Pour ses 10 ans de service, le BPC Tonnerre s’est offert une nouvelle jeunesse

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

70 contributions

  1. cipal dit :

    un système de ballastage sujet à la corrosion ? j’ai comme une interrogation !
    si les systèmes de ballastage soumis par définition à l’eau de mer ont des problèmes de corrosion, je me demande comment on fait sur les bateaux noirs !!
    j’ai depuis très longtemps ma petite idée sur l’ex DCNS pour les avoir non moins longuement pratiqués dans leurs œuvres , de l’oubli de la cafétéria équipage sur les FLE, au même oubli concernant le carré OM sur le COLBERT qui a remplacé l’atelier machine juste au dessus de la chaufferie avant, un excellent sauna permanent à la mer, j’ai de quoi écrire un volume de 200 pages des conneries, inepties et autres incompétences des « ouvriers de l’arsenal », dont l’assiduité au travail devait avoisiner les 15 heures par semaine pour les plus consciencieux, sans compter les petits chantages aux rechanges une cartouche de cigarettes contre leur délivrance …
    rien ne change… hormis l’appellation !

    • jyb dit :

      @cipal
      « vous savez ce qu’on fait à l’arsenal de Cherbourg quand on retrouve un ouvrier noyé. On lui met les mains dans les poches pour faire croire a un accident du travail… »
      ça marche aussi avec brest ou toulon.
      Sans aucune offense, c’est un chaudronnier de Cherbourg qui me l’avait raconté.

      • Fred dit :

        Ah, dit donc, il te l’a raconté ?! C’est donc une vraie histoire qui est vraiment arrivée …

      • Robert dit :

        C’est possible que la mafia syndicale soit encore assez puissante pour que des parasites cégétistes, embauchés par cooptation, comme dans les docks ou l’ex syndicat du livre, sévissent dans ce milieu. Mais dans un arsenal, le travail est sérieux et doit être fait, il doit bien s’en trouver un bon nombre pour réellement travailler.
        La différence, c’est qu’en travaillant hors service public, si le travail n’est pas fait, ça se voit avec son lot de conséquences et sanctions.

    • Fred dit :

      Mon métier m’amène à intervenir aussi bien dans le Public que dans le Privé. La même constatation peut être faite dans les deux « camps ».

      • Jeb STUART dit :

        @ Fred
        La différence, c’est que le public, ce sont nos impôts, taxes, etc… qui financent la grande gabegie.
        Le privé, c’est leur problème. Et s’ils sont trop fainéants, ils coulent, c’est la loi du marché. Donc hormis les très grosses boîtes où l’on doit bien retrouver quelques bras cassés, le secteur privé ne peut pas se permettre de laisser glander ses employés, le commerçant et l’artisan itou, etc….

      • Tharac dit :

        Etant du privé mais ayant travaillé dans le public, je t’assure que le privé est encore bien loin du public au niveau laxisme, absentéisme, je « m’en foutisme, » ardeur au travail…
        et le plus marrant , certains cadres du public le reconnaissant ( car tous ne sont pas comme ça, certains bossent…)

    • Daniel Chollet dit :

      L’ancien poste des bœufs est donc devenu le bleu de chauffe.

    • ScopeWizard dit :

      Hmm … Je sens du ressenti bien senti et du vécu mal vécu … Me trompais-je ?

  2. Nico St-Jean dit :

    H.S

    L’US Navy vient d’effectué un premier cycle (décollage-appontage) d’un Super Hornet avec les catapulte EMALS.
    .
    http://www.defensenews.com/video/2017/08/01/us-navy-uses-emals-aag-to-launch-super-hornet/

    • Censuros dit :

      Impressionné par la douceur de l’appontage. Ce sont les cellules des avions qui vont apprécier, ainsi que la nuque des pilotes. =)

      • S.B-Seguin dit :

        Les EMALS n’apportent rien aux appontages.
        .
        Alors autorisons nous plutôt ce barbarisme en évoquant des « catapultages » d’avions au sujet des EMALS.
        Enfin, observons ici qu’il s’agit d’essais avec des Super Hornet qui sont loin de décoller avec une importante charge, sinon il est probable que la post-combustion accompagnerait aussi la manoeuvre.

        • Censuros dit :

          Exact, il est néanmoins question d’un advanced arresting gear (AAG), cela vient peut-être de là. Ou plus simplement d’une zone d’arrêt plus longue possible grâce au pont plus long que sur le CdG. ^^

        • Nico St-Jean dit :

          @ S.B-Seguin

          Il est bien connu que l’EMALS offre beaucoup moins de stress aux appareils pour les décollages que les catapultes à vapeurs. Il se pourrait qu’ils testent de nouveaux brins d’arrêts, car même pour un appareil peu chargé, ça reste très « doux » comme appontage.
          .
          Le gain en puissance face aux anciennes catapultes à vapeurs est également non négligeable. Encore une fois, même pour un appareil peu chargé, on assiste pas très souvent à des décollage sans PC.

    • Tharac dit :

      Ceci fera peut être taire les détracteurs de ce système?

      • Orion dit :

        Qui pourrait critiquer ce système ?
        .
        En dehors de la fiabilité a long termes (dont on ne peut strictement rien jugé sans connaître tout de la machinerie)
        .
        C’est considérablement mieux qu’une vapeur

      • Nico St-Jean dit :

        @ Tharac

        C’est déjà étrange qu’il y est des détracteurs sur ses nouvelles catapultes, au moins ils vont voir que la chose fonctionne ..

      • Alpha dit :

        @Tharac
        Que pourraient dire les détracteurs de l’EMALS ? Par rapport aux catapultes vapeurs, c’est un énorme gain de place, une maintenance facilité, une économie d’énergie et des contraintes beaucoup moins importantes sur les cellules des appareils catapultés !
        Maintenant, c’est sur, c’est nouveau, il faudra juger sur le long terme, mais pour l’instant, c’est le « must » !

      • Requin dit :

        Et sinon, le coût d’aquisition et de fonctionnement par rapport à la vapeur, il est où ? Nan parce que les plus de 10 Mds sur un seul navire, ils ont bien été dépensé quelque part. Ce serait aussi intéressant d’avoir la puissance électrique demandée par le système.

  3. Julien dit :

    2x20mm et 4 mitrailleuses, ça reste un peu léger, non?
    Pourquoi pas un CIWS?

    • jyb dit :

      @julien
      non, j’y vois un parallèle avec le post de ce jour sur les AT-802. Avoir le meilleur ratio cout/efficacité en fonction d’une menace potentielle identifiée et « calibrée ».
      question : quelqu’un connait la portée PRATIQUE des 20 mm ?

      • tschok dit :

        Narwhal = M261. Donc un 20 mm classique calibre 20×102 Otan. Comptez 1.000 m. Voire 1.500 m.
        .
        Le Meroka espagnole, basé sur un Oerlikon calibre 20×120 est donné pour 1.500/2.000 m de portée pratique pour une vitesse initiale plus élevée: 1.290 m/s, contre un peu plus de 1.000 m/s pour le M261, avec une munition de masse équivalente (vers les 100 gr).

      • S.B-Seguin dit :

        En ce qui concerne le Narwhal la portée est de 11 à 17 km suivant le type de munitions et de l’ordre de 6 km pour les missiles Mistral à Mach 2.7.

        • Orion dit :

          11 à 17km avec du 20 ?

        • tschok dit :

          Visiblement, on a pas les mêmes chiffres.
          .
          SB Seguin, vous parlez de quoi? 11 à 17 km, c’est le 100 mm, en portée théorique.
          .
          La farandole des chiffres nous donne tous le tournis, mais bon, on peut rester raisonnable. Ya des moment, faut arrêter de voter Le Pen ou Meluche.
          .
          Vous croyez sincèrement qu’un 20mm porte à 17 km? En portée pratique?

          • revnonausujai dit :

            on ne voit pas bien le rapport entre la portée d’un canon et le vote à la présidentielle !
            sinon, vu les débuts du trouduc à sa mémére et de ses sectateurs, il n’est même pas évident que les deux précités auraient fait pire !

          • S.B-Seguin dit :

            bonsoir messieurs jyb, orion et tschock,
            lisez évidemment 1.1 à 1.7 km de portée pour ce qui reste un canon d’autodéfense de très courte-portée comme je l’explique par ailleurs sur d’autres commentaires ici sur ce sujet.

    • Jak0Spades dit :

      Pour des raisons que je n’ai jamais compris , la France ne dote pas ses bâtiments de guerres de CIWS type canon multitube ( Phalanx, Goalkeeper). On préfère le tout « missile » en France avec les missiles « Mistral ». C’est une erreur de mon point de vue. A noter que les cannons de 76mm ( sur les frégates) sont aussi capable de faire de la defense aérienne si besoin.

      • S.B-Seguin dit :

        Contrairement aux canons de 100 mm également prévus pour, en plus de leur capacité anti-surface, les canons de 76 mm sont d’emblée essentiellement pensés pour la défense antiaérienne.
        .
        .
        Sinon, la protection des navires français ne repose pas sur du « tout missile » sachant que les efforts sont avant tout portés sur les contremesures électroniques agissant parallèlement aux différents niveaux de missiles suivant leur portée.
        .
        L’utilisation de canons de 20 mm téléopérés commence aussi à se généraliser des BPC aux futures FTI en passant par les FREMM et les FDA.
        .
        Les missiles deviennent plus efficients que les canons même pour la défense antimissile très courte portée et cette tendance ne fait que se confirmer au regard des programmes en développement.

        • Jak0Spades dit :

          Je parlais surtout des systèmes de protection « cinétiques » , bien sur il faut prendre en compte les contremeusures EM. Mais le CIWS peut aussi servir pour la protection rapprochée du bâtiment, un opérateur pouvant en prendre directement le contrôle. Et un Goalkeeper ( 30mm GAU8) c’est 3000 coups minute, ça envoie !

          • ScopeWizard dit :

            Je trouve que ça n’ envoie pas trop justement ; 3000 coups à la minute , c’est 50 projectiles par seconde , je ne trouve vraiment pas ça énorme même pour du 30 mm …
            Après , si c’est très précis , là , évidemment c’est autre chose …

          • S.B-Seguin dit :

            Bonsoir monsieur Jak0Spades
            notez que les « Phalanx » et « Goalkeeper/GAU-8 » CIWS ont une cadence tir qui ne leur autorise respectivement que 30 à 20 secondes de tir avant d’être à sec et un rechargement qui prend 10 minutes.
            C’est effectivement du lourd pour ne pas dire du « lourd » au sens péjoratif.
            .
            Cette capacité est surdimensionnée pour de la protection rapprochée pour laquelle 2 à 4 M2 de 12,7 mm ou des M134 [ou « GAU-2A » si vous préférez, qui tend à se répandre au sein des unités la la Marine Nationale] « Dillon » de 7,62 mm avec sélecteur de cadence de tir de 1000 à 4000 coups/minute, si on veut absolument du multitubes qui « envoie », suffisent amplement contre des boutres, des semi-rigides ou des vedettes rapides.
            .
            J’ai le souvenir d’une vidéo de la marine russe en Océan Indien où un boutre somalien était montré littéralement découpé en deux avec un canon AK-630 de 30 mm d’une cadence de tir qui arriverait théoriquement à 83 coups / seconde…
            .
            Ça avait l’air d’amuser les opérateurs russes, mais au delà il n’y avait aucun intérêt à consommer autant de munitions avec un ciblage d’ailleurs pas franchement utile avec deux salves parties dans le vide…

      • louloulabeille dit :

        Sur les Fremm française il y a 2 gros brouilleurs à l’arrière et les lances leurres.

    • S.B-Seguin dit :

      Pour les BPC,
      la combinaison des 2 canons de 20 mm avec les 2 affuts SIMBAD est certainement plus efficiente que l’usage des seuls canons multitubes de type Phalanx en terme protection CIWS.

      • S.B-Seguin dit :

        N’oublions pas qu’il s’agit de canons téléopérés « Narwhal » de Nexter.

        • Leum dit :

          Cela dépend des attaques je pense. Contre un navire ou un hélico peut-être, mais contre un missile c’est trop peu trop lent trop tard face à un Goalkeeper ou Phalanx.

          • Orion dit :

            dire que le reste est trop tard, quand Phalanx ou Goalkeeper sont la dernière défense c’est un peu difficile..
            .
            De plus l’agilité terminale des missiles assaillants devient croissante pour en diminuer d’autant l’efficacité des défenses.
            .
            Même si je ne suis pas contre l’installation d’un tel système qui serait toujours un +, je ne suis pas non plu persuadé que c’est une solution ultime.

        • Nico St-Jean dit :

          @ S.B-Seguin

          Aussi performants soient-ils, les canons 20 mm n’auront jamais des performances équivalentes aux CIWS de 4500-6000 coups minutes pour de l’anti-missile. Sinon les Phalanx ou autres CIWS sont loin d’appartenir au passé, ils sont constamment mis à jours, surtout au niveau des capteurs, ainsi que des logiciels de suivis automatiques. De plus je pense que les américains ont développé un bon compromis avec le SEARAM qui mélange CIWS + Missile sur le même lanceur.

          • Alpha dit :

            Les deux, Phalanx et Narwhal ne sont pas comparables dans leur concept d’emploi.
            Là où le Phalanx, un multitubes, oppose un véritable « mur de plomb » à un assaillant, le Narwhal table sur sa plus grande précision …
            Et pour l’instant, force est de constater qu’aucun n’a fait ses preuves …

          • S.B-Seguin dit :

            Bonsoir monsieur St-Jean,
            je faisais que dire que la complémentarité SIMBAD/Narwhal représente un potentiel d’efficacité qui n’a rien à envier aux seuls Phalanx ou Goalkeeper.
            .
            Sinon, face à des missiles subsoniques le « Narwhal » reste effectivement plus performant que les multitubes dans la mesure où le contrôle de son ciblage ne subissant la force de très hautes cadences de tir de 3000 à 6000 coups / minute est bien plus précis tout en consommant 4 à 6 fois moins de munitions !
            .
            Observez que pour corriger leur ciblage, certains multitubes sont obligés de stopper le tir, quitte à tirer en plusieurs salves ou alors à arroser en envoyant la purée.
            .
            Le Narwhal est bien plus maniable que ces canons à 6 tubes d’ailleurs appelés à disparaitre au profit des missiles courte-portée X-FOIS plus efficaces en antimissile.

      • S.B-Seguin dit :

        Un impact de 20 mm est suffisant pour détruire n’importe quel missile et le Narwhal reste aussi précis que les Goalkeeper ou Phalanx en consommant largement moins de munitions.
        .
        Plusieurs marines, pourtant utilisatrices de Phalanx et Goalkeeper, se convertissent d’ailleurs au canon téléopéré mono-tube de 20 ou 30 mm.
        .
        N’importe quel missile antinavire subsonique peut être détruit par un Mistral à l’instar de n’importe quel missile ou roquette antichar pouvant l’être par le système « Trophy » installé sur les Merkava IV sur des distances bien plus courtes et demandant bien plus réactivité !
        .
        Observons qu’une charge relativement modeste, mais tirée et guidée précisément et avec vélocité, suffit:
        https://www.youtube.com/watch?v=2VrAUTP6rTg
        .
        En fait, les canons multitubes CIWS vont laisser leur place aux systèmes missiles CIWS les que les « Sea Ceptor » et « MICA-VL ».
        https://www.meretmarine.com/objets/500/9828.jpg
        .
        Notons d’ailleurs qu’il est dommage que la France ait abandonné il y a presque 10 ans le développement du Crotale CN2 (version navale du Crotale NG) avec des missiles VT1 destinés à être installés sous forme de « quad pack » dans les VLS Sylver.
        http://www.deagel.com/library/Crotale-Naval-air-defense-system-with-VT1-missile_m02007062400181.aspx
        .
        http://www.naval-technology.com/projects/oman/oman3.html
        .
        Les canons multitubes « Phalanx & Co » commencent à appartenir au passé.

        • tschok dit :

          « Un impact de 20 mm est suffisant pour détruire n’importe quel missile »
          .
          C’est sans doute pour ça que tous les systèmes anti-missiles canon se dirigent vers des calibres plus élevés.
          .
          Ajd: on est vers le 35mm, mini. Ou le 76 à retardement.
          .
          Le problème est de « choquer » un bolide qui fonce à mach 3 vers votre pomme. Un bolide de ce genre, on ne l’arrête pas en lui jetant des pétales de marguerites (bouh! gros vilain!).
          .
          La lutte anti-missile ne se fait pas à fleuret moucheté. C’est un truc sérieux, un truc d’adultes majeurs et vaccinés.
          .
          Fleuret moucheté: tir élégant, français, inefficace. Truc de pédé: « messieurs les Anglais, tirez les premiers ». Ca va pas, non?
          .
          Perso, mon amour = le 57 mm, calibre français par ailleurs. Ravageur. Dissuade. Décourage.

        • S.B-Seguin dit :

          On ne parle pas de science-fiction ou de war games,
          et au cas ou certains l’ignorent, en attendant les missiles de croisière hypersoniques, il n’existe aucun missile antinavire volant à Mach 3.
          Et les canons Hotchkiss de 57 mm n’ont absolument à rien voir avec les actuels 57 mm AA de Bofors qui pas plus que n’importe quelle contremesure antimissile, ne dissuaderont et ne décourageront pas des tirs de missiles antinavires ailleurs que dans le monde et la réalité parallèle rêvés par certains.
          .
          Ce sont des éclaircissements qui seront probablement utiles à ceux qui ressentent le besoin d’associer les « pédés » aux « calibres » de canons antiaériens exprimant une bien inutile métaphore sexuelle.
          .
          Par contre,
          même une 12,7 mm peut concrètement perforer l’enveloppe d’un missile sachant que l’efficacité du tir réside dans la vélocité et la précision du guidage.
          .
          En ce qui concerne les canons de 76 et 57 mm, il s’agit aussi d’augmenter la portée en s’inscrivant dans une défense moyenne et courte-portée.
          .
          Enfin, l’interception des missiles antinavires supersoniques est avant tout destinée aux Aster 30.
          De fait, on a jamais vu des Phalanx, GoalKeeper, canons 35, 75 et 76 mm intercepter et détruire des Brahmos à presque Mach 2, là où l’Aster 30 l’a déjà réalisé avec succès ! Merci à la coopération navale franco-indienne !
          .
          En conclusion, la plupart des missiles antinavires sont subsoniques et de facto accessibles en dernier recours aux canons Narwhal de 20 mm.

    • Nenel dit :

      Et t’oublie les 2 Simbad. Croiser avec les narwhal.

    • Alex dit :

      C’est la marine francaise , pas de sous mon amis

  4. Niko dit :

    J’avais lu du bien (je ne sais plus où) sur les capacités des SIMBAD contre les missiles antinavires…
    Quelqu’un en saurait-il davantage?

    • wagdoox dit :

      les Ciws missiles ont tout simplement l’avantage d’intercepter le missile un peu plus loin, assez loin pour ne pas avoir de retombées sur arrive sur le navire.

    • S.B-Seguin dit :

      Le système SIMBAD n’est que la version affut double du Mistral.

  5. wolfen dit :

    Car on a pas un.rond!!!l

  6. Fab dit :

    C’est en effet léger.
    L’armée n’ayant pas un budget illimité, elle doit faire des choix stratégiques, et ceci est l’exemple type. Les BPC n’ont pas pour vocation de naviguer sans escorte. Des frégates qui elles sont équipées pour défendre la flottille l’accompagnent.
    C’est l’équivalent de la stratégie de protection des porte avions, mais en plus petit

    • Pierro dit :

      Ils n’ont pas vocation à naviguer sans escorte, mais ils ont vocation à se rapprocher des côtes (donc des missiles anti-navires) et à être des cibles. Leur niveau de protection est notoirement insuffisant…

      A minima, les SIMBAD (2 missiles Mistral pointés manuellement) devraient être remplacé par les SADRAL (affut avec 6 missiles Mistral et commandés depuis le Central Opération).

      Ou encore mieux Mica VL (je n’ose même pas rêver à l’ASTER 15)

      Les BPC sont sensé débarquer des troupe, recevoir un Etat-Major et un hôpital de campagne en plus des EDAR de débarquement et des hélicos d’appui. Ce sont des cibles prioritaires.

      • Fab dit :

        C’est sûr que c’est une possibilité, et je ne pense pas que ces navires soient bien protégés. Je ne faisais qu’exposer la stratégie décidée.
        Et en période de restriction budgétaire, il n’est pas possible d’avoir le nombre et la qualité, des sacrifices sont donc faits.

        Toutefois, monter des missiles sur un tel navire est très simple, et pourrait être décidé si les menaces évoluent. Avec des guerres purement asymétriques depuis 2003, il n’est pas forcément bête de faire l’impasse sur certains équipements qui n’ont pas d’utilité immédiate.
        Mais c’est prendre un risque que de faire cette hypothèse, avec un rapport coût efficacité très très très mauvais… Mais

      • S.B-Seguin dit :

        Bonjour Pierro,
        une précision pour indiquer que la version SIMBAD-RC téléopérée, pourrait remplacer les SIMBAD manuels.
        Les SADRAL me semblent quant à eux improbables [on a même abandonné leur installation en cours de route sur les dernières FASM70] là où les TETRAL peuvent encore être envisagés.
        .
        Contrairement aux Aster 15, il fut un temps question, en 2007/2008, d’installer des MICA-VL sur les BPC, mais ce projet fut abandonné.

  7. xorminet dit :

    il n’y a toujours qu’un propulseur d’étrave sur le tonnerre

  8. jyb dit :

    Je précise ma question. La guerre navale asymétrique n’est pas un concept très développé. Pour le moment on parle surtout de piraterie (golfe du Niger, cotes somalis,mer de sulu…)
    Mais l’attaque par les yéménites des bâtiments saoudiens et des eau avec des bateau-bombes « télécommandes » a nettement augmenté la nature de la menace.
    Donc est ce que les narvals sont en mesure de parer ce danger?

    • wagdoox dit :

      non, les yéménites avaient de vrais missiles, donc là c’est les leurres et autres brouilleurs qui doivent faire le travail.
      les bateau-bombes peuvent être interceptés par des hélico ou les canons en question mais c’est vraiment la dernière ligne de défense.

    • S.B-Seguin dit :

      Bonjour jyb,
      évitons de tirer des plans sur la comète en se basant sur l’épiphénomène des navires arabes détruits par les yéménites avec des missiles iraniens (dérivés de missiles chinois vaguement inspirés des MM38) ou avec des vedettes télécommandées.
      .
      Dans ce dernier cas, les saoudiens avaient théoriquement les moyens de se défendre facilement face à la menace de ces vedettes qu’ils avaient repéré sans pourtant pouvoir agir en dehors de les filmer !
      .
      Pourquoi ?
      .
      Parce que les marins saoudiens quels que soient leurs grades sont des blaireaux qui ne branlent rien, de l’entretient quotidien à la maintenance des équipements, et dont la seule vocation reste le prestige de l’uniforme.
      .
      Sur les Al Madinah (dérivées des FASM70) du contrat Sawari des années 80, les formateurs de la NAVCO avaient déjà observé que les marins saoudiens attendaient d’être de retour à quai pour charger les « boys pakistanais » de toutes les tâches ingrates.
      .
      C’est à dire qu’en mer, ce noble chevalier qu’est le marin saoudien ne nettoiera ni chiottes, cuisine, frigo ou carrés, sans plus mettre les mains dans le cambouis des machines.
      .
      Déjà au début de leur vie opérationnelle les Al Madinah connaissaient des problèmes techniques avec les opérateurs saoudiens qui plantaient leur matos profitant de Thomson (à l’époque) qui leur changeait tout gratuitement avec une version plus récente, et ainsi de suite.
      .
      Les Al Madinah ont maintenant 30 ans, ces navires sont maintenant devenus de vraies poubelles flottantes.
      Il existe des témoignages assez saisissant de ceux qui ont accepté de travailler dessus (certains ont refusé !) lors d’une IPER de ces frégates en France.
      Il était question de frigos, de monte-charges encombrés de carcasses animales en décomposition, de chiottes tous inondés (avec les « jets-d’eau-lave-culs » qu’affectionnent les saoudiens), de machines dégueulasses et de systèmes électroniques HS.
      .
      Il est donc probable que face à l’attaque des yéménites, les saoudiens ont dû se trouver handicapés avec leurs systèmes de conduite de tir HS (ce qui n’était pas inédit), car concrètement ces vedettes télécommandées étaient évidemment bien plus lentes qu’un missile antinavire.
      .
      Entendez que les MM40 et le canon 100 mm suffisaient largement à éliminer ce type de menace, sans parler des AS-15 du Panther embarqué et des 2 canons de 20 mm !
      .
      Mais les marins saoudiens comptent parmi les pires blaireaux au regard du matériel qu’il ont pourtant entre les mains.
      Alors s’il vous plait monsieur jyb,
      ne faisons pas de cet exemple saoudien un cas d’école.
      .
      Pour répondre à votre dernière question: oui, les Narwhal de 20 mm et les 76 mm [voire même les 12,7 mm] peuvent perforer sans trop de problèmes ces vedettes télécommandées en les faisant exploser.

    • Nenel dit :

      @jyb,
      Pour répondre à ta question, je te propose de taper sur un moteur de recherche narwhal. Choisi vidéo et tu auras ta réponse en y regardant les essais. Tu comprendras que ce système est particulièrement efficace contre le genre de menaces que tu exposes.

  9. basstemp dit :

    Bref plutot que « modernisation » moi je vois surtout dans ces travaux et transformations les économies de bout de chandelle du programme a la construction qu’on rattrape + tard …

    Il était évident que sans CIWS 20mm le BPC pouvait être considéré comme sous équipé au regard des armements moyens des navires otaniens : Leur mise en service sans il y a 10 ans une situation anormale pour un navire de cette importance (porte hélicoptère quand même !) et ce meme protégé par un autre batiment surarmé pour compenser : Naviguant a quelques miles les uns des autres il y avait des menaces contre lesquelles le BPC sans Narwals prenait des risques

    Ceci dit lors du déploiement libyen on a eu la chance de la grande densité de batiments de l’Otan pour diluer le BPC et ses fragilités dedans : Je pense par exemple au risque contre un mini navire piégé radio-commandé ou autre pouvant passer dans les mailles du filet de surveillance de nos grands navires protecteurs + axés sur les grandes menaces aériennes & sous marines

    On aurait jamais du armer les BPC sorti de chantier de construction avec si peu d’auto-protection, ca a d’ailleurs fait beaucoup débat il me semble sur airdef …

  10. S.B-Seguin dit :

    Disons qu’en terme de CIWS, au delà des 2 Narwhal de 20 mm et des actuels SIMBAD, on aurait pu espérer voir les 2 SIMBAD remplacés par 2 TETRAL avec affut quadruples également téléopérés :
    http://img.bemil.chosun.com/nbrd/files/BEMIL085/upload/2006/11/20061130_tetral.jpg
    .
    Même la version téléopérée du SIMBAD dite SIMBAD-RC pouvait être envisagée:
    https://www.meretmarine.com/objets/500/28259.jpg
    .
    Le missile Mistral connait aussi des affuts des sextuples avec le SADRAL installé sur les premières FASM70 et d’autres frégates à l’export:
    https://www.meretmarine.com/objets/500/13020.jpg
    .
    http://www.navyrecognition.com/images/stories/news/2016/september/Lafayette_class_frigate_upgrade_SADRAL_2.jpg
    .
    http://img.bemil.chosun.com/nbrd/data/10044/upfile/201507/20150703085637.jpg

  11. S.B-Seguin dit :

    Ce n’est qu’un détail, mais quand même…
    Pendant cette période d’arrêt, de mises à jour et d’aménagements divers, le BPC Tonnerre aurait quand même pu recevoir un coup de peinture pour ses 10 années de service opérationnel qu’on le voit ici marquer par des salves de coups de canons:
    https://pbs.twimg.com/media/DGJ61GpXoAAL_G8.jpg

    • mo imeme dit :

      pas besoin!!!!! c’est l’équipage qui fera de la peinture en escale au lieu de se reposer…. ça coute moins cher 🙂

  12. wagdoox dit :

    D’ailleurs les russes avancent sur leur portes hélicoptères en parlant de ca.

    • Alpha dit :

      Ah oui ? Vous avez des infos ? Non, parce que les russes, ils veulent faire tellement de choses en même temps, qu’on a du mal à suivre !… 😉

      • wagdoox dit :

        c’est pas très clair, c’est dans la presse indienne que j’ai vu ca sur internet.
        Je recherchais des info supplémentaires et je suis tombé sur « un mistral » russe.

    • Polymères dit :

      Les russes avancent dans leurs projets, mais il y a encore plusieurs années avant de voir les russes se vanter d’avoir enfin mis en service le successeur du Mistral.
      Il y a 3 ans, au moment de l’annulation de la vente, ils disaient déjà qu’ils allaient en construire facilement et rapidement, toujours rien.Poutine ne sera plus président le jour ou ces navires seront admis au service actif, je fais ce pronostic en sachant qu’il emportera la présidentielle l’an prochain.Donc rendez vous dans 7 ans minimum.