Le chef du renseignement militaire russe remplacé

Changement à la Direction générale des renseignements de l’Etat-major des forces armées russes, autrement dit, le GRU. En effet, le général Igor Sergoun a été nommé à la tête de ce service de renseignement militaire par un décret du Kremlin, signé ce 26 décembre, en lieu et place du général Alexandre Chliakhtourov, 63 ans, qui avait été nommé à cette fonction en avril 2009.

En septembre dernier, la presse russe avait évoqué une possible démission du général Chliakhtourov alors qu’il venait de réformer en profondeur le GRU, avec en avoir réduit les effectifs de plus d’un millier d’officiers. Ainsi, le nombre de généraux est passé d’une centaine à une vingtaine, ce qui ne s’est pas fait sans provoquer quelques remous. Mais officiellement, il a été remplacé pour cause de limite d’âge.

Pendant son temps de commandement, le GRU a perdu son directeur adjoint, le général Iouri Ivanov, dans des conditions bien mystérieuses alors qu’il effectuait un déplacement en Syrie pour y inspecter la base navale de Tartous. Cet officier, qui supervisait les éliminations ciblées de rebelles tchétchènes et que l’on disait promis à un bel avenir, avait été retrouvé noyé en Turquie…

Quoi qu’il en soit, l’on ne sait pas grand chose sur le nouveau directeur du GRU, le Kremlin n’ayant pas donné de détails sur le passé du général Sergoun. D’ailleurs, le fonctionnement de ce service de renseignement militaire russe, qui a été crée dès 1918 par le régime bolchevique, reste méconnu du grand public.

A la différence du KGB, qui a été scindé en deux lors de la chute de l’URSS (le FSB d’un côté et le SVR de l’autre), le GRU a pu préserver son unité.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].