Un missile américain égaré à Cuba

hellfire-20160109

Comment un missile AGM-114 Hellfire, certes désactivé, a-t-il pu se retrouver à Cuba alors qu’il avait été envoyé en Espagne à des fins de formation? Telle est la question à laquelle une enquête ouverte par le département américain de la Justice devra répondre.

Au cours de l’été 2014, Lockheed-Martin a envoyé, depuis Orlando (Floride) un missile Hellfire en Espagne – avec l’accord du département d’État – à des fins de formation et d’entraînement dans le cadre d’un exercice de l’Otan. Dans ce genre de situation, une munition de ce type n’a pas de charge, ni de système de mise à feu.

Une fois l’exercice de l’Otan terminé, ce missile désactivé a été transporté de Rota (Espagne), où les États-Unis disposent d’une base navale, à Francfort (Allemagne), où un avion cargo devait le prendre en charge pour le ramener en Floride.

Seulement, selon une information donnée par le Wall Street Journal, le missile n’est jamais arrivé aux États-Unis puisqu’il a atterri à Cuba. Et maintenant, Washington fait tout pour le récupérer car si les relations diplomatiques avec La Havane ont été normalisées, il n’en reste par moins que l’île de Fidel Castro est très proche de la Russie et de la Chine. D’où le risque de voir tomber la technologie du Hellfire dans d’autres mains… Si ce n’est déjà fait.

A priori, le missile américain a été chargé à bord d’un camion affrété par Air France. Une fois ce dernier arrivé à Roissy, il s’est ensuite retrouvé dans la cargaison d’un vol cargo de la compagnie française qui devait atterrrir à La Havane. Comment une telle confusion a-t-elle été possible? Mystère.

Qui plus est, quand il a été très vite constaté que le missile n’était pas là où il devait être, les tentatives pour joindre Air France se sont révélées « infructueuses », avance le Wall Street Journal.

D’après le quotidien, toutes les hypothèses sont sur la table. « Est-ce que quelqu’un a été soudoyé pour envoyer [le missile] ailleurs? Est-ce une opération de renseignement, ou tout simplement une série d’erreurs? Voilà ce que nous avons essayons de comprendre », a expliqué un responsable américain.

Cela étant, une affaire de ce genre n’est pas inédite. En 2008, Washington avait admis avoir livré, par erreur, des composants de missiles balistiques à Taïwan. Il avait fallu deux ans pour les récupérer.

17 commentaires sur “Un missile américain égaré à Cuba”

  1. Comme si les russes n’avaient pas de missiles antichar performants.
    À priori il n’est pas exclu que les chinois,ou mieux encore les nord coréens veuillent faire de la rétro ingénierie sur cet engin

    1. C’est pas ça le problème. Le problème c’est de divulguer les caractéristiques exactes du système de guidage pour toute cette génération de Hellfire et offrir à la Russie et à la Chine la possibilité de développer des contre-mesures beaucoup plus efficaces.

  2. Les russes doivent être mort de rire…! Ceci dit ils n’ont peut-être pas grand chose à apprendre sur ce sujet, leur production de missiles semble suffisamment efficace.

  3. Ben voyons, ça va être la faute à Air France !
    Et c’est quoi cette idée d’envoyer des missiles par la Poste aussi ?
    Si Cuba n’a pas réagi c’est qu’il attendait la cargaison, non ?
    Ils ont pensé que quelqu’un pourrait chercher à torpiller les nouvelles relations américano-cubaine en créant un incident ?

  4. Francfort am Main est bien loin de la mer pour y installer une base navale… Par contre ça doit être encore la plus grande base aérienne américaine en Europe.
    J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce missile a été remis à Air France alors qu’il doit y avoir de nombreuses navettes avec les USA assurées par l’USAF.

    1. Desolé, mais la plus grande base aérienne n’est à Francfort sur le Main, mais à Ramstein-Miesenbach plutot.

  5. ca me rappel une replique dans la derniere saison d Homeland sur un probleme de contre espionnage un gars de la Cia se demande si c est pas un coup des iraniens des russes ou des francais , je dit ca pour les fans des usa ………

  6. La chasse à la sorcière va démarrer. Le nom de celle-ci : Air France, à mon avis la Cie devrait aller voir son banquier car cela va lui coûter cher, trés cher. Les USA dispose du Tribunal Mondial, ils peuvent attaquer n’importe qui sur la Terre, quand ce n’est pas avec des armes de guerre c’est avec des armes juridiques. Tremblez Air France…!

  7. Les syndicats des bagagistes râlent car ils n’ont pas pu la piquer , n’étant pas au courant…

  8. M’étonne pas de la part d’Air France Cargo ……
    mais ce devait être une maquette d’instruction inerte sans composants électronique sensibles ou de pointe pour qu’ils aient pris si peu de précautions

  9. Bon si ils sont assez C… pour envoyer du materiel sensible par Airfrance, autant publier les plans sur Internet. Et puis je n’ose pas imaginer le nombre d’autorisations nnecessaires pour mettre ce type d’engin sur un avion civil, donc le nombre de personnes au courant de l’affaire

  10. Il semblerait d’après l ‘article en Anglais, que la cargaison a été envoyée sur des vols commerciaux , apres les exercices de l’OTAN pour une raison qui ne s’explique pas (d’ou l’enquete !), AirFrance n y est donc absolument pour rien ou si peu.

    « In early 2014 the missile was shipped by defence company Lockheed Martin from an airport in Orlando, Florida to Spain for use in a Nato exercise.
    On its return journey officials loading a flight at Madrid airport noticed it was missing.
    The missile was instead found to have been sent on a circuitous route, involving several shipping companies, through Germany to France.
    By the time it was tracked down it was already on an Air France flight from Paris to Havana.  »

    Source : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/12089995/American-embassy-reopens-in-Cuba-What-has-changed.html

  11. Mystérieuse et donc passionnante affaire!
    Mais attendons donc plus d’informations vérifiées ainsi que les résultats d’une enquête fiable pour se faire une idée.

Les commentaires sont fermés.