US Cyber Command / Archives

Selon un rapport, les systèmes d’armes américains sont trop vulnérables au risque d’attaques informatiques

Pour ses opérations dans le cyber-espace, le Pentagone dispose d’un commandement dédié, l’US Cyber Command, lequel fédère les activités des structures mises en place par chaque branche des forces armées américaines (à l’exception de l’US Coast Guard). Cette organisation est devenue opérationnelle en 2010. Aussi, l’on pourrait penser que les États-Unis ont un coup d’avance

Le Pentagone veut priver Daesh d’accès à Internet

Fin février, le Pentagone a affirmé utiliser des « armes informatiques » pour dégrader les capacités de Daesh (État islamique ou Daesh) à utiliser les réseaux numériques. « Nous utilisons des outils informatiques pour affaiblir la capacité du groupe État islamique à opérer et communiquer sur le champ de bataille virtuel », a expliqué, à l’époque, Ashton Carter, le

L’armée américaine dit mener des cyber attaques contre Daesh

Début février, Twitter a annoncé avoir supprimé 125.000 comptes liés à des organisations extrêmistes, dont l’État islamique (EI ou Daesh), très actif sur ce réseau social pour y faire sa propagande à des fins de recrutement. D’autres plateformes en ont fait autant. Seulement, quand la page d’un jihadiste est supprimée, une autre est souvent recréée

Les États-Unis avaient planifié une vaste cyber-offensive en cas d’échec des discussions sur le programme nucléaire iranien

En 2010, la découverte du virus « Stuxnet » avait mis la communauté de la sécurité informatique en émoi. Ce programme malicieux, sans doute la première « cyberarme » de l’histoire, s’en prenait aux systèmes de contrôle industriels SCADA, notamment ceux des sites du programme nucléaire iranien. Deux ans plus tard, l’on apprenait que Stuxnet avait été développé conjointement

Le Pentagone n’a pas la capacité suffisante pour mener des cyber-offensives

Aussi surprenant que cela puisse paraître, au vu des moyens dont il dispose et de ce qui avait déjà été suggéré par plusieurs responsables par le passé, l’US Cyber Command, le commandement américain pour le cyberespace, créé en 2009, ne serait pas en mesure de mener une campagne militaire de cyber-frappes. Cet aveu a été

Étrange fusillade aux abords du siège de la NSA

Décidément, rien n’est impossible. Qui aurait pu penser que l’accès au complexe de Fort Meade (Maryland), qui abrite le siège de la National Security Agency (NSA), l’agence américaine chargée des écoutes électroniques et celui de l’US Cyber command, puisse être un jour forcé par deux hommes habillés en… femme? C’est pourtant ce qui est arrivé

Le vice-amiral Michael Rogers nommé à la tête de la NSA

En pleine tempête médiatique suite aux révélation d’un de ses anciens consultants, Edward Snowden, aujourd’hui réfugié en Russie, la National Security Agency, l’agence américaine chargée du renseignement électronique et des écoutes, va prochainement changer de patron, l’amiral Keith Alexander, qui la dirige depuis 2005, devant partir en retraite. Son successeur est connu. Le président Obama

Les Etats-Unis se réservent le droit de lancer des cyberattaques préventives

En octobre 2011, l’on apprenait que le Pentagone avait eu l’intention de lancer une attaque informatique contre la défense aérienne libyenne avant le début de l’opération Harmattan avant d’y finalement renoncer. Plusieurs raisons furent données à cette décision. La première était d’ordre pratique. Les conditions pour lancer une telle attaque, comme par exemple l’étude des

Le Pentagone va massivement recruter pour la cyberdéfense

Avec l’importance prise par les réseaux informatiques dans les sociétés modernes, un « Pearl Harbor cybernétique », pour reprendre une expression lancée par Leon Panetta, le secrétaire à la Défense, est redouté par les responsables de la sécurité. Déjà, les Etats-Unis ont pris un certain nombre de mesures pour protéger leurs réseaux, qui sont la cible de

Les Etats-Unis n’ont pas osé lancer une cyberattaque contre la défense aérienne libyenne

Désormais, la capacité de mener une attaque informatique contre des systèmes ennemis fait partie des moyens offensifs d’une armée, au même titre que les missiles et autres avions de combat. Ainsi, en août 2008, les sites officiels géorgiens avaient été attaqués alors que les troupes russes et géorgiennes se battaient sur le terrain avec des