Démonstration réussie pour la version « appui-feu » du robot « Mission Master » de Rheinmetall

Le 6 avril, le Bundestag [chambre basse du Parlement allemand] a fini par accepter que les drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] de la Luftwaffe puissent être armés. Ce qui a mis ainsi un point final à de longues années d’hésitations pour des questions éthiques. Cela étant, ces débats n’ont pas empêché le groupe allemand Rheinmetall Defence, via sa filiale canadienne, de développer la gamme de robots terrestres Mission Master, dont plusieurs versions sont… armées.

Ainsi en est-il du Mission Master SP – Appui-feu. Monté sur un châssis à roues 8×8, ce « véhicule terrestre autonome » est équipé d’un poste de tir téléopéré Fieldranger Multi, doté de deux lance-roquettes à sept tubes de 70 mm fourni par Thales. Et il vient de faire l’objet d’une démonstration devant six délégations venues de Suède, de Belgique, des Pays-Bas, de Pologne, du Danemark et de Norvège.

Dans le détail, relate Rheinemetall Canada, le Mission Master SP – Appui-feu a effectué des tirs de roquette guidée laser FZ275 [de Thales] au camp de base de Försvarets materielverk [FMV] Trängslet, en Suède. Il a ainsi détruit un véhicule tout terrain, situé à 4 km de distance. Et cela, via une « tablette sécurisée et personnalisée » et un logiciel de « commandement et de contrôle » mis au point par Rheinmetall. En clair, l’homme est « toujours dans la boucle », la décision de tir revenant à l’opérateur.

En outre, précise l’industriel, le choix de la roquette FZ275 s’explique par ses peformances. Ayant une portée plus longue que les munitions de sa catégorie, elle « offre une précision et une exactitude métriques, ainsi qu’un soutien au sol indéfectible aux forces armées », a-t-il justifié.

Cette démonstration a permis de finaliser le processus de qualification de la version « terrestre » du Fieldranger Multi configuré avec le lance-roquettes de Thales, Jusqu’alors, ce poste de tir n’était disponible que pour les aéronefs.

« Cette nouvelle configuration est maintenant prête à être intégrée sur d’autres types de plates-formes et de véhicules blindés », a fait valoir Rheinmetall, qui rappelle que le Mission Master, grâce à son architecture modulaire, peut être doté d’une mitrailleuse de 12,7 mm, d’un canon Dillon Aero M134D ou d’un lance-grenades de 40 mm.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Ulysse dit :

    A quand un Caesar dronise. les batteries d artillerie sont particulièrement adaptés à ce type d évolution qui ne manquera pas de prosperer.

    • Alex dit :

      Absolument d’accord et dans le domaine de la robotique militaire, de veille, d’appui et offensive, la France est bien à la ramasse alors que le Mali constituait pourtant un vétitable et exceptionnel laboratoire… en tous cas c’est mon point de vue.

  2. guy dit :

    D’ailleurs ils sont ou les unités de drones de combat russe qu’ils nous vendent depuis des années? Pas en Ukraine c’est certain!
    Pourtant quand ils en parlaient on avait déjà l’impression que l’armée russe allait balancer des charges de drones de combat par paquets de 12…

    • Dolgan dit :

      Terminator à été déployé à marioupol. Puis on en a plus entendu parler.

    • Ingo dit :

      C’est comme pour les Su-57 ou les T14 Armata… Ils ont peur des les abîmer. Si la situation n’était pas si tragique, ce serait drôle. Parce que c’est facile de d’aligner des chiffres dans les communiqués de presse, la réalité du terrain est quand même très différentes.

  3. Sorensen dit :

    Nul doute qu’il équipera une version du Autonomous Combat Warrior Wiesel développé en Australie.

    • Jackelande dit :

      Cétait en janvier, la frégate française « Auvergne » a passé trois semaines à naviguer dans les eaux internationales de la mer Noire, alors que les relations entre la Russie et l’Ukraine restent tendues autour de cette zone : une mission particulièrement sensible, sous la surveillance continuelle d’un bâtiment de guerre russe.
      Même si la désescalade est souhaitée et espérée par Moscou et Washington, la situation reste tendue aux frontières de l’Ukraine et de la Russie, qui partagent toutes les deux l’accès à la mer Noire. Et dans ces eaux naviguent des bateaux étrangers qui tentent de maintenir le calme dans la zone. C’est le cas de la frégate Auvergne avec ses 140 mètres de long, ses 150 personnes à bord, ses sonars, ses missiles, ses torpilles, son hélicoptère.
      La vraie guerre maintenant, les navires français et M2000 sont disparus dans la mer Noire, ils ont peur.

      • Dolgan dit :

        Clairement, tu fais pas la guerre dans une piscine avec une frégate.

        Si on décide de nettoyer la zone, ce sera par un raid de rafales M.

        • Lougakic dit :

          Aux annonces indiennes …
          Cinq jours après le raid aérien mené par l’Inde au Pakistan contre les installations du groupe djihadiste responsable de l’attentat de Pulwama, d’importantes questions émergent sur le déroulement de cette opération qui a ravivé une situation déjà tendue entre les 2 pays.
          Aux annonces indiennes du succès de cette intervention militaire s’oppose le manque de preuves matérielles de l’opération engagée par l’Inde. La destruction du complexe par 12 chasseurs Mirage 2000 indiens aurait dû laisser des traces sur le terrain mais 5 jours après, aucune image du site n’a été publiée et face à ce manque certains médias commencent à remettre en question la véracité du déroulement de l’opération indienne. Une piste ouverte par les commentaires pakistanais qui peu après l’intrusion aérienne sur leur territoire de l’aviation indienne signalaient que ce raid n’avait causé aucun dégât humain ou matériel.
          On attend que le rafale fait preuve.

  4. dompal dit :

    « Cette démonstration a permis de finaliser le processus de qualification de la version « terrestre » du Fieldranger Multi configuré avec le lance-roquettes de Thales, Jusqu’alors, ce poste de tir n’était disponible que pour les aéronefs.

    « Cette nouvelle configuration est maintenant prête à être intégrée sur d’autres types de plates-formes et de véhicules blindés », a fait valoir Rheinmetall, qui rappelle que le Mission Master, grâce à son architecture modulaire, peut être doté d’une mitrailleuse de 12,7 mm, d’un canon Dillon Aero M134D ou d’un lance-grenades de 40 mm.  »

    Donc Rheinmetall n’a rien inventé, il a juste créé un mini-robot terrestre et c’est tout !

    Je pense que je pourrais le mettre sur le toit de mon break sans pb ! 😉

  5. Liber dit :

    « Faux culs », « faux jetons », l’éthique et la moraline en bandoulière, l’intérêt bien compris dans la poche revolver.
    A l’image de Mme van der P…
    Bien plus dangereux que Poutine !!
    Réveillons nous

    • PK dit :

      Vous êtes un complotiste. L’Allemagne, c’est bien : la Russie c’est mal ®

      Vous devriez relire votre bréviaire du bon petit occidental. Sinon votre déviance mentale pourra faire l’objet d’une réadaptation dans un Lieu de Rééducation des Esprits Mal-tournés (LREM).

      • Liber dit :

        Lieu de Rééducation des Esprits Mal-tournés (LREM).
        Excellent !!! connaissais pas !

      • Dominick dit :

        Non, l’allemagne c’est pas loin comme la russie, c’est mal ! Stoppons avec eux tous les projets de coopération militaires comme civils et arrêtons le transfert de la fabrication des moteurs d’Ariane. Fermons la brigade Franco-allemande, idem pour l’escadre de transport. Reprenons la main sur nos entreprises AIRBUS, ARIANE, MBDA. Supprimons l’accord qui nous oblige à leur vendre notre électricité à des prix inférieurs à celui qui est appliqué aux français, fin de l’alignement du prix de l’élec sur celui du gaz. Faisons payer sous forme de fortes amendes, la pollution de l’air en France suite à l’arrêt de leurs centrales nucléaire etc, etc… Multiplions aussi par 3 l’impôt foncier sur les propriétés allemandes en France, idem pour la taxe de séjour. Renvoyons dans les cordes la van der layette, qu’elle reste à sa place, nous ne l’avons pas élu et supprimons la très importante contribution française à l’europe (26/27 milliards d’€)!!… Sortons de l’OTAN et arrêtons de financer la pseudo défense européenne. Voilà cela vous convient, Pk, de toute façon ça va changer sou peu!!

    • T dit :

      Développer es systèmes d’armes est loin d’être l’apanage de l’Europe. On vous rappelera que les principaux xportateurs d’armement sont les US, les Russie, la Chine et Israël. Donc rendormez-vous.

      • Liber dit :

        Je n’ai pas dit qu’il ne faut pas développer des système d’armes. Au contraire ! Je dis simplement que l’Allemagne donne sans arrêt des leçons de moral, mais s’arrange toujours pour ne pas les appliquer quand c’est son intérêt financier bien compris. Ce sont donc des « faux culs »

  6. Félix GARCIA dit :

    Et pour nous, pour appuyer les JAGUAR, les VBCI, les LECLERC XLR et les CEASAR :
    MPCV – Mistral
    MPCV – MMP
    MPCV – MLP
    MPCV – Lance-grenade
    Camion avec tourelle 40mm
    Camion avec tourelle 76mm

  7. Franz35 dit :

    Ce type de véhicule est probablement d’un très grand intérêt. Seulement, est-il piloté à distance ? Programmé pour suivre une route prédéfinie ? Programmée pour suivre une personne ? Au risque de paraître vieux jeu, j’ai plus confiance dans un blindé piloté de l’intérieur. Quite à ce que l’armement soit pilotable à distance. Car un pilote à bord sera plus à même d’adapter la conduite du véhicule et sa mise en poste en fonction des aléas du terrain.

    • Dolgan dit :

      Apparemment modes « suis moi » , « convoi » (suis un véhicule je pense) ou « progression automatique « . Et sans doute mode téléguidé.

    • HMX dit :

      Le véhicule présenté dans l’article est visiblement peu autonome. C’est apparemment un engin télépiloté, incapable de se déplacer seul, ou d’acquérir une cible de façon autonome sans assistance humaine (et on ne parle évidemment pas d’engager la cible de façon autonome…). Il faut le voir pour ce qu’il est : un premier pas, intéressant, qui préfigure l’avenir.

      L’avenir, ce sont des drones terrestres armés qui seront en apparence similaires, mais avec des capacités plus avancées : ces drones ne seront plus télépilotés de bout en bout (c’est à la fois peu discret, et cela nécessite un opérateur dédié), mais davantage autonomes grâce à l’IA.

      On peut ainsi imaginer des drones capables de suivre automatiquement un blindé ami (convoi automatique), de s’engager à la demande dans une reconnaissance sur un secteur préalablement défini, de défendre un périmètre préalablement défini, d’utiliser le terrain et les obstacles pour se déplacer et se masquer à la vue de l’adversaire, de reconnaître et identifier des cibles potentielles à l’aide de ses capteurs, de détecter et de réagir automatiquement à une agression (émission de fumigènes, déplacement à l’abri, transmission des coordonnées ou de la direction de la menace…), et bien sûr d’engager une cible sur ordre de l’équipage du blindé qui le commandera. Plus le temps passera, et plus nous iront vers des drones terrestre de plus en plus autonomes. L’objectif, c’est évidemment de gagner en efficacité et en létalité, et de réduire les risques de pertes humaines dans nos rangs. Ces drones sont aussi un moyen pour regagner rapidement de la masse, compte tenu de nos moyens « à l’os », ce dernier argument étant particulièrement important dans le contexte actuel : prendre la décision de produire de nouveaux blindés, équiper de nouvelles unités, recruter et former correctement leurs équipages prendra du temps, beaucoup de temps (10 ans minimum ? 15 ans ?), alors que produire des drones en quantité pour équiper les unités existantes peut se faire dans un délai relativement court.

      Dans les grandes lignes, ce type de drone représente ce qui est envisagé dans le cadre du programme MGCS pour les drones qui accompagneront le futur char de combat. Sauf que le MGCS, ce ne sera pas avant 2040, si tout va bien. Guerre en Ukraine aidant, il existe désormais un consensus sur le fait qu’on ne pourra pas attendre jusque là. La France dispose d’atouts à faire valoir en matière de drones terrestres, avec d’ailleurs une unité dédiée de l’AdT récemment créée à cet effet (Section Vulcain, basée au CENZUB à Sissones). Alliés ou pas, ne laissons pas les allemands prendre trop d’avance… jouons notre propre partition en développant des drones terrestre armés qui auront vocation à accompagner nos Griffon, Jaguar et Leclerc dès 2025.

      • Dolgan dit :

        Le véhicule présenté a une IA de déplacement. Dans ce qui se fait dans le domaine actuellement : suis moi, convoi et déplacement autonome.

        Acquérir une cible avec ce type de munitions, c’est pas le sujet. Par contre, pour la version canon c’est très facile. On peut dire que c’est une option basique pour du système de combat occidental 2022.

        Si on veut augmenter la masse, c’est beaucoup plus rapide. On a de l ordre de 150 leclercs en réserve (en du plus vieux, mais bon). Recruter et former, c’est pas très long. Et même relancer une production leclerc c’est beaucoup plus rapide. Produire des drones alors qu on n a aucune expérience nationale (à priori, on reflexionne sur base themis) dans le domaine ?

        Il n’y a aucun consensus pour dire qu’il faut avancer le mgcs. Et certainement à l aune du conflit ukrainien qui voit notre principal adversaire sacrifier ses capacités conventionnelles. Un potentiel affrontement avec la Chine, 2040 on est bon.

        2025, c’est demain. L adt evalue le potentiel de ce type de système. On est l’une des armées les plus avancées dans ce domaine . Mais autant ils disent que c’est l’avenir, autant ils ne disent pas que le concept et la technologie sont matures.

  8. Carin dit :

    Il faut vraiment pas faire chier nos amis allemands.. sinon en une semaine, ils armes leurs drones et font des robots tueurs d’à peu près tout ce qui bouge sur un champ de bataille… mais l’homme reste dans la boucle… ah on me dit dans l’oreillette qu’il faut plus d’une semaine pour créer un tel robot!!! Mais alors… depuis quand nos amis allemands préparent ces armements??
    Depuis quand nos amis allemands imposent un drone de type mammouth, avec moultes tergiversations pour sa double motorisation, puis son armement, tout en louant des hérons TP, mono-moteurs et équipés pour emporter divers armements… et même pas europeens, ces armements! Y’a rien là ?
    Ils sont bien gentils nos cousins d’outre-Rhin, mais elle pue un peu leur politiques a 6 ou 7 vitesses.

    • Dolgan dit :

      C’est juste un proto d’un de leurs industriels avec thales Belgique ….

    • Twouan dit :

      Tu confonds l’Etat et l’entreprise.
      Les industriels allemands ne sont pas toujours en ligne avec la position de l’Etat sur l’armement des drones. Ils appliquent la loi, si l’Armee allemande dit qu’elle ne veut pas de drone arme, pas de soucis, il n’est pas armer. -en France on rale- Mais en Allemagne, comme ce sont de grands groupes -qui si c’est pour leur survie investissent-, ils ont des divisions a l’etranger ou d’autres lois s’appliquent ici c’est au Canada. Ca aurait put etre l’Afrique du sud, les USA, l’Australie etc…

    • Belzébuth dit :

      Les boches ne défendent que le droit inaliénable du Lumpenproletriat de l’est à venir bosser dans leurs usines pour 4 euros de l’heure, voire moins.
      Ils n’ont pas changé depuis la seconde guerre mondiale et leur personnel politique a pris la confiance avec nos politiques qui font les beaux et s’agitent frénétiquement sur leurs bas de pantalons…
      https://mobile.twitter.com/legumann/status/1512421323225632769

  9. Yon21 dit :

    Bon en attendant, la France ne doit compter que sur elle même, y compris pour un vol habité dans l’espace, il faut mettre le paquet et arrêter avec l’éthique, à cause de cela on a perdu du temps sur les drones…
    Et quand est il du missile hypersonique VMAX ????

  10. Dolgan dit :

    En mode sol sol , cette roquette a aussi une portée minimale de 1,5 km ?

  11. farragut dit :

    Je reste toujours dubitatif quand on me parle d’un robot « avec un humain dans la boucle ».
    En fait, ce n’est qu’un jouet télécommandé, avec un fil déroulé derrière lui (à la manière des Goliath allemands de la WWII), ou une liaison « haut débit » radio cryptée, susceptible d’être brouillé ou pénétrée par des systèmes de hacking un peu intelligent (Israël est un spécialiste du genre, parait-il).
    Donc, si « autonomie » de décision de tir il y a, elle ne pourra être que confiée à un humain, ne serait-ce que pour des raisons juridiques du droit de la Guerre.
    A moins de mettre des mercenaires de Wagner dans l’engin, difficile de nier que le tir a été « involontaire », ou que ce n’est pas la décision du « donneur d’ordres ».
    Bref, la position française de ne pas confier la décision de tir à une IA me parait saine et sensée (à défaut d’être seulement morale). Elle nous évitera probablement l’exercice périlleux de Poutine ou des Russes capable de nier une frappe (signée) de missile sur le parvis d’une gare avec des civils…
    Mais si l’on peut prouver que l’IA a été « contrefaite » ou induite en erreur, alors là, tout est permis. Je compte sur nos amis allemands pour intégrer le discours genre DRH « C’est ce robot qui avait des problèmes personnels, et qui a contrevenu aux ordres… »).

    A ce propos, des nouvelles de l’enquête du BEA civil sur « l’incident » du B777 du vol Air France AF011 en cours d’approche à Roissy ce 4 avril 2022 ?
    Cyber piratage ou brouillage d’avertissement pour notre PR ?

    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/enquete-du-bea-apres-un-incident-grave-sur-un-vol-air-france-a-l-atterrissage-a-roissy-20220406
    https://www.laprovence.com/article/france-monde/6719444/enquete-du-bea-apres-un-incident-grave-sur-un-vol-air-france-a-latterrissage-a-roissy.html
    https://bea.aero/

    • VascoCap dit :

      Ah la la ! les supputations des journalistes pour faire du buzz, et les guignol qui relaient…
      En Aéronautique rien n’est simple et laissez le BEA enquêter au lieu d’insinuer des carabistouilles.

    • Félix GARCIA dit :

      @ farragut
      Je suis désolé de répondre ainsi en différé.
      Vos propos sur ma suggestion d’un STOBAR « portant des gros drones » sont pertinents.
      Il semblerait qu’il faut en effet une catapulte pour projeter des « nEUROn » etc …
      Il me faut tempérer mon enthousiasme (et le « gin-to » à l’approche de l’élection …) !
      ^^

    • Thaurac dit :

      Ou panne capteur et (ou) logicielle sans voir du complotisme partout! D’autant plus que le temps était mauvais et le boeing âgé s de 17 ans.

  12. forêt10 dit :

    Je ne suis pas un spécialiste.
    Toutefois en visionnant cette vidéo, je me rends compte que « l’opérateur » n’est pas à une grande distance de l’engin.
    Question:
    1- A quelle distance, doit se trouver celui-ci, de l’engin?
    2- Dito pour le système de visée?
    La présence de ces 2 « JTAC » diminue singulièrement la portée du dispositif, c’est «  »l’Homme » est toujours dangereusement dans la boucle…

    • Dolgan dit :

      Retex russes des terminator en Syrie. Ils ont eu du mal à garder le contact avec leurs engins .

      De toute façon, ce genre de truc ça n’a pas vocation à se balader seul (sinon, youri avec son tracteur va l embarquer). Juste à faire seul quelques centaines de mètres, et surtout à ne pas avoir de soldats sur place en cas de contre batterie. Et les soldats commandants le tir seraient sans doute souvent quelques kilomètres devant.

      • Thaurac dit :

        Quelques uns se sont fait descendre o use sont embourbés en ukraine et ont été récupérés..

  13. ji_louis dit :

    Je vois bien venir la foultitude de problèmes de logistique venant avec de tels engins:
    – Moteur essence, diésel, hydrogène, éthanol ? Où, quand, comment faire le plein?
    – Télécommande par radio terrestre (V/UHF), radio satellitaire, ou infra rouge ? La première est détectable (gonio) et brouillable (jammer) voire interceptable, la seconde est limitée en canaux, la troisième est limitée à la portée optique sans obstacle (quelques mètres en forêt ou en ville).
    – Et pour la gestion de la chaleur ? Le camouflage est fait par l’homme, et si l’électronique est climatisée, cela fait une belle cible infra-rouge.

    Le principal intérêt que j’y vois est de pouvoir multiplier les feux et diminuer les risques de perte humaine en cas d’embuscade ou de contre-batterie, mais une gestion délicate en perspective, une complication dont l’intérêt sera ponctuel.