Après 20 mois en cale sèche, « Le Triomphant » est de retour à la base de l’Île-Longue

triomphant-20150415

Le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) « Le Triomphant » vient de retrouver la base navale de l’Île-Longue qu’il avait quittée pour le bassin n°8 de celle de Brest pour y subir une Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparation (IPER/Adaptation), c’est à dire une opération de maintenance visant à le mettre au même niveau que le dernier sous-marin de ce type entré en service au sein de la Force océanique stratégique (Fost), à savoir Le Terrible.

Premier SNLE à remplacer ceux de la classe « Redoutable » et mis en service en 1997, Le Triomphant a donc été mis en cale sèche pendant 20 mois. Les principaux travaux ont consisté à lui intégrer le système de combat SYCOBS (SYstème de COmbat commun Barracuda SNLE) ainsi que le système de navigation SGN. Mais la plus grosse partie aura été de lui apporter modifications nécessaires pour lui permettre d’emporter le missile balistique M-51, dont les dimensions et la masse sont nettement plus importantes que son prédécesseur, à savoir le M-45.

Un tel chantier, placé sous la maîtrise d’ouvrage conjointe de la Direction générale de l’armement (DGA) et de la Direction du Service de soutien de la flotte (DSSF), exige environ 4 millions d’heures de travail aux 1.400 employés de DCNS, le maître d’oeuvre, ainsi qu’à la quarantaine de sous-traitants.

De retour à l’Île-Longue, Le Triomphant est encore loin de retrouver les profondeurs. Étant donné que le coeur de sa chaufferie nucléaire avait été préalablement retiré avant sa mise en cale sèche, il faut maintenant la réinstaller. En outre, il devra encore passer une batterie de tests pour vérifier son aptitude opérationnelle.

SNLE au bassin 8 de la base navale Brest au mois de mars 2015.

Posted by Marine Nationale on jeudi 19 mars 2015

Ce SNLE est le second à subir une telle opération, le premier ayant été le Vigilant, pourtant entré en service en 2004. La Marine nationale avait en fait profité de sa première IPER pour le mettre au niveau du Terrible. Le Téméraire subira le même sort à partir du printemps 2016. Le coût de l’adaptation des trois sous-marins de la classe Triomphant ainsi que ceux liés au développement et à la fabrication du missile M-51 avaient été évalués à environ 2,5 milliards d’euros.

Le Triomphant devrait être retiré du service dans les années 2030. D’où l’annonce par le président Hollande, en février dernier, à Istres, du lancement d’études « amont » afin de préparer la troisième génération des SNLE de troisième génération à partir de 2020.

Photo : Le Triomphant au bassin 8 (c) Marine nationale

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contribution

  1. de Ancien criquet