La France se dote d’une capacité spatiale de renseignement électromagnétique unique en Europe

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

103 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Félicitations !

  2. Aramis dit :

    Très bien, nous sommes à la pointe du renseignement mais on ne peut rien faire militairement même si on sait.

    • PeterR dit :

      On peut aussi décider en âme et conscience de justement ne pas y aller. C’est justement parce que nous n’étions pas dépendants des US qu’on savait qu’ils mentaient comme des arracheurs de dents … vous vous souvenez, les armes de destruction massive, la deuxième guerre d’Irak.
      Cette capacité nous a surement sauvé pas mal de soldats

    • tschok dit :

      @Aramis,

      Nan, on ne peut pas faire la guerre dont vous rêvez, qui est peu ou prou la guerre telle que se l’imaginait la chevalerie française avant de se faire heureusement éliminer à Azincourt, sans quoi nous n’aurions pas vaincu l’envahisseur à Patay.

      Si un roi Anglais n’avait pas été aussi cruel, la France serait britannique, tant la noblesse française a multiplié les efforts pour perdre toujours les mêmes batailles (Crécy, Poitiers, puis Azincourt), avec une opiniâtreté avec laquelle nous avons renoué en 1940.

      Je ne voudrais pas tenir un discours désagréable d’élimination darwinienne des incompétents, mais je vous suggère aimablement d’arrêter de vous plaindre et de vous ranger dans le camp de ceux qui se donnent les moyens de vaincre, c’est-à-dire le camp de l’armée française. En toute simplicité, sans faire de chichi.

      Nous sommes sur un blog militaire, pas un blog de victimes de la société et du temps qui passe ou du temps qu’il fait.

      (le guichet des plaintes, c’est la troisième porte à gauche, faites gaffe à la marche, elle est traitre)

      • Czar dit :

        on a p’erdu les mêmes batailles mais curieusement gagné la guerre sans doute par l’action du saint esprit, n’est-ce pas, ducon ? oh et au fait, à patay que tu cites, l’armée française a pulvérisé les rosbifs en utilsiant exactmeent la même tactique qu’à azincourt

        et je ne parle même du total contresens historique : si les rois français d’Angleterre l’avaient emporté sur les rois français de France c’est évidemment l’angleterre qui serait devenue française et gouvernée depuis Paris la ville la plus vaste d e l’époque.

        merci d’avoir joué. une prochaine fois, peut-être…

      • Aramis dit :

        Je ne rêve pas de guerre je constate notre absence de moyens de la faire.

        « le camp de ceux qui se donnent les moyens de vaincre, c’est-à-dire le camp de l’armée française » Ah et on battrait qui avec notre armée si dans 24h on doit faire une guerre de haute intensité? En toute simplicité hein, sans faire de chichi.

        « Nous sommes sur un blog militaire, pas un blog de victimes de la société et du temps qui passe ou du temps qu’il fait. » Ne prenez pas votre cas pour une généralité.

    • georges dit :

      Bien sur, quoique le simple fait de l’écriture de votre message prouve le contraire.

  3. Plusdepognon dit :

    Très longtemps, les satellites ont été hors de portée des menaces,ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs années :
    https://www.areion24.news/2021/07/20/satellites-les-nouveaux-papegais-de-lespace/

    https://www.areion24.news/2021/05/11/les-fondements-de-la-strategie-spatiale/

    Une menace plus diffuse que la destruction est désormais permanente : celle dela guerre numérique.
    https://www.areion24.news/2021/04/15/cyberespace-une-intersection-redoutable%E2%80%89/

    Tout le monde se positionne là-haut avant que la fin de la récréation ne soit sifflée, y compris les multinationales des multi-milliardaires avec leurs constellations privées :
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/04/02/face-au-risque-d-un-far-west-spatial-la-necessite-de-gerer-le-trafic_6075344_3234.html

    https://www.air-cosmos.com/article/le-new-space-un-phnomne-typiquement-amricain-24561

    On sent bien que le summum serait de mettre des armes pointées sur la Terre, ça en démange certains.

    Au risque de les décevoir, cela a déjà été tenté par l’URSS :
    https://www.fredzone.org/les-photos-dun-canon-spatial-russe-datant-de-lere-sovietique-finalement-declassifiees-8547

    Mais ils y pensent très fort.

  4. Patatra dit :

    Bon, je vais passer pour un râleur, mais malgré un cocorico bien mérité, il en fallait 3 et nous en avons que 3.
    Si un est en rade, plus de système.

    Un peu de redondance serait une bonne chose en cas de baston… (surtout que maintenant, un satellite, cela s’attaque (plus ou moins proprement)).

    • Paul Bismuth dit :

      @ Patatra
      Dans ce cas précis, il vaut mieux râler avant sur Vador:
      https://lemamouth.blogspot.com/2021/11/renseigner-nest-pas-jouer.html

    • Gaulois78 dit :

      Effectivement, si un satellite tombe en panne plus de système, sauf si un plan de rechange existe?

      D’ailleurs à propos d’attaque ce matin la Russie nous a fait un remake de la guerre des étoiles…PS: les US, Chinois, indiens ont fait la même chose…

    • tschok dit :

      Oui Patatra, vous êtes beaucoup à vous disputer le titre de Monsieur Bahlsen.

      C’était une figure du marketing agro-alimentaire, sur le mode du en mettre un peu plus.

      Il y avait aussi Monsieur Cadburry (pour les faire un peu plus longs) et Monsieur Lustucru (vous savez, l’inflation du nombre d’oeufs frais au kilo de nouilles).

      Et, je ne sais pas pourquoi, mais sur ce blog les gens ont l’impression de réaliser d’immenses percées conceptuelles en appliquant les principes du marketing alimentaire à la chose militaire.

      J’ouvre une parenthèse, mais une marque met en oeuvre une stratégie contraire, la stratégie de la pénurie affichée, et elle est bizarrement liée sur un plan publicitaire à la diplomatie.

      Vous savez, c’est une marque qui brode sur le thème des « soirées de l’ambassadeur » et qui vend des petites boules de chocolats en expliquant qu’elle ne les vend pas en été, mais seulement en période hivernale, car la chaleur nuit à la qualité de son produit.

      En vrai, on a inventé le frigo et la température ambiante on s’en fout: c’est juste un produit saisonnier qui se vend plus lors des fêtes de fin d’années. Sous nos latitudes, en hiver, donc.

      C’est drôle, non?

      Dans la pensée militaire tête de gondole façon Nutella on est dans le toujours plus, dans la droite ligne du marketing agro-alimentaire le plus classique, mais lorsque l’on vend un produit saisonnier, on fait appel à l’imagerie de l’ambassadeur.

      Les deux figures mythologiques de la guerre, le soldat et le diplomate, se rencontrent, à front renversé, sur le terrain de la bouffe.

      Bon, c’était juste une parenthèse.

      • Mica X dit :

        Au passage le chocolat ne se met pas au frigo, après il est grisâtre et moche, le gout n’est lui, pas trop affecté, mais il est moche…
        Bon ap

  5. Félix GARCIA dit :

    J’ai mouliné sur un truc hier : des ballons/dirigeables géants pour monter des planeurs (ou un truc qui ressemble à un mélange de planeur/aile volante et de Celera500L) géants très haut, et zou !
    Et des dirigeables en forme de tores (de beignet, ou de « roue de vélo » en quelques sortes), de plusieurs centaines de mètres de diamètre, pouvant soulever plusieurs dizaines de tonnes, qui pourraient monter très haut, avec au centre, un bidule style « SpinLaunch », ou plus fou, une plateforme de lancement !
    Voilà voilà …
    ^^

    • Clément dit :

      Il y a le concept des « pseudo satellites » dont certains sont actuellement en test. Ce sont des drones avec d’immenses ailes et des panneaux solaires, qui volent à 60km d’altitude pendant plusieurs jours. Ils rechargent la journée (ils sont au dessus des nuages) et ils planent la nuit, voir utilisent les courants aériens.

    • tschok dit :

      Alors en fait, Félix, sur cette planète, vous avez une limite physique aux dirigeables ou aux ballons en raison de notre atmosphère, qui ne se termine pas par un dioptre, mais par une diminution progressive de la densité, jusqu’à devenir évanescente, puis nulle.

      Or, la flottabilité de tout ballon ou dirigeable repose sur le principe d’Archimède.

      C’est-à-dire que plus vous montez, plus vous avez besoin d’avoir un volume important pour faire monter la masse. En fait, il y a un moment où un ballon, à une masse donnée, s’arrête de monter parce qu’il n’a pas assez de volume. Mais souvent son enveloppe éclate avant parce qu’elle ne résiste pas au différentiel de pression.

      Le cas ne se pose pas pour l’eau parce qu’elle est incompressible et il y a un dioptre. Donc, à un volume donné, constant, un objet moins dense que l’eau remonte jusqu’à la surface sans avoir besoin de changer de volume plus il monte, ou à diminuer de volume plus il descend.

      En fait, un sous-marin change sa masse, pas son volume, et un ballon, c’est le contraire.

      Pour l’atmosphère, c’est donc plus chiant parce qu’à un moment donné, il n’y a plus assez de volume pour faire monter le ballon plus haut, compte tenu de sa masse. Donc, il stagne, ou il explose.

      Le problème, c’est de faire un ballon qui augmente de volume sans augmenter sa masse, parce qu’en pratique, masse implique volume. De sorte que pour parvenir aux confins de notre atmosphère, il faudrait faire un très gros ballon, mais qui reste léger. Ca veut dire des matériaux hyper-élastiques.

      C’est le principe du ballon de baudruche: à vide, il pèse, mettons, 3 grammes. Et quand on le remplit, en lui-même, il pèse toujours 3 grammes, sauf qu’il augmente de volume. Les matériaux élastiques augmentent de volume sans prendre de masse. C’est l’idéal. Alors qu’avec les matériaux non élastiques, comme l’acier, le verre, le béton, toute augmentation du volume implique plus de matériaux, donc plus de masse.

      Alors, on y arrive pour un ballon hissant une capsule pressurisée avec un homme dedans, jusqu’aux environs de 40 km.

      Au-delà, pour quelque chose de plus massif, je pense qu’on n’a pas encore les matériaux, mais c’est évidemment une idée très stimulante. Imaginez un ballon dirigeable qui irait presque dans l’espace, vers les 100 km, voire plus. Fantasmagorique comme vision.

      Bon, sinon, ce qu’on peut faire, c’est de travailler les formes du ballon pour lui donner une portance aérodynamique, en jouant par exemple sur des courants ascendants que créerait le ballon lui même en captant la chaleur du soleil, ou en le dotant tout simplement de moteurs.

      Là, on travaillerait sur un plus lourd que l’air dont la portance ne serait pas fournie exclusivement par la vitesse, mais aussi par la poussée d’Archimède. Sans ses moteurs, le ballon retomberait vers le sol, quoi, un peu comme un ballon de baudruche qu’on remplit d’air comprimé et pas d’hélium: il est trop lourd pour s’élever dans l’air, mais il ne retombe pas comme une pierre vers le sol quand on le lance.

      Et dans ce cas on pourrait imaginer un ballon dont l’enveloppe resterait d’un volume relativement constant, ce qui est quand même plus pratique, parce que les trucs qui changent de volume en cours de route, c’est assez chiant à gérer.

      Vous remarquerez qu’on n’a pas ce problème avec les sous-marins. S’ils devaient changer de volume, je crois qu’on ne saurait tout simplement pas les faire.

      • Félix GARCIA dit :

        Merci d’avoir pris le temps.

        « Et dans ce cas on pourrait imaginer un ballon dont l’enveloppe resterait d’un volume relativement constant, ce qui est quand même plus pratique, parce que les trucs qui changent de volume en cours de route, c’est assez chiant à gérer. »

        Pour ce qui est de la régulation de la densité d’hélium dans les ballons, « FLYING WHALES » propose un truc :
        [REPLAY] En direct de la COP26 de Glasgow – 10 nov – (French translation)
        Ministère de la Transition écologique
        ▶︎ 04:06:34 à 04:41:44
        ° Le dirigeable cargo de Flying Whales : entrée dans l’âge de la légèreté
        Flying Whales, Air Liquide
        ° The Flying Whales cargo airship: entering the age of lightness
        Flying Whales, Air Liquide
        o Romain Schlack, Flying Whales, Communication Manager
        o Vincent Brillault, Managing Director of ALIAD, Air Liquide
        o Neyla Merheb, Investment Director at ALIAD, Air Liquide
        https://www.youtube.com/watch?v=nmSGIzrcttg

        FLYING WHALES
        https://fr.flying-whales.com/
        On peut voir des hélices sur les côtés de leur dirigeable. Celles-ci servent autant au déplacement qu’au maintient en position stationnaire.

        Pour ce qui est de la forme, le tore (aplati ou pas, en plusieurs morceaux … je sais pas ^^), ce serait pour permettre à quelque chose de s’élever depuis cette position (sans avoir à contourner le bidule qui élève), pour ce qui est d’un ballon pour « soulever des planeurs », la forme serait tout autre.
        C’est vrai qu’il existe tout un panel de formes (et d’applications en fonction) entre les « ballons de rugby », les montgolfières, les « raies / ailes » …

        Le plus petit dirigeable au monde par Voliris – Guinness World Record
        https://www.youtube.com/watch?v=xOJvtaiNp5c
        Navette aérienne Voliris
        https://www.youtube.com/watch?v=KudfevlSuqQ
        Gironde : Flying Whales dévoile le design de son LCA60T
        https://www.youtube.com/watch?v=vTVGHurbtRU
        VariaLift Airships
        https://www.varialift.com/
        Le dirigeable Varialift – Sir David King à l’Assemblée du cercle polaire arctique
        https://www.youtube.com/watch?v=HNAzkAuXsJg
        Stratobus: mi-drone, mi-satellite – video officielle
        https://www.youtube.com/watch?v=Vj1JnN98FRI
        Le départ de Jean-Louis Etienne pour son expédition en ballon General Arctic Observer
        https://www.youtube.com/watch?v=zI2RnVJFfTc

        Il est vrai que certains proposent de transporter des dizaines de tonnes en dirigeable, mais je ne m’étais pas posé la question de l’altitude (j’ai juste l’imagination qui s’emballe ! ^^).
        C’est encore plus compliqué de s’élever, de se maintenir en position et ainsi « gagner quelques kilomètres » pour un lancement vers l’espace, que je ne me l’imaginais du coup.

        « Fantasmagorique comme vision. »
        Cela résume bien la chose.
        ^^

  6. Frédéric dit :

    1500 kg les trois satellites ?

  7. Fralipolipi dit :

    Félicitations !
    .
    A noter que l’orbite de CERES, à 700kms d’altitude est très nettement au dessus de celle de l’ISS (à 400kms) et donc des débris menaçants du moment.
    .
    A noter également le déploiement cette semaine en Guyane de 3 Rafale F3R (+ A330MRTT + Awacs Sentry) pour protéger le ciel guyanais lors du tir Vega VV20 depuis Kourou, en appui du radar Thalès GM406 installé là-bas il y a 7 ans.
    C’est la preuve que ce dispositif CERES est réellement stratégique pour nos forces armées.
    https://www.avionslegendaires.net/2021/11/actu/larmee-de-lair-et-de-lespace-deploie-ses-rafale-f3r-en-guyane/
    .
    On en profitera pour évoquer les investissements prochains de l’AAE sur sa Base aérienne de Cayenne-Rochambeau, afin de lui donner plus de capacité … signe que l’accès à l’espace n’a pas fini d’être stratégique lui aussi, ce qui donne encore plus de valeur au CSG et à son positionnement en Guyane.
    https://outremers360.com/bassin-atlantique-appli/guyane-larmee-de-lair-et-de-lespace-souhaite-densifier-son-dispositif-sur-la-base-aerienne-367

  8. Gaulois78 dit :

    Bonjour à tous…
    Une fois que le satellite a tilté les radars, qui brouille le signal où le détruit ?

    Quels moyens avons nous, j’ai cru comprendre en lisant les commentaires sur ce blog que de la munition famas à la bombe intelligente où missile dernier cri nous étions fortement en sous capacité ?

    C’est uniquement pour nous ces satellites où va t’on les mettre à la disposition de l’OTAN…C’est un coût d’une patate le kg de high-tech en orbite, c’est pas rien…

    Si ceux qui en savent plus que moi peuvent développer…

    • Twisted dit :

      Plus de capacité SEAD depuis le retrait du Martel en 1997, capacité DEAD « du pauvre » avec des AASM et SCALP pour le pour le haut du spectre. Le FMAN/FMC devrait comprendre une capacité DEAD d’après Joel Barre, munitions SEAD développées par MBDA mais jusqu’ici pas d’acquisition.

    • tschok dit :

      @Gaulois,

      Non, en munition 5,56 il n’y a pas de tension sur l’approvisionnement à ce jour.

      Par ailleurs, si vous avez une capacité d’information spécifique, il n’est pas idiot de la partager avec d’autres, ce qui vous permet en contrepartie de bénéficier de leurs capacités d’information spécifiques, que vous n’avez pas.

      Donc, en soi, le fait de partager la ressource n’est pas un outrage, même si vous n’aimez pas l’Otan, ce qui est votre droit le plus strict.

      Enfin, s’agissant de l’exploitation des données fournies par ces satellites, en théorie vous avez les grandes options classiques: détruire la menace, brouiller la menace, hacker la menace, éviter la menace.

      L’AA n’a pas de capacité SEAD, donc détruire la menace, on sait le faire mais à partir de munitions non spécifiques. Donc, on ne sait plus le faire si ça devient compliqué, c’est-à-dire si vous avez besoin d’une munition spécifique.

      Brouiller la menace: à part le Spectra du Rafale, l’AA est créditée de moyens de brouillage de merde, comme l’ensemble de l’armée française, qui est jugée globalement inapte à la guerre électronique.

      Donc, c’est assez simple: soit on a des alliés qui ont le matos, soit il faut espérer que notre ennemi sera plus nul que nous sur ce plan.

      Hacker la menace. Les Israéliens ont cette capacité, les Ricains aussi. Nous on ne sait pas, c’est couvert par le secret défense. En pratique, ça veut dire qu’on n’a pas cette capacité. Si on l’avait, on s’en vanterait et même les extraterrestres aux confins de la galaxie seraient au courant.

      Eviter la menace. Oui, l’essentiel de l’entrainement de nos pilotes en mission de pénétration TBA repose là-dessus, en plus d’éviter de s’encastrer dans le décor. C’est là que ce système de satellites montre toute son utilité, vu que c’est à peu près le seul truc qu’on sache faire. Et pour le faire, on a besoin de savoir où sont les radars et savoir à quoi ils correspondent.

      C’est ce qu’explique la DGA:

      « Les données qu’ils collecteront serviront à préciser les caractéristiques des radars adverses afin d’être en mesure, le cas échéant, de les « brouiller ». Ou encore de les empêcer « de repérer l’un de nos aéronefs ou missiles, en les faisant évoluer hors des couvertures radar adverses » »

      En clair, passer au large. Et pour ça, il faut savoir où se trouvent ces fichus radars.

      Donc, je résume: on est nul dans les trois quarts des missions. Du nul à inexistant. La dernière (éviter la menace) est par conséquent vitale, vu que c’est le seul truc qui nous reste à faire si on veut que nos avions survivent. C’est pourquoi ses satellites apportent une immense plus value.

      Ensuite, et avec le temps, on sortira péniblement de l’arriération et on parviendra à mener les trois autres missions. Dans ce cadre, ces satellites seront évidemment un outil précieux.

      A noter qu’il ne s’agit pas d’une régression, mais de capacités que nous n’avons jamais eues. Dans le domaine SEAD, on cite le Martel, mais c’était une arme primitive.

      En dernier lieu, il faut distinguer les domaines. Là, nous parlons de ROEM = renseignement d’origine électro-magnétique.

      Le ROEM peut donner lieu à exploitation dans différents domaines: le domaine tactique pur, ce dont nous venons de parler, et où nos capacités ne permettent pas de valoriser le flux ROEM fourni par ces satellites à hauteur de ce qu’on pourrait en tirer si on était mieux équipés. Du moins pour l’instant. Et puis on a des alliés qui, eux, ont le matos.

      Mais à côté de cela vous avez les domaines stratégique et opératif et puis les domaines non-militaires et hybrides.

      Le tactique, c’est une chose, mais cela ne représente qu’une partie des applications possibles d’un flux ROEM. C’est ce que nous explique Laurent Lagneau qui, après avoir décrit les applications tactiques, précise que:

      « Mais pas seulement… En effet, le programme CERES permettra aussi d’analyser les différents types d’émissions, de déterminer l’architecture de systèmes en réseau et de suivre leurs évolutions techniques, et donc, leurs performances ».

      Là, on voit le cyber pointer le petit bout de son nez, sachant que de plus en plus de réseaux vont passer par la voie hertzienne et plus seulement par la voie filaire.

      Et normalement il doit y avoir un truc qui doit faire tilt dans votre esprit, ce sont les mots « déterminer l’architecture réseau ».

      Quand vous vous intéressez à l’architecture d’un réseau, c’est que vous n’avez pas accès à ces informations et que vous êtes malintentionné, parce que si vous connaissez l’architecture du réseau, c’est que vous en êtes l’administrateur et vous voulez le préserver d’une atteinte quelconque.

      Donc, à part les étudiants en informatique et le réparateur du câble, toute personne qui vous dit qu’elle s’intéresse à l’architecture d’un réseau doit être considérée comme suspecte, surtout si elle ajoute ensuite qu’elle veut suivre les évolutions techniques dudit réseau et en évaluer les performances.

      Ce que je veux dire, c’est que les mots ont l’air banals dits comme ça, mais ils se rapportent en réalité au développement non seulement d’une capacité d’information, mais aussi d’une capacité de nuisance dans le domaine non cinétique.

      Et à partir de là, les champs d’action sont assez larges.

      • Fralipolipi dit :

        @Tschok
        « Ensuite, et avec le temps, on sortira péniblement de l’arriération et on parviendra à mener les trois autres missions. »
        … Oui, effectivement, le SEAD-DEAD, avec mise en oeuvre d’un missile dédié, fait bien partie du futur standard F5 du Rafale : https://www.air-cosmos.com/article/rafale-le-standard-f5-doit-tre-oprationnel-avant-2035-25502
        .
        « Eviter la menace. … C’est là que ce système de satellites [CERES] montre toute son utilité »
        … Pas seulement.
        Et il y a bien aussi l’idée de faire du SEAD-DEAD avec CERES, tout en prenant le moins de risque possible.
        Scénario de base :
        – CERES identifie du S400 sur un secteur donné.
        – un satellite CSO est alors pointé sur ce secteur et détermine l’emplacement de la menace au mètre près !
        – l’info est fournie en vol au Rafale sur zone (via Satcom du Rafale si Rafale F4, ou via Satcom d’un A330MRTT si Rafale F3)
        – le tir missile Scalp depuis Rafale détruit la menace (ou a minima la rend inopérante pour un bon moment) … et sans avoir besoin de suer à grosses gouttes en voulant absolument n’utiliser qu’un AASM.
        .
        Même si on pourrait espérer faire mieux plus tard (par exemple avec un Rafale F5 approchant des capacités d’un Growler) , faut pas non plus minimiser nos jolies capacités actuelles (enviées par pas mal) … 😉

        • tschok dit :

          @Frali,

          Oui, c’est ce que disait un intervenant, plus haut: Le SEAD, on le fait avec de l’AASM ou du SCALP. C’est soit sous, soit sur-dimensionné.

          Parce que détruire une batterie S400 avec du SCALP, ça fait cher le prix du tir. Le SCALP, c’est plutôt le missile qui s’utilise contre le centre de commandement ennemi, qui peut être mobile, et qu’il fait donc localiser, tout en définissant un chemin pour l’atteindre en maximisant les chance de succès.

          D’où l’intérêt que ce système de satellites sache faire autre chose que de localiser simplement des radars, d’ailleurs.

          Mais effectivement, faire du SEAD avec un satellite détecteur de radar, c’est une rupture. Par rapport aux missions wild weasel des F4/105 de la guerre du Vietnam, c’est une révolution copernicienne.

          Juste une remarque: je pense que le schéma que vous décrivez passera par une étape intermédiaire entre la localisation du radar et la transmission de ses coordonnées précises à l’effecteur, parce qu’il faudra définir un chemin vers la cible dans un environnement plus ou moins dense en défenses ennemis, ce qui suppose une analyse du flux REOM par des cerveaux humains.

          Et puis après, il y aura une IA dans la boucle pour raccourcir les délais d’élaboration du chemin vers la cible, voire une élaboration complète et directe de ce chemin par une IA, quelque part dans cette chaine.

      • Aymard de Ledonner dit :

        « En pratique, ça veut dire qu’on n’a pas cette capacité. Si on l’avait, on s’en vanterait et même les extraterrestres aux confins de la galaxie seraient au courant. »
        Pas d’accord. Ce n’est pas vraiment la stratégie FR de beaucoup communiquer sur les capacités. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de la grande muette. Par exemple on a longtemps parlé des trois composantes de la dissuasion nucléaire française et quand Chirac a fermé le plateau d’Albion on a dit que l’on passait de trois composantes à deux alors qu’en réalité on passait de quatre à deux et on retirait discrètement du service les missiles Hades quasi-neufs dont 99% des français ne connaissaient pas l’existence.

    • bob dit :

      Spectra, pour le rafale notamment
      Mais ils ont l’équivalent sur les navires 🙂

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_protection_et_d%27%C3%A9vitement_des_conduites_de_tir_du_Rafale

    • Wagdoox dit :

      L’autre post est destiner a twist.
      Celui ci a gaulois.
      L’idee est dessiner une carte avec l’activite em et permettre au rafale de se faufiler dedans. Spectra est capable de le faire mais n’ayant pas une vision aussi large ca demande de tatillonner. Ensuite sur le brouillage, ca permet d’analyser le signal et donc de nourrir la bibliotheque de signaux de spectra. C’est donc le rafale qui va brouiller mais pas du tout de la meme facon qu’un growler. Voir la difference entre smart et power jamming. Le premier brouille pour se defendre, le second brouille beaucoup plus large pour escorter mes f18sh et autres appareils alliees.

  9. Florent Onction dit :

    Un bond en avant significatif en matière de renseignement. Une bonne nouvelle , en attendant cso 3 l’année prochaine , et dans un autre registre le démonstrateur V-MAX en fin d’année..

  10. penandreff dit :

    d’ou la mise au rebut des transall gabriel

    • Philippe dit :

      La sécurité aurait pu consister à ménager une période de recouvrement suffisante entre les deux systèmes de renseignement afin de comparer forces et faiblesses de l’un et l’autre ainsi que la réactivité des équipes dédiées en croisant les infos. On suppose bien sûr que ces nouveaux moyens sont dotés de capacités d’autoprotection suffisantes.
      Quoi qu’l en soit nous voici donc convenablement équipés pour combattre efficacement les bateaux usines pêchant illégalement sur l’ensemble de notre ZEE, pour détecter avant leur arrivée sur le sol européen les bateaux en provenance des côtes africaines, pour suivre les évolutions du conflit éthiopien qui n’en finit pas er risque même de gagner toute la corne de l’Afrique avec Djibouti, qui héberge des troupes armées de différents pays, aux premières loges etc…etc…

    • Plusdepognon dit :

      @ Penandreff
      Les personnels de l’armée de l’air des escadrons de C-160 Transall seront mutés à l’été prochain.

      L’avion Vador est pour le moment myope et si le troisième satellite CERES a été lancé, il ne sera pas opérationnel avant plusieurs mois.

      Donc, un trou capacitaire en ROEM en vue pour plusieurs années pour certaines missionset pas forcément pour des gus en treillis et patch bleu-blanc-rouge sur la manche !
      https://www.intelligenceonline.fr/renseignement-d-etat/2021/10/18/quelles-alternatives-pour-la-drm-et-la-dgse-face-a-la-fin-de-service-de-leurs-avions-espions-transall-gabriel,109698755-art

      Au grand étonnement de certains hauts fonctionnaires mis au MINARM, il n’y a pas que la chasse et le transport quand on parle d’aéronefs militaires, il y a aussi les missions de renseignement :
      https://www.revueconflits.com/renseignement-aviation-espace-alexis-deprau/

  11. Sentinelle dit :

    Espérons que cette ‘capacité spatiale’ nous permettra de détecter les plaisanciers qui s’approchent de très très près, voire percutent nos bâtiments de guerre .
    Salutations

  12. Patrick Sergeat dit :

    Félicitations à ma connaissance seul trois autres pays ont ce genre de couverture spatiale.

  13. HMX dit :

    Belle moisson de signatures radar en perspective !

  14. cyprien j je t'adore dit :

    pas mal, ils pourront apporter une solution intermédiaire au retrait des C-160 Gabriel avant l’entrée en service des VADOR et des falcons 2000. Cependant l’armée n’aurait t’elle pas du attendre pour la fermeture du centre de maintien des C-160 de Clermont-Ferrand. La situation risque d’être tendu et le trou capacitaire bien présent. D’autant plus que le Dupy de Lome ne peut être partout.
    Si quelqu’un à des info sur la position grâce au sytème AIS du navire, je veux bien qu’il me les fasses parvenir.

  15. talmu dit :

    et tok les zhinois copieur

  16. Czar dit :

    « Unique » dans l’UE ou sur le continent européen, R-U et surtout Russie inclus ?

  17. Thaurac dit :

    Cela va changer la donne au sahel où l’on avait besoin des ricains

    • rafi77 dit :

      Mais on aura toujours besoin des ricains, principalement pour le soutien logistique, notamment les avions ravitailleurs….

      • Fralipolipi dit :

        @rafi77
        Pour les avions ravitailleurs, l’A400M va vite arriver au soutien de nos M2000 basés au Niger (comme l’a déjà fait un A400M allemand au Levant pour nos Rafale de H5 en Jordanie).
        .
        Je pense que le soutien US utile provient plus de leurs propres drones (nous en avons trop peu de notre côté), ainsi que de leur « Renseignement » au sens large …
        Et s’agissant des terros du Mali (qui ne disposent pas de radars et autres réseaux de communication dernier cri), ce n’est peut-être pas le renseignement satellite électromagnétique US (de type CERES) qui en dit le plus long.

  18. LEONARD dit :

    CSO-2 en début d’année,
    SYRACUSE 4A il y a un mois,
    CERES aujourd’hui,
    CSO-3 et SYRACUSE 4B en 2022,
    GRAVES et SATAM modernisés,
    Le Commandement Interarmées de l’Espace est doté pour les 10 ans à venir.
    Génération suivante pour 2030 en études: IRIS et CELESTE.
    https://twitter.com/Armees_Gouv/status/1140610197033029633
    https://www.nextinpact.com/article/44167/le-renseignement-spatial-evolue-rapidement-france-va-deployer-nouveaux-satellites

  19. hyle dit :

    On est fort pour les noms…

    • PK dit :

      Au moins, c’est en français pour une fois. Donc, je trouve cela bien.

      Sinon, il y a mirabelle pour ceux qui aime bien les histoires de boutons rouges et noires.

  20. Félix GARCIA dit :

    Sciences
    La police saisit 500 kilos de cocaïne martienne dans la capsule de Thomas Pesquet
    https://www.legorafi.fr/2021/11/09/la-police-saisit-500-kilos-de-cocaine-martienne-dans-la-capsule-de-thomas-pesquet/

  21. Desty dit :

    Pourquoi perdre son temps et son argent à développer, fabriquer, stocker et entretenir des missiles de croisière spécialisés dans l’anti-radar et uniquement capable pour ça, si, par à coté, vous disposez d’autres moyens pour localiser précisément les sources d’émission radar hostiles et fournir leurs coordonnées en temps réel à des missiles de croisière lambda ?

    • Lagrange dit :

      Pour détruire les radars.

    • Wagdoox dit :

      La question par du principe que les radar adverses sont statiques et toujours allumer comme pour attendre le missile lambda. C’est evidemment pas le cas.
      De facon ultra simplifé, un radar de detection longue porté va avertir les radar de ciblages qui vont s’allumer a la derniere minute, aquerir les cibles et lancer les missiles.
      Les avions peuvent detecter qu’ils sont viser mais doivent egalement geolocaliser le radar puis tirer. Si la cible est un missile anti radar et non un avion, la cible devient le chasseur et le pilot reste a distance de securite.

      • Frank dit :

        @ Wagdoox Bigre!
        Et si le missile anti-radar du genre AAMGR-ER devient la cible d’un missile anti-anti-radar? Pas simple.
        On peut aussi imaginer un drone conçu pour tenter de détruire, soit la cible initiale de façon rustique, soit détruire le missile anti-anti-radar. Tout se complique.
        Les missiles ont des vertus indéniables, c’est évident.
        Mais quand ils deviennent des vecteurs destinés à détruire d’autres missiles, eux-mêmes destinés à neutraliser d’autres vecteurs sensées détruire des défenses anti-missiles, c’est quoi la solution?
        Une diplomatie intelligente serait moins coûteuse, mais rapporterait moins à certains marchands.
        Quoique?
        Le discours de de Villepîn en février 2003 à l’ONU valait tous les missiles.

  22. Matou dit :

    Voilà une solution positive.

  23. didixtrax dit :

    quelle est leur période de balayage d’une même zone ? parce qu’en dessous, connaissant l’heure de passage, ils pourraient bien déplacer leurs radars, sauf les gros mais ceux -là sont déjà connus, ou envoyer de vrais-faux signaux via des antennes leurres. Ca doit bien rigoler dans les bureaux d’étude des deux côtés.

  24. PK dit :

    À 700 km, ils ne pourront traiter qu’une partie de la surface de la Terre. On a donc une (bonne) capacité, mais limitée à la couverture des satellites qui dépend uniquement de leur trajectoire en cours. Pour accompagner un raid aérien, va falloir drôlement synchroniser les timings si on veut avoir l’info en temps réel.

    Ou alors lancer quelques satellites supplémentaires…

  25. Vaultech dit :

    Le débris spatial qui a endommagé le satellite Cerise, c’est comme le débris d’avion qui a fait se crasher le Concorde, c’est la faute à pas de chance… 2 ans de retard pour un boitier défectueux, c’est ballot. Mais bon, on a enfin nos satellites de triangulation RADAR. mdr. Et sinon arrivons-nous à briser un satellite? Enfin je veux dire, a-t-on une dotation de missiles embarqué prêts à l’emploi? J’imagine qu’une guerre commencerait par là.

  26. Loufi dit :

    Une Vega c’est moins bien qu’une Ariane, mais au moins on ne fait pas comme ces faux culs allemands qui utilisent SpaceX

  27. Dugenoux dit :

    Arrêter de racontez n importe quoi et critiquez la France avec tout le pognon que l on donne au sois disant français étranger qui ont tous des cartes d invalides ou trouvez de l argent.pour l armée

  28. Jul dit :

    Aucun intérêt. Article inutile.

    PS : pas de remarque du genre : <> merci. Car je n’ai pas 8 ans.

    • Huon le manchot dit :

      « Car je n’ai pas 8 ans. »
      Ça viendra. Faut juste être un peu patient, et c’est pas facile à ton âge 🙂

  29. Carin dit :

    Je salut la prouesse technique (en peu de temps, pas mal de lancements), mais ce qui me chagrine, c’est que CÉRÈS est en plein dans ce que l’on pourrait nommer l’Europe de La Défense… et c’est nous petits français qui sommes obligés de nous farcir le prix total de cette création, alors que le reste de l’Europe va obligatoirement en profiter (ne serai-ce qu’au travers de l’OTAN)… un peu comme quand nos amis américains ont essayés de nous rouler dans la farine pour Irak2, et que notre patron du moment Jacques Chirac, c’est chargé d’avertir nos amis allemands, qui ont pu de ce fait refuser de participer à cette guerre, tout en renseignant Washington que
    « c’est les français qui nous ont fait parvenir les vraies photos de la colonne de chars que vous nous présentez, et qui contrairement à vos dires, ne se dirige pas vers la 19eme province Irakienne, mais s’en éloigne canon tournés vers l’arrière et bas… »! D’où toutes les gentilles attentions que nos amis des states nous ont réservés depuis… attentions dont l’Allemagne n’a bien sûr pas bénéficié.

  30. Michel dit :

    Missile lancé à partir d’un sous marin d’attaque par exemple …
    Ni vu ni connu

  31. Gaulois78 dit :

    @Wagdoox
    +1,
    Merci, c’est un peu plus clair…
    Hier soir je suis tombé sur un reportage (BFM où FI), d’après eux il n’y a que la Russie et les US qui disposent de cette capacité..
    Pas la Chine ?

  32. Gaulois78 dit :

    tschok
    Merci pour votre post (un peu long) et ceux de Wagdoox, Bob & autres…
    Ils vont permettre une meilleure compréhension de l’avantage qu’apporte le système ceres…

  33. Paul Bismuth dit :

    L’ATL 2 est au-dessus du Sahel, cela compense peut être l’absence d’un C-160 Gabriel:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/11/18/sahel-parmi-les-anges-gardiens-de-barkhane-l-atl-2-22576.html

  34. Paul Bismuth dit :

    Tir russe sur un satellite: « La Russie et la Chine proposent un traité qui interdirait de placer des armes en orbite, mais les Etats-Unis n’en veulent pas, préférant des accords politiques sur de bonnes pratiques »
    https://lopinion.fr/international/tir-russe-sur-un-satellite-sur-le-plan-juridique-lespace-reste-sous-reglemente