Maîtrise des fonds marins : L’Agence de l’innovation de défense s’intéresse au drone naval « Manta » de MarineTech

Le récent sabotage des gazoducs NordStream 1 et NordStream2 ainsi que les menaces pesant sur les câbles sous-marin de communication ont mis en lumière la question de la maîtrise des fonds marins, lesquels constitue une nouveau champ de conflictualité. Aussi en a-t-il été beaucoup question lors de l’édition 2022 du salon Euronaval, qui vient de se terminer.

Et, désormais, et alors qu’elle disposait de savoir-faire reconnus en la matière jusqu’à la fin des années 1970 [l’IFREMER les a cependant conservés, nldr], la Marine nationale s’efforce de se doter de capacités d’exploration et d’intervention dans les fonds marins, malgré des moyens limités pour le moment [probablement que la prochaine Loi de programmation militaire les augmentera…].

D’où les expérimentations de drones sous-marins et autres robots, comme le Hugin Superior du norvégien Kongsberg [capable de plonger à 6000 mètres de profondeur] ou encore le DRIX [drone hydrographique de surface supervisé] d’Exail [ex-iXblue, désormais associé à ECA au sein du Groupe Gorgé].

Cela étant, le ministère des Armées, via l’Agence de l’Innovation de Défense [AID], garde un oeil sur les projets innovants susceptibles de renforcer la capacité de la Marine nationale à opérer dans les abysses. Tel est ainsi le cas de l’UHV Manta, un drone naval « multi-milieux », développé par la société varoise Marine Tech, en partenariat avec le Laboratoire d’informatique & systèmes [LIS] du CNRS.

Visiblement, la raie manta est un poisson qui inspire les ingénieurs navals… puisque celui-ci a donné son nom à un programme de drone sous-marin que la Darpa [l’agence du Pentagone dédié à l’innovation] a récemment confié à Northrop-Grumman, ainsi qu’à projet de mine sous-marine porté par l’entreprise turque Albayrak Savunma. Et pour cause : l’un et l’autre s’inspirent de son comportement. Et c’est aussi le cas pour l’UHV Manta, comme le soulignent Marine Tech et l’AID.

Ayant la forme d’une raie manta, ce véhicule autonome sous-marin peut se comporter comme un drone en surface, puis plonger jusqu’à 6000 mètres de profondeur. D’où son caractère innovant, selon l’AID.

D’une longeur de 2,8 mètres, l’UHV Manta peut évoluer à la vitesse de 6 noeuds et dispose d’une autonomie de 8 heures. Capable, donc, de descendre à -6000 mètres, il emporte une charge utile de 80 kg environ, dont un sonar multifaisceaux, un sonar à balayage latéral, un sondeur à sédiments, trois caméras haute résolution et un hydrophone. De quoi lui permettre d’assurer la surveillance de l’environnement aérien, de surface et sous-marin ou encore de localiser et de cartographier des objets sur les fonds marins [épaves, mines, etc]. Il pourra également, et ceci de manière discrète, servir de relai de communication entre deux navires.

L’UHV Manta « pourra en effet déporter une antenne relais pour augmenter sa portée de communication ou bien déporter une caméra à 100 mètres d’altitude pour améliorer son champ d’observation, […] grâce à un drone aérien qui sera fourni sous forme d’option, suivant sa version », explique l’AID. Et d’ajouter : « Via sa simplicité de mise en œuvre, cette innovation constituerait un atout pour la Marine nationale, notamment pour l’aide à la prise de décision via le recueil d’informations tactiques en temps réel sécurisé ».

Photo : Marine Tech

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. Lecoq dit :

    J’espère que si c’est bien, pas cher, innovant, performant, que l’on ne va ps transformer ca en projet franco allemand fabriqué en Allemagne. …

  2. Carin dit :

    J’aime bien ce drone, surtout l’idée qu’il a des compétences sur et sous l’eau, dont celle de relais com entre navires éloignés, sans liaison satellitaires. Juste étonné de la petitesse de la charge que peut emporter cet outil??

  3. Jul dit :

    Bonjour est ce que vous pouvez parler de la possible voir sur annulation des projets de la bunderserg ??? car visiblement y à du nouveau et c’est très grave ! https://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/verteidigung-regierung-streicht-mehrere-ruestungsprojekte-im-sondervermoegen-fuer-die-bundeswehr-/28761788.html j’arrive à peine à y croire ! les coupes budgetraie allemande sa repart malgré le départ de Merkel !

    • Vinz dit :

      Y a (au moins) trois choses :
      – l’inflation généralisée qui renchérit les coûts des matériels, y compris importés.
      – le décrochage de l’euro vs dollar, qui va rendre les F35, les Chinook et autres Patriots bien plus chers si la situation ne s’améliore pas.
      – les taux d’intérêts qui ne sont pas prêts de descendre, au contraire, et augmentent donc le coût de leur emprunt à 100 milliards.

      Trois cases « Dommages » cochées.

    • Dolgan dit :

      Sans surprise . Je trouve pas ça très grave. Ça change rien.

      Et les anglais sont dans la valse des premiers ministres. Vont peut-être même récupérer bojo.

      Donc comme prévu, la France restera de loin la première force militaire européenne pour un bon moment encore.

  4. Alex dit :

    Oh merd… ça fout les j’tons !…

  5. ji_louis dit :

    La description de ce qu’il peut faire en option relève d’un rêve humide.
    – La transmission par son antenne ne portera pas loin (portée optique en V/UHF, soit une poignéede nautiques au raz de l’eau).
    – Les sonars, hydrophones et autres senseurs ne servent à rien si on ne peut pas les exploiter, cela passe par une transmission sous-marine dont les débits nécessaires n’existent pas autrement que par fil (fibre optique ou autre) sauf par ultrasons à très courte distance. Je ne vois pas de liaison filaire dans sa description, ni le fait que son navire support doive le suivre de très près.
    – Si il sert de porte-minidrone aérien, la récupération ne sera pas une mince affaire, surtout si l’état de la mer est moins calme que sur la vidéo de démonstration. Mais de petits drones aériens d’observation ou de relai-radio existent déjà, discrets, endurants, éprouvés.

    Bref, un bricolage qu’un ingénieur essaiede vendre sans trop savoir quoien faire.

    • blavan dit :

      On est très fort en France pour ces projets qui font bavés nos énarques qui n’ont que rarement une formation scientifique. Après le gadget des sea bubbles qui devaient voler sur la Seine en 2019 avec des budgets de la ville de Paris et des ministères en passant par l’homme volant et autres projets tout aussi farfelus , on découvre le drone sous marin qui n’est qu’un recyclage d’idées de Jules Verne.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit :[ On est très fort en France pour ces projets qui font bavés nos énarques qui n’ont que rarement une formation scientifique ]

        Valy était un X comme certains dirigeants d’une importante société pétrolière et ils se sont laissé berner par des « avions renifleurs »™ !
        C’est vrai que de tels dispositifs ont existé au début des années 60 ( Autolycus ™ ] pour détecter des submersibles mais quand même …

      • Jack dit :

        « Après le gadget des sea bubbles » => Les tests sont en cours sur le lac d’Annecy. Les livraisons des appareils de série débutent en 2023 : https://www.lesechos.fr/pme-regions/auvergne-rhone-alpes/sur-le-lac-dannecy-le-taxi-volant-de-seabubbles-aborde-sa-phase-de-decollage-1780707

        « sea bubbles qui devaient voler sur la Seine en 2019 avec des budgets de la ville de Paris » => A lire dans l’article : « L’idée initiale de navettes fluviales pour circuler sur la Seine est abandonnée. « La législation y interdit la navigation à une vitesse supérieure à cinq noeuds, nous ne pouvions donc développer une solution à quinze noeuds »

        Temps de recherche via google search : 10 secondes

        • blavan dit :

          @jack. Cherchez sur le net, les sea bubbles sont passés de 250 000 € l’unité à 900 000 €. Le projet était intéressant pour la recherche , mais pas crédible sur le plan commercial. Ce projet n’était donc qu’un puits sans fond , mais pas sans fonds collectés !!!

      • Carin dit :

        @blavan
        Les sous-marins aussi ont aujourd’hui des possibilités issues de Jules Verne….
        Je dirais même qu’aujourd’hui, ce qui fait avancer nos ingénieurs c’est stars trek…
        Toutes nos avancées technologiques sont issues de la SF…
        Il a fallu rêver longtemps pour envoyer les premiers hommes sur la lune..

    • Jack dit :

      C’est incroyable que vous ayez pu faire l’analyse complète des défauts majeurs de l’appareil, en lisant un simple article d’OPEX360 😮 !!! N’hésitez pas à envoyer vos constations à l’agence de l’innovation de Défense. A l’évidence, ils n’ont jamais mis en lumière ces problèmes 😉

  6. Patrico dit :

    De nombreux ingénieurs en développements sont parfois de grands rêveurs cela est connu et peut ce comprendre! cela est connu dans de nombreux domaines! soit par méconnaissances pointues respectables soit par recherches de sensationnels! ou des sunlights des Médias! mais ici! ceux ci à mon avis confondent ou associent hydro et aéro ! la différence est Enorme! tout est permis, donc à suivre.
    Merci Thank you merci a Tous .

  7. Auguste dit :

    Tapis à moins 6000m,un armement ad oc,on attend la proie,ça peut faire des dégâts.J’aime.

  8. lgbtqi+ dit :

    Comment a t’on pu ne pas se préoccuper de la sécurité au niveau des fonds marins ? Faut-il que nous redécouvrions tout et en urgence, voire si possible quand il est trop tard ?

    J’espère également que les concepteurs se rappelleront qu’il existe des prédateurs naturels qui risquent de prendre cela pour une cible et qu’ils anticiperont. Du verbe anticiper, qui semble si vulgaire, désuet, provocateur.

    • FredericA dit :

      « Comment a t’on pu ne pas se préoccuper de la sécurité au niveau des fonds marins ? Faut-il que nous redécouvrions tout et en urgence, voire si possible quand il est trop tard ? »
      .
      Non, c’est exactement l’inverse. La sécurisation des lignes sous-marines est un souci majeur depuis des décennies. Après il ne suffit pas d’avoir un problème en tête pour que des armements, capables de travailler à très grande profondeur, soient immédiatement disponibles.

    • Patrico dit :

      Anticiper! cette fonction cognitive qui a et réussie encore à de grands créateurs, d objets, de sciences et de grandes entreprises Tous domaines. J adore ce Mot , cet état d action de vie qui m a permis de très belles réalisations ! vous avez raison et quand je vois comment nos Politiques , conseillers en tous genres! gèrent Tous les évènements sociologiques, industriels , économiques et écologiques , mais, ici de Défense! qui apparaissent en cadences renforcées et cumulées! je , on se demande ou regardent et vivent tous ce beau monde? j ai un faible , une passion , d anticipation de réalisations de drones, mais de Drones! UVAs…… comme l on peut parfois lire dans ces belles pages et d autres ouvertes a nos lectures certes « dégraissées » ,de Défense US ! cela est impressionnant notre retard pris ! Car j ai Toujours pensé depuis de nombreuses années que ce seront eux qui vont faire la « loi » dans les domaines civils et ici Militaire! je garde en mémoire mes premiers commentaires à la vue du Loyal Wingman Australien il y a plus de 5 ans ! aujourdhui sous les mains de l USAF et là ils vont le booster! voilà simple réflexion suivant votre appuis sur ce mot magique! Anticipation! faudra peut ètre en parler au commissaire aux Plans! Merci Thank you merci a Tous !

  9. Raymond75 dit :

    Dommage que l’option d’un élevage de calmars géants et dressés ait été abandonnée au profit d’une manta …

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Dommage que l’option d’un élevage de calmars géants et dressés ait été abandonnée au profit d’une manta … » Les responsables du projet ont eu vent qu’en face ils élevaient des…………cachalots! Le calamar géant est un met fort prisé des cachalots!

    • Daniel BESSON dit :

      Cit :[ Dommage que l’option d’un élevage de calmars géants et dressés ait été abandonnée au profit d’une manta … ]

      Remarque TRES pertinente dans la mesure où de nombreux drones sous-marins de la classe XLUUV ont un profil non pas de calmars mais de leurs principaux prédateurs , un profil  » cétacesque »

      https://www.youtube.com/watch?v=64TVDx7huHI&t=1s

      Le célébrissime  » Comandant COUSTEAU  » s’est quand lui BIEN INSPIRE DES CALMARS pour le système propulsif à réaction de sa soucoupe plongeante… Tout ceux qui s’intéressent un peu au biomimétisme et au  » seabed warfare  » le savent C’est à ce niveau que votre remarque est des plus pertinente aussi !

      https://fr.cousteau.org/soucoupe-plongeante.php

      BRAVO pour votre remarque !

    • Daniel BESSON dit :

      @Raymond75

      La propulsion duale des calamars fait l’objet de nombreuses études !

      https://www.courthousenews.com/jet-propulsion-of-squid-could-enhance-design-of-underwater-vehicles/

  10. lym dit :

    La ressemblance avec la raie est moins évidente que pour d’autres projets. La charge utile parait également faible au vu de sa taille mais il faut bien assurer la flottabilité vu le poids des batteries et la « coulabilité » avec le volume de ballasts. Aucune image de grands fonds (c’est ici digne du sous-marin filoguidé miniature du petit dernier!) dommage pour aider à y croire car 6000m c’est pas rien et on se demande si le but n’est pas autant d’aller y voir que de maximiser le potentiel à restituer la profondeur en distance parcourue, permettant de devoir faire moins ce cycles plongée/restitution en mode planeur sous marin sur de grandes distances océaniques.
    Le proto de la darpa semblait également pouvoir se poser au fond dans une zone de courant et sortir de son dos une petite hydrolienne pour refaire le plein des batteries, ce qui semblait réaliste et lui donner une autonomie limitée par le seul encrassement des surfaces. Ici moyen employé? C’est pourtant un point fondamental! La forme ne permettant pas un bon placage au fond dans une telle zone comme le modèle naturel ne semble pas se prêter à la même solution.
    Toutes ces gouvernes saillantes (trop nombreuses et en partie évitables) et grande antenne fixe sont également des points de fragilité évidents qui ne tiennent que pour un proto défrichant un domaine nouveau…
    Bref, c’est intéressant au vu des capacités citées, mais cela laisse en l’état surtout un peu songeur!

  11. Myf dit :

    Bonjour,

    Je ne vois pas comment ce drone se déplace.

    La vidéo est plus publicitaire qu’informative. Je observe un « bateau » essentiellement rigide à l’exception de ses petites nageoires latérales. Au contraire une raie se déplace car son corps est souple. Elle « bombe son ventre » à l’avant pour retenir une « (demi-) boule d’eau » qu’elle déplace vers l’arrière. Ces vieilles photos sont parlantes :

    https://sciences.gloubik.info/spip.php?article131

    Bien cordialement à tous.

    • Dolgan dit :

      Il y a une grande nageoire à l arrière, entre les deux bras de la queue. On la voit bouger.

  12. henry dit :

    Une idée comme ça : un drone sous marin dans les 10 m de qui se contenterait de patrouiller juste sous le niveau de ma mer, avec au dessus une liaison satellite et camera optique, formes furtives, sonar, porteur de, mettons, deux torpilles , ne serait-il pas quasi invisible? comme une épave flottante, peu cher, endurant, et efficace ?

    • Dolgan dit :

      Une torpille f21, c’est 6m x 533mm et plus de 200kg.

      Ajoutez à ça une propulsion puissante(capable de placer le soum en position de tir) et silencieuse. Ajoutez un sonar gourmand en énergie. Ajoutez le carburant et le système de génération/stockage d énergie. Les moteurs diesels, ça respire mal sous l eau (cf limitations des soum diesels). Ajoutez une liaison montante descendante discrète et haut débit .

      Rien de tout cela n’est peu cher ou quasi invisible. Ni ne rentre dans environ 10m

      Par contre, il y a plusieurs projets (pas forcément très poussés )de mini soum avec ce genre de capacités.

  13. PHILIPPE dit :

    Après quelques autres cette nouvelle décision va dans le sens d’une gestion correcte de notre immense ZEE ce qui est une bonne chose.

  14. penandreff dit :

    au début de la vidéo l’on voit le navire mère qui est le navire de la DGSE ce drone serait il opérationnel??

  15. Bob dit :

    Après les sabotages des russes ou des serfs en Golfe de Gascogne et à Marseille, la France est encore en retard d’une guerre. Une tradition de défaite lié à Pétain.

    • Mica X dit :

      Saboter c’est assez facile, protéger et surveiller, c’est plus complexe…