Un satellite militaire français de télécommunications espionné par un engin « non identifié »

syracuse-20151223

Si ses forces armées exploitent des satellites à de fins de communication et de renseignement, la France exclut toute militarisation de l’espace et oeuvre pour l’empêcher. Cette position a été d’ailleurs réaffirmée par le dernier Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale.

Pour autant, comme l’a souligné, lors d’une audition à l’Assemblée, le général Jean-Daniel Testé, qui est à la tête du Commandement interarmées de l’Espace, « si nous refusons toute militarisation de l’espace, nous ne sommes pas naïfs pour autant. » En effet, certains pays qui, officiellement, affirme être sur la même ligne que la France, ont en réalité une position ambigüe.

C’est le cas, par exemple, de la Chine. En janvier 2007, Pékin a détruit l’un de ses anciens satellites avec un missile lancé depuis son territoire. « Ce tir a été à l’origine de la plus grande pollution de l’histoire spatiale en termes de production de débris (3.000 total, qui, en se fragmentant, sont maintenant plus de 9.000), a expliqué le général Testé.

« L’Inde a créé un centre de commandement de la défense spatiale. De leur côté, les Russes et les Chinois déploient régulièrement des systèmes spatiaux dans l’espace, montrant que sa militarisation est une possibilité qu’il serait irresponsable d’écarter », a ensuite affirmé le général Testé.

Et cela d’autant plus que, par le passé, les États-Unis, avec leur concept de guerre des étoiles (IDS), mais aussi les Soviétiques (programme Istrebitel Sputnikov), eurent cette tentation… Mais, pour le moment, on n’en est pas encore là. En revanche, d’après les révélations faites par le général Testé, l’espionnage de satellites en orbite semble déjà une réalité,

« Utilisant occasionnellement un télescope mis à notre disposition par le CNES et par Airbus afin d’observer l’orbite géostationnaire, nous avons eu la surprise, en examinant des clichés de l’un de nos satellites de télécommunication Syracuse pris en 2011, 2013 et 2015, de découvrir qu’un autre objet, de plus petite taille, se trouvait à proximité – proximité spatiale, s’entend », a ainsi raconté le commandant interarmées de l’espace.

Pour rappel, Syracuse (SYstème de RAdioCommunication Utilisant un SatellitE) est le nom d’un programme français de satellites de télécommunications militaires, lesquels seront, à terme, remplacés par deux satellites COMSAT NG.

Quel était donc cet « autre objet » observé près d’un satellite de télécommunications français? Les services du général Testé l’ignorent. « Mais nous avons la certitude que les Russes, les Chinois et les Américains ont mis au point des systèmes destinés à aller observer et écouter au plus près les systèmes spatiaux d’autres pays, ce qui pose de graves questions en termes de sécurité », a-t-il dit.

Le cas de ce satellite Syracuse n’est pas isolé, à en croire le général Testé. « Au début de l’année 2015, la société Intelsat, qui met en œuvre des satellites de télécommunications, nous a alertés sur le fait qu’un satellite russe censé rester en position géostationnaire s’était mis à se déplacer pour balayer un large arc de cercle allant de l’océan Indien jusqu’au milieu de l’Atlantique, au mépris de tous les règlements internationaux », a-t-il révélé.

Or, Intelsat n’a pas apprécié de voir un engin se rapprocher dangereusement d’un de ses satellites. Et pour cause : « Le moindre problème avec un satellite de télécommunications, a souligné le général Testé, avoir des conséquences se chiffrant en millions d’euros. »

Que faisait donc ce satellite russe? A-t-il servi de relais à un autre engin d’observation? Possible… Mais ce n’est a priori pas l’hypothèse privilégiée…

« Il est intéressant de relever qu’à chaque fois que le satellite russe est arrivé à proximité d’un satellite occidental – qu’il soit américain, français ou britannique –, il a ralenti son mouvement, comme s’il procédait à des observations », a indiqué le général Testé. D’où l’idée qu’il pourrait « être utilisé pour une mission de renseignement portant sur les satellites d’autres pays. »

 

36 commentaires sur “Un satellite militaire français de télécommunications espionné par un engin « non identifié »”

  1. La mystérieuse « navette miniature américaine » X-37, dont la cargaison est classée secret défense, est actuellement en orbite. Les États-Unis nous espionnent ouvertement sur Terre, je vois pas pourquoi ils se priveraient dans l’espace.

  2. En plus du simple espionnage, il ne faudrait pas oublier les « perturbations » qui peuvent être causées aux satellites à des fins d’agression ou de rétorsion (eg. les Américains qui n’avaient pas beaucoup apprécié le refus de Jacques Chirac de participer à la recherche d’armes de destruction massive en Irak, s’étaient « amusés » à détraquer nos satellites)

  3. Post très intéressant et très inquiétant aussi. Je ne pensais pas que des systèmes anti satellite étaient opérationnels en orbite géostationnaire. Cela implique que nos communications satellitaires peuvent être détruites instantanément en cas d’attaque surprise. C’est une vrai surprise stratégique comme dirait le livre blanc. Il est vraiment temps de redonner des budgets conformes pour la défense.

  4. Ah ces Russes , s’ils n’existaient pas , il faudrait les inventer …Pourtant , considérant les révélations de ce bon Edgar Snowden , et l’avalanche de révélations sur les pratiques de la NSA sur ses…alliés , il ne vient à personne l’idée d’envisager un satellite yankee dans cette affaire ? Sans exclure bien sûr nos chers Popov !

    1. Mais il existent
      Défense : la Russie a réussi l’envoi de missiles anti-satellites dans l’espace

      Les tests ont été conduits avec succès depuis la base de Plesetsk, d’après le ministère américain de la Défense.
      C’est un pas de plus, pour la Russie, vers « le développement d’armes capables de détruire des satellites américains utiles à des fins de navigation, de communication et de renseignement ». Mercredi 25 mai, la Russie a réussi des tests d’envoi de missiles Nudol, en mesure de détruire des satellites en orbite.

      Les essais russes sont surveillés de près par les renseignements, mais peu d’informations sont connues sur ces tirs de missiles Nudol.

      Ce lancement s’inscrit en tout cas dans la stratégie de Vladimir Poutine de « moderniser l’arsenal russe et de développer des nouvelles armes ». Pour la Russie, la dépendance des Etats-Unis à l’espace est « une vulnérabilité exploitable. »

      La Chine aussi cherche à conquérir ce nouvel espace de lutte des pouvoirs et avait envoyé, avec succès, un missile en 2007, qui avait détruit un satellite. Alors les Etats-Unis s’y préparent activement. D’ailleurs, l’armée américaine vient de mener un exercice grandeur nature de guerre contre un hypothétique ennemi… russe.

      Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/russie-reussi-envoi-missiles-anti-satellites-dans-espace-2713695.html#DHXJfDOJ617DxF3V.99

      Sans commentaire 😉

      1. Sans satellites, sans électronique, sans électricité qui depend de l’électronique aujourd’hui on retournera au début du 20eme et encore je suis généreux , tout ça pour ça, tout ce gâchis, comment reussira t on à nourrir les milliards d’humains qui dépendent d’une agriculture moderne, 7 aujourd’hui, 2 au début du 20 ème
        est ce que tous les connards qui jouent à la gueguerre pensent aux résultats d’un tel comportement, poutine en tête, le couillu de service russe, le viril superman, n’a t’on pas autre chose à construire pour l’avenir plutôt que d’essayer de le détruire, pour quoi au juste, des querelles de chapelles minables ?
        les guerres ont fait progresser la science, ok, mais à l’horizon 2020 2030, le coût serait exorbitant, inimaginable, économique, humain, scientifique, on peut et nous devons progresser autrement.
        c’est ça l’intelligence humaine,

        après la chute du mur de berlin, quel soulagement. … bref, trop bref, car ça recommence, tous les ferments et ingrédients d’une telle catastrophe sont là
        dictatures, populismes, moralité en berne, retour des egos surdimensionnés, jalousies de minables….et on en redemande en plus.
        que veut le poutine ? Sa revanche sur l’occident
        tant qu’il y aura des hommes comme celui là. …..l’avenir est bien sombre
        conservatismes contre conservatismes, on conserve, pendant ce temps ça n’avance plus mais le temps passe et presse. Pauvre de nous humanité. ..

    2. On va même penser que ce sont des petits bons hommes verts sans insignes.
      Russes, chinois, americains, tout le monde espionne tout le monde…
      et les petits gris, ou les grands, vous y avez pensé ?
      on ne doit pas être seuls dans cette immensité spatiale, donc bof, pas de quoi fouetter un chat……
      franchement savoir qui fait quoi pour l’espionner, quelle affaire, c’est regrettable d’en arriver là au XXI ème S
      pour faire une guerre entre grandes puissances ? Mais on sera tous détruits ….. ! Ben oui !

    3. En fait ce que Snowden a révélé, mais tout le monde le savait, c’est que tout le monde espionne tout le monde. Il ne faut pas croire que la France est blanche comme neige.
      Durant la guerre des Balkans les Français espionnaient les bombardier B2 … .
      C’est normal.

  5. Notre doctrine devrait changer et rapidement. Il nous faut aussi des capacités de déplacements pour certains de nos satellites espions. Et il nous faut développer des moyens de destruction. Nous savons que des missiles pourraient faire le travail, mais nous maîtrisons aussi des technologies laser qui nous permettrait de réduire en fumée des satellites sans créer trop de débris.

  6. Oh non, pas les américains, pas eux, et pas sous Obama. Les popovs et les bridés, oui, mais pas les champions de la démocratie.
    Encore de l’américan bashing! 🙂

    1. Tout à fait possible que ce soit les ricains mais vu le coût d’une mise en orbite et du matériel, il est peu probable que nous soyons une cible prioritaire.

      1. Ca, je ne serais pas aussi prompt que vous.
        .
        Regardez qui met des câbles dans le fond des océans ou qui met des satellites en orbite et vous trouverez la France.
        .
        Nous, Français, êtres peu stratégiques et jouisseurs, nous découvrons toujours avec surprise que nous figurons en bonne place dans le haut de la liste des cibles prioritaires d’un ennemi, ce dont nous prenons conscience tardivement, avec la naïveté d’un candide, sans avoir l’intelligence d’un Voltaire.
        .
        Soyons francs: puisque nous pensons que nous sommes géniaux, n’est-il pas normal que nous attirions des convoitises?
        .
        Maintenant, il s’agit de les identifier.

      2. « il est peu probable que nous soyons une cible prioritaire. »

        Ah NON! Ce french-bashing est tout simplement inacceptable!!! Vous dénigrez l’importance de la France dans le concert des nations…

        1. C’est vrai çà, quoi !… Vous allez bientôt nous faire passer pour la Suisse !… 😉

  7. « Au début de l’année 2015, la société Intelsat, qui met en œuvre des satellites de télécommunications, nous a alertés sur le fait qu’un satellite russe censé rester en position géostationnaire s’était mis à se déplacer pour balayer un large arc de cercle allant de l’océan Indien jusqu’au milieu de l’Atlantique, au mépris de tous les règlements internationaux »
    Bien évidemment, le coupable est désigné.
    Pourtant, nous savons que nous sommes espionnés par les Américains (demandez à Merkel…), mais non, il faut automatiquement privilégier les très vilains Russes…

    « Il est intéressant de relever qu’à chaque fois que le satellite russe est arrivé à proximité d’un satellite occidental – qu’il soit américain, français ou britannique –, il a ralenti son mouvement, comme s’il procédait à des observations »
    Ceci est un fait totalement recevable et incontestable, bien évidemment que les Russes procèdent à de l’espionnage et nous sommes bien évidemment des cibles de choix de par notre doctrine en matière de renseignement « assez bisounours » mais avec une tendance qui tend vers le renforcement.
    Non, je ne défends pas les Russes, mais ils vont souligner que les Américains sont très bien placés en matière d’espionnage (en tout genre).
    A la différence qu’il ne faut pas les froisser eux.

    1. Tout simplement , une piqure de rappel , les américains ne se sont pas emparés de La Crimée, Ni des Régions de Georgie, Ni squatté le Dombass….

    2. On parle de débuts de preuves concernant els Russes dont els satellites ont de strajectoires établies par aucune charte internationale et s’approchent de nos satellites en ralentissant sciemment à leur hauteur.

      Cela c’est un fait qui semble établi.

      En ce qui concerne nos grands amis Américains, nous sommes bien d’accord qu’ils ne nous font pas d ecadeaux. Mais j’ai cru ouï dire que nous non plus, en termes de « renseignements ».

      Mais ce ne sont que des rumeurs non étayées pour l’instant.

  8. Je serais franchement étonné voir inquiète si la France n’en faisait pas de même.
    Les traités internationaux c’est bien s’ils sont clairement violé, ils sont caduques…

  9. Il serait surprenant et inquiétant que la France n’en fasse pas de même …

  10. La neutralisation intentionnelle de satellites peut conduire facilement et sans faire un blessé à un black out très handicapant. Imaginez : plus de smartphones, plus de GPS, plus de télé internet saturé, pendant quelques jours !
    Une société occidentale prise de panique parce que n’ayant jamais anticipé que ces services pouvaient défaillir.
    Je me demande si un soldat »FELIN » saurait basculer sur la solution « carte au 25 millième et boussole » quand sa tablette sera HS…?

  11. Bientôt l’extension de la série « Jane’s », pour les engins spaciaux… Starship Dimensions!? 🙂

  12. je sais qui c’est !
    Des exta-terrestres avec une soucoupe VRIL pilotée par un gugusse tout droit sorti du glacier lors de l’Opération Hight Jump !

  13. En 1983, les soviétiques n’avaient-ils pas aveuglé un satellite US ?

  14. Syracuse est surement un des systèmes les mieux protégés, donc forcément le cracker devient une priorité pour de nombreux pays. En attente de la cryptographie quantique, l’homme au coeur des clefs de codes reste le maillon faible.

  15. Comment mettre hors de fonction un satellite adverse sans le détruire et sans rentrer dans une logique de militarisation de l’espace ?
    C’est très simple, vous envoyer un drone spatial chargé de mettre en orbite un système capable de déployer sur commande une voile devant les satellites visés et le jour ou vous en avez besoin vous déployez cette voile pour les perturber un max (communications et observations) . Le jour ou les choses se calment sur Terre, vous repliez cette voile et tout retourne à la normale.
    Ainsi pas de violence.

  16. Quel était donc cet  » autre objet  » observé près d’un satellite de télécommunications français ? Les services du général Testé l’IGNORENT . Que faisait donc ce satellite RUSSE . Ah ! Russophobie quand tu nous tiens !!!!!!!

    1. @ Le Che,

      Vous auriez été plus attentif lors de votre lecture, vous auriez vu qu’il est question de 2 engins : 1 inconnu près d’un satellite Syracuse, 1 autre, identifié comme étant russe, près d’un satellite Intelsat. Si vous avez des problèmes de concentration ou de compréhension, je n’y peux rien.

      1. Des problèmes de concentration et de compréhension, je n’en ai point ! Par contre vous, vous êtes aveuglé par votre russophobie ! Relisez vos fantasmes sur toute catastrophe l’imputant à la Russie, vous qui êtes si prompt à la dégaine !

      2. Laurent
        Vous savez bien que dès qu’on évoque la Russie, on voit pointer de mysterieux defenseurs de la mère patrie qui traiteront tout le monde de russophobe et de vendus aux américains.
        C’est un classique sur lesquels l’ensemble de la blogosphère devrait un jour se pencher sérieusement.

Les commentaires sont fermés.