La France et l’Allemagne vont développer un avion de combat commun

C’est la surprise du jour : ce 13 juillet, à l’issue d’un Conseil des ministres franco-allemand, l’Élysée a annoncé que Paris et Berlin ont convenu de « développer un système de combat aérien européen » en commun afin de « remplacer leurs flottes actuelles d’avions de combat à long terme. » Et d’ajouter : « Les deux partenaires souhaitent mettre au point une feuille de route conjointe d’ici à mi-2018. »

« C’est une révolution profonde, mais nous n’avons pas peur des révolutions quand elles sont menées de manière pacifique, construite et dans la durée », a commenté le président Macron, lors d’une conférence de presse conjointe avec Angela Merkel, la chancelière allemande. « Notre souhait, c’est en effet de pouvoir avoir une nouvelle génération d’avions de combat communs », a-t-il poursuivi.

« Ce sont des projets très lourds, lourds pour nos deux armées et nos deux gouvernements et qui ensuite doivent être exportés. Aujourd’hui, on se retrouve avec des projets lourds, trop de standards et de qualification au niveau européen et parfois une concurrence intra-européenne pour les porter à l’international », a encore expliqué le locataire de l’Élysée.

De son côté, Mme Merkel a dit « saluer » ce projet, qui vient s’ajouter à d’autres programmes franco-allemands, comme le drone MALE RPAS, auquel l’Italie participe. Et on la comprends car, pour remplacer les chasseur-bombardiers Tornado, la mise au point d’un nouvel avion de combat dans le cadre d’une coopération avec un autre pays européens était l’un de ses objectifs de la « Stratégie militaire aérienne », publiée fin 2015 par le ministère allemand de la Défense. Et la difficulté était alors de trouver des partenaires intéressés pour développer le programme « Next Generation Weapon System ».

Déjà, Airbus s’est attelé à cette tâche, en présentant un concept qui serait un « système de systèmes », c’est à dire une combinaison d’avions avec équipage et de drones ayant le rôle de « mules » capables de mener des missions de rconnaissance, de guerre électronique, voire de frappes.

En mars, Dirk Hoke, le patron de la division Défense d’Airbus, avait insisté sur la nécessité de trouver des partenaires européens pour mener à bien un tel projet d’ici 2035. Et d’indiquer que les Français seraient probablement de la partie, alors que ce programme ne figurait alors pas dans la Loi de programmation militaire 2014-2019 et que la France était déjà engagée avec le Royaume-Uni pour mettre au point le Système de combat aérien futur (SCAF), avec le concours de BAE Systems et Dassault Aviation. Que deviendra ce dernier après l’annonce faite par le président Macron?

Mais ce n’est pas la seule question qui se pose. Les forces françaises ont des besoins spécifiques que leurs homologues allemandes n’ont pas… En clair, il faudra se mettre d’accord sur ce que l’on veut vraiment : cet appareil évoqué par M. Macron pourra-t-il être embarqué à bord d’un porte-avions? Sera-t-il compatible avec la dissuasion nucléaire? Quel rôle tiendra Dassault Aviation, sachant que le Pdg de ce dernier, Éric Trappier, a fixé des conditions très précises en matière de coopération européenne? Et plus largement, quelle place aura l’industrie aéronautique française?

En outre, la coopération franco-allemande dans le domaine de l’armement ne va pas s’arrêter là. Il est également question de « mettre en place un cadre de coopération pour le prochain standard de l’hélicoptère Tigre, ainsi que pour un programme commun de missiles tactiques air-sol » et de poursuivre la « collaboration relative à un système majeur de combat terrestre [un char de combat?] et à un système commun de tir indirect de nouvelle génération, qui s’ouvrira à d’autres pays européens lorsque ces projets seront suffisamment développés. »

164 commentaires sur “La France et l’Allemagne vont développer un avion de combat commun”

  1. c’est le deuxième étage de la fusée enfumage élyséenne, n’importe quoi ! comme d’hab
    décidément ce triste sire va en plus vendre notre industrie de défense aux allemands, encore un effort et il va donner les clés de la boutique à Angela et Stauble va prendre Bercy!
    effectivement on nage en plein renouveau, de l’imbécillité eurobéate

    1. Vu l’augmentation exponentielle des coûts de développements des nouveaux avions de chasse, je pense que c’est pas une mauvaise chose de travailler avec des partenaires.
      De plus, tous les fans de Rafale se plaignent que l’Europe de la défense ne soit que des mots, et pas une réalité… La France peut continuer à tout développer pour sa propre armée, mais tant qu’elle ne fait pas de partenariats, il ne faut pas attendre de cadeaux en retour

      1. mais quel cadeau ?
        L’industrie française va devoir abandonner des savoirs faire qu’on possède déjà alors que l’Allemagne à beaucoup à apprendre. Sans parler des surcout constatés à chaque projet européen et toujours avec les allemands, autant je suis pas contre avec les anglais mais les allemands les pilleurs industriels du continents depuis 1940.
        Quel cahier des charges ?
        Et quid des exportations ? Avec sans accord de l’Allemagne ?
        Je m’en fais pas trop dès qu’on parlera du cahier des charges ca va coincer.

        1.  » Les pilleurs du continent depuis 1940  » Sans les physiciens allemands la NASA n’aurait rien été mais qu’est-ce qu’on ne lit pas comme connerie !

        2. pour prétendre à un programme commun, il faut déjà réussir à ce mettre d’accord sur toutes les faces de ce programme, et là les besoins de chacun, de leurs industries respectives, de celles des différentes composante de leur armées feront comme d’habitude accoucher d’un hybride , si cela ce fait, vu l’expérience avec l’A 400 M, cela va prendre un temps fou et sans certitude quand au résultat, et si cela ce fait autant dire adieu de suite à Dassault Aviation!!! j’ai un peu participer à l’élaboration de l’A400, quand on voit la durée du programme, débuté dans les années 85/86 et le résultat atteint, on doit légitimement s’interroger sur le bien fondé de la chose, et plus vous y mettez de partenaires et plus la sauce se complique!!

          1. Le Rafale est un exemple réussi. Pourtant on peut considérer la Marine et l’Armée de l’Air comme étant deux armées ayant des besoins très différents. L’autre exemple négatif est le F35 dont l’avion a été développé pour 3 corps d’armée dont le résultat est à priori plutôt inquiétant.
            Mais avec ces deux exemples, je pense que cela peut marcher. Le Rafale a aussi commencé son développement dans la même période. Aujourd’hui le début du développement d’un nouvel avion militaire se fait 20 ans avant la mise en service.
            Pour le moment, il s’agit d’une étude, si les besoins sont similaires, le projet continuera. Mais dans le cas contraire, la France a la possibilité de se retirer, comme cela a été fait pour le Rafale. Je trouve donc que c’est plutôt positif, de cette manière, on peut être surpris en bien, et on reste d’une certaine manière libre.

        3. La France n’importe rien ou presque pour son armée. Elle développe quasiment tous ses équipements. Elle est très largement exportatrice dans l’industrie de la défense, et c’est tant mieux.
          Mais du fait qu’elle est exportatrice, elle profite très largement de l’Europe de la Défense.
          Et si on veut que l’Europe de la Défense prenne des parts de marché aux américains, il va falloir passer par des partenariats.

  2. petit complément si c’est pour refaire notre merveilleux A 400 M, merci on a donné dans les conneries aéronautiques franco allemandes

    1. L’A400M remplace au moins 2 types d’avions (C130 et C160).
      Il offre des capacités tactiques au sein de la même plateforme que les anciens avions n’ont pas, ou pas tous.
      – capacités de transport lourd inexistants en Europe
      – transport tactique
      – ravitaillement
      – parachutage
      – médical
      – humanitaire
      Que l’Allemagne participe ou pas, lorsque vous essayez d’avoir toutes ces capacités au sein du même avion, ça prend du temps avant que la mise au point soit parfaite.
      L’avion le plus comparable est probablement le C130 (bien qu’il n’ait pas la capacité de transport « lourd »). Le 1er vol a eu lieu en 1954! Les capacités ont été ajoutées au fil des années. Et ne pensez pas que cet avion n’a pas eu de problèmes de jeunesse!

      1. Ce qu’il veut dire, c’est sans doute que bien des problèmes de cet avion par ailleurs assez fabuleux vienne du coté allemand.
        -Dès les spécifications, avec la capacité suivi de terrain utile aux seuls allemands (qui en opex ne sortent pas des bases!), on se demande pourquoi (sauf à vouloir foutre la merde)!
        -A la répartition du travail, ou ils ont comme d’habitude donné des chiffres de commande pipeautés le temps de rafler du boulot indu et rabotées ensuite.
        -Travail qu’ils ont été en partie incapables de faire et qui reste le fiasco majeur initial de cet avion: Commande moteur, que les ingés anglais du motoriste ont dû sortir de l’ornière (en oubliant qq bugs de spécification ayant mené au crash de Séville… ou ils ont chargé les espagnols alors que la logique débile ayant mené à cela venait d’eux!).

        Je pense que Dassault et Thalès, largement échaudés dans le passé par l’incompétence (et arrogance!) allemande quand on sort de la ferraille seront heureux de cette décision.

        Quand on n’est pas capable de faire un câblage d’A380 qui se monte…

        1. Une autre manière de voir les choses pourrait être que la France a travaillé sur les éléments les plus faciles car elle n’avait pas les capacités de développer les éléments complexes.
          C’est volontairement provocateur, mais il est trop facile de dire que tous les problèmes viennent des Allemands et que les Français ont tout fait parfaitement !

      2. N’importe quoi.
        1/ le c160 et le C 130 sont des avions de la même catégorie.
        2/ concernant l’A400 M:
        – Transport lourd ? Combien de Leclerc dans un A400 M ? Zero
        – Parachutage ? en porte latérale, oubliez
        – Capacité médicale et humanitaire, j’ai envie de vous dire OK, comme n’importe quel avion…
        – enfin pour le transport tactique, il ne fait pas mieux que ses prédécesseurs et même moins bien pour certaines capacités (poser d’assaut, terrains sommaires)
        Cet avion est le fruit à la fois d’un compromis sur le cahier des charges entre partenaires européens aux besoins différents et d’un manque cruel de savoir-faire et de connaissance des besoins militaires par son constructeur. En tant qu’usager, je préférerais 100 fois un parc neuf de bons vieux c160, complété par quelques antonov

        1. 1) L’A400M remplacera bien les C130 et C160 dans l’armée de l’air… Même catégorie certes, mais capacité de transport bien supérieure
          2)
          – Parachutage, problème de jeunesse, en passe d’être résolu, toutefois le parachutage par l’arrière peut déjà être effectué.
          – Transport lourd, certes pas de Leclerc, mais des VBCI, Stryker, Super Pumas, Tigres… Et c’est un choix de conception, donc faire ce reproche à l’Alloemagne…
          – En effet, mais la combinaison de toutes ces capacités au sein de la même plateforme, et au sein de la même génération est plus rare!
          – Il est nettement plus lourd, et permet de déposer des véhicules tels que des VBCI, donc la capacité tactique est supérieure (d’un point de vue de l’étendue de missions possibles grâce à sa capacité supérieure).
          – Ses capacités en vol sont supérieures au C130 (angle d’attaque, vol au ralenti grâce au fbw…)

          Certes c’est un avion fait de compromis, mais c’est une excellente plateforme si on considère ses évolutions possibles.
          Alors si il y a un souci de manque de connaissances des besoins, il faut aussi remettre en question les maîtres d’ouvrage… Comment se fait-il qu’un avion n’ait pas été approuvé par les différents corps des différentes armées avant de le construire!?

      3. De Anonymous,
        Non lA400M ou Atlas nom retenu par l’armée de l’air ne remplit pas exactement toute les fonctions promises dans le cahier des charges.
        Le parachutage ne peut se faire à l’heure actuelle que par la soute arrière et encore que pour les chuteurs opérationnels avec ouverture manuel du parachute,en ce qui concerne le parachutage automatique par les deux portes latérale arrière impossible pour le moment.
        De plus il était prévu que l’A400M puisse ravitailler les hélicoptères de type Caracal que possède les FS, mais pour le moment c’est impossible à cause des turbulences générés par les moteurs ce qui a conduit l’AA à acquérir 4 avions C130 J pour palier ce gros problème, l’Allemagne a fait de même achat de 4 avions identiques,et ces 8 avions Français et Allemand seront basé sur la base aérienne de Evreux.

        1. Vous faites bien de préciser que ce n’est pas possible pour le moment.
          Le boulot d’ingénieurs a l’air de tous vous échapper. Le cahier des charges est extrêmement complexes et demande des missions qui au niveau des choix techniques se contredisent.
          La mise au point va prendre du temps.
          Un avion comparable, le C130, a volé pour la première fois en 1954, et les capacités lui ont été ajoutées au fur et à mesure.
          Si les investissements nécessaires sont faits pour la mise au point, le potentiel à l’export est assez important

  3. De quel porte-avions est-il question? La France n’en a pas.

    Ah mais si, j’oubliais… La France a un demi-porte-avions.

    1. Disons que si la France avait disposé de deux Charles De Gaulle et des Rafale et Hawkeye en quantité qui vont avec , vous n’ auriez pas de raison de parler comme ça … Si ?

  4. Quant au nuc, si on veut que le projet franco-allemand aboutisse, il faudra que le projet soit germano-français. Donc pas de version nuc. Donc plus de nuc aéroporté. Donc le nuc français sous la mer exclusivement, en attendant la fin de nôtre dernier PA.

    Ce qui vient d’être convenu condamne, et le PA français, et le nuc aéroporté.

    Je ne m’attendais pas à une si bonne nouvelle, on gerbe le PA, on efface le nuc avion.

    1. Mon cher Myshl,
      Là vous rêvez … 🙂
      Un programme d’avion commun n’empêche en rien qu’il y ait une capacité nucléaire pour le modèle français (la spécificité Nuke du porteur est très loin d’être la partie la plus onéreuse du système d’arme).

      1. Ca coute pas grand chose puisque tout les attributs se retrouve dans la frappe en profondeur sur l’avion meme.

    2. Excellente nouvelle. On aura enfin un budget à la hauteur de nos moyens. Faut pas jouer aux riches quand on n’a pas le sou !

      1. Vous comprenez qu’en suivant votre logique, les ravitailleurs ne sont plus justifiés, que la capacité de rentrer en premier non plus et enfin celle du deep strike.
        Non c’est tellement bien avec vous on sera qu’une armée d’auxiliaire condamnée à le rester, ou à dépenser une fortune sans commune mesure avec les économies dont vous parlez.

          1. Un intervenant comme vous ; certainement pas un troll .
            .
            Si on me respecte , je respecte , sinon je fais autre chose ; or , lorsqu’un intervenant se contente de contrer systématiquement sans prendre la peine d’argumenter ou de répondre aux questions , voyez comme c’est curieux , ça a le don de me les briser menu …
            .
            On peut ne pas être d’accord , avoir des avis divergents , quoi de plus naturel , mais se contenter de faire ce que font certains , excusez-moi mais c’est nul et je le fais bien savoir .
            .
            Combien de fois vous ai-je lu ? Vous exposez et détaillez vos arguments , déroulez votre raisonnement , non ?
            Et bien , aussi con que ça puisse vous paraître , Myshl , c’est cela qui vous rend intéressant même si je ne partage pas toujours vos idées .
            .
            Ce qui n’exclut ni humour , ni recul …

    3. « on gerbe le PA »
      Oui, c’est cela !
      Ca montre votre méconnaissance de l’économie française et européenne, de transport maritime français et européen, de poids de commerce mondial par la mer, notamment du cheminement entre l’Asie et l’Europe (plus gros flux des échanges), de l’évolution de notre domaine maritime, des intérêts français et européens sur tous les continents, la croissance de le flotte militaire mondiale, etc.
      Plutôt deux PA, et plus de navires !
      Et si les allemands n’ont pas de PA, on peut toujours les aider pour le réalisation.
      Ils y viendront.

      1. Ah… Il va jusque où le PAN? Jusque dans TOUT le domaine maritime français? Non Monsieur, le PAN barbote en Méditerranée et dans la Golfe PERSIQUE. Il ne va pas plus loin que là où il sert l’OTAN. Il est tenu en laisse.

        Alors 2 PA, ça changerait quoi? 2 groupes enchâssés dans la merveille otanienne, mais rien de plus pour la souveraineté de la France partout sur la planète.

        L’actuel PAN est une roue de secours de la VIème flotte US. Il n’est pas, certainement pas la manifestation de l’indépendance nationale FRANCAISE.

        Alors, un autre PA pour mieux servir aux américains? Fuck!

        1. Ah Bon ? Il me semble pourtant avoir vu le Grand Charles naviguer en Océan Indien il y a quelques temps … Il aurait fait aussi des exercices avec l’Indian Navy ! On l’y aurait vu en 2010, 2011, 2015… On nous aurait donc menti ?
          Et vous croyez vraiment que l’US Navy avec ses 11 PA a besoin d’une petite roue de secours comme notre CdG ? Allons … 🙂
          Sacré Myshl ! 😉

          1. On oubli souvent qu’en plus de ses 10 PAN (CATOBAR de 100 000 tonnes), l’US Navy aligne 10 LHA et LHD: des porte-aéronefs qui sont donc des porte-avions (STOVL de 45 000 tonnes plus lourds que le CdG) à part entière.
            .
            Avec ses 20 porte-avions l’US Navy n’a évidemment peut effectivement se dispenser de l’apport du Charles de Gaulle.

  5. Encore un gouffre financier et un non-sens opérationnel en perspective… Et quid su SCAF, la question est posée.

  6. Mon Dieu… Que va-t-il encore nous inventer demain? Vite que cet infâme président quitte l’Elysée afin qu’il ne puisse pas achever l’oeuvre destructrice de ses immondes prédécesseurs.

    1. Ah aha ah ! On a signé pour 10 ans… de quoi vider votre bile et vos intestins sur tous les forums qu il vous plaira

      1. Dans 1 an c’est vous qui allez pleurer sur tout les forums, ca vous changera pas beaucoup de votre héros de hollande ceci dit. On a signé avec Jupiter pour 5 ans et encore les contrats ca se cassent, comme pour l’eurofighter qui nous aurait tellement plus chers, pour tellement moins.

  7. Je ne sais pas bien pourquoi mais je ne vois rien de tout ça du meilleur des oeil’s …
    .
    De plus , c’est bien l’ Eurofighter Typhoon qui devait à l’ origine remplacer le Panavia Tornado ; ou bien j’ai rêvé ??
    .
    Bon si ça doit aboutir à une réussite telle que furent l’ Alpha-Jet , le Milan ou le Transall voire le Tigre , pourquoi pas ? mais J’ ai la nette impression que les données ne sont plus tout-à-fait les mêmes , les « hommes » non-plus du reste … et le « challenge » à surmonter m’ a l’air de relever d’un tout-autre niveau !

    1. Bonsoir ,le programme tigre une réussite ? si l’on veut ,mais alors cela veut dire que nous n’auront pas beaucoup d’exemplaire de ce futur chasseur !

      1. Oui , c’est vrai ; je voulais dire essentiellement sur le plan technologique …
        Il est vrai que chez-nous , la cible visée de 215 exemplaires de la machine est loin d’avoir été atteinte …

        1. Bonjour,avec un peu de retard je vous répond (mais les post sur l »affaire president-cema sont très prenant ),il faudra que je vous retrouve dans mes revues le projet initial que voulait l’alat (normalement bientôt) ,et qui aurait été peut être plus adapté aujourd’hui .Peut être qu’il aurait mieux fallu que les allemands achètes des apaches !les coopérations ne sont pas toujours une science exact.

    2. Le Tigre dont l’Australie ne veut même plus après seulement quelques années de réussite, n’est pas vraiment une réussite, beaucoup d’autres pays semblent insatisfait de l’appareil et j’avoue n’avoir jamais compris pourquoi cela ce passe si mal avec le Tigre. Beaucoup de pannes et de problèmes de fiabilités.

      1. « Beaucoup de pannes et de problèmes de fiabilités. »
        Ah ? Vous voulez revenir sur le sujet F-35 ??? 🙂

        1. Et c’est reparti !
          Quand c’est pas l’un , c’est l’autre ; de vrais gamins ces deux-là … 😉

      2. Bonjour ,c’est beaucoup plus simple, quand on fait de vrai opération et en plus en ambiance difficile ,cela à un cout que tout le monde ne veut pas mettre.Un bon exemple sont les chinook et les apaches du contingent hollandais au Mali ,malgré les qualités de ces machines ils sont revenu la queue entre les jambes.
        C’est comme un voiture de luxe ,beaucoup de gens pourrait se l’acheter avec un bon crédit ,mais l’entretenir et payer l’assurance chaque années c’est une autre affaire surtout si vous roulez beaucoup.
        Il n’y a plus beaucoup de pays prêt à accepter le cout d’opération hors exercice (je ne parle même pas de conflit important),pourtant cela reste un ciment pour avoir des forces aptes au combat ,même si les résultat stratégique ne sont pas toujours au rendez vous.
        Comme je vous l’avais deja fait remarqué il y a souvent un monde entre les performances intrinsèques d’un matériel et la capacité de le déployer en opération ,le F35 que vous défendez fort bien en est un parfait exemple ,je ne doute pas que les USA pourront le déployer malgré son développement chaotique ,par contre les autres pays qui avait deja du mal à déployer leurs avions de la génération précédente ,j’ai de gros doutes .

  8. En plus on va avoir une unité commune pour l’exploitation et l’entretien des C-130J/
    D’après le journal de l’aviation : « Un groupe de travail, composé d’au moins un général, aurait été briefé sur le F-35 en début de semaine à Bonn, selon l’agence de presse Reuters. L’Allemagne doit se décider en 2018 pour désigner le successeur de ses Tornado et étudie actuellement plusieurs options – dont une potentielle acquisition du chasseur de Lockheed Martin. Il serait également question du F-15 et du F/A-18 de Boeing. »
    Le futur avion ne concerne donc pas le remplacement du Tornado qui doit entrer en service avant 2025.

    1. « D’après le journal de l’aviation : « Un groupe de travail, composé d’au moins un général, aurait été briefé sur le F-35 en début de semaine à Bonn, selon l’agence de presse Reuters »
      .
      Tout d’abord une lettre de demande renseignement, puis le Bourget, puis Bonn …
      .
      Si vous voulez le marché Allemand pour le Rafale, je dirais que c’est maintenant ou jamais, en proposant le Rafale, profitant de la situation actuelle.

          1. J’ai dit : vous-vous foutez de nous ( mais ce n’est pas méchant ) ; les allemands acheter du Rafale ? Non , je ne pense pas …

  9. On pourrait leur proposer le Rafale dernière génération avec en plus une remise à niveau à chaque évolution pour remplacer le Tornado, ça restera moins cher que l’achat de F-35.
    Laissons tomber le SCAF avec BAE Systems, ces derniers viennent encore de baiser Naval Group (ex-DCNS) en beauté en truquant le marché énorme des 15 frégates canadiennes !
    Selon le journal La Tribune :  » Le Canada semblait résolu à mener « un processus d’approvisionnement ouvert, équitable et transparent », il jouerait plutôt un jeu trouble avec BAE Systems. Et pour cause, il a récemment changé les règles pour permettre à la frégate T-26 de concourir. On est loin du bâtiment de guerre exigé au départ par les Canadiens. Y a-t-il eu une étrange connivence entre BAE Systems et le chantier Irving Shipbuilding sur le projet d’acquisition des 15 frégates ?. D’anciens officiers du MoD britannique conseillent le gouvernement du Canada à l’image de l’amiral Steve Brunton, aujourd’hui conseiller naval auprès de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Judy M. Foote. »

    1. @ Lagaffe

      J’espère que cette information (qui semble isolé pour l’instant) ne se concrétisera pas .. Par contre, DCNS n’avait pas vraiment de chances de l’emporter faute de proposition avec le MK-41 plus que nécessaire puisque le Canada est partenaire en développement de plusieurs missiles exclusifs au VLS de Lockheed.

      1. Difficile de croire que DCNS répondant à l’appel d’offre du Canada pour 15 frégates, échoue au niveau de l’installation de système de lancement vertical Mk41 relativement simples à adapter sur les FREMM-ER, surtout quand DCNS arrive à l’inverse à s’accommoder d’un système d’arme 100% US bien plus complexe à mettre en oeuvre sur les « Shortfin Barracuda » récemment vendus à l’Australie.
        .
        Il fut un temps question pour la Royal Navy de remplacer les VLS A50 par des VLS Mk41 afin de recevoir des SM6 le passage de l’un n’aurait techniquement pas posé de problèmes:
        « The other option is to fit the Lockheed Martin Mark 41 Strike Length Launcher used by the US Navy. LM are on record as saying they believe these launchers could be fitted to the T45 relatively easily however as far as I am aware there has been no detailed design study carried out. »
        http://www.thinkdefence.co.uk/2013/08/type-45-destroyer-time-fit-strike-launchers/
        Mais les britanniques ont depuis choisi de rester sur Aster 30 et sa version antimissiles balistiques Block 1NT (pouvant intercepter des missiles balistiques de moyenne portée de 1500 km) pour des raisons de budget et des accords de Lancaster House.
        .
        Notons aussi que Fincantieri propose depuis 2008 une version AEGIS SPY1-D des FREMM qui depuis 2012 pourrait évidemment recevoir des VLS Mk41 + SM6:
        http://www.shipbucket.com/forums/viewtopic.php?f=13&t=7050
        .
        Ce n’est donc pas un problème de système d’arme ou de VLS Mk41 qui favorise les T26 sur cet appel d’offre de 15 frégates pour le Canada.
        Équipant les destroyers japonais classe « Akizuki », « Takanami », « Murasame », « Kongo », « Atago » et sud-coréens « KDX II » et « KDX III », les frégates allemandes « F123″, F124 » et « F125 » de TKMS, les « F100 » espagnoles avec leurs versions australiennes et norvégiennes de Navantia, les classes « Nansen » danoises, « Zeven Provincien » néerlandaises, « Adelaïde » et « Anzac » australiennes et néo-zélandaises, le système Mk41 est le plus universel des VLS.
        .
        Le Mk41 arrive même à équiper les vieilles frégates canadiennes classe « Iroquois » absolument pas pensées pour recevoir des VLS !!
        Même les frégates thaïlandaises classe « Naruesan » construites pas China State Shipbuilding Corporation sont équipées de Mk41 + ESSM depuis 2015 !
        .
        Alors est vraiment très très difficile de croire que DCNS ne puisse pas installer de Mk41 sur les FREMM…
        .
        .
        Pour comprendre ce qu’il se passe au sujet de ce programme de 15 frégates canadiennes et les T26 britanniques, il faut relever que passant de 16 à 8 unités programmées, la cible initiale des T26 a été réduite de moitié pour être remplacée par des T31.
        Nous avons un peu la version britannique des FREMM annulées pour être remplacées par des FTI (Frégate de Taille Intermédiaire), car les T31 ou GPF (General Purpose Frigate), seront les FTI de la Royal Navy.
        .
        La perspective de 15 unités fera du Canada un partenaire du programme T26 plutôt qu’un simple client.
        Et cette évolution se fait quitte à court-circuiter et pour ainsi dire annuler l’appel d’offre auquel répondent aussi italiens, espagnols, allemands, néerlandais, danois, suédois, américains, français en plus des britanniques.
        .
        Notons aussi que l’appel d’offre basé sur des navires en service a artificiellement été modifié par le Canada afin de favoriser la proposition britannique qui n’est pas finalisée.
        Car de tous les concurrents ayant répondu à l’appel d’offre émis par le Canada, seuls les T26 sont encore des navires de papiers dont aucun n’est à ce jour construit !
        La tête de série des T26 n’entrera pas en service dans la Royal Navy avant 2020, sous-entendant qu’elle serait lancée en 2017 ou 2018 avec les 2/3 années d’essais en mer.
        .
        Le Canada commence sérieusement à donner l’impression de régulièrement émettre de faux appels d’offres ou des appels d’offres truqués, seulement pour respecter la forme et les apparences d’un bon élève libéral du commerce international dont les marchés d’armements seraient ouverts à tous…

        1. @ S.B-Seguin

          « Difficile de croire que DCNS répondant à l’appel d’offre du Canada pour 15 frégates, échoue au niveau de l’installation de système de lancement vertical Mk41 relativement simples à adapter sur les FREMM-ER, surtout quand DCNS arrive à l’inverse à s’accommoder d’un système d’arme 100% US bien plus complexe à mettre en oeuvre sur les « Shortfin Barracuda » récemment vendus à l’Australie.
          .
          Il fut un temps question pour la Royal Navy de remplacer les VLS A50 par des VLS Mk41 afin de recevoir des SM6 le passage de l’un n’aurait techniquement pas posé de problèmes:
          « The other option is to fit the Lockheed Martin Mark 41 Strike Length Launcher used by the US Navy. LM are on record as saying they believe these launchers could be fitted to the T45 relatively easily however as far as I am aware there has been no detailed design study carried out. »
          http://www.thinkdefence.co.uk/2013/08/type-45-destroyer-time-fit-strike-launchers/
          Mais les britanniques ont depuis choisi de rester sur Aster 30 et sa version antimissiles balistiques Block 1NT (pouvant intercepter des missiles balistiques de moyenne portée de 1500 km) pour des raisons de budget et des accords de Lancaster House.
          .
          Notons aussi que Fincantieri propose depuis 2008 une version AEGIS SPY1-D des FREMM qui depuis 2012 pourrait évidemment recevoir des VLS Mk41 + SM6:
          http://www.shipbucket.com/forums/viewtopic.php?f=13&t=7050
          .
          Ce n’est donc pas un problème de système d’arme ou de VLS Mk41 qui favorise les T26 sur cet appel d’offre de 15 frégates pour le Canada.
          Équipant les destroyers japonais classe « Akizuki », « Takanami », « Murasame », « Kongo », « Atago » et sud-coréens « KDX II » et « KDX III », les frégates allemandes « F123″, F124 » et « F125 » de TKMS, les « F100 » espagnoles avec leurs versions australiennes et norvégiennes de Navantia, les classes « Nansen » danoises, « Zeven Provincien » néerlandaises, « Adelaïde » et « Anzac » australiennes et néo-zélandaises, le système Mk41 est le plus universel des VLS.
          .
          Le Mk41 arrive même à équiper les vieilles frégates canadiennes classe « Iroquois » absolument pas pensées pour recevoir des VLS !!
          Même les frégates thaïlandaises classe « Naruesan » construites pas China State Shipbuilding Corporation sont équipées de Mk41 + ESSM depuis 2015 !
          .
          Alors est vraiment très très difficile de croire que DCNS ne puisse pas installer de Mk41 sur les FREMM… »
          .
          Absolument tout ce que vous venez de dire tombe à l’eau parce qu’il vous manque une information :
          .
          Le Canada à décidé l’an dernier de NE PAS modifié les systèmes d’armements/CME/radar des navires proposé.
          .
          Bref, les navires commandés resterons tels quels que proposé. Donc pas de modernisation avec les MK-41 possible.
          .
          Avant cette décision, je pensais exactement comme vous, mais maintenant, le Canada ne peut choisir qu’un navire qui propose DÉJÀ le MK-41 donc : Navantia (mon choix, classe Hobart Australienne) Le Type 26 reste équipé de 24 MK-41 mais je ne pense pas qu’il vas passé. Arleigh Burke, certainement le meilleur de toute la compétition, mais trop coûteux et ambitieux pour le Canada.
          .
          Les autres ne proposent que du Sylver. Qui plus est, un navire proposé avec le SPY-1D augmente certainement ses chances. Je pense que ce sera Type 26 vs Hobart vs Burke avec l’offre de Navantia comme grande gagnante, je pense également que cela serait le meilleur choix pour le Canada.

          1. Bonjour monsieur St-Jean,
            je n’avais effectivement pas l’information complémentaire que vous donnez.
            Mais je doute de sa véracité:
            Car si cet appel d’offre préconise des systèmes d’armes existants déjà avec radar (tel que SPY1-D par exemple) + missiles & VLS Mk41, pourquoi la FREMM de DCNS aurait-elle dès lors été officiellement pré-sélectionnée avec d’autres candidats (tels que que la FREMM de Leonardo) par le Canada ?
            .
            D’autant plus que à propos de systèmes existants déjà, la frégate T26 n’existe pas toujours pas même à l’état de prototype !
            .
            Avouez que ce n’est pas clair cette histoire.
            .
            PS.
            Merci de votre précision,
            mais vous n’étiez pas obligé de reprendre l’intégralité de mon commentaire pour me répondre. Je voulais juste démontrer à quel point il est d’installer un système devenu aussi universel que VLS Mk41.
            Cordialement.
            S.B-Seguin.

          2. Je voulais juste démontrer à quel point il est – facile –
            d’installer un système devenu aussi universel que VLS Mk41.

  10. on a mème pas les moyens d’acheter un pneus et on veux développer un nouveaux avions, du n’importe quoi.
    aux lieux de jeter l’argent par la fenêtre qu’on répare le matériel en panne.

    1. … OK. On se contente de réparer l’existant et dans 20 ans on aura toujours le même matos… complètement obsolète mais en état de marche !!!
      .
      Ca c’est de la projection stratégique 🙂 !

      1. Vous comprenez , cher FredericA , pourquoi à un moment-donné , on a perdu la guerre …? 🙂

  11. J’ai un mauvais pressentiment vu les précédentes collaborations France- Allemagne en aéronautique militaire…

    1. Enfin un concitoyen qui se souvient. certains oublient aussi, l’Allemagne, notre « cher allié », nous a mis des bâtons dans les roues lors de programmes d’exportations, concernant du matériel fabriqué en commun.
      Qu’elle nous espionne aux profits de leurs véritables alliés les états-unis et royaume unis.
      Qu’elle prend petit à petit toutes notre ingénierie industrielle militaire et aérospatiale, qui furent financé par nos impôts, et avec la complicité des élites parisiennes apatrides de coeur.
      Et cela me rend malade de voir tous ces trolls d’EM sur le forum glorifier cette nouvelle.
      Les français ne sont plus des moutons comme le disait le général. Mais ce sont bien des collaborateurs de notre disparitions en puissance. Et dire que des générations se sont sacrifiés, des peuples décimés (bretons, auvergnats, etc…) pour que 100, et 70 ans plus tard, l’Allemagne vote nos lois, contrôle notre monnaie, acquière notre industrie militaire, aérospatiale et technologique et soudoie les « élites françaises » comme bon lui semble. Quel jour de gloire!!!

  12. Je pense que ça serait une grave erreur que de mettre aux oubliette le SCAF car il est déjà bien avancé et que cela représente l’avenir du combat aérien. L’histoire nous a prouvé qu’un partenariat dans l’aviation avec les anglais marche bien (Le Jaguar) alors que cette histoire d’avion de combat européen je sens le remake de l’Eurofigther. On va claquer des millions jusqu’à ce qu’on appertisation que nos attentes sont trop éloignés de celles des autres pour avoir un seul type d’avion ne pouvant plaire à tous le monde.

    1. « L’histoire nous a prouvé qu’un partenariat dans l’aviation avec les anglais marche bien (Le Jaguar) alors que cette histoire d’avion de combat européen je sens le remake de l’Eurofigther. »
      .
      Les Alphajet et Transall franco-allemand n’étaient pas si mal, non ? En outre, l’Eurofighter réunissait au départ quatre nations. Aussi, il me paraît plus simple de s’entendre à deux qu’à quatre

      1. On pourrait aussi citer les Atlantic et les ATL2 par extension.
        Mais quelle suite l’Allemagne à t’elle donnée à ces programmes quand Dassault proposait un Atlantique 3 ou un successeur à l’Alphajet ?
        .
        L’Allemagne reporta toute décision concernant les PATMAR pour finalement décréter 10 ans plus tard son projet d’utiliser des MALE (voire HALE avec des EuroHawk un temps espérées par Enders) à ultérieurement compléter par des A321 MPA ou Maritime Patrole Aircraft qui ont décidément du mal à décoller (il fut aussi question des A319 MPA).
        .
        Quant à la formation de ses pilotes l’Allemagne décida dès les années 90 d’intégralement former tous ses pilotes aux USA en se débarrassant de son parc d’Alphajet dont les 45 derniers furent retirés en 1998 !
        .
        Voilà deux exemples de « Coopération franco-allemande » où pour la suite à donner à ces programmes les allemands nous ont sérieusement plantés sans le moindre remord de « solidarité européenne ».
        .
        Et je ne parle pas des Milan, Roland parmi tant d’autres exemples…

  13. Tu m’etonnes que les boschs « saluent » la traitrise de manu. Putain mais y aucun conseiller un tout petit peu patriote capable de lui dire qu’on peut en faire un tout seul et qu’à la limite on bosse déjà avec les sujets de sa majesté sur le sujet?!! En tout cas belle manoeuvre industrielle allemande!

      1. ahhh, moi j’ai surtout l’impression que cette attitude est revenue …

  14. Avec le Brexit, on va enfin arrêter les projets franco-britaniques stériles et se mettre à travailler avec des gens sérieux.

    1. Bonjour ,les allemands sérieux dan les programmes de défense ! c’est surement du deuxième degré .Si il augmente vraiment leur budget équipement et surtout recherche et développement peut etre ,mais on en n’ai pas encore là.

    2. L’histoire prouve qu’en matière militaire ce sont les british qui sont sérieux, pas les allemands.

    3. ah oui ? sérieux pour nous piquer les idées et les appliquer au plus mal ?
      que je sache je vois plus de coopération ops avec les britanniques qui sont fiables qu’avec les teutons qui nous regardent faire, comptent les points et empochent les bénéfices !
      les disciples du messie vous nous lassez !
      au fait les dévotions c’est le soir tourné vers l’Elysée ?

    4. Oui c’est vrai que ces anglais sont pas sérieux avec leur manche à ballets peints en noir à la place des mitraillettes et leurs avions incapables de fonctionner de nuit, uniquement par ce que les lumières du tableau de bord ébloui les pilotes, oui parce que sur 80 chasseurs qu’ils ont seul 26 sont en état de marche et ils en ont envoyé que 6 après les attaques du bataclan juste pour faire du renseignement.
      Non franchement pas sérieux ces anglais, les allemands c’est autre chose !
      Hein ? quoi ? C’est l’inverse quel choque !
      Décidément avec ce Brexit on va bientôt nous faire croire que la 1 guerre mondiale a eu lieu à cause du vote britannique.

  15. Question avions de combat, l’Europe a ce qu’il faut et pour un bon bout de temps…..
    Voyons déjà ce qu’un drone fabriqué en commun pourrait révéler comme réel désir de coopération entre des ingénieurs et des industriels habituellement concurrents acharnés….
    Le sentiment de toute puissance du Jupiter français risque de ne pas suffire à aplanir les difficultés

  16. Pour un nouveau char pourquoi pas, mais coopérer avec les Allemands sur un nouvel avion de combat me fait bien peur..

  17. Les allemands sont carrés. Par contre ce sont aussi de gros rabats-joie donc ils vont casser les pieds à tout le monde dans ce projet… A moins d’une très bonne surprise.

        1. Bonsoir ,on va dire que ces dix dernières années la liste est longue si vous suivez l’actu défense ,l’ Allemagne à un gros problemme de pilotage au niveau défense ,et cela leurs pose de sérieux problèmes.

  18. Mouais…des projets comme celui-là, on en a annoncé des dizaines, qui sont restés lettre morte (et heureusement pour nos finances et notre industrie). Il y a eu le porte-avions franco-britannique, le drone de combat franco-britannique, projets forts coûteux et finalement tombés dans les oubliettes de l’histoire, cet avion franco-allemand, c’est sans doute un exemple de plus.

  19. Les ingénieurs de Dassaut devrait travailler sur le successeur de l’ATL2 et de l’alpha jet le rafale a encore de beau jour devant lui mais non l’idéologie (ou la connerie) va mettre la defense et l’industrie de defense Française plus bas que terre.

  20. Ce qui serait très fort, c’est que Dassault réussisse à faire participer l’Allemagne au Rafale MLU = un nouvel avion, qui serait une amélioration ultime du Rafale.
    Mais bon, cette hypothèse reste tout de même assez improbable.
    .
    Maintenant, si ce projet permet déjà d’occuper le terrain pour éviter que toute l’Europe, et surtout l’Allemagne, ne bascule dans l’escarcelle de Lockheed et de son F35, c’est plutôt bien joué.
    Côté français, avec les très larges capacités d’évolution du Rafale, il est certain que nous ne serons pas pressés pour financer le sujet.
    En tous les cas, ce projet n’a de chance de se concrétiser que s’il a d’ores et déjà été entendu par les plus hautes sphères du pouvoir des différents pays que ce sera Dassault le maitre d’œuvre, et non pas les tartignoles de chez Airbus Gmbh qui ont surtout fait preuve de leurs lacunes.
    Et il ne faudra surtout pas brader notre industrie et notre savoir-faire.
    Si ce sont les meilleurs qui doivent prendre le Lead sur chacun des sujets, alors les industriels français – Dassault, Thalès et Safran – doivent partout être les maitres d’œuvre …
    … Allemagne et Italie pourraient-ils avaler telle pilule ???
    C’est là que se jouera la viabilité du projet.

    1. Il n’est pas du tout question du Rafale dans cette annonce de coopération franco-allemande.
      Quant à l’Italie,
      elle a déjà son remplaçant du Tornado avec ses F-35A, et reste industriellement trop engagée sur le F-35 en s’équipant aussi de F-35B.

    2. C’est nous les meilleurs,vous donnez le pognon,c’est nous qu’on va faire.Ils vont tous se bousculer pour adhérer au projet.Faut arrêter de prendre les autres pour des bouses.Et pendant ce temps là arrivent les Chinois et d’autres,en plus des Américains et Russes et nous Européens incapables de prendre des décisions de bon sens.Faut arrêter de croire qu’on est les tenants du « savoir faire ».Un peu de modestie et un peu d’Histoire pour savoir d’où il vient ce « savoir faire ».Dans tous les domaines,l’Europe est en train de se faire bouffer le cul et nous a perdre notre temps avec des histoires de cours d’école.

      1. Bravo et merci pour cette analyse des plus pertinente !
        .
        J’espère juste qu’elle ne disparaîtra pas dans le flots de remarques négatives (et quelque fois douteuses) sur les Allemands, le Président Macron et Airbus DS

    3. Si vous voulez éviter le F35 avec l’eurofighter de demain, vous aurez l’un et l’autre comme la GB et l’Italie.

    4. « Maintenant, si ce projet permet déjà d’occuper le terrain pour éviter que toute l’Europe, et surtout l’Allemagne, ne bascule dans l’escarcelle de Lockheed et de son F35, c’est plutôt bien joué.
      Côté français, avec les très larges capacités d’évolution du Rafale, il est certain que nous ne serons pas pressés pour financer le sujet. »
      .
      Bien vu. Ceci dit, je suis également un peu perplexe quant au timing. Comme vous le soulignez, la France n’est pas pressée. Pour les allemands, cela risque d’être l’inverse et la prise de renseignements sur le F-35 va dans ce sens.

  21. Dans l’hypothèse d’un travail commun sur un Rafale MLU (Mid Life Upgrade) boosté (… par le budget allemand), que pourrait-on attendre de plus ?
    – allongement de l’avion (d’au moins 1 mètre ? plus ?)
    … le but n’étant rien d’autre que d’emporter plus de carburant pour aller plus loin, et donner une encore meilleure allonge pour tendre vers une version plus optimisée pour le bombardement tactique (aussi utile pour les FAS)
    – un peu plus de surface alaire
    – empennage à revoir (double empennage en V ?)
    – moteurs plus puissants (les fameux 2x 9T)
    – donc nouvelles entrées d’air
    – et au passage, intégration d’un profil plus optimisé pour réduction de SER (soutes internes pour 2 météor + 2 ???)
    … au final, il faudrait tout revoir et surtout tout re-tester (mise en œuvre armements, etc), mais sans doute pas autant qu’en faisant un avion neuf en partant de rien.
    .
    L’avenir dira si je plane un peu trop haut, ou pas.

    1. Quel intérêt auraient les allemands ou Airbus DS à soutenir le Rafale de Dassault ?
      .
      Il ne s’agit pas de Merkel annonçant un soutien du Rafale par l’Allemagne, mais bien de Macron qui entend soutenir le projet allemand.
      .
      Concrètement,
      il s’agirait plutôt d’abandonner la feuille de route du Rafale pour ré-orienter les crédits d’investissement sur ce programme dont le maitre d’oeuvre sera clairement allemand et la production en Allemagne.
      .
      Macron est le seul à planer.
      Il est probable qu’il va vite redescendre de son délire sur une question, que visiblement il ne maitrise pas du tout, avec une annonce apparemment improvisée sans la moindre concertation avec les militaires et industriels français, tels que Dassault par exemple.

      1. « Concrètement, il s’agirait plutôt d’abandonner la feuille de route du Rafale pour ré-orienter les crédits d’investissement sur ce programme dont le maitre d’oeuvre sera clairement allemand et la production en Allemagne. »
        .
        Votre analyse « concrète » va nettement plus loin que la déclaration commune des deux chefs d’Etat. Pourriez-vous nous partager vos sources ?

        « Macron est le seul à planer. Il est probable qu’il va vite redescendre de son délire sur une question, que visiblement il ne maîtrise pas du tout, avec une annonce apparemment improvisée sans la moindre concertation avec les militaires et industriels français, tels que Dassault par exemple. »
        .
        Wow ! Contrairement aux gouvernements Français et Allemands réunis, vous maîtrisez parfaitement tous les sujets liés à la Défense (national et européenne) ainsi que la vision de la meilleure stratégie industrielle à mener. Moi je dis : CHAPEAU !

        1. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.
          Sur ce sujet le gouvernement allemand maitrise son sujet répondant aux demandes de son industrie et de ses forces aériennes.
          .
          Mais ce n’est certainement pas le cas de Macron déjà fortement décrédibilisé avec ses promesses de 2% du PIB et surtout d’un budget des Armées porté à 50 Mds € en 2025.
          Car il faut savoir que l’augmentation du budget des Armées de l’ordre de 2 Mds € par an de 2018 à 2025, induite par un tel projet est déjà hypothéquée [sans parler de la suppression des 2,66 Mds € supplémentaires programmés pour 2017 par Hollande] par les 850 000 € gelés (soit 32,7 Mds moins 850 000 €, voire même 1,3 Md €) et les 34,2 Mds € (650 000 pour les OPEX alors que nous savons qu’elles coutent le double) promis pour 2018.
          Il faudrait au moins 35 Mds € en 2018 pour rattraper les pertes de 2017.
          .
          Quant à savoir si les têtes du gouvernement français maitrisent les questions de défense; nous pouvons dire que de Philippe à Darmanin en passant même par la MinArm, Parly, tous sont néophytes.
          .
          .
          Contrairement aux français avec le Rafale dont les premiers exemplaires ne seront retirés avant 2035/2040 et qui devrait durer jusqu’à 2060, les allemands tournent la page du Typhoon dont les derniers exemplaires livrés en 2020 devraient pourtant aussi au moins durer jusqu’en 2055.
          .
          Mais si le Typhoon n’évoluera plus après ses dernières livraisons en Espagne (suite aux reports) et au Koweit, la France poursuit les évolutions du Rafale.
          Et mobiliser nos rares ressources sur un programme allemand tel que celui ici présenté, équivaut à abandonner la feuille de route du Rafale tout en mettant en danger la continuité du SCAF.
          .
          Quand elle évoque que d’ici 2025 l’Allemagne va porter son effort de défense à 1,8% de son PIB à hauteur de 60 Mds € par an, Merkel est certainement plus crédible que Macron avec ses 50 Mds € par an sur de 2% du PIB.
          .
          Un tel projet franco-allemand ne sera intéressant que dans la perspective du remplacement des Gripen, Typhoon, Rafale à l’horizon 2040 et dans un second temps à celui des F-35 acquis en Europe à l’horizon 2050.
          .
          Et un tel remplaçant ne commencera pas à recevoir de crédits d’études avant 10 ans au plus tôt, pour faire voler un démonstrateur technologique en 2032 et voir la production d’une pré-série en 2035, pour des premières livraisons à l’horizon 2040.
          2040, quand il sera temps de remplacer les premiers Rafale et Typhoon livrés au début des années 2000.
          .
          Alors oui,
          je n’ai aucun problème pour dire qu’en terme de vision de stratégie industrielle nationale et européenne; un tel projet et une telle annonce précipitée sont on ne peut plus prématurés ne correspondant à aucun besoin opérationnel avant 2040.

        2. Mais , cher FredericA , vous n’avez pas encore intégré que Macron n’est qu’un produit marketing ?
          Merkel est sans-doute d’un autre niveau ; quoi qu’il en soit , l’Allemagne est en train de nous mettre à terre .
          Regardez Airbus comme ça marche bien …
          plus une commande d’ A-380 , l’ A-400 M en galère , soupçons de corruption au plus haut niveau etc … Qui en parle ?
          Perso , ça fait des mois que j’ actionne la sirène d’ alarme …

    2. _ Un nez un peu plus gros pour pouvoir faire entré un gros AESA aux antennes GaN.

      – Retirer cette affreuse perche de ravitaillement ou faire la place pour une perche rétractable (tant qu’à allongé l’appareil d’un mètre)

      – Une configuration Delta légèrement plus allongé (pas au point du Typhoon) pour optimisé le rayon d’action tout en gardant assez de portance.

      – Refaire le cockpit au grand complet avec de grands écrans tactiles simples (F-35)

      – Déjà bien avancé dans la fusion des données, Thales devrait l’optimisé et l’intégré dans un casque comme avec le F-35 (les possibilités sont infinis)

      – Un ou deux puissants processeurs bien optimisés pour géré le tout avec aisance (pour que lesdits processeurs puissent intégrés de nouvelles fonctions futures sans bronché)

      – Le tout, en plus des PEA actuels.

      1. Vous nous saouler avec votre f35,comme si cette enclume était la référence ultime alors qu’ il est loin d être opérationnel et engrange des marchés truqués..

        1. Euh .. Chill, avec tout vos commentaires pro russes de polémique, je pense que vous saoulez pas mal plus de personne que moi sur ce site alors restez tranquille ..
          .
          Il n’est pas ici question du F-35 mais seulement de quelques innovations du Programme qui, tôt ou tard, vont se retrouvé un peu partout sur le marché. Comme le HMD, la fusion des données/capteurs ainsi que la liaison MADL, pour ne nommer que ceux là.

  22. la petite crapule devrait faire appel à volontaires… et refonder la LVF
    banquier d’affaires… la trahison dans le sang !

  23. J’espère surtout que ce programme ne coûtera pas plus de 850 m€ faute de quoi, il risquerait d’être « décalé » tous les ans…

  24. @Laurent : Je pense qu’il serait sage d’attendre la fin du déluge d’annonces dans la défense et au niveau Européen pour tirer des comptes. Jusque là, puisqu’il y a des annonces de programmes Européens d’armement je suppose qu’il y a des budgets Européens qui vont y être associés.
    .
    En fait, la vraie question, c’est que si Paris, mais surtout Berlin et quelques pays du nord doivent passer à 2% son budget de défense comme ils s’y sont engagés, on ne saura plus où mettre les porte-avions. Entre leur engagement et leur la volonté pacifique (= refiler la patate chaude de l’engagement opérationnel) de l’Europe du nord, on va avoir un vrai budget Européen de défense.
    .
    1 mois après l’élection, ce sera une attente prudente avant de juger..

  25. Remplacer le Rafale qui est prévu pour rester encore en service pour au moins 30 ans ? Sachant que de nos jours les avions sont voués à etre maintenant bien plus longtemps qu’autrefois.

    -Concernant ce projet franco allemand, je pense que déja il faudra surtout éviter qu’Airbus soit dans ce projet. ils ont montré que le domaine militaire n’était pas du tout leur fort et qu’ils avaient de gros soucis à maintenir les délais et les budgets. Connaissant l’europe qui fait systématiquement les mauvais choix je pense qu’ils partiront vers cette voie. Les allemands vont vouloir s’imposer, voire meme dominer le projet et ce sera une catastrophe assurée.
    -Ensuite, je pense qu’il tel projet avec les allemands serait une grave erreur. Ce sont de très mauvais payeurs, qui mettent sans arrêts des battons dans les roues aux évolutions.
    -En 2016 le gouvernement Hollande avait propsé de faire l’avion du futur avec les anglais, choix plus logiques. Mais je pense que le Brexit a donné un coup fatal à ce projet, ce qui explique ce nouveau projet avec les allemands.
    -A mon sens, si on veut un projet efficace, rapide, moins cher, il vaut mieux le faire seul. Et Dassault l’a démontré avec son Rafale qui s’est avéré être moins cher, plus rapide et facile à developper, et plus performant (omirole) que l’Eurofighter qui a été un casse tete européen entre 4 pays.

    Je sais que la mode est à la coopération européenne, mais dans certains domaine il faut garder une certaine maitrise et indépendance. On a un superbe savoir faire, gardons le et exploitons le.
    Bon cela dit, on est encore très loin d’un tel projet, qui a mon sens est plus pour envoyer un message aux anglais pour les punir du Brexit que d’une réelle intention de se lancer dans l’après Rafale. Pour moi il serait temps de bosser sérieusement sur des drines efficaces et des UCAV. Le rafale a encore une grande carrière devant lui, une grande capacité d’amélioration donc ne sautons pas les étapes et ne nous lançons pas inutilement couteux. A la rigueur la priorité actuelle serait aussi un second porte avion parce que en avoir un 8 mois opérationnel tous les 2 ans ça fait léger.

    1. le FCAS est pas du tout abandonné !
      D’ailleurs la définition coté allemand prévoit un appareil du genre, systeme de système.

  26. Propulsion? Domaine de vol: Autonomie, vitesse, altitude? Radar? Missiles? Contre-mesure:électronique, laser, balistique? Furtivité? Brin d’arrêt? obsolescence? SAV? Partenaires? Budget? Prix?

    Que sera le combat aérien de demain? Plusieurs technologies sont très prometteuse, mais sont-elles aboutis, viables? Une chose est sûr, seul des pilotes connaisseurs pourront définir les contours et les tripes de la bête, mais si ce sont les industriels qui font leur popotes avec les politiques, rêvant d’un gouffre à fric comme les 300 milliards du F-35, alors ce projet est mort-né. Il faut de la passion, de la rigueur, de l’anticipation, mais surtout il faut une certaine motivation pour réussir ce qui n’a jamais encore était fait. Il y a déjà la 5ème génération d’avion de chasse, donc cette avion devra viser la 6ème génération.

  27. Et bien ,ça c’est une annonce ,mais il y a une chose qui m’inquiète c ‘ est que les allemands ne montrent vraiment pas qu’ils savent mener des programmes de défense (la liste et longue ) et une chose qui est sur c’est que nous ne pourront pas faire seul le successeur du rafale (si cela a encore un sens dans 30 ans ) ,celui ci était deja un projet au dessus de nos moyens et on en a vu les répercussions sur le reste de l’armée de l’air.

  28. Et bien si les spécificités opérationnelles de chaque armée de l’air est retenue, les Français préféreront un appareil léger inférieur à 10T, et les Allemands un appareil lourd supérieur à 10T.
    Rafale II contre Typhoon II ?

    1. Les avions à venir seront forcement plus lourd, surtout s’il y a une baie interne intérieure.
      Et j’ose espérer qu’on ne fera pas la meme chose que le F35, c’est à dire sous proportionner l’avion.

      1. En effet, la doctrine va probablement devoir être revue.
        Je suis déjà curieux de connaitre le plafond limite de la masse à vide retenue en tenant compte des spécificités de cette 6ème génération (ou 5+)
        De plus, sachant qu’avec l’expérience du Rafale et la satisfaction qu’il donne au quotidien dans le spectre de ses missions et de ses capacités d’emport, je me demande si ce futur appareil sera conçu sur cette base de l’omnirole ou encore si ce sera une version dédiée… car les spécifications de nos deux pays seront forcément différentes. Ferons nous des concessions ou répéterons nous le developpement du Rafale en solo?

  29. C’est la meilleure des idées …. La seule qui puisse sauver l’industrie de défense européenne face aux actions US … Et surtout la seule qui assure un budget suffisant pour pouvoir se maintenir au sommet des évolutions du combat aérien dans les décennies qui viennent …
    N’en déplaise aux « fan boys » le Rafale n’est pas une bonne solution éternelle aux problématiques opérationnelles. Le Rafale est excellent aujourd’hui, mais même la DGA et Dassault admettent que sa non furtivité est une vrai limitation face aux conditions d’opérations des décennies à venir.

    Espérons juste que ce futur avion soit un « Rafale 2 », s’appuyant sur leS énormes qualités de l’avion français comme base de développement.

  30. Je suis sonné .. Hier j’aurais mis ma main au feu que le prochain chasseur Européen serait Franco-Britannique et cela aurais été tout logique. Et bien bonne chance aux deux pays, en espérant d’autre partenaire pour la R&D, et peut-être que cet appareil sera le prochain F-35, vendu à plus d’un millier d’exemplaires ? Par contre, je pense que le UK pourrait essayé d’entré dans le programme F-X de l’USAF mais je n’y crois pas tellement.

    1. Rien n’est fait et la réalité risque de rattraper Macron sur les importants investissements déjà consentis pour le SCAF/FCAS franco-britannique qui lui est programmé par notre Livre Blanc, là où ce NGWS ne correspond à aucun besoin (la France n’a pas de Tornado à remplacer) et n’est rien d’autre qu’une annonce irréfléchie.
      .
      Rendez-vous en 2023 quand volera le démonstrateur technologique du SCAF.

    2. on va revenir presque 30 ans en arrière, la France et le Royaume Uni ont travaillé sur le jaguar.
      Mais l’Europe toujours, la France et l’Allemagne parle d’un avion en commun, très vite le RU entre dans le projet, puis l’Italie et enfin l’Espagne. Finalement la France se retire en constatant qu’elle n’aura aucun role industriel mais juste une présidence d’honneur vide. Les 4 pays feront l’eurofighter, la France le rafale. Ca sent le bis repetita.

  31. Je n’y crois pas. J’espère très très très très fort être agréablement surpris. Je n’y connais pas grand choses mais peut-être approfondir la collaboration dans des domaines où la France et l’Allemagne ont les mêmes besoins auraient été plus pertinent. C’est ça ou changer en profondeur la diplomatie d’un des deux pays (ou converger les deux, mais c’est pas gagné).

    1. le typhoon a été une catastrophe qu’on a évité mais pour vous c’est une bonne nouvelle, on va abandoner des compétences pour les allemands et des emplois toujours une bonne nouvelle.
      On ne fait niquer à chaque fois mais c’est une bonne nouvelle. Demandez aux français d’airbus ce qu’ils en pensent.

  32. Suis-je le seul à voire un rapport avec de possibles pressions franco-allemandes en raison du Brexit ?

    1. Observez simplement que parmi les partenaires du programme Panavia Tornado,
      contrairement aux britanniques et italiens, les allemands ne les remplaceront pas par des F-35.
      Les espagnols les remplaceront en s’appuyant sur l’évolution des capacité air-sol du Typhoon.
      .
      [Si l’Espagne s’équipe de F-35 se sera pour un lot d’une vingtaine de F-35B destinés à leur BPE, pas pour remplacer les Tornado.]

      1. Oups je pensais aux F18 espagnols pas aux « Tornado » : court-circuitage du « Typhoon »/ »Tornado » …

    2. Non pas du tout, le RU reste très important pour la France, sur les missiles et le nucléaire.
      Le problème c’est que le RU est engagé sur le F35 donc ne se lancera pas sur un nouveau chasseur avant 20 ans. L’Allemagne est le seul partenaire possible, d’ailleurs, la demande d’information sur le F35 c’était probablement pour faire pression sur Paris.

      1. S’il cherche moins de dépendance vis-à-vis des USA,
        c’est plutôt la France qui devient vitale pour le RU dans le domaine de sa dissuasion nucléaire.
        Sachant qu’il n’est pas question de Rafale, mais de bien des alternatives « F-15 et F-18 », en quoi le fait que l’Allemagne s’équipe de F-35 ferait pression sur la France engagée sur le SCAF avec le RU ?
        Ce sont plutôt les allemands qui sont sous pression.

    3. @ Nicolas St
      Vaste question… soyons donc factuels et réfléchissons.
      La City de Londre va perdre une partie de ses activités banquaires Bohnn et Paris sont sur les rangs pour récupérer le gros d’oeuvre pour Francfort et les miettes pour Paris. Avec la dispartion des gros de changes entre la livre sterling et l’euro, il n’y a qu’une entente franco- allemande et non européenne plus Grande Bretagne. Surtout que le « Style Theresa May » ne met pas d’huile dans les rouages… les jounaux économiques prédisent donc un Brexit qui laissera un goût amer aux deux bords .
      On peux pas toujours gagner et si je dois reconnaître une chose aux Britanniques, c’est d’avoir magnifiquement manœuvré l’europe pour leur meilleur profit. Les accords de Lancaster House survivront- ils? Ce n’est pas sûr.
      En tout cas, cette annonce est comme un chien dans un jeu de quilles. J’attends plus d’informations pour me faire mon idée.
      P.s hors sujet; les commentaires étant clots sur l’abandon de Saab, jeprecise ma position sur le F 35 en Belgique comme ailleurs; je suis contre les solutions génèriques car elles ne satifont personne, et le chasseur de Lokheed Martin possède encore trop de problèmes pour être accepté en l’état. Néanmoins, son existence même apporté une nouvelle définition ition au mot coopération. La Belgique n’étant pas idéalement placée pour livrer une évaluation honnête ose tout de même faire un travail de fond nécessaire pour conforter son choix, mais devra en produire encore bien plus pour le justifier, le risque de plainte contre l’évaluation me paraissant bien réel; verra t- on enfin le consortium eurofighter et Dassault d’accord pour dénoncer la décision si elle tombe en faveur du F 35? En tout cas. Pour Dassault, le futur est en Inde.
      Et pour finir, j’ai porté un oeil attentif aux avatars de la collaboration Anglo-américaine sur le F35 qui m’apparaissent déséquilibrées , mais les U.S. le sont pas connus pour être tendres en affaires.

      1. @ Fabien

        « Et pour finir, j’ai porté un oeil attentif aux avatars de la collaboration Anglo-américaine sur le F35 qui m’apparaissent déséquilibrées , mais les U.S. le sont pas connus pour être tendres en affaires. »
        .
        D’accord mais le F-35 reste américain, ils ne vont pas tout donné aux britanniques non plus. Par contre, à 24,000 emplois, beaucoup de savoir-faire gagné, les possibilités de négocier à peu près ce qu’ils veulent, les britanniques sont loin d’être « dans la merde » avec le F-35. Bien sûr, j’attend moi aussi que l’appareil soit enfin terminé, mais sur le plan économique/industriel, ce n’est pas pour rien que le Uk est « de niveau 1 » 😉
        .
        D’ailleurs tout ce que BAE apprend à étant le principal fabriquant après Lockheed, vas certainement aidé à la conception d’un nouvel appareil européen.

        1. @ Nicolas St Jean
          Oui bien sûr, mais nos références sont différentes; les emplois créés en Grande Bretagne et ailleurs… c’est très bien, mais la valse hésitante jouée autour des portes aéronefs Britanniques rappelle que malgré leurs façades lisse, les relations u.s/ g.b. sont teintées d’arrogance. Quand au partenariat que vous évoquez, la version des Marines n’aurait pas pu se faire sans la soufflante. Hors, elle est vitale.
          Quand à voir bae comme un apport essentiel au couple franco-allemand , c’est possible que si Dassault est révoqué. Et même.dans ce cas, Il est possible de créer une alternative de toutes pièces, comme pour les moteurs de l’A 400.
          Sur des montages comme ça, il faut s’ attendre à tout.

  33. Alors, à ceux qui voient dans cette annonce de coopération franco-allemande la fin de la composante aérienne de notre dissuasion nucléaire, rappelons quelques points élémentaires:
    .
    Ils n’ont pas forcément intégré que contrairement à cette annonce tapageuse franco-allemande qui ne correspond à aucun besoin exprimés des forces françaises [et visiblement annoncé avec précipitation en dehors de toute concertation avec les responsables militaires français];
    les dépenses liées au renouvellement de nos différentes composantes de dissuasion nucléaires navales et aériennes sont sanctuarisées par les différents gouvernements qui se succèdent.
    Cet aspect implique que le développement de tous les autres programmes reste par contre variable.
    .
    Ce qui sous-entend aussi que contrairement à ce projet de NGWS,
    les dépenses liées au renouvellement de notre dissuasion nucléaire sont comme le développement du SCAF/FCAS, inscrites dans les actuels LBDSN de 2013 et LPM 2014/2019.
    .
    En ce qui concerne le renouvellement de notre dissuasion nucléaire à venir d’ici la décennie 2030-2040 avec les SNLE de 3e Génération (40% du budget des études amonts) et les successeurs des missiles M-51.3 (dont le dernier étage porteur de la charge nucléaire pourrait être un vecteur hypersonique, représentant également 40% des études amonts) et les missiles air-sol tels que les ASMP-A (10%); les premières études amont sont déjà financées depuis 2010 pour une facture globale (études, essais, production, mis en service) évaluée à hauteur de 50 Mds € de 2015 à 2040.
    .
    Sur le plan financier et selon les objectifs de E. Macron, un budget des Armées porté à 50 Mds par an à partir de 2025 [soit 500 Mds € de 2025 à 2035], permettra largement un tel investissement sans abandonner ou amputer d’autres programmes majeurs.
    .
    À titre d’exemple au sujet des Programmes d’Études Amont, notons les programmes dirigés par l’unité « Horus » de la DGA avec le PEA « Prométhée » de l’ONERA et MBDA avec les essais en vol à venir d’un démonstrateur technologique « LEA »; ainsi que le PEA « Camosis » devant répondre au concept « MARS » de l’ASN4G, successeur désigné de l’ASMP-A à l’horizon 2035.
    Ces deux PEA sont en cours de développement et financés depuis au moins 2012.
    .
    Ce serait vraiment dommage d’avoir autant investi sur le développement du remplaçant des ASMP-A, pour finalement les priver d’avion-porteur.
    .
    .
    .
    En ce qui concerne cette annonce tapageuse de Macron à l’occasion de ce Sommet franco-allemand avec Merkel sur les questions de défense, observons que les forces françaises… n’ont… pas… besoin… de… ce… N… G… W… S… comme l’indique le LBDSN de 2013.
    .
    Cette annonce visiblement improvisée de Macron a été faite dans la précipitation à l’occasion de son 1er Sommet Franco-Allemand de Défense, apparemment en dehors de toute concertation avec les responsables militaires et probablement industriels français, laissant ainsi le champ libre aux intérêts des seuls industriels allemands porteurs de ce programmes auprès d’Airbus Defence & Space…
    .
    Ce n’est pas pour rien que Merkel cite sa référence au MALE RPAS d’Airbus Defence & Space (associé à Dassault et Leonardo), puisque c’est l’exemple typique qui vit la France s’allonger face aux exigences des industriels allemands ayant obtenu d’être maitre d’oeuvre plutôt qu’une parité avec Dassault.
    Le MALE RPAS en cours de développement est donc à 30% allemand et à 23%, respectivement français, italien et espagnol.
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/drone-male-l-allemagne-sera-le-leader-du-programme-europeen-513982.html
    .
    L’article précise très bien l’enjeu pour Merkel de trouver pour ce NGWS un partenaire aux industriels allemands d’Airbus Defence & Space.
    Des industriels allemands isolés face aux autres opérateurs partenaires du Tornado avec les italiens et britanniques trop engagés sur les F-35 et des espagnols qui à terme en équiperont aussi leur BPE (sans parler des néerlandais, norvégiens, danois, etc…).
    .
    Merkel s’est ainsi vu la tache facilitée par Macron qui reste un interlocuteur sans aucune notion des équipements militaires et en plus servi par une MinArm tout aussi néophyte !
    Macron peut aussi jouer la partition d’une sorte de parité entre d’un côté une coopération franco-britannique avec le SCAF/FCAS et « en même temps », une cette coopération franco-allemande sur ce NGWS …
    Macron est un technophile qui pourrait très bien se laisser séduire par des arguments d’Airbus ou des lieux communs du type « 5th generation ».
    .
    Alors que la France n’a pas besoin de passer par case « 5th generation » qu’elle compte actuellement sauter.
    Les allemands seraient bien inspirés de voir plus loin et de se joindre au SCAF, qui au delà de l’UCAV en cours de développement (prévu pour 2030), conduira à un avion de combat de 6e génération dans sa version pilotée à l’horizon 2040 quand il s’agira de commencer à remplacer les premiers Rafale.
    .
    Et qu’on ne se fasse pas d’illusions, il ne s’agira pas pour l’Allemagne de reproduire le boulet du modèle commercial du Typhoon avec une chaine d’assemblage par pays partenaire.
    .
    En clair, ce NGWS n’est destiné qu’a servir les seuls intérêts militaires et industriels allemands auxquels Macron propose un soutient français sans intérêt pour la France en dehors des équipementiers.
    Et côté français, cet hypothétique effort financier siphonnerait aussi des ressources plus utiles aux Rafale et SCAF.
    .
    .
    Mais gageons qu’au delà de cette annonce forte sur le plan symbolique et qui n’est rien d’autre que l’annonce d’une feuille de route à présenter en 2018,
    Macron sera mis devant la réalité des besoins français et que la France n’a pas à financer un programme militaire qui verra un maitre d’oeuvre allemand pour répondre aux seuls besoins allemands n’intéressant pas les forces françaises.

  34. Le Brexit y est pour beaucoup. Nous assistons à un revirement diplomatique et stratégique vertigineux. Mais Restons terre à terre : Quid du deuxième PA ?

  35. C’est une révolution de coopérer avec les Allemands mais je ne vois pas en quoi on peut en être fière. Un blindée ou un char on est plus capable de le faire seul, un avion n’ont plus, les missiles,… . On fait dans le symbolique mais c’est sur que passer de 320 rafales à 220 ou 240 exemplaires de 1400 char à 220 et de 215 tigres à moins de 70 on est obliger de faire des changements. Quand on est Européen avoir une société comme Dassault (Française) capable de faire un chasseur seul c’est génant tout doit être dans la coopération et la fusion ou du 50-50 c’est à la mode déjà pour l’équipement terrestre c’est bien engagé alors pour le reste c’est une question de temps.

  36. on a développé avec les allemands l’alphajet et le c160 transall, ils ont été d’excellent outils, mais peu exporter. avec la puissance des deux industries, si on ne retombe pas dans la guéguerre qu’on répartissent bien les tâches, on peut faire un excellent avion de combat de 6eme generation avec des drones fcas de 5G. Dassault dispose de la plus de compétence dans la plupart des domaine sa compétence s’imposera, en tant que maitrise d’oevre et de management de projet. l’allemagne peut amener l’argent, par contre il ne va pas être facile de se mettre d’accord sur un avion aux missions communes. La France et l’Allemagne ont des besoins différents. La France veut un multirole qui fait tout, l’allemagne un intercepteur et un bombardier. la France a une force nucléaire et un porte avion, l’allemagne non. ca va être le plus difficile. il faut éviter le piège de l’eurofighter ou de l’A400M, il faut réfléchir comme pour le projet neuron, on attribue les tâches selon la compétence de chacun.

  37. Quoi qu’on en pense, la France, seule, ne reproduira plus un avion seule, outre le fait que le volume qu’elle même commandera sera faible, le coût du développement sera un vrai gouffre.
    Déjà le rafale, on a mis 30 ans, 40 milliards pour 180 avions et on doit presque « brader » des transferts technologique pour le vendre.
    Il convient d’analyser la situation au delà du chauvinisme.Le monde change, les moyens évoluent.On s’enferme bien trop souvent dans une cage avec une obsession d’indépendance militaire, comme si nos voisins font peser les mêmes menaces que par le passé.
    Disons les choses clairement, nous sommes dépendant du pétrole étranger, on peut construire autant de véhicule ou d’avions dans le territoire français qu’on veut, cette indépendance industrielle n’en est qu’une part, le monde entier est interdépendant, nous ne sommes plus au 19e siècle, ou chacun vit derrière ses frontières et qui doit maitriser la production de ses armes pour pouvoir durer dans une guerre face au voisin.
    Réjouissons nous de ne plus vivre dans un monde comme celui-ci (certain semblent le regretter), ou la guerre est de l’autre côté de la Manche, des Alpes, ou du Rhin.
    On parle d’un projet d’avion franco-allemand et on a tout de suite les pessimistes et nostalgique d’une autre époque qui sont là a crier a la « perte d’indépendance » , qu’on se « vend » aux allemands etc. Mais vous pensez qu’outre Rhin c’est différent, ils ont le même genre de réaction, on ne sera pas plus dépendant d’eux que eux de nous, mais si on reste enfermé dans une idéologie ou l’on pense qu’on va se faire la guerre, bien entendu, la liaison des neurones se fait différemment.
    .
    Observons donc le contexte, celui d’un marché européen en mutation, quoi qu’on en pense, le rafale et l’eurofighter, bien que très bons aujourd’hui, représentent le présent et non l’avenir.Le temps passe vite et l’objectif du nouvel avion c’est de remplacer les rafale ou eurofighter les plus anciens, livrés il y a 10-15 ans déjà et non de remplacer les nouveaux qu’on reçoit aujourd’hui.Si notre avion doit durer 30 ans, ce n’est pas dans 10 ans qu’il faudra y songer, mais il faut que dans 10 ans on soit déjà avec des prototypes en vol. Pour rappel, en 2003 (à confirmer) nous avons reçu notre dernier mirage 2000D, le rafale venait juste derrière, les deux cohabitaient l’un en fin de production l’autre au début ce n’est donc pas trop tôt et ce n’est pas par ce qu’on reçoit encore des rafale que le prochain ne serait pas développé en parallèle.
    Quand on regarde la situation actuelle, on assiste à quoi? A un F-35 qui s’impose un peu partout car cet avion est a son début, même s’il a des problèmes, qu’il fait scandale, que disait-on du rafale avant les années 2010?
    On veut quoi que les allemands achètent eux aussi du F-35? On avait un projet avec les anglais, mais eux ils quittent l’UE, leur avenir est incertain et l’Ecosse/Irlande du Nord risque de s’en détacher, les anglais achètent déjà du F-35 et dans les perspectives actuelles, c’est bien l’Allemagne qui se dirige vers la nation européenne disposant du meilleur budget et il n’y a pas moins d’avions dans leur armée de l’air, au contraire, je crois que la situation s’inverse.
    L’Allemagne est un meilleur partenaire que les anglais.
    .
    Ce qu’il ne faut pas faire, c’est de reproduire l’erreur des programmes multinationaux.Les projets à deux nations ont toujours donnés de bons résultats, c’est quand on se retrouve a 4/5 ou plus que ça fout la merde.Donc faisons un avion entre nos deux pays, mais évitons d’y incorporer d’autres nations pour le développement.On apprend de ses erreurs et je pense qu’on a un certain recul sur ce qui n’a pas marché par le passé pour ne pas en reproduire une nouvelle copie d’eurofighter.En tout cas, nous sommes plus dans les années 70/80, on ne cherche plus à avoir un bon chasseur, un intercepteur ou un bombardier, on sait que le prochain avion devra tout faire, rien que la dessus, il n’y aura pas de divergences qui fera perdre du temps, comme le fait qu’il sera furtif ne fait aucun doute.Le rafale montre que l’on sait déjà faire un avion omni-rôle, le Neuron démontre que la furtivité n’est pas une inconnue et qu’on a déjà du savoir, ce prototype de drone furtif a été réalisé pour cela.
    On verra dans les années à venir, en tout cas c’est bien de s’y prendre tôt et avec les allemands on peut faire de belles choses, dans l’aéronautique comme ailleurs, comme pour le nouveau char (ce n’est pas la France qui va financer un nouveau projet pour 200 chars) n’en déplaise aux germanophobes.
    Ce qu’il faut c’est que l’Allemagne et la France s’imposent en Europe et que les autres pays se retrouvent devant le fait accomplit de ces programmes d’armements de demain, que lorsque l’Italie ou l’Espagne s’interrogeront pour remplacer leurs chars, leurs avions, ils se retrouvent avec un produit franco-allemand existant déjà financé, plus qu’à commander, épargnant du temps et de l’argent d’un nouveau développement.
    .
    Rappelons le fond européen de la défense qui financera bien des choses et ce n’est pas un hasard qu’il se met en place, la France et l’Allemagne comptent bien financer leurs projets communs de cette manière puis d’encourager les autres nations a en commander afin d’uniformiser les armées européennes sur un long terme.
    Quand on y réfléchit…

  38. Précisons que le développement à proprement parler du Rafale se fit sur 12 ans de 1983 à 1995.
    Sans tenir compte du standard F1 intermédiaire, livré en 2002 pour répondre au retrait des F-8F; les 10 années écoulées entre 1996 et les premières livraisons à l’Armée de l’Air en 2006 (2008 pour l’Aéronavale) n’ont rien à voir avec un développement qui trainait mais sont la conséquences de crédits d’équipement plusieurs fois reportés.
    .
    Le développement du Rafale se fit donc sur une douzaine d’années et certainement pas en « 30 ans ».
    Le fait que le Rafale évolue depuis 2002 et continuera d’évoluer d’un standard à un autre n’a rien à voir avec le développement qui conduisit à la production la première série opérationnelle.
    .
    Halte aux discours démagogiques sans discernement.
    .
    Ce n’est pas faire preuve de chauvinisme que de poser une réflexion rationnelle sur un tel projet en évitant un postulat idéologique européen.
    Comme pour tout équipement militaire, interrogeons par une série de questions dont la première et plus immédiate à poser est celle du besoin.
    .
    Ce projet allemand devant aboutir à l’horizon 2030/2035 répond t’il à une demande exprimée des forces armées françaises ?
    _ Non,
    car la France n’entamera pas remplacement de ses premiers Rafale livrés: des Rafale M, avant 2035 et 2040 pour ses premiers Rafale C et qu’elle développe le SCAF franco-britannique pour les ouvertures de théâtre et pénétrer les bulles A2/AD.
    .
    Ce projet allemand permettra t’il à l’Allemagne de remplacer ses 93 Tornado IDS et ECR à l’horizon 2025 ?
    _ Non,
    car il faut bien compter une dizaine d’années de développement et d’essais pour un tel projet dont la production en série et les premières livraisons seraient difficilement envisageables avant 2030.
    Par contre le prolongement des Tornado allemands jusqu’à 2035 est aussi évoqué par Berlin.
    .
    Ce projet allemand évitera t’il à l’Allemagne de s’équiper en F-35A ?
    _ Représentant une solution intermédiaire, le F-35A conserve toutes ses chances d’équiper la Lufwaffe si celle-ci tient absolument à retirer ses Tornado en 2025 sans les prolonger jusqu’en 2035 (un maintient qui représentera aussi un cout important).
    .
    Ce projet allemand avec la perspective d’une coopération française, ouvrirait-il le marché allemand au Rafale de Dassault pour remplacer les Tornado dès 2025 (voire même 2020) en attendant les premières livraisons du NGWS à l’horizon 2035 ?
    _ Non, car il faut bien comprendre que contrairement à BAe et Leonardo, avec un tel projet Berlin et Airbus DS (ou Airbus Germany), tuent littéralement le Typhoon en tournant définitivement cette page et ce n’est certainement pas pour favoriser Dassault ou s’associer aux évolutions du Rafale.
    .
    Ce projet allemand verrait-il Airbus DS rejoindre Dassault et BAe sur le SCAF/FCAS en retour du soutient français sur le NGWS ?
    _ Rien n’indique une telle clause dans l’engagement hâtivement pris par Macron sans la moindre réflexion, s’apprêtant à engager la France sans le moindre le retour ou compensation dans un programme qu’elle n’a jamais souhaité…
    Mais voir l’Allemagne s’impliquer dans le SCAF en suivant le leadership franco-britannique serait bon à prendre.
    Mais observons qu’à l’inverse,
    BAe Systems engagé avec Dassault sur le FCAS et avec Lockheed Martin sur le F-35B ainsi qu’avec TAI sur le TF-X [l’industrie aéronautique turque étant incapable de développer seule un avion de 5e génération après s’être retiré du projet co-développé entre la Corée-du-Sud et l’Indonésie]; n’ira certainement pas s’associer au NGWS même s’il devient franco-allemand…
    .
    Au regard des partenaires du Tornado ayant, comme la Norvège et les Pays-Bas, adopté le F-35 (ou pouvant l’adopter comme l’Espagne) et des pays européens s’étant tournés vers SAAB, avons-nous la garantie que ce projet allemand profitant de la coopération française deviendrait binational et paritaire ?
    _ Non, car il s’agit d’une initiative allemande destinée à répondre aux seuls besoins allemands et qui verrait certainement une moindre implication de la participation française.
    Avec ou sans la France, ce programme sera placé sous la direction de l’Allemagne qui mettra l’argent sur la table pour garantir ce leadership à l’instar de ce qui fut décidé pour le MALE RPAS justement cité comme modèle économique à suivre par Merkel.
    L’assujettissement de la France à ce programme allemand dont elle n’a pas besoin pourrait aussi créer un appel d’air en attirant suédois (contactés bien avant la France pour ce programme), polonais, voire espagnols qui n’ont pas encore d’intention claires ou définies dans ce domaine.
    .
    .
    Ne perdons de vue qu’au delà de simplement trouver un remplaçant au Tornado,
    il s’agit ici pour Berlin de donner à l’industrie aéronautique allemande via Airbus DS une continuité dans le domaine des avions de combat qu’elle n’a pas les moyens d’assumer seule se retrouvant isolée face aux retraits européens manifestés en faveur du F-35.
    Macron donne à Merkel l’occasion de faire basculer en faveur de l’Allemagne en 2035 l’actuel rapport d’importance des industries aéronautiques françaises et allemandes qui voit la France dominante.
    Tout ça au nom d’une Europe qui est ici synonyme de la seule Allemagne et pour des objectifs et des intérêts qui ne servent que ceux de l’Allemagne, pas de la France.
    .
    Ou Macron n’a aucune vision d’avenir pour l’industrie aéronautique militaire, ou il fait d’une preuve d’une incroyable naïveté en offrant la possibilité à l’industrie allemande de survivre dans le domaine des avions de combat, là où l’Allemagne n’aurait pas un seul instant hésité à nous achever au nom de la légitime concurrence industrielle !
    .
    La France n’a pas besoin de ce programme allemand qui ne correspond pas du tout à notre calendrier et espérons que Macron se rende vite compte de sa bévue après s’être entretenu de la situation avec les responsables militaires et industriels français !

  39. Il ne faut pas oublier ce qu’à dit Macron : « Ce sont des projets très lourds, lourds pour nos deux armées et nos deux gouvernements et qui ensuite doivent être exportés. Aujourd’hui, on se retrouve avec des projets lourds, trop de standards et de qualification au niveau européen et parfois une concurrence intra-européenne pour les porter à l’international »
    En clair, on n’a plus les moyens de financer seul un projet d’avion de combat et la guerre commerciale entre européens (Rafale contre Eurofighter) n’a arrangé que nos concurrents internationaux.

  40. Outre le futur avion franco-allemand, la France et l’Allemagne vont renforcer la coopération dans la nouvelle génération de systèmes de combat terrestre, un projet européen de patrouilleurs maritimes, le programme Eurodrone, le domaine satellitaire, la coopération numérique, la cybersécurité et le développement de la microélectronique et de la nanoélectronique.
    La France et l’Allemagne ont, par ailleurs, annoncé la mise en place d’un programme de recherches conjoint dans les domaines du climat et de l’énergie.
    Les accords franco-allemands dépassent de loin, ne serais-ce qu’en terme de budget, les accords franco-anglais de Lancaster House.

    1. Il faudrait déjà connaitre le budget et les objectifs bien réels des accords de Lancaster House face à ces annonces qui ne correspondent à rien d’autre intention sans le moindre financement.
      Contrairement aux accords franco-britanniques, il ici aucun accord, contrat, traité ni même lettre d’intention de signé entre la France et l’Allemagne.

    2. Plus clairement et précisément:
      .
      Avant de les évoquer pour les comparer négativement,
      il faudrait déjà connaitre le budget, le contenu, les applications opérationnelles passées comme présentes et les objectifs bien réels des accords de Lancaster House de 2010 face à ces annonces qui ne correspondent à rien d’autre que des intentions sans le moindre financement.
      .
      Contrairement aux accords franco-britanniques déjà en vigueur depuis presque 7 ans, il n’y a ici aucun accord, contrat, traité ni même lettre d’intention de signé entre la France et l’Allemagne.

  41. Macron a dit qu’il ferait bouger toutes les lignes. Il le fait, c’est tout ! Et par pitié, arrêtez de nous casser les pieds avec le Rafale qui date de 1990 et surtout le 2eme PA projet totalement inutile et dépassé ! Trop gros, trop cher, trop fragile … voir DSI 54

    1. Si on fait allusion aux propos de Joseph Henrotin, patron du magazine DSI,
      observons que ce politologue belge notamment associé au think-tank européen: CAPRI, n’a aucune légitimité en tant que militaire, ingénieur ou industriel.
      .
      Mis à part les données factuelles (telles que des inventaires de forces), pour lesquelles ce magazine reste excellent (en étant au contact des CAPRI, ISC, ESG, etc.),
      il serait bien naïf d’ériger un article de « DSI » en réalité impartiale, surtout avec les sujets d’anticipation sur lesquels les auteurs sont trop souvent tombés dans les travers d’une science-fiction digne de « Sciences & Avenir ».

      1. Bonsoir ,DSI est une bonne revue (et il n’y en a jamais eu des masses sur la défense),mais en effet à prendre avec des pincettes .

    2. Bonsoir ,d’accord qu’il fasse bouger les lignes ,mais dans la défense pas avec un pays dont la sienne ne sait pas elle va entre programmes mal ficelés et scandales politiques un poil au dessus de chez nous,quand au rafale regarder l’exemple du F15 ou des avatars du SU27 ,notre avion phare est encore un jeunot ,alors il va encore vous casser les pieds j’ai l’impression !!!

  42. Pour Stéphane Albernhe, président du cabinet spécialisé Archery Strategy Consulting, le développement du futur avion de combat franco-allemand ne touche pas les projets actuels (évolution du Rafale, remplaçant du Tornado), cette coopération annoncée s’inscrit dans le temps long, le calendrier s’écrivant plutôt en décennies, par conséquent « Ce sera très certainement un avion de combat sans pilote. ».
    Du coup il s’agirait plutôt d’une version franco-allemande du futur FCAS franco-anglais… ce qui n’a pas de sens, on ne peut pas financer deux projets qui seront finalement concurrents.

Les commentaires sont fermés.