L’avion américain dédié à la détection de particules radioactives a effectué une mission en Méditerranée

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. toto dit :

    chercher des particules radioactives avec des WC volantes… ils sont fout ses américains!

    « son transpondeur ayant probablement été éteint. »
    je suppose qu’ils se sont tromper de levier… ils voulaient tirer la chasse d’eau…

  2. Lotharingie dit :

    « ……..Pourquoi le WC-135 a-t-il cherché des particules radioactives en Méditerranée, après avoir manifestement éteint son transpondeur?……………. »
    .
    Cet avion WC-135, n’aurait il pas d’autres capacités ( capacités d’observation, de recherches, d’écoutes,…. par exemple ? ) , qui nous sont à priori dissimulées ?

    • Matt dit :

      Peut être une capacité de détection des neutrinos (particules émise par des réacteurs nucléaires) normalement cela permettrait de détecter un sous marin à n’importe quel profondeur mais un tel système demande beaucoup de place et d’énergie pour Sony refroidissement.
      Simple supposition

  3. Thierry dit :

    2 ravitailleurs, oui, un pour l’avion lui même et l’autre pour l’escorte de chasse d’accompagnement car il eu été bien imprudent de le faire voler seul dans un environnement hostile, on sait les pratiques d’intimidation de la chasse russe en multipliant les manœuvres dangereuses.
    Il y avait également au moins 1 avion de guerre électronique à ravitailler pour brouiller les pistes car vous pensez bien que cet avion de détection a attiré l’attention de Moscou. Poutine se doute bien de ce qui s’est passé malgré l’absence d’interception, mais ignore ou et combien, ni ne peut deviner ce qu’ils ont trouvés.

  4. Lagaffe dit :

    Cet appareil ne posséderait-il pas un nouvel équipement à tester, du genre une technologie permettant de détecter avec beaucoup plus de précision les sous-marins à propulsion nucléaire ?
    Cela pourrait remettre en cause la sécurité des SNLE, et donc la dissuasion, si finalement on peut les arriver à les détecter.

  5. Robert dit :

    C’est probablement plus légitime que s’il s’agissait d’avions d’espionnage russe, aux yeux des atlantistes du moins car cela se passe en Europe et pas en Amérique.
    Les américains auraient une légitimité à espionner leurs ennemis chez nous, donc qu’ils défendraient nos intérêts.
    Espérons alors qu’ils les défendront mieux que les afghans.

    • Pravda dit :

      Au bout de 20ans de formation , de mise à niveau de l’équipement… si les afghans à 3/4 contre 1 (et avec un CAS US), n’arrivent pas à se défendre contre les talibans eux-mêmes ….
      Regardez bien les dernières fois où cet avion est venu, c’est suite à un problème « nucléaire » avec vos potes russes, auraient ils dissimulé un nouvel accident ?
      Et oui, des alliés ont plus de légitimité que des ennemis (même si nous sommes en guerre froide « bis ») à survoler l’UE.

  6. Vroom dit :

    Le premier LAGR fait demi-tour une fois sa mission de ravitaillement en vol terminée, le second fait de même plus tard après le dernier hippodrome de ravitaillement en vol.
    C’est une opération normale, l’AdA a fait de même lorsque nos chasseurs sont partis à Tahiti. Des C135 ont accompagné le dispositif, ravitaillant en route, puis ont fait demi-tour pour rentrer en métropole.
    Il y a quelques mois, un B52 rentrant du moyen orient par la Méditerranée, a ainsi été rejoint par 4 KC135, 3 arrivant de Milldenhall et un de Mojon, ravitaillant le B52 entre la Sicile et Gibraltar. Une fois la quantité délivrable fourni, ils rentrent.
    Que le ravitaillé coupe son transpondeur pendant le ravitaillement, on va dire que c’est dans la procédure,c’est normal. Après, qu’il ne le rallume pas….

  7. werf dit :

    Beaucoup de bruit pour rien, un vol d’entraînement comme un autre, la découverte de particules radioactives seraient beaucoup plus graves dans les zones survolées, mais d’autres moyens existent pour mesurer ces particules en cas d’inciden, notamment sur un sous marin nucléaire.

  8. Supasupz dit :

    Hors sujet mais:
    La censure a de beaux jours devant elle sur ce site, c’est triste.

    • GA dit :

      Au contraire, je trouve que M.Lagneau est tres tolerant avec pas mal de monde (ce qui ne veut pas dire qu’il est d’accord avec les propos de beaucoup). Mais parlant de censure sur ce site, peut-etre pourriez vous developper le sujet.

  9. Sylvain dit :

    Le plus étrange est surtout qu’un avions dédié à la recherche de particules radioactives traine en Méditerrannée. La mission dans le Nord était logique.

    • Pour Info dit :

      Nouvel instrument de mesure installé, il faut faire un « blanc » pour ne pas avoir de fausses alertes le jour où ça se passera.
      Donc on fait les trois zones à risque, rien de bien illogique.
      Mais ce n’est que mon avis.

  10. anatide dit :

    Le seul fait à relever, c’est que depuis Tchernobyl ils n’étaient pas revenue…
    Signe evident d’événements peu communs…on peut craindre le pire.
    Une réaction en chaîne c’est elle enclenchée ? Espérons que ce n’est pas le cas.

    • sylvain dit :

      Aucun risque. Comme en 1986 avec Tchernobyl, la frontière française jouera son rôle. Bien que poreuse aux migrants, elle arrête efficacement les particules radioactives. En cas de nécessité des experts sur BFM vous le confirmeront (d’ailleurs le Pr. Pirre Pellerin qui affirmait que le nuage n’avait jamais survolé la France en 1986 est mort de sa belle mort, officier de la légion d’honneur). Ou alors, c’est le variant radioactif du COVID, mais les gestes barrières suffiront….

  11. Dupont avec un t dit :

    On recherche les « pti cailloux » radioactifs pour trouver l’ Ogre Russ…

  12. Thaurac dit :

    Possibilité de disparition de materiel russe radioactif ?

  13. EchoDelta dit :

    Ce ne serait pas plutôt pour détecter des bombes sales en direction de la Libye ou du Sahel ? Car là il y aurait grand danger.