Les réductions temporaires de capacité placent la Marine nationale « au bord d’une rupture franche »