Northrop Grumman obtient un contrat de 80 millions d’euros pour les futurs E-2D Hawkeye français

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

110 contributions

  1. Ducon dit :

    C’est vrai qu’en France, nous ne possédons pas de constructeurs capables de nous fournir un tel matériel !!

    • reverjovial dit :

      Certainement le coût pour une si petite série, sans compter le délai et la singularité et les spécificités de cet avion qui est déjà bien connu à la royale.

      • Tao dit :

        Certainement oui, mais est-ce vraiment une bonne décision?

        Et là c’est moins sûr. Je pense aussi qu’une solution nationale serait plus cher, mais
        1- notre industrie possède une partie des briques nécessaires,
        2- un programme d’avion de patrouille maritime est prévu, et certaines partie pourrait être développée en commun,
        3- à la difference d’un achat à l’étranger un programme national a un retour sur investissement via la richesse créée sir notre sol (on dit qu’un 1e dépensé dans la défense c’est 2e récupérer dans 10 ans).

        Aujourd’hui on peut faire une avion comme ça, mais en ne faisant pas demain on ne saurat plus. Et notre industrie se meurt sous le regard de nos dirigeants content d’économiser des bouts chandelle.
        Je ne sais pas si ce programme doit à tout prix être national mais le commentaire de notre ami « Ducon » est pertinent. D’ailleurs certains pays n’aurait pas hésité à negocier des compensations (genre on en construit certains ici, on fait le radar, etc…)

        Puisen ce moment l’argent est facilement trouvé voir magique (plan de relance)

        • jccdm dit :

          Ce serait très intéressant de vous voir négocier, avec Northrop Grumman, des compensations sur une petite série d’un matériel pour lequel l’export n’est pas au coeur de l’industrialisation

        • EBM dit :

          @ Tao il faudrait partir de zéro en terme d’expérience nous n’en avons jamais fait.

          C’est techniquement possible mais alors il faut rallonger le budget de la défense pour ne pas impacter d’aures programmes et commander beaucoup plus que 3 avions mais pour quel besoin?

      • Niko dit :

        Hypothèse sans doute bancale: serait-il possible de remplacer à lafois les E3 de l’armée de l’air et les E2C de l’aéronavale par des E2D, pour contrer l’effet micro-flotte?

        • jccdm dit :

          C’est tellement pas idiot qu’une telle commande globale cela avait été envisagée dans les 80’s. Mais les besoins propres de l’AA et de la marine ont différé. Les E2 auraient été trop limités par rapport aux besoins de l’AA qui a pu se joindre à la commande britannique à l’époque.

    • mich dit :

      Et vous avez une idée du cout de développement de ce genre de systeme bardé d’ électronique ? vous connaissez celui du programme ATL2 par exemple ?la question n ‘est pas de savoir si on peut le faire ,mais si nous devons avoir cette capacité ,là dessus chacun peut avoir son idée .

    • lucas dit :

      Bien choisi le pseudo: Aucun pays au monde, pas plus la France qu’un autre, n’a de constructeur capable de lui développer un tel avion à un coût réaliste pour 3 ou même 15 appareils en comptant un éventuel export. Aucun, et personne ne le ferait. sauf à être ravagé au point de payer chaque appareil le prix d’un porte avions avec une flotille de Rafale en bonus !…

      • Qui ça ? dit :

        Ben il y a quand même la Chine, avec sa copie locale du Hawkeye : KJ-600 AEW&C aux performances non dévoilées pour le moment.
        Mais il est vrai qu’il n’aurait pas été économiquement réaliste que la France développe entièrement son avion de guet embarqué, surtout pour seulement 3 exemplaires.
        Les Russes, les Indiens et les Anglais n’ont pas de tels avions, ils utilisent à la place des hélicoptères avec un radar, mais c’est une solution moins performante que l’avion de guet embarqué.

        • Ératosthène dit :

          Peut-être aurions-nous pu nous intéresser officiellement à l’appareil chinois pour faire baisser le prix étasunien ?

      • Michel dit :

        Si la Suède mais ne pouvant pas se poser ou décoller d’un PA…..

      • Desty dit :

        Merci Lucas et Michel pour avoir répondu à une question que j’allais poser ! 🙂

    • Pascal (l'autre) dit :

      « C’est vrai qu’en France, nous ne possédons pas de constructeurs capables de nous fournir un tel matériel !! » Si nous sommes capable de produire des machines comme le Rafale nous sommes tout aussi compétents pour concevoir et fabriquer des avions « piquets » radar. Le problème est ………………… l’exportation pour que ce soit à minimum rentable. Lancer un programme pour une série de…………… combien, d’avions? Dans ce cas l’achat sur « étagère » plus les coûts d’entretien, de maintenance doivent être moins onéreux.

      • farragut dit :

        Pour mémoire, il y a à Rochefort un très bel Alizé restauré et exposé sur le rond-point Albert Bignon:
        https://www.flickriver.com/photos/paulschaller67/sets/72157635581416334/
        https://www.airplane-pictures.net/photo/334365/8-france-navy-breguet-1050-aliz/
        Cet avion d’origine Breguet Aviation, était le prédécesseur du Hawkeye dans la Marine Nationale, et servait de guet aérien sur nos porte-avions Foch et Clémenceau.
        Pour détecter les menaces de plus loin, et servir aussi de centre de commandement pour les interceptions d’hostiles, il fallait un nouvel avion plus spacieux (pour une équipage renforcé), avec de l’électronique mise à niveau.
        Nul doute que la France était (ou serait) capable de lui concevoir un successeur, mais quand une solution existe sur étagère et est maintenue sur une longue durée, autant en profiter…
        Même chose pour les AWACS ou les catapultes à vapeur.

        Un porte-avions US (du temps de la guerre du Golfe) était capable de couvrir une bulle de détection de 400 km de rayon avec les E-2C. Je suppose que les nouveaux Hawkeye E-2D sont encore plus performants. Reste à savoir si le temps de réaction après détection sera suffisant pour contrer efficacement les nouveaux missiles anti-navire hypersoniques de type 3M22 Tsirkon (SS-N-33 pour l’Otan) ou autres en développement.
        https://www.aerospatium.info/anti-navires-hypersoniques-sur-sous-marins-russes/

        Autre avantage, les E-2D sont ravitaillables en vol et pourraient donc s’avancer plus loin du porte-avions (voir dans ce même blog le billet de M. Lagneau en 2016) :
        http://www.opex360.com/2016/12/19/premier-vol-dessai-pour-e-2d-hawkeye-pouvant-etre-ravitaille-en-vol/

        • EBM dit :

          @ Farragut l’Alisé était initialement un avion ASM. Il a été bricolé comme appareil de surveillance ensuite mais assez sommaire.

    • Plusdepognon dit :

      @ Ducon
      Il y en a qui ont essayé, ils ont des problèmes :
      ‎https://www.air-cosmos.com/article/les-secrets-du-globaleye-sur-le-darkweb-24572

      • lolo dit :

        ce n’est pas la même chose celui là n’est pas un avion embarqué

      • Aymard de Ledonner dit :

        (-;
        Mais en plus le globaleye n’est pas navalisé….

      • Plusdepognon dit :

        C’est vrai qu’il n’est pas navalisé, mais c’est ce qui s’en rapproche le plus. 😉
        Et il n’y avait que ça en magasin pour rappeler le sketch de Chevalier et Laspales…

    • Carin dit :

      @Ducon
      Et vous avez raison… nos constructeurs sont tout à fait capables de sortir ce genre d’avion.. peut-être même en mieux… le problème c’est quel serait le prix d’un seul de ces avions, sachant que nous n’avons besoin que de 3 machines?

  2. Hachani dit :

    2 milliards pour 3 avions ça reste beaucoup trop cher !!!
    Autant les développer nous même, cela ne nous coûtera vraisemblablement moins cher et maintiendra des emploi et savoirs faire en plus on a le temps que le nouveau porte avion arrive

    • Fralipolipi dit :

      @Hachani
      C’est votre terme « vraisemblablement » qui pose problème.
      Car à ce stade, il faut des certitudes.
      Et si c’est pour développer chez nous, en partant de zéro, un avion aussi particulier, plus sa suite radar et communication unique, le tout pour produire seulement 3 appareils … (ou même 5 … soyons fous),
      c’est « vraisemblablement » aussi un pari – financièrement – très difficile à tenir.
      .
      Après, l’échéance de 2028 ne correspond pas à l’arrivée du nouveau PA, mais à celle de la fin de vie des Hawkeye actuels (qui auront entre 25 et 30 ans dans les pattes … ce qui est beaucoup pour une avion embraqué qui souffre des contraintes mécaniques sévères propres aux catapultages et appontages, en plus de l’air marin, pas aussi anodin que celui du désert du Nevada).
      Les nouveaux Hawkeye serviront donc à bord du PA CDG pendant de longues années, avant d’aller s’essayer sur le pont du PA NG.

    • Fralipolipi dit :

      Si cela parait cher, il faut savoir que les 3 précédents Hawkeye dont nous disposons ont aussi été payés fort cher.
      Et il faut surtout percevoir qu’un GAe sans veille aérienne telle un Hawkeye perd une très grande partie de son intérêt … et de sa sécurité.
      Car ce sont les Hawkeye qui permettent à un GAe de voir plus loin et plus tôt que l’ennemi, et qui lui permettent de dominer les océans/mers, en pouvant frapper (avec les Rafale) plus loin, plus vite et plus fort que l’ennemi.
      Bref, un GAe avec des Hawkeye associé à un avion de combat performant … ça fait le ménage vite fait.
      Sans le Hawkeye, c’est plus compliqué, plus hasardeux (donc plus risqué).
      … et cette plus-value doit sans doute valoir ces 1,7 Milliards d’€, puisqu’on en est pas à notre premier achat, et qu’on connait fort bien la bestiole et ce qu’elle apporte.

      • Paddybus dit :

        @ Fralipolipi
        Vous semblez connaitre ce « métier »… ne pourrait-on pas imaginer une sorte de gros drone captif, relié au PAN par un câble d’alimentation électrique + liaison de données, embarquant un radar et qui puisse monter en altitude pour protéger le GAN … on sait aujourd’hui faire des câbles légers, solides et trés long … Qu’en pensez vous…???

        • Desty dit :

          Il ne vaut pas que les avions accrochent le fil, ce serait ballot d’en perdre un !

        • Nexterience dit :

          Un tel engin doit aller très haut et loin devant.

          • Paddybus dit :

            Et si l’ennemi n’et pas con il va attaquer par derrière…non…???

        • Carin dit :

          @Paddybus
          Je vais vous poser un petit problème…
          Sachant qu’un tel avion s’éloigne d’environ 250/300 km du PA, sachant que son radôme couvre environ un diamètre de 500km à une altitude de 6 000/7 000 mètres… quel devrait être la longueur de votre câble pour que le drone offre la même couverture?
          Qu’elle devrait être le diamètre de ce câble au vu de sa longueur?
          Et pour finir quelle serait la résistance à l’air que ce câble générerait, sachant que le PA avance en moyenne à 20 noeuds?
          Je vous soumet tout ça, non pas pour que vous vous lanciez dans de copieux calculs, mais pour que vous preniez conscience de l’impossibilité de votre solution…
          Mais si vous voulez faire les calculs, et que vous trouviez que votre câble devra faire plusieurs km de long… et qu’avec seulement un diamètre de 10mm, il offrirait une résistance au vent telle que le PA ne pourrait pas avancer…vos calculs ne seraient pas faux!

          • Paddybus dit :

            Merci pour votre réponse… j’avais extrapolé cette idée en pensant aux systèmes d’antennes suspendues ou remorquées par des dirigeables, mais n’ai que peu d’éléments pour en apprécier la faisabilité, d’ou ma question ingénue…
            Je pensais aussi aux nouvelles technologies qui permettent des allègements, comme le kevlar pour la partie câble de traction…,ou la fibre optique pour les données…
            Visiblement vous avez les données qui permettent de reléguer ce genre d’idée pour un « lointain » futur…!!!

    • mich dit :

      Avez vous au moins une idée du cout de développement d ‘un systeme comme celui ci avant de balancer « votre trop cher !!! » ?

      • PK dit :

        ben j’aimerais bien que cette affirmation soit étayée.. Parce qu’un Hawkeye, c’est un bête bi-turbopropulseur… Alors, même navalisé, je veux bien que ça augmente le coût, mais à ce point, ça m’étonnerait. Quant à l’électronique embarquée, ce n’est pas le savoir-faire qui manque par ailleurs chez nous.

        • mich dit :

          Avant d’ étayer, comme vous dites ,il ne faut déjà pas balancer d’ affirmation gratuite ,c ‘est la moindre des choses . Quand à vos « arguments », un Hawkeye c ‘est un bête turbopropulseur ….c ‘est cela oui ,le plus étonnant c ‘est que vous avez la réponse ,il faut effectivement le navaliser et en plus pouvoir le catapulter ! j ‘oubliai c ‘est aussi un avion militaire .Pour la partie électronique relisez mieux,je ne parles pas de la possibilité de le faire, mais bien du cout ! c ‘est pas la même chose et on ne parle pas d’ un radar équivalent au « Searchmaster » de Thales .Si on vous suit nous serions stupide de ne pas lancer un programme pour 3 ou 5 appareils (soyons fous !) ,alors que penser du Japon qui va en avoir une vingtaine , ce sont des idiots ?

          • PK dit :

            Les Japonais font ce qu’ils veulent : c’est leur problème.

            Nous, on est censé partir pour équiper 2 PN… donc au moins 6 appareils. Soit environ 4 milliards vu comment on est parti.

            Je voudrais qu’on me démontre qu’avec 4 M, Dassault et Thales (et qui vous voulez de français) ne sont pas capables d’aligner 6 appareils (allez, je vais être bon prince : même 10% en dessous en terme de perf).

            Pour le moment, je vois des gens écrire partout : c’est impossible. Je répète : l’avion en lui-même n’a rien d’extraordinaire et navaliser un tel avion ne coûte rien dans sa conception. Reste la partie high-tech qui est sans doute très pointue, mais rien qui ne soit pas à la portée de nos ingénieurs. Alors, quid ?

          • mich dit :

            Pour l ‘instant on va déjà voir si on aura bien 1 PA , pour le reste vous restez bloqué sur la possibilité de développer, surement à la portée de notre pays (pour le radar embarqué et une cellule qui convienne il y aura quand même du boulot ! ) et le FINANCEMENT ,là il suffit de connaitre un peu les dépenses pour certains programmes pour comprendre ,cherchez bien vous trouverez des exemples.Vous demandez des réponses étayées et des démonstrations ,mais là vous parlez un peu dans le vent sans avoir l ‘air de vous être bien renseigné ,mais il n ‘est jamais trop tard et c ‘est plutôt instructif de suivre la genèse de certains programmes ,nationaux comme internationaux et le Japon peut être très intéressant ,croyez moi .

          • PK dit :

            Encore une fois, vous répondez à côté : donnez moi une estimation du coût de dév d’un tel programme. Dire que le programme A400 a dérapé (ou le F-35) n’aide en rien au débat.

          • mich dit :

            Vous êtes bien gentil ,mais vous ne faites pas beaucoup d’ effort ,vous pouvez taper ce genre de mot dans votre navigateur  » Selected Acquisition Report (SAR) E-2D Advanced Hawkeye  » ,il y a des PDF qui vous donneront un bon aperçu de ce que peut couter ce genre de programme ,maintenant libre à vous de penser que la France peut démarrer de 0 (pas comme les US) le développement de ce genre de programme pour une série de 3 ou même 6 appareils .Bonne lecture.

    • Fralipolipi dit :

      Sinon, si on veut essayer de payer moins cher, on peut toujours commander à la Chine sa copie du Hawkeye qu’elle est en train de développer (on doit plus être loin des premiers essais en vol désormais) 😀
      .
      En parlant de la Chine, ci-après qques infos sur son prochain et 3ème PA (qui n’aura toujours pas de propulsion Nuke, mais qui aura des catapultes et brins d’arrêt). Un bon gros bébé en gestation :
      https://www.navalnews.com/naval-news/2021/04/chinas-new-aircraft-carrier-is-in-same-league-as-us-navys-ford-class/

    • Clavier dit :

      Ne rêvons pas comme des Indiens….nous sommes incapables de faire autre chose que de s’en remettre totalement à Grumann qui a accumulé une avance irrattrapable dans ce domaine ……pareil pour Boeing avec l’E2C Sentry

      • R2D2 dit :

        On est capable de le faire. Ce n’est simplement pas rentable de le faire et nous n’avons pas le temps de réinventer la roue pour une flotte de 3 ou 4 appareils. Nuance.

    • Grosminet dit :

      En partant de quelle cellule?

      Parce que rien que le roto-dôme et le système de combat,pour 3-4 appareils,c’est un énorme coût que notre pays ne peut supporter…..Auquel ajouter celui d’une cellule navale embarquée….

      Alors certes,Dassault est un excellent constructeur,mais il ne fait pas de miracles non plus

    • fgnico dit :

      développer par qui ? développer ? vous dites à partir de ? construit par qui ? savoir faire ?
      pouvez vous, svp, developper … ;-))
      merci

    • BoitaR dit :

      Je crois que vous ne vous rendez pas bien compte des couts de développement R&D d’un tel appareil. Quand au prix de production unitaire, pour un total de trois, n’en parlons même pas.

    • erleg dit :

      Développer, construire, puis entretenir sur vingt ans un tel système d’armes made in France, ça coûterait évidemment bien plus de deux milliards ! Surtout pour en construire trois ou même quatre… étant donné qu’en plus on aura fort peu de chances d’en vendre à l’étranger.

    • tankaboum dit :

      Construire une cellule , la tester, produire un moteur avec 3000 à 4OOO heures de test, intégrer l’électronique , produire le radar, construire les trois appareils avec leur rechange qu’il faudra stocker pendant 40 ans une fois la série terminée et enfin rien de moins que de bloquer le PA pendant de longs jours de test. C’est pas 2 mais 4 milliards qu’il faudrait pour en venir à bout dans un délais aussi court. Parce que pendant ce temps les équipes qui travailleraient dessus ne feraient rien d’autre.

    • tschok dit :

      @Hachani,

      Vous employez l’adverbe « vraisemblablement » ce qui indique que vous n’êtes pas tout à fait sûr de votre assertion, mais que vous l’estimez néanmoins vraisemblable (elle vous semble vraie, quoi).

      Mais à part ce qui vous semble vrai, vous n’avez pas d’autres arguments à développer?

      Parce qu »il existe des tas de trucs qui nous semblent vrais, et puis finalement non, quoi. Donc, c’est un peu court.

    • ji_louis dit :

      Il n’y a aucune possibilité pour un constructeur aéronautique en Europe de concevoir, construire et qualifier un tel appareil en si petite série à ce coût. Le seul capable est Dassault, et il est déjà bien occupé avec le Rafale, ses ventes export, ses évolutions, et le SCAF – plan A et plan B.

    • fougasse dit :

      Non. Souvenez vous que les Anglais ont dépensé une fortune et un temps fou à essayer de développer une version AWACS du Nimrod avant de renoncer. Et pourtant, ils partaient d’une cellule existante…Là, il s’agit d’un projet d’avion embarqué, dans lequel le développement du radar ne représente qu’une partie du travail…Non vraiment, ce ne serait pas du tout une bonne idée, avec des risques énormes et aucune interopérabilité avec nos alliés. Et tout ça pour TROIS appareils ?

    • R2D2 dit :

      « il ne pourra pas excéder les 2 milliards de dollars [1,67 milliard d’euros]. »
      on ne connait que le plafond vendeur, pas le prix.

    • NRK dit :

      @Hachani
      A priori les énarques, industriels, et militaires ont fait le calcul. Ils ne sont pas si débiles (il est vraisemblable que les américains ont également fait le calcul pour optimiser le bénéf sans risquer d’avoir un concurrent).

    • Michel dit :

      C’est vrai que vous êtes un spécialiste…. cet appareil est bourré de techno de pointe …..
      La France est capable de faire mais pour 3 ou 5 appareils cela couterai beaucoup beaucoup plus cher…..pour info le porteur c’est à dire l’aeronef coûte que dalle par rapport à ce qu’ils emportent…..

  3. E-Faystos dit :

    @ Hachani
    premier point: les prix donné plus haut sont des sommes indicatives sur l’avion , et out le matériel qu’il est possible de mettre dessus. Si la DGA ne prend pas la totalité du pack, ou réduit sa commande à deux avions…
    .
    Second point: la garantie d’économie sur un appareil de ce type est loin, mais très loin- d’être garantie.
    Premier problème, : c’est un bimoteur
    Second problème: il est navalisé
    Troisième prolblème: il emporte un radar comme les Européen n’en construisent pas encore.
    .
    Conclusion: sur un tel risque technologie et une aussi petite série, le risque de faire un étron volant est réel.
    Alors autant laisser faire les USA dans leur dernier domaine d’expertise ou … acheter Chinois. Ils ont quasiment clôné l’appareil (la fonction créant l’organe, il était compliqué de faire différent)

    • Michel dit :

      C’est vrai que vous êtes un spécialiste…. cet appareil est bourré de techno de pointe …..
      La France est capable de faire mais pour 3 ou 5 appareils cela couterai beaucoup beaucoup plus cher…..pour info le porteur c’est à dire l’aeronef coûte que dalle par rapport à ce qu’ils emportent…..

      • E-Faystos dit :

        « pour info le porteur coûte que dalle par rapport à ce qu’ils emportent ».
        .
        Ben je ne suis pas d’accord.
        .
        Si, et ces deux lettres sont importantes, la France ou même un partenaire Européens avait un produit similaire, il serait possible de partir dessus comme base.
        Mais laissez-moi vous citer les.avions promis à un brillant avenir sur l’un de nos porte- avion:
        Mirage IV monoplace: annulé! Il lui fallait un P.A littéralement construit pour lui. Ce faisant, les capacités du Charles de Gaulle ont été calculée pour le rafale, nettement plus puissant et léger.
        Jaguar : annulé: pas assez puissant en motorisation et une cellule renforcée grévant tout avantage face à un super étendard.
        Mirage F1 : annulé! Il fallait refaire un nouvel avion autour du ATAR 9k…
        .
        J’en suis le premier désolé car je suis franchouillard dans l’âme mais il y a des choses qui méritent d’être fabriquées nationalement et d’autres qui gagnent à être déléguées.
        On en saura plus quand la DGA aura fait le choix définitif de l’effectif et des options.

        • Michel dit :

          Demandez une offre à Thales vous allez voir !!!
          Quant à l’aéronef, il n’existe rien en Europe et même dans le monde à part au US, j’attends avec impatiente ce que les Chinois « vont nous sortir, car j’ai des gros doutes sur la faisabilité alors qu’ils sont incapable de faire un réacteur pour le concurrent de l’A320 le c919 Comac qui est équipé de réacteur LEAP et d’une avionique occidentale ….. » il faut pouvoir décoller et atterrir d’un un PA avoir un encombrement réduit donc ailes repliables !!!!
          Faut complètement le développer pour 3 appareils, le jeu n’en vaut pas la chandelle !

          • E-Faystos dit :

            Demandez une offre à Thales vous allez voir !!!
            .
            Je.ne demande que cela.
            Promis.
            .
            Quant à l’aéronef, il n’existe rien en Europe et même dans le monde à part au US, j’attends avec impatiente ce que les Chinois « vont nous sortir, car j’ai des gros doutes sur la faisabilité alors qu’ils sont incapable de faire un réacteur pour le concurrent de l’A320 le c919 Comac qui est équipé de réacteur LEAP et d’une avionique occidentale …
            .
            La Chine est la reine de la copie frauduleuse et les.UDA laissent faire car ils.ont joué la Chine contre l’Europe.
            .

  4. Fralipolipi dit :

    Hâte de voir ces Hawkeye E-2D se faire ravitailler par des Rafale M en buddy-buddy !
    .
    A terme, avec l’arrivée du bien plus grand PA NG, on pourra se demander s’il ne faudra pas augmenter l’effectif de cette flotille à 4 ou 5 exemplaires, pour permettre d’en embarquer 3 à la fois (plutôt que seulement 2 sur le PA CDG).
    Car avec 3 Hawkeye à bord, le PA NG pourrait assurer ponctuellement des veilles aériennes 24/24 = bel avantage et intérêt en situation de conflit haute intensité.
    .
    Ou aussi, pour y aider parfois, peut-être qu’un des 3 anciens Hawkeye pourra être prolongé au delà de 2028 ?
    .
    Si cela est possible, cet ancien Hawkeye pourrait aussi servir à la formation des pilotes pour éviter de tirer sur le potentiel des avions neufs (mais bon, les systèmes-avionique seront pas mal différents entre les 2 générations de Hawkeye, il y aurait donc une certaine limite à l’exercice).
    .
    Sinon, on pourrait peut-être conserver ce même Hawkeye ancienne génération avec encore un peu potentiel pour le transformer en une version de Growler, pour assurer les missions de logistique lointaine lors des missions en mer : si on retire le radar plus tous les lourds systèmes embarqués (consoles, etc ..), et qu’on y ajoute une porte cargo qui va bien, il y a sans doute de quoi rendre quelques services ?!

    • Captain Pif dit :

      Le fuselage carré du Greyhound n’est pas celui du Hawkeye. Et les 3 E-2C auront beaucoup servi et seront à bout de potentiel, ou avec un coût d’entretien à l’heure de vol prohibitif.

    • francois dit :

      growler ou greyhound ?

    • philbeau dit :

      C2 Greyhound , pas Growler …

    • Math dit :

      Pour les missions « Cargo » à longue distance, même avec une capacité d’emport réduite, on a le Racer, suite du X3 chez Airbus hélicoptère qui va sortir. En terme de distance franchissable, vu la vitesse de l’engin, y aurait-il une plus valu?

  5. BoitaR dit :

    Je crois que vous ne vous rendez pas bien compte du cout de développement de ce genre d’avion… Et ne parlons pas du cout unitaire de production pour un pack de trois…

  6. Florent dit :

    Excellente nouvelle.La France a besoin des technologies amércaines et etrangères pour améliorer sa puissance militaire et ne peut pas compter aveuglement sur elle-même.Nous ne sommes pas les meilleurs du monde sur le plan militaire , et c’est bien de pouvoir compter sur d’autres pays plus en avance , comme les US , la Chine , la Russie par exemple.

    • Michel dit :

      Comme les US qui on besoin de la techno des sonars Thales donc Francais…..

    • Math dit :

      La qualité de nos ingénieurs n’est pas en jeu. Ce qui compte, c’est la quantité.

  7. Jean Lagaillarde dit :

    Bon voyons !!! créer un projet, puis une chaîne de fabrication pour sortir 6 appareils alors que les USA ont le même type d’avions qu’ils fabriquent à hauteur de 30 ou 40, plus l’export, sans compter que cet appareil coche pile poil tout ce que l’on a besoin … bref, là pour le compte, je ne vois absolument pas l’utilité de dépenser de l’argent en RetD … Autant acheter sur étagère. Après ce n’est que mon avis !

  8. Prof de physique dit :

    Il est vrai que c’est une petite série, si l’on compte 3 appareils par porte avion, soit 6 au total.
    Les japonais les utilisent à partir de bases terrestres.Notre aéronavale l’a fait aux Antilles pour lutter contre les trafiquants de drogue.
    Il ne serait donc pas invraisemblable d’en utiliser plus que 6. Ils pourraient améliorer la surveillance de nos nombreux espaces maritimes, Antilles, Guyane, Polynésie, canal du Mozambique, ou simplement Méditéranée.
    Mais il est vrai que cela reste cher par unité.
    Quelle est leur différence de performances en détection en comparaison avec le Falcon 2 000 « Albatros » ?
    D’autre part, de sa nature d’avion robuste, capable d’emporter la masse conséquente de ses systèmes de détection, et de faire des atterrissages et décollages cours, on pourrait en faire une version de transport à l’image du Grumman C-2 Greyhound.
    Nous avons l’emploi de ce type d’avion en BSS.
    Donc un effet de série sur les cellules, les moteurs, est peut être envisageable.

    • Michel dit :

      Si c’est comme la copie de l’A320 qu’ils essayent de faire depuis plus de 10 ans cela risque d’être une coquille vide…..

  9. philbeau dit :

    1,7 Milliards d’euros …Une vingtaine de rafale , à la grosse . ça laisse quand même rêveur…lu sur wikipedia (en):Le 18 juillet 2013, Northrop Grumman a remporté un contrat de 113,7 millions de dollars pour cinq avions de production à plein tarif Lot 2 E-2D Advanced Hawkeye. Le 13 août 2013, Northrop Grumman a obtenu un contrat de 617 millions de dollars pour cinq E-2D jusqu’à la production à plein régime Lot 1. Le 30 juin 2014, Northrop Grumman a obtenu un contrat de 3,6 milliards de dollars pour fournir 25 autres E -2D, pour un nombre total de 50 appareils sous contrat; 13 modèles E-2D avaient été livrés à ce moment-là.
    je dis ça…

    • Royal Marine dit :

      Le contrat ne comprend-il que les 3 avions? Ou bien également les pièces détachées (c’est déjà le cas pour 2 moteurs au moins…), la formation, la maintenance entretien niveau 3 pour x années? Tant qu’on n’en sait pas plus…

      • Michel dit :

        La réponse est dans l’info de Mr Lagneau ci avant, vous lisez l’article avant de faire des commentaires ?
        « Cette somme comprend, outre la livraison des avions, la fourniture de 10 turbopropulseurs Rolls Royce T-56-427A [6 installés et 4 de rechange], 3 radars à balayage mécanique et électronique AN/APY-9 pouvant détecter simultanément des cibles aériennes et navales, 4 systèmes de mesure de soutien électronique [MSE] AN/ALQ-217, 5 systèmes de communications L-16 [Liaison 16] et des dispositifs IFF [identification amis/ennemis]. »

  10. Aymard de Ledonner dit :

    Il est vrai que le prix laisse rêveur. J’allais grimper aux rideaux comme un peu tout le monde ici mais en fait les choses sont plus compliquées.
    Le Grumman Hawkeye a une taille comparable au CN295. Mais alors que les moteurs PW du CN295 sortent 3000ch, ceux développés par RR pour le Hawkeye sortent eux 5000ch soit au total presque le double de puissance pour des avions équivalents en taille.

    Le CN295 est une brouette volante. Il faudrait renforcer sa structure pour qu’il supporte des appontages et catapultages, changer le train d’atterrissage, le doter d’ailes repliables, sachant que de toute façon le fait de le remotoriser avec des moteurs deux fois plus puissants (je suis toujours surpris de voir la taille des moteurs du Hawkeye : on a l’impression de voir une 2CV avec un moteur de poids lourd) et donc plus lourds impose de redessiner les ailes…. et tout ça pour 3 avions…..

    • Vinz dit :

      Tout ça pour un PA. Ce machin ruine la Marine, qui pleure en permanence le manque ce ceci et de cela.

      • Courmaceul dit :

        vous devriez être content, la marine russe fait des économies.

      • Royal Marine dit :

        Ce P.A. garantit la défense de la France, au niveau stratégique, et ce sur tous les océans du globe, grâce à la liberté de navigation dans les eaux internationales…
        Lorsqu’il sort de Toulon, il d’agit d’un signal fort pour tout pays se trouvant dans le collimateur, ou qui viendrait à s’y trouver… (70 000 t de diplomatie, comme diraient vos amis ricains…) Il est également le garant de frappes nucléaires dans des endroits qui ne valent pas l’envoie d’un missile M 51…
        Il est, au niveau tactique, le symbole de frappes couvrant 90% des zones de populations, et donc économiques et militaires du Monde…
        Et tout ceci, sans avoir besoin de demander des autorisations de passage, de survol, de stationnement, de ravitaillement, toujours plus longues, plus chères et plus difficiles à obtenir, que de s’appuyer sur les bases et accords existants… (Antilles-Guyane, Nouméa, Papeete, Inde, Réunion, Mayotte, Djibouti, EAU, Grèce, etc., …)
        Il est donc la possibilité de rentrer et frapper en premier sur un théâtre, en tout temps et en toute indépendance…
        Sa seule limite est liée à la c.nnerie et au manque de clairvoyance habituelles à nos hommes et femmes politiques, qui ne comprennent pas qu’il en faut absolument deux, pour garantir en permanence l’indépendance d’action et de décision de la France.
        Songez-y, avant de balancer n’importe quoi…

      • jean la gaillarde dit :

        Ah non ! Soit on décide de ne pas avoir de PA catobar et cet appareil n’a pas vraiment son utilité, soit on décide d’avoir un ou des PA catobar et cet appareil est indispensable.

    • Plusdepognon dit :

      @ Aymard de Ledonner
      Je saisis la balle au bond pour faire un hors sujet sur les C 295 : l’Égypte qui en est le plus gros opérateur au monde vient de signer un gros contrat avec Airbus pour l’entretien de sa flotte.
      https://www.zonebourse.com/cours/action/AIRBUS-SE-4637/actualite/Airbus-nbsp-signe-un-accord-avec-l-armee-de-l-air-egyptienne-32974316/

  11. Alfa744 dit :

    Bonsoir, nous ne fabriquons plus de munitions de petits calibres, alors pourquoi penser que nous pourrions construire de tels avions…Dans un poste précédent quelqu’un à répondu que nous n’avons pas d’industrie pour fabriquer des drones…! Vivement la réindustrialisation de notre pays et de sa reprise en main!!!

  12. Velk77 dit :

    Concernant le prix, beaucoup ici ont oublié que lors de la première info de ce contrat (pourtant poster sur ce site), il y avait eu une comparaison de faites avec le Japon qui avait aussi commandés ces appareils, et les payaient bien moins cher. Après je ne connais pas les détails du contrat et si les « fournitures » sont identiques. Au lieu de comparer le prix a des portes avions ou des rafales, ne ferait-il pas mieux le comparer avec les pays ayant fait une commande similaire a la nôtre, comme le Japon ?

    « Reste maintenant à voir le montant du contrat qui sera signé, la somme de 2 milliards de dollars donnée par la DSCA, même s’il s’agit d’une estimation, paraissant élevée. Ainsi, l’agence avait recommandé au Congrès d’accepter la vente de quatre E2-D Advanced Hawkeye au Japon pour 1,7 milliard de dollars en 2015, puis de neuf autres, en 2018, pour 3,1 milliards dollars. »

    http://www.opex360.com/2020/07/07/feu-vert-a-lachat-par-la-france-de-3-avions-embarques-de-guet-aerien-e2-d-advanced-hawkeye/

    • farragut dit :

      Si le Japon a commandé des Hawkeye E-ED, il les fait décoller de ses bases terrestres, et pas de porte-avions qu’il n’a pas.

      Or, la maintenance d’un avion embarqué est très différente en termes d’efforts pour entretenir la cellule (chocs des catapultages et appontages) et de la garder exempte de corrosion du fait de l’environnement marin d’un porte-avions. Sans parler de l’électronique.

      Il faudrait pouvoir comparer les coûts d’acquisition ET de MCO dans des conditions d’emploi identiques à celle de l’US Navy (porte-avions CATOBAR). Hormis la France, aucun pays n’est dans ce cas…

      • PK dit :

        Vous croyez vraiment que les USA ont produit une petit série made in Japan dénavalisée pour faire des économies ?

    • philbeau dit :

      On est bien d’accord , nos « amis » américains ,très flatteurs lorsqu’il s’agit de nous accepter pour naviguer de conserve avec leurs porte-avions et faire de belles photos sur l’amitié franco-américaine , ont la mains lourde pour assaisonner la facture quand on leur quémande du matériel . Davantage que pour d’autres de leurs « amis » . Là aussi , nos services sont timorés ? Comme avec les allemands ?

      • mich dit :

        Bonjour , vous connaissez donc la différences entre les contrats Français et Japonais ? merci d’ avance pour vos infos ,perso j ‘ai du mal à trouver les détails (et pourtant je cherche car j ‘aime bien ce genre de sujet) ), sinon nous avons payés plus cher nos » reaper » que les autres ? nos E3C nous ont coutés plus cher aussi ?merci d ‘avance .

      • breer dit :

        Nos propres industriels n’ont pas moins la main lourde…

      • Breguet dit :

        Et oui, même histoire que pour les catapultes…

  13. Rafale28 dit :

    A la fin des années 80, la marine avait envisagé l’hypothèse d’un avion de guet aérien développé par l’industrie française. Il s’agissait de transformer des cellules de Tracker avec un radar adapté. Mais au vu des coûts et des risques, l’Aéronautique navale commanda ses trois Hawkeye.

  14. wagdoox dit :

    Je vous rassure tout de suite c’est le chiffre de l’agence d’autorisation d’exportation qui donne ce chiffre, elle est TOUJOURS largement au dessus. Ca sera jamais 2 milliards. Avec un calcule rapide du nb d’avions sur le prix du programme, ca coute 250 millions de dollar par avions (c’est toujours plus qu’un A400m 130 millions d’euros), après il faut voir le cout sur le cycle de vie, c’est à dire ajouter la MCO, le carburant… Ca va aussi dépendre de ce qu’on veut tirer des ces avions, s’il s’agit de leur faire le travail de 6 avions à seulement trois, la facture unitaire va paraitre étrangement haute.

    Pourrait-on le faire nous meme ? oui si jamais on avait des besoins autre, personne ne fera jamais un avion pour en sortir 3 exemplaires meme la navette spatiale a été produite à plus d’exemplaires. Il faudrait un autre usage pour la cellule. Le cout de développement de l’advance est de 2 milliards….

  15. Frédéric dit :

    Au fait, la France a reçu un 4e E-2 pour servir de réservoir de pièces détachées l’année dernière.

  16. Laverdure dit :

    Trop de gens raisonnent prix d’achat.
    Ca ne fonctionne pas comme ça, un achat ce calcul sur son amortissement, qu’il soit fait en « upfront » ou pas.
    Presque 40 ans de services pour la précédente version, donc sur cet ordre de prix ça fait 50 millions / an, une poussière dans le budget de la royale pour une capacité indispensable.

    • Michel dit :

      Vous avez bien raison,
      La culture industrielle de tous les matériels de haute technologie (avion, satellite, lanceurs, TGV et toutes infrastructures de transport ferroviaire( régulations sécurités etc, c’est pas pour rien que Thales est placés sur ce creneau…..) nucléaire, métallurgie de transformation, matériels militaires, la chimie, et j’en oublie beaucoup ect……Est devenu d’un niveau catastrophique chez les soit disant sachant, même certaines écoles d’ingé ne sont plus ce quelles sont …..et c’est un vieux c….n qui vous parle, et en plus j’ai le « retour » du fils qui est dans l’Aéro et c’est lui qui m’en parle, car il compare par rapport aux qq sujets issu de mon boulot (dans un un grand groupe du complexe militaro industriel français) que nous discutions : Du genre quand tu travaillais tu avais des « cas » semblables ?

      • Laverdure dit :

        Honnêtement c’est global, pas que l’industrie.
        Je suis probablement moins vieux que vous, mais même à mon niveau je vois des Ingénieurs sortir ne pas avoir le niveau d’un BAC +2 10 ans auparavant (je bosse dans la cybersécurité).
        Et cela se rapproche à tous les métiers, on pourrait parler politiques, médias, administrations … Notre société vie dans la simplification, les dogmes, les idéologies … le niveau global de la société a regressé, c’est la marque de toutes les civilisations qui déclinent et la notre décline fortement, encore plus ces derniers temps.

        • Raymond75 dit :

          Je partage votre opinion

        • Michel dit :

          Je suis d’accord avec vous, j’ai une famille au 2eme degré importante et des amis dans bcp de domaine, ils ressentent la même chose, mais par respect pour eux je ne me permets pas de porter un jugement sur les domaines que je ne connais pas ou peu…. Vous apportez encore plus d’arguments à mon ressenti et j’espère que pour vous aussi ce genre de retour vous conforte dans votre jugement sur l’état de la France…..
          Honnêtement j’ai « mal à la France » et je plains nos enfants …..

        • EchoDelta dit :

          C’est clair que le niveau est moins bon en socle de connaissance, c’est aussi lié à l’absence de prise de risque que nous rencontrons au niveau général. Pas de risque en entreprise, ou en école pour faire des manipulations techniques complexe, car il faut des niveaux de protection hallucinant. Résultat : on fait faire mais on ne fait plus depuis bien longtemps. Et le savoir s’acquière en faisant pas en regardant les autres faire.
          C’est devenu une constante dans les sociétés occidentales, ce qui renchérit considérablement le cout du travail. Car manipuler sans risque suppose un luxe de moyen hors de prix. On se gausse des matériels chinois ou russe qui casse ou explose mais c’est partis pris pour bruler des étapes.
          Donc à un moment il faut juste savoir ce que l’on veut : risque zéro et ingénierie lente et chère avec peu de savoir intrinsèque ou ingénierie « maitrisée » comme le doux euphémisme le dit actuellement, mais hors de prix.
          Pour avoir manipuler du chlorate de soude et du sucre, sous le regard amusé de nos autorité, pour faire décoller nos fusées artisanales, étant ado, aujourd’hui nous serions presque conduit en prison, si nous étions pris le fait.
          C’est ainsi, et il ne sert à rien de s’apitoyer. La seule chose à faire est de savoir comment nous pourrions retrouver le gout du risque, au sens général, avant que cela ne redevienne une nécessité si nous sommes trop dépassés.

    • PK dit :

      Trop de gens raisonnent aussi comme vous. C’est avant tout une question de souveraineté : si les États-Unis ferment le robinet, combien de temps tiendrons-nous avec une MCO qui ne pourra rien faire ?

  17. OBIOU dit :

    La France a la capacité de construire ce type d’avion . Ce n’est pas le problème .
    Mais pour 3 ou même un peu plus , il y a le coût de recherche , de fabrication qui n’est pas industriel mais de l’artisanal !…
    Par contre il eut était sans doute possible de demander des compensations ou d’installer Radar et autres par nos nationaux par exemple Thales ou Dassault .
    Quand à demander aux Chinois comme je l’ai lu , pourquoi pas au Diable…..

  18. Charognard dit :

    Une rallonge de 100 millions de dollars est demandée, ça fait 5% de plus:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/04/19/e-2d-hawkeye-22053.html

  19. breer dit :

    L’orgueil national est parfois tellement ancré dans les esprits, que l’on ne réfléchit pas objectivement, ni économiquement, l’aéronautique navale est déjà équipée de ces avions depuis la mise au rencart des Bréguets Alizé qui avaient fait leur temps, et il ne s’agit pas d’avions de patrouille maritime comme le pensent certains. Pour équiper notre aéro de 4, 5 ou 6 avions quel intérêt de dépenser des milliards en conception, essais, fabrication, pièces, reformation du personnel naviguant, et personnel mécanicien et autres spécialités. De plus les pilotes de l’aéronavale embarquée hormis les hélicos, sont déjà formés en partie aux USA.
    Pour rappel, à la fin de la guerre de 45, l’armée française en général n’était plus équipée que de matériel US, et la Marine avait aussi hérité de bâtiments US, britanniques, et allemands récupérés.

  20. Bob dit :

    Et elle est où l’autonomie stratégique française?
    Pas sur les segments de ces avions pourtant indispensables pour les 80 000 tonnes du nouveau PANG qui n’envahira rien sauf la terre des Berbères et Bédouins à la limite.
    Comme pour les catapultes, les turbines des réacteurs nukes, et la dissuasion nuke partagée avec la perfide Albion qui au moins va en Mer Noire.

  21. vrai_chasseur dit :

    Pour ceux que ça intéresse
    Depuis plus de 20 ans Northrop-Grumann fait fabriquer exclusivement en France, dans le sud-ouest chez Potez à Aire-sur-l’Adour, TOUS les empennages des Hawkeye.
    Donc y compris pour tous les exemplaires destinés à l’US Navy, anciens et nouveaux modèles.
    Ce n’est pas un empennage courant, cf la photo

    • Michel dit :

      Cette info est importante, elle prouve encore une fois à certain Français que les échanges industriels entre la France est les US est beaucoup plus importante qu’ils le croient
      J’ai pris les exemples des sonars Thales et il il y a aussi les équipements radio vendus à l’armée US….Aubert et Duvaj qui forge des très grosses pièces pour Boeing et cela ne s’arrête pas que la…..