taux d’encadrement / Archives

Pour gagner la « bataille des compétences », l’armée de Terre a besoin de plus d’officiers et de sous-officiers expérimentés

Entre 2012 et 2015, l’heure était au « dépyramidage » au sein des armées, c’est à dire à la réduction du taux d’encadrement, et donc à celle du nombre d’officiers et de sous-officiers supérieurs. Malgré les réductions massives de postes effectuées durant les années précédentes, la masse salariale du ministère de la Défense [des Armées aujourd’hui] avait

La remontée en puissance de l’armée de Terre atteint des « seuils critiques »

Après la publication du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN), une priorité était affirmée pour les ressources humaines des Armées : il fallait réduire le taux d’encadrement (ce que l’on appelait, à l’époque, le « dépyramidage »). Le général Bertrand Ract-Madoux, alors chef d’état-major de l’armée de Terre, avait trouvé cela « déraisonnable », avant

Le « dépyramidage » des forces armées va-t-il trop loin?

Entre 2008 et 2011, et avec la suppression de 23.000 postes au cours de cette période, le ministère de la Défense comptait réaliser 1,1 milliard d’euros au total. Pas de chance, sa masse salariale a au contraire augmenté de 1 milliard. En cause, selon la Cour des comptes : un taux d’encadrement trop élevé par