro » (on ne va pas se passer du recrutement de la légion étrangère et des paras) pour l’opération coup de poing.
      6/ une grosse armée de terre en camionnette chargée d’encadrer un service national d’un mois, duquel tous les autres ministères feront tout pour ne pas y mettre le doigt. et éventuellement pour les catastrophes naturelles ou SENTINELLE 2
      l’idée générale restant : surtout pas besoin de les équiper et de les entraîner. nous restons dans l’Europe et L’OTAN et nous demanderons aux autres de nous défendre en cas de résurgence d’une nouvelle menace étatique. normal, on fait le coup de feu pour eux en Afrique et notre bombinette protège l’Europe.

    • felipe dit :

      hélas oui, vous avez raison mais le drame politique de notre société française, encore plus caricaturale d’ailleurs que le reste de l’Europe, c’est que ces intérêts servent à financer des services publics créés pour maintenir la cocote minute de la paix sociale bien fermée, depuis qu’il est impossible de faire tourner la planche à billet, euro oblige. ne pouvant plus dévaluer, il reste donc deux solutions : bloquer let limiter les salaires (c’est fait) et arrondir artificiellement le pouvoir d’achat des français en leur inventant des nivehs fiscales, ou des services publics quasiment gratuits. et depuis 1974 (sauf entre 1981 et 1983) la France a été ainsi gouvernée à la sauce centriste, un coup à droite , un coup à gauche, mais sans toucher à ce principe car il ne faut pas déséquilibrer les contraintes financières devenues internationales. en ce sens Marine n’avait pas tort : UMPS = blanc bonnet et bonnet blanc. le marquant politique se limitant uniquement à ce qui regarde les seuls français : le sociétal , autrement dit (sans jugement de valeur : la lutte contre les discriminations, le mariage pour tous ou les semaines de 4 ou 4.5 jours pour nos élèves, ou la réécriture du roman national) . « faites ce que vous voulez , mais continuez de rembourser vos dettes et d’emprunter ».
      comme l’a dit la ministre , la dette publique a augmenté de 32% en 20 ans , comme le disait le général : « au delà de 33% de prélèvements, nous sommes dans une situation de faillite ». qu’est-ce qu’on fait ? rien …. mais on dit qu’on en donne trop à cette armée qui ne doit plus servir à rien. en tout cas, qui ne doit plus réfléchir et devenir un simple prestataire de service.

      • felipe dit :

        en leur inventant des niches fiscales…

      • Pathfinder dit :

        @felipe
        Non Marine n’avait pas tort sur cette déclaration – qui passe malheureusement mal pour un parti dit national, et qui est aussi une entreprise familiale : / Le choix de Dupont-Aignan comme Premier Ministre était donc judicieux, d’autant qu’il a maintes fois enquêté sur ces dossiers.
        .
        La grosse difficulté pour de nombreux pays aujourd’hui est de faire face aux difficultés économiques et sociales qui les rongent, sans avoir de tête en qui le corps a confiance.
        C’est en quelque sorte un match impossible; je pense que le mois de septembre s’annonce très chaud, et il ne servira à rien de commander des canadairs supplémentaires…

    • Albatros24 dit :

      De l argent notamment dû à l Etat au titre de l imposition…il y en a…mais on ne veut surtout pas y toucher…trop d intérêts particuliers privés et puissants y veillent.
      Ainsi des nombreuses niches fiscales optimisations diverses et dans une plus faible mesure des parachutes dorés et autres inventions boursières.
      Les seuls impôts sur les sociétés françaises perçues annuellement par des pays européens voisins suffiraient pour ne plus avoir de déficit public et à long terme reduiraient nos dettes …on parle de 34 milliards d Euros ici…au minimum.
      https://www.google.fr/amp/lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/sept-choses-a-savoir-sur-l-impot-des-societes-du-cac-40_1699252.amp.html
      Je finis par me demander si nos gouvernants ne sont pas tous des traitres en plus d être incompétents. Ils ont été élus et non nommés à un conseil d administration financier pourtant.

  3. ScopeWizard dit :

    Quand je disais que tout cela n’ était qu’ une manœuvre bassement politicienne et que dans ce foutu pays « on » ne nous raconte que ce qu’ « on » veut , j’ avais vu juste …
    Et dire qu’ il s’ en est trouvé ici-même pour hurler avec les loups et jeter l’ opprobre et le discrédit sans RIEN savoir …
    Enfin , au moins ai-je fait partie de ceux qui l’ ont ardemment défendu , ce CEMA ; ce dont je suis , ma foi , très fier …
    .
    Vous comprenez , l’ important n’ est pas tellement d’ avoir tort ou raison même si cela affecte l’ égo d’ une façon ou d’ une autre , en réalité ce qui compte c’ est , en dépit du peu d’ éléments dont nous disposions , d’ essayer d’ y voir le plus clair possible en se gardant bien de tout jugement à l’ emporte-pièce contribuant à accabler celui ou celle qui est mis en accusation ; ce qui n’ est pas toujours aisé , j’ en conviens …
    .
    Moi le premier , il m’ arrive parfois de faire exactement le contraire de ce que je viens d’ écrire ; mais que voulez-vous ? Nul n’ est parfait ! 😉

    • Auguste dit :

      Au moment ou le Général parle,la décision n’avait pas été prise et il en fait mention.Le bordel est venu de Darmanin qui a annoncé publiquement la coupe des 850M€,avant que la décision ne soit prise par Macron et le Premier.L’article du « Canard »,que j’avais reproduit ici sur un autre article, semble concorder.

  4. Myshl Mabelle dit :

    Macron n’a pas fait une erreur, il l’a commise. On ne se soulage pas d’un serviteur de l’Etat quand on prétend le réformer, et pendant qu’on élève un poulailler de jeunesse « prometteuse » à la Chambre Basse (Cour).

    Le Chef des armées a un problème psycho. Il est constitutionnellement le Chef, mais à l’évidence il ne comprend pas, il ne souffre pas d’admettre que nos armées ont un Chef, certes dessous le Président, mais tout de même LE Chef. Et le Chef doit être respectable, respecté et estimé.

    De Villiers était et reste respectable, respecté et estimé.

    Macron reste respectable. Point.

    S’il veut virer les hauts fonctionnaires qui verrouillent l’action politique, qu’il s’attaque à d’autres ministères. Là il s’est offert « pour l’exemple » une démonstration « pédagogique » qui fait pitié. Trop facile de virer un soldat, on verra ce qu’il sait virer des autres, les vrais emmerdeurs.

    • wrecker47 dit :

      @myshel…
      Mon cher camarade ,si nous échangeons depuis si longtemps ,c’est parce que, quelque part nous avions des idées et des pensées semblables…!
      – Macron avait « promis » ,il est revenu sur sa parole , de Villiers a dit « stop et fin « ; »tu m’as pris pour un con et çà mes adjoints ne supporteront pas ,et moi non plus! »…J’ai avalé des couloeuvres par paquets de dix ,le boa ne passera plus! -Vas te faire foutre!
      Voilà c’est mon interpètation des choses et je pense ne pas m’être trompé ,connaissant bien le « ventres- à-choux! »

    • Électeur dit :

      @ Myshl Mabelle
      Non, Macron n’est pas respectable. La fonction est respectable mais pas celui qui l’occupe : c’est le problème car il n’est pas le premier titulaire de la fonction présidentielle qui dévalorise celle-ci.
      Comme Sarkozy et comme Hollande, il perd toute légitimité en accumulant les bourdes dès sa prise de fonction. Ça devient systématique. A chaque fois, les législatives qui suivent la présidentielle donnent la majorité parlementaire au Président parce qu’on veut le laisser travailler. Et à chaque fois l’intéressé en profite pour jouer au caïd, ignorant que « la grande immoralité, c’est de faire un métier qu’on ne sait pas ».
      .
      Par conséquent le problème à résoudre se situe au niveau des partis politiques incapables de nous présenter des candidats valables. Je crois que nous avons tous compris le problème, ce qui nous a amené à disloquer dès le premier tour de la présidentielle les partis politiques qui se partageaient le pouvoir depuis quarante ans.
      .
      Macron est inapte à la respectable fonction qu’il occupe. Nous avons tous compris que dans cinq ans, comme Sarkozy et comme Hollande avant lui, il aura perdu tous ses soutiens et ne sera pas réélu.
      Pendant ces cinq ans, la presse va tenter de nous distraire avec des réunions internationales inopérantes mais médiatiques, des lapsus, des petites phrases et des petites frasques. De leur côté les citoyens auront un débat spontané pour résoudre notre problème institutionnel.
      .
      Un débat où la presse sera absente, ou suiveuse, supplantée par des blogs comme celui-ci. Il suffit de chercher un peu pour voir qu’il existe des blogs dans tous les domaines : sur la santé publique, sur l’éducation nationale, sur les institutions politiques, etc., dans tous les domaines qui intéressent les citoyens.
      .
      Macron n’est pas respectable et il s’est planté comme ses prédécesseurs. Un peu plus vite que ses prédécesseurs et ça n’est pas fini. Mais la fonction, malgré tout, reste respectable. Nous avons cinq ans pour trouver collectivement la solution à l’incompétence politique devenue institutionnelle.

  5. arnaud dit :

    Vos collègues n’ont rien vérifié. Mais vous ne devriez pas en être surpris M. Lagneau : désormais, on ne parle plus de presse, ni de journalisme. Le terme est : « media ». Rapportez vous à l’origine latine de ce terme : c’est juste un « canal de communication ». Vos collègues ne font plus de journalisme (encore moins d’investigation). Ils recopient le communiqué de presse (ou le « off ») envoyé par l’Elysée, le gouvernement,…selon le cas.
    Maintenant, le bilan est le suivant : M. Macron a perdu plus de 25 points dans les sondages. Le général De Villiers est parti avec une haie d’honneur à Balard. A mon sens, cela donne la mesure de cette séquence pathétique.

    • Nihilo dit :

      D’accord avec vous : la plupart des journalistes soi-disant politiques ne sont que des journalistes de « people » politiques. Ils sont incapables d’interpréter ou d’établir une vision de tel discours ou de tel comportement. Et je ne parle pas de ceux qui sont complètement politisés…
      Après ces journalistes d’être là profession la plus détestée après la politique…

    • Roger Dubreuil dit :

      @ Arnaud
      Laurent Lagneau n’est pas journaliste. Il l’a déjà dit plusieurs fois sur le présent blog dont je suis un lecteur, et parfois contributeur, de longue date.
      .
      J’attribue à cette qualité de non-journaliste le succès d’opex360 car tenir un blog ne relève pas du tout du même état d’esprit que la confection d’un journal.
      Dans le domaine de l’information, c’est la nouveauté du siècle actuel.
      Pendant tout le siècle précédent, la presse fonctionnait à sens unique : information diffusée sur papier d’abord (apprentissage obligatoire de la lecture à partir de 1882) ; puis dans les zones alimentées en électricité information par la TSF (« téléphonie sans fil » = la radio, reçue sur des gros postes fixes) et par la rubrique « actualité » dans les cinémas ; puis par la télé à partir des années soixante, toujours à sens unique.
      .
      Le lecteur ou l’auditeur étant contraint à la passivité, l’exactitude de l’information importait peu.
      On prête à Pierre Lazareff, un influent patron de presse et producteur d’émissions de télévision, un aphorisme selon lequel « une fausse nouvelle permet de vendre deux numéros du journal : la fausse nouvelle elle-même, et le démenti ensuite ».
      L’on pourrait ajouter que la polémique créée par la fausse nouvelle permet de prolonger les ventes.
      .
      Nous sommes actuellement à un changement d’époque. Cette fois encore, un progrès sociologique trouve son origine dans un progrès chimique : aujourd’hui c’est l’utilisation du silicium (fibre optique, microprocesseurs).
      Les journalistes à l’ancienne dont on parle ici auraient dû se protéger préventivement en condamnant les alchimistes au bûcher quand il en était encore temps.
      Maintenant c’est trop tard : les lecteurs ont désormais la parole et ça change tout.

      • wrecker47 dit :

        @roger Dubreuil …
        Soyez tranquille ce site est bien plus important que vous ne le pensez, il sert de thermomètre ou de baromètre, et bien des cadres du DPSD et de la défense ont un oeil attentif à ce qui se raconte dessus ! on sait tous parfaitement qu’il y a déjà bien longtemps qu’ils ont identifiés les » loulous « qui se lâchent avec leurs pseudos , ils ont des dossiers bien remplis sur les intervenants qu’ils connaissent !…Mème si certains d’entre eux étant des purs produits de leur boutique !
        Du reste ils n’ont pas tort,et cela permet de ne pas nous perdre de vue … L’histoire est un perpétuel recommencement et ils savent qu’on invente rien !

    • wrecker47 dit :

      Il en est des journalistes comme des Généraux . »..savoir fermer sa gueule et avaler les couloeuvres » ou se retrouver dehors , pour les premiers la retraite n’est pas dans la » Giberne « !

  6. Bob62 dit :

    Bonjour,
    Merci Mr Lagneau d’avoir publié le contenu de cette séance ou l’on voit bien que le général de Villiers était parfaitement dans son rôle en alertant lucidement nos représentants nationaux quand aux difficultés de nos armées .
    Il est vraiment dommage que macron n’est pas saisi cette volonté de travail pour justement rentrer dans son rôle de chefs des armées.

  7. MD dit :

    Étant donné le grand nombre d’anti-militaristes qui forment le premier cercle de l’entourage macronien et l’essentiel de sa clientèle, la cause du CEMA était réglée de toute façon bien avant qu’il ne prenne la parole et quoi qu’il dise. Le résultat , c’est que la côte de popularité de Jupiter a encore chuté de 10% en 10 jours et s’établit désormais au niveau hollandien de 36 % , du moins s’il faut croire le dernier sondage.
    Il est très intéressant de relever que, parmi les raisons invoquées pour expliquer cette dégringolade , une place à part a tout de même été accordée à la manière dont le Général de Villiers a été traité.
    Il est bien dommage que les sondeurs ne se soient pas donnés la peine de connaître quelle part ce facteur a pu tenir place dans la mauvaise opinion que les Français ont de leur président et de leur gouvernement. Cela aurait été bien plus intéressant à connaitre que les fautes de  »com », la peur pour les retraites, etc…

    • felipe dit :

      ils ne sont pas antimilitaristes, ils sont anti militaires. autrement dit ces élites considèrent que cette fonction régalienne n’a plus de sens ni d’intérêt et est un gouffre à pognon. nous ne sommes plus dans l’ère des guerres mais dans l’ère des interventions en coalition, les plus courtes possibles , avec le moins de moyens possible et le plus grand effet médiatique possible. point final.
      les équipements constituent un moindre mal pour entretenir a minima une industrie et éviter désindustrialisation et chômage supplémentaires.
      ces gens là, par inculture, ne veulent pas entendre parler de l’armée en tant qu’institution; le mieux serait presque de faire appel à des sociétés privées, quand on en a besoin.
      ils refusent de comprendre comment cela fonctionne parce que cela ne fonctionne pas comme dans une entreprise , avec deux différences fondamentales : l’obligation de déléguer et l’obligation de faire confiance dans un système où le collectif prime tout. l’antithèse du management dans l’entreprise
      alors pour justifier tout cela , on mélange allègrement sécurité intérieure et défense . on militarise la police (ça on en a besoin , c’est visible et politiquement ça rapporte. qui plus est on devient copain avec les syndicats)
      l’armée de demain, ce sera :
      1/ la dissuasion nucléaire (le sceptre du roi). on acceptera donc l’environnement marine nécessaire pour la faire perdurer. on achètera le MRTT mais si possible 9 avions seulement (pas compliqué ce sont des cellules civiles)
      2/ une capacité instantanée de frappe aérienne (rafale et tigre) avec une logique purement capacitaire , à savoir 40/50 avions ops (sur 200) et 20-30HRA (sur 75) en ligne max , pour la dissuasion, les opex, la police du ciel et l’entraînement (différencié bien sur). le remplaçant du C160 ???? bon avec une dizaine d’A400, de C130 opérationnels, on devrait y arriver
      3/ une capacité AEM / souveraineté DOM/COM, là on peut être optimiste : une trentaine de gros patrouilleurs ou remorqueurs devrait faire l’affaire.
      4/ un pilier forces spéciales (c’est super sexy : on les voit dans tous les films américains) en occultant sciemment la problématique du recrutement au sein des forces conventionnelles.
      5/ une armée de terre nettement différenciée avec 10-15000 « super pro » (on ne va pas se passer du recrutement de la légion étrangère et des paras) pour l’opération coup de poing.
      6/ une grosse armée de terre en camionnette chargée d’encadrer un service national d’un mois, duquel tous les autres ministères feront tout pour ne pas y mettre le doigt. et éventuellement pour les catastrophes naturelles ou SENTINELLE 2
      l’idée générale restant : surtout pas besoin de les équiper et de les entraîner. nous restons dans l’Europe et L’OTAN et nous demanderons aux autres de nous défendre en cas de résurgence d’une nouvelle menace étatique. normal, on fait le coup de feu pour eux en Afrique et notre bombinette protège l’Europe.

    • Kinowa dit :

      On peut dire que : De Jupiter, il ne vas plus rester que la cuisse gauche. ( Pour ceux qui connaissent l’expression « Sortir de la cuisse gauche de Jupiter »).

  8. Bob62 dit :

    Chef

  9. Allobroge dit :

    « ….on a déjà donné, on a déjà tout donné », a-t-il dit ». Bon ben maintenant on va voir ce que le général LECOINTRE va faire, parce que si on continue sur la lancée du président cela voudra dire qu’après tout il a raison et que le général DE VILLIERS avait tort de démissionner. Remarquez que dans notre armée faire toujours plus avec toujours moins, le petit doigt sur la couture du pantalon, les talons joints et au garde à vous, respectueux des chefs que la nation nous a donnés et par discipline intellectuelle accepter tout et son contraire c’est pas nouveau . Oui mais jusqu’à quand ? La prochaine catastrophe ?

    • wrecker47 dit :

      @allobroge …Vous ne le connaissez pas ,alors ne dites rien .Ceux qui le connaissent savent aussi qu’il ne jouera pas la carte du « pantalon sur les chevilles » …Il fera ce qu’il faut !

      • felipe dit :

        il fera ce qu’il peut, avec bcp de courage et de détermination mais il ne renversera pas les montagnes. contrairement à ce que bcp croient nous avons des chefs militaires de haut niveau mais encore faut-ils qu’ils soient considérés et entendus. entre un ministères civilianisé à tout va au nom de la « bonne gouvernance », de la rationalisation permanente au nom du « management moderne », enfin de la négation des capacités intellectuelles des chefs militaires à penser l’avenir … ils ont bien du courage.

  10. Chirhughy dit :

    Un lecteur attentif vient de me faire remarquer que l’on ne voit nulle trace de la fameuse phrase qui aurait énervé le Capricieux en chef de l’Elysée et dont on nous a rebattu les oreilles (« Je suis peut-être con mais je ne vais pas me faire baiser comme ça » ou quelque chose d’approchant).

  11. chill dit :

    « Je ne suis pas un lapin de six semaines : je sais bien que, si l’objectif de 50 milliards est fixé à 2025 et que la courbe d’évolution du budget démarre très bas, l’élévation de cette courbe ne se produira qu’en fin de période. Nous connaissons la ficelle de cette ‘remontée tardive’ et l’avons déjà expérimentée sous les deux quinquennats précédents »
    La voilà la phrase qui tue et provoqua certainement le courroux du petit banquier ..!

    • wrecker47 dit :

      @myshel…
      Mon cher camarade ,si nous échangeons depuis si longtemps ,c’est parce que, quelque part nous avions des idées et des pensées semblables…!
      – Macron avait « promis » ,il est revenu sur sa parole , de Villiers a dit « stop et fin « ; »tu m’as pris pour un con et çà mes adjoints ne supporteront pas ,et moi non plus! »…J’ai avalé des couloeuvres par paquets de dix ,le boa ne passera plus! -Vas te faire foutre!
      Voilà c’est mon interpètation des choses et je pense ne pas m’être trompé ,connaissant bien le « ventres- à-choux! »

  12. Robert dit :

    « Cedant arma togae »
    C’est très drôle que les tenants de la république utilisent cette citation pour accuser le CEMA quasiment d’être factieux, même si c’est dit hypocritement. Il aurait quand même fallu que cette même république nous donnent l’exemple que « les armes cèdent à la toge. »
    Je peux citer nombre d’exemples ou la république s’est assise sur la légalité et s’est comporté comme une faction sectaire et haineuse.

  13. Robert dit :

    Ah, oui, j’oubliais, cher Laurent et tous les intervenants du blog, je vous souhaite de bonnes vacances. Surtout du repos, recharger les batteries, de la tranquillité entouré de ceux qu’on aime.

  14. Jean-Luc Sava dit :

    Ca va? Je vais en parler à l’Armée du Salut, elle pourrait peut-être vous dépanner!? Ca fout les boules de voir des péteux se jouer de nos institutions hein? L’armée est surement ce qu’ils craignent le plus, et on voit que tout les coups sont permis pour la maitriser. Sauf que c’est la défense de la France pendant un état d’urgence qu’ils méprisent en agissant ainsi. Grave? Non galvaude! Je me demande si ils aiment vraiment la France ces nabots?

  15. Parabellum dit :

    Le général salvan avait claqué la porte pour les mêmes raisons et la crise militaire est permanent depuis plus d’une génération…la mienne a été au Liban avec le mathos de la guerre d Algérie…il faudrait tout revoir mais c est impossible Alors c est fini .les jeunes parmi les meilleurs comme les commandos s en vont …il faudrait un effort national et un chef…merde on a un plan com qui commence à foirer!

    • wrecker47 dit :

      @parabellum
      Tacaud 1 a commencé avec les mêmes moyens …On a laissé des plumes ,mais ceux d’en face encore bien plus !…C’est là ou on a eu les premiers 5,56 allemands avant le Famas …On en est au même point!

      • Parabellum dit :

        Je crois que c était des sig sauer qui ressemblaient un peu au fal …on en avait acheté en urgence environ 2000…les palestinos eux étaient bardes de kalach et de RPg …mais on n avait pas de gilet pare éclat ni grand chose comme soutien sauf des chefs comme salvan et des couilles…le cirque avec Arafat en a gavé certains…

    • Roger Dubreuil dit :

      @ Wrecker, Parabellum
      C’était effectivement des SIG 5.56 suisses, achetés en 1978.
      Il me semble intéressant de rappeler comment la décision d’achat fut prise.
      A l’époque (les années soixante-dix), la DGA protégeait avant tout les intérêts des industriels : son statut avait été modifié pour ça par le pouvoir politique en 1970. L’argument de la sécurité des combattants n’intéressait personne à l’exception des militaires eux-mêmes, mais ceux-ci n’avaient pas la parole.
      De plus, le Livre Blanc de 1972 n’avait pas prévu que l’on ferait des opex : pour beaucoup de décideurs politiques la guerre restait une théorie lointaine et improbable. Heureusement quelques unités (les unités professionnelles) se tenaient prêtes à toute éventualité. Mais elles se tenaient prêtes avec les moyens dont elles disposaient en attendant mieux. Dans l’indifférence générale.
      Nous attendions le FAMAS et le VAB depuis des années parce que l’industrie d’armement française, protégée de toute concurrence et sachant que l’armée française était une clientèle captive, n’avait aucun motif d’être dynamique (elle paie aujourd’hui sa longue négligence).
      .
      Puis est arrivée l’Opération Tacaud au Tchad (j’y étais, ainsi que Wrecker ; peu après Parabellum participait à la Finul au Liban). L’ennemi était mieux armé que nous mais notre niveau de préparation et notre aptitude à la manœuvre nous a permis de le désarmer, car au Tchad c’était la mission. Alors nous avons remplacé nos armes périmées par les kalachnikovs prises à l’ennemi.
      La presse a tenté de faire un scandale et nous mettre dans l’embarras en diffusant quelques photos de militaires français ainsi équipés. Mais le CEMAT de l’époque (le Général Jean Lagarde) en a profité pour faire sauter le blocage à l’importation établi par la DGA : quand il a déclaré publiquement « l’armée française est la seule au monde qui ne soit pas équipée d’un fusil d’assaut », le scandale s’est retourné contre ceux qui refusaient d’acheter à l’étranger les fusils qu’il nous fallait. C’est ainsi qu’en 1978 les unités en opex ont été rapidement équipées de SIG 5.56 suisses, au grand dam de la MAS et de la MAT qui ne s’y attendaient pas.

  16. Tharac dit :

    On a toujours la voilure étatique de la france des trente glorieuses alors que le vent est levé et qu’il faudrait la réduire, surtout la masse salariale des employés (pas santé, armée, police), réviser la politique de l’éducation qui ne doit pas se limiter à augmenter le budget pour les résultats que l’on connait (et impossible d’appliquer les réformes telles quel à cause des syndicats, normal?).
    Stopper un an ou deux les milliards qui vont à la culture et qui profitent qu’à une minorité d’individus, revoir la politique d’immigration, on est la poule aux œufs d’or pour la misère du monde entier ( alloc, retraite minimum mensuel supérieur largement à un an de boulot dans les pays du tiers monde..regroupement familial mortel pour les finances, sans parler de la sécurité..)
    Bref, des vrais économies on peut en faire, mais des vrais « hommes » politiques, on en a pas, car , ils ne faut pas penser aux réélections, à son parti..non, il faut trancher dans le vif , s’il a été élu pour ça!

  17. Jm dit :

    Il y a des fois, j’ai le sentiment que nous marchons à l’envers avec les députés : nous devons nous justifier de ne pas avoir les moyens, qu’ils ne nous mettent pas à disposition, de réaliser les missions ordonnées par eux….qui sont sensés représenter nos intérêts, puisque nous les avons élus pour ça.
    En fait, c’est nous qui devrions les entendre en commission pour leur demander pourquoi ils refusent de nous donner les moyens qu’ils avaient pourtant validés et pour lesquels ils ont été élus (par nous entre autre) : notre chef est viré parce qu’il dit la vérité, eux restent parce qu’ils mentent !!!
    Il n’y a pas un problème dans l’énoncé ?????????

  18. Lxm dit :

    Le méthode de gouvernance française, qui est de lancer à la volée des lois et des idées et réagir( se défausser, mentir) en fonction de la façon dont elle sont reçues par la presse me débecte. Le douillet qui crie fait reculer tout gouvernement alors que le courageux, qui ne se plaint pas se voit porter toutes les réformes et misères.
    Rien ne change, aucun courage, aucune lucidité, j’y ai cru pendant un moment.
    On a toutes les caractéristiques pré-1789, en pire. A quoi à servi la république si c’était pour reproduire le même schéma ?

    • Pathfinder dit :

      @Lxm
      La République a servi à beaucoup de choses, il y a eu de nombreuses évolutions très positives depuis 1789 – qui ne sont pas toutes dues à cette même République, mais qui ont pu s’y développer.
      .
      En revanche, « Liberté, Egalité et Fraternité » réclament un travail permanent. Il n’y a pas d’acquis, chaque génération doit travailler (son devoir) pour faire perdurer ses droits. Les contextes évoluent aussi, il n’est donc pas possible de comparer une société donnée après seulement 20-30 ans…

  19. sky dit :

    si ça doit péter j’espère que l’armée sera défendre le peuple plutôt que les dirigeants….

    • Paul Letissier dit :

      @ sky
      Ne vous inquiétez pas : l’armée française, c’est le Peuple. Son recrutement est parfaitement populaire, y compris au niveau des écoles d’officiers grâce à la gratuité des lycées militaires qui recrutent leurs élèves selon leur potentiel et non selon leur catégorie sociale et les moyens financiers de leurs parents.

  20. Bob62 dit :

    Bonjour,
    Et pendant ce temps là on veut créer un statut de première dame qui, en plus du côté ridicule de singer les US, va nous coûter combien ? Déjà que le simple de fait d’être la simple épouse de Dieu nous coûte entre 5 et 7 millions pour le bureau le secrétariat et la protection ( cf le point ).
    Il est tout a fait possible de reformer cet état qui est le notre en évitant toutes ces conneries et en employant judicieusement l’argent de nos impôts sans oublier faire payer ceux qui le doivent ( les copains du CAC40).
    Encore faut il etre assez courageux pour ça

  21. Lafrancelibre dit :

    Tout est bien dit, dans ces nombreux commentaires. Mais le politique est le seul qui aura toujours le dernier mot. Seules les armes pourront lui donner la réplique et le faire taire. 1789 est bien loin, je pense qu’il n’ y a que trop peu de personne pour recommencer et montrer ce ras le bol de hauts personnages qui se prennent pour des tous puissants. Ils sont plus royalistes que le roi!
    Vous voulez vous faire écouter? Faites ce que Mr Eric Cantonna avait suggéré: retirez votre argent des banques, tous en même temps. Là vous verrez que le politique « intérêts banquier » n’aura plus de pouvoir.