Paris redoute une prise de contrôle du trafic des migrants par la branche libyenne de Daesh

toyota-20151008

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale pour évoquer les conditions d’emploi des forces armées sur le territoire national, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, fit part de son inquiétude au sujet de possibles attaques menées depuis les territoires contrôlés en Libye par l’État islamique.

« Daesh a fait des déclarations en ce sens, d’où notre vigilance en Libye. Il ne faut jamais négliger les déclarations de Daesh car généralement cette organisation fait ce qu’elle annonce. C’est à partir des côtes libyennes qu’elle pourrait mener ces attaques; c’est pourquoi je suis très inquiet de l’évolution de la situation dans ce pays », avait-il déclaré, sans préciser la nature des attaques éventuelles.

Mais, dans un entretien accordé au quotidien Le Figaro, le ministre s’est fait plus précis. « Il existe un risque majeur que Daesh organise le passage des migrants vers Lampedusa », a-t-il dit. En clair, la crainte est de voir l’organisation jihadiste prendre le contrôle du trafic des migrants depuis les côtes libyennes.

Si tel est effectivement le cas, on peut alors tout imaginer : des embarcations piégées pouvant exploser à l’arrivée de navires européens venus porter secours à des migrants laissés en détresse ou bien encore l’infiltration de jihadistes parmi ces derniers.

« Il y a aujourd’hui en Libye entre 4.000 et 5.000 combattants de Daesh, dont beaucoup de Maghrébins et d’Egyptiens. Il n’y a quasiment pas d’Européens, mais cela pourrait venir », a en outre estimé M. Le Drian.

Quoi qu’il en soit, le ministre compte sur l’opération navale européenne Sophia, qui, lancée en juin 2015, a pour objet la lutte contre les passeurs de migrants en Méditerranée centrale.

Seulement, faute d’un accord donné par un gouvernement d’unité nationale qui peine à s’établir en Libye, les navires européens ne peuvent qu’intervenir dans les eaux internationales.

« Il faut qu’elle [l'opération européenne, ndlr] puisse se déployer dans les eaux territoriales libyennes, voire sur le littoral, comme le prévoit son mandat, pour faire cesser les trafics et empêcher des milliers de migrants de se lancer en Méditerranée à partir des zones côtières tenues par Daesh. (…) Le dispositif est prêt mais ‘Sophia’ ne peut aller dans les eaux territoriales libyennes sans une demande du gouvernement ou un accord international », a en effet déploré M. Le Drian.

Interrogé sur la présence de forces spéciales françaises en Libye, le ministre n’a pas souhaité répondre. « Il ne s’agit pas d’aller au sol (…) Nous faisons des vols de reconnaissance. Je ne peux pas en dire plus », a-t-il seulement concédé.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de baby (a)lone

  2. de 9439040397

  3. de sgt moralès

  4. de Pat

  5. de Eric38

  6. de Nihilo

    • de Eric38

  7. de Robert

  8. de Reality Check