Premier vol réussi pour l’ATS, le drone de combat de type « ailier fidèle » conçu par Boeing Australia

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

63 contributions

  1. Blavan dit :

    Ce n’est pas franchement ce qui est nécessaire pour nos guerres asymétriques françaises. Il nous faut un drone pas cher capable d’envoyer un missile sur un groupe de rebelles dans le désert ou dans un 4×4..

    • NRJ dit :

      @Blavan
      Sauf que la guerre de demain ne se limitera pas forcément à des islamistes sur pickups au fond du désert. Vous avez 10 ans de retard.

      • blavan dit :

        @NRJ.La guerre de demain qui impacterai la France sera nucléaire .Les états majors ont le devoir d’envisager tous les scénarios , mais ne jouons pas à nous faire peur , il n’y aura pas de conflit intermédiaires entre l’asymétrique et le nucléaire. Le vrai conflit mondial sera sanitaire on le voit bien en ce moment.

        • NRJ dit :

          @blavan
          Penser que la bombe nucléaire nous orotègera de toute menace est décalé avec la réalité. La bombe nucléaire ne nous protège que dans un cas, un seul: en cas de tentative d’invasion ennemie type Barbarossa. Dans tout autre cas, elle est inutile. Ça laisse donc une très grande marge de manœuvre et limiter notre armée a des FS/drones spécialisés dans l’asymétrique et des bombes nucléaires ne protégerait pas les intérêts français.

          Et puisque rien ne remplace un bon exemple, je vous demanderai ceci: pensez vous sincèrement qu’envoyer une bombe sur la Turquie serait une solution si elle imposait sa présence en Méditerranée comme elle le faisait l’année dernière ?

          • Requin dit :

            Je vous conseille d’ouvrir des livres d’histoire. En 1945, quand les USA ont lancé les premières bombes atomiques, le Japon n’était plus en mesure de menacer qui que ce soit.
            Et si le PA Français est équipé pour recevoir des missiles nucléaires, c’est bien pour pouvoir menacer de manière ostensible un pays situé à plus de 10.000 km de la métropole.

            Défendre ses intérêts stratégiques, cela ne se limite pas à son seul territoire face à une menace d’invasion. Cela comprend aussi le terrorisme étatique et les approvisionnements jugés vitaux. On peut aussi maintenant y ajouter contre une menace cyber étatique de grande ampleur.

            Malgré tous les blablas officiels, il n’existe pas de listes restreintes de pays-cibles pour les missiles nucléaires aérolargués. Tout pays voulant jouer aux c..s avec une puissance nucléaire devient une cible potentielle.

          • Twisted dit :

            Ligne Maginot intellectuelle

          • EBM dit :

            @ NRJ là bien d’accord, d’où la nécessité de retrouver des forces conventionnelles crédibles.

          • NRJ dit :

            @Requin
            « Cela comprend aussi le terrorisme étatique et les approvisionnements jugés vitaux. On peut aussi maintenant y ajouter contre une menace cyber étatique de grande ampleur. ». Exactement. Pour cette raison on ne peut pas se limiter à l’arme nucléaire, il faut une armée capable de combattre dans un conflit de haute intensité.

            @EBM
            Exactement. Mais nos forces sont crédibles. Elles maîtrisent en budget et en matériel toutes les armées de la région. Et pour celles pour qui ce n’est pas le cas, comme la Chine, le Japon, ou les USA, aucune augmentation de budget réaliste ne serait suffisante. Bien sûr, il ne faut pas pour autant se surestimer et il faudrait augmenter à 2% du PIB.

          • EBM dit :

            @ NRJ « Mais nos forces sont crédibles. Elles maîtrisent en budget et en matériel toutes les armées de la région.  » A vaincre sans péril on triomphe sans gloire surtout face à des armées qui ne nous menace pas, ensuite en budget des forces conventionnelles seule il y a match avec les allemands.

            « pour celles pour qui ce n’est pas le cas, comme la Chine, le Japon, ou les USA, aucune augmentation de budget réaliste ne serait suffisante. » Géographiquement trop éloignées ou alliés.

            « Bien sûr, il ne faut pas pour autant se surestimer » C’est beau de vous voir le dire…

          • NRJ dit :

            « Bien sûr, il ne faut pas pour autant se surestimer » C’est beau de vous voir le dire…

            @EBM
            A vaincre sans péril, on triomphe sans ennuis. Pourquoi aller en chercher ?qu’elles armées supérieures à la nôtre nous menacent d’ailleurs ?

            Les allemands ont un plus gros budget, ça ne veut pas dire qu’ils investissent plus dans leur matériel et leurs hommes.

            J’ai toujours dit qu’augmenter a 2% du PIB était une nécessité. Je dis simplement qu’aller plus loin n’est pas nécessaire.

          • EBM dit :

            @ NRJ « qu’elles armées supérieures à la nôtre nous menacent d’ailleurs ? » il y a quelque chose qui s’appel l’avenir qu’il ne faut pas insulter.

            « J’ai toujours dit qu’augmenter a 2% du PIB était une nécessité. Je dis simplement qu’aller plus loin n’est pas nécessaire. » 2% du pib c’est baisser le budget sur 2020 vu la conjoncture du PIB. Heureusement nous ne l’avons pas fait et allons augmenter le budget de 1,7 milliards sur 2021 malgré la baisse du PIB en 2021 par rapport au PIB 2019.

            Mais bon Gamelin un jour Gamelin toujours ;)!

          • NRJ dit :

            @EBM
            Cessez de faire l’imbécile, notre baisse de PIB est une baisse à court terme, à cause de la crise sanitaire. A part si on entre dans une crise budgétaire type Grèce 2010, notre PIB reviendra à son niveau (après si c’est la faillite comme en Grèce, oui il faudra baisser nos dépenses dans la Défense).

             » il y a quelque chose qui s’appel l’avenir qu’il ne faut pas insulter. ». Oui, vous convenez que nos dépenses sont suffisantes dans les conditions actuelles. Maintenant, il faut faire confiance aux générations futures pour adapter leurs dépenses aux besoins du moment. De toute façon, s’ils s’avèrent humainement incapables, aucun surplus de ce qu’on aurait aujourd’hui permettrait de compenser leurs erreurs. Mais sinon, on peut toujours dépenser 10% du PIB dans la Défense dans le cas où, dans 30 ans, la République Tchèque développe un bouclier antimissile et envahit la France… On peut toujours 😉

    • Max dit :

      Sauf qu’un conflit de haute intensité est dans les tuyaux des états-majors français.

      • blavan dit :

        @max. Il faut bien que nos états-majors usent de leur influence pour obtenir des moyens.

      • Requin dit :

        Le tout est de savoir ce qu’ils entendent par « haute intensité ». Contre la Chine ou contre l’Iran ?
        Curieusement, j’ai du mal à imaginer un conflit conventionnel avec la première.

  2. E-Faystos dit :

    Et voilà qui prouve qu’avec de bons partenaires, il est possible de refaire son retard. Et cela prouve surtout que ce qui manque à la France, c’est la volonté de réussir : 30 millions d’euros, c’est de l’argent de poche au niveau du pays!

    • NRJ dit :

      @E-Faystos
      Calmez vous. Ils font juste un prototype de drone volant. Rien de plus, rien de moins. Ce n’est pas avec 30 millions d’euros qu’ils auront une arme capable de combattre pour les 40 prochaines années (et même de combattre tout court).

      Si développer des remote carrier ne nécessitait que 30 millions d’euros, les allemands auraient quelque raisons de vouloir faire le NGF….

      • E-Faystos dit :

        @ NRJ
        j’étais plus calme avant. Depuis, je constate à quel point les coopérations sont des feuilletons à côté desquels les contrat de vente d’arme sont des aimables romans à l’eau de rose.
        Mon attention va surtout à nos voisins, qui doivent reconstruire des armées laminées par les politiques d’économie à tout prix.
        Est-ce possible? à quel prix? et surtout quelles sont les pièges à éviter?
        En se moment, j’ai un partenaire en tête qui est au rang premier des planches pourries.
        Alors si refaire son retard, c’est un joint-venture avec une major américaine et trois ans de travail pour sortir un prototype concernant un projet majeur de Dassault pour compléter le Rafale, alors nos dirigeants ont magnifiquement raté le coche.
        Si en revanche, c’est un truc hyper complexe où les accords sont papiers wc, avec des budgets ultravolatiles, alors oui, il vaut mieux garder une veille technologique sur les secteurs les plus performants.

        • Eurafale dit :

          Surtout que le partenaire auquel vous pensez avait déjà sorti un prototype avec une major américaine, travaux qui pour certains se retrouvèrent sur le cousin / concurrent du Rafale… j’ai nommé : le X-31 !! 🙂

        • Twouan dit :

          Boeing australia fabrique des scan eagle.
          Donc ce que l on voit c est un avion de modelisme avec un cœur de scan eagle et un reacteur de jet d affaire d occasion.
          25m$ c est dans une boite comme Boeing absolument rien du tout ou alors on nous cache de sérieux $$ par ailleurs.

        • NRJ dit :

          @E-Faystos
          Si les coopérations étaient simples, ça se saurait. Mais malheureusement, elles sont nécessaires car une puissance modeste comme la nôtre (ou l’Allemagne, l’Angleterre, ou autre) n’a plus les moyens de se payer seul le développement et l’industrialisation de l’équipement d’une armée entière seul.

          Ça ne garantit pas que les programmes en coopération soient tous des succès, mais ça permet de réduire les coûts, quoi qu’en disent les @Wagdoox, @Oryzons, et autres.

          Après vous vous trompez sur un point: ce n’est pas juste complexe, c’est également coûteux. Mais oui, si on peut garder une base technologique, faut le faire.

          • EBM dit :

            @ NRJ le Typhoon a coûté plus cher que le Rafale, coopération ne signifie pas moins cher. Pour que ça coûte moins il faut un cofinancement d’un seul maître d’oeuvre et là chaque pays paye moins si le programme ne subit pas d’étalement. Sinon la facture annuel baisse mais la facture finale augmente.

          • E-Faystos dit :

            Un point pour vous.
            Sauf que, si tout le monde conserve une veille technologique et veux l’essentiel du gâteau, alors aucune synergie est possible.
            .
            Pragmatiquement, je crois que seul une volonté politique peut trancher dans le fait de s’investir, ou au contraire de décliner.
            Quelque part, on voit la DGA qui se tient à l’écart des petits calibres, et commet l’erreur de s’associer avec des politiques étrangers qui eux veulent le beurre et l’argent du beurre.
            Coopérer entre nations ou entre poids lourds industriels devraient présenter le même niveau de difficulté.
            Et là? Dassault parle à la DGA et l’Allemagne va là où le vent la porte.
            .
            Mon point de vue et qu’il faut plus de partenaires de moindre ambition, dont on peut flatter le partenariat via des retombées militaire et civiles.
            Concorde et les SNLE ont été des moteurs technologiques en leurs temps.
            La DGA est partie sur de mauvaises bases, avec un partenaire trop fragile, et sans avoir pris le recul pour valoriser les retomber des partenaires plus petits et moins toxiques.
            Avec les aides Européennes, mêmes des pays mineurs peuvent apporter du bonus et de la matière grise.
            Mais je n’oublie pas qu’en France, on sait tout faire sur l’aéronautique.
            Et qu’en coopération, partager c’est se suicider.

          • NRJ dit :

            @E-Faystos
            Tout dépend de ce que l’on appelle une veille technologique. De la même façon que ce ne serait pas gênant si les allemands développent leur propre démonstrateur en parallèle en SCAF (du moment qu’ils payent leur part dans ce projet, ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec leur argent), on a également le droit de filer quelques centaines de millions a Thalès pour faire un système d’essaimm de drone indépendant du SCAF sur lequel on pourrait se baser dans le futur si la coopération devait échouer.

            « Avec les aides Européennes, mêmes des pays mineurs peuvent apporter du bonus et de la matière grise. ». Oui mais ils apportent moins d’argent. Vous comprendrez que pour faire le SCAF, une coopération avec le Luxembourg ne sera pas suffisante…

            La coopération n’est peut-être du suicide, mais un suicide nécessaire si on veut conserver une part d’industrie européenne en aéronautique de combat sur le long terme. Pour rappel, ça coûte cher un avion et la tendance est à la hausse des coûts …

            @EBM
            La coopération ne signifie pas moins cher, effectivement. Une coopération ne garantit pas d’éviter des surcoûts et des retards, pas plus que ne l’éviterait d’ailleurs un programme en solo (on l’a vu avec le char Leclerc). Mais ça permet de favoriser une baisse des coûts et une meilleure industrialisation (là où le Rafale nécessitait chaque année une production minimale importante quitte à mettre l’armée en péril).

          • E-Faystos dit :

            Le problème reviens sur si on se tourne vers des alliés Européen industrialisés, on ira dans le mur.
            l’Allemagne veut gagner en compétences, abat ses cartes comme autant de coups.de.poings sur la table.
            Mais autrement, la Grande Bretagne prend le large et a pris contact avec des industriels Italien.
            Et je ne parle pas des risques dans le naval. Non, pas la place.
            Pour le moment, je vois le NGF comme.un bombardier stratégique de la classe d’un mirage IV . Spécialisé, onéreux car produit en faible nombre, et intégrant des demandes contradictoire que sont la furtivité, vitesse, et aisance d’emploi.
            Sauf que là, c’est un clone.du Su57 en gros et lourd.
            Quels sont les pays capable de nous épauler ? Espagne avec Airbus, Grèce, Belgique, Finlande, Roumanie.
            Et hors Europe, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud, et surtout l’Ukraine.
            Fauchée, mais capable.
            Mais baste.
            Le problème n’est que politique : mettre les politiques dans le coup, c’est se pendre.
            Démarcher Airbus et MBDA avec des projets déjà mâché (Airbus, avions en support, MBDA ailliés et drones). C’était plus cohérent et laissait de la place aux initiatives.
            Là: on a.p’ongé dans le.piège du franco-allemand.
            Et pas de progrès en vue car Dassault ne lâchera rien.
            Et c’est tant mieux.
            En l’état, le SCaF est un cadavre en puissance.: Le retard au démarrage est déjà une preuve en soi.

          • NRJ dit :

            @E-Faystos
            Le NGF sera un chasseur lourd polyvalent multirôle et navalisable. On peut le voir comme un SU-57 qui aura la même masse, mais avec plus de compromis entre furtivité, agilité, et vitesse.

            L’Espagne pour nous épauler serait une solution effectivement. Seront-ils suffisants ? Pas sur.

            Tous les autres pays que vous avez cité ont un retard énorme. Vous critiquiez l’Allemagne, l’accusant de vouloir copier les technologies de Dassault. Mais ce sera le cas -en bien pire- de tous les pays que vous avez cité. L’Allemagne a des industriels parmi les premiers dans le monde avec Hensoldt et Airbus. Quelles compétences pour la Grèce, ou l’Ukraine ?
            Ce ne sera pas de la coopération, ce sera de l’exportation avec des offset. On ne pourra jamais donner une responsabilité importante à un de ces pays, et par conséquent, ils n’accepteront pas de financer une part importante du programme.

            Quant à l’Inde… M.D.R. Ce pays est un gigantesque bazar. Ils sont incapables de mener sérieusement leurs projets (hélicoptères, MMRCA, … Les exemples sont légion). Leur industriel de référence, HAL n’a pour l’instant fait que le Tejas après 20 ans de développement, un avion plus cher et moins capable que les premiers Gripen. Et vous vous dites que les gentils indiens n’essayeraient pas de nous piquer nos technologies contrairement aux méchants allemands ? Soyons sérieux…. Les russes ont tenté de faire le SU-57 avec les indiens, on a vu ce qui s’est passé….

            Sans les allemands, difficile de savoir comment on va faire le SCAF et ses 80 milliards d’euros. Pourtant si on ne développe pas les technologies (moteurs, essaims de drones, IHM, etc), on n’aura plus qu’à acheter américain à la génération suivante.

            « Démarcher Airbus et MBDA avec des projets déjà mâché (Airbus, avions en support, MBDA ailliés et drones). C’était plus cohérent et laissait de la place aux initiatives. » Il n’y a jamais eu l’éventualité d’un rôle d’Airbus cantonné au soutien.

  3. 에르메스 dit :

    Je vais relancer le débat du français mais…
    .
    Quand un système est dénommé X, quelque soit la langue donc, ne devrait on pas l’appeler X et ne pas chercher à traduire (Sauf à le faire en complément pour expliquer)?
    Je ne sais pas s’il existe une telle règle en français, néanmoins, je pense que c’est un peu aussi un respect envers les origines.
    .
    Je n’aime pas plus dans un sens comme dans l’autre voir des traductions abusive d’élément que je qualifierais de nom propre surtout avec les langues européennes (On peut admettre que tout le monde ne veuille pas lire les sinogrammes des 东风-21 (Dong Feng 21), mais on ne les appelles pas pour autant « Vent d’Est 21 ».

    • Czar dit :

      écoute busard, retourner te pignoler sur tes mangas de petit post-occidental acculturé

      la francisation est une règle immémoriale : ça ruine ta vie de parler de paquebot au lieu de packed boat ou de redingote au lieu de riding coat ?

      Non ? alors pourquoi tu nous joues du banjo avec tes poils de cul ?

      c’est vrai que le monde souffre d’un danger d’uniformisation et d’impérialisme culturel français comme chacun peut le constater dans son environnement.

      je t’a pas vu ouvrir ta grande gueule quand le ministère hexagon de la défônse ouvre des « labs » et pas des labos d’innovation

      ou quand nos glortieux galaonnards et semi(-galonnards franchouilles se font un devoir de gargouiller du globish à tout propos, histoire de montrer qu’ils vivent au XXIème siècle.

      You’re welcome.

      • 에르메스 dit :

        En fait, quand on est pas capable de comprendre le sujet de base, on s’abstient de commenter, c’est mieux.

      • Respect dit :

        @Laurent Lagneau : j’avoue ne pas comprendre pourquoi des commentaires contenant quasi exclusivement des insultes ne sont pas modérés. C’est vraiment dommage pour votre blog.

        • 에르메스 dit :

          Des commentaires comme celui de Czar ne valent pas grand chose et il faut être encore plus bête qu’il ne l’est pour s’en retrouver affecté.
          .
          S’amuser à filtrer tout et n’importe quoi c’est le début de la fin, ca peut rebuter certaine personne, mais en soi, le fait d’avoir une liberté de parole est une qualité.
          .
          Ceux qui insulte à la légère en commentaire ne se font du tord qu’à eux même.

    • AirTatto dit :

      Je ne suis pas sure de comprendre où tu veux en venir mais concernant la première partie, je ne traduis jamais les noms propres pour être sure de ne pas dénaturer le sens qui parfois n’a pas d’équivalent dans la langue Française.

      Cependant, je n’ai aucun problème par contre à utiliser la codification OTAN plutôt que le véritable nom de l’équipement… souvent plus simple pour moi.

    • Waroch dit :

      Dans l’absolu, les deux sont admissibles en français. En pratique, je pense qu’il vaut mieux distinguer le nom propre comme par exemple « Tempest » qui désigne un appareil ou un programme particulier, de ce qui relève plutôt d’un nom commun.
      Traduire « ailier fidèle » (je suppose que c’est ce que vous aviez en tête?) est plutôt cohérent car cela fait référence à un concept d’aéronef, à une fonction et non à un engin précis.
      Mais il n’y a pas de règle absolue, par exemple le terme « [torpedo boat] destroyer » a été adoubé par l’usage au détriment de son équivalent en langue française « contre-torpilleur ». Sauf peut être pour certains vieux gaulois comme notre hôte sur ce site. Qui a bien raison d’ailleurs, je lève ma corne de cervoise fraiche à votre santé M.Lagneau 😉

      • 에르메스 dit :

        Justement, je pensais que le « Loyal Wingman » était le nom du programme.
        D’où ma réflexion.

  4. wololo dit :

    Pendant ce temps, en Europe, on en est toujours a discuter qui va faire quoi pour pérenniser les emplois blablabla… le monde avance en courant, la vieille Europe suit en chaise roulante.

    • dolgan dit :

      Pendant ce temps là en europe, on produit des avions de chasse sur plusieurs chaines différentes.

      Le Neuron (pour rester franchouillard) c’était en 2012.

      C’est bien, les australiens assistés de boeing ont 8 ans de retard sur nous , la belle affaire. Tant mieux pour eux si ils rattrapent un peu leur retard.

      • wololo dit :

        Certes, mais on sait tous que le Etats Unis vont industrialiser leur version avant l’Europe, même en ayant démarré 8 ans après. Et c’est bien cela le problème, les politiques et le temps de prendre des décision, pas les ingénieurs.

      • manu dit :

        date d’entrée en service du Neuron? J’ai l’impression que sur ce détail ils vont nous battre…

      • Jean (le 1er) dit :

        L’EURODRONE cela ne vous dit rien ? Ils en sont toujours à discuter, les coûts explosent et pas le mondre prototype à l’horizon. Le Neuron, qui semble très réussi, est resté au stade de prototype et, à force de tortiller du c**, la France en est à acheter des Reaper. Techniquement l’Europe en est capable mais il manque la volonté !

        • dolgan dit :

          rapport entre le Neuron et l’eurodrone? ah oui, c’est un drone donc c’est pareil ….

          • Jean (le 1er) dit :

            Faut-il vraiment que je vous fasse une explication de texte ?

  5. m dit :

    C’est malheureux à dire, mais on n’est pas assez en danger en Europe pour que les décideurs osent dépenser dans la Défense. Quelque part tant mieux. Malheureusement, c’est une histoire de perception du danger.

    Il faudrait repasser à la télé les images de la WWII en couleur, les balkans, la Georgie, l’Ukraine… C’est fou ce que ça marque les esprits de voir des villes européennes et des populations européennes sur les routes, fuyant des villages fumant.

    Le vernis de diplomatie qui couvre actuellement le monde partira au premier coup de vent.

    Pendant ce temps là, les allemands cherchent le moyen de faire un maximum de sous et d’emplois avec les budgets de la Défense pour faire des trucs longs et chers, et si possible inutilisable en temps de guerre (car c’est pas bien).

    • Félix GARCIA dit :

      « Il faudrait repasser à la télé les images de la WWII en couleur »
      Bonne idée.
      Je le dis en tant que personne née en 1992.

  6. lothringer dit :

    « peu chers et donc consommables…. »

    Tout est dit en peu de mots.
    J’ai bien l’impression que les Turcs ont également pris une bonne longueur d’avance sur nous dans ce domaine.

    Avons-nous besoin d’un accord inter-gouvernemental (sous-entendu…avec nous voisins d’outre-Rhin…) à plusieurs pays pour nous lancer dans la création de ce genre d’armada ?
    Mais bon,….discutons , discutons, discutons.
    Il est vrai que nous sommes un pays qui aime la dialectique.

    En tout cas…bravo aux Australiens.

    • Requin dit :

      Curieusement, je pense qu’on peu parier que cet avion sera cher et donc pas du consommable.
      Pas cher et consommable, à ce niveau, c’est un missile de croisière.

    • wagdoox dit :

      attention le consommable redevient cher,
      C’est une solution dans les premiers jours ou premieres semaines de guerre,
      ensuite le réutilisable devient la norme.
      A l’exemple des missiles de croisières qui entrent en premier suivi assez rapidement des avions

  7. kolkot dit :

    apparemment le programme des sous-marins australiens avec naval groupe est dans le cac* :/ , il ne tient pas ses promesses en termes d’offsets (60% au lieu de 90%), et son cout ne cesse d’enfler ….

    • Requin dit :

      Blabla politique d’opposition. Les Australiens n’ont aucun plan B sur ce contrat. Les seuls perdants, en cas d’annulation, ce seront eux, tant militairement, financièrement avec les pénalités légales que politiquement non-seulement face à la France, mais surtout face aux USA qui doivent fournir tous les systèmes d’armes, ce qui représente la moitié du montant du contrat.

    • wagdoox dit :

      Ca c’est une version de media de gauche.
      La réalité, c’est la demande de la marine australienne a changé (normal pour un programme majeur).
      Ca creer une augmentation du prix, sans parler du taux de change et des équipements non français mais américain qui monte aussi.
      Les offsets évaluent en fonction de la capacité du tissu industriel local, la réduction à 60% pourrait etre temporaire, sur les premiers exemplaires, en attendant de développé des partenaires australiens capables de remplacer les français.
      Pour l’entretien, on sera à un peu au dessus des 90%.
      Je ne comprends pas d’ailleurs pas bien ou veut en venir la gauche, rafale scam pour nuire au gouvernement actuel, haine d’un groupe français ou fin pure et simple des sous marins australiens.

  8. F90mbr dit :

    Dommage que on développe pas notre drône neuron à echelle industriel ,je sais que c’est un démonstrateur mais on pourrait en produire pour nous et les membres du consortium neuron surtout que c’est un super appareil furtif ,emport de bombe en soute etc
    Au lieu d’investir sur un drône mâle qui ne sera pas ce que l’on veux grâce aux Allemands

    • Fred dit :

      Attention à l’abus des accents circonflexes (drone [1] MALE [2]), c’est pas du gâteau ;o)

      [1] [1980] Emprunt à l’anglais drone (« faux bourdon »)
      [2] Moyenne Altitude Longue Endurance, qui ne qualifie donc pas la moitié d’une femelle

    • wagdoox dit :

      C’est confondre deux types de drones qui n’ont rien à voir et meme trois.
      l’UCAV, le MALE et le LWM

  9. Meiji dit :

    Avec le niveau des hackers Chinois et Russes ainsi que leur espionnage, il ne faut pas avoir peur d’un piratage du drone qui pourrait se retourner contre son camp. Ils nous ont surpris plus d’une fois.

  10. Ghostrider dit :

    @ czar .. contre qui tu t’énerve à ce point ?
    @ kolkot .. tu peux balancer tes sources ??? . merci. parce que apparemment ca suffit pas . merci

  11. La leçon de piano-debout dit :

    Hourra ! Les Australiens ont fabriqué un avion radio-commandé !
    Encore une victoire de la technologie.
    Désormais, rien ne peut plus les arrêter !

  12. Requin dit :

    « Ce concept de drone dit « ailier fidèle » ouvre de nouvelles perspectives, notamment sur le plan tactique. Peu chers et donc « consommables », »
    Alors là, il faut de suite arrêté de croire au Père Noël. Si aujourd’hui, on construit des chasseurs-bombardiers de 20 à 30 tonnes valant à minima 60 millions d’euro, sans compter son développement, ce n’est pas à cause des 80 kg du pilote, mais bien parce que cela correspond à un besoin opérationnel d’autonomie, de vitesse, de charges utiles d’armement, de moyen de télécommunication, etc. qu’un drone disons de 20 t ne remplira jamais. il n’existe pas une physique pour les aéronefs avec pilotes insides, et une autre pour les aéronefs téléopérés. Et personne n’a dit que ces engins serait bon marchés et certainement pas du consommable. Ca, cela existe déjà depuis plusieurs dizaines d’années, cela s’appelle un missile de croisière.

  13. piotr le grand dit :

    Tiens tiens !! Les commentaires sont moins moqueurs sur ce prototype que sur le drone russe semblable. A la sortie du drone Poutinien beaucoup se sont défouler sur cette appareil en le qualifiant de  » fer à repasser », de quincaillerie etc… en particulier le troll US en chef du blog. Stontelberg ( celui d’ici ) s’en est donné à coeur joie. Bien à vous.

  14. Félix GARCIA dit :

    A propos de drones :
    https://www.meta-defense.fr/2021/03/02/le-concept-de-navire-porte-drones-de-combat-seduit-les-etats-majors/

    Des GAN avec prote-drones. L’un pour les drones aériens, un autre pour les drones flottants et sous-marins, et un dernier pour les drones amphibies et terrestres. Avec plus de corvettes lance-missiles et des bateaux de « défense laser » (si ça marche).