Vers la dissolution du Commandement interarmées des hélicoptères?

Créé sur le modèle du Joint Helicopter Command britannique par un arrêté publié le 11août 2009, le Commandement interarmées des hélicoptères (CIH) a pour mission « d’optimiser, de coordonner et d’harmoniser la mise en condition d’emploi de la composante hélicoptère des armées. »

Dirigée par le capitaine de vaisseau Thierry Niogret, cette petite structure qui compte une dizaine de militaires, est installée à l’Etat-major des armées, à Paris, à proximité du Centre de Planification et de Conduite des Opérations (CPCO).

Mais sans doute faudra-t-il en parler bientôt au passé. Selon l’hebdomadaire Air&Cosmos (édition du 1er mars), les jours du CIH sont comptés. Et il pourrait même être dissous en juin prochain sans qu’une explication n’ait été avancée jusqu’à présent.

« La dissolution de l’ensemble (…) devrait intervenir formellement cet été, sans que les raisons objectives apparaissent encore clairement », écrit le magazine, qui souligne que « chez les militaires, personne ne semble pleurer » sa « disparition. »

L’objectif de ce CIH visait avant tout chercher des synergies entre les flottes d’hélicoptères des trois armées tout en répartissant au mieux leurs activités et leurs charges opérationnelles. Il s’agissait aussi d’harmoniser les procédures, les doctrines d’emploi ainsi que les méthodes de travail. Seulement, la logique interarmées a, semble-t-il, trouvé une limite, chacun souhaitant garder ses prérogatives, savoir-faire et autres spécificités.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].