Huit femmes ont réussi la « phase d’évaluation des Rangers » de l’US Army

rangers-20150425

La Rangers School, implantée à Fort Benning (Géorgie) a notamment pour mission de former tous les cadres du 75th Rangers Regiment, une unité de l’US Army mise à la disposition des forces spéciales américaines (USSOCOM).

L’instruction, qui se déroule en plusieurs phases (montagne, désert, milieu aquatique) y est donc particulièrement exigeante. Elle « n’est n’est ni pour les faibles, ni pour les plus sensibles », fait valoir le manuel des Rangers. Et si beaucoup espèrent aller jusqu’au bout de ce cursus, peu y réussissent.

Cette année, et alors que le Pentagone entend autoriser les personnels féminins à combattre en première ligne et leur ouvrir ainsi l’accès à toutes les spécialités, l’US Army a lancé, en septembre dernier, un appel à candidatures en direction des femmes souhaitant intégrer la Rangers School. Seulement 19 ont été volontaires (contre 381 chez les hommes).

« Les candidates seront soumises au même cursus que leurs camarades masculins », avait prévenu l’US Army. En clair, il n’était pas question d’adapter les tests et les épreuves à la physiologie féminine. Même chose pour la tenue : les femmes volontaires ont dû sacrifier leur chevelure et adapter une apparence que la chanteuse irlandaise Sinnead O’Connor n’aurait pas reniée.

Le stage de la Rangers School commence par une semaine de sélection impitoyable – la Ranger Assessment Phase – qui, en moyenne, élimine 60% des candidats. Entre autres « réjouissances », il faut être capable d’effectuer 49 pompes et 59 « abdos » en 2 minutes ou encore parcourir 8 km en moins de 40 minutes, subir un test de natation et courir 19,3 km avec une charge de 16 kg en moins de 3 heures.

Au final, 8 femmes sur 18 ont pu aller jusqu’au bout de cette première phase, soit un taux de réussite de 42,1%. Ce dernier est supérieur pour les hommes (48,3%) : 184 candidats sur 381 ont en effet gagné leur billet pour la suite du stage.

73 commentaires sur “Huit femmes ont réussi la « phase d’évaluation des Rangers » de l’US Army”

  1. Je trouve l’approche US intéressante:
    Du fait de la vocation spécifique des Rangers (forces spéciales), que la sélection se fasse de manière indifférenciée homme femme me semble particulièrement saine.
    Au moins il n’y a pas d’histoire, celui ou celle qui réussit les tests initiaux les réussit. Point.
    « Homme ou femme c’est pareil, on est tous logés à la même enseigne » disait le « Squale » à « l’aspirant Garcia » 😀 !
    Sinon les tests de sélection me font penser aux tests d’entrée pour les chuteurs ops à l’ETAP de Pau.

  2. Je prends les devants par rapport aux commentaires qui ne vont pas manquer….
    Des femmes chez les Rangers , et alors ?
    Il faut sortir des fantasmes et se dire que celles qui réussiront seront de toute façon aussi capables que certains rois du clavier qui gravitent ici.
    Comme disait BOURVIL : Le dire c’est bien, le faire c’est mieux !!

  3. Eric38 …Ce ne sont plus des femmes on leur a greffées une paire de c…!

  4. Les Rangers ne sont pas des forces spéciales dans la mesure où ils n’appartiennent pas à l’USSOCOM mais sont mis à disposition comme l’écrit Laurent. On pourrait faire l’analogie avec le deuxième cercle du COS chez nous, utilisant les GCP de la 11ème BP, les égoutiers du 17 RGP ou les GCM des troupes de montagne, selon les besoins.

    1. Vous vous trompez :
      – le 75th Ranger fait partie de l’USASOC, donc de l’USSOCOM,
      – le 2ème cercle du COS n’existe plus depuis quelques années déjà.

      Cordialement.

  5. Bonjour,je pense comme éric 38, du moment que les test sont les mêmes ,rien à dire , celle qui réussit mérite son ticket.

  6. En sus de mon commentaire précédent, il faudra voir dans la durée l’intégration des Rangers femmes dans cette unité.
    En effet, les femmes ont parfois des réactions curieuses.
    Par exemple mon épouse à laquelle j’avais, croyant lui faire plaisir pour la Saint-Valentin de l’année passée, offert de la crème amincissante n’a pas à ma grande surprise eu l’air de déborder d’enthousiasme devant mon cadeau.
    J’ai donc décidé pour cette année d’avoir une approche plus romantique et lui ai dit:
    « Chérie, pour la Saint-Valentin, achètes-toi ce que tu veux, je te rembourserai ».
    Là encore, une réaction mitigée de sa part.

    Comme quoi, allez comprendre? Méditons donc là-dessus en relisant du Sacha Guitry!

    1. Comme celle-ci?: « Je suis persuadé que les femmes nous sont supérieures, si çà peut les dissuader de se prétendre nos égales » terrain très, très risqué…

    2. @Eric38:
      À mon humble avis, votre épouse a pris la crême comme une insulte: « Quoi, moi? Grosse? » Quant à la 2ième fois, j’imagine que sa réaction est du genre: « T’as k te débrouiller pour choisir toi-même un cadeau qui va ME plaire! »
      Enfin, une nouvelle étude sur les relations homme-femme dans ce joyeux monde du ‘Mariage pour Tous’…
      http://www.dailymail.co.uk/femail/article-3046350/Why-men-refuse-marry-Women-complain-chaps-today-won-t-settle-Sorry-ladies-s-fault-argues-wickedly-provocative-new-book-Denigration-Men-PETER-LLOYD.html

  7. Au risque de paraître inutilement critique, je me demande quelle est la motivation à vouloir mettre des femmes dans les unités de pointe, puisqu’après les Rangers, les SEALS et les forces spéciales y passeront certainement aussi ?
    Un problème de recrutement chez les hommes, ça paraît peu probable ?
    Une demande en explosion chez les femmes, je n’y crois pas plus ?
    Par contre, plus certainement, je vois l’action constante de l’idéologie dominante en vigueur dans nos sociétés en rupture de civilisation et dominées par une pensée transhumaniste.
    Tout niveler, tout araser, l’égalitarisme partout.
    Les demandes de femmes pour certains métiers ou spécialités resteront toujours anecdotiques, par leur nature, leurs aspirations, leurs capacités, n’en déplaise aux niais toujours prêts à suivre en bêlant la moindre mode idéologique. La femme n’est pas un homme comme les autres et réciproquement.
    Les femmes ne sont pas inférieures aux hommes mais différentes, pas semblables mais complémentaires. Mais dans un monde dominé par une utopie égalitariste anti humaine, la réalité n’a pas lieu d’être. « Ecartons les faits car ils ne relèvent pas de la question » disait leur maître à tous, Jean Jacques Rousseau, précurseur idéologique du totalitarisme moderne.
    Au delà du prétendu sens de l’histoire, du progrès qui asservit parfois l’être humain plutôt que de le servir quand on en fait une religion, soyons assurés que la nature nous rappellera à l’ordre de l’avoir méprisé et rejeté. Et elle ne connaît pas la miséricorde ni la pitié.

    1. Je partage. C’est la version sociétale complètement dévoyée par idéologie du « hasard et de la nécessité « . Hasard des mutations, et nécessité de l’adaptation, parfaitement démontrée par Monod. Sauf que le sexe n’est pas une mutation, et que la nécessité est beaucoup plus qu’une doctrine ponctuelle et politique. C’est plutôt une volonté de nivellement qui se met en place. Chacun est sommé de penser, se comporter, consommer, voter, selon les normes imposées , et surtout ne rien remettre en cause. Nous avons des élites qui savent et qui décident, le peuple n’ayant pas les capacités pour comprendre. C’est la modélisation progressive de l’être parfait, uniforme et docile, réceptif au discours officiel, pseudo citoyen et parfait mouton. Bref, un « Charlie « . Remarque complètement hors sujet d’ailleurs.

    2. Je dirai simplement que ces essais vont permettre de vérifier la motivation tant des volontaires de sexe féminin que leur capacité à réussir (en cas. Déjà l’expérience dans le corps des Marines ne fut pas concluante.
      Si elles réussissent, elles ne seront pas nécessairement des Rangers dans les bataillons mais auront le droit de porter le tab Ranger sur leur uniforme pour signifier qu’elles ont validé le programme

    3. Edit:
      en cas d’échec, fin du programme ou sinon on laisse la porte ouverte les sélections se feront d’elles-mêmes et on ne pourra rien y opposer. Le débat aux USA est surtout sur la sauvegarde des critères de sélection. Il y a une forte opposition à ce qu’ils soient différenciés selon le sexe des candidats

    4. Tout à fait d’accord avec Robert et AchilleT.
      J’ajouterais qu’il s’agit sans doute d’un problème essentiellement économique et de la difficulté à recruter qui en découle directement.
      Les femmes, comme les étrangers et autres candidats à la green card, permettent surtout de combler les trous (si je peut employer cette métaphore) à bon compte, sans augmenter les rémunérations (procédé classique et connu de l’ultra libéralisme).
      Reste à voir le résultat en situation de vraie guerre. Il ne suffit pas de passer des tests (là aussi à voir si réellement les mêmes exigences (ou légèrement adaptées : « 49 pompes et 59 « abdos » en 2 minutes », « 19,3 km avec une charge de 16 kg en moins de 3 heures », et des taux de réussite presque équivalent aux hommes ? !), et à moins que le niveau général est vraiment beaucoup baissé ?), il faut aussi avoir l’esprit guerrier (sauf exception, bien sur) et dans des situations réelles de combat (avec en plus les contingences que cela implique).
      * En tous cas c’est nos amis islamistes, talibans et autres daesh, qui risquent de bien encore rigoler.

    5. Vous demandez « pourquoi ? » alors que la vraie question est « pourquoi pas ? » : Si ne serait-ce qu’une femme est volontaire pour ce type de programme, et qu’elle en a les capacités, alors pourquoi le lui interdire ?
      L’idéologie est à mon avis plus de votre côté.

      1. L’autre Tom,
        Vous niez la réalité des entreprises idéologiques de théories du genre, de négation des différences sexuelles ?
        Vous pensez peut-être qu’une telle décision n’a pour but que de permettre aux femmes d’être enfin les égales de l’homme après des siècles d’injustice ?
        Vous préférez parler d’idéologie pour évacuer plutôt qu’argumenter.
        Le refus du réel est toujours confortable comme posture.

      2. @ Robert :
        J’ai argumenté, puisque j’ai dit qu’il n’y avait pas de raisons d’exclure les femmes de ces recrutements. Et en l’occurence j’ai raison, puisque vous n’en avez pas mentionné une seule.
        En revanche, vous refusez effectivement d’argumenter : Vous mettez cette décision sur le dos d’une théorie du complot très en vogue dans les milieux d’extrème droite, sans donner plus de détail. Vous êtes effectivement dans la posture.
        Oui il y a là dedans une question de justice, mais il y a aussi des raisons plus terre à terre : Les armées ouvrent ce genre de métiers aux femmes tout simplement pour élargir leur vivier de candidats potentiels. C’est aussi la raison qui a été invoquée par le ministère de la défense français pour la féminisation des équipages de sous-marins.
        Et encore une fois, de quoi vous plaignez vous, si ces femmes répondent aux mêmes critères de compétence que leurs collègues hommes ? Où est le problème ?!

        1. Autre Tom
          Relisez-moi avant de conclure par un argument dérisoire.
          « Un problème de recrutement chez les hommes, ça paraît peu probable ?
          Une demande en explosion chez les femmes, je n’y crois pas plus ?
          Par contre, plus certainement, je vois l’action constante de l’idéologie dominante en vigueur dans nos sociétés en rupture de civilisation et dominées par une pensée transhumaniste. »
          Vous voulez que je vous cite des auteurs précis, des citations actualisées en permanence ?
          Qui a parlé de complot ?
          Les projets de notre gouvernement ne sont pas un complot, simplement un suivisme de projets entrepris aux USA depuis des décennies à la suite des théories d’auteurs comme Butler. En France, nous en avons aussi.
          Je ne nie nulle compétence, mais je lis ce que disent nos têtes pensantes.
          La parité totale, l’égalitarisme, la négation des différences, le nivellement par le bas, tout cela est contenu dans le projet de l’éducation nationale défendu par Vallaut Belkacem.
          Théorie du complot, fantasme d’extrême droite ?
          Notre pays est simplement en retard de quelques années sur les américains dans la mise en application.
          Lisez un Jacques Attali et son transhumanisme et vous comprendrez peut-être que cela se met en application jour après jour parce que conforme à la loi du marché, tout simplement. Ce monsieur a conseillé de Mitterrand à Holland en passant par Sarkozy, et il professe ses théories dans tous les médias, ce n’est pas vraiment un maître caché d’un complot secret.
          Il n’y pas plus de raison d’imposer les femmes dans des services dont elles étaient jusque-là tenues à l’écart. A-t-on privées les femmes ce faisant d’un droit légitime comme on l’a prétendu avec les homosexuels et la procréation par exemple?
          De vouloir utiliser la femme pour faire avancer une idéologie, cela s’est fait depuis longtemps, mais ne venez pas nous dire que c’est justice.
          Si dix ou trente femmes d’un super niveau égalent les hommes des forces spéciales, tant mieux pour elles. Mais quand, dans une démarche de « justice » et d »équité »on voudra qu’un pourcentage important des effectifs soit féminin, il sera trop tard pour réagir et le niveau sera abaissé pour cette « exigence de justice. »
          Revaloriser le métier et l’armée, cela par contre serait justice et attirerais sûrement du monde à s’y engager avant quelle ne soit plus que l’ombre d’elle-même, toute juste bonne à servir de champ d’expérimentation des idées en vogue.
          L’école avec la réussite au BAC à 80% d’une classe d’âge, allez demander aux profs honnêtes ce que vaut le BAC actuellement et comment on obtient ce taux de réussite, comme le niveau de ceux qui l’ont obtenus.
          Egalité à tout prix égale justice ?
          Il existe nombre de postes militaires accessibles aux femmes et ou leurs compétences font merveille, ce qui est demandé aux FS est d’un ordre très exigeant pour la vie personnelle et familiale. Certaines femmes peuvent y aspirer, mais quand je pense à la femme, je pense à la famille, premier lieu d’éducation et communauté de développement de la personne, que l’Etat moderne considère comme concurrence et ou la femme a un rôle privilégié.
          Avec un Etat qui a tendance à se prendre pour Dieu et à prétendre dire le bien et le mal, il est plus que légitime d’être prudent sinon méfiant.
          De toutes façons, l’avenir nous dira qui a eu raison ou tort.

        2. @ Robert :
          « De toutes façons, l’avenir nous dira qui a eu raison ou tort. »
          La mixité au sein de la société n’est pas une nouveauté. Vous luttez contre une tendance vieille de 70 ans. Et les forces spéciales ne sont que le dernier métier à s’ouvrir aux femmes.

          1. « Etre dans le vent, c’est une ambition de feuille morte. »
            Gustave Thibon

          2. J’aime bien Robert qui, pas paternaliste pour deux sous, m’explique à moi et mon bac au rabais pourquoi les femmes devraient se limiter à torcher les mômes et à récurrer les casseroles – « parce que c’est dans leur nature ». Le tout agrémenté d’une citation d’un auteur méconnu, afin que personne n’oublie qu’il connait ses classiques ! 😀

    6. Moi, je pense que si elle passe le test, indifférencié de celui des hommes, alors il n’y aucune raison pour lui refuser l’accès sous prétexte que c’est une gonzesse.

      Après, statistiquement, il y a forcément moins de nanas physiquement capables de passer ce genre de tests que de mecs.

      1. Affreux jojo,
        Ce n’est pas aux femmes que je m’en prenais, mais à l’idéologie dominante aux USA et par suivisme en France, je parle de l’égalitarisme qui refuse toute distinction et la différence entre homme et femme.
        Que des femmes soient compétentes et qu’elles fassent leurs preuves, pourquoi pas.
        Si ça pose des problème après, ce sera aux militaires sur le terrain de les affronter, pas aux donneurs de leçons.
        Mais il devient difficile de ne pas voir une entreprise idéologique qui s’introduit absolument dans tous les espaces de vie publique au nom d’une utopie.
        Il sera bientôt impossible de dire qu’une femme est différente d’un homme et que deux homosexuels ne peuvent pas faire un enfant.

        1. @ Robert :
          « Il sera bientôt impossible de dire qu’une femme est différente d’un homme et que deux homosexuels ne peuvent pas faire un enfant. »

          Sauf qu’aujourd’hui c’est vous qui niez aux femmes le droit de faire les mêmes métiers que les hommes, et qui niez (je suppose) aux homosexuels le droit d’adopter un enfant. N’inversez pas les rôles.

          1. Vous niez la nature, tout simplement.
            Mais évidemment vous êtes un beau parleur et vous croyez que ça compense. Quand à l’auteur, s’il est méconnu de vous, ne faites pas de votre ignorance une norme universelle.
            Le réel, l’ordre naturel, l’harmonie, c’est vrai, devant « la tendance vieille de 70 ans » ça ne vaut rien.
            Et vous me faites dire ce que je n’ai jamais dit, bravo l’honnêteté.
            Vous êtes bien dans le vent de notre époque déconnecté du réel et le nez sur le guidon. Bon vent !

          2. @ Robert :
            « Vous niez la nature, tout simplement. »
            Mais que ce que vous en savez de la nature ??? Comment pouvez-vous prétendre faire la différence entre des faits biologiques immuables et des traits culturels tout ce qu’il y a de plus temporaires ?
            Encore une fois, bonjour l’égo de celui qui prétend connaitre un sujet pour lequel même les spécialistes sont surpris à chacune de leurs découvertes !

          3. L’ordre et la loi naturelle ont trois mille ans, rien que ça, toutes les philosophies qui ont fondé la civilisation occidentale s’y rattachent.
            Quand aux spécialistes adeptes du gender et hostiles au spécisme, ce sont des idéologues qui ont déserté leur spécialité depuis longtemps.
            Je vous cite »Comment pouvez-vous prétendre faire la différence entre des faits biologiques immuables et des traits culturels tout ce qu’il y a de plus temporaires ? »

            La distinction homme femme et leurs fonctions naturelles présentées comme « des traits culturels tout ce qu’il y a de plus temporaires « , c’est de l’idéologie conforme à la pensée du temps, il n’y a rien de scientifique.
            De Simone de Beauvoir, la grande sartreuse, à Butler, aucun commencement de démonstration scientifique n’a été apporté.
            Vous êtes un petit militant sectaire et vous ne supportez pas qu’on ne partage pas la doxa obligatoire.
            Pauvre petite chose !

          4. @ Robert :
            « L’ordre et la loi naturelle ont trois mille ans »
            Ah bon ? Pourquoi 3000, et pas 2000 ou 4000 ? Pourquoi pas 11000 ans, soit approximativement la durée de la sédentarisation humaine ? Et c’était quoi, « l’ordre naturel », à l’époque où nous étions chasseurs-cueilleurs ?
            Pourquoi prendre comme référence des époques où les gens n’avaient pas le choix dans la manière de vivre leur vie, où ils étaient contraints par la religion et n’avaient aucun droit civique ?
            Rendez-vous compte : Les spécialistes ne parviennent même pas à se mettre d’accord sur le fait que la monogamie soit ou non un comportement « naturel » chez l’homme, la femme, ou les deux !
            La société patriarcale n’a rien de « naturelle » vu qu’il existe des sociétés matriarcales, et aujourd’hui des femmes sont très heureuses à des postes de maçon ou de chauffeur de poid-lourd.
            Bref, votre « ordre naturel » n’est qu’un résidu d’idéologie religieuse ne reposant sur aucun fondement scientifique.
            Le pire, c’est que vous prétendez imposer votre vision aux autres, en leur refusant l’accès au mariage ou aux stages commandos.
            Et heureusement, la société ne vous attend pas pour évoluer.

        2. Notez bien que les Ricains n’adaptent pas le test pour les nanas. Ils leurs permettent d’y accéder. Après, ça passe ou ça casse. En France, c’est très différent ! Le Cooper de base TTA 150 n’est pas le même pour tous ! Mais j’ai souvenir de femmes remarquables au MinDef, en treillis ou en civil. Et aussi de grosses nulasses, mais pas plus, en proportion, qu’il n’y a de nullards. 😉

    1. Voilà en effet où l’on risque d’atterrir avec ce genre d’idéologie bisounours « hors sol » (c’est le cas de le dire !).

      1. Ça me rappelle le « stunt » de l’année dernière quand on a exigé que les garçons portent la jupe au lycée, pour « savoir ce que c’est que d’être femme »… La décadence en marche!

  8. Si le 75th Ranger Regiment fait bien partir de l’USSOCOM (Commandement des opérations spéciales des Etats Unis), passer la Ranger school ne permet pas d’accéder au Ranger Regiment. C’est un cours d’aguerrissement ouvert aux membres de l’ensemble des forces armées, qu’il est obligatoire de valider pour les membres du 75th ranger regiment, ainsi que pour les élèves officiers d’infanterie de West Point. Les militaires féminins qui valideraient le cours se verraient remettre le Ranger Tab (https://en.wikipedia.org/wiki/Ranger_tab#/media/File:Ranger_Tab.svg), là ou les militaires qui passent le Ranger Assesment and Selection Program (RASP) pour intégrer le régiment de Rangers, se voient remettre le Ranger scroll (https://en.wikipedia.org/wiki/75th_Ranger_Regiment_(United_States)#/media/File:75_Ranger_Regiment_Shoulder_Sleeve_Insignia.svg). Valider ce cours, si difficile soit-il, n’ouvre en aucun cas l’accès aux commandos.

  9. Je ne suis pas étonné : les soldats américains ont toujours été des vraies gonzesses.
    Demandez aux vieux résistants bretons de 1944/45 : Patton était bien content des les avoir pour accompagner ses chars contre la poche de Lorient pendant que les fantassins américains préféraient se promener tranquillement dans l’arrière-pays breton.

    1. « les soldats américains ont toujours été des vraies gonzesses »
      Je ne vais pas vous faire de cours d’histoire, y compris récente.
      « les fantassins américains préféraient se promener tranquillement dans l’arrière-pays  »
      En deux phrases, vous nous démontrez à la fois votre inculture militaire et votre esprit bas de plafond.

      1. +1
        Ceux tués sur les plages normandes (donc pas bretonnes) ne devaient pas être US alors.

        1. Sur les plages normandes, ils y sont allés comme des boeufs, mal organisés au point que le commandement américain n’a jamais su combien sont morts sur Omaha-beach.

      2. @ fusco
        En deux phrases parce que j’ai le sens de la concision.
        Quant à vous, vous feriez bien de changer de pseudo.

      3. + 1
        J’ajouterais même: est-ce que « Maquisard » y était pour sortir des âneries pareilles?

          1. Vous avez raison, comme tout un chacun le sait, la France a été libérée entièrement par les maquisards et les soldats américains se sont contentés de se balader l’arme à l’épaule.

    2. Soutenir une généralité aussi grossière est assez pathétique.
      L’immense diversité des unités des forces armées américaines interdit de fait de pourvoir généraliser comme vous le faites. N’en déplaise aux Bretons.
      En outre, sachez qu’une bonne partie des militaires US, issus de zones reculés comme on n’en n’a plus en Europe, sont bien plus rustiques et adaptés à la vie de campagne que la majorité d’entre nous.
      Par ailleurs, les militaires américains se plient à une volonté du Congrès en ouvrant ce genre de programmes aux femmes.

    3. « Maquisard » à raison, le soldat américain globalement (à part quelques corps un peu au dessus du lot comme les marine’s) a toujours été considéré comme un soldat très moyen (« on fait le job » et point barre), faisant la différence uniquement grâce à son énorme supériorité matérielle. Et par la suite comme toujours prompte à se bunkeriser par exemple, faisant que même cette supériorité ne suffisait pas, et de plus en plus, pour perdre des guerres, Vietnam, Somalie, Afghanistan …
      Armée américaine par ailleurs, pour « Omaha », de plus en plus constituée de soldats immigrés candidats à la green card essentiellement, les minorités habituelles, surreprésentées (afro, latino, etc) ne suffisant plus pour assurer des effectifs décents. Et donc on passe également au recrutement en masse de femmes. CQFD !

  10. Ce sont bien les Rangers qui se sont fait allumer en Somalie, comme montré dans le film « la chute du faucon noir » ?
    Imaginez des femmes soldats prises par des shebabs, le traitement qui leur sera réservé.
    Rien que l’idée est insupportable.

      1. Il y a confusion sur le terme CPA :
        Dans la marine, les Commandos Marine sont FS.
        Les Fusiliers Marins sont les spécialistes de la Protection-Defense des installations sensibles de la Marine. S’ils se voient confier un grand nombre de missions dynamiques, ils ne font pas partie du COS.
        Les Fusiliers constituent aussi le réservoir dans lequel sont sélectionnés les futurs Commandos, avec le taux de réussite qu’on connaît.

        Dans l’armée de l’air, le terme de Commando Parachutistes regroupe à la fois les métier de force-protection et les opérations spéciales, plus des spécialisations intermédiaires. On retrouve donc des gardiens de base (qui gèrent les gardes dynamiques et les éléments d’intervention sur intrus, ou la protection des abords directs d’une base déployée) comme des FS du CPA10 sous cette appellation « CPA », ce qui brouille un peu les choses.
        .
        Donc, au meme titre qu’on a des femmes fusiliers dans la marine, on en retrouve dans l’armée de l’air, mais sous l’appellation CPA. Un job pour lequel elles ne subissent aucune sélection particulièrement poussée telles qu’on peut en retrouver chez les FS.
        .
        A ma connaissance il n’y a pas de femmes chez les opérateurs FS en France. Cela dit je ne suis peut-être pas complètement à jour ;-).

        1. L’acronyme CPA est réservé au 10, 20 et 30. Le terme commando à disparu des éléments de protection qui se nomment aujourd’hui fusiliers de l’air par analogie avec leurs camarades marins.

          1. Au moins une bonne chose, tant l’emploi du terme de commando était en la demeure une véritable usurpation, voire même presque une insulte envers les véritables commandos historiques.

          2. A cet égard, je ne peut n’empêcher de relater le véritable effroi subi à le suite du croissement dans un grand aéroport parisien (vigipirate !), de ces fameux fusiliers (fusilières ?) de l’air féminine, encore à l’époque qualifiée de « commando », et à la vue de leur surcharge pondérale certaine et plus encore à leur arrière train plus que rebondi (à mon avis celles là elles n’avaient dut réussir aucun test physique).
            Je n’ai put n’empêcher de me faire la réflexion de, que sont devenues les armées françaises (et apparemment ce n’est pas en amélioration).

      2. Je ne nie nullement les compétences et la place des femmes.
        Nous pourrions parler de Caroline Aigle, pilote de chasse et première femme à être affectée dans un escadron de combat, et grande sportive, championne de France et du monde de triathlon militaire.
        Elle n’avait pas eu sa place au piston, mais par ses compétences.
        Elle a été atteinte d’un cancer foudroyant alors qu’elle attendait une petite fille et a préféré reculer des traitements dangereux pour permettre à son enfant de naître en bonne santé.
        C’est cette dernière démarche qui en fait pour moi à jamais une grande femme. Car une femme reste avant tout une femme et pas un concurrent ou une copie de l’homme.
        Désolé pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent le comprendre.

  11. @pseudo-fusco
    Il n’y a pas que la poche de Lorient, il y a aussi celle de Colmar dont on a parlé sur opex360 : là encore les Américains ont besoin d’une infanterie locale locale.
    http://www.opex360.com/2015/01/31/jebsheim-devient-la-ville-marraine-du-1er-regiment-de-chasseurs-parachustistes/
    Mais je confesse volontiers mon « inculture historique » si la culture consiste à croire à l’image que Hollywood donne de l’armée américaine.
    Pourtant même Hollywood, avec ses millions de dollars, ne parvient pas à cacher complètement l’insuffisance de l’infanterie américaine : voyez par exemple le film « Patton » (1970) où le manque d’infanterie est récurrent, ainsi que l’admiration de Patton pour les infanteries non-américaines.

    1. Répondons donc point par point à ce cher « Maquisard » :

      Pourquoi devrais-je changer de pseudo, ça ne vous plait pas ? Notez que je n’ai pas commenté le votre, même si je n’en pense pas moins….
      Côté culture, je vous rejoins un peu. Il faut voir les choses ailleurs que par le prisme d’Hollywood. Je note cependant que vous faites encore référence à un film, pas moi….
      Je me fie modestement à ce que je connais (et parfois un peu vécu)
      Et vous cher ami, doctus cum libro ou pas ?

    2. Je pense que vous êtes inutilement agressif, et un peu caricatural dans votre jugement.
      Que notre armée de terre n’ait rien à envier à celle des États-Unis est une chose, mais de là à prétendre que le GI est une gonzesse, c’est pousser un peu le bouchon.
      .
      Si Patton déplore le manque d’infanterie, c’est parce que la tâche alors assignée est absolument gigantesque. Il faut replacer les choses dans leur contexte. Son admiration pour les infanteries non-US serait certainement encore valable aujourd’hui. En tout cas elle l’est vis à vis de celle de la France.
      .
      D’une manière générale, l’armée des États-Unis bénéficie d’un meilleur
      – appui opérationnel : plus d’hélicoptères (mais pas beaucoup plus, si on rapporte à la taille de l’armée française), plus de drones, plus de chasseurs…
      – soutien de la nation : l’envoi des Boys étant soumis au vote du Congrès, c’est bien la Nation qui les envoie au feu, ce qui n’est pas complètement le cas chez nous. Cela a des avantages et des inconvénients, c’est un autre sujet. En tout cas, le sang versé en Afghanistan et en Irak (par exemple), c’est bien le sang de la nation américaine, quand chez nous, masqué derrière une indifférence courtoise, le Francais se fout royalement de son armée. Les sondages ont bon dos, les faits sont là. Nos représentants se contentent de faire des rapports (que peu de gens lisent – combien de personnes connaissez-vous qui vont sur les sites du Sénat ou de l’Assemblée ?) et de faire des rappels en haussant plus ou moins le ton, alors que le traitement des armées est tout simplement scandaleux. On prive certains militaire de solde en plaçant leurs familles dans des situations de précarité inadmissibles, on ment aux francais (mais c’est pas grave ils s’en foutent) en refusant d’abonder un budget voté !, etc.

      Ces deux « plus » n’en font certainement pas un ramassis de gonzesses comme vous le prétendez, même si dans l’ensemble, on peut dire que le soldat francais est d’une valeur supérieure.
      .
      Enfin, un aspect qu’on occulte assez souvent, les US ont un sens assez marqué du commandement (leadership), a très bas niveau. C’est culturel mais c’est aussi très bien enseigné dans leurs écoles.
      Cela se retrouve notamment au sein des leurs armées.
      .
      Pour conclure, je suggère que vous laissiez tomber votre lecteur DVD, que vous cessiez de lire la presse française, qui n’y connaît franchement rien a la chose militaire (et c’est aussi de la faute des armées), et que vous traversiez l’océan pour venir vous faire une idée in situ.

      Cordialement.

        1. Je maintiens. Les Américains n’ont pas besoin de connaître untel ou untel dans l’armée pour se sentir concernés lorsqu’un militaire tombe. Vous avez raison : les minorités sont sur-représentés dans l’Army, alors que les corps d’élites (je dirais plutôt les FS que les marines, qui sont eux assez représentatifs de la population dans son ensemble) sont blanc dans leur immense majorité.
          Cela n’empêche pas que la nation consent à de vrais efforts en faveur de ses troupes (les militaires US ont accès à des magasins détaxes pour la nourriture, le pétrole, mais aussi pour les vêtements, les effets de sport etc. Et ce pour toute la famille). Dans un grand nombre de magasins, quand vous montrez votre carte militaire, vous avez droit à 15% de réduction. Certaines chaines de magasin proposent d’envoyer à leur frais des cartes de soutien aux militaires déployés, signées par les clients. Il faut vraiment le vivre pour le croire.
          Aussi, je maintiens ce que j’ai écrit : le sang qui a coulé sûres dernier théâtres, c’est bien celui de la nation dans son ensemble, qui, en soutenant ses troupes comme elle le fait, participe directement à l’effort de guerre.

          1. Que les militaires et l’armée américaine globalement soient mieux soutenu que chez nous, cela nous éloigne encore un peu plus du débat (la féminisation, à outrance, des armées), et c’est un autre (vaste) débat.

  12. le vrai test c’est de sortir vivant et indemne d’une mission de guerre réussie. Et ça, ça demande un mental d’acier, la capacité à résister au stress et à l’imprévu, de l’im. c’est pas de faire des pompes ou des abdos.

  13. Oui, Maquisard y était. J’ai 90 ans cette année et j’ai encore bonne mémoire. Malheureusement mes yeux faiblissent beaucoup et c’est mon petit-fils qui me lit vos commentaires puis écrit sous ma dictée.
    Je faisais partie du maquis de Pontivy. Lorsque les Américains sont passés en 44, on a embarqué dans leurs camions, avec nos Sten. Ils avaient besoin de nous contre les Allemands qui se battaient encore dans le sud du département, ce qu’on a appelé « la poche de Lorient ».
    Quand leurs chars rencontraient une position allemande (toujours dans un hameau ou dans un village, jamais en rase campagne), ils tiraient tous les obus qu’ils pouvaient, vidant leurs soutes, cassant tout et bientôt réapprovisionnés car leur logistique marchait bien. Parfois leurs avions s’y mettaient aussi. Nous, on attendait que les incendies s’éteignent dans les maisons et on y allait. Les malheureux Allemands n’étaient pas dangereux pour nous parce qu’ils étaient morts, mais le danger c’était qu’un mur ou un morceau d’arbre nous tombe dessus. Je n’ai jamais compris pourquoi les Américains cassaient tout comme ça.
    Quand je suis rentré au pays, en mai 45, les vieux qui étaient restés sur place m’ont expliqué pourquoi les Américains avaient besoin de nous : une nuit mon père a trouvé trois soldats américains qui dormaient dans sa grange ; le jour suivant ils sont restés là, pas très pressés de partir ; mon père n’a rien dit à personne. Le lendemain, ils étaient dix ou douze et le surlendemain encore plus, visiblement décidés à rester là le plus longtemps possible. Quelques jours plus tard les MP sont arrivés et les ont tous embarqués : ces imbéciles s’étaient sûrement fait repérer en allant chercher de l’eau à la fontaine ou en braconnant pour manger.
    Des anecdotes comme ça, il y en a des dizaines dans le Morbihan : l’on y a une vision du soldat américain bien différente de ce qu’on voit dans les films.
    J’ai raconté ça à mon fils quand il était adolescent. Il a conclu : « des gonzesses ! » Son appréciation était d’actualité : c’était au moment où l’on sortait de l’OTAN et où Sardou chantait « si les Ricains n’étaient pas là ». Hé bien, quand les Ricains n’étaient pas là pour accompagner leurs chars, on y allait. Moi, ça m’a rapporté deux médailles.

    1. Il faut peut-être remettre en perspective , vous étiez envahis , cela faisait plusieurs années que vous viviez la situation , vous vous êtes dressés contre les allemands ( merci ! ) , vous n’étiez donc pas du tout dans le même état d’esprit que l’américain débarqué là et qui tombe dans le chaudron , dans un pays qui n’est pas le sien.
      C’est un point de vue rapide !
      En tout cas , si vous êtes vraiment ce que vous prétendez être , merci pour ce que vous avez fait .

    2. Je ne veux pas dénigrer votre mémoire (en espérant que personne n’oserait s’inventer une vie de maquisard) mais la résistance n’aurait pas pu libérer seule le territoire nationnale.
      Ne vous en déplaise c’est essentiellement l’armée américaine qui a fais le boulout.(bien sur elle n’était pas seule, canadien,anglais etc c’est bien pour çà que je met essentiellement)

    3. @Vroom
      J’ai toujours assez peu raconté cette histoire, à la fois parce qu’elle suscite de l’incrédulité et parce qu’au fond c’était quelque chose de normal pour l’époque. Par comparaison aux jeunes des villes, nous à la campagne on avait un gros avantage : nous n’avions pas trop faim. Depuis 1940, mon adolescence avait été à peu près normale et paisible jusque début juin 44 où mon groupe a reçu comme consigne de harceler les Allemands à chaque fois qu’on pouvait, mais en refusant le combat c’est-à-dire en disparaissant aussitôt que les Allemands ripostaient, preuve qu’on était repérés. Disparaître pour revenir plus tard et ailleurs.
      Pas facile de se décider à se planquer et à disparaître quand l’ennemi réagit : on a envie de continuer le combat. De continuer le jeu, en fait. C’est ce qui est arrivé avec ceux du maquis de Saint-Marcel, pas loin, qui se sont laissés coincer dans une bataille rangée où ils ont eu des pertes. Nous on a joué un peu comme « les Chouans » d’autrefois en juin et juillet puis en août on est partis accompagner les Américains pour la poche de Lorient. Au fond je pense que nous n’avons aucun mérite en comparaison de beaucoup d’autres : nous n’avions pas faim, nous étions sur notre terrain, nous savions que pour les Allemands ce serait bientôt fini ; le seul problème était de ne pas se faire identifier parce qu’alors la famille pouvait en subir les conséquences.

    4. @ Maquisard,
      Respect Papi pour votre service, et que le Bon Dieu vous donne Longue Vie, AMEN!

    5. @Maquisard
      Je n’ai rien à dire sinon à vous remercier ainsi que tous les résistant(e)s pour vos actions. Ce que vous avez décrit sur les soldats américains a sûrement existé ainsi que des déserteurs, voire traîtres. Mais je pense que cela ne touchait qu’une petite partie des GI’s, sinon les Allemands auraient repoussé le débarquement du D Day. En revanche, la politique du bombardement à tout va est bien connu d’eux, jusqu’à nos jours.

  14. « Les candidates seront soumises au même cursus que leurs camarades masculins », avait prévenu l’US Army. En clair, il n’était pas question d’adapter les tests et les épreuves à la physiologie féminine »
    Cela serait bien étonnant que les tests soit identique est si ils le seraient c’est pour quand pour les autres spécialités ? Dans un article de presse Français il avait d’une association pour les femmes militaires américaine c’était dans le même article ou ils disaient que pour le corps des marines les tests physique n’était pas identique (il n’y pas que pour les tractions). J’ais vues plusieurs reportages ou l’armées chinoise utilisent le personnel féminins dans l’armée de terre en tant que section compagnie bataillon il existent même des forces spéciales féminines. Cela me semblent plus pertinent. C’est comme dans l’armée française avec le 7 rapports femmes dans les forces armées officiellement homme et femme aucune différence, j’avais répertorier quelques éléments de ce rapports (de tête) : problématique de l’égalité homme femme (pas détaillé), des épreuves physique en fonction de la spécialité, il y avait un encadré pour mettre en garde à ne pas appliquer les normes civiles a savoir vouloir 40 % de femmes, une femme à tendance a voir un officier comme un légionnaire
    Les unités les plus prestigieuses sont très masculines ils passent les tests identiques
    Le niveau scolaire des hommes baissent ils sont moins diplômé que les femmes http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/l-ere-des-femmes_1386679.html mais il n’y a pas que cette raison.

    1. Chez les Marines c’était pour la qualification de fantassins que des tests ont été faits avec un barème inchangé. Les candidates malgré une préparation ont échoué assez tot
      une unité 100% féminine est en préparation en Norvège. Au Danemark, les femmes ont accès à toutes les spécialités (sauf force spéciales)

  15. Ce lien montre les différences :
    http://fr.wikihow.com/se-pr%C3%A9parer-pour-suivre-la-formation-de-base-des-marines-am%C3%A9ricains
    On pourrait dire également que si le corps des marines a un taux de féminisation « bas » c’est aussi parce que se sont des marines avant d’être des spécialistes
    Les tests ne pourront pas être identique si il le seront cela sera vers le bas  » ouvrir ainsi l’accès à toutes les spécialités » c’est plutôt adapter les spécialités.
    Il n’y a pas que pour les fantassins ou l’on doit être prudent avec ses mesures l’armée est un « système pyramidale  » il faut une grande quantité d’homme pour fournir les différentes spécialité et les reclassements du fantassin a l’équipage de blindée des EOP aux forces spéciales.
    Pour les sous marins il y a également des contraintes elles peuvent venir de la propulsion,…
    Je pense que les femmes ont leur place mes les hommes également ce n’est pas a « osez le féministe » et autre gadget subventionné de « bonne moralité » d’imposez leur choix.
    http://www.utsandiego.com/news/2015/feb/14/women-in-combat-debate-2016-deadline/
    Et là arrivent les questions sur les expérimentations en cours: critères de jugement, durées d’observation (pour voir l’usure entre autres), niveau d’impartialité des juges (influence politique/institutionnelle, choix….) sont des enjeux…. Et des points d’interrogation majeurs dont nous ne verrons pas les dessous avant longtemps, bien après que les décisions aient été prises.

Les commentaires sont fermés.