Le vénérable bombardier B-52 n’a pas encore fini d’évoluer

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

9 contributions

  1. Clavier dit :

    85 ans pour un avion ….pas mal pas mal…!
    C’est comme si le SPAD était encore en unité à côté du Rafale

  2. Le Suren dit :

    C’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes. Ceci dit, utiliser un appareil de plus de 80 ans vers 2040 . . . quid de la solidité de la structure ?

  3. batgames dit :

    2040 il sera obsolète avant ,si ce n’est qu’il l’est déjà pour échapper à des missiles ,trop lent face à une saturation

  4. Bernard dit :

    Pr ça c’est déjà le cas, mais ce n’est pas un problème à l’h actuelle, et je vois mal comment ça pourrait le devenir sauf à envisager à conflit mondial, ce qui semble peu probable.

  5. sentinelle dit :

    Sauf qu’il peut lancer des missiles d’une grande distance en restant loin des missiles sol/air plus le brouillage et les leurres

  6. I am a BOT dit :

    A l’ouest rien de nouveau. Rien de surprenant, on fait presque la même chose avec les KC135 (pour ne citer que eux), etc…dans le même registre les USA utilisent encore des C-47 amélioré en Antarctique

    En adaptant les procédures on peut prolonger significativement la durée de vie des cellules.

  7. Eric38 dit :

    B-52’s rocks!