Barkhane : Les hélicoptères de l’ALAT n’ont pas chômé lors de ces six derniers mois

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

21 contributions

  1. Francois01 dit :

    C’est si compliqué d’installer une zone d’atterrissage en France avec du sable pour s’entraîner au « poser poussière » ?

    • blavan dit :

      @françois01. Posez vous dans la neige poudreuse, c’est le même effet pour la perte de référence avec moins de dégât pour les turbines.

    • Stéphane Leroy dit :

      Le sable malien s’apparente à de la poussière…
      Il est beaucoup plus fin que celui qu’on trouve par chez nous.
      Enfin, il est extrêmement sec.
      L’humidité certes relative de France (où que ce soit), l’alourdi et fait qu’il vole moins.
      On parle donc de posé poussière, et non pas de posé sable

  2. Muse dit :

    « Les pilotes se sont donc entraînés, de nuit comme de jour, au ‘poser poussière’, une procédure très complexe qui consiste à poser un hélicoptère dans des conditions de visibilité quasi nulle »
    Très complexe ? N’exagérons rien…
    Des fois !

    • Dupont avec un t dit :

      Brown-out ou white-out, des fondamentaux de pilotes d’hélico https://www.youtube.com/watch?v=iRTj0-QZJsA

    • Pierro dit :

      C’est un phénomène très dangereux, même les Américains se crashent.
      https://youtu.be/QMzU0uoLnaU
      https://youtu.be/0U5mXAjRwDg

      • Muse dit :

        Même un hélioc Gazelle du 5RHC lors de Salamandre/Daguet mais quand même… C’est une procédure de routine ; il ne faut pas exagérer.
        1ere video : du blabla.
        2eme video : erreurs de pilotage cumulées, tx de chute vertical trop important, vi de translation nulle = pas général tiré = augmentation de la poussée = augmentation du souffle = … Quand on est mauvais on est pas bon + un petit Vortex en prime ? = crash.
        3 eme video : mauvais choix d’approche pas d’option de RMG. Au mieux il est vent travers mais au début on voit qu’il se présente vent arrière = encore une fois une augmentation de PW + arrivée en puissance trop haut et trop lent….
        Donc non, le poser poussière n’est pas si compliqué : d’ailleurs lors de Daguet il y en a eu des milliers… Pour un seul crash du à une erreur de pilotage ADE.

  3. Sahasrahla dit :

    De l’entraînement pour nos excellents pilotes, mais espérons que l’usure du matériel ne soit pas trop prononcée !

    • Muse dit :

      Si malheureusement ! Même les FAS laissent passer des particules abrasives. Plus les pales d’une voilure tournante sont très sensibles au phénomène : on peut devoir effectuer une changement de plumes en quelques courtes heures de vol… Et puis malgré l’aspirateur, les soufflette et les démontages, il suffit de faire un coup de G zéro pour en faire décoller un max…

  4. Stéphane Leroy dit :

    Le sable malien s’apparente à de la farine…
    Il est beaucoup plus fin que celui qu’on trouve par chez nous.
    Enfin, il est extrêmement sec.
    L’humidité certes relative de France (où que ce soit), l’alourdi et fait qu’il vole moins.
    On parle donc de posé poussière, et non pas de posé sable

  5. Bricoleur dit :

    On trouve depuis des années des radars de sécurité sur les voitures qui mesurent en permanence la distance entre 2 mobiles. Pour
    l’atterrissage de nuit ou dans les nuages de poussière, n’existe-t-il pas des radars qui pourraient donner à l’hélico la distance sol en décimètres en permanence ? La technologie existe. Cette absence est bien étonnante …

  6. Thierry dit :

    à mettre en parallèle avec un autre article :

    https://www.capital.fr/economie-politique/linquietant-taux-de-disponibilite-de-nos-helicopteres-militaires-1343800

    le taux de disponibilité des motos chez les jihadistes étant infiniment supérieur, les hélicos ne sont pas en train de gagner, ce serait même un boulet de plus parmi tant d’autres. c’est pas de forces spéciale dont manque Barkhane mais de mécaniciens…

    l’ultralibéralisme fascisé tendance réduction des coûts est bien plus mal organisé que les fondamentalistes qui savent tirer le meilleurs parti de ressources bien plus faible, c’est un fait.

    • Mat49 dit :

      @ Mon biquet où comment comparer des torchons djihadistes avec des serviettes françaises.

      Je te ferais à nouveau observer que vous êtes infoutu de battre quelque miettes d’armée exsangues dispersées dans le désert. Donc vos ressources ne sont visiblement pas exploitées au maximum ou vous n’en avez pas beaucoup.

    • blavan dit :

      L’ALAT des années 80 était la force qui au monde avait le plus de pilotes par appareil et le moins de mécaniciens. Je ne connais pas la situation actuelle, mais je pense que le nombre de mécaniciens doit être toujours le maillon faible de cette arme. Quand aux pièces détachées , il doit falloir comme avant cannibaliser un appareil pour en faire voler 5.

  7. KIZOBA KIA MUNTU dit :

    La France a le premier droit d’acheter ou de rejeter les ressources naturelles trouvés dans les pays francophones. Donc, même si les pays du CFA bénéficient de meilleurs prix sur le marché, ils ne peuvent pas vendre leurs ressources jusqu’à ce que la France déclare qu’elle n’a pas besoin des ressources.
    Dans les contrats gouvernementaux, les compagnies françaises sont prioritaires et ensuite seulement, les pays africains peuvent choisir d’autres entreprises étrangères. Les présidents de la zone CFA qui ont tentés de quitter le système ont subi une pression abominable de la part des présidents français. Dans les cas les plus extrêmes, cela s’est terminé par un Coup d’Etat organisé par la France.
    De ce fait, ces Etats africains sont des contribuables français et ils sont imposés à des taux exorbitants. Pourtant, les citoyens de ces pays ne sont pas considérés comme des français et ils n’ont accès à aucun des services qui sont financés par leurs taxes. On demande aux zones CFA de fournir des financements privés aux politiciens français pendant les élections en France.

    • Nike dit :

      Blabla…. discussions de comptoir. On n’est plus dans les années 70 depuis longtemps.

      Les politiques Africains devraient arrêter de taper dans la caisse pour s’occuper de leurs peuples.
      Si les djihadistes pullulent c’est parcequ’il n’y a pas d’écoles, que les instituteurs ne sont pas payés.
      La France a beau dos…

      Si Barkane existe c’est uniquement pour éviter une catastrophe humanitaire et éviter une émigration massive comme en Syrie.
      En cela Barkane a largement atteint son objectif.

  8. Lagaffe dit :

    Il est usant de constater le manque chronique, depuis plus de 10 ans maintenant, d’hélicoptères de manoeuvre et de combat. Un taux de disponibilité faible, aucun hélicoptère lourd, une absence totale de réserve… et on veut se préparer à la haute intensité, sérieusement ?

    • Tintouin dit :

      Oui. et au final, j’en tire la conclusion que combler ce trou capacitaire est considéré par les décideurs politiques (et militaires?) comme moins prioritaire que d’autres besoins (SNLE, Rafale, Griffon…).
      L’hélico n’a pas la cote.

  9. Paul Bismuth dit :

    L’absence d’hélicoptères lourds est injustifiable, la France avait pourtant les industriels qu’il fallait:
    https://mobile.twitter.com/ChrisleCajun1/status/1361977251613585409