primes / Archives

Le ministère des Armées va octroyer de substantielles primes de « haute responsabilité » à certains généraux

« C’est un sujet difficile à porter, car il n’est pas populaire », avait confié le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors de sa dernière au Sénat, à propos de la rémunération des officiers généraux. « Année après année, selon les rapports du Haut Comité d’évaluation de la condition militaire, les plus maltraités sont

Moins nombreuses à l’avenir, les primes et les indemnités allouées aux militaires seront réparties selon 8 grands thèmes

La Nouvelle politique de rémunération des militaires [NPRM] est un chantier aussi délicat que compliqué à mettre en oeuvre dans la mesure où de nombreux paramètres entrent en jeu, dont celui de la réforme des retraites, dont on ignore encore comme elle s’appliquera aux militaires… Il s’agit également de faire le tri parmi les 174

La réforme de la rémunération des militaires s’annonce aussi délicate que compliquée

Il aurait certainement fallu commencer par mettre en place une nouvelle politique de rémunération des militaires avant de développer le système Louvois (Logiciel unique à vocation interarmées de la solde), dont les dysfonctionnements, qui a mis de nombreuses familles en difficulté, ont conduit au lancement du programme Source Solde. Toutefois, il est vrai que cette

La réforme de la rémunération des militaires devra être liée à celle des retraites, prévient le SGA

Avant de mettre au point un nouveau logiciel pour payer les soldes des militaires, il aurait certainement fallu commencer par faire le tri entre les 174 primes diverses et variées qui existent au sein du ministère des Armées. En octobre 2013, la Cour des comptes avait d’ailleurs critiqué ce système indemnitaire, jugé « complexe, peu lisible

En 2016, la rémunération des militaires a baissé de 1,3%

Depuis 2015, avec l’opération intérieure Sentinelle, venue s’ajouter aux « projections » sur les théâtres d’opérations extérieurs et à la nécessaire préparation opérationnelle, les militaires, en particulier ceux de l’armée de Terre, sont amenés à passer près de 200 jours par an loin de chez eux. Mais pour couronner le tout, ils ont vu le niveau de

Sentinelle : Selon le chef d’état-major de l’armée de Terre, il y a du retard dans le versement des primes

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale portant sur le projet de loi de finances (PLF) 2017, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général Jean-Pierre Bosser, s’est dit particulièrement vigilant à l’évolution du moral des troupes qu’il commande. Si ce dernier est « plutôt bon » grâce, selon lui, à la « dynamique positive dans laquelle

L’US Air Force prend des mesures en faveur de ses pilotes/opérateurs de drones

Il est souvent question des drones dans l’actualité. Et l’apport de ces engins dans la conduite des opérations est régulièrement mis en avant. « Plus on en a, plus on en veut », a récemment affirmé le général Denis Mercier, le chef d’état-major de l’armée de l’Air. Outre-Atlantique, c’est évidemment la même chose. D’ailleurs, l’US Air Force

Le Pentagone va distribuer moins de primes de risque

Quand un militaire américain est affecté dans une zone dite à risques, il perçoit une prime spéciale, fixée à 7,50 dollars par jour et plafonnée à 225 dollars par mois. Et comme il n’y a pas de petites économies, surtout en ces temps d’austérité budgétaire, le Pentagone a décidé de restreindre, au 1er juin prochain,

Le ministère de la Défense va faire le tri dans les primes versées aux militaires

Le 11 octobre dernier, la Cour des comptes a publié un rapport concernant la rémunération des militaires. Ce document a notamment invité à « simplifier le système indemnitaire en supprimant les primes devenues obsolètes » et soulignait que le forces armées britanniques n’en comptaient seulement 19, contre 174 en France. « Le système indemnitaire des militaires français, avec

La Cour des comptes invite à faire le tri dans primes versées aux militaires

Les dépenses de rémunérations des militaires (sauf ceux de la Gendarmerie nationale) ont atteint 7,7 milliards d’euros en 2012, soit 474 millions de plus par rapport à la loi de finances initiale (LFI), alors que, justement, la déflation des effectifs des forces armées aurait dû permettre de réaliser des économies. Cela s’explique en partie par