Cinq avions d’attaque légers sont en lice pour équiper les forces spéciales américaines

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

81 contributions

  1. EBM dit :

    Je ne comprends pas trop le besoin d’avoir ce type d’avion alors que des drones font le boulout. Pouvoir larguer des parachutistes pour des missions d’opportunités? Evasan?

    • Eurafale dit :

      Beaucoup plus de points d’emport, possiblement des nacelles canon pour du mitraillage au sol (strafing), ce qui n’est pas possible avec un drone. C’est surtout de l’appui feu de forces spéciales (Close Air Support), à la manière des A-10 mais plus économique.

    • Thaurac dit :

      Vu le type d’avion, c’est des parachutistes compressés 😉

    • Spls dit :

      @EBM…le besoin ? Avoir une vision d’ensemble de la situation ? Une ou plusieurs paires d’yeux (eyeballs mk1 comme disent les américains) ? Avoir une meilleure vision tactique de la situation ? Une vision d’ensemble ? Pas celle à travers le petit trou de la lorgnette… Avoir un appareil souple d’emploi, qui décolle quand on veut, qui n’a pas besoin d’une grosse bande passante pour voler, que l’on soit au fin fond de l’Afrique ou de Amérique centrale, qui ne craint pas les nuages et qui en plus n’est pas cher à l’heure de vol… Si en plus il peut faire de l’évacuation sanitaire ou infiltrer des chuteurs opérationnels… bref on peut trouver beaucoup d’utilité aux avions turbopropulsés rustiques. D’ailleurs les patrons de l’ALAT en voudraient aussi pour le Mali. Le Kodiak appartenant au français Daher serait un bon candidat.

    • AirTattoo dit :

      Comme toi je ne comprends pas le besoin. Au vietnam, il y avait un sens, mais au temps des drones et satéllites aucun d’autant que toutes les fantassins, équipements terrestres, mini drones, helicoptères, avions, drone plus gros font le job en réseau.
      Un usage possible est le conflit de petit intensité, pour des raisons de cout.

  2. Patatra dit :

    Quand le besoin existe et qu’il n’est pas assouvi, il revient constamment.

  3. Charlot dit :

    Papy boyington reprend du service ???

  4. Muse dit :

    Le Air Tractor est une formidable machine anti-guerilla, la fameuse guerre assymétrique de la novlangue engluée dans sa moraline…
    Sesfacultés et sa variété d’emports laisse songeur !

  5. PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

    USAF Light Attack Aircraft Experiment – Scorpion, AT-6, A-29:
    http://www.aiirsource.com/usaf-light-attack-aircraft-experiment-scorpion-at-6-a-29/
    (avec une belle video yt)

  6. Raymond75 dit :

    Un retour au bon sens, même chez les guerriers US !

    Les Français attaquent des groupes de pick-up et de motos dans le désert avec des Mirage 2000 et des Rafales …

    • berger dit :

      nous on est riche frimeur et gaspilleur

      • Momo dit :

        N’oublie pas que tout le monde sait que tu es un troll xinois.
        Et que de fait pour une fois nous sommes tous d’accord avec votre commentaire. Frimeur et gaspilleur, c’est ça, votre expérience est indéniable.

    • ji_louis dit :

      Quand le 1er aérodrome est à plus de 500 km et qu’il faut soutenir immédiatement des troupes au sol, il vaut mieux se déplacer à 1500 km/h (20mn de transit) qu’à 500 (1h de transit).
      Remarquez, les français utilisent AUSSI des drones pour le soutien d’actions au sol, mais plutôt pour une frappe en premier, donc en étant déjà sur place

      • Spls dit :

        Nous faisons décoller des Rafale du Tchad pour opérer au Mali, pas étonnant que le vecteur doit être rapide ! Il faut aussi faire décoller le ravitailleur, Boeing ou Airbus… bref c’est économique ! Tout ça pour un « Playtime » très court (un ou deux show of force…): des avions à turbopropulseur peuvent rester plus longtemps sur place. Toutes les opérations au Mali se font avec des hélicos, qui heureusement viennent de moins loin : visiblement la faible vitesse de croisière des hélicos ne choque personne…

      • Raymond75 dit :

        C’est vrai, mais des avions léger et rustiques n’ont pas besoin d’une vraie base très bien équipée, et donc elles peuvent être multipliées et plus proches.

        En fait, l’avion idéal serait le vieux Skyraider : blindé (le moteur en étoile constituant lui même un blindage), très puissant, longue endurance, relativement facile à entretenir.

        • AirTattoo dit :

          Il y a quand meme mieux qu’un Skyraider !! un bon OV10, un A-29… mais l’idée est là oui pour du soutient sur une zone définit

      • miaou dit :

        J’imagine qu’un petit avion pourrait se contenter d’une zone à peu près plate pas trop loin des opérations.

      • Patatra dit :

        Peut-être qu’avec des avions plus rustiques et moins gourmands en maintenance, on pourra utiliser des pistes plus prêt. 😉
        Après l’idée n’est pas du substituer des pointus par des avions à hélice, mais justement d’épargner le potentiel d’appareils utiles et performants, mais coûteux à l’achat, à l’heure de vol et en maintenance quand ils peuvent être remplacés par des appareils plus légers moins, coûteux à l’achat, au vol et en maintenance quand cela est possible.
        La question mérite donc d’être posée et étudiée

    • Pravda dit :

      Si il faut 4x plus d’appareils, dispatchés sur 2/3 fois plus de bases (avec leurs rampants, leurs protections…) pour avoir un temps de réponse équivalent en appui feu, pas certain que ça soit plus économique. L’idée n’est pas mauvaise, reste le problème de l’immensité à couvrir. Un M346 aermacchi serait un poil plus approprié (2x plus rapide qu’un AT-6)

      • Mani dit :

        @ Pravda Effectivement vous avez raison le M 346 FA deux moteurs M1.2 max 1470 km/h serait un gros poil plus approprié moins cher et plus rapide ou le M345 militarisé un moteur 800km/h encore moins cher à l’achat et à l’emploi…mais comme c’est la production d’un pays européen les deux avions sont boycottés

    • Grosminet dit :

      @Raymond75:

      Si vous étiez sous le feu (nourri !!!) de g.a.t (au Mali ou ailleurs), vous seriez content de voir débouler la cavalerie en 20mn max au lieu d’une heure, croyez moi !

      Accessoirement, la vitesse en c.a.s est une condition de survie pour la cavalerie :

      Il est plus difficile de rafaler un jet vous survolant à 800km/h qu’un drone ou avion à hélices volant à 300….Même si « avion vient »

      L.a.a.t.a pour les (vieux ?) intimes…..

    • blavan dit :

      @raymond 75. Cela nous permet de vendre nos Rafale, c’est le but premier de nos guerres asymétriques, de ces guerres qu’on ne peut pas perdre mais pas gagner non plus.

      • Pravda dit :

        Vendre des Rafale au Mali ??

      • Mat49 dit :

        Faire ce que nous faisons actuellement nous évitera de perdre mais cela ne nous permettra pas de battre l’insurection. Alors que ce n’est pas le Viet Minh ou les Talibans en face, tous ceux qui nous parlent de guerre ingagnable fument: avec une poignée d’homme sur un territoire aussi vaste nous ne sommes pas toujours pas battus.

        Donc cela vaudrait la peine de tenter de déployer une force sérieuse sur la durée. Dans tous les cas où une armée a battu une insurection elle l’a fait soit en l’étouffant sous le nombre (Irak 2007, Tchétchénie,…) soit en attendant que l’adversaire se lasse (FARC).

        Essayer d’etouffer les insurgés sous le nombre au lieu d’attendre ne nous donnerait pas une assurance victoire mais au moins nous aurions une chance. Là nous ne pouvons que prolonger indéfiniment un état de fait sur des dizaines d’années.

    • AirTattoo dit :

      Enfin Raymond75 un peu de bon sens, parcourir 800km pour detruire une colonne de pick-up en cesna, bonne chance.
      C’est bien plus complexe que tu sembles le penser. Le retour des A10 et OV10 en afganistan et en Irak était pour des missions de soutiens pas pour des missions d’opportunités ou la vitesse d’interseption du vecteur est prépondérante.

  7. Doodiiz dit :

    «  » Finalement, la stratégie de défense des États-Unis ayant fait une priorité de la concurrence avec la Chine et la Russie, l’US Air Force estima que l’utilité de 300 avions d’attaque légers n’était plus avérée. «  »

    On a ici un beau biais de raisonnement ! Sans aller jusqu’à 300, n’est ce pas justement maintenant qu’ils seraient le plus utile d’en avoir !
    Il est probable que les US continuent encore le contre terrorisme quoiqu’ils disent et maintenant ils vont être contraint budgétairement et matériellement face aux menaces supposées ou réels de la Chine ou de la Russie.
    Envoyer des F16, F18, F15 et F35 a, de toute manière, toujours été une gabegie pour de la contre insurrection.

  8. jojo dit :

    Je n’ai aucune compétence pour se sujet mais ce n’est pas parce que on à rien a dire qu’il faut fermer sa gueule!!!!! donc les FS américaine, l’us air force, le pentagone en bref les opérationnels en veule pour des raisons opérationnelle et de coût. le congrès, les politiques, pas trop??? Tu m’étonne tout dollars mis autre part que dans le F35 risque de diminuer la quantité à acquérir donc pour eux moins de voix au élections. Trop fort L.M

    • mich dit :

      Bonjour , à votre place je ne mettrai pas l’ airforce et tout le pentagone , ils n ‘étaient déjà pas bien chaud pour garder l’ A10 .Il faut se méfier quand on veut diviser le monde en deux camps , c ‘est plus subtil et beaucoup d’ opérationnels aussi tiennent à leurs propres budgets .

  9. Fralipolipi dit :

    Question subsidiaire : il vaudrait quoi le Pilatus PC-21 si nous voulions en équiper/dédier qquns pour ce même rôle d’avion d’attaque léger ?
    .
    La réponse m’intéresse au moment où nous sommes sur le point d’en généraliser son usage pour la formation de nos pilotes, et donc sur le point d’en commander un bien plus grand nombre d’exemplaires (en commençant par 13 de plus, rapidement) :
    https://www.aerobuzz.fr/defense/dassault-aviation-et-babcock-france-remportent-lappel-doffre-du-projet-mentor/
    .
    En parallèle, j’espère que ces achats Pilatus PC-21 – ceux récents, mais aussi et surtout ceux futurs – auront bien été soulignés lors de la remise de dossier du Rafale pour l’AO en Suisse (qui requiert 60% d’Offset).

  10. Bricoleur dit :

    Contre les mobylettes chinoises au Sahel, ce type d’avion serait budgétairement mieux adapté que les Mirage 2000. Mais comme pour les réticences pour les drones, l’Armée de l’Air commandée par des pilotes de chasse « réacteur » trouvera de bonnes raisons pour éluder la question.

    • Eurafale dit :

      Il faudrait plus voir du côté de l’ALAT. Sachant que les 2000 décollent sur alerte, des avions de ce type auraient du mal à arriver sur place à temps.

    • ekiM dit :

      Les jets permettent d’arriver rapidement sur place. Vu la surface du Sahel, ils y ont toute leur place.

      Les rampants n’ont pas envi d’attendre 3 heures leur CAS. Pour escorter des convois, les hélicoptères font largement mieux l’affaire pour patrouiller en continue les drônes sont plus adaptés.

      L’intérêt de ces avions, pour un pays comme la France, est honnêtement plus que discutable.

      • Dom dit :

        Les hélicos décollent et atterrissent sans infra, sans rampants, ou si peu. Moins rapides certe, mais vu le coût du vol et du tir d’un jet pour une mobylette, ça demande réflexion.

      • Vinz dit :

        C’est vrai ; mais l’idée c’est d’avoir un appareil simple, qui coûte pas cher en maintenance et en heures de vol, et qui permet de trouer de la Toyota avec une sécurité d’engagement raisonnable.
        Dans ce cadre ce serait intéressant d’en déployer dans les zones où sont basés les hélicos Tigre – j’aime bien le Textron qui rappelle le Fouga 🙂 830 km/h en pointe, 4000kms d’autonomie, c’est pas mal pour la zone sahélienne ; c’est mieux qu’un Tigre en tout cas.
        En plus il est équipé d’un radar Thales \o/
        Faudrait juste vérifier ses capacités sur terrains sommaires.

        En avoir une dizaine dans le parc alat apporteraient une réelle plus value tactique sur les théâtre comme le Mali.

    • blavan dit :

      @bricoleur. Vous n’avez pas encore compris que la justification première de nos guerres asymétriques , c’est d’utiliser du matériel français, pour les rendre crédibles, et les vendre à l(export.. On ne va pas faire la promo d’armes étrangères , ce serait un comble.

  11. Castel dit :

    Je suis un peu étonné de constater que l’on propose essentiellement ce type d’avion d’attaque au sol, en vue de la lutte anti-guérilla…
    Si cette configuration peut présenter quelques avantages, comme la maniabilité, le silence (relatif) de l’approche d’un monomoteur à hélice, par contre j’ai quelques doutes sur la résistance aux projectiles, même de petit calibre que les guérilléros pourraient employer, avec ne serait-ce qu’une « Kalach », alors, ne parlons pas d’une 12,7 ou d’une 14,5 que ‘on voit fréquemment installées sur des pickups…
    Avec un seul moteur, il me semble facile d’envoyer ce genre d’avion au tapis, alors qu’avec deux (comme le Pucara Argentin, par exemple), ça semble tout de même un peu plus compliqué, car les islamistes ne possèdent pas de missiles portatifs « Blowipe » comme les anglais aux Malouines, et encore moins d’aviation pour les détruire au sol…
    J’ai la désagréable impression que si l’on choisit ce type d’appareil, c’est plutôt pour des raisons plutôt économiques, de manière à pouvoir en acquérir le plus possible……….au détriment de la sécurité des pilotes qui auront à les utiliser sur le terrain !!

    • Convertor dit :

      Quelqu’un a bien dû y penser, à cette vulnérabilité monomoteur : il y a des bimoteurs en lice : le C-145 A par exemple.

      • Castel dit :

        Le C145 aurait un gabarit acceptable pour ce genre de mission, mais il serait plutôt dommage d’employer un transporteur léger, pouvant emmener 8 personnes, uniquement pour ce genre de missions.
        Alors que le Pucara lui est un bi-place, spécialement conçu pour cet usage…..
        Bien sûr, aujourd’hui, on pourrait faire encore mieux, mais en conservant ses caractéristiques de bases :
        à savoir, une meilleure sécurité pour les pilotes par rapport à un monomoteur, et une capacité d’emport sans doute supérieure ( jusqu’à 1500kg de charge militaire), et le tout avec une maniabilité assez proche que celle d’un monomoteur…..

    • bolduk dit :

      Ben oui, je le crois aussi; la jeep-12.7 mm façon ‘ sergent rock’, avec des ailes, en meute, sur une mission S&D en appui du 13, je prends.

    • GHOST dit :

      Vous vous souvenez de la seconde guerre mondiale? Monomoteur á hélice avait gagné la guerre.. Mais autre temps.. autre ..
      Les USA vont s´investir dans des opérations clandestines.. en Afrique où la confrontation entre la Russie et la Chine sera de plus en plus possible. Le Super Tucano qui peut se poser sur des terrains rustiques fait bien l´affaire dans ces genres des opérations.

      • farragut dit :

        @GHOST
        Pour mémoire, c’est surtout le bombardement « stratégique » des villes, comme Hambourg ou Dresde, à coup de bombes incendiaires, qui a « gagné la guerre »… Idem pour Tokyo.
        Comme disent les « muds »: « les chasseurs font du cinéma, les bombardiers écrivent l’histoire » !

        • Pousse l'Allemand dit :

          C’est surtout des Yak des Lak et quelques millions de ruskoff qui ont gagner la guerre.

          • Momo dit :

            Non, ça c’est la version stalinienne qui est évidemment fausse, sans que cela réduise l’importance des Russes dans ce conflit. Sans le front de l’ouest et les bombardements stratégiques (zéro du côté Russe) les allemands de l’époque auraient fait durer autrement longtemps la guerre à l’est. Qu’ils auraient de toutes façons perdu avec La bombe atomique, US.

          • Pravda dit :

            C’est un ensemble, les Yak et Lavotchkine (La) n’auraient pas fait le poids si la majeure partie de la chasse allemande n’était pas occupée à l’Ouest et si les usines n’avaient pas été en grande partie détruites par les bombardements US/GB

          • Ion 5 dit :

            @Pravda
            En 1941 en raison des pertes, l’aviation soviétique à vu ses effectifs baisser de 32 100 à 21 200 avions de juin à fin décembre.
            Au premier janvier 1943 ses effectifs sont remontés à 34 900 avions malgré les pertes.
            A l’époque les Yak et les LaGG n’étaient pas terribles mais on voit bien que les soviétiques s’étaient pratiquement remis tous seuls au niveau de leur aviation.
            En 1943, le La 5FN dominant le ciel et surclassant ses adversaires, ils n’auraient pas été balayés de toute manière, même sans l’aide du front de l’ouest.

            Enfin, vu les chiffres de production allemands de 43 et 44 le bombardement des usines n’a pas eu l’effet que vous lui prêtez.

        • Ion 5 dit :

          Vite dit…
          La chasse à gagné la bataille d’Angleterre et permis au bombardement stratégique américain de faire son boulot…

      • Momo dit :

        Dire qu’un appareil, d’un seul type, a permis de gagner la WW2 est un résumé qui n’a pas beaucoup de sens.
        C’est la combinaison des forces, sans en négliger une seule.

    • Ion 5 dit :

      @Castel

      Le moteur, n’est pas la seule partie vitale de l’avion, il y a le pilote, les réservoirs et les munitions*. Il serait bon de penser à dédoubler les renvois des gouvernes.**

      * Et oui, un bon coup de DCA dans une bombe peut faire un sacré feu d’artifice…
      ** Fait après analyse des pertes des Il-2 Chtourmovik

  12. ULYSSE dit :

    @Castel. Le plus adapté à mon sens serait effectivement un bi turbopropulseur armé , aile haute, biplace côte à côte, avec une soute arrière, lui conférant une grande polyvalence : emport d’un groupe de combat (8 hommes équipés) ou d’une équipe sanitaire avec civière, emport de pièces déatchées y compris turbomoteur complet pour rechange hélico….
    L’armement pourrait consister en un 30 mm sous tourelle, du même type que celle équipant le TIGRE et de divers armements sous point d’emport ailaires.
    Les ‘avantages « rusticité – endurance -capacité d’emport » de ce type d’aéronefs par rapport aux hélico, pour un emploi type Sahel , où les capacités VTOL sont marginales, sont évidentes.
    L’industrie française a toutes les comptences pour réaliser ce type d’avions en un temps record avec des composants sur étagères.

    • Fifi dit :

      Oui, ça serait vachement bien de disposer d’un tel avion, pas cher à acquérir, pas cher à opérer et maintenir, et facile à modifier en fonction des besoin.

      Pour la configuration cellule et moteur, ça existe déjà grosso mode, ça s’appelle un OV-10 Bronco et ça date des années 60. Par contre, pas de soute et un peu trop léger. Il faudrait une machine dans les 15 tonnes MTOW. Un OV-10 mais deux fois plus gros, avec une soute modulaire, adaptable en fonction des besoins: transport, armement, fuel, etc.

      En fait, ça serait le retour du bombardier tactique moyen. C’est le gabarit du B-25 Mitchell 🙂

      • Rigault dit :

        Génial le retour du Bristol Beaufighter MK IV/V voir un A26 Invader avec 16 BMG2 de 12.7 en interne et 1810Kg de bombes , il y aurait de faire taire une bonne dizaine de de …. a votre choix . LOL!!

        • nene dit :

          oups j ai oublié des mots !!

        • ULYSSE dit :

          @Rigault. pour les pseudo comiques qui ne connaissent pas grand chose à l’histoire de l’aviation, voire les magnifiques De Havilland Hornet DH 103 , employés avec succès, en Malaisie pour des actions COIN dans les années 50.

          • Ltikf dit :

            @ULYSSE La contre insurrection de Malaise des années 50 a effectivement été l’une des rares à réussir, mais certainement pas à coup de bombardement d’avion… Gerald Walter Robert Templer déclara un jour « j’abattrai le bâtard qui dira que cette crise est terminée ». Heureusement qu’il n’était pas au Mali, depuis le temps qu’on nous dit que ca va se terminer…
            Les conflits asymétrique modernes ne se jouent pas à 10.000, ca se saurait ! Et on fait mieux du renseignement (la clé en Malaisie) en infiltrant des gens qu’en balançant des roquettes dans le paysage !
            Ca date de quand notre dernière victoire anti-insurrection ? Mali ? Algérie ? Indochine ? J’7ai du rater une info…

          • ULYSSE dit :

            @Ltikf. Hors sujet. Ce n’est pas le propos.

    • Muse dit :

      C’est quoi ce florilège de délires ?
      * celui-ci est au top ! « emport d’un groupe de combat (8 hommes équipés) », ça se nomme un Puma/Cougar/Caracal… trop drôle !!!

      • ULYSSE dit :

        Tu plaisantes? Un cougar c’est 300km de rayon d »action a moins de 300km/h de vitesse de croisière et une MCO max. Un avion biturbines de la classe des 10t c est au bas mot plus de 1000km de rayon d action a 450 km/h et une maintenance sans commune mesure.

    • farragut dit :

      C’est la description d’un V-22 Osprey !
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing-Bell_V-22_Osprey
      Va pour le Balbuzard pécheur, encore que pour le Sahel, les points d’eau sont plutôt rares… 😉

      Mais vu que la France se refuse à acheter et à opérer des Chinook ou des hélicoptères lourds, il faudra attendre que les Allemands veuillent bien nous en offrir, ce qui n’est pas demain la veille (ou la vieille, n’est-ce pas, Angela?) 😉
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_CH-47_Chinook

      Cela dit, le coût du MCO serait encore plus exorbitant que d’utiliser les Rafale ou M2000 sur étagère. Quant à la disponibilité d’hélicoptères en Opex et en condition de climat sub-saharien, pas sûr que cela en vaille la peine pour du CAS. Un RACER X3 équipé en gunship serait sans doute plus efficace (séparation des fonctions vitesse et transport). Reste la question du rayon d’action et de la persistance sur zone, pour un appareil hybride rapide et capable de roder pour faire du CAS…(bref, un « ballon d’attaque » prépositionné?).
      https://www.air-cosmos.com/article/airbus-helicopters-le-successeur-du-x3-est-lanc-22945
      Peut-être le sujet d’un billet de M. Lagneau comparant le MCO des hélicoptères lourds (anglais, danois) dans les différents environnements opérationnels ?

  13. Momo dit :

    Ce type d’appareil a en fait un intérêt qui certain mais minoré en face des helicos adaptes.
    Les infrastructures nécessaires n’ont pas grand chose à voir et l’emploi extrêmement polyvalent en fait le meilleur choix opérationnel. La flexibilité est nettement meilleure.
    Mais sans être parfait non plus notamment sur le coût horaire et La MCO.

    Par ailleurs les gugusses qui comparent, sans doute par volonté manipulatrice, le M2000 avec ce genre de zinc prouvent une nouvelle fois qu’ils sont totalement ignares sur ce sujet et ne méritent aucune considération.
    Les réponses ont ete apportées quand même, par des contributeurs de bonne volonté, on peut juste rajouter l’altitude d’intervention qui fait que les egorgeurs ne savent même pas d’où sa tombe, pour les rares survivants.

    • ULYSSE dit :

      @Momo. Les forces spéciales US sont donc des ignares?

      • Momo dit :

        C’est vous qui le dites, cette remarque vous appartient exclusivement.
        Accessoirement relisez lentement le première phrase.

  14. Momo dit :

    Mr L’agneau, j’aurais dû relire… pourriez-vous SVP mettre le est de ´qui est certain’ dans La 1ère phrase et ça au lieu de sa dans la dernière? Merci bien

  15. Ltikf dit :

    L’avantage par rapport à un hélicoptère qui peut se poser partout ? Parcequ’ une base aérienne avec une piste est une cible de choix pour des insurgés… Envoyer des pilotes qui risquent de se faire frire dans des cage par EI s’ils sont capturés, à basse vitesse sur 1 moteur ?
    Ca ressemble plutôt à un système d’arme « éco » pour des alliés qui peuvent se retourner contre vous 1 jour – et là on maîtrise…

    • ULYSSE dit :

      @liktf. Les hélicos ne décollent pas d une base aérienne ? J’en apprends tous les jours sur ce blog ..

      • Ltikf dit :

        @ULYSSE Rien qu’en Irak, les attaques se multiplient contre les bases aériennes comme celle d’Aïn al-Assad , à coup de roquettes, de drones… Impossible de changer de place, une piste n’est pas un tapis volant. Et j’imagine que tous les départs d’aéronefs sont signalés par les factions à l’oeuvre.
        Le concept de base d’hélicoptère mobile (plateforme dépliable pour maîtriser les poussières, hangar transportable) a progressé. Et la surface nécessaire rend le périmètre plus facile à séuriser. Quand aux opérations elle-même, je suis persuadé que celle contre Ben Laden – et la récupération d’information a été plus constructive que quand on balance une roquette sur un 4×4 dont on ne sait qui est à bord…
        Bien sûr on peut rester en retard d’une guerre et rester sur du lourd qui bouge pas trop et qui ne résoud rien, après tout la France a quand même inventé la Ligne maginot, un « savoir-faire » devenu célèbre… Vous semblez en avoir la souplesse d’ailleurs !

        • ULYSSE dit :

          Il y a les fantasmes de comptoir et la réalité. Un helico ça s’entretient et nécessite des moyens lourds, dans la durée. Les bases avancées existent, y compris pour les avions. Elles s appuient sur des bases arrières y compris pour les hélicos.

  16. Max dit :

    AT-802L Longsword d’Air Tractor Inc… Version militaire du spécialiste du Roundup !
    https://airtractor.com/aircraft/

  17. HMX dit :

    La mise en œuvre de turbopropulseurs d’attaque légers au sein de l »armée de l’air (ou de l’ALAT) est une idée très séduisante à première vue. Mais elle résiste difficilement à une analyse objective du besoin dans le cas français.
    D’une part, la diffusion croissante de moyens anti-aériens performants (MANPADS, canons télé opérés…) va inexorablement réduire la possibilité d’utilisation de ces appareils sur la plupart des théâtre d’emploi potentiels au cours des années/décennies à venir. D’autre part, un turbopropulseur piloté a nécessairement une autonomie réduite à quelques heures, et une vitesse de transit faible en comparaison à des jets. En clair, si on souhaite pouvoir afficher une réactivité acceptable pour faire de l’appui feu au profit des unités au sol, il faut de nombreuses bases aériennes bien réparties sur l’ensemble du théâtre d’opération, ce qui va à l’encontre de l’objectif affiché de réduction des coûts, et augmente considérablement la vulnérabilité du dispositif (protection des bases, logistique…).
    Enfin, et surtout, ce type de missions (ISR et appui feu) est voué à être confié en quasi-totalité à des drones à l’avenir. Précisément parce que ce sont des missions dangereuses, et parce qu’elles nécessitent une capacité à orbiter sur zone pendant des dizaines d’heures pour être efficaces. Les Predators et leurs descendants font 95% du job des avions d’attaque légers dont il est question dans l’article, pour une fraction du coût, un temps de présence sur zone incomparable, et sans aucun risque de pertes humaines… la messe est dite !

    En revanche, ce type d’appareil rustique est parfaitement adapté pour équiper des forces aériennes de pays à faibles moyens (Afrique notamment), qui ne disposent pas des infrastructures pour mettre en œuvre des drones de façon autonome, et qui n’ont pas les moyens d’acquérir et d’entretenir efficacement une flotte de jets. Les pays du Sahel sont un parfait exemple. En ce sens, il serait souhaitable de développer une offre industrielle française (ou a minima européenne), incluant un package acquisition ou location + formation/maintenance à bas coût, pour être en capacité de proposer une offre adaptée et ne pas laisser ces pays tomber dans l’orbite de puissances potentiellement hostiles à nos intérêts (Chine, Turquie, etc…).

  18. ULYSSE dit :

    @HMX . Ce que vous dîtes sur la montée en puissance des drones est incontestable. En revanche deux affirmations le semblent erronées. Le coût de vol d un drone MALE type Predator est très largement supérieur a celui d’un avion type Archange. Un drone MALe n est pas pilote,certes, mais mobilise au sol des moyens considérables, notamment humains. D autre part, il n est nul besoin de multiplier a outrance les bases aériennes pour mettre en œuvre des avions CAS. Il suffit de prendre une carte pour s’en convaincre. Comme le rappelait un post le Scorpion de Textron se déplace à 800 km/h pour une autonome de 4000 kms.

  19. ULYSSE dit :

    j’ajoute que l’acquisition d’avions de type Archangel par les forces françaises (ALAT ?) serait d’avantage un substitut/complément à l’ hélicoptère TIGRE, qu’un substitut aux drones REAPER (que 3 à Barkhane !)
    Les couts d’acquisition et d’exploitation de l’Archangel sont sans commune mesure avec les couts d’un TIGRE , alors que ses performances sont largement supérieures en terme d’endurance (10 heures versus 3H) et d’emport d’armement, et légèrement plus favorables en termes de vitesse. Le seul avantage du TIGRE est sa capacité VTOL, très utile sur un théatre européen (couvert végétal, montagne , milieu urbain…) , très marginale sur un théatre désertique type Barkhane.

  20. Belzébuth dit :

    L’avion turc n’est pas sélectionné, c’est juste bon pour le marché européen?
    https://www.air-cosmos.com/article/la-turquie-va-exporter-son-avion-de-contre-gurilla-hrku-c-24734

    • Belzébuth dit :

      En attendant, c’est le marché marocain qui est visé par les industriels turcs.