Munitions de petit calibre : Le ministère des Armées se dit « ouvert à tout examen de projets industriels »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

152 contributions

  1. philbeau dit :

    On aurait aimé apprendre qu’au lieu « d’être ouvert à tout projet industriel » , ce qui est quand même la moindre des choses , le ministère soit moteur dans cette affaire …Il y a encore des blocages intellectuels dans nos dirigeants , pour qui souveraineté est un gros mot . La crainte toujours d’être catalogué « à l’extrême droite »? L’idéologie a ravagé ce pays .

    • twouan dit :

      Non rien de bien idéologique juste la tenue du budget.
      Les petits équipements ne font pas rever les foules et donc passe a la trappe. Le même mécanisme a travaillé au Royaume-Uni.

    • tschok dit :

      @philbeau,

      La crainte d’être catalogué « d’extrême droite » est un crainte d’extrême droite, cad de veules, de minables. Une crainte de mal baisé. C’est votre problème fondamental.

      La question: pourquoi vous n’êtes pas viril?

      Les mecs d’extrême droites sont des types à armes à feu, à bagnole, à gros moteur, à viande, à coups de trique, à blindage épais et à gros canon, à ligne Maginot, à loi et ordre, à bible, texte sacré et code civil, à domination, etc, et pourtant ils se plaignent toujours. On leur file les outils de la suprématie, le mecs passent leur temps à se plaindre.

      C’est incroyable ça.

      Je vous lis, vous avez toujours les jetons. La crainte d’être catalogué. Des petites choses fragiles qui passent leur temps à se plaindre.

      M’enfin, les gars, vu ce que vous pensez, n’importe qui vous catalogue. Et vous catalogue parmi les crétins et les faibles.

      Chuis navré d’avoir à vous le dire mais être d’extrême droite = crétin, nul. Malveillant. Bestial.

      La dernière fois qu’un type d’extrême droite a dit un truc intelligent – oui, c’est arrivé! – c’était bien avant votre naissance.

      Ce qu’il faut développer c’est une pensée d’extrême droite intelligente. Et, oui, c’est possible.

      Elle doit être:
      – Disruptive mais non transgressive. Accepter le progrès, sans vouloir le faire automatiquement verser la la barbarie.
      – Authentiquement rebelle: toute pensée d’extrême droite se conçoit contre l’autorité, religion ou pouvoir établi par l’homme. Un véritable homme – ou femme – d’extrême droite est un ou une anarchiste, un homme ou une femme libre. Un franc. Un affranchi.
      – Violente. Là, chuis prêt à vous écouter. Mais pour moi la violence est une plaie, donc une blessure. Czar disait que l’idée de proportionnalité est une aberration. Ben ça dépend, en fait. Là, chaipas. Faut qu’on en discute. C’est une question de force, pas de droit. Donc de souffrance.

      En tout cas, n’invoquez pas « l’extrême droite » comme ça, avec la nonchalance des vieux cons réacs qui sont pressés de se faire passer pour des victimes, comme s’ils avaient quelque chose à se faire pardonner.

      L’extrême droite, c’est dur, c’est épais, c’est dangereux. C’est moche. C’est comme un saut dans l’inconnu. L’extrême droite, elle n’est pas bâtie sur le passé des cathédrales: c’est un effort arcbouté contre une force verticale. C’est l’effort de se tenir debout contre autre chose que la gravité. C’est une énigme qui ne s’explique pas par note ossature, mais par notre échine: notre système nerveux.

      C’est punk.

      Arrêtez de nous faire chier avec vos truc de vieux cons. Ou alors, votez Scope. Votez pour une grande gueule soumise qui joue au gilet jaune, qui se prend pour Sophocle et Superman.

      Maintenant, si vous voulez être des pétasses pour M6, soyez des pétasses pour M6, mais soyez le bien. Avec de la classe.

      Parce qu’on peut être un pétasse avec de la classe. Z’êtes pas obligé de vous comporter comme des fiottes, non plus.

      Geignard.

      • Courmaceul dit :

        Bon ben ça, c’est fait. Suivant ! 🙂

      • hum dit :

        « Geignard. »
        Ah, vous signez sous votre vrai nom ?

      • philbeau dit :

        Z’avez un problème avec l’extrême drouaaatte tschok ?? parce que parler de ça devant vous , c’est agiter un chiffon rouge ?! Reprenez vous l’ami … vous écoutez un peu , même si c’est une punition je vous l’accorde , les propos tenus à longueur de plateaux télés par précisément les co..illes molles qui nous servent d’élus ? Et je ne parle pas de ceux qu’on appelle encore , par habitudes des journalistes . Qui tous en choeur utilise ce mot-valise pour , au choix éviter de prendre les décisions qui s’imposent ,ou avoir l’impression de tordre le bras à l’adversaire dans la joute minuscule qu’ils s’imaginent être glorieuse dans la petite arène pathétique que sont devenus les médias…Non l’extême droite , c’est quelque chose de sérieux , de construit , et je suis très à l’aise avec ça,comme avec le reste d’ailleurs . Et ce n’est pas la définition un peu onirique que vous nous servez là, à laquelle on ne comprend que t’chique d’ailleurs . Probablement et j’y reviens , parce que c’est un problème pour vous, peut être sur le plan personnel .
        Mais ça nous éloigne , à cause de vous , du sujet . Parce que la souveraineté , çà n’est pas un truc d’extrême droite ; c’est même la valeur la plus partagée au monde par les peuples qui le composent , aussi différents soient-ils . Et ce truc qu’on essaye de mettre dans la tête des gens chez nous depuis la génération boomer selon ce mot pédant (un de plus) qu’on utilise pour désigner les enfants gâtés de l’après-guerre , selon lequel ce serait le comble du ringardisme , c’est la manifestation d’un tourment psychologique, de gens assis le c.l entre deux chaises , et qui précisément comme vous le faîtes par ce retour obsessionnel , les inquiète sur leur virilité , incapables qu’ils sont de s’assumer .
        A geignard , geignard et demi . Vous , le geignard se dissimule sous la grande gueule ? Vous me decevez à nouveau , tschok …

        • Czar dit :

          je crois que schnok es-sen-tia-li-se. Comme le premier charcutier à berger allemand venu. Il nous file un mauvais coton, cette torve raclure.

          La lepénisation des esprits qui gagne, c’est triste.

          après sa théorie des climats tout droit ressortie de Montesquieu qu’il nous a servie il y a une semaine lors du feuilleton SCAF où il nous expliquait des tares éternelles des Français (ce patrifiotte exhale un amour somme toute assez hémiplégique pour le pays dans lequel il cultive sa dépression chronique) ça sent la récidive

          Essentialisation pour essentialisation, Je me demande si ce progressiste officiel aurait pareillement écrit que les noirs, outre un sens certain du rythme, sentent le vieux cuir.

          Ou peut-être que, Alexandre prudent, il sait sérier ses combats de sa grande gueule.

      • Clavier dit :

        On sent chez vous le militant zélé et nostalgique de la mitterrandie ……..

      • Yallingup dit :

        « L’extrême droite, c’est punk » Euh non, l’extrême droite, c’est de la droite extrême. Un chef qui cheffe, des troufions qui obéissent, des boucs émissaires qui servent de prétextes et de défouloir, un idéal jamais atteignable qui sert d’objectif , un passé « glorieux » à retrouver, une figure historique pour exemple à suivre. Le punk, c’est tout le contraire…

        • Czar dit :

          à servir autant de clichés à la régalade, je suppose que tu fais partie des boutiquiers argentiques jamais remis de l’essor du numérique et qui traîne son spleen partout là où y a pas besoin ?

    • fgnico dit :

      Mais vous n’y comprenez rie
      Comme nous sommes à nouveau potes avec le sUltan grace à mr stoltenberg
      demandons lui de solliciter le sUltan pour faire fabriquer ces munitions, cela lui permettra de gagner qques sous…et puis c’est normal pour la remise à plat de nos différends

  2. m dit :

    Heureusement, on ne manque pas de ressources en France pour l’armement souverain, notamment pour nos CAMAT (CAilloux de la MAnufacture de Toulon), nos BAMASD (BAtons de la MAnufacture de Saint Dié) et nos PAMAMASPO (PApiers MAchés de la MAnufacture de Science PO).

    • Dupont avec un t dit :

      c’était pas des GAMAH GAlets de la MAnufacture d’ Hyères , tout a coté .
      Toulon la spécialité en arrière-bar à marins , la Pipe de la MAnufacture de St Claude !!!

  3. Gui dit :

    « Seulement, la Revue stratégique de 2017 eut raison de cet élan, estimant que la production de munitions de petit calibre n’était pas stratégique. »

    HA-LU-CI-NANT.

  4. Raymond75 dit :

    En période de pandémie mondiale, les Français ont pris conscience que nous ne produsions pas de masques, pas de gel hydroalcoolique, pas de thermomètres, pas de vaccins, et même pas de seringues et d’aiguilles de vaccination.

    On a eu également la preuve que les hôpitaux, malgré l’abnégation des soignants, sont en déshérence.

    Mais ce qui est important, c’est de produire des munitions …

    • EBM dit :

      « Mais ce qui est important, c’est de produire des munitions … » Il y a dix ans nous étions en crise économique et beaucoup aurait dit la même chose à propos des masques.

    • Sun Tzu dit :

      Toujours autant à coté de la plaque !
      Vous confondez la Défense et le médical, car dans le sujet présent sur un site de Défense: on parle de munitions…
      Essayer donc de réfléchir ou d’aller sur un site de votre niveau et qui ne parle pas de Défense mais plutôt de pseudo-pacifisme car vous êtes trop influencé par l’Immonde, l’Abération ou BFMWC.

      • Raymond75 dit :

        C’est quoi la défense d’un pays qui ne peut pas se soigner ??? Vous prononcez le mot ‘défense’ et il faut cesser de réfléchir ? Vous êtes sacrés ? Et où sont vos victoire ? Vous êtes très éloigné d’un maitre à penser.

      • Carin dit :

        @Sun Tsu
        C’est bien la première fois.. mais pour le coup je pense que @Raymond75 n’a pas vraiment tort… il y a peu, nous n’avons pas saisi l’occasion de renforcer nos hôpitaux, et nous sommes passés à côté. Aujourd’hui nous parlons de munitions de petits calibres, qui sont certe importantes, mais à mes yeux moins que nos soignants.. je m’explique, des cartouches peuvent se stocker pendant des années… du personnel soignant non. Aujourd’hui il faut que les gens sachent que tous les services des hôpitaux, quand vient la nuit, ne sont assurés que par une/un infirmier/ère, ou un/une aide soignant/e sauf en psychiatrie ou ils sont deux, mais comme ils sont souvent isolés, ça change rien. En gros rien ne nous empêche de stocker des milliards de ces cartouches, en attendant que tout le monde soit d’accord, alors que nos soignants ne peuvent êtres stockés en attendant d’en avoir besoin. Après on peu en discuter longtemps, mais de quoi on a besoin comme munitions?
        Il nous faut du 5,56, du 7,62, du 9, et du 12,7.. on nous dit que les divers métaux servant à la fabrication de ces munitions sont très majoritairement produits en chine… je veux bien, mais qu’on m’explique d’où provenaient ces produits avant qu’on délocalise nos fabriques? Déjà, pas de chine. Donc nos parlementaires ne se posent pas les bonnes questions.
        Ensuite 60 millions de cartouches, avec les machines outils d’aujourd’hui ne représentent pas une énorme usine avec 200 employés, mais plutôt un atelier avec 10/15 employés implanté à l’intérieur d’une base militaire et chargés plus de surveillance qu’autre chose. La encore nos parlementaires imaginent les usines d’antan avec 1500 employés et une CGT extrêmement gourmande. L’état n’est pas obligé de faire des bénéfices, partant de là, dire qu’un tel atelier ne serait pas rentable, est une hérésie. J’ai commencé a dire qu’un tel atelier pouvait se monter dans une base militaire, je fini en disant que l’on a des militaires chargés de faire du tri sélectif.. confier la fabrication des cartouches à notre armée ne serait pas plus décalé, mais plus pertinent sûrement.

        • PK dit :

          « des cartouches peuvent se stocker pendant des années… du personnel soignant non. »

          Si, si. Buzin, Véran pantoufle depuis des années dans des ministères et manifestement, ça ne les abîme pas du tout.

          Dommage d’ailleurs, sinon ils nous emmerderaient moins.

    • E-Faystos dit :

      @ Raymond75
      Vous voyez par vous-même que le mot « relocalisation » est banni de nos instances: créer de nouvelles usines demande un parcours du combattant artificiel mais éreintant à base de commissions, études, dont je me demande si l’objectif est le bien public ou le pot de vin.
      D’ailleurs, si un truc s’installe et menace sa tranquillité, la réaction du Français moyen est de se jeter sur une banderole pour réfuter le droit d’entreprendre.
      .
      Au delà, je vous invite à prendre connaissance du billet car il s’agit surtout d’un effet d’annonce qui va passer par les chicanes de la politique politicienne.
      Du coup au mieux, le sujet se mettra d’abord à tourner entre les différents ministères même si un industriel est tenté par l’aventure.
      Mais ne perdez de vue que sans travailleurs qualifiés : au chômage depuis trente ans et donc à la retraite, recréer une fillière à partir de zéro fera nécessairement appel à des compétences étrangères… Pas très souverain tout ça.

      • Asvard dit :

        @E-Faystos.
        Ce qui compte ce n’est pas le gars qui tape toute les 5 minutes avec son maillet sur un vérin fatigué ou qui met un morceau de clinquant pour rattraper une usure d’un taquet. Vos travailleurs qualifiés ils étaient qualifiés pour travailler sur des équipement qui dataient majoritairement d’après guerre (Manurhin). C’est sans doute pour cela que ce s’est cassé la figure (pas rentable par manque d’investissement et production sur des machines hors d’age)
        Ce qui compte c’est le gars (les) qui va concevoir la ligne de production d’aujourd’hui. A mon avis le dernier qui a conçu une ligne de production de munitions en France est mort depuis très très longtemps mais ce n’est pas non plus une chose insurmontable à concevoir, les process sont connus. Mais pourquoi pas confier la conception à un BE étranger (de toute façon de nos jours pour une ligne de production quelconque un tant soit peu évolué il est rare qu’il n’y ait pas un ou plusieurs BE étranger dans la boucle)
        Dans le pire des cas on n’aura pas les astuces qui font diminuer le cout de l’installation mais cela fonctionnera à la cadence voulue. La partie délicate étant le transport de poudre explosive donc peut-être excès de précautions, le reste c’est de la simple manutention/découpe-emboutissage/filage classique.

    • jp_perfect dit :

      L’un n’est pas exclusif de l’autre.
      Dans la bouche du citoyen lambda, en France comme ailleurs, on a l’impression que dès qu’il y a un problème, alors toute l’attention et tout le budget de l’État devrait se focaliser uniquement sur ce seul problème. Fort heureusement, ce n’est pas le cas. On arrive encore à gérer plus d’un truc en même temps. C’est dingue, hein?

    • JC dit :

      Décidément vous vous êtes trompé de site. Allez sur celui de Libé ou autres comme cela vous pourrez distiller vos leçons de morale !

      • Raymond75 dit :

        Libé est autorisé dans vos casernes ? Il ne l’était pas du temps du service militaire : le soldat ne devait pas réfléchir ; il le peut aujourd’hui ?

        • Pravda dit :

          Libération et réfléchir dans la même phrase ? Moi qui pensais que Libé n’était bon qu’à vous donner votre dose de bien-pensance pré mâchée…. la guerre c’est pas beau… c’est quand l’élection de mister France déjà ?

        • dompal dit :

          @ Raymonde,
          On t’aime comme tu es avec toutes tes qualités de bolchevique d’arriéré mental.
          Ne change pas rien sinon tu vas nous manquer et ça va pas le faire…! 🙂 🙂 🙂

    • Restif89 dit :

      Pouvoir produire nos propres munitions c’est la moindre des choses,pourquoi opposer les soignants et la défense nationale ? On pourrait s’en offusquer si en temps de paix le budget de la défense nationale représentait 10,20 ou 30 pour cent du budget ce qui était le cas de l’Union Soviétique et qui l’a conduit en partie à son effondrement.Mais 2 ,3 pour cent maximum ce n’est pas ça qui grève le budget de la santé on pourrait même remarquer une similitude de date entre la baisse de lits dans le milieu hospitalier et la baisse d’effectifs et de budget dans l’armée française comme si on avait supprimé l’être humain de l’équation.’Comme si le risque de guerre ou d’épidémie n’existait plus.

    • tschok dit :

      @Raymond,

      On a surtout pris conscience qu’on allait murer votre grotte.

      On vous laisse en cadeau pour les générations suivantes. Chacun sa croix.

      Lot de consolation: on vous offre un kit de peintures, ça leur fera des fresques rupestres.

      Rahan, le fils des âges farouches qui se met à la peinture, je sens que ça va exciter les futures générations d’islamo-gauchistes.

    • MG dit :

      Pour le gel hydroalcoolique, le blocage est venu du ministère des finances qui n’a pas donné les autorisations aux distilleries de libérer les stocks d’alcool non-dénaturé.

      • Sempre en Davant dit :

        Il y avait toujours des blocages par la suite faute de pompes et récipients résistants à l’alcool.

        Par M3 et bidons de 5 litres c’est open bar 🙂 N’avons nous donc plus d’usines de gourdes et de bidons?

    • lothringer dit :

      Vouloir opposer la deshérence de l’hôpital et la production de munition est une bêtise. En produisant nos munitions, c’est de l’argent public qui reste sur le sol français au lieu de quitter notre territoire. C’est donc de l’argent qui reste dans le circuit économique interne du pays. Ce sont des salariés français qui touchent un salaire et vont payer de impôts en France. Des impôts qui contribueront …à financer les hôpitaux. Réciproquement , l’argent qui quittera notre territoire ne sera plus là pour payer des impôts et financer nos service publics.
      Et c’est ainsi dans de nombreux domaines. Si Renault produisait + de voitures en France, nous nous porterions mieux.

      • Intox dit :

        Vous avez raison, opposer la défense et l’hôpital est ridicule, le problème n’est pas un problème d’argent, mais de choix de dépenses. L’assemblée va voter, début mars l’augmentation de l’aide au développement envers les pays pauvres qui va passer de 12 à 17 milliards d »ici 2025. C’est à dire qu’en pleine crise économique on décide de donner plus d’argent aux étrangers. 5 milliards de moins pour nous c’est combien de lits d’hôpitaux ? De Rafale, de porte avions ? etc C’est 50 fois la dépense nécessaire pour créer une filière petites munitions. Et cela chaque année !
        Je rappelle également que cette année la France va donner 13 milliards d’euros de plus à l’UE qu’elle va en recevoir. Et l’an prochaine ce sera plus encore. 13 milliards !!! Et y’en a qui osent nous faire la leçon pour 100 millions d’euros, c’est indécent. Libre à certains de préférer que l’on enrichisse les pays étrangers et qu’on se retrouve en conséquence, à la moindre épidémie, à la rue, dans tous les sens du terme. Mais évitez vos commentaires sur le manque d’argent !

        • lothringer dit :

          « évitez vos commentaires sur le manque d’argent »
          …euh…c’est bien à moi que vous adressez ce reproche ?
          J’en suis navré car nos positions ne sont pas gigantesquement éloignées. Il ne me semblait pas dans mon commentaire avoir parlé d’un manque d’argent. Je suis plutôt dans une logique de « l’efficacité de la dépense publique », ce qui est totalement différent d’une approche « manque d’argent » à laquelle je n’ai d’ailleurs pas fait allusion.

      • Carin dit :

        Peut-être que Renault ne se porterait pas mieux…
        Vous parlez de Renault en termes franco/français… mais Renault elle (l’entreprise) se voyait plutôt mondiale! D’où son rachat d’une grande partie de Nissan, et d’autres constructeurs d’Europe de l’Est. Les difficultés actuelles de Renault ne viennent pas que de France, mais du monde où elle s’est implantée sous d’autres noms, et où sévit la covid 19, par contre c’est en France que Renault vient produire ses trous de trésorerie, et ce sont nos impôts qui vont les combler… il ne faut pas croire que le Japon ou les pays de l’Est vont filer du pognon à Renault… et ils ont bien raison, car au final, malgré le fric que l’état français a aligné, Renault va virer autant sinon plus de monde en France qu’à l’étranger. D’ailleurs si j’etait syndicaliste chez Renault c’est ce message que je m’efforcerai de passer à la télé, en lieux et place des histoires de rentabilité que nos chers syndicalistes voient seulement du côté français, alors que Renault les voient au niveau international.. de ce fait de très nombreux français achèteraient Peugeot ou autres, mais pas Renault… et là, Renault y réfléchirait à deux fois avant de licencier en France… parce que c’est quand même ici que Renault vend la plupart de ses plus grosses caisses, y compris sa caisse phare la Clio… qui elle est fabriquée en Turquie! Renault prends le beurre, l’argent du beurre, et se fait payer les coups qu’elle tire avec la crémière France. Comme quoi, syndicaliste c’est aussi un métier.

        • NRJ dit :

          @Carin
          l’État a simplement compris que si Renault (qui est au capital de Renault à hauteur de 15%, soit l’un des principaux) ne faisait pas fabriquer a l’étranger ils tombaient en faillite, ni plus ni moins. Et on préfère logiquement une entreprise qui fabrique partiellement en France (les Kangoo, Alpine, Talisman, Scénic, Zoé sont fabriquées sur des chaînes en France) que pas du tout car elle aurait fait faillite.

          Chaque euro compte dans l’automobile, et comme les coûts de fabrication sont bien plus élevés en France, il est normal qu’ils préfèrent fabriquer les modèles moins chers a l’étranger.

          Mais vous avez raison, critiquons Renault ! Obligeons les a faire leurs chaînes en France. Qu’ils fassent faillite, comme ça, plus rien ne sera fabriqué à l’étranger. Et plus rien ne sera fabriqué du tout d’ailleurs, après tout ce n’est guère qu’une grande entreprise française…

          • Carin dit :

            @NRJ
            Encore une fois vous tirez les écrits des autres vers vos vues et vous nous sortez une soupe indigeste, qui en plus contredit la plupart de vos posts…
            Je me fout que Renault fasse fabriquer ailleurs, je ne veux juste pas que Renault présente la facture de ses déboires mondiaux à la seule France, parce que les 7 milliards que l’état lui donne additionné au nombre de personnes qui vont quand même se retrouver au chômage (1500) dans un premier jet, (ce qui sous entend que c’est pas fini), faites l’addition de l’argent donné à Renault+celui qui va être donné aux gens que cette entreprise va mettre sur le carreau… et des charges et autres impôts qui ne rentreront plus…et ensuite comparez avec le comportement que Renault va adopter avec les autres pays où elle est implanté.. et revenez étaler votre logorrhée.

        • lothringer dit :

          J’ai le souvenir d’une époque où les dirigeants de Renault disaient « une voiture pas cher, c’est infaisable en France ». Puis les syndicalistes CGT ont présenté un prototype (très moche) appelé « NEUTRAL » (anagramme de Renault) . Je me souviens, à l’époque c’était Krasucki qui était le leader de la CGT et qui était sur la photo au volant de cette Neutral.
          https://archives.seinesaintdenis.fr/ark:/naan/a011551966283Lf7jEv/db0f6d6111
          Et peu de temps après (moins de 5 ans ?), Renault annonçait la sortie de la Twingo…fabriquée en France (tiens tiens !!! vraiment infaisable ?????).
          Donc au final, la Clio fabriquée aujourd’hui en Turquie, pour approvisionner le marché européen, oui j’avoue que cela me chagrine beaucoup.
          Pour revenir au discours des syndicalistes, je pense qu’ils sont prisonniers de leur idéologie marxisante. Si j’étais syndicaliste … (1) je crierais haut et fort « Nous voulons des emplois ET des bénéfices en France » (mais il y a un « gros-mot » : bénéfice). (2) j’inciterais les salariés français à acheter massivement des actions Renault afin de devenir un actionnaire significatif et ainsi peser dans les Assemblées Générales. Cela prendrait du temps pour monter en puissance (plusieurs années) mais ni Rome ni Paris ne se sont fait en 1 jour. Et celà suggère l’acceptation d’un autre « gros-mot » : capitalisme et actionnariat.
          Que Renault fabrique au Brésil pour arroser le marché sud-américain, je peux parfaitement le comprendre. Je peux aussi comprendre des compensations partielles de volume liées à des dé-synchronisations géographiques (si le marché est bas en Sud-Amérique et haut en Europe, je peux comprendre que les usines sud-américaines expédient quelques moteurs, la réciproque étant valable en cas de renversement de cycle).
          Donc je suis d’accord avec votre phrase finale « syndicaliste c’est aussi un métier ».

      • albatros24 dit :

        Oui
        Produire en France est une nécessité pour ce qui est stratégique (comme les munitions de et armes de petits calibres)
        Fabriquer des voitures permet de garder au pays des techniciens et ingénieurs plutôt que d’aller en former et payer ailleurs, payés au lance pierre. On développe en fait les autres au final. Il nous reste des retraités et des chômeurs, donc besoin d’aides sociales et utile recours à des emprunts pour payer ses charges.
        Et si on persiste à vouloir concurrencer les pays à bas coût : on sera toujours perdants car toujours trop chers et « pas rentables »,
        Délocaliser est en fait de la rentabilité à court terme.
        pourquoi les suisses et allemands ont ils gardé leur industrie (pourquoi les chinois et indiens ont il augmenté le salaire de leurs techniciens et ingénieurs, investi massivement et souvent à perte à court terme ?
        Ils vendent cher une production de qualité ou veulent faire de plus en plus de la qualité.
        la qualité a un prix. Quand un produit technique abouti est produit en France il est vendu et recherché à l’Etranger (on a des PME qui ont ensuite un problème de financement avec les banques et de main d’oeuvre inexistante du fait de cette perte de compétence de l’école, des CFA mais aussi du système financier.
        Mais et en résumé : en France nos actionnaires ont vu une opportunité en payant des salaires plus bas ou de moins en moins de salaires voire plus du tout (délocalisations) et donc de pouvoir vendre à des miséreux dans le monde de la camelote et de s’en mettre plein les poches.
        Au passage plus le PDG licencie plus le profit est censé augmenter et donc leurs actions. cela ne va pas s’arrêter car nous avons un tas de pseudos économistes qui défendent ce système qui nous mène direct dans le mur. Sans doute y ont ils intérêt …
        Au final un pays qui s’appauvrit dans tous les domaines avec une population sclérosée.
        L’Europe n’est pas en cause, c’est de nos élites que vient le problème principal. car l’Europe ne nous interdit pas d’être intelligent et de trouver notre propre mode de développement y compris par de l’investissement massif et des crédits bancaires; c’est d’ailleurs ce que fait la Commission actuellement contre le COVID.

    • fabrice dit :

      La Défense nationale est un tout, ça comprend la démographie, l’économie, les finances,les productions, l’armée, la police, les SR, la politique étrangère….

      • Raymond75 dit :

        Nous sommes d’accord, avec des périodes de priorité absolue en cas de pandémie, d’invasion ou de risque de coup d’état.

        En ce moment, c’est la vaccination, très très mal gérée, ce qui va causer de très nombreuses victimes, et pas seulement des vieillards …

        • Carin dit :

          @Raymond75
          C’est la que le miracle cesse…
          vous dites que la vaccination est mal gérée…soit, mais vous partez ensuite sur le fait que la covid va tuer, et pas que des vieillards…
          D’une l’état français ne fait pas de rétention de vaccins..(toutes les doses qui arrivent sont administrées), et deux vous criez avec les vieux loups qui veulent que l’on vole la jeunesse des enfants du clan pour s’assurer une éventuelle plus longue vie… à méditer. Personnellement je suis dépité de voir que mes petits enfants sont privés de vie, parce que leurs grands parents veulent avoir une longue retraite.
          Ce que je vais vous dire est degueulasse, mais lorsque je vois les images à la télé des réa débordées, et malgré le floutage des visages, tout ce que je vois, c’est de très vieux corps, souvent en très gros surpoids, et d’après le personnel soignant, plein de problèmes de santé à forte co-morbidité… et quand ils nous précisent que la personne est jeune, cette personne frise les 150kilos, et le moindre rhume un peu costaud, les clous au lits pendant huit jours.
          Mais dire ça, c’est pas politiquement correct… c’est mieux de tuer tout un pays économiquement, puisque les vieux cons ne paieront pas la facture, dont leurs enfants et petits enfants vont hériter, c’est mieux d’emprisonner tous nos jeunes, en bien insistant sur le fait que s’ils n’écoutent pas ils seront les meurtriers de leurs grands parents, voir de leurs parents.

    • Dans le Bayou dit :

      Vous devriez peut-être vous renseigner avant d’énoncer de plates âneries (pour rester poli), ca évite de verser dans la bêtise :

      De la pénurie à la profusion… La production de masques FFP2 et chirurgicaux multipliée par 30
      La France est passée en moins d’un an d’une production hebdomadaire de 3,5 millions de masques sanitaires à plus de 100 millions. Près de 25 projets industriels ont fleuri.
      https://www.usinenouvelle.com/article/de-la-penurie-a-la-profusion-voici-ou-sont-produits-les-masques-chirurgicaux-et-ffp2-en-france.N1042104

      Coronavirus. Près de 300 000 litres de gel hydroalcoolique produit chaque jour
      Le 21 mars, France Chimie avait annoncé une capacité de production de gel hydroalcoolique à hauteur de 100 000 litres par jour. Cette capacité a été triplée affirme-t-elle dans un communiqué publié ce jeudi.
      https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-pres-de-300-000-litres-de-gel-hydroalcoolique-produit-chaque-jour-6804266#:~:text=La%20production%20de%20gel%20hydroalcoolique,par%20la%20f%C3%A9d%C3%A9ration%20France%20Chimie.https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-pres-de-300-000-litres-de-gel-hydroalcoolique-produit-chaque-jour-6804266#:~:text=La%20production%20de%20gel%20hydroalcoolique,par%20la%20f%C3%A9d%C3%A9ration%20France%20Chimie.

      Le Pont-de-Claix : Becton Dickinson France face au coronavirus
      Entre une production de tests covid qui alimente aussi, en retour, l’activité en France et une production de seringue qui n’a pas faibli, la société américaine basée au Pont-de-Claix (Isère) pour la France, dit avoir traversé le confinement de la meilleure manière qui soit.
      https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/becton-dickinson-france-face-au-coronavirus-1599470781

      Etc, etc…

      • Czar dit :

        la France surimporté du foyer épidémique zhinois pour 10 milliards d’euros de produits paramédicaux liés à celle-ci l’an dernier.

        et quoi qu’on pense du Cabu-qui permanent de Régis-est-un-con-75, le portrait qu’il trace de la situation au début de l’épidémie est exact. Et faut vraiment avoir – comme beaucoup de français « la mémoire courte » pour avoir oublié ce sinistre pantalonnade.

        Bon maintenant, on en produit bien des masques, c’est juste que les collectivités locales préfèrent acheter de la camelote zhinoise.

      • albatros24 dit :

        POur les masques,n’oubliez pas de rappeler que l’usine (leader dans le monde à l’époque grâce à un marché avec l’Etat, et qui a inventé le FFP2 pliable) qui en fabriquait en Bretagne a été racheté par un concurrent nord américain qui a ensuite licencié puis détruit sur place les couteuses machines, qu il a fallu racheter en cata ensuite à très grand frais.
        la production de liquide hydro alcoolique est facile avec nos vignes, mais cela a aussi pris du temps.
        Et pour les tests nous avions fort intelligemment évité de mobiliser toutes nos énergies (y compris les cliniques privées ou les labos vétérinaires départementaux : 1 par département quand même…, aptes à créer eux même ces tests…
        Ces cliniques et labos n’ont en fait jamais été mobilisés. et que dire des appareils de réa des cliniques vétérinaires.
        Bref, vous avez raison de citer ces trois magnifiques victoires de notre industrie et surtout de nos énarques si doués en économie.

    • Pravda dit :

      L’un empêche l’autre ? Combien de milliards dépensés inutilement ? Les munitions seront de toutes façons achetées, autant faire marcher notre économie, et si en plus ça créer des emplois et pérennise nos approvisionnements…
      Avec votre raisonnement, on se réveillera encore devant le fait accompli.

    • Un Franc dit :

      Pourquoi opposer armée et service public hospitalier ?

      Quand vous vous habillez, c’est slip ou t-shirt ?

      Un ennemi mis hors de combat, c’est autant de blessés en moins à prendre en charge par les hostos …

    • Rémi Mondine dit :

      Non le sujet important c’est de reproduire en France les équipement de souveraineté. Sur un site militaire ca passe par les munitions, mais rien ne vous empéche de faire la même chose pour d’autres produits.
      Nos voeux vous accompagnent.

    • mich dit :

      Bonsoir , à vous lire dernièrement je croyais que vous vous étiez un peu rangé , mais bon , chassez le naturel ……….. tomber pas malade en tout cas .

  5. Lucien dit :

    Déjà, on voit que l’UE nous pose un grave problème de souveraineté à cause de cette stupide règle de concurrence libre et non-faussée.

    Mais ce sujet n’est pas tant une question de souveraineté nationale qu’une illustration des soucis grandissants dans nos institutions démocratiques. Les parlementaires disent quelque chose, ils sont responsables devant la Nation et rendent des comptes face aux Français (surtout si nous aurons perdu une guerre à cause d’une logistique défaillante, et c’est déjà arrivé par le passé). Le DGA n’est qu’un fonctionnaire. Il doit répondre « ça va coûter tant, les perspectives de viabilité financières sont difficiles, etc… », c’est son boulot. Mais in fine, la décision revient aux élus (parlement ou gouvernement) et le DGA doit obéir. Il n’est pas là pour prendre les décisions, il n’a pas la légitimité pour le faire, c’est un exécutant. Sa seule marge de manœuvre est de prévenir les élus des conséquences et d’éventuels risques. Les parlementaires ou le gouvernement ne peuvent donc pas se cacher derrière le DGA, ils doivent assumer leur décision. S’ils veulent reconstruire une industrie de munitions de petits calibres, l’intendance suivra. Y compris le DGA. Sinon le DGA saute.

    • Czar dit :

      « et rendent des comptes face aux Français (surtout si nous aurons perdu une guerre à cause d’une logistique défaillante, et c’est déjà arrivé par le passé).  »

      j’en ai pas le souvenir, ils trouveront bien un général d’armée en 2S – vu qu’on n’a plus de maréchaux – pour se cacher derrière et ensuite le dénoncer comme étant un gros dégueulasse qu’a fait des trucs qu’ils voulaient pas du tout.

      C’est comme ça qu’en Frônce on fait justice et solde les situations honteuses.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Bien sur que le DGA obéit. Qu’est ce que vous croyez? Il ne peux que dire : »Voila l’argent qu’on a et avec on a telle, telle et telle option ». Et le politique choisit avec l’éclairage qu’on lui donne.
      Dans le cas présent il n’est pas très difficile de deviner ce qui a du se passer.
      Le ministre a dit CEMAT : »Quel programme voulez-vous sacrifier pour trouver 100milions et faire des munitions en France? »
      Et le CEMAT a du répondre un truc comme : »Ok, on ne touche pas à mes programmes et pour les munitions en France on verra plus tard »

  6. E-Faystos dit :

    Constat numéro un: l’obligation de passer par des.parché Européens sur des armes aussi « simples » que des armes de poing… Est un non-sens. Remettre les armes.de.petit calibre dans les.secteirs critiques de la.défenses ou les rendre libres d’accès pour avoir une politique claire sur la.question des armes individuelles, le port d’arme, via une législation claire.
    Sauf qu’entre avocats du barreau et avocats politisés, rien n’est clair, comme dans leurs cerveau (je vous fais une loi d’initié pour les initié des loi. Et le sujet principal ? On s’en branle. Et le droit à l’auto-défense? C’est le mal, le mal absolu)
    .
    Constat numéro deux, même avec des arguments frappés au coin du bon sens, les résistances à la relocalisation restent nombreux.
    Ça sent la radinerie et la défense de près carré.

    • Félix GARCIA dit :

      « Est un non-sens. Remettre les armes.de.petit calibre dans les.secteirs critiques de la.défenses ou les rendre libres d’accès pour avoir une politique claire sur la.question des armes individuelles, le port d’arme, via une législation claire. »
      J’y avais même pas pensé !
      En v’là un d’argument « béton » pour ces « accros de la rentabilité » !
      Reste à voir la question du « contrôle des masses » par ces mêmes fous-furieux …
      Comme disaient l’autre : « on retire les armes aux gens parce-qu’ils n’embarquent pas d’eux-même dans les trains sinon … »

  7. Jm dit :

    « la Direction générale de l’armement [DGA] a régulièrement soutenu que relocaliser une capacité de production de telles munitions ne serait guère viable économiquement alors qu’il n’y a aucune difficulté à s’approvisionner à l’étranger. »
    Enlevez munitions, et mettez masques à la place !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  8. Toubou dit :

    Surtout que le calibre 308 est maintenant autorisé en France.
    Il suffirait d’autoriser le 223 pour la chasse et d’ouvrir le marché aux tireurs et chasseurs français

    • VonBulot dit :

      Oui, afin que des gens mal intentionnés, possédant des armes de guerre illégales, puissent approvisionner leurs armes avec des munitions civiles………l’idée du siècle!

      • Czar dit :

        ouais c’est vrai, jusqu’à présent on a pu compter que la racaille qui dispose de kalachs ne s’en sert pas par manque de munitions imbécile.

        surtout que les citoyens ne puissent pas se défendre eux-mêmes, le privilège d’avoir un flingue doit être un avantage comparatif uniquement laissé aux crminels

      • Un Franc dit :

        Pensez-vous que … ces gens mal intentionnés … n’ont pas de munitions, déjà ? Quand on n’arrive pas légalement à les priver d’armes de guerre, croyez-vous que les mêmes lois les privent de munitions ?

        « Un matin les moutons découvrirent l’un des leurs déchiqueté par un loup. Ils se réunirent et conclure que les dents étaient une chose dangereuse. Ils décidèrent donc de s’arracher toutes les dents afin d’être en sécurité »

      • le zouave dit :

        sauf que les mal-intentionnés préfèrent le 7.65×39 en kit complet(ak),plus facilement trouvable dans les marchés parallèles et pas le 223w plus traçable car provenant d’usines plus réglementés que les arsenaux balkanais voir MO …

      • dompal dit :

        @ VonBulot,
        Armes de guerre illégales = munitions de guerre illégales.

        Vous pensez vraiment que les acheteurs d’AK dans les cités sont inscrits au club de tir du coin pour se procurer légalement des munitions ???

        Redescendez sur terre….

      • Toubou dit :

        Parce que les gens mal intentionné ont besoin de ça pour trouver des munitions.
        Si vous étiez au courant des procédures……

    • dompal dit :

      @ Toubou,
      Ne confondez pas 223 Remington et 5,56 otan.
      Certes, c’est le même calibre mais pas la même munition !
      De plus le 5,56 est autorisé en France pour les tireurs sportifs de même que le 7,62 nato (308) comme vous le dites. 😉

      • Toubou dit :

        Vous avez raison . Le 308 est en catégorie c il suffit d’un cerfa pour en obtenir
        On est obligé d’utiliser le 222 pour les petits calibres . Le 223 c’est presque kif kif mais en cat B
        Effectivement c’est surtout la pression qui est différente

  9. Olivier dit :

    Bonjour, il faut produire nos propres munitions c est très important pour notre indépendance stratégique ! ,

  10. oryzons dit :

    Les matériaux.
    Les centres de données.
    Les micro-processeurs serveurs, PC et mobiles.
    Les puces électroniques embarquées.
    La RAM serveurs, PC et mobiles.
    La mémoire serveurs, PC et mobiles.
    Les logiciels.
    Les médicaments.
    Les vaccins.
    L’électronique des infrastructures Télécom.
    Les puces télécom des téléphones.
    Les OS (heureusement Linux existe ! Alléluia).

    On peut continuer…

    Voilà tout ce qu’il faut ramener dans le pays. Sur certaines choses on a de beaux restes, sur d’autres on a des restes, et sur d’autres on a quasi plus rien, mais encore la matière grise pour refaire (ex : télécoms).
    J’aimerais que nos représentants sachent mettre des priorités.
    Et arrêtent de partir du principe que si l’UE ne sera pas contente alors on ne fait pas.

    • tschok dit :

      @oryzons,

      C’est pas parce que vous faites des inventaires à la Prévert que vous êtes Prévert.

      Surtout pour nous dire que l’UE est notre cheffe alors qu’on l’envoie chier depuis 2005.

      Parce que c’est ça qui colle pas dans votre récit de maltraité par l’histoire.

      Ca fait 15 piges qu’on envoie chier l’Europe. ca fait 10 piges qu’elle soutient notre dette.

      Quand vous commencerez à réfléchir au décalage, l’un de nous deux prendra l’ascendant sur l’autre et prononcera des grande phrases du genre: « libérons-nous de l’Europe! ».

      Mais c’est quand tu veux mon grand. Sauf que notre dette, c’est pas l’Europe qui l’a voulue, c’est nous qui l’avons faite. Comme des grands, en toute autonomie.

      T’es pas le premier à te prendre pour Vercingétorix, mais t’as pas un sou. T’appliques juste la théorie des mannes providentielles pour financer tes désirs de grandeurs. Big deal.

      T’attends une armée de secours? A ton avis, elle viendra des Grecs?

      Laisse donc l’UE tranquille, c’est notre plus grand rêve. Attelons-nous plutôt à notre propre tâche en arrêtant de nous plaindre des autres. Et, coup de bol – petit miracle dont nous avons le secret – les taux sont bas. Mettons-le à profit.

      Oui, profit, mot affreux.

      Et, autre chose, laissons les étrangers hors du coup. Pas d’accusations à la con sur les immigrés, etc. Ca roule?

    • lothringer dit :

      les matériaux : on sait faire à l’échelle des laboratoires
      Les centres de données : nous ne fabriquons pas de disque-dur, ni de mémoires (pour les SSD)
      Les micro-processeurs : 75% de la fonderie est faire à Taiwan (y compris pour Intel) et l’Europe ne maîtrise pas la gravure fine (inférieure à 10nm) qui permet d’accélérer la vitesse et diminuer la consommation et densifier les transistors.
      Les circuits embarqués : çà dépend de la finesse de gravure, mais c’est faisable en Europe.
      RAM : gravure fine pour obtenir une grande quantité de mémoire sur une petite surface de silicium
      logiciels : oui, çà on sait (encore) faire
      médicaments : nous avons (encore) des chimistes, c’est l’industrie pour la production de masse que nous avons tuée
      Les vaccins : çà dépend de la technologie nécessitée
      Electronique telecom : un opérateur japonais (filiale de Softbank ???) se passe royalement des équipement des grandes firmes (Nokia, Huawei, zte,…etc…) en faisant de la 4G/5G sur des ordinateurs avec du logiciel. Et çà lui coût moins cher en investissements, et il est technologiquement autosuffisant. Il est donc possible de se passer de l’oligopole des constructeurs.
      Les puces telecom des téléphones : ARM (origine GB, détenu par SoftBank) est en train de passer sous pavillon américain (NVIDIA), donc sera soumis aux lois extra-territoriales américaines. On attend le feu-vert de la commission « fusions de grosses entreprises » de la Commission Européenne. De mémoire, je crois que c’est une opération à 37 milliards de dollars.

      Oui, il existe Linux. Mais peu de personnes du grand-public l’utilisent, malheureusement.

      Pour info il existe un projet Free-CPU, qui vise à créer des micro-processeurs libres, de type RISC (comme les ARM) , dont la Fondation a déménagé des USA vers la Suisse pour se mettre à l’abri des lois extra-territoriales américaines. Les Chinois ont déjà sorti des prototypes de ces micro-processeurs. A ce rythme, ils seront bientôt affranchis de la domination américaine en matière de microprocesseurs. Et tant pis pour la finesse de gravure : si le CPU consomme 20W au lieu de 15W, au moins l’indépendance est à portée de leurs mains. Et nous ???????????

  11. erleg dit :

    « Ca coûte trop cher et les débouchés ne sont pas assurés »… En gros l’argumentaire du DGA. Sauf qu’en cas de besoin, ça coûtera immensément plus cher au pays si nous ne pouvons plus nous fournir en munitions. Il a une idée de la consommation effarante que ça représente, un conflit de haute intensité, le DGA ? Et c’est encore plus hallucinant de se réfugier derrière les réglements européens sur la concurrence pour prétendre que ce serait « juridiquement difficile » ! Comment peut-on d’un côté affirmer qu’un conflit majeur est probable, et de l’autre ne pas même s’y préparer de la façon la plus basique ?

    • Rémi Mondine dit :

      Oui enfin même en cas de conflit, nos usines si nous en avions ne monterait pas rapidement en cadence.
      Par contre nous avons une entreprise experte en fabrication de machines à faire des munitions, c#est elle qu’il faut protéger, et là je ne suis pas sur que nous soyons bons.

  12. Mat49 dit :

    « En clair, il faudrait donc un projet de relocalisation nécessitant un investissement moindre que les 100 millions d’euros jusqu’alors avancés ».

    L’état ne peut il pas proposer aux industriels de couvrir une partie de la relocalisation?

    • Carin dit :

      @Mat49
      De quelle relocalisation vous parlez? On n’a pas délocalisé la fabrication de nos munitions, on a vendu ou fermé les entreprises qui s’en occupaient…
      à ce jour nous pourrions fabriquer du 9mm et du 12,7mm parce que ces calibres sont dans le domaine public.. en ce qui concerne le 7,62 et le 5,56 ce sont des munitions américaines imposées par l’OTAN, donc il nous faut l’autorisation des américains pour les reproduire… et là c’est pas gagné. Mais si nous avons l’autorisation, comme je l’écrit plus haut, un simple atelier et une quinzaines d’employés pour surveiller les machines (de nos jours elles travaillent seules), et 60 millions de cartouches tous calibres confondus, c’est loin d’être le seuil critique pour ces chaînes d’usinage.
      Il faut juste que nos parlementaires et le DGA cessent d’une part de voir l’énorme GIAT industrie, et d’autre part la rentabilité… il nous faut juste faire un peu plus que quitte, pour avoir de quoi entretenir les chaîne de productions.

      • Mat49 dit :

        @Carin je reprenais le mot utilisé. Après je suis d accord.

      • Asvard dit :

        Il y a longtemps que les desing des munitions sont dans le domaine publique : un brevet c’est maximum 20 ans. Et accessoirement le 5.56 OTAN s’appelle le .223 Remington dans le civil, les différences résident dans la charge de poudre et dans les tolérances (pas forcement en faveur des militaires qui sont plus « lâches ») sinon les munitions sont interchangeables (au problème de charge près). Idem le 7.62 OTAN = 308 winchester dans le civil. Bref des munitions qui ne datent d’hier.
        Par ailleurs on en a bien fabriqué et c’est le cas actuellement dans de nombreux pays non OTAN. Donc l’autorisation des US pour le faire au cas ou il en faudrait une …

        Une usine de munitions c’est un peu plus qu’un simple « atelier » ne serait-ce que parce qu’il y a manutention d’explosifs donc minimum 1 zone « ATEX » (impropre car là il s’agit vraiment d’explosifs et pas seulement d’atmosphère) pour le conditionnement de la poudre/amorce dans les cartouches + 1 stockage de la poudre, etc …
        Une ligne de production on peut la concevoir pour 1 munition par minute ou 1 par seconde ce n’est qu’une question d’investissement. Si vous la concevez pour le temps de paix (avec peu de débouchés en dehors des besoins personnels) elle sera insuffisante le jour ou en aura besoin de plus (guerre). Si vous la concevez pour les besoins de la guerre , en 1heure/jour ou moins vos besoins seront comblés en temps de paix (toujours avec peu de débouchés pour la paix) et vos « 15 » employés ce tourneront les pouces (et l’outil de production au fil du temps se dégradera par « je m’en foutisme » parce qu’une panne/dysfonctionnement « ce n’est pas grave on a le temps » et le jour ou il faudra tourner plein pot cela vous éclatera à la gueule au sens figuré et peut-être même au sens propre vu qu’il y a des explosifs).
        1 ligne qui fait 5 pièces/seconde coute moins cher que 5 qui font chacune 1 pièce/seconde et ralentir une ligne de production de manière importante n’est pas aussi simple que de le dire.

  13. Félix GARCIA dit :

    Francis Lalanne au Défi de la vérité
    https://www.youtube.com/watch?v=pBMC43OQ1iI
    Francis Lalanne répond : art. 68 de la Constitution, dictature sanitaire, tribune «J’Appelle»
    https://www.youtube.com/watch?v=pm-kBeTPock

    Francis Lalanne visé par une enquête pour atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation
    https://www.lepoint.fr/societe/francis-lalanne-vise-par-une-enquete-pour-atteinte-aux-interets-fondamentaux-de-la-nation-22-02-2021-2415022_23.php

    ………………………………..

    Vu leur attachement à « la souveraineté populaire et nationale », j’ai des doutes sur les réelles raisons de ce soudain « regain de conscience souverainiste » de la par de « nos décideurs » …

    Les mêmes qui font avancer « le projet HERCULES », qui sont responsables de « l’affaire ALSTOM », de l’augmentation des D.T.S., qui sabotent le pays « parce-que COVID », qui organisent LA DIFFAMATION de RAOULT et PERRONNE etc … veulent nous faire accroire qu’ils ont à coeur « les intérêts fondamentaux de la nation » …

    Sûrement une question de conception de la chose …

  14. StephaneR dit :

    La Chine fait main basse sur tout… Terrible constat.

  15. vno dit :

    Je retiens de l’article que la volonté des élus droite comme gauche est la, celle des industriels bien sur, celles des utilisateurs aussi, mais pas celle d’un sombre individu et de ses lécheurs de babouches payés par mes impôts pour faire un travail qu’ils ne font manifestement pas. Il me semble qu’il est plus que temps de virer ce monsieur qui se prend pour le calife et s’assoit sur la volonté des élus et la sécurité des Français. D’un autre côté, dans son milieu, on ne se mélange avec les populations du moyen âge et la protection de la gendarmerie de l’armement ne lui coute rien. Il n’a peut-être pas bien compris le problème ? Son prédécesseur n’avait pas bien compris le sens du mot qualité du chef d’état-major de la Marine pour prendre livraison de ses sous-marins. Plus beaucoup de petits « détails » avec leurs prédécesseurs. Il serait peut être temps de mettre de l’ordre dans cette administration dans l’administration qui semble ne pas reconnaître la ministre pour chef ? doit pas être bien difficile de lui sortir un dossier cofondant des services d’habilitation pour le faire démissionner puisqu’il a oublié que le haut de la chaîne alimentaire, ce n’est pas lui.

  16. EchoDelta dit :

    D’autant plus que cela éviterait probablement d’avoir des munitions de piètre qualité qui provoque souvent des incident de tir, une moindre performance, et des risque sérieux lors de combats. De plus cela doit augmenter le pubdget entretien des amères de tirer des munitions de piètres qualité. Tout cela plaide pour relocaliser et faire des munitions performantes et de qualité.

  17. Appolo dit :

    Concernant les munitions, l’analogie avec les masques est très bonne. On confond production, stocks et flux à chaque fois. Economiquement, la production de munitions ne tient pas la route et pour des tas de raisons (exposées dans l’article), cela coûterait bien plus cher à produire qu’à acheter ailleurs.
    Après, reste l’approvisionnement. A fonctionner en flux tendus, c’est sur qu’on en aura pas assez en cas de conflit majeur. Mais rien n’empêche d’avoir un stock suffisant pour x jours de combat à grande intensité.
    On a vu exactement la même chose avec les masques. On parlait d’en fabriquer en france, mais tout ceux qui ont essayés en ont été pour leurs frais, maintenant on les rachètes en chine ou vietnam car beaucoup moins cher (et on prévoit -j’espère- un stock suffisant en cas de nouvelle pandémie).

    Maintenant, dans le cas de la défense (ou autres sujets sensibles), le politique peut primer sur l’économie et le gouvernement peut très bien décider de le garder en france pour des raisons d’indépendance nationale.
    Restera alors à définir qui va payer cette relocalisation de la production et le delta de prix à l’achat? Le budget de la défense, qui est déjà insuffisant ? Ou on augmente la dette ?

    • Twouan dit :

      Marche pas le stock parceque au bout de 5 ans tu le vidange. Il y a des entreprises qui font des munitions de sport et de chasse en France. A priori le marché est tout aussi ouvert a la concurrence.

    • oryzons dit :

      Pour de vrai, les masques c’est quand même pas super utile non plus sauf ceux qui servent dans les hôpitaux avec un niveau de protection du n’a rien à voir.

      Le stratégique ici c’est la production de vaccin, de médicaments et d’équipements médicaux.
      Une fois qu’on sera vaccinés les masques on les mettra à la poubelle.

    • Max dit :

      Lors des conflits ce sont des milliards et des milliards de balles qui sont tirées. Penser qu’un stock puis un approvisionnement serait suffisant c’est être aveugle ou inconscient.
      Ce qu’il se passera ressemblera à l’histoire des vaccins où nous agirions contraint et forcé à relocaliser une production car nos armées sur le front seraient en train de compter leurs munitions.
      A la bourre comme toujours dixit les Dewoitine D 520 livrés non armés aux escadrille au printemps 1940.

      • Le grand Ferrand dit :

        Si les avions était livré sans mitrailleuse, c’est parce que l’état avait peur que les « communistes » volent les mitrailleuses. L’avion ne recevait son hélice de combat qu’en unité, il était livré avec une hélice en bois.

    • Thaurac dit :

      J’ai vu dans un reportage que certains qui s’étaient mis à faire des masques, râlaient car la demande avait diminué et ils peinaient à revenir sur les investissement, car ceux chinois (les masques), une fois passée l’énorme demande, étaient devenus bon marché, c’est toujours le problème de l’offre et la demande, ou alors, , pour les munitions,une usine qui ne travaillerait que 6 mois par an pour en fournir , mais pas en activité principale collé à une garantie par l’état, d’achat toute l’année de ses autres produits ..Pas évident..

      • oryzons dit :

        Sinon on revient à quelque chose de très logique et que les chinois et les indiens appliquent « Make in India » : quand on sait faire chez nous on achète chez nous même si c’est un peu plus cher ou un peu moins performant.
        On appelle cela la préférence nationale chez nous, et tout ce qui contient le mot « national » est par essence pour certains comme tshok puant, honteux et à fuir.

      • PK dit :

        D’où l’intérêt d’une protection douanière dont nos élus ne veulent pas entendre parler…

    • lothringer dit :

      Il y a quelques années, il y a eu un appel d’offre de la CPAM pour un marché informatique (cartes vitales ???). C’est une socité indienne qui a remporté l’appel d’offre.
      Sauf que un consultant a analysé les coûts. Et le résultat était que si on déduisait les charges sociales du prétendant français (et les charges sociales, par définition, c’est de l’argent qui reste en France), on obtenait un prix de revient inférieur au prix proposé par la société indienne, sachant que les charges sociales indiennes , par définition échappent totalement au système économique français.
      Donc au final, la politique de « moins disant » est totalement pernicieuse d’une point de vue économique-souveraineté, lorsqu’on met en concurrence une société française et une société étrangère.

  18. Step dit :

    Si en France on était moins bêtes sur la réglementation des armes détenus par les honnêtes citoyens et les services privés de sécurité (Chasse, tir sportif, collection, légitime défense, sécurité) nous aurions, comme autrefois c’était le cas, un véritable marché civil permettant de compenser l’atrophie du marché public (armée, police, gendarmerie, douanes, …) et donc d’offrir un débouché économique à une production nationale de munitions pour un prix compétitif pour nos armées. Nous aurions peut-être même encore une industrie d’armes légères qui éviterait à la France de remplacer les FAMAS, MAC 50 et autres par des armes étrangères !

  19. Loufi dit :

    Ça change d’avis tous les 6 mois.
    « L’investissement ne serait pas compétitif.. » la blague. Il y a tous les leviers pour le rendre compétitif: exonération d’impôt, modération salaire, automatisation et process robustes, quantités commandées garanties et en volumes conséquents.

  20. Noël BERGON dit :

    petit rappel historique : nos « amis » Américains, ont, durant la guerre de sécession utilisés la balle « Minié » pour s’entretuer …la balle dite « Minié » est le fruit de l’esprit d’un officier Français qui connaissait les contingentements et a apporté une très forte valeur ajouté en élaborant ce projet avec le soutien de ses supérieurs mais aussi des industriels patriotes…juste pour dire que si nous avions le même état d’esprit que ceux qui ont fait que cela fût possible…pourquoi ne pas imaginer que aujourd’hui cela le put encore

  21. radionucléide dit :

    il est douteux de pouvoir importer des munitions dans le cadre du maintien de l’ordre du type algérie 54

  22. Eric62 dit :

    Le problème est qu à la tête de l état nous n avons plus que des fonctionnaires aux manettes et des politicards totalement déconnectés des réalités au seul bénéfice des élections … exemple la pandémie actuelle .. un président essentiellement présent pour les élections et redevable des français qui ne prend aucunes décisions ..un premier ministre , haut fonctionnaire ,incapable de se détacher du covid ( c est quoi un 1er ministre , juste un responsable du confinement ?) et non nommé par les français , des ministres , à majorité hauts fonctionnaires et purement carriéristes .. à ma connaissance il y a un général qui avait dit dans les années soixante … je décide ..et ils exécutent …. donc … les politiques décident et la DGA exécute …point barre .

  23. Tempo dit :

    ….« à partir d’une production annuelle de 60 millions de cartouches sous réserve qu’un niveau de commandes constant soit assuré durant les cinq premières années. »….
    En partant du principe que l’Armée de Terre dispose peu ou prou d’un effectif de 100.000 militaires d’active, celà représente 600 cartouches par an/ soldat ou 50/mois/soldat. A celà il faudrait rajouter dans une moindre proportion les autres Armes, la Réserve opérationnelle, la Gendarmerie , la police nationale, les polices municipales ce qui diminue d’autant la consommation ordinaire par individu sachant, par ailleurs, que l’entrainement au combat de haute intensité voulu par l’Etat Major et les OPEX démultiplient dans une très large mesure les besoins .
    Joel Barre, patron de la DGA, est dans son rôle quand il veut optimiser le budget dont il a la charge en choisissant le rapport qualité/prix le plus compétitif possible. Là où il a tort , c’est de s’enfermer dans cette seule logique et de ne pas alerter de son propre chef les autorités sur un sujet qui déborde de son domaine de compétence.
    Il s’agit d’un problème interministériel qui consiste à évaluer le besoin global en munitions de guerre de petit calibre pour l’ensemble des administrations, qui doit très largement dépasser le minimum requis. Il y a de plus lieu de considérer la création d’emplois directs et indirects et la fiscalité induite par cette activité non délocalisable, même si les opportunités d’export sont réduites du fait de la concurrence vive sur ce secteur. C’est la mission du Premier Ministre de prendre cette initiative en compensant le Minarm des retombées bénéfiques d’un tel projet.

    Le secteur de la munition de petit calibre est certainement appelé à évoluer au travers de l’évolution des calibres et de l’apparition de munitions spéciales. Récemment Thalès a signé un accord sur 10 ans avec l’armée australienne dans ce domaine, ne pourrait-on le répliquer chez nous?
    Tant que l’on raisonnera budget par budget sur une base annuelle sans vision macro économique, il y a peu de chance que la situation évolue.

  24. Francis Hummel dit :

    Etonnant que personne ne se demande à quoi sert l’Etat ni quelles sont ses missions…
    Au départ, l’Etat doit assurer sa vie politique et diplomatique, la sécurité (intérieure – police, gendarmerie, justice et extérieure) de ses concitoyens pour qu’ils vivent en paix et travaillent dégagés de ces craintes, puis éventuellement veiller à la santé et à l’éducation de cette même population.
    Toutes ces activités ne rapportent rien et sont donc financées par les impôts et taxes. C’est ce que l’on appelle les missions régaliennes de l’Etat (mais on peut toujours débattre du périmètre du régalien ) !!!
    Or, il se trouve que l’état français néglige son régalien (l’ensemble des dépenses régaliennes doit représenter aux alentours de 15%/20% du budget annuel de l’Etat). Tout le reste (80 à 85% tout de même !!) sont des dépenses « sociales », clientélistes ou liées à l’Histoire.
    Ainsi, l’Etat français est actionnaire à hauteur de 14% d’Air France. Pourquoi ? Actuellement, il est question que l’Etat rajoute 7 milliards au capital d’Air France pour le sauver. Pourquoi l’Etat français qui ne représente que 14% de l’actionnariat devrait-il prendre intégralement à sa charge les 7 milliards de sauvetage pour une entreprise non stratégique ?
    L’exemple est le même pour Renault et d’autres entreprises privées, les subventions à la presse (1 milliard par an je crois), les subventions aux syndicats (chiffres peu clairs), les subventions aux associations lucratives sans but, etc, etc,…
    Et aujourd’hui, on nous dit que 100 millions c’est trop cher.
    Si nos zélites trouvent que la souveraineté, l’indépendance et le régalien sont trop chers, peut-être faudrait-il leur rappeler les hauteurs incroyables de l’imposition/taxation françaises mais surtout le coût (et les conséquences) d’une guerre, qui plus est si elle est perdue.
    L’exemple tout récent des masques, vaccins, seringues,… devrait rendre modestes tous nos brillants penseurs. Or, il semble qu’aucune leçon n’ait été apprise mais que 200 milliards de plan de relance pour avoir mal anticipé, mal géré, mal réagi à une crise sanitaire soit acceptable.
    C’est à n’y rien comprendre !!!!

    • fabrice dit :

      Air France non stratégique ? Je vous conseille de lire plus souvent les compte rendu des commissions des affaires étrangères…
      Vous croyez que la desserte de Bangui est rentable vous ? Pourquoi donc à votre avis il y a-t-il une ligne Air France ?

    • Twouan dit :

      Non stratégique, pas sur. Air france c est la continuité territoriale avec l ultra marin.

  25. dompal dit :

    @ M.Lagneau,
    Quel est le rapport entre l’armement de petit calibre et les deux derniers paragraphes !????????

  26. petitjean dit :

    On a vraiment affaire à des charlots !
    il ne faut pas mégoter en matière de souveraineté
    Tout conflit de haute ou de moyenne intensité fait consommer des millions de munitions de petit calibre. Quantité disponible et qualité sont des garanties d’indépendance. C’est aussi une question de vie ou de mort !
    Il est facile d’avoir, par exemple, un ou des centres de production en France toujours prêts à fabriquer et qui se mettent en veille quand l’armée, le pays, n’a pas de gros besoins. C’est donc un centre de production en réserve stratégique. Au même titre que nous devrions avoir des matériels en stock, prêt à l’emploi . Dans un conflit on consomme et des munitions et des matériels ! Sans stock on ne tient pas 8 jours ! (je pense en rigolant au fumeux principe de précaution cher à Chirac !)
    Nos politiques le savent-ils ?
    L’usine de production de munitions pourraient être adossées physiquement et techniquement à une entreprise de fabrication d’équipements militaires et cette dernière se chargerait d’avoir les compétences* pour répondre à la demande, même au cas par cas.
    Bref, rien de compliqué industriellement parlant . C’est juste un moyen mis à disposition avec les compétences requises
    Quelques centaines de millions ce n’est pas grand chose quand on connait les formidables gabegies de l’état. Et c’est une question de souveraineté !

    En outre et compte tenu du peu d’entrainement au tir de nos forces de police , avoir plus de munitions leur permettrait de s’entrainer enfin correctement
    Et on peut aussi encourager le tir sportif en réformant la loi sur la détention d’arme et le droit à l’auto défense…….

    *entretien des machines pour être prêt à l’emploi et avoir un personnel formé (donc polyvalent)

  27. Muse dit :

    A l’évidence nos stratèges sont nuls, tout simplement.
    Ils ne connaissent pas le sujet qui leur est confié.
    Ils décident sur des statistiques…

  28. vrai_chasseur dit :

    Sans être avocat du diable on peut comprendre les réflexions et interrogations de la DGA.
    – L’analogie avec les masques a ses limites. Les munitions de petit calibre ne sont pas fabriquées majoritairement en Chine comme les masques, mais partout en Europe. Il faudra que la Belgique, la Finlande, la Suisse (neutre et non UE), la Tchéquie, l’Allemagne, le R-U pour ne citer qu’eux, soient tous détruits pour qu’on n’ait plus de munitions en France. Et encore, il restera les énormes capacités de production des munitionnaires US. Si tous les pays d’Europe sont écroulés autour de nous, il y aura de toute façon des questions d’un autre ordre à se poser que de chercher des munitions de petit calibre.
    – Même Manurhin, champion du monde des machines pour munitionnaires, s’est cassé la figure. Pas assez de commandes en France. redressement judiciaire, racheté en 2018 par les émirats. La DGA l’a soutenue à bout de bras pendant des années, en pure perte. On peut comprendre que ça l’ait refroidie. Un fournisseur français qui flanche est plus dangereux pour la défense qu’un fournisseur étranger qui est sûr.
    – Le seul industriel qui pousse pour une filière française c’est Sofisport à Pont-De-Buis. Mais c’est juste la poudre. Bien assis sur le marché poudre chasse, ils veulent entrer sur le marché poudre militaire, ce qui est compréhensible, mais en restant sous-traitant d’un munitionnaire. Donc en évitant les investissements lourds. Aucun industriel ne se montre intéressé pour le moment par les munitions. Et là, ce n’est pas la DGA qui ne veut pas c’est tout le monde industriel qui fait montre de scepticisme.
    – La DGA réfléchit en sécurité d’approvisionnement à 20 ans, pas dans l’instant. Les 100 millions d’investissements initiaux ne garantissent aucunement la continuité de la filière à cet horizon, à moins de considérer que la filière petite munition est stratégique et sera soutenue financièrement ‘quel qu’en soit le coût’. Mais ce sera forcément au détriment d’autres équipements : un arbitrage budgétaire que la DGA estime déraisonnable de faire. A la limite, il vaut mieux acheter du sur-stock de munitions avec cet argent.
    Bref un sujet qui ne se résume pas juste à « z’ont rien compris à la souveraineté ces c*ns, yaka regarder les masques ».

    • Tempo dit :

      @vrai_chasseur
      Vous évoquez un certain nombre de fournisseurs européens, certains sont des petits états, dont les coûts salariaux avoisinent les nôtres et qui sont compétitifs puisque leur industrie munitionnaire continue d’exister. Pour celà ils peuvent compter sur des marchés comme celui de la France laissé en jachère alors que celle-ci dispose désormais de la première armée européenne et est une des rares à être régulièrement engagée sur des théâtres d’opération.
      Ceci revient à considérer que ce paradoxe est le résultat d’une absence de volonté de maintenir un outil industriel qui avait toute raison d’exister et qui est désormais détenu par d’autres à notre détriment. Comprenne qui pourra.

    • Le grand Ferrand dit :

      Manurhin ne s’est pas cassé la figure! Manurhin n’as pas trouvé de capitaux, la banque d’aujourd’hui n’investit plus chez les marchand de canons. Manurhin est aujourd’hui une entreprise d’Arabie saoudite car chez eux la monnaie n’as pas d’odeur . Luchaire est devenu Australien depuis belle lurette. Compter sur la Belgique? Si les écolos au affaires ne t’impose pas des conditions. Demande à la FN pourquoi elle a déménagé au USA comme Cz qui vient d’acheter Colt. L’Allemagne te dira oui si tu lui achète le fusil que sa propre armé n’a pas selectionné. Les anglais te diront que les USA t’on collé un embargo parce que tu refuse de participer à la guerre du golf3 (demande aux marins se qui s’est passé pour les rechanges des catapultes de charles) Si une cartoucherie est rentable ailleurs, elle peut l’être en France.

    • Sempre en Davant dit :

      https://en.wikipedia.org/wiki/5.56%C3%9745mm_NATO

      Regardez le temps qu’a prit l’arrivé de la M855A1. 2003-2010 sans muns valables USAUSAUSA

  29. Plusdepognon dit :

    Le CEMAT marche sur des oeufs quand il évoque cette évidence.

    Beaucoup de choses sont recouvertes par cette appellation  » petit calibre ».

    La DGA et ses cocontractants sont vent debout :
    http://www.opex360.com/2019/08/09/lidee-dune-filiere-francaise-de-munitions-de-petit-calibre-definitivement-enterree-par-la-dga/

    Les industriels de l’armement français qui font et défont les politiques du MINARM trouve que c’est peu proftable :
    https://www.ege.fr/infoguerre/2019/11/fiasco-strategique-lindustrie-francaise-de-larmement

    Les politiques en fonction de ses précieuses recommandations ont pratiquement euthanasié la filière :
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-folle-histoire-de-l-usine-d-explosifs-de-sorgues-691864.html

    http://www.paxaquitania.fr/2020/11/800-000-euros-pour-la-diversification.html

    Je suis déçu par le fait que Rafaut soit en fait détenu par des américains, mais forcément ce sont ceux qui osent qui gagnent:
    http://www.opex360.com/2021/02/16/optronique-le-groupe-photonis-va-etre-repris-par-la-societe-dinvestissement-hld/

    Pendant ce temps là, les affaires continuent…

  30. Max dit :

    Plus qu’aux armées il y a la police et la gendarmerie qui n’ont que trop peu d’entraînement au tir. 3 à 5 maxi par an pour la Police nationale.
    Les USA avec leur calibre 6.8 SPC entament une veritable mue technologique avec l’adjonction de l’IA. Plus performant, plus de portée, etc…
    Produire en France pourrait aussi motiver des R&D sur ces munitions.

  31. Auguste dit :

    Merci covid.Il a fallu une pandémie pour s’apercevoir que…..Bien la peine de faire tant d’études pour « vir les coulles e dire que ché un mâle »

  32. tito dit :

    Dans un pays on l’on t’explique que contrôler la qualité et la quantité de son approvisionnement n’est pas vitale, pose un souci. Au delà d’une nécessaire chasse aux traitres un peu comme dans le livre de Marc Bloch  » une étrange défaite »; voyons les arguments financiers pour:

    -Créer de l’emploi et un bassin industriel offrant une dynamique économique dans le secteur. On pourrait l’installer dans une région pauvre de France pour relancer l’industrie type creuse, haute marne.

    -rééquilibrer la balance des paiements.

    les arguments contre:

    -Nous avons l’approvisionnement nécessaire: « jusqu’à que le conflit en question fasse que nous ne l’ayons plus »

    -Le marché français est trop faible: « doublez l’entrainement des forces de l’ordre et des exercices de tirs et le marché sera suffisant »

    -Ca coute cher: « la fraude à la sécu, ça coute encore plus cher »

    -Ca change rien, on a pas les matières premières: « ouvrir les mines en Ardèche, ça créera de l’emploi

  33. lothringer dit :

    Sur le sujet des munitions de petit calibre, j’ai essayé d’envoyer une proposition à 2 députés en pointe sur ce sujet.
    Sauf que, sur leur boîte courriel de l’Assemblé Nationale, je n’ai JAMAIS eu d’accusé de réception. J’imagine donc que les adresses email qui figurent sur le site web de l’Assemblé Nationale ne servent STRICTEMENT A RIEN.
    Je vous rends donc public les réflexions que je souhaitais leur communiquer :
    Jouer la carte de la coopération-mutualisation. Donc de proposer à nos voisins espagnols de construire ensemble une usine de munitions de petit calibre, et de localiser cette usine au pied des Pyrénées, à la sortie du tunnel du Somport. Ainsi cette usine franco-espagnole pourrait employer 50% de salariés français et 50% de salariés espagnols. Et cette usine disposerait immédiatement de 2 clients captifs, qui représentent ensemble plus de 110 millions d’habitants.
    Si parmi vous il y a des gens qui ont des liens directs avec les 2 députés concernés…je les encourage à leur transmettre mon idée.

    • Asvard dit :

      Pour les accusés de réception cela dépend du logiciel de messagerie : on peut le configurer pour faire l’accusé de réception en auto, ne pas faire d’accusé en auto ou bien de demander un accusé en manuel à l’utilisateur qui le fait ou pas.
      A une époque j’avais configuré Outlook pour le faire en manuel car pour certain envoyeurs je n’avais pas envie qu’ils sachent quand j’avais lu leur message donc au bout d’un moment ils avaient laissé tombé l’envoi avec accusé, cela leur faisait tout drôle d’avoir une réponse sans avoir eu l’accusé 🙂
      Si l’adresse n’est pas bonne le « mailer » le dit automatiquement dans la minute qui suit l’envoi donc l’accusé de réception est l’équivalent par courrier classique : très agressif, ça permet à l’envoyeur de prendre date et heure.
      Par ailleurs certains spam se servent de l’accusé pour voir que l’adresse est active même si cela reste rare.

  34. NRJ dit :

    Quelle serait la plus-value d’une filière de munitions de petit calibre ? A avoir des munitions en cas d’embargo ou de conflit. En contrepartie, il n’y a aucune plus-value technologique comme on pourrait avoir sur le Rafale et ces munitions seraient de moins bonne qualité pour un prix supérieur à ce qu’on achèterait. La raison est simple: on n’a pas les savoir-faire assez spécifiques permettant de faire les % de différence entre une bonne et mauvaise munition et nos machines ne seraient pas rentabilisées (par ailleurs, comme cette industrie aura l’armée française comme client exclusif elle ne sera pas motivée à faire des munitions de qualité dans un marché concurrentiel où elle est désavantagée).

    Sauf qu’un paquet de nation fabrique des munitions de petit calibre. A partir de là, l’option de l’embargo est presque nulle (faudrait vraiment qu’on se mette toutes les nations du monde à dos). Et pour le 0.001% de chance où l’on se retrouverait sous embargo de tous les pays du globe, on peut se rappeler que la France ne vaut pas grand chose face à l’armée américaine par exemple. Donc on se ferait exploser quoi qu’il arrive.

    Ensuite, vu l’expérience qu’on a sur les masques on pourrait se dire qu’il n’est pas inutile d’avoir une filière si un conflit colossal se déclare brutalement de façon à ce que les besoins augmentent en flèche et que la production n’arrive pas à suivre. Et dans ce cas, les autres nations privilégieraient leurs propres forces armées aux dépends de l’armée française (faudrait quand même un énorme conflit pour qu’aucune nation ne soit en capacité de nous fournir). Sauf que dans cette situation, il faut se rendre compte qu’une industrie française ne changerait rien du tout, car elle n’aurait pas non plus la capacité de monter en puissance si un conflit colossal se déclare. Donc on se retrouverait en pénurie quoi qu’il arrive.

    Ainsi, il y a une autre option: plutôt que de montrer une industrie française de munitions chères et de mauvaise qualité, on ferait mieux de compter sur des stocks de munitions supérieure qui permettrait de tenir le temps nécessaire pour l’augmentation des cadences. Ce serait une solution moins chère et permettant aux hommes sur le terrain d’avoir de meilleures munitions que dans le cas « si jamais, dans le 0.0001% de chance qu’un ENORME conflit embrase le monde ENTIER, on aurait besoin de munitions ».

    Alors évidemment, si on est incapable de gérer des stocks de munitions (tout comme on a été incapable de gérer des stocks de masques), on peut se dire qu’une industrie permettrait d’atténuer le choc. Que nenni. Si on est défaillant au point d’être incapable de gérer des stocks, il est complètement illusoire de se dire qu’on gèrera mieux une industrie de défense.

    Pour ces raisons, avoir une industrie de munitions de petit calibre n’est pas justifié (pas pour les arguments présentés en tout cas…).

    • Celtibère dit :

      Depuis quand la notion de rentabilité concernerait la défense?

      • NRJ dit :

        A partir du moment où notre souveraineté et la santé des soldats dépend de plusieurs programmes, et qu’on ne peut pas les avoir tous.

    • PK dit :

      « Sauf qu’un paquet de nation fabrique des munitions de petit calibre. A partir de là, l’option de l’embargo est presque nulle »

      LOL. Argument qu’on a vu à l’œuvre avec les maques – des dizaines de pays producteurs – et pas de masques.

      On n’a pas à justifier la rentabilité d’un domaine régalien : la sécurité de l’État via la sécurité de l’approvisionnement et de la production n’a pas à (être forcément) rentable.

      • NRJ dit :

        @PK
        « LOL. Argument qu’on a vu à l’œuvre avec les maques – des dizaines de pays producteurs – et pas de masques. » .Vous avez lu ce que j’ai dit ? Apparemment non. Dit rapidement, ce n’est pas un embargo qui a eu lieu contre nous, c’est une difficulté à augmenter les cadences (on peut pas multiplier les cadences de production par 20 du jour au lendemain). Et cette difficulté, on la rencontrera également si on a une industrie souveraine de munitions de petit calibre. Donc vous dites un faux argument.

        « On n’a pas à justifier la rentabilité d’un domaine régalien » Ah…. malheureusement si. « Un Etat fort a besoin de français prospères » disait De Gaulle. Or, ce qu’on investit dans la Défense, ce n’est pas de la création de richesse donc économiquement, c’est de la perte (si on néglige les exportations qui du coup sont de la perte reportée sur les pays qui nous achètent des armes). Dit simplement, on ne peut pas mettre 50% du PIB dans la Défense. Il faut faire des choix entre nos programmes de souveraineté. Et on n’en manque pas: porte-avions, avions de combat, soldats à payer tous les ans, etc. Donc si on investit sur les munitions c’est qu’on espère que chaque euros dépensé protègera mieux notre souveraineté que si on devait l’investir dans un autre domaine (avion, drone, véhicule blindé, les sujets sont larges). Or ce n’est pas le cas, je l’explique plus haut.

        • PK dit :

          Personne ne parle de mettre 50% de PIB dans la défense. Mais même à 5%, on finance exactement un peu près ce que l’on veut aujourd’hui, donc ce n’est absolument pas un problème.

          Sans compter que chaque euro investit dans l’économie de défense, pourvu qu’elle soit française, c’est de l’investissement, puisque des emplois français.

          CQFD.

    • oryzons dit :

      Non la réalité c’est que :
      1. Si pas de conflit de haute intensité, alors pas besoin
      2. Si conflit de haute intensité :
      a) Nos voisins comme la Belgique par exemple sont impliqués aussi et sont nos alliés et donc auront toutes les raisons du monde de nous livrer
      b) Nos voisins ne sont pas impliqués mais restent neutre et auront donc financièrement intérêt à nous livrer
      c) Nos voisins (tous !) ne sont pas impliqués mais n’approuvent pas et décident (tous !) de nous boycotter
      d) Nos voisins sont nos ennemis, et on peut partir du principe le problème ne sera pas les munitions de petit calibre

      Voilà les scenarios.
      En fonction de ça tu es à la place de la DGA, tu regardes ton budget, tes besoins, et tu prends des décisions.

      • NRJ dit :

        @oryzons
        C’est bien résumé…. J’ajouterais pour le scénario c) que ce n’est pas juste nos voisins, car on peut toujours se fournir autre part (on avait des munitions israéliennes et émiraties un moment). Donc ce serait un boycott général et le problème ne serait pas non plus les munitions de petit calibre.

    • Le grand Ferrand dit :

       » munitions seraient de moins bonne qualité pour un prix supérieur  » Wahou, nous ne saurions donc pas maîtriser les huit étapes emboutissages nécessaire à la fabrication d’une douille. Ni les deux ou trois nécessaire à la fabrication du projectile.
      Ensuite le chargement suffit de demander à l’Arabie de nous vendre une paire de machine de chargement.

      Tu as sans doute raison achetons des F5 comme a une époque, après tout, ce n’est que l’argent du contribuable

      • NRJ dit :

        @Ferrad
        « Wahou, nous ne saurions donc pas maîtriser les huit étapes emboutissages nécessaire à la fabrication d’une douille ». Vous n’aviez rien compris !!! Il ne s’agit pas juste de faire une douille pour laquelle il n’y a aucune difficulté technique et technologique, vous l’avez bien mentionné. Par contre je vous rappelle que toutes les munitions ne sont pas pareilles. Il y a des munitions plus ou moins chères, et de plus ou moins bonne qualité. Or, qu’est-ce qui fait la différence entre la bonne et la mauvaise qualité ? Le savoir-faire, qui se construit sur l’expérience. Or c’est justement cette expérience qui nous fait défaut. Et évidemment il y a l’aspect financier qui ne peut pas être négligé d’un revers de main.

    • lothringer dit :

      En total désaccord.
      Dire que nous ferions de la mauvaise qualité est un postulat . C’est une affirmation gratuite sans aucune preuve .
      C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses (dicton agricole).

      • NRJ dit :

        @lothringer
        « Dire que nous ferions de la mauvaise qualité est un postulat . C’est une affirmation gratuite sans aucune preuve ». Une question simple: comment arriverions à fabriquer, à prix égal, des munitions de meilleure qualité que celles qui existent déjà ? Pensez vous vraiment qu’on pourrait développer une filière et qu’on pourrait tranquillement réussir du premier coup à faire mieux que toutes les filières qui existent déjà ?

        C’est sans doute gratuit, il n’y a effectivement pas de preuve. Mais je peux vous poser cette question: qu’est-ce qui rendrait notre filière de munitions plus efficace que ce qui existe déjà ?

    • Asvard dit :

      Je confirme qu’au moins à une époque (années 80) l’armée ne savait pas gérer ses stocks.
      Mon frère au Service national en armurerie y a passé son temps à vider des 7.5 (le FAMAS était loin d’être le standard à l’époque) et des 12.7 ayant dépassées l’age limite.
      Pour le mien au SSA c’était pareil pour certains matériels (pansements !, …) sans parler de camions tout neufs mais plus fabriqués depuis des années (devaient dater des années 50-60 vu la tronche) stockés sur cale.

  35. Leroux dit :

    Qui ne tente rien n’a rien. Je suis automaticien, 28 ans, BAC + 2 avec beaucoup d’expérience personnelle. Passionné par la mécanique et l’électricité. Je serais être votre atout en industrie. Si une personne aisée et patriote est prête à investir pour la France je suis à votre disposition. Prêt à lâcher mon travail (en Suisse, bien payé) pour la patrie. sylvainleroux4@gmail.com

    • PK dit :

      Ça n’intéresse pas l’État.

      Il est évident qu’avec une commande ferme, a minima à prix coûtant, de 60 millions de munitions par an, n’importe qui (de sensé) peut monter une boite qui marche.

      Ici, on a à faire avec des technocrates. Ça ne pense pas comme un être humain ces choses-là. Un jour, un virus nous en débarrassera peut-être… En attendant, faut se les farcir.

    • lothringer dit :

      Ouh…là, Mr Leroux. Pas si vite. Gardez votre job en Suisse pour l’instant.
      Pour créer cette usine, il faut
      (1) des actionnaires qui mettent l’argent sur la table
      (2) un contrat pluri-annuel (disons…..décénal) de l’Etat qui s’engage sur des quantités
      (3) des autorisations administratives dans tous les sens (…eh oui, il s’agit quand-même de poudre explosive !)
      (4) ???
      (5) ???
      (6) ???
      Tout ceci prendra… »un certain temps » (comme le temps nécessaire pour que le canon refroidisse).
      Si votre job est bien rémunéré, rien de nous interdit pendant ce temps de mettre de l’argent de côté pour « mettre au pot » le moment venu.

  36. Courmaceul dit :

    En 2010 Bachelot a commandé deux milliards de masques, y en a combien, comme ici, qui ricanaient ?, En tout cas la Maruine a bien ricané.

    Je parie que c’est les mêmes qui couinent avec l’arrivée du Covid 19 !

    Au fait la dette française, ça vous parle ?

  37. Arnaud dit :

    Le problème est que le Dga a la vision d’harpagon sur son or. Mais le budget ne lui appartient pas et il prend des décisions sur des critères techniques qui n’ont qu’une valeur toute relative. Or les crises sont brutales imprévisibles et de plus en plus graves.
    L’argument de la rentabilité économique est à pleurer. Depuis quand la Défense est rentable? C’est une assurance tout risque.
    Le coût des tests covid était en juin 2020 de 80 millions par semaine. Les masques importés en mars avril mai juin l’ont été au prix fort.
    Et le reste est à l’avenant.
    Enfin les australiens, certainement pas plus idiots que nous et pourtant bénéficiaires de liens étroits avec les US viennent de construire une filière de munitions de petit calibre pour un montant global d’environ 100 millions € ( a confirmer je ne retrouve pas mes sources).
    Si la france ne sait pas faire cela alors qu’elle a la seule armée européenne capable de faire des opérations autant tout économiser en supprimant nos capacités.

  38. Thierry dit :

    Le naufrage français des armes de petit calibre et leurs munition qui sont désormais importés vient bien des lois débiles servit sur un plateau ultrasécuritaire par les démagos de service.

    Qui se souvient du catalogue *Manufrance (dans les années 1970) ou chacun pouvait acheter armes et munition sur simple présentation d’une CNI (seul les armes de guerre et de poing étaient réglementés par les décisions préfectorales).

    Le tir sportif était très pratiqué à l’époque car sans contrainte abusives, les quantités de munition vendu dans le civil permettait aux militaire d’acheter les leurs pour moins cher et garantissait un approvisionnement permanent et un stockage suffisant, tout comme un supplément de production immédiate en cas de crise, un double avantage donc.

    cela avait également le triple avantage de voir arriver des recrues qui étaient déjà entrainés au tir par leurs propres moyens, ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui, l’entrainement part de zéro pour tout le monde, il est donc plus long et plus couteux pour le contribuable.

    on ne dira jamais assez, à quel point fût couteuse pour la France la stigmatisation politique des armes individuels de petit calibre par des lois liberticide qui sont en permanence dans le durcissement à chaque fait divers, même quand les armes à feu ne sont pas impliqués (attaque au camion suicide par exemple).

    Comme il serait facile de défaire tout cet enchevêtrement juridique bidon et de relancer avec succès les armes et munitions de petit calibre qui n’auraient aucune peine à devenir rentable. Et le contribuable est gagnant, il paiera moins d’impôts et aura une armée de métier de bien meilleurs qualité.

    • Mat49 dit :

      @ Ma cruchette « Le naufrage français des armes de petit calibre et leurs munition qui sont désormais importés vient bien des lois débiles servit sur un plateau ultrasécuritaire par les démagos de service. » Archi faux c’est un choix délibéré des socialistes sous Jospin qui ont supprimés les manufactures pour l’armée.

      Les armes pour les civils ne sont pas le sujet. Les calibres militaires étaient réglementés en france et depuis très longtemps, notamment pour concentrer toute la production de ces calibres sur l’armée.

      Après tout le monde comprend bien que les nazillons ou les djihadistes de ton espèce aimeraient se procurer des armes facilement.

  39. oshibori dit :

    apres avoir sacrifié toute une industrie. et avoir perdue l’outil industriel et les gens capables. ils arrivent 20 ans plus tard la fleur au fusil et déclare. nous sommes ouverts au propositions… celas 20 ans que tous le monde leur dis que avoir de quoi riposter a un ennemi es un secteur stratégique.

  40. Lassithi dit :

    Allez, il y aura peut-être une réponse un jour.
    Dans cette nouvelle France, tout le monde fait de beaux constats et de belles recommandations. Cette capacité analytique m’impressionne.
    Concernant les plan d’action mis en œuvre, force est de constater qu’ils brillent par leur absence. Ce qui permet du reste de refaire les mêmes analyses, avec les mêmes constats et donc les mêmes conclusions.
    Bref, ça occupe.
    Pendant ce temps là, la terre tourne et les autres en profitent, car chez nous plus on pointe un problème, moins on s’en occupe.

  41. Celtibère dit :

    Manifestement, au vu de tous ces commentaires stériles, il semble que beaucoup n’aient pas encore compris que notre pays est en pleine déroute dans tous les domaines. Ce problème des munitions n’est qu’un des épiphénomènes d’un mal très profond qui s’appelle le déclin et la décadence. D’ailleurs, à quoi bon relocaliser la fabrication de munitions quand les armes qui les utilisent nous viennent aussi de l’étranger. Voila les conséquences quand un peuple confie son destin à un ramassis de politicards félons dont le contenu idéologique se résume à la détestation de sa propre nation. C’est ça aussi le suicide français.

  42. vieux margi dit :

    Allez, c’est reparti…… au regard du droit européen….maîtrise des coûts….. Merde alors aurait dit Cambronne…
    pourquoi ne pourrait on pas fabriquer et en revendre à l Europe ?

  43. Desty dit :

    La liste des 27 matières critiques de l’UE est là: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mati%C3%A8res_premi%C3%A8res_critiques
    A noté que les terres rares sont 17 en tout mais compte seulement pour deux dans la liste de l’UE (terres rares lourdes et légères).

  44. Le grand Ferrand dit :

    Ha,ha,haha!!! Monter une cartoucherie, et être payé avec un lance pierre… Fabriquer sur ordre et puis se voir interdire l’exportation suite à une volte face des gouvernants. Ha j’ai bien rigolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *