L’hélicoptère de transport lourd n’est pas une une priorité pour le chef d’état-major de l’armée de l’Air

Cela fait longtemps que le Commandement des opérations spéciales [COS] réclame des hélicoptères de transport lourd [HTL] pour élaborer de nouveaux modes d’action, que ce soit pour des missions de contre-terrorisme ou pour contrer les « menaces futures ». En 2014, un rapport du Sénat alla dans son sens, en suggèrant l’achat d’appareils – CH-47 Chinook ou CH-53 – d’occasion.

Puis, les opérations menées au Sahel ne firent que confirmer la pertinence d’une telle capacité. Capacité qui fut fournie à la force Barkhane par la Royal Air Force [RAF], avec trois CH-47D basés à Gao [Mali] ainsi que par la force aérienne danoise, avec le déploiement ponctuel de deux EH 101 « Merlin ».

La question d’acquérir de tels hélicoptères avait été évoquée lors de l’élaboration de la Loi de programmation militaire 2019-25, l’armée de l’Air [et de l’Espace] ayant envisagé de s’en procurer… avant d’y renoncer. Ce qui suscita un commentaire ironique de la part du général Jean-Pierre Bosser, alors chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], en septembre 2018.

Cependant, nommé chef d’état-major de l’armée de l’Air à la même époque, le général Philippe Lavigne se montra plus ouvert sur cette question, allant jusqu’à envisager la location d’hélicoptères de transport lourd et de nouer une coopération avec des forces aériennes qui en étaient alors dotées. Il fut même question d’acquérir des MH-47G dans le cadre d’un « crédit-bail » fain de les « essayer avant de procéder à leur acquisition ». Mais ce projet n’a, à ce jour, pas connu de suite.

Qu’en sera-t-il pour la prochaine LPM [2024-29], dont les contours sont en train d’être définis? Étant donné la fin annoncée de l’opération Barkhane, le besoin d’une telle capacité sera probablement moins pressant que par le passé, même si elle pourrait être utile dans un engagement de haute intensité [il n’est pas rare de voir des CH-47D britanniques prendre part à des exercices en France] ou encore dans des missions de soutien à la population, lors de catastrophes naturelles par exemple.

Quoi qu’il en soit, l’armée de l’Air et de l’Espace [AAE] passera encore son tour. C’est en effet ce qu’a suggéré son actuel chef d’état-major [CEMAAE], le général Stéphane Mille, alors qu’il était interrogé sur ce sujet à l’occasion d’une audition à l’Assemblée nationale.

« Quant à l’hélicoptère lourd, nous avons vu ce qu’il pouvait nous apporter en Afrique ou sur des terrains d’opération similaires. Qu’en est-il sur d’autres théâtres? Selon moi, mais ce n’est qu’un avis personnel, l’hélicoptère lourd n’est pas forcément une priorité », a en effet affrmé le CEMAAE.

Pourtant, un hélicoptère de transport lourd pourrait épauler l’avion de transport A400M et se substituer au Transall C-160, qui était capable d’opérer dans les endroits difficiles d’accès.

Quant à l’Aviation légère de l’armée de Terre [ALAT], qui pourrait être intéressée par une telle capacité, elle n’aurait sans doute pas assez de ressource pour la mettre en oeuvre et, surtout, l’entretenir. C’est, du moins, ce qu’avait expliqué le général Thierry Burkhard quand il était encore CEMAT, en octobre 2020. « L’arrivée d’hélicoptères de transport lourd nécessiterait de pouvoir les entretenir, de disposer de ressources de maintenance, et poserait la question de la soutenabilité du modèle » de l’ALAT, avait-il confié à Air&Cosmos.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

132 contributions

  1. Jean Le Bon dit :

    Caramba ! Encore manqué ! France: seule Nation « développée » à ne pas avoir d’hélicos lourds… Notons que pour le secours aux populations, il peut-être très-très utile…

    • Mathieu dit :

      transporter et débarquer une section dans une petite clairière est l’avantage de l’helico lourd.

    • JPS dit :

      allez voir du côté du ministère de l’intérieur si ils ont le budget. Le secours à personne sur le Territoire Nationale n’est pas une prérogative du MINARM.

      • lgbtqi+ dit :

        alors que les armées interviennent brillamment en cas de sinistres majeurs.

        Cf. les inondations en pays audois par exemple, où le RPIMa de Carcassonne s’est brillamment illustré.

        • JPS dit :

          c’est pas parce que c’est fait que ça fait partie du spectre d’emploi prévu. c’est le boulot du MiNINT…

          • 341CGH dit :

            D’accord avec vous, JPS.
            Mais on fait appel à l’armée pour deux motifs :
            1) parce que les militaires ne savent pas dire non ; et pourtant ils devraient dire non parce que l’emploi de l’armée en protection civile est illégal : article 1er de la loi n°2005-270 du 24 mars 2005 ;
            2) parce que le MINARM ne présente jamais la facture.
            Si l’on veut des hélicoptères lourds pour la protection civile et que le MININT n’est pas capable de les gérer, alors il faut que l’armée s’en occupe mais présente au MININT la facture de l’achat, de l’emploi, et du MCO.
            Quand le MININT fera payer les prestations indues, alors on s’apercevra qu’il y a beaucoup de choses qui ne sont pas du ressort de l’armée.

          • 341CGH dit :

            Erratum : « quand le MINARM fera payer… »

          • Légifrance dit :

            @341CGH
            L’article 1er de la loi n°2005-270 du 24 mars 2005 portant statut général des militaires, auquel vous faites référence, a été abrogé par l’ordonnance n° 2007-465 du 29 mars 2007 relative au personnel militaire, modifiant et complétant la partie législative du code de la défense et le code civil.
            C’est à présent l’article L4111-1 du Code de la défense.

            Cet article stipule que :
            (Citation)

            L’armée de la République est au service de la Nation. Sa mission est de préparer et d’assurer par la force des armes la défense de la patrie et des intérêts supérieurs de la Nation.

            L’état militaire exige en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité. Les devoirs qu’il comporte et les sujétions qu’il implique méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation.

            Le statut énoncé au présent livre assure à ceux qui ont choisi cet état les garanties répondant aux obligations particulières imposées par la loi. Il prévoit des compensations aux contraintes et exigences de la vie dans les forces armées et formations rattachées. Il offre à ceux qui quittent l’état militaire les moyens d’un retour à une activité professionnelle dans la vie civile et assure aux retraités militaires le maintien d’un lien avec l’institution.

            La condition militaire recouvre l’ensemble des obligations et des sujétions propres à l’état militaire, ainsi que les garanties et les compensations apportées par la Nation aux militaires. Elle inclut les aspects statutaires, économiques, sociaux et culturels susceptibles d’avoir une influence sur l’attractivité de la profession et des parcours professionnels, le moral et les conditions de vie des militaires et de leurs ayants droit, la situation et l’environnement professionnels des militaires, le soutien aux malades, aux blessés et aux familles, les conditions de départ des forces armées et formations rattachées ainsi que les conditions d’emploi après l’exercice du métier militaire.

            Un Haut Comité d’évaluation de la condition militaire établit un rapport annuel, adressé au Président de la République et transmis au Parlement. La composition du Haut Comité d’évaluation de la condition militaire et ses attributions sont fixées par décret.

            (Fin de citation)

            Pourriez-vous nous expliquer en quoi ce texte interdirait selon vous à l’État d’utiliser les moyens des forces armées pour porter secours à la populations en cas de besoin ?

            En outre, ce même Code de la défense indique, dans son article L3211-1, que :
            « Les forces armées comprennent : 1° L’armée de terre, la marine nationale et l’armée de l’air et de l’espace, qui constituent les armées au sens du présent code ; 2° La gendarmerie nationale ; 3° Les services de soutien et les organismes interarmées. »
            Or, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est une unité de l’armée de terre (génie), les unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) sont des unités de l’armée de terre (génie), le bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM) est une unité de la marine nationale. Pensez-vous aussi que ces unités, employées à des missions de sécurité civile, fonctionnent dans l’illégalité ?
            Et pensez-vous aussi que la gendarmerie nationale, dont la mission principale est le maintien de la paix et de l’ordre civils, fonctionne dans l’illégalité ?

      • Twouan dit :

        A la base, si on centralise c’est pour que l’intérèt géneral prime sur le particulier.
        Est ce utile aux armées? Une évidence. A toutes les armées.
        Ou alors les armées n’ont pas de charges ‘lourdes’ a déplacer d’urgence, les ponts français sont indestructibles et il n’y a jamais eu besoin de mettre de piéces d’artilleries lourde en montagne.

        Et oui, c’est aussi utile pour le MINDEF. Et alors? Les camions citernes aussi, ce font requisitionner au besoin.

      • Pascal, (l'autre) dit :

         » Le secours à personne sur le Territoire Nationale n’est pas une prérogative du MINARM. » Mais peut prêter son concours en cas de catastrophes naturelles où « humaines » de grande ampleur où les moyens de « l’intérieur » seraient insuffisants! Le ministère de l’Intérieur a t il des moyens dimensionnés pour faire face à un tremblement de terre majeur sur la Côte d’Azur, un tsunami dans cette même région (ces phénomènes sont hélas inéluctables dans ce secteur), un épisode méditerranéen de pluies diluviennes majeur touchant une portion importante du sud ? Je n’en suis pas certain!

      • dompal dit :

        @JPS,
        Tiens, ‘JPS’, un nouveau pseudo pour le camarade @Sorensen….

        • Multipseudos dit :

          Dompal, votre remarque appelle deux questions :
          1) comment le savez-vous ?
          2) quelle importance cela a-t-il ?

    • Alex dit :

      le calcul est simple, aujourd’hui l’augmentation du budget sert à étoffer l’existant pas a ajouter des competences qui vont bouffer le budget. Le CEMA glisse ainsi aux politiques de prendre la décisions mais d’y mettre le budget en face

  2. Cricri dit :

    ce qui est dommage mr Lagneau c’est que vous ne donnez pas le contexte général ; en effet si ces hélicoptères empêchent d’avoir plus d’avions la réponse du général est sensée .
    pouvez vous préciser?

    • CEMOI dit :

      Je ne suis pas M. Lagneau, mais bien sûr que la réponse du CEMAAE est sensée.
      Si l’augmentation, encore limitée, du budget de l’AAE revient à créer des compétences supplémentaires plutôt que d’étoffer les compétences existantes pour les amener à un niveau plus satisfaisant qu’aujourd’hui, il est compréhensible qu’il passe son tour.
      Il a déjà toute une liste de courses pour essayer d’améliorer l’existant et de sortir de situations trop fréquemment échantillonnaires (plus d’avions, plus de munitions, plus d’anti-aérien, plus de pièces détachées, etc.) et il n’est déjà pas certain qu’on lui accorde tout ce qu’il demande, alors il ne va pas ajouter une demande supplémentaire pour faire du transport lourd héliporté.
      Même si les HTL, c’est du matériel volant, et que puisque ça vole, il pense peut-être que dans un monde parfait il serait normal que ce soit à lui qu’on les affecte, il va pragmatiquement concentrer ses efforts sur l’amélioration de ce qui relève déjà du périmètre de l’AAE.
      Sans parler du fait que la France ne produit pas d’HTL, ce qui rendrait forcément le CEM qui en réclamerait un peu impopulaire auprès de certains grands argentiers.
      Vous voulez plus de Rafale ? Oui ! Et si on vous propose autant de Rafale mais des Chinook en prime ? Heuuuu, merci, mais non merci. Vous ne voulez pas de Chinook, alors ? Ben non, tant pis ; oui je sais, c’est dommage, mais on ne peut pas tout avoir, hein ; et puis, pour transporter des fantassins et leur matos, c’est peut-être plus pour l’ALAT, ça ; vous leur avez demandé ?
      La position du CEMAT est peut-être un peu plus surprenante. Les hélicos, c’est quand même la spécialité de l’ALAT et les besoins de transport lourd pour du personnel et du matériel sont nombreux dans l’AT. Alors dire, « Des HTL, mais où voulez-vous que je les mette ? Et puis je n’ai personne pour m’en occuper ! » c’est peut-être voir un peu petit.
      Mais le CEMAT a sans doute le même problème que le CEMAAE, il a probablement des demandes plus prioritaires sur sa liste pour améliorer l’existant et ne doit pas vouloir diluer son budget dans l’acquisition d’une nouvelle compétence. Surtout si on parle d’une flotte réduite destinée uniquement à répondre aux besoins spécifiques du COS et pas d’une grosse flotte permettant d’améliorer les capacités de l’AT dans son ensemble.
      Et puis, le CEMAT n’a peut-être pas tellement envie d’ajouter un pierre dans le sac déjà chargé de la problématique de disponibilité des voilures tournantes, qui dans l’AT se concentre dans la seule ALAT.
      Alors, ces HTL est-ce qu’on en a vraiment besoin ? Il semblerait bien que oui, puisque le COS en réclame et qu’on demande à nos alliés de nous en fournir sur nos théâtres d’opérations. Est-ce qu’on en aura ? Pas sûr que la croissance des budgets soit encore suffisante pour qu’on puisse se le permettre…

      • Blurb dit :

        « c’est peut-être voir un peu petit. »
        D’accord avec vous, c’est surtout éviter de demander qqch que l’on est quasi-sûrs de se voiir refuser, sauf à devoir faire des sacrifices sur le Tigre et NH90 … la véritable question reste de savoir si l’ALAT est correctement dimensionnée et quelles sont les priorités de l’AAE et de l’ALAT en matière de voilures tournantes.
        On glose sur la haute intensité, mais la vérité est qu’en cas d’engagement avec un adversaire ayant des capacités assez symétriques des nôtres, nos unités hélico n’auraient aucune marge d’attrition … déflation des effectifs et des flottes aidant, nous sommes à un seuil dit « de stricte suffisance » (lol) qui n’est autre qu’une dangereuse pénurie acceptée sur l’autel des « interventions en coopération avec nos alliés ». Belle affaire (voir à quelle échelle cela a fonctionné au Mali). Alors bien sûr l’ALAT fait encore des missions où elle démontre son grand savoir-faire, mais il ne s’agit que d’engagements à une échelle limitée (même pas un RHC).
        Un conflit, ce serait autre chose … imagine t’on en France d’engager l’équivalent d’une brigade d’infanterie avec ses appuis avec un soutien aéromobile digne de ce nom, un peu à la manière des Brits ou des US (101° Airborne) ?
        Par ailleurs, jusqu’à une époque assez récente (2018 disons) cela ne gênait pas gd monde de voir qu’ALAT et AAE servent de « client » à nombre d’industriels et organismes étatiques pour l’entretien des flottes qui eux n’ont pas eu à trop se serrer lka ceinture ou se réformer pour gagner en efficience.

      • LaMeuse dit :

        Le problème d’un CEMAT c’est que quand les autres ont besoin d’effectifs, l’adT est toujours questionné sur ses composantes, sinon sur ses missions. souvent avec le sousentendu: « on fera mieux que vous ». Et que, quand elle a besoin des autres, ses besoins ne sont jamais dimensionnants, et rarement prioritaires. C’est valable des GSBdD à la définition tardive de la capacité de largage latéral sur A400M, en passant par la Sol-Air, etc…

        L’adt a une ALAT de combat, réduite des deux tiers depuis les années 90. La priorité n’est donc pas de ré internaliser une logistique de théâtre à coups de Chinook ou CH53 hors de prix. Mais bien au contraire, d’augmenter les moyens d’agression et de soutien au contact pour la BAM.

        A noter enfin, que parmi nos alliés ceux qui souhaitent soutenir sans trop de risques, sont preneurs de ce créneau de logistique de théâtre pour cacher la case du soutien concret.

        PS : quel est le bilan des Mi26 en Ukraine ?

  3. Bricoleur dit :

    Des chefs, cà … ? Des petits boutiquiers, des petits comptables, certes, mais pas des faiseurs ( des « doers » comme les aiment les anglo-saxons). Le besoin est avéré depuis longtemps par de nombreux pays voisins, et surtout les Allemands, et ils ont des hélicos lourds (HLo). Il est avéré par nos FS, et pour nos OPEX, et pour la logistique en combat de haute intensité, mais … il est évident que la mise en oeuvre de 30 à 40 HLo en France exigerait – au-delà de l’achat – des ressources humaines et financières supplémentaires. Selon le CEMAAE, « ce n’est pas une priorité » ( tu m’étonnes …, il ne serait pas « l’ utilisateur final »). Il préfère, et on le comprend, des RAFALE et de moyens SEAD. L’ ancien CEMAT, lui, craignait que l’ALAT soit trop petite pour assumer.
    Seul le niveau CEMA peut arbitrer et décider quelle armée mettra en oeuvre nos HLo ( je pencherais pour l’ALAT, à l’instar de l’ Army Aviation Corps US) et demander au gouvernement les moyens ad-hoc pour assumer un besoin militaire criant.
    Cela tombe bien, en pleine élaboration de la prochaine loi de programmation.
    La soi-disant 1° armée d’Europe se ridiculise par cette absence de capacité, et les demandes d’aide répétées qui en découlent.

    • JPS dit :

      ils en font quoi les Allemands ? A quelle OPEX participent-ils avec?

      • Bricoleur dit :

        @ JPS : Pas mal … Vous répondez tout seul à 18:57 à la question posée à 18:55. Pour sa participation à la défense de l’avant de l’OTAN face à l’Allemagne de l’Est, les 3 corps d’armée de l’ Allemagne de l’Ouest étaient étaient alignés l’un au nord, l’autre au centre et le 3° au sud. L ’emploi prévu des HTL était le transport logistique rapide (réapprovisionnement munitions, pièces détachées, mais aussi troupes de remplacement) des dépôts de l’arrière vers ces 3 corps de l »avant à l’aller. Et au retour, transport des blessés vers les hopitaux de l’arrière. Américains et britanniques avaient le même concept d’emploi pour leurs HTL. Belges, hollandais et français utilisaient … des camions.

      • JC dit :

        Ils s’en serviront pour la prochaine en Elsaz. Ya !

  4. François-01 dit :

    L’ AAE n’a jamais été favorable à l’hélicoptère lourd. Elle ne souhaite pas voir son budget amputé par le coût d’acquisition et d’entretien de cet appareil destiné à faire le taxi au profit des biffins.
    Ce sont également les aviateurs français qui ont longtemps freiné des quatres fers contre l’acquisition de drones, vexés de voir le prestigieux corps des pilotes remplacé par de vulgaires opérateurs au sol .

    • JPS dit :

      l’A400M fait déjà du trimbale couillon, pardon biffin. rien à voir donc. Un HTL n’est pas résilient pour de l’OPS mais ne sert qu’à faire de la log.

    • Patrico dit :

      ola! François voila une remarque qui m aide a comprendre beaucoup mieux pourquoi notre Pays et donc nos Armées n ont toujours pas et n aurons pas Demain! le Drone figther multiroles que de nombreux pays sortent des « hangars » dans des configurations exceptionnelles, et qui leur fait cruellement Défauts! il ne faudrais? pas venir déranger a certains endroits! Mais ou sont les ( grands) Chefs? Merci Thank you merci a Tous !

    • TINA dit :

      Bjr Francois-01 !

      Je rejoins votre commentaire!

      parmi les urgences de notre ADEa, citons de nouveau :

      -NE PLUS PARTICIPER A DES GUERRES , QUI NE NOUS CONCERNENT PAS —–> RE-visionner la déclaration récente de notre Gal DE VILLIERS.
      -Et notre ADEa est directement concerné, et depuis plusieurs années ou des périodes plus récentes, avec des missions au-dessus de la POLOGNE et SLOVAQUIE ( pour ne citer que 2…) , celle avec l’Estonie, celle avec la Jordanie. On doit les remplacer par des forces diplomatiques compétences et bien équipées ( H225M court + FALCON 8X modifié M)
      – Plus de rafales, et des équipements plus importants que ceux de la période 2015 -2022.
      – Des munitions, toutes confondues, à des niveaux plus importants. A priori, plusieurs officiers et sous-officiers se sont, ENFIN, permis de divulguer leurs constats.
      – remplacer les ALPHAJETS, par un aéronef, à même de supprimer des drones HALE -MALE-D’ARTILLERIE- BOMBARDEMENT. Ce sera un aéronef à même d’assurer la formation, la surveillance et la défense sur une zone courte. Aussi , une version Actualisé et Francisé du L159 A et B est bien plus urgente que l’acquisition de HTL.
      – Remplacer nos PUMA par des H225 M courts.
      – remplacer et compléter nos équipements AA, pour la protection des personnels, aéronefs, les bases et plusieurs de sites ou la faiblesse est avérée.

    • et v’lan passe moi l’éponge dit :

      L’AAE n’en veut pas, pourquoi l’ALAT n’en commande pas?

    • Titi74 dit :

      Et comment font les Armées de l’air de l’OTAN (USA, UK, Allemagne, Italie pour ne cité qu’eux) ?

      Le besoin n’est plus à démontré, il s’agit donc d’une question politique, de compétence technique,de budget, de guéguerre des chefs? pire un problème de personnes? pourquoi l’exécutif ou le parlement ne tranche pas la question clairement?
      çà en devient ridicule, non?

  5. blavan dit :

    L’armée de l’air vient de récupérer le SCAF, elle ne va pas réclamer des hélicoptères lourds en plus sinon, on aura le SCAF en quantité échantillonnaire. Il vaut mieux laisser à l’ALAT cette charge de l’hélicoptère lourds quitte à en récupérer quelques exemplaires pour l’Armée de l’air si un jour l’ALAT en obtient.

    • Frede6 dit :

      Ben oui l’AdT les inclut et les entretient puis les donne à l’AdA quand il y a une Ops médiatique avec des caméras.
      Le fond du problème est là. Remarquez que c’est ni au Cemat ni au Cemaae de définir le besoin et encore moins de définir les priorités d’achat ca tombe bien

  6. Mr v dit :

    de toute façon on ne pourra pas tout faire ni tout avoir;il faut être cohérent (les russes Z’ont voulu tout avoir et du coup Z’ont plus grand chose)

  7. Dolgan dit :

    Il paraît que le chef de la sous marinade française ne considère pas non plus ça comme une priorité.

    Nos députés comptent aussi lui demander ce qu’il en pense?

    C’est pour l Alat ou personne. Bien sur que l armée de l’air s en fout.

    • JPS dit :

      remarque absurde. les HTL sont principalement mis en œuvre par les AA et non les ALAT. Un HTL n’est pas résilient pour de l’OPS. un HTL au tas c’est 30 morts + alors que 3 HM permettent plus d’agilité, de souplesse et de discrétion. Le HTL c’est bien pour la Log, pas pour les opérations.

      • Twouan dit :

        Oui mais la log ça se fait souvent sous préssion comment quand il ya une rivière et plus de pont ou pas de temps…

        Un mouvement russe région de Karkhiv lors de l’offensive ukrainienne.

        https://rg.ru/2022/09/10/transportnye-vertolety-mi-26-perebrasyvaiut-bronetehniku-v-harkovskuiu-oblast.html

      • Bricoleur dit :

        @ JPS . Encore… Oui, les HTL, c’est pour la LOG. Mais … la LOG des troupes qui cobattent à terre, forcément. Donc , les HTL à l’ ALAT ! D’aiileurs, c’était le cas de 1972 à 2013 en Allemagne, jusqu’à ce qu’un « intellectuel », longtemps après la chute du Mur, décide de les reverser à l’armée de l’air. Qui s’en foutait. D’où la chute vertigineuse de disponibilté … qui conduit de nos jours à envisager une nouvelle commande … à laquelle la Franc ferait bien de se joindre?

      • LaMeuse dit :

        @ JPS – Exact, et en ajoutant qu’ils ne peuvent être utiles, que si l’on est certain de maitriser la 3D. C’est aussi une des raisons qui font que les autres les confient à leur armée de l’Air.
        Ça pourrait changer si comme en Ukraine la menace et la couverture 3D viennent principalement du sol. Mais là aussi, il faudrait briser le mythe de la supériorité aérienne et recréer une SDSA des forces terrestres complète.

        En résumé, corriger les erreurs passées doit se faire en bon ordre et même avec de gros budgets, il y aura toujours un besoin de cohérence des choix.

        PS : Au rayon arbitrages, l’ALAT préférera très certainement des Tigres, NH ou H160 supplémentaires que des Chinook ou CH53.

      • Blurb dit :

        Pas si absurde : cela dépend avant tout de l’organisation (et un peu des traditions, mais chut …) des armées concernées. Premier client de Boeing pour le CH47 depuis 1966 : US Army et non USAF.
        Sans parler des moyens financiers (que nous n’avons pas), il y a bien des raisons opérationnelles à cela : ce n’est pas le même métier.

  8. Sempre en Davant dit :

    Il est regrettable que la Marine n’ait pas fait entendre sa voix.
    Ainsi que la Gendarmerie, la Sécurité Civile et les Scouts désunis.

    Le silence des NH 90 en eut été encore plus fracassant!

    • Dédé dit :

      @ Sempre en Davant
      Vous pouvez rigoler, mais seuls les commandos marine ont continué sur la lancée de la guerre d’Algérie à le pratiquer, leurs effectifs n’etant pas pléthorique (la sélection n’est pas un mythe).
      https://www.netmarine.net/aero/unites/31f/histoir1.htm

      • Sempre en Davant dit :

        Dédé,

        Je ne rigole pas, je grince!

        Aucun commentaire ne relève: Que nous avons deux grand « qui font tout Airbus » : NH90 et A400M.
        Que la pertinence des C47 vis à vis des C160 ne convint pas les aviateurs. (Mais nous n’avons besoin de rien même pas de C130… Hein : nous avons les KIFONTOU! Veuillez être réglementairement extatique!)
        Qu’un des premier RETEX de la professionnalisation fut « nous ne pourront jamais refaire Furiani » , ce qui dans la bouche d’un CEMAT ou CEMA signifiait bien sur évacuer les blessés. Imaginez le bilan si ces hélicos n’avaient pas été en Corse pour un exercice.

        Ce qui me rendrait méchant ce n’est pas que tel ou tel, pour tels besoins particuliers, souhaite tel article en page xxxx du catalogue Mickey-Picsou-Inclusivounette mais que nous ayons construit deux machines tellement universelles que l’A400m s’immobilise grâce au vent des sommets avec le train arrière sur les tours de la défense pour que les Cdos attaquent en descendant tandis que lesNH90 profitent des vents de haute altitude pour doubler les Concorde dans les deux sens et ramener la kryptonite.

        Voila pourquoi j’avais même insérer des scouts dans le commentaire pour me railler de l’universalisme €uropéen tout équipé US… La vie en campagne avec une nuit sur place sans se laver!

        Enfin, la question de l’utilité de nos actions au Sahel devrait être posée. Comme la question de nos modes d’action et comme encore la question du tout force spéciale + drones avec lequel selon des voix militaires « trumpisto-compatible » Obama a affaiblit les armées US et crée DAESH…
        Merci de faire la part de la concision dans l’outrance.

        Espérant avoir été plus clair, …, merci pour les liens!

    • Frede6 dit :

      Vous n’etiez peut être pas là mais on a retiré à la MN ses hélicoptères lourds et un successeur éventuel car l’AdA a fait du lobbying pour récupérer les missions CSAR et les crédits alloués pour les Caracal. Depuis… l’AdA n’assure plus les missions CSAR au profit de la MN. Celle-ci n’a plus d’hélicoptères lourds, qu’elle mettait régulièrement a dispo des FS, et a le vague sentiment de s’être fait berner…
      J’attends de voir qui sera le prochain à se faire avoir

      • Sempre en Davant dit :

        Il me semble que les Super Frelon avaient largement fait leur temps, et par tous les temps ne fusse que pour leurs missions de sauvetage qui se déroulaient rarement par une météo de plaisancier.
        Je lis sur Wiki que des EC 725 ont pris la relève pour le RESCO et que le SAR reviendra aux NH90…

        J’ignore si l’explication d’Oneresque sur la conductivité des fibres de carbone est la bonne mais enfin on ne va pas à la pêche, avec une canne en carbone, sous l’orage ou les fils électriques. Et l’électroérosion est tout de même connue par exemple dans la plomberie d’immeuble.
        Bref, en principe, Airbus devait livrer des hélicos et non des piles…

        Il suffit de suivre le TAG NH90 pour découvrir que nombre des utilisateurs abandonnent.
        Alors sans contester ce que vous avancez ni chercher de guerre des boutons je maintiens, tranquille et ferme, que le coup des machines européennes universelles, économiques et fiables avec un atelier unique c’est loupé!
        Toutes machines confondues.
        La concentration sans concurrence dans un unique sovi€t industriel était une mauvaise idée.

  9. Raymond75 dit :

    Dommage, j’aurai bien vu un hélicoptère transporter un char Leclerc, ses munitions et son personnel au nord de la Finlande …

    Des drones, des munitions rôdeuses, des rockets à longue portée et grande précision : voilà les leçons de l’Ukraine … servie par une nation en arme, et non par un petit groupe de professionnels.

  10. Jul dit :

    Une enorme connerie de la part du CMAAE ils nous en faut c’est plus que primordiale ! l’afrique le prouver ou on bouffer les c**illes des anglais à longueur de journée pour les avoir, la réalité c’est que une telle capacité coûterai un bras à l’alat du coup ils n’en veule pas et préfère utiliser 4 Nh-90 pour faire ce que 1 shinook peut faire…

    • Charognard dit :

      @ Jul
      Nous avons eu besoin des Chinook anglais et des AW EH 101 Merlin danois. Ils nous ont fait le taxi.
      Quant on voit le délai pour mettre des armes en sabord sur nos hélicoptères de transport, il ne vaut mieux pas regarder dans le rétroviseur où les militaires français étaient les défricheurs de ce nouveau type de combat.
      http://www.aha-helico-air.asso.fr/FusCos.htm

  11. Nicolas R dit :

    Il a bien raison, il y a d’autres priorités : disponibilité des matériels, systèmes de défense SA multicouches, remplacement des M2000, avion de transport tactique, etc.
    L’HTL est une lubie.

  12. Kamelot dit :

    Bon, c’est dit: nous sommes fauchés…!

    • Mathieu dit :

      l’argent est le nerf de la guerre. Il faut faire des coupures dans le budget, mais est ce possible vu les priorités, hôpitaux, prisons, immigration, éducation nationale, canadaires…

  13. Czar dit :

    de toute façon, vu que les autres armées sont déjà équipées, il ne peut s’agir que d’un achat sur étagère à l’étranger, ça passera donc à l’as au profit d’investissements nécessaires, mais qui eux sont en lien avec notre appareil de production

    d’ailleurs, est-ce qu’il serait envisageable qu’Airbus hélicos lance une coop avec un pays tiers (Inde, pourquoi pas) pour un objet qui n’intéresserait en Europe que l’armée française (je veux dire en termes de circuit décisionnel multinational) ?

    • Patrick, de Belgique dit :

      L’idée de coopérer avec l’Inde est toujours séduisante, c’est une sorte d’allié objectif du fait de sa rivalité avec une Chine de plus en plus turbulente et çà permettrait de respirer en dehors de l’Europe. On pourrait en même temps s’intéresser de près à l’hélicoptère lourd chinois AC313A , issu du AC313, version militaire dérivée du Harbin Z-8, la version chinoise de notre Super Frelon! AVIA NEWS du 19-05-22. Après tout, les autres ne se gênent pas pour venir fouiner dans nos petits secrets quand ils le peuvent !

  14. Félix GARCIA dit :

    HS CEASAr (je ne voulais pas faire de HS [comment ça vous ne me croyez pas ? ^^], mais les commentaires sont clos sous l’article correspondant) :

    PORTRAIT. Discret retraité du Perche, Pierre-André Moreau est l’inventeur du canon Caesar
    Originaire du Mage, Pierre-André Moreau a été précurseur des armements français terrestres avant de revenir dans le Perche, à Rémalard (Orne) pour une retraite inspirée par la Nature et le service aux autres.
    https://www.ouest-france.fr/normandie/remalard-en-perche-61110/portrait-discret-retraite-du-perche-pierre-andre-moreau-est-l-inventeur-du-canon-caesar-2eea2eca-11d9-11ed-bf27-aef13b6d3689

  15. Paddybus dit :

    Plus ou moins en rapport avec ce sujet, un excellent article dans Air et Cosmos de la semaine dernière sur la MCO et les progrès importants qui ont été fait …. et ce qu’il reste à faire… pour tout ce qui vole dans les armées…

  16. Roberto dit :

    Quand le conflit actuel nous montre la vulnérabilité de ce genre de machine dans un contexte différent de la chasse à la babouche au Sahel, on comprend tout à fait ces décisions.
    De gros joujous chers à acquérir et à entretenir, cloués au sol à la moindre nappe de brouillard, qui ne sortiront pas de hangar si l’ennemi possède la moindre envie d’envoyer ces oiseaux au sol.
    Pour faire la guerre : des missiles, des canons, des drones, des munitions et du personnel pour les mettre en oeuvre.

    • Train-train dit :

      « Pour faire la guerre : des missiles, des canons, des drones, des munitions et du personnel pour les mettre en oeuvre. »
      Oui, mais pas que. Parce que dans votre description, tout le monde se déplace à pieds en charriant le matériel sur le dos.

  17. albatros dit :

    Si l’AA n’en veut pas c’est à l’ALAT d’en disposer, de toutes façons cet hélico est principalement destiné à des OPEX en Afrique ou ailleurs voire en Europe du Nord et de l’Est.
    Quant à sa taille (de l’ALAT) trop faible : elle est à l’image de notre Armée et a besoin d’un sérieux coup de main financier à force d’avoir remis à plus tard les investissements nécessaires, les priorités se bousculent aujourd’hui.
    Procrastination dangereuse voire criminelle pour des économies de bouts de chandelles.

  18. PK dit :

    On manque surtout d’hélicos de manœuvre : c’est ça le fond du problème, et personne n’ose le dire ouvertement.

    L’hélico lourd a un apport marginal, essentiellement dans le gros matériel. Pour droper 80 pax, envoyer un hélico lourd ou 4 HM, c’est pareil…

    • lgbtqi+ dit :

      pas le même volume de carburant, pas la même formation en approche, pas les mêmes risques, etc. Mais si ça peut vous permettre de passer pour « sachant », on va dire comme vous, que c’est « pareil » …

      Déjà que pour vous, les blessés il faut tous les mettre en PLS quand ils sont nombreux, y compris les pneumothorax, les traumatisés rachidiens, les éviscérations…

      On va pas vous contrarier en votre expertise.

    • Nicolas R dit :

      Exactement. Avec une différence notable, en cas de perte de l’appareil, un Chinook c’est 38 personnels DCD, surtout si comme certains le préconisent ici on l’utilise pour mener des assauts avec opérateurs FS à bord…
      Ci-dessous l’accident le plus dramatique, mais il y en a eu beaucoup d’autres en Afgha :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Crash_du_Chinook_du_6_ao%C3%BBt_2011

  19. mich dit :

    Un serpent de mer qui n ‘a pas vraiment beaucoup d ‘amis , un peu comme les drones !

  20. Belzebuth dit :

    Le MCO des hélicoptères dévore 57% du MCO total des matériels militaires de l’armée de terre, pour les disponibilités que l’on subodore.
    http://www.opex360.com/2022/10/06/le-retrait-du-transall-ne-sera-que-partiellement-compense-par-la-montee-en-puissance-de-la400m-en-2023/

  21. Proposition faite à ce blog. Une flotte HLO, à la gestion commune entre les Pays-Bas, la Belgique et la France. Cela est-il possible ? Les premiers ont 20 Chinook F ( F comme frais), les second pensent en acquérir 04 ( !!?? ), la France elle pensait 10 ( !!??) mais 0 à nouveau ?
    Oui c’est gonflé…….
    Schéma théorique : les frugaux Hollandais en leader, piloteraient la formation, les lourdes questions liées à la maintenance, et celles de l » évolution des machines et ce parce que détenteurs de la plus grosse flotte. Les Belges en voisin suivraient mais auraient les 04 Hélicos envisagés, même chose pour les Français ( pour une dizaine de machines ). Certes les Français devraient faire un très gros effort sur eux-mêmes, mais ils n’auraient  » qu’à suivre et payer  » , se concentrer sur les missions envisagées, fort opportunément débarrassés qu’ils seraient d’une grosse partie des nombreuses charges qu’implique une micro flotte .
    OK cela n’arrivera pas !
    Pourtant voyez ce que deux de ces trois pays ( PB&Bel) font très bien pour leurs forces navales et pour presque toutes leurs missions. A ce propos, pour l’une d’entre elles (guerre des mines du futur) ils ont été observés avec une attention par un autre, et cela a débouché sur un accord technique . Mais par qui et avec qui donc? …… Les marins Français .

    • Raspoutine dit :

      @Frelon
      Vous oubliez nos voisins transalpins eux aussi gros utilisateurs (et maintenanciers je crois), et autres voisins outre-Pyrénées.
      10 pour 3 RHC (ou pour constituer qques escadrilles dirons-nous), c’est très très peu si l’on veut vraiment en faire qqch et pas seulement de l’emploi occasionnel en opérations spéciales …

  22. VinceToto dit :

    Esprit start-up: Location par une compagnie algérienne de Mil Mi 26? https://algeriesolidaire.net/lanp-a-receptionne-un-premier-lot-dhelicopteres-mi-26/
    Un peu de solidarité Sud Nord?

  23. Aymard de Ledonner dit :

    Il s’agirait d’une commande d’un montant très important pour du matériel 100% US a un moment ou notre économie n’est pas au mieux.
    Dans la mesure ou on arrive a s’en passer et ou d’autres pays, trop contents de participer a une action sans aller en première ligne peuvent nous en prêter, je préfère qu’on investisse ce budget ailleurs, dans des frégates de surveillance ou plus de rafale par exemple.

  24. Thierry le plus ancien dit :

    Si c’est pour acheter encore plus de Rafale alors je ne suis pas d’accord, les hélicos lourd nous seront bien plus utile en toute circonstance.
    Si c’était pour acheter du F-35 alors là d’accord pour reporter (et non annuler) l’achat d’hélicos lourd à un peu plus tard, parce ce que la plus-value technologique apporté à l’armée de l’air serait conséquente.

    Mais l’objectif c’est de doter l’armée française dans son ensemble de tout ce qu’elle a besoin sans exception, ni économie mal placé par le budgéteur raboteur, ce qui oblige à faire des mauvais choix qui nous couterons infiniment plus cher plus tard.

    Financièrement, la France peut se permettre ces dépenses, elle a les ressources pour cela et même bien plus, seulement avec Macron on est encore dans la réduction des coûts compulsive qui nous a couté si cher à l’arrivée du Covid, par manque d’équipement adéquate précisément.

  25. Xoxo dit :

    Quel sketch cette affaire, tous les mois ça revient, à chaque fois les mêmes renvois aux calendes grecques

    Et puis quand ça va péter on se rendra compte qu’en fait bah c’était important et pas si idiot. Un peu comme les « 12 » M270 dont l’un qui, je cite, sert de « pot de fleur », ce qui fait qu’on a bien l’air neuneu actuellement à se retrouver à poil après en avoir filé aux ukrainiens . Sauf qu’en fait, on l’était déjà !

  26. toukounare dit :

    Hélicoptère lourd ou pas, c’est une très belle photo où l’on voit bien la bête transpirer dans la poussière du désert ! Bon courage aux mécanos…

  27. Phil dit :

    Quand on veut on trouve les moyens, quand on peut pas, on trouve des excuses.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      @ Phil Si vous le permettez il faut ajouter : » Quand on veut on trouve les moyens, quand on peut pas, on trouve des excuses, quand on veut pas on critique les autres!

  28. Berezina 2022 dit :

    A lire les commentaires sur ce site pro-ukrainien , je me demande s’il ne faut tout simplement pas attendre que les russes se rendent aux français et du coup accaparer tous leurs hélicoptères lourds (qui n’auront pas été détruits par zelenski le pianiste en teeshirt commando ) les repeindre si les budgets le permettent, en espérant qu’ils auront peut être les réservoirs pleins ..qui sait

    • Pascal, (l'autre) dit :

      @Berezina 2022 « A lire les commentaires sur ce site pro-ukrainien , je me demande s’il ne faut tout simplement pas attendre que les russes se rendent aux français……………. » A lire le vôtre je remarque votre grand sens de l’humour dans le choix de votre pseudo parce que intellectuellement parlant c’est effectivement………………………..la Bérézina!

    • Istisme dit :

      « A lire les commentaires sur ce site pro-ukrainien »

      Il y a la norme et il y a l’exception.
      On donne à l’exception un nom pour la distinguer de la norme.
      Ceux qui sont dans l’exception mais refusent de l’admettre donnent ensuite à la norme un nom construit sur le même modèle que celui de l’exception pour tenter de faire croire que la norme a la même valeur que l’exception.

      La norme est que la Russie est dans son tort d’avoir envahi l’Ukraine.
      L’exception à cette norme défend la Russie et est appelée pro-russe.
      L’exception essaye de relativiser la norme en la qualifiant à son tour de pro-ukrainienne.

  29. Achille-64 dit :

    Les mots du CEMAAE ont du sens : ‘on en manque’ en Afrique (une zone d’opération qui est devenue secondaire ?), et sinon , ‘en Europe’ quel serait le besoin ?
    1) il semble qu’une Ukraine, lieu de haute intensité exemplaire, les hélicos lourds ne peuvent plus trop d’approcher de la ligne de front, beaucoup trop vulnérables ?
    2) en Europe, la France n’est qu’une pièce de l’échiquier OTAN, donc si les autres alliés ont une foultitude d’HL, à quoi bon en acheter une poignée pour opérer dans un cadre otanesque ?

    Notre problème d’hélico, c’est surtout la dispo des NH90 (qui d’ailleurs est appelé ‘lourd’ dans certaines comm’).

    Pour le coup, une trentaine de Merlin pour l’ALAT, cela aurait du sens.

    • Raoul Taburin dit :

      @Achille 64
      -30 Merlin n’apporteraient rien de plus qu’une meilleure dispo technique (et encore cela reste à confirmer): leur charge et rayon d’action sont du même ordre que ceux du NH90…
      -« en Europe, la France n’est qu’une pièce de l’échiquier OTAN » justement la France jusqu’à assez récemment n ‘était pas qu’une pièce de l’OTAN. Sauf à dire que nous aurons systématiquement la même politique et intérêts que notre grand allié les Uhesse … auquel cas oui faisons comme les Pays-Bas. Achetons au passage des F35 et Apache aussi pourquoi pas … en espérant gratter des compensations dérisoires sur tel ou tel contrat ou sur l’entretien de 1er niveau des aéronefs.

  30. Parabellum dit :

    Même les pompiers de Paris n n’y pas d helico…quoi pour succéder au discutable nh 90? Pas de drones pas de missiles pas d helico lourd peu de chars peu de canon…un autre porte avion dans 15 ans….plus d armes d infanterie de fabrication nationale…un syndrome bss durable ? Tout est à revoir dans notre défense et ses moyens . Mais qui y pense vraiment chez les politiques…? Il faudrait un de Gaulle du fil de l épée…mais chut il est mort.la solution serait peut être d un tout autre format celui d une dissuasion revue en première frappe et d une puissante sous marinade pour défendre nos Zee .laissons aux allemands le choc russe qui est improbable désormais vu le bilan ukrainien.pensons autrement que vieille lune europeiste et petits calculs comptables entre branches de nos armées…

  31. FTAM (fonctionnaire territorial ancien mili) dit :

    Cette affaire – récurrente – d’hélicoptères lourds présente plusieurs aspects : deux aspects politiques, divers aspects techniques et un petit côté « guerre des boutons » plutôt marrant.
    Je me limite aux deux aspects politiques, les plus intéressants pour les militaires anciens grands-muets (et anciens grands naïfs) que nous sommes majoritairement sur ce blog.
    .
    Le premier aspect politique, nous en avons l’habitude. L’achat de ces matériels serait très coûteux et rendrait difficile l’équilibre budgétaire exigé par l’UE : il faudrait alors économiser ailleurs, comme par exemple dans les dépenses énormes générées par l’accueil des migrants africains. Pour les politiciens europhiles et soumis qui nous gouvernent, un tel choix budgétaire est difficile.
    .
    Le second aspect n’est pas nouveau non plus mais il remonte aux années Trente : le gouvernement d’alors refusait aux militaires les moyens du combat mobile parce que ces moyens leur auraient permis de foncer sur Paris sans que l’on pût les arrêter. C’était l’époque des Croix-de-Feu du Colonel de la Rocque. Lors des émeutes du 6 février 34, le gouvernement avait eu très peur que l’armée vînt soutenir les émeutiers. Mais elle n’avait pas les moyens de venir facilement à Paris.
    .
    L’état d’esprit de notre classe politique est le même aujourd’hui : récemment, lorsqu’ environ un millier d’anciens militaires ont signé un texte demandant de ne pas envoyer l’armée dans les banlieues, la même fébrilité qu’autrefois s’est emparée de la classe politique.
    Bien sûr, les insultes de Mélenchon n’ont aucune importance (la bave du crapaud n’empêche pas la caravane de passer, disait Michel Audiard) mais on observe qu’elles n’ont été contredites ni même tempérées par personne, ni à Droite, ni à Gauche, ni au Centre.
    Aujourd’hui, dans les cauchemars de la classe politique, des hélicoptères lourds permettraient aux militaires de venir soudain et par surprise à Paris en appui d’une émeute populaire pour déclencher l’article 7, alinéa 5, de la Constitution.
    .
    Je me limite à ces deux aspects politiques, qui me semblent essentiels car j’ai fréquenté l’engeance politique dans ma seconde carrière. Et je conclus.
    Ça fait quand-même plaisir de voir qu’il existe au moins un Général ayant bien compris les non-dits des politiciens qui nous gouvernent : en prenant position contre l’achat d’hélicoptères lourds, le Général Stéphane Mille évite aux responsables politiques de refuser eux-mêmes et de devoir expliquer pourquoi.
    Il devient ainsi un candidat sérieux pour le poste de CEMA.
    Mais ce n’est pas sûr, parce qu’au Château l’on aime pas beaucoup que les gardes-chasse devinent trop bien les conversations qui se tiennent au salon.

    • PK dit :

      C’est amusant, doit avoir un fond de vérité, mais cela peut s’appliquer à tous les matériels de projection. L’armée, avec des forces unies, et qui voudrait prendre le pouvoir en France, y arriverait sans problème… et sans hélico lourd.

      Ce ne sont pas les baltringues de CRS chargés de couvrir l’Élysée qui constitueraient un bastion solide pour défendre le poudré (qui de toute façon se barrera en hélico à la moindre alerte, comme il l’a fait pour la première manif des Gilets Jaunes à Paris : on a un génie de la finance aux manettes, pas un héros, ou alors un double zéro). Ils tiendraient 30 s face à une troupe aguerrie comme on en a.

      Le risque est très faible : l’armée a été formatée et épurée après 61. Chaque gouvernement s’est efforcé de maintenir ce que de Gaulle avait fait et force de constater qu’ils ont réussi. La grande muette pète de trouille et personne n’a le courage de prendre la parole pour critiquer.

      Alors agir, imaginez…

      • FTAM dit :

        @ PK
        Je ne crois pas que la retenue des militaires se situe au niveau du courage. Elle se situe au niveau de la légitimité pour agir.
        Certes notre système électoral est vicié, aux mains de partis politiques dont la loyauté n’est pas évidente*, mais nous n’en avons pas de meilleur pour désigner nos dirigeants. Alors l’on considère, à défaut de mieux, qu’une élection légale est une élection légitime.
        Mais s’il apparaît un jour un hiatus trop fort entre la classe politique et le Peuple, alors les militaires (et d’abord les policiers) se souviendront qu’ils sont issus du Peuple, qu’ils sont au service du Peuple et non à celui d’un parti au pouvoir.

        Je ne partage pas votre scepticisme et d’ailleurs ce n’est pas exactement la question.
        La question selon moi, c’est celle du ressenti de l’engeance politique, extrêmement méfiante envers les militaires qu’elle croit capables de tout parce qu’elle n’en comprend pas la psychologie : être motivé par autre chose que la recherche de l’enrichissement personnel, c’est incompréhensible pour nos politiciens.

        La même question se pose pour tous les matériels de projection, vous avez raison. Mais elle se pose notamment pour les hélicos lourds car ils font l’objet d’un débat politique.


        *La loyauté des partis politiques et des élus est invérifiable parce qu’il est interdit de vérifier leurs finances et donc de connaître leurs sponsors.
        Il existe bien une HATVP (haute autorité pour la transparence de la vie politique), mais… outre qu’elle est présidée par François Bayrou (un dur parmi les durs) cette instance a le droit d’interroger les banques, mais seulement pour savoir si tel parti ou tel élu a un compte chez elle. Quant à examiner le fonctionnement du compte, c’est totalement interdit.

        • PK dit :

          « La question selon moi, c’est celle du ressenti de l’engeance politique, extrêmement méfiante envers les militaires qu’elle croit capables de tout parce qu’elle n’en comprend pas la psychologie : être motivé par autre chose que la recherche de l’enrichissement personnel, c’est incompréhensible pour nos politiciens. »

          Ça, je suis parfaitement d’accord.

          « Mais s’il apparaît un jour un hiatus trop fort entre la classe politique et le Peuple, alors les militaires (et d’abord les policiers) se souviendront qu’ils sont issus du Peuple, qu’ils sont au service du Peuple et non à celui d’un parti au pouvoir. »

          Ça, je ne le suis pas, pour la même raison que vous évoquez avant : « Certes notre système électoral est vicié, aux mains de partis politiques dont la loyauté n’est pas évidente*, mais nous n’en avons pas de meilleur pour désigner nos dirigeants. »

          Croire cela, c’est se mettre les menottes qui permettent aux politiciens de tenir l’armée par les c. C’est faux, mais c’est tellement imprégné dans le cerveau des gens – je vous rassure, vous partagez cette énorme erreur avec sans doute 90% des « citoyens » – que cela paralyse le système. Cela permet d’ailleurs à nos élus de faire n’importe quoi, comme le confinement et piquoûzer les gens sans que personne ne se révolte.

          Les gens ne se révoltent pas plus que l’armée, sauf que les gens sont en général plus touchés que les militaires. Les militaires sont au mieux insultés et n’ont pas le matériel de leur mission, mais ils ont une solde qui tombe à la fin des mois, ce qui n’est pas le cas d’une grosse partie des Français aujourd’hui. En France, la Jaquerie est toujours venue du frigo (du moins, si je puis me permettre cette comparaison).

          L’armée bougera quand les gens auront déjà repris le pouvoir, c’est-à-dire qu’elle prendra partie pour le plus fort. C’est tout ce dont vous pouvez espérez.

          • Trollala dit :

            Si j’ai bien compris, vous estimez qu’il est faux de dire que nous n’avons pas de meilleur système pour désigner nos dirigeants que le système électoral. C’est bien ça ?
            Si c’est bien ça, quel système préconisez-vous ?

      • Ancien de Tacaud dit :

        J’ai un souvenir perso qui confirme l’extrême méfiance de l’engeance politique envers les militaires.
        L’opération Tacaud a duré de 1978 à 1980. Les régiments professionnels étaient très rares à l’époque : de ce fait tout mon régiment (le Grand Trois) y avait participé et même plusieurs fois pour certains d’entre nous. La fraternité d’arme y était donc très forte. On ne parlait pas de politique : à vrai dire nous avions un certain mépris pour la politique et les politiciens, d’autant que les uns, la Droite au pouvoir, nous donnaient des directives opérationnelles inapplicables et dangereuses pendant que les autres, la Gauche dans l’opposition, nous insultaient. Nous méprisions autant les uns que les autres et notre principe était d’accepter les résultats des élections : vox populi, vox dei.
        .
        Pourtant, à l’extérieur du régiment, l’ambiance politico-médiatique générale était particulière : les législatives de 1978 avaient donné une majorité parlementaire au gouvernement grâce à un découpage subtil des circonscriptions, alors qu’en nombre de bulletins de vote la Gauche était majoritaire (on revient au problème légalité / légitimité mais ce n’est pas l’objet de ma présente contribution. Passons). Il était donc évident pour tout le monde que la prochaine élection présidentielle serait gagnée par la Gauche parce que, comme pour un référendum, l’élection présidentielle se fait sans découpages électoraux.
        .
        Et j’en viens à l’extrême méfiance de l’engeance politique envers les militaires. Le Général Bigeard clamait dans la presse « si la Gauche prend le pouvoir, je prends le maquis ! » Pour nous, il n’en était même pas question. Mais le monde politique a sans doute eu la trouille : tout le Grand Trois a été ventilé outre-mer par mutations individuelles en 1980 (1).
        Nos camarades qui ont assuré la relève étaient autant compétents que les anciens de Tacaud, mais probablement moins suspects aux yeux de l’engeance politique. Peut-être parce qu’ils n’étaient pas encore des combattants aguerris.
        Mais aujourd’hui c’est toute l’armée française qui est formée de combattants aguerris. On peut comprendre (2) la suspicion des politiciens envers les militaires.
        .
        (1) J’étais sûrement parmi les plus suspects : on m’a envoyé le plus loin possible, en Polynésie : pendant deux ans le bataillon puis régiment de Polynésie fut majoritairement formé d’anciens du Grand Trois.
        (2) « Comprendre » ne signifie pas « excuser » ni « accepter ».

    • Blurb dit :

      « Aujourd’hui, dans les cauchemars de la classe politique, des hélicoptères lourds permettraient aux militaires de venir soudain et par surprise à Paris »
      Je serais plutôt enclin à considérer plutôt les contraintes budgétaires à l’origine de ce refus du politique, et les choix cornéliens qui en découleraient difficilement justifiables auprès de la population ou d’autres ministrèes jugés plus critiques politiquement que le ministère de la Grande Muette.
      par ailleurs FTAM pensez-vous que l’engeance politique française soit vraiement pire que celle qui sévit chez nos voisins?

    • Plusdepognon dit :

      @ FTAM (fonctionnaire territorial ancien mili)
      Vous parlez comme si les penseurs complexes connaissaient encore un peu l’histoire de France. Vous connaissez l’histoire de votre hôtel de passage, vous ?
      https://claude-rochet.fr/castaner-linculture-en-marche/

      La science du recasage d’obligés, en revanche nous avons des experts de niveau international.
      https://www.sudouest.fr/france/apres-le-port-de-marseille-christophe-castaner-nomme-au-conseil-d-administration-du-tunnel-du-mont-blanc-13027508.php

    • Patrick, de Belgique dit :

      Dans toutes les corporations, il y a des gens plus nerveux que d’autres mais là, je crois que vous faites preuve d’une imagination trop tourmentée par un passé plus romancé que réel; parvenir à citer ce pauvre colonel de la Roque dans une histoire d’hélicoptère lourd en 2022, il fallait quand même le faire! Il eu d’ailleurs un rôle modéré dans les émeutes du 6 février 1934 ce que certains lui ont reproché; faut-il rappeler, puisque c’est vous qui en parlez, que le colonel de la Roque fut résistant, arrêté et déporté en Allemagne! Il en fut décoré à titre posthume en 1961 , ceux qui s’approprient généralement la république ne l’ayant sans doute pas trouvé assez méritant à leur goût quand il est revenu de captivité! Les chefs militaires d’aujourd’hui ne sont nullement intéressés à s’emparer du pouvoir par un coup d’état, par contre, les petits chefs et sous-chefs de la politicaille de tous les horizons et de tous les sexes sont prêts pour tous les coups médiatiques qui peuvent favoriser leurs pauvres ambitions! Pour ce qui est du manque d’intérêt quant à l’hélico lourd, il est possible qu’il y ait aussi une réflexion sur l’intérêt ultérieur à s’engager lourdement dans des OPEX notamment en Afrique, missions coûteuses et délicates politiquement.

    • Mantore Gérard dit :

      Je reste assez réceptif aux arguments de FTAM après avoir lu toutes les réponses qui lui ont été faites.
      Les hélicos lourds permettent de transporter rapidement et de poser par surprise n´importe où (y compris dans les jardins du château) des effectifs nombreux au-dessus d´un territoire non-hostile.
      Ce qui est le cas du territoire national.
      .
      Il est donc à craindre que nos armées ne disposent jamais des hélicos de transport qu´il leur faudrait.
      .
      Non parce que les militaires pourraient en faire mauvais usage mais parce que la classe politique (l´engeance politique, j´aime bien cette expression) CRAINT que les militaires en fassent mauvais usage.
      .
      Et la DPSD aura beau expliquer au Gouvernement qu’il n´y a aucun risque, jamais les politiciens, parce qu’ils ne connaissent rien à la sociologie militaire, n´admettront qu´il n´y a aucun risque.

  32. H. dit :

    Plusieurs problèmes impossible à résoudre actuellement :
    1) quel hélicoptère ? Trois possibilités, le CH47 Chinook, le CH53 ou l’EH101 Merlin ;
    2) avec quel budget (acquisition et MCO) ? Vu les carences dans d’autres domaines militaires et civils) et l’état financier du pays, il va falloir arbitrer sévère ;
    3) avec quels effectifs ? Les armées peinent à recruter même dans des métiers réputés prestigieux comme le personnel navigant. En partant d’un ratio de deux équipages à cinq membres (pilotes et personnels techniques) par machine, sur une base de 20 appareils, il faut 200 personnes supplémentaires. Où les trouver, comment les former, comment les retenir ? ;
    4) AA ou ALAT ? J’aurai tendance à privilégier la première parce qu’un gris hélicoptère tient plus de l’avion de transport tactique que de l’hélicoptère de manœuvre. Ce n’est pas un problème de compétence mais d’intégration dans l’espace complexe de la troisième dimension ;
    5) Enfin, pour pouvoir être utilisées avec une pleine capacité opérationnelle, il faut impérativement garantir un niveau d’entraînement conséquent pour les équipages. C’est également valable pour tous les autres aéronefs. Concrètement, notre extraordinaire représentation nationale et Bercy doivent cesser de considérer le budget de la Défense comme une simple variable d’ajustement. Ça évitera les larmes de crocodiles régulièrement versées mais rarement suivies d’effets.

    • tschok dit :

      @H.

      Juste une observation sur votre point 5: le budget défense n’est plus une variable d’ajustement depuis 2015.

      Les attentats de 2015 ont complètement changé la donne et ont profondément fait changer les mentalités. Et la remontée des dépenses, c’est depuis 2016/2017.

      Changement des mentalités: 2015
      Remontée des dépenses: 2016/2017

      Une petite fiche de synthèse:

      https://www.fipeco.fr/fiche/Les-d%C3%A9penses-militaires

      Une observation complémentaire, d’ordre cognitif, et qui ne vous concerne pas nécessairement: il faut distinguer la vitesse de circulation d’une information dans la société, qui n’est pas la même pour tout le monde, de la prise de conscience de ce que signifie les informations qui circulent, et qui varie là encore d’un individu à un autre.

      Je répondais il y a peu de temps à un commentateur visiblement europhobe – ce qui est son droit le plus strict – qui reprenait sans désemparer la thèse de l’euro fort qui a été voulu par l’Allemagne et qui nuit à notre commerce extérieur, que l’euro était désormais faible depuis une année face au dollar et que cela n’avait guère amélioré nos performances à l’export.

      L’imbécile l’ignorait et n’en avait pas conscience. Ils se contentait de répéter les mêmes conneries, comme avant, sans se rendre compte que les choses ont changé. Il est vrai que cette modification de l’environnement économique était récente, environ une année, c’est sa seule circonstance atténuante. Il appartient manifestement à une CSP peu informée.

      Revenons aux dépenses de défense: vous faites ce que vous voulez, naturellement. Mais bon… depuis 2017, ça fait 5 ans. Cinq années pour remettre à jour votre logiciel, je trouve que c’est confortable comme délai. Ca vous met pas la pression, quoi.

      Et en fait, le changement de mentalité, c’est 7 ans. Sept ans de réflexion.

      • Jean-Childebert Brizeux d'Orquis dit :

        Tschok, une année c´est trop peu de temps pour que la variation relative de l´euro face au dollar génère des modifications visibles de la balance commerciale.
        Le commerce extérieur, ce n’est pas exactement comme quand vous allez faire vos petits achats quotidiens.

        • Géo l´ignare dit :

          @ Jean-Childebert, c’est d´autant plus exact que les statistiques ont du retard : à cause de l´affaiblissement de la monnaie du pays qui exporte, la valeur de ses exportations semble baisser. Mais leur volume augmente et c’est seulement après plus d’une année que le bénéfice devient visible dans les comptes.

      • Plouc putatif dit :

        @ tschok
        Vous semblez ne pas avoir observé que nous sommes ici sur un blog sérieux.
        En traitant d´imbécile quelqu’un avec qui vous n´êtes pas d´accord, vous risquez de vous faire éjecter. Vous ne seriez pas le premier à qui ça arriverait.

  33. Alex dit :

    Bla bla bla : l’ALAT et ses personnels vaut mieux que les budgets politicards de ces dernières années…

    • tschok dit :

      Tenez, H., regardez: Alex est un imbécile.

      Il n’a à peu près rien percuté de ce qui s’est passé depuis 2015. Il déroule son vieux modèle, sur les « politicards » qui valent moins que l’Alat et ses personnels. Bon, rien de grave, c’est de la beaufitude. C’est du plus ou du moins dans une échelle de valeur.

      En gros, il est dans un récit complotiste victimaire (le bon peuple et son armée sont victimes du complots des méchantes zélites qui nous gouvernent). Pas de quoi fouetter un chat, c’est banal.

      Sur le plan cognitif, il duplique servilement un modèle connu, en routine, sans percevoir ce qui a profondément changé. Là c’est plus grave, parce qu’il n a pas la perception de ce qui change dans son environnement, donc il se prive de toute chance d’adaptation à la pression darwinienne.

      En gros, ce mec est programmé pour être éliminé. Et nous on n’a peut-être pas envie de lier notre sort au sien. C’est une question de survie du groupe. On peut pas ajuster le bien commun sur les losers qui ne comprennent rien. Ils sont minoritaires, en plus.

      On peut dire qu’Alex est un imbécile. Un gentil imbécile, mais un imbécile quand même. A un moment, il faut lui dire.

  34. Louis-Marie de Belleville dit :

    (1) Je m’étonne que personne ne relève le point le plus évident: un HTL, c’est un gros bus fragile avec des rotors. Les talibans en ont abbatu avec de simples RPG, en tuant d’un coup des dizaines de Seals. Alors dans un conflit de haute intensité où l’adversaire a des vrais défenses aériennes, c’est carrément n’importe quoi ! Disons les choses simplement : dans un conflit de haute intensité, les HTL ne permettent pas de déposer une section d’un coup, ils permettent juste de faire tuer une section d’un coup.
    (2) Donc pas d’intérêt de gaspiller de l’argent pour ça, en créant en plus au passage un mini-parc qui couterait donc très cher à entretenir, avec aussi la formation de pilotes et mécanos…
    Les NH90, Caracal et autres sont quand même un peu plus maniables et difficiles à abattre; + on en a déjà donc pas de mini-parc…

  35. Euro dit :

    Ils détruisent la France à grand feu, votre président le premier.

  36. Raspoutine. Oui ma suggestion du 19/11 « OK cela n’arrivera pas » pourrait se faire avec Les Forces Espagnoles et Italiennes ( 33 CH47 totalisés ). Même chose avec la RAF ( 60 CH47 ). Par contre, il serait utile d’éviter l’Allemagne au motif que déjà trop de dossiers avec ce pays sont encalminés. Certes cela peut changer. Pour la France dans le cas de l’ hypothétique acquisition d’une flotte de CH47, il serait aussi pertinent de lui affecter une mission complémentaire d’intérêt général. C’est à dire, celle de »bombardier d’eau ». Je n’invente rien, c’est ce qui se fait aux Pays-bas.