Les députés néerlandais ont voté une nouvelle motion contre l’avion F-35

En mai 2010, les députés de la Chambre basse du Parlement néerlandais votèrent la suspension de la participation de leur pays au programme Joint Strike Fighter (F-35), qu’il avait rejoint en 2002 après avoir notamment écarté le Rafale et l’Eurofighter pour remplacer les F-16 de la Koninklijke Luchtmacht.

A l’époque, cette fronde parlementaire avait eu lieu dans un climat politique incertain – le gouvernement d’alors était démissionnaire -, et un contexte économique marqué par le crise et la nécessité de réaliser de nouvelles économies. Et, d’où le vote des députés, motivé par les dérapages financiers du programme F-35, dans lequel les Pays-Bas avaient déjà investi, à l’époque, plus de 800 millions d’euros.

Seulement, cette motion fit long feu. Et le gouvernement soutenu par la majorité issue des élections générales de juin 2010 a maintenu la commande néerlandaise de F-35, en cours de développement chez Lockheed-Martin.

Depuis, la facture du programme JSF a augmenté de 4,3%, selon une évaluation faite en 2011 (soit une hausse de 163% par rapport aux plans initiaux du Pentagone) et le coût d’une heure de vol pour cet appareil a été estimé à près de 32.000 dollars alors qu’il n’est « seulement » de 22.749 dollars pour un F-16.

Aussi, le ministre néerlandais de la Défense, Hans Hillen, a récemment laissé entendre que les Pays-Bas pourraient réduire leur commande initiale de 85 F-35 et évoqué une gestion commune de ce programme avec la Norvège et le Danemark.

Cela étant, pour se permettre d’acheter les appareils de Lockheed-Martin, la Koninklijke Luchtmacht devra se serrer la ceinture. Selon un plan confidentiel dévoilé par la presse néerlandaise, il est ainsi question de femer une base aérienne, en l’occurrence celle de Leeuwarden, et de réduire une nouvelle fois la flotte de F-16 de 62 à 42 unités, les avions devenus en trop pouvant ensuite être revendus à la Roumanie, qui souhaite moderniser sa flotte aérienne et mettre au rencart ses MiG-21.

Mais pour l’instant, les jeux ne sont pas faits et il faudra attendre les élections générales de septembre pour voir si ce plan sera ou non confirmé. En attendant, les députés de la Chambre basse ont une nouvelle fois voté, le 5 juillet dernier, une motion contre ce projet d’achat de F-35, avec 77 voix contre 71, estimant que les coûts sont trop importants et les performances de l’appareil incertaines. Et de préférer l’achat « sur étagère » d’un modèle déjà existant.

Cependant, cette motion est non contraignante. Autrement dit, le gouvernement néerlandais n’est pas tenu d’en prendre compte. Mais, à la différence de ce qu’il s’est passé il y a deux ans, et alors que le premier des deux prototypes du F-35 sera livré en septembre, le ministre de la Défense a qualifié ce vote de signal « fort » et assuré qu’une réflexion va être menée, avec le lancement d’une « enquête indépendante » concernant les coûts qu’auraient à supporter les contribuables bataves dans le cas d’une sortie des Pays-Bas du programme JSF. Ses conclusions sont attendues en octobre, voire en novembre prochain.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].