La coalition anti-État islamique a effectué 39 raids aériens en Irak en une seule journée

chammal-20141024

La coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) effectue environ une quinzaine de raids aériens par jour en Irak et en Syrie depuis août 2014. Le 12 juillet, c’est à dire peu avant l’annonce, par le ministère irakien de la Défense, d’une offensive visant à reconquérir la province d’al-Anbar, contrôlée par les jihadistes, cette moyenne a été largement dépassée, avec 39 sorties aériennes ayant donné lieu à des frappes.

Ainsi, 29 raids aériens ont été effectués près de Ramadi, ville conquise en mai dernier par l’EI et où l’attitude des forces irakiennes a été critiquée. D’après le compte-rendu des opérations diffusé par l’US CENTCOM, le commandement militaire américain en charge du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, 67 positions jihadistes ont été visées, dont des zones de rassemblement, 2 engins de chantier et un véhicule blindé de transport de troupe.

À Al Huwayjah et près de Makhmur, des positions de l’EI abritant des lance-roquettes ont été détruites. Dans les secteurs de Habbaniyah et de Tal Afar, une unité tactique jihadiste, deux bunkers, un bâtiment et deux nids de mitrailleuses lourdes ont subi le même sort.

Enfin, dans la région de Sinjar, les frappes ont visé une « grande unité tactique » de l’EI ainsi que 4 bâtiment et une position abritant une mitrailleuse légère.

Le communiqué de l’US CENTCOM précise que ces frappes aériennes ont été réalisées par la France, l’Australie, le Canada, le Danemark, la Jordanie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Pour rappel, l’opération Chammal (nom de la participation française à la coalition) mobilise 6 Rafale et un avion de patrouille maritime Atlantique 2, tous basés à al-Dhafra (Émirats arabes unis), ainsi que 6 Mirage 2000D mis en oeuvre à partir d’une base aérienne projetable (BAP) installée en Jordanie.

Par ailleurs, la coalition a également frappé des positions jihadistes en Syrie, précisement dans les régions d’Hassaké et de Kobané, où les milices kurdes des YPG sont aux prises aux combattants de l’EI. Ces raids ont été conduits par Bahreïn, le Canada, la Jordanie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et les États-Unis.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].