L’engagement de haute intensité concerne aussi la Gendarmerie nationale

Au cours de ces derniers mois, et surtout depuis le début de la guerre en Ukraine, il a régulièrement été question de l’engagement dit de « haute intensité » pour l’armée de Terre, la Marine nationale et l’armée de l’Air & de l’Espace. En revanche, ayant gardé son statut militaire après être passée dans le giron du ministère de l’Intérieur, Gendarmerie nationale a plutôt été discrète sur ce sujet.

Sujet qui la concerne pourtant également, comme l’a rappelé le rapport publié en février dernier par les députés Jean-Louis Thiériot et Patricia Mirallès [désormais secrétaire d’État aux Anciens combattants, ndlr].

En effet, selon la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense [DRSD, ex-DPSD], en cas de conflit de haute intensité, la « sécurité de nos emprises, et au-delà des sites essentiels à la continuité de l’action de l’État, pourrait être d’autant plus difficile à assurer qu’une part importante de nos unités sera déployée probablement hors de France, face aux forces ennemies ».

En outre, et d’après le général Delion, du Centre de doctrine et d’enseignement du commandement [CDC], qui relève de l’armée de Terre, il faudrait aussi « penser sécuriser la base spatiale de Kourou, les points d’entrée et de sortie des câbles sous-marins » ainsi que les « convois logistiques, les postes de commandement, et pour cela employer des forces de réserve ».

Aussi, M. Thiériot et Mme Mirallès avaient souligné la nécessité de « remettre au goût du jour la défense opérationnelle du territoire [DOT] » en lui intégrant une « dimension cyber ».

Et c’est là que la Gendarmerie aura un rôle à tenir, comme, d’ailleurs, cela fut le cas par le passé, son implication dans la DOT s’étant « progressivement » effacée « au profit de la sécurité publique ».

« Mission historique de la gendarmerie, la surveillance des frontières […] confère des savoir-faire utiles à la gendarmerie pour la DOT, elle qui dispose de 56 hélicoptères et qui est en train de renouveler sa flotte […]. Elle a en outre des capacités d’action en milieu nautique [avec la gendarmerie maritime, ndlr] et en haute montagne », avaient alors souligné les députés.

Et d’ajouter : « Un dispositif d’intervention augmenté de la gendarmerie [DIAG] permet désormais de mettre à la disposition du commandement territorial une capacité d’intervention spécialisée, un hélicoptère, des outils de lutte anti-drone et des blindés ».

Cité dans le rapport, l’adjoint au major général de la Gendarmerie nationale, le général Olivier Kim, avait alors estimé qu’il fallait par ailleurs « développer l’interopérabilité entre l’armée de Terre et la gendarmerie pour que chacun sache ce que fait l’autre ». Aussi, les deux parlementaires suggérèrent de renforcer la proximité entre les armées et la Gendarmerie, avec la tenue d’exercices militaires communs.

À noter que, après justement l’exercice « Minerve », dont la finalité était de voir comment un groupe de combat d’infanterie pouvait appuyer les gendarmes pour des missions de contrôle du territoire, l’armée de Terre et la Gendarmerie avaient signé un accord, en 2018, pour renforcer leur interopérabilité et leur efficacité opérationnelle « dans le cadre des opérations conjointes sur le territoire national ».

Quoi qu’il en soit, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le 27 juillet dernier, le directeur de la Gendarmerie nationale [DGGN], le général Christian Rodriguez, n’a pas coupé à des questions sur le rôle que seraient susceptibles de tenir les gendarmes dans un conflit de haute intensité.

« La guerre en Ukraine pose à nouveau la question de la défense opérationnelle du territoire. Même si le risque d’une agression par une colonne de chars reste peu probable dans notre pays, il faudra aller au-delà de la prévention des agressions sur les seules ‘installations vitales' », ainsi fait valoir le général Rodriguez.

Et, à ce titre, a-t-il poursuivi, les « renouvellements actuels d’équipements, avec le remplacement en fin d’année de nos vieux véhicules blindés [par des « Centaure »] et la livraison d’hélicoptères H160 [permettant de transporter jusqu’à 14 personnes équipées], rendent possible, avec la réforme du GIGN, etc., une stratégie ambitieuse que nous travaillons avec les armées face à la possibilité d’une crise de plus haute intensité.

En outre, a rappelé le DGGN, s’agissant de la DOT, le « rôle de la gendarmerie est d’abord de tenir les territoires ». Aussi, si « certains sites, d’importance vitale, sont déjà protégés par construction, d’autres, qui ne sont pas classés points de distribution d’électricité, châteaux d’eau, etc.], doivent être connus de la gendarmerie également », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le général Rodrigez a aussi estimé que la Gendarmerie doit aussi être préparée « à faire face en première intervention à des personnes lourdement armées ». En conséquence, a-t-il continué, la « formation, mais aussi la transformation de la composition de nos pelotons de surveillance et d’intervention ont été durcies ». Et cela pose également la question de l’armement, le « pistolet des brigades » n’étant « pas suffisant ». Cela étant, a-t-il fait remarquer, les « gendarmes ne peuvent pas transporter des armes automatiques dans leurs actions du quotidien ni les laisser dans leurs véhicules ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

73 contributions

  1. Aramis dit :

    Oups mince alors quand on zigouille son armée après il y ades choses qu’on ne peut pa sfaire. Mince alors on avait pourtant fait deux livre blanc pour « moderniser » nos amrmées, « rationaliser » l’organisation, « optimiser » la resource et au final on s’aperçoit qu’on ne peut plus faire gand chose au point de se rabattre sur la gendarmerie. Je ne comprends rien à la novlangue manageriale!

    • Marylou dit :

      Quand on s’avère incapable de stopper une demi douzaine d’ados qui dealent, j’ai du mal à percevoir la notion de haute intenbsité !!!

      • Roger Dubreuil dit :

        Marylou, ça n´a rien à voir : quand l´armée mettra en oeuvre les armes pour interdire le territoire national à une armée étrangère, les juges ne seront pas là pour disculper l´ennemi.

    • Idem pour la police, on se rabat sur des réservistes formés au rabais.

  2. Félix GARCIA dit :

    « développer l’interopérabilité entre l’armée de Terre et la gendarmerie pour que chacun sache ce que fait l’autre »
    […]
    « penser sécuriser la base spatiale de Kourou, les points d’entrée et de sortie des câbles sous-marins » ainsi que les « convois logistiques, les postes de commandement, et pour cela employer des forces de réserve »
    […]
    « le « rôle de la gendarmerie est d’abord de tenir les territoires ». Aussi, si « certains sites, d’importance vitale, sont déjà protégés par construction, d’autres, qui ne sont pas classés points de distribution d’électricité, châteaux d’eau, etc.], doivent être connus de la gendarmerie également » »

    Voilà une idée qu’elle est bonne ! (de même que celle de prévention des feux [30°C / 30 km/h / 30% d’humidité ici = risque accru en cas de départ de feu criminel]).

    Sur le côté cyber ils se sont lancés chez nous (2020), mais je sais pas ce que ça vaut :
    Ouverture de la plateforme « CYBERGEND79″
     » Le groupement de gendarmerie départementale des Deux-Sèvres lance CYBERGEND79 qui complète le dispositif « Opération Tranquillité Entreprises et Commerces » (OTEC) mis en place le 21 avril dernier.
    CYBERGEND79 est une plateforme de conseils et d’échanges dédiée aux collectivités, à divers organismes ainsi qu’aux sociétés.
    L’objectif est de dispenser les conseils utiles pour se prémunir des risques de cybermenaces. »
    https://www.deux-sevres.gouv.fr/Actualites/Ouverture-de-la-plateforme-CYBERGEND79

    Pi après (? [c’est les privilèges des assurances niortaises ?]) au niveau national :
    COMCyberGEND : la gendarmerie monte en puissance face à la menace cyber
    https://www.gendinfo.fr/actualites/2021/comcybergend-la-gendarmerie-monte-en-puissance-face-a-la-menace-cyber
    Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace
    Création 25 février 2021
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Commandement_de_la_gendarmerie_dans_le_cyberespace

  3. Youbdu29 dit :

    Mdrr la haute intensité alors que un gd tire 60 cartouches par an . Le dg se fous un peu de nous .
    Les unités de gendarmerie mobile seraient de bonne unité à transformer en unité d’infanterie mais le recrutement est tel que la qualité des personnes est vraiment au ras des pâquerettes . Il y a un effort sur le matériel ( replacement des famas , remplacement des anf1, dotation par escadron de 1ou 2 minimi , pack lourd par personne , casque lourd , remplacement sig, remise à niveau de la compétence te =417+tikka t3 ) à faire . Les surf et les centaures font de bons véhicules mais ils font investir pour densifier leurs présences . Bref pas mal de travaux

    • JMN dit :

      Haute intensité : dorénavant Gendy va tirer 120 cartouches par an !!!

      Pour comparaison, dans ma folle jeunesse j’ai fait de la compétition de tir au pistolet (comme les Gendarmes en 9mm parabellum) : étant un jeune désargenté je n’avais les moyens de tirer « que » 50 cartouches rechargées par semaine, je ne pouvais donc pas prétendre au podium, mais j’avais un niveau qui serait suffisant pour un Gendarme.

      60 cartouches par an c’est ridicule et même dangereux pour quelqu’un qui peut être amené à tirer sur des criminels avec des innocents à proximité.

  4. MAS 36 dit :

    Récemment en Lot-et-Garonne 5000 fêtards s’étaient rassemblés dans un champ sans l’autorisation de l’agriculteur propriétaire. Les autorités mises devant le fait accompli n’ont fait que surveiller ce rassemblement musical. Le renseignement a fait défaut et il fut difficile de rassembler assez de personnel pour contrer cette fête illégale, les missions du quotidien se poursuivant. Nous ne parlerons pas des attaques de Brigade à coup de mortiers d’artifice qui se généralisent comme dans les agglomération ainsi que les « rodéos ». . Monsieur le DGGN la haute intensité elle est déjà là.

    • PK dit :

      Commencer à disperser les gus sur place ne demande pas 200 pax. Et ça a un effet très dissuasif pour les suivants. J’ai vu une rave partir en cacahuètes après le débarquement de seulement 2 ou 3 véhicules de gendarmerie. C’est bien qu’il n’y a aucune volonté de coxer les gus.

    • Castel dit :

      @ MAS 36
      Si pour vous, c’est ça la « haute intensité » c’est ça, il n’y a pas à trop sinquièter pour l’avenir, vu que c’est à peu près ce qui se passe partout dans les pays dit « libéraux »
      Il n’y a que dans les dictatures comme par exemple en birmanie actuellement ou les forces de l’ordre se permettent de tirer sur des des gens qui se rassemblent sans autorisation …..
      J’espère que ce n’est pas ce que vous souhaitez ?

      • Titi74 dit :

        le problème avec la vision binaire actuelle du « tout ou rien », c’est que la population subit, soit la dictature du régime totalitaire par excès, soit celle des cartels de voyous par laxisme des fonctionnaires.

        La notion de service publique et d’obligation de résultats semble totalement secondaire dans bien des secteurs.
        A la fin d’un mandat, il paraitrait logique de comparer les chiffres pour en tirer les conclusions et éventuellement changer les personnes incompétentes, histoire d’avancer et pas se retrouver 20ans plus tard avec les mêmes constats.
        Si des pièces dysfonctionnent dans la machine, il faut les changer.

  5. PK dit :

    Avec un ennemi déjà affiché à l’intérieur, c’est sûr que la défense du territoire va devenir rapidement une priorité.

    • lgbtqi+ dit :

      s’il n’y en avait que d’un seul type… Entre ceux qui hurlent « nique ta race » dès qu’ils voient un flic et ceux qui pensent que la mise sous administration poutinesque est la solution et qu’il faut la favoriser par tous les moyens, il y a du pain sur la planche.

    • Castel dit :

      @ PK
      Le seul ennemi affiché à l’intérieur semble être les islamistes, cela dit, ils semblent être actuellement en perte de vitesse…..
      Pour le reste, ce sont des délinquants de droit commun, que l’on trouve à peu près partout dans le monde occidental, qui ne me semblent pas plus nombreux que ce que l’on trouve dans les aures pays Européens .
      Ils menacent surtout notre tranquilité, mais ne représente pas une menace pour le pays à l’heure actuelle !!

      • Phil dit :

        Mouais. Sauf que la tranquillité de n’importe qui est menacée par des bandes sans loi sauf la leur….et que rien n’est fait par la justice pour mettre HS les récidivistes..

      • lgbtqi+ dit :

        Ce ne sont pas les islamistes qui ont coupé des backbones internet en France il y a quelques semaines…

      • PK dit :

        Il y a un lien direct entre l’islamisme et la délinquance.

        • Castel dit :

          Oui, c’est vrai, souvent les familles des délinquants les envoient à la mosquée en espérant que la religion les fassent revenir dans le droit chemin, ( je rappelle que comme toutes les religions au monde, l’islam condamne sévèrement le vol , par exemple) malheureusement, les prêches qu’ils y entendent les conduiront parfois sur une voie encore pire pour notre société !!

  6. Youbdu29 dit :

    Moyen d’africain , déjà fournir du bon matos aux mecs , et l’entraînement . Et des bon gradés ça serait bien

  7. VinceToto dit :

    On l’a bien compris: les Parisiens ont peur des culs terreux et comptent sur les bouseux arriérés de la Gendarmerie pour lutter contre les kanaks et autres indigènes de la Province qui risquent de caillasser les politiques parisiens.

    • Math dit :

      Ben non. Les parisiens n’ont pas peur de quoi que ce soit. 75% des parisiens viennent de petites villes et travaillent à Paris car il y a du boulot bien payé. Il ne craignent pas plus l’insécurité que les autres.

    • olivier 15 dit :

      Toi, t’as dû gouter un peu trop aux menus  » Boulgour – riz méditerranéen / tomate + kit hygiène « , en GAV ! Quand les bouseux interviendront pour sauver ta famille paumée dans la verte ou autres, je suis à peu près sûr que tu tiendras le même discours. C’est dire. C’est grâce à des intellos comme toi que Mr Lagneau limite désormais les commentaires… Et je le comprend à 400%.

  8. PMo dit :

    Oh merde ! on redécouvre la DOT.
    Sarkozy y dit quoi ? lui qui voulait tant transfert les criquets en poulet.
    Cet individu a été dangereux et néfaste pour tout

    • dompal dit :

      @PMo,
      Et les CEMA successifs, ils ont dit quoi à part ‘amen’ aux présidents de la République !????
      Il n’y en a qu’un qui a ramené sa fraise et depuis, comme par hasard le budget de l’AF remonte……

  9. Alexc dit :

    les « gendarmes ne peuvent pas transporter des armes automatiques dans leurs actions du quotidien ni les laisser dans leurs véhicules ». et pourquoi donc ? Ici au Canada, la patrouille a une caribine ar15 dans le coffre de son véhicule !

    • Marensin dit :

      Il y a quand même une grosse différence entre France et Canada : GRC = seulement environ 30000 membres, qui opèrent dans un pays où le respect de l’autorité et la réponse pénale aux infractions même mineures diffèrent notablement de la France.

    • dompal dit :

      @Alexc,
      Laissez tomber, le Gal Rodriguez ne connait rien des missions de la GN.
      Il a qu’à venir dans mon coin pour voir si les gus de la GN n’ont pas d’armes automatiques pour faire du contrôle routier…..

    • olivier 15 dit :

      Parce que tout simplement chez nous, les membres des forces de l’ordre se font brûler sans riposter. Voilà. Les c aisses de patrouille ne sont que des libres services.

  10. Alfred dit :

    Bof. Etant donné l’etat actuel de la Gendarmerie, il y a du pain sur la planche, et il ne faut pas non plus rêver à des missions qui de toutes façons seraient hors de sa portée.
    Ça rappelle un peu le durcissement des accès des casernes pendant les années 80. Chaque chef de corps allait faire la guerre à l’entrée de »SA » caserne. Tout individu portant un jean et des baskettes était louche. Il fallait faire des sas de contrôle et installer des vitres blindées, y compris lorsque le reste de l’emprise etait entouré par une clôture qui n’aurait pas arrêté un gamin de 10 ans….

    • dompal dit :

      @Alfred,
      J’ai connu le même truc…..sauf que c’était dans un dépôt de munitions, ce qui est un peu plus navrant ! 🙁

      Il y avait toujours l’idiot du village (oups ! ) je voulais dire l’officier de permanence du coin qui essayait de ‘forcer’ l’entrée avec ses galons de colonel fantoche (et sa gueule de giron de svc), alors que l’on pouvait rentrer en 30′ n’importe où ailleurs….. 🙁 …..j’exagère un peu car il y avait des mines….au moins éclairantes…

    • lgbtqi+ dit :

      Que s’est-il passé durant les années 80 pour qu’il y ait ce durcissement ?

      • dompal dit :

        @Elle,
        Il y a des ‘intelligents’ qui se sont rendus compte qu’on pouvait entrer dans n’importe quel régiment/base par la porte d’entrée en toute simplicité.
        Alors ordre a été donné de muscler l’accès de l’entrée principale en la dotant de barrières, herse, guérite avec vitres blindées ainsi que pour le poste de sécurité…………mais étant donné le nombre de km de l’enceinte militaire……..enfin bref, on s’est compris. 😉
        On ne peut plus pénétrer par l’entrée principale mais on peut le faire ailleurs aisément en toute discrétion…….bien sûr, si le gus est le sosie de Demis Roussos ça va être un peu plus compliqué. 😉 🙁

        • lgbtqi+ dit :

          Je suis extrêmement surprise. Aucune carte n’était demandée ?

          • Si, et les commerciaux ou contractuels de maintenance ( machines à café, photocopieurs, sanitaires) obtenaient un laissez passer. Il suffisait d’appeler le service général, voir le chef de poste pour certifier que monsieur X avait rdv avec nous.

      • asvard dit :

        En 85-86 il y avait la peur de l’attentat type « Drakkar au Liban » qui avait eu lieu 2 ans avant et surtout d’autres après dans le même genre –> chicanes en blocs de béton pour accéder au poste de contrôle, trouffions de garde avec armes chargées (plus qu’a armer), etc.
        En tout cas c’était la raison donnée.

  11. Les gendarmes doivent-en effet revenir à la DOT. Pour protéger les points sensibles (dépôts, centrales nucléaires,usines) mais ils leur faut des moyens lourds anti aerien, anti drones. Du mortier, du blindé… la police et les pompiers également.

  12. Les gendarmes mobiles fonctionnent comme l’armée. La police (CRS) peut également s’adapter à la DOT. Quant aux pompiers, c’est une population aguerrie. Il y en a 300 000. La haute intensité ça se prépare.

  13. Phil dit :

    S’ils faut les entraîner à la haute intensité , envoyons les dans toutes les zones de non-droit, ou pullulent les crevures, mais non, ils continueront à verbaliser ceux qui n’ont pas de masque ou qui agitent un drapeau Français lors d’une manif , c’est moins risqué….

  14. lgbtqi+ dit :

    Ah, la gendarmerie n’est toujours pas au courant des différents points d’eau ?

    Après des années et des années de menace terroriste. Qui plus est explicite sur ce point.

    Étant LGBT, et donc téléguidée par Soros, les USA, les ukro-nazi-juifs-lgbt et toute occupée à corrompre les moeurs occidentales par la promotion du lobby de la fesse et du nombril, il ne me serait jamais venu à l’idée d’aller faire un tour vers le château d’eau qui dessert mon domicile et de m’apercevoir qu’il est en accès libre et qu’en plus, les trappes sont fracassées et grandes ouvertes.

    Il y a pas mal de patriotes dont l’investissement se limite à faire un chèque aux impôts et des déclarations politiques. Et qui ne sauraient même pas dire où se trouve le château d’eau de leur zone ni dans quel état il se trouve.

    • PK dit :

      Les châteaux d’eau en général ne sont pas des réserves, mais seulement des points hauts pour mettre en pression le réseau hydraulique. La partie réserve est anecdotique.

      • lgbtqi+ dit :

        Intéressant, vous m’apprenez qchose. Et du coup, l’eau de ces châteaux ne passe pas dans la distribution ?

      • asvard dit :

        La réserve des châteaux d’eau est là pour assurer le débit (et la pression) en cas de soutirages simultanés par des usagés parce que sans il n’y aurait plus de débit. Elle est loin d’être anecdotique puisque c’est l’essence même de la raison du château d’eau.
        Les CE sont en fin de réseau : pression basse et faible débit, la réserve se rempli donc doucement quand il n’y a pas/peu demande et permet de fournir les à coups de consommation dans de bonnes conditions pour les usagés (débit/pression) qui sans elle se retrouveraient avec un filet d’eau à leurs robinets.
        Maintenant ce sont plutôt des réservoirs enterrés avec groupe de surpression qui sont mis, ca revient moins cher et c’est invisible.

  15. Fus dit :

    Deux remarques. 1° Les moyens nautiques de la Gendarmerie, ne se résument pas à ceux de la Gendarmerie Maritime, il y a le fluvial et le côtier dans la bande des 300 m.
    2° La Gendarmerie Maritime c’est moyen Marine Nationale. La GenMar, subdivision de la Gendarmerie, est à disposition de la MN pour emploi, placée sous le commandement opérationnel de la Marine. Ses vecteurs nautiques sont des moyens MN et payés sur le budget MN (donc Défense) et, sauf erreur de ma part, c’est le cas de leur armement (FAMAS G2, HK USP Compact, etc…)
    NB pour l’anecdote historique, la GenMar a une filiation différente des autres parties de la Gendarmerie.

  16. Childeric dit :

    Depuis quelques articles plus bas, j’ai l’impression que ça part dans tous les sens. Un truc simple, pourtant: Prendre la température dans une BT péri-urbaine… Et là, on aura un petit aperçu des soucis: Les 11 h00 de récup ( transferts d’enquêtes jud ), les taches indues, les réponses parquet, etc… J’ai l’impression de découvrir le super projet des années 90 , à savoir des  » plantons mobiles  » en camionnettes garées dans les villages ! ( camionnettes qui ont fini par pourrir dans les parkings des ateliers autos des EM Régions )

  17. Bricoleur dit :

    Ca y est. Ca recommence. On voit des spetnatz partout. Dans les centrales électriques , au pied des châteaux d’eau, aux portes des usines. Alors qu’il semble acquis que les Russes sont incapables d’en disséminer quelques-uns chez leur voisin ukrainien ! Stop aux peurs puériles. Notre territoire est en paix « militaire » depuis bientôt 80 ans, mais presque en guerre « civile »depuis les années 80: guerre des gangs de la drogue, incivilités, invasion rampante par l’immigration illégale et les nouveaux » boat-people », économie souterraine de ceux qui ne veulent pas travailler. Y a assez de boulot pour la Gendarmerie, sans oublier la Police sans aller rechercher un ennemi – bien affaibli par son incursion laborieuse en Ukraine – à 2500 km. Du réalisme, SVP.

    • Edgar dit :

      Les opérations de Spetnatz ont pourtant été parmi les rares correctement effectuées par l’armée russe pendant son invasion de l’Ukraine. J’ai d’ailleurs été étonné du nombre d’enfants perdus et de saboteurs que Moscou a été capable d’expédier dans des missions sans grandes chances de retour. Et la population civile ukrainienne était déjà un peu endurcie et préparée, depuis 2014. Je n’imagine pas les effets sur une population « naïve », comme celles d’Europe de l’Ouest…

      • MAS 36 dit :

        Vous parlez de l’assaut de l’aéroport de Gostomel où les paras russes ont pris une dérouillée ?

        • Edgar dit :

          @MAS 36 Non, je pensais plutôt à l’énorme b….l dans la ville de Kiev et ses environs, pendant plusieurs jours : tirs nocturnes, raids contre des bâtiments gouvernementaux, tentatives d’assassinat de membres du gouvernement, patrouilles de véhicules blindés russes dans les avenues, tentatives de saisie ou de sabotage d’infrastructures civiles, …etc Imaginez la même chose dans Paris ou Berlin, avec une population civile dépourvue de tout entrainement ou préparation psychologique … Le chaos et la panique, fort probablement.

    • lgbtqi+ dit :

      Vous avez des infos sur les coupures des backbones internet en FR il y a quelques semaines, et sur les survols de centrales par des drones, et sur la participation de « vor » dans certains engagements des gilets jaunes dans la capitale ?

    • C’est clair, si notre armée auraient des difficultés à résister à un anvahisseur, il n’en serait pas de même à l’intérieur. Environ 60 compagnies de combat, des escadrons de gendarmerie mobile, des compagnies de CRS, BRI, GIGN, IFS, forces spéciales, commandos et surtout, en face, pas d’avions, helicos, blindés, radar…

  18. Bob Morloc dit :

    Fils de gendarme mobile, je me rappelle des AML mitrailleuse ou canon en dotation pour la défense du territoire…les choses ont changé ou pas tant que ça.
    On passe notre temps à défaire et à refaire, à redécouvrir, à réinventer pour se retrouver au même point.

    On va encore les payer longtemps les dividendes de la paix…il serait temps de regarder les choses en face et de réarmer et redonner des moyens à tous nos corps d’état.

  19. Le Suren dit :

    Quand je lis les commentaires ci-dessus qui sont d’excellente qualité et auxquels j’adhère, je me rends compte que dans le domaine militaro-sécuritaire, on est à poils !

  20. Patadouf dit :

    Faire et défaire c’est travailler… De belles intentions à l’image de slogans commerciaux. Soutien aux bleus sur le terrain !!

  21. Lucien dit :

    La question de la DOT n’est pas tant liée à des colonnes de chars qui arriveraient chez nous. La dissuasion nucléaire empêche tout État de s’en prendre à la France de telle manière. Il n’y aura pas de guerre d’Ukraine chez nous. En revanche, la DOT deviendra absolument indispensable en cas de troubles intérieurs graves, de type guerre civile ou s’en approchant, tels qu’on peut les prévoir avec l’augmentation des tensions engendrées par l’islam politique, par l’idéologie islamo-gauchiste ou plus largement les mouvements indigénistes/racialistes/décoloniaux s’ils devenaient insurrectionnels, etc…

    Je note le point essentiel de cet article : on remet en cause toute la RGPP de 2008, preuve de la nocivité de cette réforme sarkozyste. L’État Français a abandonné ou endommagé toutes ses missions régaliennes (armée, police, justice, éducation, santé, champions nationaux industriels) au profit des dépenses sociales garantissant le clientélisme politique et la « paix sociale » (allocations, subventions, politique de la ville, refus d’une lutte sérieuse contre la fraude sociale ou contre la fraude fiscale). On en subit aujourd’hui les résultats.

    Et ce sera pire cet hiver quand on verra les conséquences de l’attitude de nos élus avec EDF (marché européen de l’énergie) et avec le nucléaire (prototype Phénix ou Astrid, Fessenheim, Alstom, dénigrement systématique pour plaire à EELV). Le souci est donc de reconstruire ce qui a été perdu volontairement ou par négligence, alors que nous sommes surendettés, surimposés, avec peu de perspective de recettes fiscales nouvelles. Honnêtement, je ne vois pas comment on peut y arriver, et surtout pas avec les élites politiques actuelles puisqu’elles sont les responsables du désastre constaté. Les Français vont continuer de sentir le déclassement, dès cet hiver (ils auront froid) et de plus en plus (je doute que les Gendarmes aient les moyens adéquats aux nouvelles anciennes missions qu’on leur attribue).

  22. Canot major dit :

    Ambition américaine avec un budget de portugais…en clair : des souuuuus !!!!!

  23. Jean Le Bon dit :

    On redécouvre la DOT (Défense Opérationnelle du Territoire) ! Mission pourtant historique comme il est dit, de la Gendarmerie !
    A priori, il y a du pain sur la planche:
    – rattachement fonctionnel à l’Intérieur: pourquoi pas ? Mais, « civilisation » des formations/esprits/moyens matériels etc en a été le corrolaire. La Gendarmerie a beaucoup perdue de son identité militaire. La formation et les moyens matériels avec…
    Le précédent général commandant l’Arme disait que l’utilisation et la dotation en blindés n’était peut-être plus utile (devant la raréfaction des très vieux VBRG); ce, quelques mois avant les gilets jaunes et le saccage de l’Arc de Triomphe…
    Sur les moyens matériels: le remplacement du parc « vert » (35/40 ans quasiment d’âge moyen) est plus qu’une nécessité dans cette optique de reconquête de la DOT… (P4, TRM 2000, VXB 170… bref, un musée roulant). Idem s’agissant de l’armememnt individuel. L’Armée a choisi l’excellent PA Glock Gen5. Ce dernier devrait utilement remplacer les SIG d’aujourd’hui (idem Police, Douane, autres…). Le FAMAS versus gendarmerie mobile tire-t’il les munitions standards OTAN ? Bref, de l’investissement.

  24. Patadouf dit :

    Ne pas vendre trop de « Rêves » aux décideurs et citoyens serait déjà une attitude raisonnable face à la situation actuelle et aux échéances qui se profilent.
    « …Même si le risque d’une agression par une colonne de chars reste peu probable dans notre pays,… ». Souhaitons qu’il voit juste vu l’étanchéité de nos frontières face à des clandestins en tongues.

  25. DRAILLET dit :

    On redécouvre encore une fois l’eau chaude, ben y du boulot, remilitarisation de la Gendarmerie dans son ensemble ,remettre le maillage en place (pour la base du renseignement). Dans le cadre de la formation militaire formation au combat urbain ça peut devenir une réalité d’ici peu ,remettre les escadrons à effectif plein et pour certains avec des blindés. Avec 100000 personnels plus les réservistes ça pourrait être un bel outil de combat dans son domaine.

  26. Pandore dit :

    Le front commence où les gendarmes s’arrêtent, l’inverse est vrai aussi….

  27. MERCATOR dit :

    En France, notre Pays avait peu ou prou 35000.000 d’habitants, la moitié de notre population actuelle.
    Voici un site que je vous recommande vivement, un vrai travail de bénédictin, la liste des condamnés à mort, à la réclusion, à la déportation et ceux qui ont été exécutés par la guillotine ou le peloton d’exécution pour les militaires de 1800 à nos jours avec les motifs de leurs condamnations pour l’hexagone et l’ensemble de nos colonies.
    J’y ai même retrouvé en 1814 une exécution dans le tout petit village de 3 000 habitants dont sont originaires mes ancêtres.
    On me répondra que comparaison n’est pas raison, que l’époque n’est pas la même etc etc, vous en tirerez les conclusions que vous voulez, mais moi, je constate que le dix-neuvième siècle, malgré ses tribunaux, ses bagnes, ses guillotines, ses gendarmes. était une époque incommensurablement plus violente.

    BONNES LECTURES .

    https://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr

    • PK dit :

      LOL. Violente pour qui ? Les criminels, sûrement… Mais pour les habitants ? Combien de femmes violées par des bandes de sauvages ?

      • asvard dit :

        Probablement bien plus que maintenant ne serait-ce que parce que les femmes en parlaient encore moins que maintenant et les gens en voulaient encore moins en entendre parler tout comme l’inceste.
        Il y avait quand même de sacrées troupes de bandits (« chauffards ») qui terrorisaient des régions entières en plus de la criminalité habituelle. On se demande bien pourquoi les cannes-épées, cannes pistolets, pistolets, etc. étaient courants puisque tout était tranquille et aussi pourquoi valait mieux pas sortir dès la nuit tombée, surement juste un sentiment d’insécurité.
        Ah le bon vieux temps …

        • PK dit :

          La criminalité a toujours existé. Mais c’est sans doute parce que les gens étaient armés qu’ils étaient globalement plus tranquilles. On ne venait pas emmerder un gars qui s’était défendu, encore moins un qui avait tué un agresseur.

          Maintenant, prouvez-moi que la civilisation aujourd’hui est moins dangereuse pour le péquin lambda. Il doit son unique protection aux forces de l’ordre qui, de leurs propres aveux, sont enfermés dans des bureaux. Comme la nature a horreur du vide…

          Même les journaux n’arrivent plus à cacher les statistiques du quotidien. Pourtant, ils s’en donnent la peine.

    • Robert dit :

      Il faut comparer ce qui est comparable.
      Après la révolution, les corporations ont été supprimées qui protégeaient les ouvriers en cas de maladie ou chômage. Des familles brisées par l’assassinat d’un des leurs se retrouvaient sans rien, aucune assistance sociale, les oeuvres de charité avaient été supprimées. Il fallait survivre par tous les moyens, comme on pouvait Ceux qui pouvaient être victimes n’étaient pas enclins à la compréhension et la miséricorde, les déserteurs de l’empire vivaient sur le pays, des bandes pillaient, tout ce monde sachant ce qu’il risquait avec une vie bien plus rude qu’aujourd’hui. Il est facile quand on vit dans le confort avec un hôpital pas loin et des aides de toute sorte à notre disposition de philosopher sur des temps sans pitié ni assistance aux plus démunis.
      Là aussi, la révolution avait fait table rase de toutes les assistances existantes depuis le Moyen-Âge et organisées autour des communes, paroisses et monastères. Et une fille qui se plaçait pour alléger la charge de sa famille pouvait subir les pires sorts surtout quand le coupable était aisée sans trouver quiconque pour recevoir sa plainte et lui rendre justice.
      Le 19eme siècle a été le siècle des fils de la révolution qui adoraient le veau d’or, d’une bourgeoisie voltairienne, de la guerre civile entre français, et du règne du matérialisme et de l’industrie qui exploitait affreusement même les enfants. Pourrait-il en être autrement qu’une société dure aux faible et bienfaisante aux exploiteurs et aux puissants?
      Envoyer au bagne un voleur de pain qui crève la faim, étonnez-vous que la violence explose. L’anarchisme n’est pas sorti du hasard, mais d’une société intrinsèquement inique, sans Dieu ni justice.
      Si vous replacez ce stupide dix neuvième siècle comme disait Léon Daudet dans tout son contexte, nous ne parlons pas de la même chose. Pas de guerre, civile ou militaire, ni d’occupation depuis 1945, des droits sociaux et un confort de vie inédit, un état sanitaire moderne, police et gendarmerie puissants et organisés, ce qui permet entre autre d’éviter les erreurs judiciaires qui devaient être nombreuses avec les moyens et l’état d’esprit de l’époque, mais aussi d’assurer une certaine paix sociale.
      Ce qui n’empêche pas qu’en plein Lyon ou Paris, on puisse tomber mort d’un coup de couteau, ou les viols ne cessent de croitre. Certes, à l’époque, on avait des indésirables, mais on n’avait pas invité des millions d’étrangers à venir faire leur loi chez nous dont bon nombre mènent une guerre sous couvert de criminalité ou de « déséquilibrés ».
      Je pense qu’il serait bon qu’existe un ouvrage compétent avec les contextes, la réalité de la criminalité. Un infanticide par exemple a beaucoup moins court puisqu’on avorte sans restrictions et remboursé. On peut aussi euthanasier hypocritement par un cocktail lytique ou en privant de soins un malade. La violence s’est aussi déplacée.

      • Sempre en Davant dit :

        Et inversement Robert, il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable :

        Les corporations ont été supprimés par ce qu’elle exigeait que l’impétrant paye pour, peut être, devenir ouvrier, peut être gagner son pain, si la corporation qui vendait son travail, sans s’oublier au passage, le voulait bien.

        Délit de marchandage et initiés, compagnons, FM et MOF. Boites d’intérim et OS, conservation des métiers et élévation… Affairisme et sectes, compagnonnage et solidarité. Tout et le contraire de tout.

        Pour les infanticides : non jamais, JAMAIS, ici on « sache bien » que c’est les chats qui étouffent les enfants en se couchant dessus car ils sont chaud et sentent le lait. Y avait des poils partout!
        D’ailleurs, les bédins, ceux qui les touchent, c’est pour jeter des sorts… C’est par envoûtement que tout est arrivé…
        Keskondirai si kon sacherai…

        Heureusement que nous on sait que nous on est bien! On le dit toujours aux autres et
        d’ailleurs heureusement kon parle pas des absent sinon on dirait… Oh… Vouiii. Mais pas chez nous.

        L’ouvrage que vous appelez de vos vœux est impossible, il n’y a pas assez d’élément de comparaison et trop d’hypocrisie. Sans doute connaissez vous les exigences de l’église (des le moyen age je crois) pour reconnaître un viol, demandant la contrainte, admettant la réaction du corps mais rejetant l’orgasme vu comme un consentement.
        Tant de siècles après la croyance au « merveilleux » est toujours aussi vive. Vous avez dans les archives de l’INA force documentaires sur les sorciers de Bourges et d’ailleurs. Et si pourquoi appele une réponse, après le covid, même chez les jeunes, elle n’a nul besoin de rationalité!

        Les contraintes sont aussi de bonnes excuses. La constitution des frères de la cote prévoyait qu’ils s’amarinent pour chaque campagne, qu’ils soient réciproques et fidèles pour le bon ordre a bord… Homo? NOOON!

        Et puis, quand même, il y a aussi le familistère de Godin, les fanfares de mineurs (qui sortaient les ch’nords des estaminets), l’école de l’usine Schneider etc… Dont toute sorte d’œuvre pour les filles car les socialistes utopiques, les industriels pragmatiques, ou les croyants sincères n’avaient pas tant de mérites a reconnaître quelles conditions Doivent être réunis pour sortir de l’a-brute-issement.

        Il me semble que c’est Cesare Lombroso qui fonde la criminologie sur le constat qu’un égorgeur de poulet éjacule a chaque fois qu’il tue de la sorte. Perversion « parfaite » qu’on retrouve chez les incendiaires. Vous pouvez partir de là et étudier la criminologie… Bauer compris. Bon courage!

  28. Lagrange dit :

    « sécurité de nos emprises, et au-delà des sites essentiels à la continuité de l’action de l’État, pourrait être d’autant plus difficile à assurer qu’une part importante de nos unités sera déployée probablement hors de France, face aux forces ennemies » Vision ultra optimistes qui présuppose que l’ennemi nous laisse le temps de déployer la petite division légère Blindée qu’on est supposé pouvoir déployer en cas de guerre majeure.