Guerre des abysses : La Marine nationale a testé le drone sous-marin A18D d’ECA Group

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Patadouf dit :

    Pour les Aussies y’en à plus, pour les Aussies y’en a plus…
    Ce sont des tireurs au c… !!

  2. PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

    intéressant

  3. Félix GARCIA dit :

    « Flying Whales » + « Ulyx » (IFREMER) + « A18D » + « Polar Pod + HaceWave » (la combinaison des deux me parait séduisante : plateforme flottante + station électrique/hydrogène, dont les aspects semblent être complémentaires [voir le projet de « HaceWave » d’adjoindre leur « caissons » au « pied » d’éoliennes « offshore »]…) ?

  4. HMX dit :

    Premier pas encourageant. Des engins de ce type, totalement autonomes, pourraient être programmés pour patrouiller et suivre les câbles et pipe-line sous-marin les plus stratégiques, et signaler toute anomalie.

    Pour aller plus loin que la simple détection, il faudra ensuite se doter de capacités d’intervention. Pour cela, il faudra concevoir des engins, habités ou télépilotés, avec des bras robotisés. Objectif : récupérer des débris ou des éléments d’une épave, intervenir sur des dispositifs suspects repérés le long des câbles sous marins pour les détruire, les remonter ou les neutraliser, poser nos propres dispositifs d’écoute sur ces câbles, etc…

    • aleksandar dit :

      6800 km dans l’atlantique
      Il va vous falloir combien de ces engins pour les surveiller tous ?

      • HMX dit :

        Il en faudra beaucoup si on veut prétendre à une certaine efficacité. Mais d’une part, ces drones de surveillance ne sont pas particulièrement coûteux, et d’autre part la surveillance de ces câbles est typiquement un domaine propice à des coopérations internationales, sur une base OTAN ou pourquoi pas UE. De quoi répartir la charge financière pour les Etats concernés.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ 6800 km dans l’atlantique
        Il va vous falloir combien de ces engins pour les surveiller tous ?]

        Il faut cesser de fantasmer inutilement sur ces câbles ! La grande partie de l’hystérie sécurito-techniciste sur ce dossier provient d’une ignorance savamment entretenue de cette technologie dans le cadre d’une  » guerre cognitive  » .

        Les principaux dangers ce sont bien les activités humaines mais celles de la pêche et la plaisance , après ce sont des événements géologiques comme les glissements de terrain sous-marins ou les courants sous-marins qui peuvent affouiller un câble .
        C’est pour cela que dans des régions comme la Mer du Nord la principale préoccupation que ce soit pour les câbles de télécommunications ou les câbles d’énergie c’est que leur emplacement ne soit pas confidentiel mais au contraire connu des pêcheurs par exemple .
        Ensuite la tendance actuelle c’est de les rendre repérables et identifiables par des code-barres pour chaque tronçon associés à une géolocalisation pour faciliter leur maintenance , robotisée en l’occurrence .
        Il faut noter que ce fantasme est identique à celui qui a existé à la fin des années 70 lors du développement des réseaux de gazoducs et oléoducs sous-marins en Mer du Nord et dans le Golfe du Mexique et on voit ressortir à peu prés les même engins sauf qu’à l’époque ils étaient pilotés par un humain et pas par une IA . ;0)
        Développer des moyens pour poser une mine près d’un conduit – câble ou tuyau – et des moyens de repérer cette mine cela date au minimum de 1975 soit 45 ans !…

        Maintenant il y a AUSSI une réalité ! La  » jurisprudence  » née lors de la guerre Hispano-Américaine fait que tout câble  » civil  » peut être légitimement attaqué lors d’un conflit car il est illusoire de penser qu’il ne serve pas à l’effort de guerre d’un des belligérants . C’est toute l’hypocrisie actuelle , abyssale , des tentatives des Etats-Unis pour les sanctuariser . Un câble sous-marin, qu’il soit d’énergie ou de communication , est un objectif militaire légitime dans le cadre d’un conflit et toute moraline est hors de propos .

        Il est aussi légitime de détruire un câble reliant le continent à un champ d’éoliennes en mer par exemple que de bombarder un réseau électrique – civil – avec des bombes au graphite , hein ! ;0)

    • AirTattoo dit :

      on repère déjà les anomalies. Pour fonctionner, un câble a besoin de répéteurs et d’une très forte intensité, donc de transformateur dans les répéteurs.
      Écouter un Câble sous-marin c’est …. impossible, c’est une fibre optique. Le seule moyen et encore… c’est durant une maintenance (ce qui coupe le câble) de mettre sous cloche une autre répéteur, de couper et de le remplacer par autre chose… Bon courage
      Bref… couper les câbles pour paralyser un pays c’est la seule chose à faire bien que détruire les départs de câble soit quand même plus facile –> plus de courant, plus de câble

  5. Oliver dit :

    Les chinois en ont tellement lancé dans les océans comme le Sea Wing (« Haiyi » en Chine) que des pêcheurs indonésiens et Philippins en remontent dans leurs filets !

  6. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ lors d’une mission du Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain [BSAM] Rhône. ]
    C’est l’heure du troll !
    Le BSAH Rhône a été le premier navire de la MN à emprunter la RMN mais c’était en 2018 ! Il y a un peu plus de trois ans mais on se croirait il y a 20 ou 30 ans tant les RI se sont dégradées .

    https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/tour-du-monde-le-rhone-de-retour-du-passage-du-nord-est-05-12-2018-12153670.php

    Va t’il y retourner avec l’A18D pour cartographier les fonds marins au large de Severomorsk et/ou au large de Mourmansk pour cartographier les atterrages du  » Polar express « ™© ? ;0)
    Chiche … Recevoir l’insulte sur ses côtes avec le Yantar c’est une chose , la porter sur celles de l’adversaire c’est une autre chose ! Choiseul doit faire des triple saltos ou plutôt des ronds dans l’eau .

     » L’Océanographie cela sert d’abord à faire la guerre  » ™© pcc Yves LACOSTE

  7. Ysgawin dit :

    Une longueur de 5,7m… La forme me rappelle quelque chose…
    Il ne ferait pas quelque chose aux environ des 53cm de diamètre ce drone par hasard ?
    C’est à dire, grosso-modo la taille d’un F21………. Ce serait bien pour l’emploi à partir d’un sous-marin ;o)