Nouvelle-Calédonie : La frégate de surveillance Vendémiaire intercepte 1,4 tonne de cocaïne

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. Celtibère dit :

    C’est le voilier qui a été intercepté pas la cocaïne.

  2. Myshl dit :

    Moi pas bien comprendre pourquoi le Ministère des armées fait la guerre, et le boulot de la Douane, pour capturer ici ou là des « cargaisons » dans l’Outre-mers.

    Bon, postulons qu’il s’agit bien d’une guerre.

    Mais alors s’il y a guerre dehors, pourquoi on n’est pas en guerre en Métropole?

    La drogue est une guerre contre notre jeunesse, mais ici en Métro, on ne fait rien. On verbalise, on compte pour les statistiques, on comptabilise mais on ne fait pas la guerre. Donc on la perd.

    Donc les scores « ultra-marins » je m’en fous Je veux ici qu’on neutralise tous ceux de la drogue. Le verbe « Neutraliser » conjugué sans interférence psy-judiciaire. On les tue.

    Le verbe « Tuer » est encore dans nos dictionnaires, profitons-en.

    • tschok dit :

      Oui, oui, on sait que vous voulez tuer tout le monde.

      • jean pierre dit :

        nan pas tout le monde… seulement ceux qui font la balance entre les gains et les risques et ceux là ne se droguent pas. Donc le solution est là: on injecte au trafiquant notoire, pas à la fourmi, ne serait ce que 1% de ce qu’il détient…c’est facile , pas cher..et ça calme
        1kg de cocaïne ? hop 10 grammes…

    • tchac dit :

      Eh bien justement, la Marine s’appelle justement « Marine » et non « armée de mer ».

      • Lapidaire dit :

        La Marine s’appelle « armée de mer » en temps de guerre.

        • tchac dit :

          Vous m’éclairez enfin sur la question que je me pose depuis que j’ai vus l’affiche de mobilisation général à l’école: pourquoi est-il écrit « armée de terre et armée de mer » alors qu’elle s’appelle la Marine Nationale.

    • Tchic dit :

      Parce que notre marine est « nationale » et pas uniquement une armée de mer. A moins de tout dupliquer (navires, formations, RH), nous ne pouvons pas avoir en haute mer à la fois les douanes, la gendarmerie, le SAMU, les pompiers… Et c’est pour cela que la marine réalise aussi des opérations de police qui ne sont pas des opérations de guerre. Et applique le droit (celui où il n’y a plus de peine de mort par exemple).

      • ji_louis dit :

        Le droit maritime international accorde au commandant d’un navire, y compris et surtout un navire militaire, des droits et obligations très supérieurs à son homologue terrestre: État-civil, douanes, police, etc…

    • basstemp dit :

      Ne vous faites pas + bête que vous ne l’êtes myshl : Ce genre d’activité & intervention nécessite de disposer des batiments de type frégate ou patrouilleur hauturier au minimum du fait de la nécessité de disposer d’un moyen héliporté tant pour la surveillance visuelle étendue que permet la patrouille en hélico que l’intervention en elle même selon le type de batiment ciblé et les actions nécessaires a opérer pour chaque cas de figure …

      Il serait impossible pour la France de devoir disposer des navires doublons d’un coté pour la Marine et d’autres pour les douanes (et pourquoi pas encore d’autres pour la police aux frontières tant qu’on y est vu que la douane n’a plus vraiment ce type de mission …) : Déja qu’on arrive a peine a se financer une marine digne de ce nom pour la défense de notre pays et la surveillance tout azimut de notre territoire marin !

      De la c’est de la simple logique que cette activité revienne a la Marine qui dispose des moyens dont on a aussi besoin pour l’éventualité de guerre que ce soit donc elle qui remplisse ce role d’agent executant des douanes : Et d’ailleurs des agents des douanes sont présents lors de ce genre de missions dans une logique administrative ou les militaires n’ont pas la compétence pour cela …

      Personnnellement je pense même qu’il faudrait aller + loin encore soit fusionner une partie de la douane dans une logique de gendarmerie ayant cette compétence pour que justement il n’y ait plus besoin de devoir acceuillir des douanes pour piloter administrativement ce genre d’opération et que ce soit la gendarmerie maritime en permanence a bord du navire militaire qui s’occupe de tout les détails administratifs …

      En fait je pense que la douane a l’échelle nationale devrait être tout simplement diluée dans la gendarmerie, Police et notre Marine pour faire des économies en donnant toutes compétences administratives et de paperasse internationale aux forces citées … On ferait des économies sans virer qui que se soit : Juste des changements de statuts et disparitions de certaines directions régionales et nationales qui ne serviraient plus a rien …

      Après il y a il est vrai la logique des traités internationaux et normes qui s’y oppose + ou moins mais c’est subjectif car nombreuses sont les nations ou ces compétences sont directement traitées administrées et executées par des instances militaires nationales (la plupart des pays du quart monde font ainsi ne pouvant se payer de milles feuilles administratifs …)

    • v_atekor dit :

      Tu sais Myshl, ce n’est pas tellement une guerre que l’on mène contre la drogue. Tu te drogues, tu meurs, tant pis pour toi. Tu souffriras longtemps avant de mourir. Mais ça marche aussi en sautant d’un pont. On y met des parapets pour éviter les accidents, mais si tu décides de le contourner et de sauter, ni la marine ni les paras dans ce cas, vont débarquer fissa pour bloquer l’accès au pont avant que tu ne sautes et faire sauter la cervelle des ingénieurs des BTP.
      .
      Alors mener une guerre et tuer des trafiquants de drogue, il faut raison garder. C’est un trafic parmi d’autres, lucratif et déstabilisant pour les régions productrices et les lieux de passages, mais c’est loin d’être le pire. S’il ne permettait pas d’amasser des fonds pour des trafics autrement plus dangereux – armes, esclaves, prostitutions – ça ne vaudrait même pas la peine d’en parler.

    • Clément dit :

      La cocaïne ne concerne pas forcément la jeunesse, en tout cas pas les ados, c’est plus un truc de trentenaires et de quadras branchés. A cause son prix (bien que ça baisse dangereusement) mais aussi de sa valorisation dans certains milieux, ou plutôt de celle de ces effets : un joins d’herbe est connoté « faignant » alors que la coke rend sois disant « productif » … Certains se demandent même si son effet inhibiteur et la perte du sens du risque qu’elle entraîne n’est pas en partie responsable de certains comportements ayant menés à la crise financière.

    • Fred dit :

      @ Frankenstein Myshl
      – Salut Myshl, quoi de neuf ?
      – TUEEEEER
      – Et à part ça ?
      – TUEEEEER
      – Oh ! regarde, un vol d’hirondelles, comme c’est beau …
      – Hirondelles, TUEEEEER, Moi
      – Mais pourquoi tuer les hirondelles ?
      – Hirondelles, immigrées, Afrique, faire caca pas ramasser : TUEEEEER

    • Robert dit :

      Myshl et les autres,
      Le sujet de la drogue est un des sujets que je connais bien. Pour en avoir longtemps consommé et avoir vécu en autarcie dans ce milieu.
      Qu’est-ce que le milieu de la drogue ?
      Il tourne autour des dealers que tous les drogués fréquentent, indifféremment de leur consommation et du ou des produits qu’ils utilisent. Du petit consommateur de cannabis épisodique au junkie à l’héroïne ou au crack depuis vingt ans, tous fréquentent la même source de vente.
      Un dealer est un marchand incontournable et tout ce qu’il peut vendre, il le vendra. Le mieux pour lui c’est le client fidèle et rien de mieux que le toxicomane qui ne peut pas se passer de sa dope.
      Mais il est difficile voire insupportable d’accepter qu’on soit un toxicomane, dépendant profond à une drogue, quand on fume du cannabis, par exemple, mais qu’on doit côtoyer des camés au fond du trou qui ont perdu tout sens des réalités et tout sens moral. Pourtant, tous se rencontrent chez le dealer qui vent très souvent tous ces produits. Et le toxico à l’héroïne a commencé aussi par la fumette, mais sa personnalité, le produit et le contexte de sa vie l’ont poussé plus loin, au delà du retour possible. J’ai tout consommé ce que j’ai trouvé, comme tous mes copains, et j’ai eu beaucoup de chance, pas certains d’entre eux. C’est la seule différence entre nous.
      La désocialisation d’un adolescent au cannabis a des points de ressemblance avec celle d’un junkie dont la seule horloge est la prochaine prise et les moyens d’en trouver les moyens. Et ce qui mène à l’héroïne ou à la cocaïne addictives a commencé par le cannabis festif pour quasiment tous.
      Un drogué est un menteur qui subit son produit et cherche à s’inventer une liberté qui n’existe que dans son mensonge.
      Je sais, on va me dire, faut pas mélanger. Je connais assez, j’ai très longtemps donné des conférences sur le sujet, mais je trouve qu’on n’est pas assez honnête et qu’on ne va pas assez loin pour décrire ce monde, quitte à déplaire et choquer.
      J’ai perdu des copains, j’ai vu des horreurs, rapt, prostitution, déchéance, mort. Aussi, quand j’entend parler de légalisation, ayant vécu dans un pays ou c’était fait, je pense que ceux qui avancent cet argument soit sont des toxicos, au cannabis « festif  » en général qui ne veulent pas arrêter, soit des ignorants.
      La drogue ne se négocie pas, elle se combat, par tous les moyens. Quand un dealer fait régner son ordre dans un quartier, que des cités sont inaccessibles à la police, mais aussi aux pompiers, aux médecins, aux facteurs, parce que la vente de drogue y règne en maître, l’influence et le pouvoir du dealer et ses produits de mort s’étendent bien au-delà de sa ville. Et s’y ajoute son impunité.
      Pour ce que les services de douane et de police saisissent, on peut penser que dix fois plus réussit à passer qui arrive dans nos rues, auprès de nos enfants. Et l’inventivité des trafiquants est inimaginable pour produire de nouvelles merdes et pour séduite les jeunes; y compris les enfants.
      Pas une soirée branchée mais aussi simplement amicale, internat, village, ou la drogue ne peut parvenir et influencer des jeunes, par imitation, ignorance, séduction.
      Comme catholique, je me refuse à voir dans la violence le moyen de tout résoudre. Mais il se trouve qu’une société catholique ne peut pas exister parce que le plan temporel et spirituel sont distincts. Ce qui existe, ce sont des sociétés composées de personnes, je ne dis pas individus, familles et pays ou le bien commun doit prévaloir pour permettre au bien de prospérer, d’être rendu possible. Aucune société évangélique ne peut exister sur terre e ceux qui s’y sont risqués ont bâtis un enfer. Or, dans une société individualiste comme la notre, c’est mon droit, ma liberté, contaminée par la drogue, cela n’est plus possible. On se replie sur soi, on vit dans le mensonge, on coupe tous les liens sociaux, on détruit la famille, on contamine les autres.
      Et la société, qui n’a pas à être confessionnelle, à un devoir d’état, celui de protéger ceux qui en font partie par tous les moyens nécessaires. On ne recule pas devant un moyen parce qu’il est contraire à des principes utopistes, les droits de l’Homme sans devoirs, mais parce qu’il est contraire au bien commun. Or, le recours à la peine capitale peut être considéré comme légitime, quand le criminel renonce par ses crimes au droit à la vie de tout être humain. Il met en danger et tue des innocents que la société ne peut protéger qu’en le faisant sortir de la société, si nécessaire définitivement.
      Les victimes d’un Michel Fourniret ou autres se sont accumulées après plusieurs condamnations visiblement insuffisantes. La prison à perpétuité réelle, on ne sort jamais de prison jusqu’à sa mort, n’existant pas chez nous et chez nos voisins, seule la peine de mort est capable d’arrêter ce genre de criminel et de protéger de lui la société. Utiliser l’argumentaire de la ligue des droits de l’Homme pour empêcher, soit la prison à perpétuité réelle soit la peine de mort, est une perversité d’intellos de gauche laissant toujours une sérieuse chance au criminel et aucune à ses éventuelles victimes le jour ou il ressortira. Patrick Henry, qui a tué dans des conditions ignobles un enfants, cela vous dit quelque chose ?
      Dans le cas du trafiquant de drogue, c’est pareil, il ne tue pas directement mais rend possible la déchéance, la contamination de cette déchéance et la mort de celui ou celle qui consomme ses produits. C’est un prétexte d »humanisme » fallacieux et pervers qui rend impossible toute sentence proportionnelle à sa dangerosité et à son incapacité de réintégration sociale.
      C’est un ancien drogué, qui a perdu des copains, et a côtoyé des morts en sursis, qui le dit, sans esprit de vengeance, juste dans un esprit de justice. La peine de mort est légitime, quand il y a certitude de ne pas commettre une erreur judiciaire et quand le criminel, qu’est le dealer, est incapable de garantir sa réintégration.
      Tuer choque moins les bien pensants quand on peut rendre responsable le drogué de sa déchéance, ou l’handicapé d’être « inapte » à s’intégrer, que quand les choix volontaires d’un criminel lui ont fait perdre le droit de vivre en société. Pourtant, seul ce criminel a tué et continuera à le faire si on ne l’arrête pas radicalement, définitivement.
      Myshl, sur ce point, a raison, même si ma formulation est différente.

  3. heaume44 dit :

    Excellent travail.

  4. Nenel dit :

    Valeur marchande de la drogue: 200 millions d’€! Dite donc pour ce tarif , il n’y a pas des pays qui seraient près à laisser passer pour la moitié de la somme. Parce que rien que 100 briques s’est plus que le prix de la FS Vendémaire. Quelques bonnes prises et hop une FREMM en plus… Non j’déconne quoi que.

    • MERCATOR dit :

      Oui cela doit correspondre à un trimestre de consommation chez »Canal Plus » !

    • Ryan dit :

      Oui je pensais la même chose.
      La Marine ne pourrait-elle pas toucher un % ?

    • Clément dit :

      C’est pas une nouvelle que les cartels de la drogue tiennent certains gouvernement par la corruption ^^ Regardez en France, une enquête est en cours sur l’ancien chef de la brigade des stups : il aurait couvert et tiré un bénéfice d’un des principaux trafics d’herbe de Paris, ça représente sûrement des millions de gain pour lui. A partir de certaines sommes, même des hommes rigoureux et intègres commencent à réfléchir …

    • v_atekor dit :

      C’est loin d’être une blague. je répondais à Myshl sur la « guerre » contre la drogue, mais il y a un vrai problème. Depuis les années 60, la prohibition renchéri les prix, et fait plutôt le jeu des trafiquants. A peine la Colombie sort de ses relations incestueuses avec les cartels de la drogue que la Venezuela y saute les deux pieds joints. La frontière entre US et Mexique est à feu et à sang… Les trafiquants se portent bien, et ça ne fait ni chaud ni froid sur la consommation finale. Et côté expérience ça fait 60 ans de recul. Et pendant ce temps, les shadocks pompent et pompent….

  5. Tribuable dit :

    Drogue à destination de l’Australie.
    Devons-nous quelque chose à l’Australie ? Il ne me semble pas.
    Allons-nous exiger que l’Australie paie ? Il ne me semble pas.
    J’ai pourtant entendu dire que nous avons des problèmes de budget.

    • Fred dit :

      Échange de bons procédés, rien que de très normal. Par contre, les opérations de lutte contre la piraterie sont « gratos » pour les paradis fiscaux qui immatriculent la grande majorité des navires dans le monde … Là, tu peux râler.

      • Tribuable dit :

        @ Fred
        « L’échange de bons procédés », c’est effectivement la première explication que j’imagine. Mais dans un deuxième temps je me demande 1) quel est cet échange, qu’est-ce que les Australiens font pour nous ? 2) Si on leur donnait l’info pour qu’ils se chargent eux-mêmes de l’interception, ce serait bien suffisant.
        ;
        J’aimerais comprendre pourquoi (et dans l’intérêt de qui) on en fait plus.
        Cela dit, je ne critique évidemment pas nos marins : le problème n’est pas à leur niveau mais au niveau politique.
        .
        Quant aux pavillons de complaisance que vous évoquez, c’est une vieille question internationale qui ne sera sûrement pas réglée par la France seule.
        Au contraire l’interception de drogue pour le compte de l’Australie c’est une décision franco-française sur laquelle j’aimerais plus d’information. J’aimerais savoir ce que font ceux dont le métier est de contrôler : la Cour des Comptes, le Corps du Contrôle.

    • basstemp dit :

      La France a des accords & traités avec l’Australie qui prévoit des surveillances alternées des espaces maritimes dits « communs » mais aussi souverains …

      Dans les faits ça se traduit ainsi, la France et l’Australie ont mis en place un système de patrouilles alternées dans les eaux communes internationales du pacifique sud tant pour la surveillance des traffics que pour la surveillance des pêches illégales, en gros tout les 40 jours un navire français vient prendre le relais d’une patrouille australienne et vice versa et ils ont le droit d’intervenir dans les eaux territoriales communes ! Ce qui veut dire par exemple avec ce système de missions alternées qu’un patrouilleur australien est assermenté pour contrevenir a un navire de pêche par exemple chinois qui serait pris en flagrant délit de pêche illégale dans les eaux territoriales françaises et vice versa !

      Ce système de surveillance alternée permet de faire des économies et de pouvoir tout les 40 jours allouer des navires ailleurs dans le pacifique sud pour faire des surveillances la ou nous n’avons pas ce système de surveillance commune alternée

      Et je pense que c’est très sain au niveau relationnel avec l’Australie et bien entendu le principe est étendue a la surveillance des trafics … Il existe le même principe dans les caraïbes entre l’US Navy et la Marine Nationale

  6. Yallingup dit :

    C’est aussi un bon point diplomatique envers les australiens. Enfin, le gouvernement, pas ceux qui pensaient s’envoyer 1,4t de coke dans le nez…

  7. Myshl dit :

    Je suis effondré devant les réactions droit-de-l’hommistes à la seule manifestation d’un mot de quatre lettre, bien français: TUER.

    Les démocraties meurent et continueront de mourir faute de conjuguer ce verbe salvateur. Il faut TUER. Et si on ne TUE pas, parce que ci ou ça, on condamne les victimes des TUEURS à être tuées, pendant que les TUEURS continuent de TUER ou s’en viennent à l’abri de la « Justice » vérolée de nos « démocraties ».

    « TUER » est français. Au sens propre comme au sens figuré. Pour ce qui concerne les acteurs des réseaux droguistes, tous du financier au distributeur, je veux qu’on les TUE.

    Si on ne TUE pas, on est complice. Et si on est complice, alors qu’on cesse d’envoyer bateaux et avions faire du spectacle.

    Vu l’indigence de la Justice (Intellectuelle surtout puis budgétaire), TUER in situ sauve des vies et réalise des économies.

    • ScopeWizard dit :

      Oh con , je vais vite m’ empresser de déplanter mon pavot con , c’ est qu’ il est déterminé l’ ami Myshl … putain … con … il plaisante pas çuilà …
      Boudu con ! é bé …

    • Fred dit :

      Saint Myshl : « Pour établir la paix, la prospérité et la sérénité sur Terre, je vous le dit en vérité, il faut TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER TUER … Et pi C tout »

  8. Myshl dit :

    Aux creuseurs. Au Royaume-Uni il y a la Royal Navy, la Royal Air Force qui chez eux est issue de leur marine, et il y a la British Army, pas « Royal Army », simplement British. Il y a donc chez nos voisins deux armées royales, en mer et en l’air, plus une armée du Peuple à terre.

    En France nous avions pareil une Marine Royale, qu’on a réduite ou étendue (Au choix) à être une marine nationale, une réussite républicaine glorifiée par Trafalgar puis par le sabordage de Toulon en 1942.

  9. wrecker47 dit :

    Dommage que cette prise de guerre ne soit pas valorisée en la revendant à des laboratoires médicaux !Ce serait une économie et du « liquide » pour la Marine !
    Il en va de même pour les trafics d’or de la Guyane …

  10. golf dit :

    Pour mémoire la Douane dispose d’une flotte d’avions et de bateaux qu’elle gère seule: 9 hélicoptères entrés en service en 2000, 2 appareils monomoteurs dédiés à la surveillance terrestre et 15 bimoteurs, des Cessna F406, en charge de la surveillance maritime. Elle dispose également de 38 bateaux de différents tonnages (patrouilleurs, vedettes..). Ces flottes coûtent cher au budget de la Douane (1,6 milliard): elles ont absorbé 22% des crédits de fonctionnement et 49,1% du budget investissements en moyenne sur la période 2011-2015. En 2016, il était prévu 25,2 millions d’euros en fonctionnement et 39 millions en investissement. Et cerise sur le gâteau 7 King Air 350 qui peuvent voler mais qui sont inutiles sur le plan opérationnel puisque non-équipés!