Ravitailleurs US : Boeing prêt à baisser ses prix

La date à laquelle le nom de celui qui remportera l’appel d’offres portant sur le remplacement des avions ravitailleurs KC135 de l’US Air Force n’est pas encore connue. Il y a quelques jours, le porte-parole de l’aviation américaine, le lieutenant-colonel Jack Miller, a simplement indiqué que l’annonce se fera cet automne. Ce qui est quand même vague. Cela dit, il n’est guère probable qu’elle soit faite avant les élections de mi-mandat, lesquelles s’annoncent compliquées pour le président Obama.

Quoi qu’il en soit, la compétition entre le KC767 de Boeing et le KC-45 d’Airbus, la filiale d’EADS, se poursuit. Le constructeur américain a fait savoir qu’il est prêt à baisser le prix de son offre si le gouvernement américain le demande.

Et dans ce dossier, le coût d’achat risque d’être déterminant. D’où les arguments que fait valoir EADS pour défendre le KC45. Selon le groupe européen, une flotte de 179 appareils permettrait de réaliser une économie de 55 milliards de dollars en 40 ans, grâce notamment à une capacité d’emport de carburant supérieure à celle de son concurrent, et donc, à un nombre d’heures de vol 20% moins élevé.

Aussi, EADS n’entend pas suivre la voix de Boeing. « Nous serons compétitifs mais nous avons l’intention d’être rentables » a ainsi déclaré le président du groupe, Louis Gallois. « Nous ne sommes pas disposés à écraser les prix », a-t-il insisté.

C’est la troisième fois qu’un appel d’offres a été lancé pour trouver un successeur aux KC-135 de l’US Air Force, qui ont désormais plus de 50 ans d’âge. Une première fois attribué à Boeing, en 2003, le contrat avait été dénoncé à l’issue d’un scandale qui avait valu une peine de prison à un dirigeant du constructeur de Seattle.

Remporté en 2008 par le tandem EADS/Northrop-Grumman, l’appel d’offres avait été une nouvelle fois retoqué, cette fois par le GAO (Government Accountability Office), saisi par Boeing, sur une question de vice de procédure.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].