Centrafrique : Malgré de nouvelles violences, l’opération Sangaris est officiellement terminée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

9 contributions

  1. sgt moralés dit :

    500 millions d’euros plus tard peu de progrés…,la faute n’en incombe pas aux différents détachements qui se sont succédés ;souhaitons aux forces onusiennes de réussir mais comment lutter avec une main attachée dans le dos?

    • Lagaffe dit :

      La guerre on l’a fait à 100% ou on ne l’a fait pas.
      Dès le début on pouvait se douter qu’avec un effectif insuffisant et un objectif flou sans stratégie globale, et malgré toute la compétence des personnes déployées, ça ne pouvait pas marcher.

  2. Zayus dit :

    Alors rappelons néanmoins que ce retrait des forces françaises lié à la fin de l’opération Sangaris, nous renvoie au niveau de présence militaire française en RCA de novembre 2013.
    Ainsi 350 à 400 militaires français resteront donc pré-positionnés, déployés sur l’aéroport de Bangui dans le cadre des accords de défense franco-centrafricains.
    .
    En aparté,
    contrairement à plus de 90% des médias écrits qui traitent ce sujet, je continue à plaider pour la transcription « anti-balles AK », une désignation faisant référence aux groupes rebelles centrafricains « chrétiens » ou plutôt animistes, porteurs de ces fameux gri-gri protecteurs contre les balles de Kalachnikov AK-47, qui les caractérisent des Sélékas musulmans …

  3. wrecker47 dit :

    Il est difficile de comprendre ce qu’e la France y fait encore, après toutes ces luttes intestines auxquelles on a été sans cesse imbriqués et ou on ne prend que des coups des deux cotés …
    Sauver des entités d’un massacre n’est que mieux retarder le problème!…
    Il semble évidant que sur le plan économique ce pays présente des intérêts …Mais tant que la sérénité et le calme n’y est pas les industriels ne se mouillent pas!

  4. DRAILLET dit :

    ça fait combien en euros ???????????????????

  5. Valère dit :

    La France ne quittera JAMAIS la RCA. Il faut être naïf pour y croire. D’ailleurs nombreux sont ceux qui au seins de la population commencent à être persuadés qu’elle est partie prenante du confit

  6. platane dit :

    On n’a pas voulu voir qu’il y avait des agresseurs ( musulmans) et des agressés (chrétiens).
    On n’avait pas d’ennemi. L’armée a prouvé son incapacité à effectuer un travail de maintien de l’ordre.
    Le mieux est que ce pays soit divisé en 2 . Les muzz au nord, les chrétiens au sud.
    Bientôt en France.

    • Cimourdain dit :

      Il n’y a pas vraiment de « chrétiens » laba, il y a des annimistes, des païens si vous voulez, les chrétiens n’ont aucune valeurs. La seule religions plus ou moins « conventionnelle » est la religion musulmanesdans ce pays, qui elle, donne une cohérance. Donc parler du méchant musulmans et du gantils chrétiens, c’est du niveau comptoire. (je ne dis pas que vous êtes con)

  7. Jeb Stuart dit :

    Même problème qu’ailleurs, l’armée française peine à envoyer dès le début et à maintenir un volume de force suffisant.
    Voir à ce sujet l’article de Michel GOYA :
    http://lavoiedelepee.blogspot.fr/
    Il dit notamment : « Preuve est ainsi faite que, par habitude, structure et surtout par effectifs insuffisants, les forces françaises en Afrique restent des forces d’intervention « coup de poing », forme d’engagement dans lequel elles sont encore très efficaces mais que dès lors que l’on sort de ce schéma, en refusant de désigner un ennemi, on se condamne à l’enlisement. »
    Tiens, encore un contradicteur pour nos stratèges en chambre qui refusent le terme d’enlisement pour le Mali et nous assurent qu’il n’est pas besoin d’effectifs. 🙂