La Chine modère la hausse de ses dépenses militaires

Deux officiers supérieurs chinois ont récemment fait part de leurs observations au sujet du contexte sécuritaire régional et de l’avenir des forces armées de leur pays. Ainsi, le colonel Dai Xu a estimé que Pékin « n’échappera pas à la calamité de la guerre (…) dans 10 ou 20 ans » étant donné que l’Empire du milieu est entouré de pays hostiles ou alliés des Etats-Unis, la rivalité avec ces derniers risquant de s’accentuer à l’avenir, à mesure de l’affirmation de la puissance chinoise.

« Le grand objectif de la Chine au XXIe siècle est de devenir le numéro un mondial, la première puissance » a affirmé le colonel Liu Mingfu, dans un livre intitulé « Le rêve chinois ». Et pour cet officier, « l’essor économique » ne peut qu’aller de pair avec un « essor militaire » afin que l’armée populaire de libération devienne assez forte pour dissuader les Etats-Unis de venir contester le rang de Pékin et d’intervenir dans un conflit dans le détroit de Taïwan.

Ces déclarations ont toutefois été remises en cause par le général Luo Yan, membre de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois (CCPPC) et chercheur à l’Académie des Sciences Militaires. « Nous devons penser aux moyens de préserver notre intégrité nationale. Nous n’avons aucunement l’intention d’entrer en concurrence avec les Etats-Unis » a-t-il affirmé avant l’ouverture de la 3e Session de la 11e CCPPC. Quant aux remarques du colonel Luo, elles ne reflètent que « son ambition personnelle » a-t-il estimé.

Cela étant, Pékin a annoncé, ce 4 mars, un budget de la défense de 532,1 milliards de yuans (57 milliards d’euros), soit une progression de 7,5% par rapport à 2009. Cette hausse est deux fois moins importante que celle annoncée l’an passé (+14.8%). Et il s’agit de la plus faible augmentation des dépenses militaires chinoises depuis 1999.

Comme d’habitude, le porte-parole du Parlement, Li Zhaoxing, a précisé que l’essentiel de ces dépenses sera consacré à l’amélioration des conditions de vie des militaires, ainsi qu’à la modernisation de l’armée populaire chinoise, forte de plus de 2 millions d’hommes.

Seulement, le budget de la défense chinois est régulièrement épinglé par les Etats-Unis pour son manque de transparence. Et la multiplication par cinq des dépenses militaires de Pékin en dix ans a également provoqué une course aux armements dans la région.

Mais la Chine fait valoir que son budget de la Défense, ramené au Produit intérieur brut (PIB), est « raisonnable » comparé à celui d’autres puissances. Ainsi, les dépenses militaires chinoises représentent 1,4% du PIB, contre 4% pour les Etats-Unis et 2% pour la France et le Royaume-Uni.

« La Chine est engagée en faveur de la paix. Le seul but de sa force militaire est de protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale » a une nouvelle fois répété Li Zhaoxing.

Ce qui n’exclut pas un conflit pour la reprise de Taïwan, considéré comme une province « rebelle » par Pékin. Mais pour le moment, une aventure militaire dans le détroit de Formose ne serait pas dans l’intêret chinois, notamment sur le plan économique.

Les commentaires sont fermés.