Des frappes aériennes françaises ont décimé une colonne jihadiste dans l’ouest du Niger

Dans un entretien donné au quotidien La Croix, en mai dernier, le président du Niger, Mohamed Bazoum, avait affirmé que la frontière que partage son pays avec le Mali était « sous la coupe de l’État islamique au grand Sahara [EIGS] ». Mais ce n’est pas la seule région nigérienne concernée par l’activité des groupes jihadistes.

En effet, selon des chiffres récemment donnés par Alkassoum Indatou, le ministre nigérien de la Défense, les attaques menés au Niger par la mouvance jihadiste auraient fait plus de 1200 tués [dont 500 militaires] depuis 2013.

Ce phénomène s’est surtout accentué vers 2015, sous l’effet des assauts de Boko Haram [puis de la Province de l’État islamique en Afrique de l’Ouest – ou ISWAP] dans la région de Diffa [sud-est du pays] et de la montée en puissance de l’EIGS, laquelle a fait basculer les provinces de Tahoua et de Tillaberi dans l’insécurité.

D’ailleurs, c’est dans cette partie du Niger, frontalière avec le Burkina Faso, qu’un détachement de la gendarmerie nigérienne a été attaqué par des terroristes, arrivés dans la localité de Waraou avec « plusieurs dizaines de motos et de véhicules », selon Niamey.

Ces gendarmes, qui étaient alors « en mission de sécurisation dans les villages environnants », ont perdu huit des leurs lors de cet assaut. Mais, a assuré le ministère nigérien de la Défense, la « réaction énergique des éléments du détachement avec le renfort terrestre et aérien tant national que celui des partenaires a permis de mettre en déroute l’ennemi ». Durant les combat, six véhicules des forces nigériennes ont été « détruits ».

Le « renfort aérien » des « partenaires » évoqué par le ministère nigérien a été fourni par la force française Barkhane. Deux jours après les faits, l’État-major des armées [EMA] a livré quelques détails sur cette intervention.

« À la demande des autorités nigériennes, un dispositif de surveillance aérienne a été déployé par la force Barkhane, en complément des vecteurs engagés par l’armée de l’air nigérienne, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Niamey, […] pour suivre une colonne d’une quarantaine de motos repérée par les FAN [Forces armée nigériennes, ndlr] », a relaté l’EMA, dans un communiqué.

Les renseignements obtenus, notamment grâce aux « unités nigériennes aux contact » ont permis de confirmer que la colonne en question était celle d’une groupe armé terroriste [GAT], qui se déplaçait entre le Burkina Faso et le Niger.

« En étroite coordination avec les FAN, Barkhane a conduit plusieurs frappes contre la colonne », neutralisant ainsi une « quarantaine de terroristes ». À noter qu’il est rare que l’EMA donne un bilan de ses opérations contre les GAT… Cela étant, il n’a précisé la nature des moyens engagés pour cette frappe. Il est probable qu’un drone MQ-9 Reaper a été sollicité pour cette mission… Et qu’il a effectué les frappes [du moins une partie d’entre-elles] étant donné que ce type d’aéronef est désormais armé.

Quant à la force aérienne nigérienne, elle dispose de deux avions d’attaque Su-25 « Frogfoot », sept hélicoptères [dont trois Gazelle], et quatre avions légers de type Cessna 208 pouvant être utilisés à des fins de renseignement. Récemment, elle a pris possession de six drones tactiques Bayraktar TB-2 livrés par la Turquie.

Cela étant, rien n’a été dit sur l’identité de la colonne jihadiste visée, le secteur de Waraou étant disputé par l’EIGS et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM ou JNIM], affilié à al-Qaïda.

Photo : Ministère des Armées

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. albatros dit :

    C’est bon ça
    Encore du bon boulot fait par un drone Ripeur.
    Au passage les nigériens ont acheté des drones turcs, un beau succès d’export pour ce matériel rustique
    J’ai hâte de voir le Patrouilleur (Patroller) en action lui aussi, même s il coûte plus cher

    • Oliver dit :

      Quelle sera la réaction russo-malienne en terme de déstabilisation géostratégique ? Aider, manipuler certains fous de dieu pour obtenir le rejet de la France derrière un énième massacre qu’ils auront organisé et exécuté ?
      L’ennemi n’a aucune entrave morale comme éthique. Un retour 80 ans en arrière.

  2. Cela est un immense gâchis, une perte énorme, mais comment peut-on dormir tranquille devant une telle destruction !? C’est vrai ça, qui va pleurer ces 40 motos qui n’ont jamais rien demandé à personne !? Pauvres motos innocentes qui ont été détruites à cause de la barbarie des hommes !!! Respectons la vie des motos !

  3. Momo dit :

    Bravo les gars, bien joué, c’est comme kinder: plus de salmonelles, moins de cacao, mais là c’est: plus de GBU moins d’islamistes.
    Une question réthorique serait: que ferait une ministre.e de la défense nupesse dans ce genre de situation?
    Appel à l’IGPN avec nomination en urgence d’un juge d’instruction issu du PNF?
    Marche blanche à Trappes, Etampes, Marseille, Saint Denis, etc… avec Melenchon en tête de gondole?

    Mais heureusement cela n’arrivera pas! ^^

  4. Sanglier adrennais dit :

    Une colonne jihadiste ……, combien ? 10,100,500 ?
    Toujours cette communication approximative !

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Toujours cette communication approximative ! » C’est vrai quoi! On nous cache tout, on ne nous dit rien! La prochaine fois on demandera à la cellule « com » de l’E.M. de nous communiquer les noms et prénoms, situation civile et âge des malfaisants que nous avons eu l’outrecuidance de pulvériser en totale contradiction avec les droit de l’homme!

    • Seburo dit :

      « En étroite coordination avec les FAN, Barkhane a conduit plusieurs frappes contre la colonne », neutralisant ainsi une « quarantaine de terroristes »

      Un article ne s’arrête pas à la fin de son titre.

    • Carin dit :

      Les Nigériens savent combien… c’est tout l’essentiel… et puis attendez la fin de l’année, pour le compte rendu de l’EMA.
      Moi ce qui m’intéresse dans la doctrine française d’emploi des armes, c’est si elle a évolué vers le fait que ceux qui lâchent leurs armes et s’enfuient sont quand des gars a « neutraliser » ou pas?
      Et c’est précisément le problème qu’a soulevé le président du Niger, il n’y a pas longtemps. En gros il demandait à la France de ne pas être en demi teinte… ceux qui se rendent sont des prisonniers, ceux qui tentent de fuir, restent des combattants à venir, et des tueurs en puissance que nous laissons partir, et qui ne manqueront pas d’aller se venger de la honte subie sur des populations civiles, en massacrant des villages complet!

    • Polymères dit :

      Ils étaient 300 000 et chantaient « heili heilo ».
      Les armées communiquent ou ne communiquent pas, vous n’êtes pas en mesure ni en position pour exiger un compte rendu d’opération militaire, restez à votre place et n’essayez pas de vous rendre plus important que vous ne l’êtes.

      Je sais certaines personnes derrière leurs écrans pensent qu’on leur doit tout, mais comprenez bien aussi qu’il est bien possible qu’en fait il n’est pas possible d’être précis.
      Combien d’ukrainiens sont dans Severodonetsk? La Russie n’en sait rien, il y en a, on peut dire approximativement combien ils sont, mais vous ne pouvez pas être précis.
      Ici, il y a une « colonne », qui peut s’étendre parfois sur des km (car ça se déplace par groupes et non en file indienne, ben oui ils s’adaptent à la menace aérienne, rendez-vous compte, l’ennemi réfléchit!), on va avoir un ou deux points d’observations sur la colonne sans en avoir une vie d’ensemble, on va frapper ensuite ici ou là avec ce qu’on peut par rapport à ce qu’on voit, ensuite on fait le bilan de ce qui reste au sol.

      Vous pensez que la communication est approximative, vous pensez que c’est fait volontairement ou qu’elle est mal faite, mais dans la vérité la situation est approximative, la guerre est toujours approximative. Il n’y a que dans les jeux vidéo ou en appuyant sur une touche vous allez savoir combien il y a d’ennemis en face de vous ou que lorsque vous tirez dans un buisson vous allez avoir un marqueur qui dira que vous avez touché un ennemi. Dans la réalité il y a un brouillard de guerre permanent pour lequel vous avez qu’une vue approximative de l’ennemi et un bilan qui l’est également.

      Ceux qui comme vous demandent de la précision sont souvent ceux qui n’ont jamais mis un pied sur un théâtre d’opération, ni connu l’épreuve du feu ou ce serait tellement magnifique de savoir combien de types vous tirent dessus et d’avoir une montre connecté qui à chaque cartouche tiré vous indique si vous avez touché l’ennemi. Au final vous ne pouvez qu’annoncer avoir été engagé par un petit, moyen ou gros groupe ennemi, que vous avez riposté pour neutraliser la menace sans forcément pouvoir avancer un bilan, qu’il y ait des morts, des blessés, qu’il se soit enfui ou rendu, peu importe, d’où l’intérêt de cette expression que beaucoup ne comprennent pas qui est de « neutraliser » et qui n’est pas synonyme de « tuer ».

      Il y a un flou dans la guerre, il y a une gestion d’une menace. L’ennemi ne peut pas être chiffré, il ne peut pas se mesurer à un nombre, il est une menace plus ou moins forte qu’il faut réduire. Ceux qui pensent ou attendent qu’on dise qu’en face ils sont 500, ils se persuaderont qu’en tuant ces 500 ce sera terminé, sauf qu’ils comprendront très vite qu’on est dans un flux de personnes, qu’on pourrait en tuer 500 qu’il en restera toujours, car ça recrute. On ne doit pas se borner à des nombres, mais casser les groupes qui entretiennent la combattivité, d’où l’intérêt de taper les chefs charismatiques qui sont souvent de bons manipulateurs disposant de l’argent.
      Faut pas croire 80% des effectifs de l’ennemi sont là par opportunisme financier ou dans une certaine contrainte sécuritaire. Quand j’évoque cette contrainte sécuritaire, c’est en référence au contrôle de territoires, quand un ennemi contrôle un territoire il y exerce sa « loi » et enrôlera de facto la population civile à différents rôles administratifs, sécuritaires, judiciaires, éducatifs religieux. Cela devient très vite un système et ou le civil désarmé se pliera et ou le pauvre saisira le seul travail qui le payera. On a vu avec Daesh comment un groupe terroriste peut vite instaurer ce genre de système à un niveau étatique et on l’a revu avec les talebs en Afghanistan.

      Dans le Sahel, c’est pareil. Beaucoup attendent montre dans une main et porte-monnaie dans l’autre une victoire contre le terrorisme, qui verrait en fait l’élimination de tous les terroristes. Ces gens ne voyant pas cela venir, voyant qu’il y a toujours des terroristes se disent que nous n’y arrivons pas, que ça ne change rien qu’on fasse ou non quelques chose. Rajoutez à cela la manipulation d’opinion qui rendra presque la France responsable de tout et vous avez un beau cocktail pour qu’on se retrouve dans une belle situation au Mali dans les mois à venir.

      Car comme je l’ai souvent dit, même si le terrorisme n’est pas éliminé et que ce ne soit pas la zone la plus sûre du monde, nous sommes un acteur important permettant à l’ennemi de ne pas contrôler de territoires importants. L’importance d’un territoire n’est pas une zone désertique dans laquelle l’ennemi se cache, une zone d’importance ce sont les zones habitées. Car dès lors que l’ennemi entre dans des zones habitées, il fait ce que j’ai décris plus haut, il en prend le contrôle et va s’enrichir et prendre du volume très rapidement.
      Nous allons le voir au Mali, beaucoup pensent qu’en se retirant ça va continuer comme si de rien n’était, qu’il suffit à Bamako de faire des communiqués glorieux pour que la menace soit régulée, de croire que quelques mercenaires russes vont remplacer plus efficacement ce que nous faisions, mais c’est faux.
      Il y aura un vide sécuritaire, il s’installe déjà et vu qu’on continuera d’agir dans des pays comme le Niger voir le Burkina, les terroristes pas cons non plus, finiront par comprendre que le territoire malien est bien plus « vivable ». Ils n’auront pas grand chose à faire et ça peut aller très vite, tant sur le terrain que dans les esprits dès qu’en face ils auront commencés par se regrouper en 3 ou 4 gros coups contre l’armée malienne et ça peut basculer, difficile ensuite pour l’armée malienne de retourner au front avec un moral qui manque de résilience.

      On termine de vider Gao, il n’est pas impossible que la mandat de la MINUSMA ne soit pas renouvelé, tant le contexte politique pousse actuellement la junte malienne à vouloir affirmer une souveraineté et tant elle est poussé par son allié russe à faire du dégagisme des étrangers (sauf des russes bien entendu!) en prétextant que c’est la voix de la liberté et de la souveraineté…

    • Alpha dit :

      Ben 3 motos yamaha avec un enrubané dessus, c’est une colonne, non?

      On ne va tout de même pas dire au bon peuple que l’on a claqué plusieurs millions pour détruire 3 moto d’occas achetées 90 euro pièce au marché de Tombouctou… En tout cas pas en période d’élection…

    • « Une quarantaine de motos »…C’est marqué dessus comme sur le Port Salut…

    • Marre and Go dit :

      Communication approximative ? toujours moins que l épithète douteuse dont vous affublez votre sanglier historique…

  5. Durandal dit :

    Après avoir migré au Niger, les Djihadistes vont revenir passer des vacances au Mali.
    Au-delà de la blague, ça risque d’être le cas.

  6. Carin dit :

    Nous venons de voir la nouvelle doctrine d’emploi de Barkhane… le CAS, au profit de ceux qui le demande, et après vérification des dires quant à la véracité des faits.
    Ce qui veut dire que la nouvelle doctrine inclut le renforcement de la partie observation, et donc qu’une bonne dizaine de
    « patroller » vont prendre leurs quartiers au côté des reaper.
    Le Mali nous aura appris au moins cela, accompagner et aider une armée amie, n’est pas suppléer à ses manques et ou responsabilités, sinon c’est présence indéfinie
    Merci encore une fois à nos réels amis les guignols de Bamako, de nous avoir libérés du carcan d’un contrat que nous respections à la lettre.

  7. vrai_chasseur dit :

    Et pendant ce temps au Mali les Wagner font grève…
    Il ne sont plus payés depuis Avril
    http://www.jeuneafrique.com/1354772/politique/mali-quand-les-mercenaires-de-wagner-se-mettent-en-greve/

    • Lockass dit :

      Y a pas à dire, ils ont vraiment eu du flaire les Maliens en nous chassant et en invitant ces types

    • Clavier dit :

      Pas d’argent, pas de Suisses….comme on disait autrefois !

  8. Félix GARCIA dit :

    Débat à l’Iremmo sur Diplomates en Colère
    https://www.youtube.com/watch?v=sBOFfQ3pPMk
    (de 1h24min17sec à 1h26min34sec, par Marc ENDEWELD)

    Donc c’est ça la politique africaine d’Emmanuel MACRON ? Recommander aux chefs d’états africains, en tant que président de la République Française, de prendre la banque ROTHSCHILD comme banquiers conseils pour leurs pays respectifs ?
    ……………
    ………………………..
    …………………………………..
    …………………………………………………………………………………..

    • Félix GARCIA dit :

      Les présidents algérien et français veulent « approfondir » les relations entre les deux pays
      La France et l’Algérie s’efforcent depuis plusieurs mois de donner un nouvel élan à leur relations après une grave crise diplomatique.
      https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/algerie/les-presidents-algerien-et-francais-veulent-approfondir-les-relations-entre-les-deux-pays_5206024.html

      Là par exemple, j’espère qu’il s’agit entre autres de causer des tuyaux qui iraient du Nigeria à l’Algérie en passant par le Niger, pour venir approvisionner la France (et l’Europe, je crois qu’on parle d’un projet à 15 milliards d’€).

      C’est bien de faire des trucs européens (surtout en ce moment), mais notre avenir est au Sud (Amérique Latine, Afrique, Asie [du « grand Sud »] et Océanie, voire même dans l’océan Austral), du moins j’en suis persuadé, intimement convaincu même.

      • lgbtqi+ dit :

        il m’est venu une drôle de pensée à la lecture de « les deux pays veulent approfondir les relations ». Surtout quand on sait dans quel sens ça se passe.

        • Félix GARCIA dit :

          Z’avez l’esprit mal tourné aussi !
          ^^

          Je ne vous conseille pas de vous asseoir sur une chaise en paille !
          😀

      • Courmaceul dit :

        « de causer des tuyaux qui iraient du Nigeria à l’Algérie »

        ça fait 20 ans que l’Algérie a mis ce projet sur la table. Je pense qu’il ne se fera jamais. Un, c’est un projet uniquement de livraison de gaz à l’Europe, le tout passant par l’Algérie. Ce même pays s’est servi de l’arme du gaz envers le Maroc, puis envers l’Espagne.

        Deux, ce projet ne génère aucune sphère de prospérité en schéma sud/sud, alors que le projet Nigéria/Maroc, si. Ce dernier projet avance très vite en plus.

        • Félix GARCIA dit :

          Je n’étais pas au courant, merci pour les détails.

        • Félix GARCIA dit :

          Le Quotidien Algérois@lequotidienalg
          | Une réunion trilatérale entre l’Algérie, le Niger et le Nigeria débutera demain à Abuja pour la reprise des discussions au sujet du projet de gazoduc transsaharien (TSGP) qui va relier, à partir de 2027, le Nigeria à l’Algérie.
          https://twitter.com/lequotidienalg

  9. lgbtqi+ dit :

    Bravo les gars ! Beau boulot ! Merci !