La Lituanie et la Lettonie veulent un système de défense aérienne commun

Avec la crise ukrainienne, l’activité militaire russe à proximité de leurs frontières et le poids du passé, les État baltes craignent d’être à leur tour déstabilisés par la Russie. D’où leurs annonces récentes en matière de défense (retour de la conscription, hausse des budgets militaires, etc…).

Cette semaine, les président lituanien et letton ont fait une nouvelle annonce. Cette fois, il s’agit pour ces deux pays membres de l’Otan et de l’Union européenne de renforcer leur coopération militaire via une politique d’acquisition d’armements visant à développer « des capacités militaires communes ».

Selon la président de la Lituanie, Dalia Grybauskaite, cet accord concernerait principalement les systèmes de défense aérienne et qu’il est susceptible d’intéresser également l’Estonie et la Pologne. Pour rappel, ces quatre pays bénéficient, depuis mars 2014, de mesures de réassurance décidées par l’Otan.

Pour le président letton, Raimonds Vejonis, cette coopération permettrait de diminuer les coûts d’acquisition des équipements et tout en renforçant les capacités militaires des quatres pays concenés.

Cette approche est différente de celle avancée il y a deux ans par   Andris Berzins, alors président de la Lettonie. Ce dernier avait en effet proposé de fusionner les forces armées des pays baltes afin de réunir leurs ressources et d’améliorer leurs équipements. L’idée fit un « four », en raison notamment de l’opposition résolue de l’Estonie, qui était alors le pays balte qui consacrait le plus de moyens à sa défense par rapport aux deux autres.

En attendant, les pays baltes ont toujours la possibilité d’avoir recours au Programme d’assistance pour la sécurité régionale élaboré par la Pologne suite à la crise ukrainienne. Ce plan consiste à soutenir financièrement les investissements des alliés régionaux de Varsobie via des prêts bancaires et des transferts non commerciaux d’armes.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].