Défense : « Il faudra un jour penser à un avion spatial », insiste Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

159 contributions

  1. Alain d dit :

    Etant donné l’énorme délai entre la pensée et la sortie d’usine, enfin quand l’idée se concrétise……….
    Bon alors, qui va délivrer l’autorisation de penser ?

  2. E-Faystos dit :

    Oui, Dassault possède des munitions incomparables face aux autres acteurs Européens
    https://youtu.be/OUoBWmLilPw
    .
    Notons que les Allemands auraient pu, mais avec des filières technologiques trop toxiques pour être pleinement employables:
    https://youtu.be/VMNPZl1Q0cE
    .
    Ah, la course aux armements…
    Je propose de rappeler les.ingénieurs au lieu de leur payer leurs retraites.
    Et en prime, interdiction « d’aider » les Chinois!

  3. PK dit :

    « s’il s’agit d’un drone spatial, un tel projet a récemment été évoqué par les députés Benjamin Griveaux »

    C’est sûr que du coté de la mise en orbite, il en connaît un rayon…

    • Protocole dit :

      En lisant le nom « Griveaux » Je me suis forcément dis que dans les commentaires, quelqu’un aurait attrapé la perche! Le premier gagnant est PK 🙂

  4. Lucy dit :

    « Ce qui fait la force d’un avion de combat, c’est d’être capable de détecter et de tirer en premier. Cela suppose d’être soi-même le plus discret possible et de voir plus loin que l’adversaire, notamment face à des défenses antiaériennes de plus en plus performantes. »
    En quoi est-ce que le Rafale lui permet de détecter et de tirer en premier tout en étant discret?

    • Anaxagore dit :

      Rafale discret dans une certaine mesure + radar + Meteor.

    • Huon le manchot dit :

      « détecter et de tirer en premier tout en étant discret? »
      AESA, Meteor, Spectra.

      De rien

    • E-Faystos dit :

      Chaîne de détection en amont reposant sur des AWACS.
      Capacité d’identification Optique 36 fois supérieure à un oeil humain.
      Missile METEOR à longue portée et grande énergie finale.
      Discrétion radar passive ( forme du nez, RAM, couches radio absorbante)
      Brouilleurs actifs (SPECTRA).
      Ce dernier point recevant des mises à jour régulières.

    • Ricko dit :

      @Lucy : Au hasard, sa suite électronique SPECTRA pour détecter les émissions radar ennemies et son optique en secteur frontal pour les pister en infra-rouge ? Non pas le radar car c’est pas « discret ».

      • Cricetus dit :

        Les radars AESA peuvent être considérés comme discret.

        • E-Faystos dit :

          Effectivement, leurs rayons sont plus concentrés et pour les intercepter, il faut être sur le chemin. Mais leur avantage premier, c’est de pouvoir changer très rapidement de fréquence d’émission et d’évoluer sur des gammes d’ondes plus vastes que les générations précédentes.
          A titre d’exemple, les Irbis des SU 27 se voyaient à des centaines de kilomètres et leur longueur d’onde rendait les protocoles Non Coopérative Reconnaissance Target assez efficaces.
          .
          Avec ses nouvelles technologies, c’est déjà plus compliqué à mettre en place, aussi assumer un tir missile sur une cible identifiée au doigt levé va recommencer à poser des cas de conscience.
          « On sait ce que c’est ?
          Non.
          Envoyez quelqu’un voir…

          • Cricetus dit :

            « Envoyez quelqu’un voir… »
            Et c’est bien là l’avantage de la furtivité et de la fusion de donnée

    • Carin dit :

      @Lucy
      Il faut demander aux pilotes de J10/20 chinois, qui ne passent plus la frontière indo/chinoise… parce que certains d’entre eux se sont retrouvés avec un rafale dans leurs 6heures sans l’avoir vu arriver!! Et les indiens en ont peu… imaginez lorsqu’ils en aligneront autant que les SU30MKI..

      • Paddybus dit :

        Intéressant, avez vous un site ou on peut trouver ce genre d’info, ou est-ce une info « perso » en étant proche du sujet…???

      • Nike dit :

        Bonjour, avez-vous des sources à ce sujet ? Un article Indien partager?

      • Cricetus dit :

        @Carin
        Une source vérifiable?

        • Carin dit :

          A tous ceux qui me demande..
          C’est juste que depuis l’arrivée des rafale en Inde, qui ont tout de suite étés chargés de la surveillance de cette frontière, les journaux indiens n’ont plus parlé des fréquentes incursions des chasseurs chinois….
          d’où ma réponse à @Lucy troll de chine.

          • Cricetus dit :

            Ah ; ce n’était donc qu’une hypothèse…
            Je vous en propose une autre : les Chinois n’envoient plus que des j-20 maintenant ; et ces derniers ne sont pas vus, pas pris…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Ce n’est pas le genre de réponses qu’on trouve sur le net

    • Captain Pif dit :

      Furtivité active. Liaison 16. Météor.

      • kolkot dit :

        il n’ a pas de furtivité active (cela s’appelle des contremesures), et qui reposent sur des ondes de même longueur mais décalées d’une phase qui sont émises par la suite de contremesures, or il serait bête de déclencher cette dernière s’il n y a pas de menaces étant donné qu’il n y a pas de menaces car si on le fait on devient plus repérable car on émet des ondes.

      • Cricetus dit :

        Les contres mesures du Rafales sont « discrètes » car elles concentrent leur émissions en direction de la cible du brouillage, ce qui évite dans une certaine mesure a un tiers de percevoir le brouillage. Mais la cible du brouillage sait qu’elle est brouillée. La furtivité active est elle un concept marketing.

    • Desty dit :

      Capteurs haut de gamme + guerre électronique. Merci Thalès ! 🙂

    • Qui ça ? dit :

      « Ce qui fait la force d’un avion de combat, c’est d’être capable de détecter et de tirer en premier. Cela suppose d’être soi-même le plus discret possible et de voir plus loin que l’adversaire, notamment face à des défenses antiaériennes de plus en plus performantes. »
      N’est-pas la description du pourtant tant décrié F-35 ??

    • EchoDelta dit :

      Ce qui fait la force d’un avion de combat c’est :
      1/ Pour le pilote de pouvoir monter n’importe quand pour n’importe quelle mission en toute confiance, donc d’être formé avec un volume d’heure suffisant sur l’avion, qui doit par conséquent avoir une bonne disponibilité lui et ses systèmes
      2/ que l’avion et le pilote soient en parfaite osmose sur ses vraies performances et soit capable de les rééditer n’importe ou n’importe quand à moindre frais
      3/ d’avoir la volonté politique de moucher l’adversaire avant que lui même soit en mesure de le faire, ou d’avoir la possibilité de le faire, et/ou d’obtenir l’ordre politique de sa chaine de commandement de le faire.
      4/ que cet avion s’insère dans un doctrine et un système d’arme maîtrisé par la chaine de commande et ses système (AWACS, PC, Troupes au sol etc)
      5/ Qu’il soit performant, rapide, discret et efficace dans la délivrance de l’armement
      6/ (et on l’oublie trop souvent) qu’il soit capable après tout cela de se défendre efficacement contre des adversaires potentiels non prévus, et de ramener l’équipage au bercail, donc d’être robuste dans l’encaissement des coups qu’il prendra inévitablement un jour ou l’autre.

  5. Le Breton dit :

    Il n’est pas trop tard pour y penser maintenant et mettre les croquis dans un coin…au cas où.

  6. Buburoi dit :

    Eric Trappier doit se concentrer sur le démonstrateur du SCAF, et il doit attendre que les allemands paient leur part. Macron parle très bien, mais il n’a rien obtenu de madame la chancelière. Peut ètre que Macron peut mettre un milliard tout de suite pour que Dassault construise le démonstrateur du SCAF.

  7. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ En novembre 2018, Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation, avait évoqué l’intérêt qu’il portait à un « avion spatial », lors d’une conférence donnée devant l’association des Centraliens. ]

    On va bien nous ressortir la navette  » HERMES  » ;0)
    Avec une photo de Leurzigues  » Chaban  » et Baudis devant la maquette en prime …. ( Hahahaha ! )
    Il faut noter que ce concept et son utilisation militaire – par Dassault™ – est apparu dans  » Science &Vie  » dés les années 50 . Mon lycée avait des archives qui dataient de cette époque et au cours des années 80 je les consultais pendant les heures de permanence ! Quelle époque épique ..

    Cit : [ Côté soviétique, il était question de développer le MiG-105 « Spiral ». Si ce dernier est allé un peu plus loin que son concurrent d’outre-Atlantique, il connut un sort identique. ]

    Anigrand ™ et une marque Russe de maquettes plastiques spécialisée dans les engins spatiaux en proposent une boiboite !

    Cit : [ ils avaient proposé de profiter du plan de relance de l’économie pour doter l’armée de l’Air & de l’Espace de « navettes spatiales du type X-37B américain. » ]

    C’est vrai que dans un pays qui n’est pas foutu de développer son propre vaccin contre le COVID-19 c’est une priorité … ;0)

    • Momo dit :

      Je ne sais pas de quel pays tu es mais il n’y a aucun doute que chez toi il n’y a ni vaccin ni aeronautique.
      Tout s’explique.

    • Marenostrum dit :

      « C’est vrai que dans un pays qui n’est pas foutu de développer son propre vaccin contre le COVID-19 c’est une priorité … ;0) »

      Faux, Valneva, une Biotech française
      a développé un vaccin avec des fonds… du RU !
      Par ailleurs il y a pléthores d’autres sociétés françaises sur le coup avec des technologies différentes dont certaines assez innovantes. Par exemple la société nantaise Ose Immunotherapeutics travaille sur un vaccin qui viserait non seulement la Covid-19 et ses variants mais aussi d’autres virus de la famille des Coronavirus ce qui lui conférerait une meilleure efficacité…

      Il n’y a pas que Pasteur et Sanofi en France, heureusement. Cependant nous avons trois soucis majeurs :

      – On a trop peu le goût pour le risque en France et on mise trop souvent sur les grands groupes qui n’ont parfois pas la souplesse d’une petite boîte au niveau de l’innovation et des marchés de niche.

      – On manque de fonds d’investissement pour offrir les fonds de roulements nécessaires à tout plein de sociétés innovantes (c’est en train de changer, la France est désormais le second plus gros incubateur de start up en Europe derrière le RU… mais on revient de loin)

      – Le public et le privée ne travaillent pas assez ensemble en France un point sur lequel on pourrait s’inspirer de nos voisins allemands. En effet purquoi Pasteur va chercher une petite boîte autrichienne qui s’est fait racheté par Merck ? Il y a tant de talents en France.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Faux, Valneva, une Biotech française
        a développé un vaccin avec des fonds… du RU !]

        Ben justement ! C’est plus urgent que le planeur spatial , non ?

        Ps : C’était juste un peu de  » whataboutism  » pour les  » experts  » – ils se reconnaitront – qui « conseillent » à tel ou tel état de s’occuper de leur population plutôt que de s’armer … On pourrait aussi citer l’Inde en ce moment avec ses agriculteurs ! ;0)

      • Françoise dit :

        Un des problèmes majeurs en France est là :
        https://institutdeslibertes.org/faire-part-de-naissance-dune-nouvelle-administration-et-covid-19/
        Il y a trop de commissions.

      • Bernard Hamon dit :

        Bonjour Marenostrum
        Effectivement,on peut se demander à quoi sert la BPI, à part fournir aux « copains » des places au chaud et grassement payées.Tant qu’on aura aux manettes des « haut »-fonctionnaires frileux qui gèrent leur carrière,on n’est pas prêts de développer nos start-up innovantes.
        Mollo !je tiens à ma place !

  8. Momo dit :

    Normal qu’ E Trappier prêche pour sa paroisse, il doit faire tourner son bureau d’études, pérenniser les compétences et les faire progresser en pointe. Normal aussi que les ministères qui sont ses clients soient sollicités pour cela et qu’ils gardent les enveloppes nécessaires pour cela, pas seulement pour faire plaisir à Dassault mais aussi pour préparer l’avenir par les ‘produits’ et le maintien du avoir au meilleur niveau.
    Le problème restant la taille de l’enveloppe, et les risques classiques en découlant: arbitrages faits par les ‘compteurs de haricots’ ainsi que dans la même veine la recherche d’alliances plus ou moins probables qui vont par construction brider systématiquement les axes de recherche identifiés en amont.
    Il y a trop de programmes qui en sont les exemples mais n’en déplaisent à beaucoup la France est à ce jour un des rares pays à avoir tenu le cap malgré le passage de ministres et présidents dont certains ont été au mieux médiocres.
    Quand je me compare je me console!

  9. floco dit :

    On laisse tomber le SCAF. A la place on développe le rafale sixième génération, (c’est dans nos moyens .. financiers et techniques) et dans le même temps on attaque le vaisseau spatiale . Comme le précise Mr. Trappier E. 15 à 20 ans de délais…. il ne faut pas tarder… et ne pas louper le rendez-vous avec ce qui va déterminer être une certaine suprématie dans le domaine de l’air et de l’espace..

    • kolkot dit :

      le rafale ne sera pas une solution eternelle hh « le rafale sixième génération »

  10. Lagaffe dit :

    L’Agence Spatiale Européenne a aussi le projet de drone spatial Space Rider, pourquoi ne pas envisager une coopération Dassault et ASE, on a pas les moyens de financer deux projets séparés de toute façon !
    http://www.opex360.com/2020/12/13/lagence-spatiale-europeenne-a-donne-son-feu-vert-au-projet-de-drone-orbital-space-rider/

    • protocole dit :

      On a toujours les moyens de nos ambitions. Suffit d’avoir la volonté. En commençant par doubler le budget de la défense.

  11. Loufi dit :

    Si on attend de nos énarques une vision long terme et une prise de risque, on peut tjrs attendre…

    • R2D2 dit :

      c’est faux: ils ont une vision à long terme.. pour leur carrières. Pour le reste par contre…

  12. papy dit :

    J’ai déjà la nom il est en archive « HERMES ».

  13. Clavier dit :

    Bonne nouvelle: on abandonne le SCAF inutile avec le Rafale F5 et on se lance dans la science fiction…!

  14. Constant dit :

    Un avion spatial ?
    Oui, mais en 2080.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Un avion spatial ?
      Oui, mais en 2080. ]

      Vous devez confondre avec le drone solaire Indien  » Infinity  » ! ;0)
      Il devait voler dans 6 mois depuis 2017 , mais certainement qu’en 2080 dans le cadre du programme  » Atmanirbhar Bharat  » il volera avec 100 % des composants indigènes  » Made in India  » et seulement 60 % de composants importés …. :0)

      https://www.thedefensepost.com/2021/02/05/india-solar-drone-infinity/

  15. jp dit :

    je suis d’accord, il faut faire un done spatial pour limiter les attaques sur nos satellites pendant des longues périodes.

  16. lxm dit :

    Honnêtement, je rêvais plus jeune que ce soit la France qui développe quasiment seule des programmes comme ceux de blue origin ou de spacex, et crée sa propre base spatiale, sa propre base lunaire, et des colonies sur les lunes de jupiter. Quand on constate le pognon de dingue claqué pour sauver « des banques » ou continuellement les grosses multinationales dès qu’elles se plantent ou pour prendre en charge des étrangers venus sans nous demander l’autorisation, parce qu’on a perdu la capacité de fabriquer de l’argent à cause de l’euro, de l’UE, je déteste ce qu’est devenu mon pays, il est contrôlé par les nihilistes qui pensent que tout se vaut et considèrent l’argent non comme un moyen de gestion mais une fin en soi et abaissent toute la grandeur humaine pour le transformer en con-sommateur avide de pubs, ce pognon ne va plus vers ceux qui inventent et produisent, ceux qui manient intelligence volonté et altruisme et qui sont réellement utile pour la progression de notre pays, et notre espèce. On apprend dans les livres d’histoire qu’il y a 70000 ans, l’humanité a failli disparaitre à cause d’un volcanisme exacerbé, menace à ranger entre les pandémies et les météores. Mais on fait quoi de réel pour avancer et évincer le risque qu’on évalue et découvre à fur et à mesure ? Il nous faut de « vrais » dirigeants.

    • Green dit :

      Vous pouvez toujours regarder the Expanse pour vous consoler 🙂

      • Desty dit :

        C’est vrai que c’est une très bonne série, très réussie. Vivement la fusion nucléaire !

      • Momo dit :

        Pas mal au début the expanse en bouquins mais j’en peux plus de la pub du café et de la promo lgbt. Et bien sur le méchant est qui vous savez. Ca doit faire vendre aux us…
        Il faut savoir dire stop

        • Green dit :

          c’est parce que c’est dans le futur, les gens sont devenus tolérants et moins bornés voyez vous. Evidemment c’est une fiction!

    • tschok dit :

      @lxm,

      Je partage les mêmes rêves, mais pourquoi vous tombez direct dans la connerie monétaire qui agace?

      « parce qu’on a perdu la capacité de fabriquer de l’argent à cause de l’euro »

      Nan, nan, nan, c’est pénible. Combien de fois il faudra vous expliquer que c’est justement le contraire.

      Bon, essayons de poser une toute petite chose: la création monétaire, qui est un mécanisme qui existe depuis en gros le Moyen-Âge, est devenue depuis la crise financière de 2008 un objet idéologique. Donc, les gens qui sont portés sur l’idéologisation des questions politiques et économiques ont la fâcheuse tendance à essayer de comprendre ce phénomène un peu bizarre à travers la propagande de leurs sites internet de prédilection.

      Vous avez ainsi des sites de la gauche radicale ou de l’extrême gauche qui vous expliquent la création monétaire d’une certaine façon et des sites d’extrême droite qui vous l’expliquent d’une autre façon. Le point commun entre ces deux courants idéologiques, c’est qu’ils vous disent tous qu’avant 1973 la France pouvait librement créer de la monnaie et qu’après, elle ne l’a plus pu. Surtout depuis le passage à l’euro.

      Dans la réalité, c’est plus compliqué que ça et c’est surtout faux, puisque depuis le passage à l’euro et encore plus depuis 2008, on a intensifié la création monétaire qui a pris en Europe des allures américaines. C’est un des grands phénomènes économiques marquants du début de ce siècle en Europe, pour tout vous dire.

      Pourtant, une multitude d’internautes reste bloquée sur l’idée « qu’on a perdu la capacité de fabriquer de l’argent à cause de l’euro » et ils le répètent servilement, bêtement, sans s’interroger sur l’origine de l’idée (qui leur a mis cette idée dans la tête, dans quel contexte idéologique, dans quel but, etc) ni s’interroger un quart de seconde sur la question de savoir si elle est vraie ou fausse, alors que la création monétaire par la BCE, entre autres, est l’un des sujets du moment, l’un des sujets les plus médiatisés, et dont il est loisible à chacun d’entre nous de prendre connaissance pourvu qu’il soit un minimum curieux de la chose économique.

      Ce qui m’amène à m’interroger sur la persistance d’une idée fausse dans l’esprit de mes contemporains, alors que la réalité la plus palpable leur hurle le contraire. Cela reste une énigme à mes yeux.

      Bon, maintenant, cette énigme cognitive peut très bien s’expliquer: vous avez des gens qui sont bouchés à l’émeri et vous en faites peut-être partie. Ils ont un truc dans la tête, c’est verrouillé, le ciment a pris, il n’y a plus rien à faire. L’expression courante en français pour décrire cet état de la conscience c’est « être bouché à l’émeri »:

      https://www.expressio.fr/expressions/etre-bouche-a-l-emeri

    • oryzons dit :

      Il n’y a pas besoin de faire de l’euro une monnaie de singe.

      Juste d’arrêter le délire de l’augmentation permanente des dépenses sociales.
      https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-la-france-plus-que-jamais-championne-des-depenses-sociales-1269608

      De simplement redescendre à un niveau « normal » comme par exemple au hasard la Suède, et on économise 210 milliards / an. Oui 210 milliards / an. Pas pour se mettre au niveau d’un pays ultra libéral où règne le chacun pour soit. Non pour être au niveau de la Suède !
      Si on descend au niveau des Pays-Bas autre pays connu pour son sous développement et ses prestations sociales moisie (joke inside, je précise pour certains) on passe à 480 milliards / an d’économies.

      Donc la question c’est juste : quand est-ce qu’on arrête le délire de dépenses sociales folles pour se remettre à investir massivement dans notre économie ?
      Et quand est-ce que l’on arrête de partir du principe que la CGT + LFI + PC ont un pouvoir de décision plus important dans la politique économique de la France que tout le reste du pays réuni ?

      C’est juste un choix.
      Quand on choisi de ruiner son industrie à coup de 35h et de taxes pour financer des RTT et des prestations sociales, on ne s’étonne pas ensuite de la ruine industrielle du pays.

  17. NRJ dit :

    Voici sans doute un programme sur lequel se jouera notre capacité à nous imposer dans l’espace. Mais ce programme ne sera en rien gratuit. Ce n’est donc pas le moment de nous lancer dans des programmes inutiles comme un char de combat avant le MGCS.

    • philbeau dit :

      NRJ , le comptable référent sur ce site …On aimerait vous entendre plus intraitable sur des dépenses de l’état dispendieuses , comme l’actualité en a fait l’écho largement il y a peu . Entre autres la gabegie des dépenses de la Sécu , et des retraites versées à l’étranger à des fantômes . P’t ête ben qu’on trouverait subitement de quoi faire un char , voir un avion spatial dites donc !!..

      • NRJ dit :

        @philbeau
        Je regrette tout comme vous les excès qui ont lieu en France. Mais il s’avère que la France a une dette astronomique (et il faudra bien la rembourser, même si ça ne fait pas plaisir. Je le regrette amèrement mais rien n’est gratuit ici-bas…) et un déficit représentant 3% de son PIB soit plus de 80 milliards par an.

        Du coup, je pense effectivement qu’on ne doit pas faire peser sur la Défense les réductions budgétaires. Mais ce n’est pas une raison pour investir 10% du PIB dans ce ministère. À 2% du PIB dans la Défense, la France a un budget équilibré face aux menaces et à la situation internationale. Je n’ai d’ailleurs pas inventé ce chiffre de 2%, c’est celui de l’OTAN. Et pour rappel on investissait 3% de notre PIB dans la Défense pendant la guerre froide, alors qu’on avait la conscription et un ennemi fixé. Aujourd’hui on n’a ni conscription ni d’ennemi réel (on a plutôt des menaces comme la Turquie ou la Russie. Mais le risque est bien moins élevé que pendant les années 80).

        Il y a également l’aspect souveraineté technologique a prendre en compte. La souveraineté n’est plus strictement militaire et géographique, elle est aujourd’hui technologique. Dit simplement à quoi nous serviraient nos missiles nucléaires si nos voitures électriques connectées de demain ont des logiciels américains et des batteries chinoises ?

        Il faut donc investir dans la souveraineté technologique (énergie, batterie, espace militaire et civil, IA, processeurs, quantique éventuellement, etc). Ce sont des investissements également énormes pour lequel la France seule ne peut pas faire plus que pour le SCAF (par exemple la France n’investit que 200 millions d’euros par an dans l’IA contre 10 milliards pour la Chine et les USA). Quoi qu’on fasse on sera trop faible tout seul. Mais si on a des marges de manœuvre budgétaire, on peut peser dans des coopérations avec d’autres. Or pour avoir des marges budgétaires il faut des moyens. Et les milliards qu’on investit pour la Défense et le SCAF en particulier ne seront pas investi autre part.

        Tout ça pour dire ceci: le budget n’augmentera sans doute pas et la France n’aurait pas intérêt à le voir augmenter (sauf grave détérioration de la situation internationale dans notre environnement proche, type attaque de la Russie). Donc il faut se débrouiller avec notre budget actuel pour y faire tenir tous les programmes dont le SCAF et, à terme peut-être, cet avion spatial.

        • EBM dit :

          @ NRJ Je comprends mal comment vous pouvez approuver un chiffre de budget de la défense à 2% sans fixer une stratégie. Car à défaut pourquoi ne pas réduire notre armée à une Bundeswehr bis (une petite vitrine de notre industrei sans capacités opérationnelles) si nous ne combattons personne nulle part, cela fera faire des économies et personne ne nous dira rien. Car après tout qui respecte vraiment les 2% hors pension dans l’OTAN, pas grand monde.

          « le budget n’augmentera sans doute pas » heu… sauf qu’il augmente contrairement à ce que vous croyez, de 1,7 milliards pour cette année même (http://www.opex360.com/2020/09/28/comme-attendu-le-budget-des-armees-augmentera-de-17-milliard-deuros-en-2021/). Avec les hausses prévues, si rien ne bouge, nous allons dépasser les 2% en 2022 après les avoir atteint en 2021 du fait de la récession de 2020 qui a fait baissé le PIB.

          • NRJ dit :

            @EBM
            La stratégie est simple: il s’agit d’avoir une armée dimensionnée pour monter en puissance et pour avoir la capacité de réagir en cas de dégradation de la situation internationale. C’est la stratégie de l’Otan, et je pense qu’elle est adaptée à la France.

            Il y a certains pays qui respectent les 2% du PIB : tout au moins l’Angleterre, la Pologne, la Grèce, les pays Baltes. l’Allemagne elle s’en approche, en passant a 53 milliards soit 1,56% de son PIB.

            Le budget français va augmenter, bien sûr. Mais entre la dissuasion nucléaire qui coûte plus cher et surtout les salaires, qui sont parmi les plus bas d’Europe (25% de moins que les salaires allemands…), rendant l’armée peu attractive et qu’il faudra tôt ou tard remonter (et les ressources humaines ça coûte un pognon de dingues comme disait notre bon président…), Les dépenses liées au matériel n’augmenteront pas de sensiblement. J’en doute, du moins.

          • EBM dit :

            @ NRJ « il s’agit d’avoir une armée dimensionnée pour monter en puissance et pour avoir la capacité de réagir en cas de dégradation de la situation internationale. » Deux choses:
            (i) ce n’est pas une stratégie ce que vous décrivez c’est un ratio financier pour influer sur l’organisation des forces. L’organisation des forces découle de la stratégie, par exemple sous la guerre froide stratégie défensive face à l’URSS donc armée de conscription défensive. Sinon on définit un modèle d’armée sans savoir pourquoi.
            (ii) Pour faire ce que vous décrivez il faudrait des moyens financiers qui sont hors de porté à mon sens, au delà de la trajectoire de la LPM en tout cas. Car cela suppose beaucoup de cadres, des réserves et des stock de matériel. Actuellement nos forces sont sous encadrées, ont une réserve famélique et pas de stocks.

            0,44% du pib allemand avant d’arriver au 2%, pas une petite somme. Et ça fait peu de pays par rapport au total des membres.

            La hausse des dépenses est notamment portée par la hausse des dépenses de matériels pour renouveler les SNLE. Donc à voir après la revoyure.

          • NRJ dit :

            @EBM
            « ce n’est pas une stratégie ce que vous décrivez c’est un ratio financier pour influer sur l’organisation des forces. ». Bien sûr. Effectivement le budget dépend de l’organisation des forces qui dépend elle-même de la stratégie. Mais l’inverse est également vrai. Dit simplement, on ne peut avoir la stratégie des USA avec un pays comme la France. On n’a tout simplement pas les moyens.

            Du coup il faut trouver un équilibre, on n’irait pas dépenser 10% du PIB pour faire face aux pickups rouillés au fond du désert malien. Face aux menaces que l’on a actuellement, qui sont les mêmes que l’OTAN, 2% seront suffisants. C’est en tout cas ce qu’estime l’OTAN et ça paraît justifié.

            L’armée française est dans le top 5 à 8 mondial (dépendant des paramètres que l’on considère). Je pense que si notre armée n’est pas capable de résister à un ennemi le temps de permettre cette remontée en puissance (comprenant la production industrielle et la mobilisation de recrues), c’est qu’il n’y a pas un problème de budget mais de compétences. Et aucun budget ne peut compenser l’incompétence.

            Après le budget a commencé à augmenter il y a à peine 3 ans. Ce n’est pas suffisant pour avoir des stocks remplis aujourd’hui. Faut laisser un peu de temps. Mais une question simple : qu’elle armée a les stocks pour un conflit de haute intensité ?

          • NRJ dit :

            Et quelle armée parmi ces dernières aurions nous à combattre ?

      • tschok dit :

        @Philbeau,

        C’est le discours de la manne providentielle: on nous dit qu’on n’a pas assez de pognon pour faire x, mais c’est faux car il existe des ressources cachées (la manne providentielle) constituées de y (là commence une longue liste mais en gros on y trouve la fraude fiscale, l’évasion fiscale, l’optimisation fiscale et l’ensemble des fraudes sociales qui sont imputées aux étrangers, le budget de certains ministères que les réacs ont dans le pif, comme la culture ou l’éducation et puis les dépenses sociales).

        Et grâce à cette manne providentielle, on va enfin pouvoir réaliser notre rêve.

        Mais le gouvernement est con, il ne sait pas que cette manne existe, ou bien il est traitre à la nation et ne veut pas l’utiliser, parce qu’il est méchant ou vendu à l’étranger ou aux européistes.

        Et à chaque fois, les gens raisonnables essayent d’expliquer que cette manne providentielle n’existe que comme élément du discours politique et que d’un point de vue comptable, elle ne représente pas une ressource liquide, pour diverses raisons.

        Mais ça, c’est un discours de comptable, or on déteste les comptables qui sont jugés complices des politiques qui nous mentent. Donc, on continue à invoquer la manne providentielle, tels des prêtres de l’antiquité, les bras levés vers le ciel, face au soleil, le dos à la foule des fidèles électrisés, en prononçant des incantations véhémentes.

        Et le pognon ne tombe toujours pas…

        Eh merde!

        • NRJ dit :

          @tschok
          100% d’accord. Ce genre de chiffre n’est mentionné que pour un but de manipulation des masses naïves.

        • oryzons dit :

          La manne est pourtant là :
          https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-la-france-plus-que-jamais-championne-des-depenses-sociales-1269608

          Nous dépensons 32% du PIB en prestations sociales.
          L’Allemagne et la Suède 25%.
          Les Pays-bas 16 %.

          Mais vous avez raison.
          Le plus important ce n’est pas d’investir dans son économie, ses industries clés, les technologies de pointe, de retenir la matière grise avec des programmes de Recherche appliquée ambitieux.
          Non le plus important c’est de faire croire que la France est un pays qui n’est pas assez sociale.
          Pour encore en augmenter la ponction sur la richesse du pays, et financer la paix sociale d’une immigration qui n’est pas là pour s’intégrer et apporter des compétences, mais pour se victimiser et revendiquer toujours plus en en faisant toujours moins, et s’inventer des discours où la désobéissance civile est moralement une bonne chose, où les policiers et l’Etat sont des racistes, où l’école doit abaisser le niveau de manière continue pour qu’il n’y ait pas de décrochage de certains, où la violence et les agressions verbale se banalisent.
          Mais bien sûr, continuons à proclamer que ce n’est pas un choix de société. Que c’est comme ça, que l’on ne peut rien y faire.

          Par ailleurs je vous informe que la comptabilité vous dit juste l’état de vos comptes. Pas comment organiser votre entreprise. Ni s’il faut investir.
          Je ne reprocherai jamais à un comptable une société en situation de faillite, mais à ses dirigeants de prendre des mauvaises décisions, comme par exemple de sabrer de manière permanente ses investissements et sa R&D pour éviter une restructuration de ses effectifs et licencier ceux qui ne servent à rien. Je lui reprocherai d’avoir une politique qui fait fuir les meilleurs pour embaucher des incapables.
          Dire que les comptes ne mentent pas, cela ne sert à rien.
          La question c’est pourquoi les comptes sont mauvais, et qu’est ce qu’il faut changer pour qu’ils redeviennent bons.

          Vous, vous propagez un autre mythe, celui de l’impuissance à agir, à décider, celui du déclin inéluctable.
          Celui qui veut que la France doive se soumettre à un destin de tiers mondialisation parce que c’est comme ça, c’est l’Europe, c’est la mondialisation, on y peut rien, il faut accepter de devenir un pays complaisant au lieu d’être exigeants, un pays de violence émotionnelle, verbale et in fine physique au lieu d’un pays cartésien, un pays communautarisé au lieu d’un pays universaliste, un pays de dictats religieux au lieu d’un pays laïc, un pays de victimes, de revendications au lieu de solutions, un pays d’allocations au lieu d’un pays d’innovations.

          Vous avez raison, le mieux c’est de continuer sur la même trajectoire que celle choisie depuis 40 ans. Elle nous réussie tellement bien…

    • PK dit :

      Vous progressez : au lieu de dire qu’on n’a pas les moyens financiers, vous flinguez un autre projet important pour que la France puisse se concentrer sur un autre.

      Ça aurait pu être crédible… venant d’un autre.

      • NRJ dit :

        @PK
        C’est parfaitement en rapport. Si on économise des moyens financiers sur un programme, ça donne a budget égal une marge de manœuvre pour investir dans un autre. Ici un avion spatial.

        • Math dit :

          Bonne idée. Attaquons donc les dépenses par les retraites des centenaires basés dans des pays tiers et présumés en vie. On ne peut qu’être d’accord sur ce sujet. Comme on parle de plusieurs dizaines de millards d’euros par an, tout le monde conviendra qu’il s’agit d’une priorité.
          Il est quand même invraisemblable que l’on paye des retraites aussi longues pour des ouvriers dont on a ni empreintes digitales ni connaissance et dont les homologues français sont morts depuis 30 ans.
          On pourrait parler de sécurité sociale également, ce serait de bon ton pour comprendre où part notre argent.
          Qu’en pensez-vous?
          Les rapports de la cour des comptes se succèdent sans le moindre effet pour le moment.

          • PK dit :

            Là, je suis d’accord 😉

          • NRJ dit :

            @Math
            On est d’accord pour arrêter ces abus. Par contre je suis en désaccord sur les « dizaines de milliards par an »pour une raison simple : la totalité des retraites que l’on file dans des pays étrangers se chiffre à 6,5 milliards. Par ailleurs le fait de chiffrer quelque chose qui est par nature illégal m’a toujours amusé. Mais ça a l’avantage de manipuler toute personne un peu naïve.

            Ce que j’en pense, c’est que quoi qu’on fasse il y aura toujours une proportion d’abus. Il faut évidemment le combattre mais il y en aura toujours. Par ailleurs je ne considère pas que ce soit à l’armée de prendre des réductions budgétaires. Par contre je suis également opposé à lui augmenter son budget a l’infini (voir plus haut ma réponse à @philbeau). L’armée est au service de l’Etat, pas l’inverse.

    • oryzons dit :

      Les programmes inutiles c’est le MGCS et l’Eurodrone.

      • NRJ dit :

        @oryzons
        Et on fera comment pour protéger les soldats lorsqu’on les enverra se balader en zone urbaine ? Les combats en Syrie, Irak, Yemen, Ukraine, etc devraient mettre la puce à l’oreille : les chars n’ont pas fini leur carrière. Ils n’évolueront peut-être pas sous la forme de MBT, mais on en aura quand même besoin d’avoir des machines mobiles, bien protégées, et bien armées.

        Je suis plutôt d’accord sur l’Eurodrone. Autant ça avait du sens il y a même 10 ans. Autant on s’aperçoit aujourd’hui que les drones Male ne sont plus un secteur d’avenir et de souveraineté. Après ça restera utile dans les conflits asymétriques.

        • oryzons dit :

          Lorsqu’on les enverra se balader en zone urbaine on n’enverra certainement pas un char de 70t qui coûte la peau des fesses et sera un cauchemar logistique.
          On enverra une évolution du Jaguar et des drones.

          Les chars lourds nous n’en avons pas eu besoin depuis la WWII, nous n’en avons pas besoin maintenant et pour un horizon prédictif d’au moins 10 ans et nous n’en aurons en fait jamais besoin.
          A part pour les moyens de projections hors normes US les chars lourds ne servent que pour des conflits frontaliers, tout autre emploi est suicidaire en terme de coûts / logistique.
          Comme je ne pense pas que nous allons faire la guerre à nos voisins à coup de colonnes de blindés lourds le MGCS ne nous servira à rien.
          Tout ce qui est autour, combat réseau, capteurs, drones, missiles, radios logicielles etc… On regarde déjà de notre côté et nous n’avons pas besoin des allemands pour cela.

          Les allemands vont vouloir faire un char surdimensionné pour facturer un maximum en espérant que les clients Léopards 2 repassent à la caisse.
          Bonne chance à eux.
          Nous nous avons besoin de faire de l’efficace et du déployable, pour de vrai, pas juste sur un salon.

          Je ne reviens pas sur l’Eurodrone qui est une farce allemande.
          Si on va au bout on lui trouvera néanmoins une utilité contrairement au char lourd.
          Ce qui ne signifie pas que les 7 Mds que va nous couter ce bidule (s’il n’y a pas de dérapages…) ne seraient pas mieux employé dans un drone bien plus adapté aux environnements contestés à prévoir notamment en MEDOR.

          Punaise elle nous coûte chère cette alliance germanique.
          Tout cela pour un « symbole » que la merveilleuse AKK a déjà maintes et maintes fois torpillé avec un aplomb délirant se permettant de reprendre de volée notre Président. Rien que cela aurait du provoqué une situation de quasi crise diplomatique.
          Bref.

          • NRJ dit :

            @oryzons
            « Lorsqu’on les enverra se balader en zone urbaine on n’enverra certainement pas un char de 70t qui coûte la peau des fesses et sera un cauchemar logistique. ». En soit, Israël n’hésite pas à envoyer des Merkava de 70t dans les intifadas. Cela nécessite vraisemblablement une grosse logistique derrière, mais ils le font quand même. Ce n’est peut-être pas par hasard.

            « Les chars lourds nous n’en avons pas eu besoin depuis la WWII, nous n’en avons pas besoin maintenant et pour un horizon prédictif d’au moins 10 ans et nous n’en aurons en fait jamais besoin. » On les a utilisé (de manière abusive, j’admets) au Kosovo. Surtout, les américains en ont eu besoin en Irak. En zone urbaine, il est (très) compliqué d’éviter la menace, par conséquent il faut du lourd pour pouvoir l’encaisser. Ce n’est pas par hasard que la Turquie a déployé ses Leopard en Syrie, les EAU et l’Arabie Saoudite au Yemen, l’armée syrienne dans ses rues, et l’Ukraine au Donbass. Du coup, affirmer que nous n’en aurons jamais besoin…. me paraît pour le moins exagéré. Même les canadiens ont utilisé des Leopard en Afghanistan. Quant à l’armée française, il faut se rappeler que notre dernier conflit en zone urbaine était au Kosovo. Or, depuis, 80% des guerres se sont déroulées en zone urbaine et on n’y a participé à aucune (je néglige les quelques FS envoyés à Mossoul face à l’EI). C’est une chance d’avoir pu éviter de participer à des conflits urbains, mais penser que cette chance va durer éternellement est pour le moins optimiste.

            Après, ça ne veut pas dire qu’il faut un blindé de 80t. Hensoldt a d’ailleurs fait une vidéo récemment : https://www.youtube.com/watch?v=Jmk2VrFEd1c&feature=youtu.be. Ils pensent plutôt faire une plateforme capable de s’adapter et d’emporter des armements diversifiés (canon, roquettes, drones, laser etc), à la manière de l’Armata russe. Ca paraît plus cohérent avec nos besoins, ne pensez-vous pas ?

            « ce bidule (s’il n’y a pas de dérapages…) ne seraient pas mieux employé dans un drone bien plus adapté aux environnements contestés à prévoir notamment en MEDOR. ». Si on doit envahir la Lybie, on passera forcément par du combat urbain, ne vous y trompez pas. Et si on y combat la Turquie, on sera peut-être même amené à revoir des batailles de char. Après, si on se limite à la seule mer, on n’a pas besoin d’armée de terre, notre marine et aviation suffirait.

            « A part pour les moyens de projections hors normes US les chars lourds ne servent que pour des conflits frontaliers, tout autre emploi est suicidaire en terme de coûts / logistique. ». Ah bah pourtant on a déjà déployé des Leclerc au Kosovo, les EAU en ont déployé (par la mer) à un Yémen qui n’est pas voisin, et les russes en ont déployé en Syrie. Quand il faut déployer, on le fait. Il ne faut pas sous-estimer l’aspect logistique, mais il ne faut pas le surestimer non plus.

            « Tout cela pour un « symbole » que la merveilleuse AKK a déjà maintes et maintes fois torpillé avec un aplomb délirant se permettant de reprendre de volée notre Président ». Ne faites pas le simplet. L’Allemagne fait le MGCS et le SCAF pour des raisons très rationnelles. Dassault a déjà montré sa capacité à arrêter les programmes européens. S’ils ne l’ont pas fait, (c’est tout le contraire d’ailleurs, ils ont poussé Airbus aux dépends même de Thales dont ils ont pourtant des parts),c ‘est bien pour une raison.

          • Mat49 dit :

            « Les chars lourds nous n’en avons pas eu besoin depuis la WWII, nous n’en avons pas besoin maintenant et pour un horizon prédictif d’au moins 10 ans et nous n’en aurons en fait jamais besoin. » On les a utilisé (de manière abusive, j’admets) au Kosovo. Surtout, les américains en ont eu besoin en Irak. En zone urbaine, il est (très) compliqué d’éviter la menace, par conséquent il faut du lourd pour pouvoir l’encaisser. Ce n’est pas par hasard que la Turquie a déployé ses Leopard en Syrie, les EAU et l’Arabie Saoudite au Yemen, l’armée syrienne dans ses rues, et l’Ukraine au Donbass. Du coup, affirmer que nous n’en aurons jamais besoin…. me paraît pour le moins exagéré. Même les canadiens ont utilisé des Leopard en Afghanistan. Quant à l’armée française, il faut se rappeler que notre dernier conflit en zone urbaine était au Kosovo. Or, depuis, 80% des guerres se sont déroulées en zone urbaine et on n’y a participé à aucune (je néglige les quelques FS envoyés à Mossoul face à l’EI). C’est une chance d’avoir pu éviter de participer à des conflits urbains, mais penser que cette chance va durer éternellement est pour le moins optimiste. »

            @NRJ +1

            @Oryzons la prédiction à la guerre ça n’existe pas. En 2005 une prédiction à dix ans n’aurait pas prévu: la guerre Israël-Hezbollah; le Tchad; la Géorgie; la Syrie; l’Ukhraine; le Yémen; la Lybie et j’en passe.

            La seule question c’est MGCS ou autre chose.

          • oryzons dit :

            Vous répondez en permanence à côté.
            Vous êtes juste un troll qui anone le même discours.

            Je vous dis que les chars lourds ne sont déployables qu’en conflit frontalier et vous me remettez des exemples de conflits frontaliers.
            Ah non mon dieu ! Le Yemen est super loinnnnn des EAU. Et l’AS n’est pas du tout leader de la coalition, et pas du tout frontalière ni du Yemen ni des EAU.
            La mauvaise foi c’est comme une seconde nature chez vous ?

            Nous n’enverrons jamais, je dis bien jamais, une force massive de blindés lourd sur les théâtre où nous nous engagerons. Nous pourrons en envoyer une poignée pour y faire de la figuration et montrer les capacités de nos engins, mais c’est tout. D’un point de vue opérationnel seuls les US sont capable d’envisager l’emploi massif de blindés en les projetant dans des conflits non frontaliers.

            Quant aux desideratas de la BITD allemande je m’en cogne. Oui ils pensent à faire une tonne de véhicules lourds chenillés et équipés d’un moteur MTU. Super !
            Hors de prix à l’acquisition, hors de prix en maintenance, hors de prix en logistique de déploiement opérationnelle, impossible à aérotransporter.

            Pour quelqu’un qui passe son temps à dire que tous les projets français sont trop chers, vous devenez particulièrement complaisant avec le coût ridicule des projets sous direction allemande : Eurodrone, A400M, et donc concept allemands où il ne faut pas 1 char lourd, mais 4 !!!

            Je ne fais pas le « simplet », vous me prenez pour « un simplet » en détournant systématiquement mes propos. Quel est le rapport entre les provocations d’AKK directement dirigées contre Macron et votre réponse ? Aucune. Cela s’appelle noyer le poisson.

  18. LEONARD dit :

    Trappier sait qu’en matière aéro-spatiale, il faut semer les graines 15/20 ans à l’avance….pour éclore quand ses bureaux ‘étude auront fini de travailler sur le SCAF.
    En même temps, il se place face à Airbus Aerospace.

  19. Muse dit :

    Penser ça ne coûte pas cher !
    Mais le spatial n’a toujours pas trouvé d’intérêt pour de petits pays.

    • twouan dit :

      Je ne suis pas d accord.
      Il y a de plus en plus de lanceurs et de fournisseurs.

      Le spatial est a l aube d une grande mutation avec pleins d acteurs en orbite basse. Du micro au mini satellite, il y a plein d usage possible, militaire compris.

  20. Jean dit :

    Qu’il fasse d’abord le SCAF et termine le Neuron ! Encore un effet d’annonce !

    • Matou dit :

      Non, il a parfaitement raison au contraire. Le Neuron était un démonstrateur qui a tenu toutes ses promesses en matière d’enseignement. Valider certains points sans doute, en invalider d’autres, dont il faut tenir compte pour le drone de combat. Quant au SCAF, sans doute.
      Mais l’espace est un domaine clé. Pourquoi croyez vous que les chinois battent des records de lancement de fusée actuellement. Stratégiquement, ce n’est probablement pas pour diffuser de la radio musicale. Ne pas s’y intéresser et envisager des développements adéquates, c’est avoir une guerre de retard quand cela se présentera. Et avoir des guerres de retard ou être au milieu de la modernisation lorsque le conflit se produit, ça suffit car on sait où cela mène.
      On est face à la multiplication des domaines de combat (cyber et espace, assymétrie, social warfare comme l’appelle les anglo-saxons, etc). Il faut une doctrine et des moyens cohérents pour y répondre.

    • Bobo dit :

      Résumons par ordre des priorités; tous les Rafales au standard F4 (échéance 5-10 ans), le rééquipent en blindés (en cours), le nouveau Char européen qui va remplacer les Leclercq (échéance 15-20 ans), le nouveau porte avion (2038 dans 18 ans), le SCAF (échéance 15-20 ans), et maintenant l’avion spatial (échéance 15-20 ans). Et le tout avec des contingents externes qui gringottent le budget à chaque minute ??? Perso, j’ai du mal à croire à toutes ces annonces, on est dans de la propagande là ! C’est tout simplement impayable !

      • Thierry dit :

        dans l’état actuel des choses c’est clair, mais ça n’est pas l’état français qui parle, c’est Dassault déjà à la peine avec le successeur du rafale, cherchant des projets alternatif dans d’autres domaines…

        • Mat49 dit :

          @ Mon petit djihadiste à clavier, qui dénigre tant la france, si tu nous donnait les difficultés imputables à Dassault dans le SCAF nous serions curieux de les connaître. La bise et bonne embuscade.

        • Alpha dit :

          @Thierry
          « c’est Dassault déjà à la peine avec le successeur du rafale »
          Ah bon ? Dassault est à la peine avec le successeur du Rafale ???
          Développez un peu, pour voir…

      • Momo dit :

        Bobo le belge, fan de tschok, et de Du(p)ont avec un C, trois impayables du plats pays qui est le leur.

      • Matou dit :

        Ce n’est pas un effet d’annonce, c’est la réalité. Il faut séparer les variables: les besoins pour couvrir quels risques selon quel volume et quelle doctrine à quel horizon et le problème du budget pour y arriver. C’est aussi pour cela que le gouvernement poussent les partenariats européens, pour capter des financements selon une feuille de route extrêmement peuplée. Le problème à mon sens n’est pas de jouer européen mais de trop jouer la carte de l’Allemagne. Je pense que c’est une grave erreur. La France est expérimentée et solide sur le plan militaire et doctrinal. Elle doit trouver sa place de leader en Europe en ne mettant pas tous ses oeufs dans le même panier car cela lui coutera in fine beaucoup plus que cela ne lui rapportera, en particulier la fragilisation de sa BITD. Il faut se rapprocher de pays dont la doctrine est proche de la nôtre, pas l’Allemagne qui a une doctrine très éloignée et exige beaucoup trop. L’erreur de mon point de vue est là précisément. Le consortium Neuron devrait faire école de ce point de vue. Par ailleurs, travailler avec l’Allemagne affaiblira notre industrie ou l’empêchera de s’étendre là où au contraire nous avons besoin de la renforcer pour redevenir plus fort économiquement. Par ailleurs, n’oublions pas que les programmes de ce type sont aussi producteur de technologies duales qui accroissent les positions industrielles sur le civil. Donc il y aura du retour sur investissement.

      • NRJ dit :

        ajoutez le remplacement des SNLE aussi. On est effectivement dans la science-fiction.

    • R2D2 dit :

      le neuron est un proto et rien d’autre. Et qui a atteint ses objectifs. Quant au scaf cela bloque coté allemand, pas francais.

  21. Frédéric dit :

    Je propose ces appareils testés en combat en 2008 secrètement au dessus du Pacifique Sud et qui en 2009 on fait preuve de leur capacité du côté de Pluton https://youtu.be/xAD7xT4PvMQ

  22. Plusdepognon dit :

    Le projet civil peut servir pour le militaire :
    https://www.areion24.news/2020/02/25/le-drone-spatial-vecteur-operationnel-en-orbite%E2%80%89/

    À condition de surveiller mieux ce qu’il se trame :
    https://www.air-cosmos.com/article/second-chec-en-vol-pour-le-lanceur-europen-vega-23865

    Sinon, moins haut mais plus visible, les hélicoptères de « Mousquetaire » se feront voir dans le ch’nord :
    https://www.lavoixdunord.fr/931397/article/2021-02-06/l-armee-us-et-ses-helicopteres-debarquent-pour-six-semaines-l-aeroport-de-calais

    C’est pas si courant…

  23. Albatros24 dit :

    Le VEHRA de Dassault
    Petite navette spatiale en fait…
    https://www.youtube.com/watch?v=NAo6Tu_ame4

  24. F90 mbr dit :

    On est vraiment des toquards , je comprendrai jamais ce pays , déjà avec l’hermes, on avait foiré, on est juste bon à être soumis aux casques à pointe.

    • Momo dit :

      Le toquard c’est toi, pas de doute pour un commentaire aussi nul. Mais c’est bien que tu te reconnaisses.
      Adieu

    • Wagdoox dit :

      Oui alors hermès n’a pas été foiré, il a été sacrifié sur l’hôtel de l’euro. Les allemands voulaient pas dépenser d’argent là dessus. D’ailleurs un démonstrateur dronisé a été testé en 2015. Ce qui nous permet de faire vmax en moins de 3 ans. Mais tant qu’on a cette mentalité de « on peut rien faire sans les allemands » on ira droit dans le mur.

      • NRJ dit :

        @wagdoox
        Au fait par rapport au Rafale. Je ne l’avais pas noté, mais je n’ai jamais dit que le Rafale était mal fait ou que le programme était un échec. Je vous défie de trouver une citation de moi disant cela. J’ai toujours affirmé haut et fort que le Rafale était un très bon avion, et que le programme avait globalement tenu ses promesses, tant par les industriels avec un programme relativement bon marché, que par les politiques avec des commandes globalement assez bien respectées.

        Faut savoir lire un instant, avant de se faire des idées et d’accuser les autres. Vous n’êtes franchement pas sérieux.

        • Wagdoox dit :

          N’importe quel habitué du blog, sait donc ça sert à rien de mentir. Tu as tellement de fois accuse le rafale d’être trop cher, de dépassèrent de budget, d’avoir était à deux doigts de mourrir, d’être responsable des dettes, de l’annulation d’autres programmes et j’en passe. Et c’est moi qui suis pas sérieux, ça va la mémoire ?

          • NRJ dit :

            @Wagdoox
            « Tu as tellement de fois accuse le rafale d’être trop cher, de dépassèrent de budget, d’avoir était à deux doigts de mourrir, d’être responsable des dettes, de l’annulation d’autres programmes et j’en passe ». Oui bien sûr, j’ai toujours maintenu que le Rafale avait eu des surcoûts, qu’il avait vraisemblablement piqué le budget du Talarion, et qu’il était trop cher pour un pays comme le nôtre et qu’il nous a mené baux sociétés de projet. La mémoire va bien de ce côté là. Quel rapport avec le fait que le Rafale soit mal fait ou que le programme soit un succès ou un échec industriel ?

            Votre simplicité et la binarité de votre raisonnement m’étonne.

          • Wagdoox dit :

            NRJ
            Tu as toujours soutenu un ef contre le rafale. Mais tu viens faire de rond dans la piscine en expliquant que le problème du rafale c’est la France ?!
            Tu n’as aucune limite ! Demande toi pourquoi tu te fais insulter à longueur post ça t’étonnera moins.
            Un programme de 40 milliards sur 50 ans pour un pays qui produit plus de 2000 milliards chaque années c’est trop cher ? Et tu parles de raisonnement !

          • NRJ dit :

            @Wagdoox
            « Tu as toujours soutenu un ef contre le rafale » comment dirais-je ?? Non. C’est juste faux. Vous avez deux problèmes: le premier est que vous êtes simplet, incapable de suivre un raisonnement. Le deuxième, qui découle du premier : vous ne voyez que ce que vous voulez voir.

            Je ne défends pas l’Eurofighter. Je rappelle juste certains faits à ceux (dont vous faites peut-être partie) qui aiment bien caricaturer en mode « le Rafale c’est génial, l’Eurofighter c’est de la bouse ». Et là je réponds non.

            Par rapport à mon opinion sur le Rafale, je vous rassure tout de suite, j’ai volontairement rendues dires flou. Dites vous qu’il faut quelque fois affronter l’obscurité pour trouver la lumière.

            Du coup, je considère (et depuis 2015) que le Rafale est un programme réussi avec des promesses tenues (relativement, car c’est jamais 0 ou 1) par les industriels et l’État. Or le problème que j’y trouve n’est donc pas à trouver dans le programme, ou dans l’avion lui-même. Le problème que je trouve, c’est l’inflation du coût des avions de chasse auquel même le Rafale ne peut pas échapper. C’est cette inflation, due à des technologies qui évoluent, des missions plus ambitieuses etc. qui sont responsables des problèmes qu’a apporté le rafale. C’est un phénomène international et malheureusement on ne peut pas s’en détacher (sauf en abandonnant la course technologique, et là cela signifie a terme d’acheter américain ou d’avoir des avions obsolètes). Et la consequence de ce phénomène est simple: un pays comme la France n’a pas les moyens de se payer seul le développement et la fabrication d’une ligne d’avions de chasse. On l’a fait avec le Rafale en jouant au poker sur les exportations: soit c’était un succès à l’export et tout allait bien, soit ça ne l’était pas et on mettait la clé sous la porte. Le pari était raté au début, faisant de ce programme une catastrophe qui a plombé le Talarion et apporté les sociétés de projet. Et puis il a réussi de 2015, et le Rafale est devenu en quelques années un succès du genre : relativement bon marché efficace dans tous les domaines, et opérationnel.

            Donc le problème n’est pas le Rafale, que ce soit l’avion ou l’industrie derrière. Le problème est surtout qu’on l’a fait seul. Et c’est pour ça que je considère que ce serait une absurdité de faire son successeur en solo (qui lui-même coûtera beaucoup plus cher, car l’inflation du coût des avions de chasse ne s’est pas arrêtée depuis les années 80).

            « Un programme de 40 milliards sur 50 ans pour un pays qui produit plus de 2000 milliards chaque années c’est trop cher ? Et tu parles de raisonnement ! ». C’est cette phrase qui m’a confirmé que vous êtes simplet. Au cas où vous l’ignoriez, si le Rafale est la colonne vertébrale de l’armée française, il n’en qu’une infime composante: il n’est qu’un programme d’avion dans l’armée de l’air. Il faut y ajouter les avions de transport, de ravitaillement etc. Puis il faut ajouter l’armée de terre, car l’avion ne fera rien tout seul. Et puis la marine. Et puis il faut payer les hommes pour utiliser tout ça. Et puis il faut avoir la technologie, donc les personnes pour développer ces technologies (ça implique la formation de la maternelle aux ingénieurs). Et puis il faut les entreprises pour produire et filer de l’argent à l’Etat car l’argent n’est pas gratuit (sauf en période de Coronavirus, mais personne ne sait vraiment où on va) et puis et puis… Ça va très loin. Et on en arrive à une conclusion: ces 40 milliards coûtent cher qu’on le veuille ou non. Et pour le futur je peux vous dire qu’on peut faire le SCAF seul, mais cela impliquera de sacrifier la marine ou l’armée de terre. On avait évité de justesse avec le Rafale, cette fois-ci on n’y échappera pas.

        • Jaguar dit :

          @NRJ qualitativement oui mais 10 ans de retard pour entrer en service dans l’AA et sans que ce soit lié à Dassault, plus une assez forte réduction des commandes par l’état.

          • NRJ dit :

            @Jaguar
            Faut arrêter avec les « fortes réductions de commandes par l’État ». Les commandes de Rafale sont passées de 336 a 225, soit une réduction d’un tiers. Pour la comparaison, on a réduit de 1200 chars Leclerc à 400 et de 215 hélicoptères Tigre a 67.

            Le retard d’entrée de service a coûté un milliard. Ce n’est qu’une faible partie des surcoûts du programme dont le coût estimé est passé de 26 milliards en 2004 à 39, et enfin 43 milliards (malgré les réduction de commandes). Faut être honnête, tant l’État que les industriels ont fait des fautes. Mais, je le répète, ils ont chacun quand même relativement bien tenus leurs promesses.

        • Alpha dit :

          Euuuuuuh… @NRJ, vous, vous n’êtes franchement pas sérieux…
          Tout du moins, vos affirmations ci-dessus sont plutôt à nuancer…
          Allons, allons !…

          • NRJ dit :

            @Alpha
            « vos affirmations ci-dessus sont plutôt à nuancer… ». Comment dirais-je de ? Non. Ce sont mes opinions et je les connais. Donc je n’ai rien à nuancer.

            Je vous laisse regarder ma réponse à @Wagdoox juste au-dessus pour comprendre.

            Mais pour vous je rajoute une chose : si le programme a relativement bien tenu ses promesses, il n’en reste pas moins qu’il y a eu des surcoûts. Certes le coût global est resté relativement faible, mais ces surcoûts dont néanmoins REELS. Et ils ne se limitent pas a 4,7% contrairement à ce que vous pensez. Ce dernier chiffre est de la pure manipulation.

    • Matou dit :

      On est pas des toquards, bien au contraire. Le problème est cette sacro-sainte volonté de tout faire avec les allemands. Certains programmes oui mais pas tous les programmes majeurs. L’Allemagne est une concurrente industrielle qui cherche à s’étendre constamment, même si c’est à nos dépends. On peut comprendre qu’ils veulent le retour sur leurs investissements mais à nous de savoir faire preuve de stratégie. Les allemands sont peux sentimentaux. Notre gouvernement devrait cesser de ne parier que sur l’Allemagne. Il faut aller voir les autres pays. On est encore plus que respectables sur le plan militaire en Europe, profitons en. Il faut être au centre du jeu des programmes majeurs mais avec différents partenaires. Le point d’intersection doit être la France, ce serait logique eu égard à son rang et sa place sur le plan militaire et géostratégique. L’Allemagne ne s’inscrit que dans une logique économique vorace, même là aussi si on ne peut le lui reprocher. A nous de faire pareil que diable ! Il faut se battre.

      • NRJ dit :

        @Matou
        La France ne fait pas que parier sur l’Allemagne. On a fait des programmes en coopération avec l’Angleterre. Et ces programmes ne se sont pas tous très bien passés, que ce soit les frégates Horizon, les sous-marins nucléaire d’attaque, ou le deuxième porte-avion. Après on a quand même réussi à faire le Scalp avec eux, qui fut une bonne réussite.

        On a également coopéré avec l’Italie sur les FREMM mais, sans être un échec, ce fut loin d’être une réussite. Bref, se mettre d’accord n’a jamais été aisé. Malheureusement c’est quelque fois nécessaire.

        Mais effectivement, on n’a pas à être sentimental. J’espère franchement qu’on ne l’est pas à haut niveau.

        • Wagdoox dit :

          Les horizons oui.
          Les sous marins on a refusé dès le départ car nos sna devait être prête en 2013, les anglais bien après. Au final l’histoire aura été aussi sarcastique puisqu’on les remplace après les anglais. Sur le pa2 c’est une responsabilité purement fr, on a payé puis annulé. Les fremm ont été une catastrophe moins 10 millions de sauve en r&d 90% des pièces sont différentes, par contre on a bien gardé la config à double mât qui la rend obsolète (pas immédiatement mais devant un missile hyper le radar ne pourra rien).
          Le scalp a aussi été une connerie, sans on aura potentiellement eu un asmpc et on aurait une avance importante dans les missiles haut supersonique et en 2030 on aurait même pu imaginé de l’hyper. J’exagère un peu le scalp a une meilleure portée et une charge militaire plus importante que l’asmpc. Et il a donné entière satisfaction (sauf 2 cas où il a pas explosé et un ou il est refusé de fonctionne au départ, largage en mer) mais quand même.
          Le cas du rpas est une illustration du sentimentalisme en haut, un drone pas armé, le moteur pas forcément européen, qui coûte la peau des f… c’est pas du tout ce que l’on recherchait (il a des aspects positif, bon emport, insertion dans le trafic aérie) mais une fois de plus c’est pas ce qu’on cherchait. Le traffic aérien dans le Sahel …

          • oryzons dit :

            Encore une fois on ne VEUT pas tirer les leçons du Rafale vs EF.
            On est dans l’idéologie que si l’on ne fait pas avec les autres ce ne sera pas financièrement viable.
            C’est littéralement de l’idéologie car aucuns faits concrets ne vient appuyer cela.

            Le Scalp on a renoncé à notre vision pour faire plaisir aux britanniques : la partie industrielle de leur côté ne sait pas faire donc soit on fait seul ce que l’on veut faire, soit on fait avec eux un missile qui reste intéressant mais qui n’est pas ce que l’on voulait et pouvait faire.

            Pour la suite c’est pareil les anglais vont à tous les coups vouloir la même chose en mieux donc un Scalp ++ avec une portée augmentée alors que nous allons vouloir du supersonique (voire hyper) manœuvrant.

            Question : est-ce que l’idéologie sacrifice des intérêts nationaux sur l’autel de la coopération prévaudra encore ?

            Je le répète même les coopérations qui auraient pu être réussies ne l’ont pas été car tout simplement à partir du moment où les autres savent qu’on finira « par lâcher » quoiqu’il arrive nous nous retrouvons systématiquement avec des arbitrages idiots, faisant fi de nos compétences.

    • Green dit :

      parle pour toi l’ami. va donc pleurnicher hein

  25. petitjean dit :

    L’espace est notre avenir
    un peu de technique
    https://www.fromspacewithlove.com/fr/sabre-engine-fr/

  26. JM24 dit :

    Il faut reprendre tous nos programme, il faut se créé l’Europe Latine de corporation de la Défense, France, Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Belgique, et y rentré la Grèce.
    Le Naval marche trais bien FR et IT.
    Les future corvette EPC, avec 3 version des le départ et libre de l’équipement.
    Alors pour le future avion SCAF, en Dasseau, Léonardo, BEA
    En c’ette Europe Latine on peur fair tous nos future armement

    • Rambo des bacs à sable dit :

      L’alliance latine est notre alliance naturelle mais nos zélites préfèrent les dollars. Par contre, les flamands et les suisses allemands n’en voudront jamais, et ils sont plus nombreux que les francophones donc faudra décrocher la Wallonie pour qu’elle réintègre son espace linguistique naturel dont elle n’aurait jamais dû être séparée de la mère patrie, c’est tout à fait jouable car les Flamands n’attendent qu’une chose, prendre leur envol loin de ces « rats francophones » wallon (sérieusement, c’est comme ça que l’extrême droite flamande appelle les francophones). Pour les Romands et les Tessinois, il faudra attendre une rupture avec les suisses allemands, c’est jouable aussi, des tensions surviennent à intervalles réguliers mais pour le moment c’est assez calme. Pour la Grèce, je suis plus circonspect, ce pays a beaucoup plus de liens avec les pays orthodoxes, la méditerranée orientale et les balkans bien sûr. Promis un jour j’apprendrai à faire des paragraphes.

    • PK dit :

      +1. Non seulement de l’armement, mais en faire une puissance méditerranéenne influente.

    • Wagdoox dit :

      La naval marche très bien ?! C’est une blague ? Les italiens chassent sur nos marchés dans ce domaines, on vient de rompre la ventre de chantiers de l’Atlantique avec eux mais tout va bien ?
      L’epc est un programme secondaire encore très flou et déjà avec 3 versions différentes. Encore un bâtiment avec 80% de pièces différentes d’un pays à l’autre. Ceci dit les demandes sont simple donc le programme devrait quand même être un succès.
      Indra qui s’occupe du spectra du ngf, ça vous choque pas vous ?!

      • oryzons dit :

        Le lavage de cerveau « on ne PEUT pas faire nous-mêmes, il FAUT faire avec d’autres quoiqu’il en coûte, quoique nous devions sacrifier » a encore frappé !
        Si l’on sort d’une alliance bancale c’est visiblement pour en faire une autre !

        Tous les programmes que nous voulons faire, nous pouvons les faire seuls, industriellement, technologiquement et financièrement.
        Alors ? N’importe qui d’autres ferait ce qui est logique : je réunis mes industriel, je définis mes besoins, et c’est parti.
        Alors ? Alors, non. Il FAUT faire avec un/des autres !
        S’en est désespérant !

      • tschok dit :

        @Wagdoox,

        Non, ça ne me choque pas plus que ça, parce qu’ils ne vont pas s’occuper de tout le spectra non plus.

  27. ULYSSE dit :

    Pour une fois qu’un décideur ne se contente pas de faire du suivisme et propose une perspective d’avenir, beaucoup le condamne. Si la France veut retrouver une place a l’avant garde de l’innovation , c’est le genre de projets ambitieux qu’il faut soutenir.
    A ceux qui crient a l’irrealisme, j evoquerais le nom d’Elon Musk…15 ou 20 ans,c’est le délai de mise en service du SCAF. Une manière de dire aux autorités q’ il ne faut pas se tromper de priorités ou d objectifs sur les caractéristiques du SCAF? Ou encore de dire laissons a la coopération européenne un projet conventionnel et pilotons en France le vrai projet porteur.

    • tschok dit :

      Ce qui m’étonne, c’est son apparente modestie:

      « « Si on manoeuvre dans l’espace, Dassault a une brique par ses compétences à apporter à quelque maître d’oeuvre que ce soit. »

      Il ne parle que d’une brique à apporter à un programme dont Dassault ne serait pas le maître d’oeuvre…

      Mais c’était en 2018. Il y a longtemps, donc.

      En février de cette année, il parle carrément d’avion spatial (donc plus d’une seule petite brique de compétences liée à la manoeuvre). Mais il n’a rien dit sur l’endroit où il comptait placer Dassault par rapport à la maîtrise d’oeuvre d’un éventuel programme d’avion spatial. Je suppose le plus près possible du sommet.

  28. robin darbin dit :

    Les systèmes de défense antimissiles deviennent de plus en plus efficaces en particuliers contre les missiles balistiques. Ces systèmes reposent sur des constellations de satellites d’observation voire sur des satellites armées dans un futur proche. L’art de la guerre aérienne au XXI siècle suppose donc d’étude de tout vecteur capable de supprimer ces menaces et de priver l’ennemi de ses capacités d’observation.

  29. Fred dit :

    Dassault est aussi partenaire de l’IXV (Intermediate eXperimental Vehicle), un drone spatial expérimental, au départ français (CNES), puis rattaché à l’agence européenne (ESA).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Intermediate_eXperimental_Vehicle

    La suite de l’IXV : le Space Rider, un drone spatial opérationnel.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Space_Rider
    https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-europe-va-avoir-navette-spatiale-57148/

  30. Expert dit :

    Dassault fait son lobbying pour un x37 à la française…Bon quand Dassault saura expliquer à quoi cela sert vraiment et en quoi ces missions « secrètes ne peuvent être menées par des satellites…
    De plus Dassault se positionne sur des compétences perdues depuis Hermès… si on veut faire un avion spatial il faut aller voir du côté ceux qui maîtrise déjà la rentrée atmosphérique et les matériaux qui vont avec…ils font déjà cela dans le balistique

  31. Gribeauval dit :

    Dassault peut toujours parader, les compétences pour réaliser un tel appareil se sont complètement évaporées. Les ingénieurs Dassault qui travaillaient sur le projet HERMES dans les années 80 sont désormais à la retraite ou en fin de carrière. Pour ceux qui occupent encore des postes techniques, ils n’ont plus fait de spatial depuis 30 ans au moins. Donc à bien des égards, Dassault n’a plus les moyens de réaliser un ambitieux avion spatial. Il ne faut pas se laisser leurrer par le projet Verha, qui est essentiellement un avant-projet très ‘amont’, une d’étude de faisabilité… et surtout de belles images 3D… On peut déplorer cette absence de compétences, et critiquer le manque de vision de nos gouvernements… mais à qui la faute ? Dassault, qui n’a jamais développé de projets spatiaux sur fonds propres, et n’a travaillé que sur financement public pour des résultats mitigés, serait exempt de toute critique ?
    À vous de juger…

    • vrai_chasseur dit :

      @gribeauval
      Dans le projet européen de démonstrateur IXV, Dassault est l’industriel responsable des données aérodynamiques, thermodynamiques et des expérimentations en vol.
      L’IXV visait à démontrer la maitrise de la phase délicate de ré-entrée orbitale avec contrôle aérodynamique actif. Succès au premier vol. C’est pas si mal. Car cela autorise les industriels (dont Thales Alenia Space et Herakles, aujourd’hui Safran Ceramics) à avancer maintenant sur le Space Rider, son successeur opérationnel, un démonstrateur beaucoup plus proche … d’un avion spatial, avec atterrissage sur piste en dur.
      Eric Trappier n’a pas l’habitude de faire des annonces sur des sujets que Dassault ne maitrise pas un minimum …

      • tschok dit :

        C’est aussi mon sentiment.Ca lui donne plus de poids quand il fait des annonces qui sont réellement des bluffs.

        Donc, entre 2018 et maintenant, la différence c’est l’essai réussi de ré-entrée orbitale avec contrôle aérodynamique actif (donc manoeuvre)?

        C’est pour ça que maintenant il parle de façon plus relax d’un avion spatial et plus seulement d’une brique de compétences?

    • Momo dit :

      Bon, ben puisque que tu le proposes: tu est complètement out, finito benito hiro hito, le B25 est encore trop pointu pour toi.
      Et tu as raison, Bloch n’a jamais réussi de bons avions, il faut que Marcel rende l’argent.
      Cocu, battu, tu complètes la suite…

    • philbeau dit :

      Z’êtes amusant vous ! 🙂 Vous n’avez jamais entendu parler de la NASA par exemple , agence d’état s’il en est…Donc le petit Dassault devrait , avec ses économies , nous sortir une navette spatiale , cadeau pour l’Etat francais , qui sait si bien dilapider l’argent des contribuables dans une gabegie « sociale » hors de contrôle , au sens propre car personne n’est capable de l’expliquer ?

    • James dit :

      Vous oubliez le CRV puis le IXV

    • PK dit :

      Raison de plus pour se plonger dessus et acquérir les compétences.

      • oryzons dit :

        Mais non !
        Surtout pas !

        Vous n’avez pas compris ?
        Nous les français nous sommes des incapables, et c’est la nouvelle mode des racistes notoires, pardon systémiques, aussi.
        Alors l’argent de l’Etat prélevé sur le dos de ces mêmes français ne DOIT pas aller dans des projets ambitieux, qui coûtent bien trop cher et dont nous sommes de toutes façons pas foutu de réussir.
        Non il faut le donner à tous les revendicataires victimistes de tous poils qui pullulent à qui mieux mieux.
        C’est ça qu’il faut faire.

    • Fred dit :

      @ Expert @ Gribeauval

      Non : CF. IXV et Space Rider, dont Dassault est partenaire.

  32. Thierry dit :

    La navette spatiale américaine était avant tout un planeur qui puisait son carburant dans le gros réservoir et les booster, avait des capacités de déplacement très limité dans l’espace en mode autonome.

    Hors un véritable avion spatial qui n’a pas besoin d’un autre avion ou d’un réservoir pour le propulser n’existe toujours pas et aurait sans doute une taille énorme en fonction de la technologie actuelle.

    cependant il y a quand même une différence, une fois dans l’espace l’appareil flotte tout seul en l’air même sans propulsion alors que dans l’atmosphère il faut du carburant pour rester en l’air, et cet engin existe déjà ça s’appelle un satellite;

    Pour moi le concept gagnant c’est un (ou plusieurs) drones propulsé dans l’espace par une fusée, ils restent en sommeil en orbitant autour de la terre et ne s’activent à une mission que sur commande depuis la terre, il possède de l’énergie et des armes que pour un nombre limité d’intervention, après c’est fini.

    C’est un peu le concept du satellite armé de missile de l’époque Reagan mais sous forme plus manoeuvrante et plus souple d’emploi de drone.

    • Twouan dit :

      100% d accord et encore même pas besoin « d arme », une carcasse epaisse profilée et des gouvernes.

    • tschok dit :

      Il y a un traité qui interdit l’emport d’armement pour tout truc, machin ou bidule en orbite autour de la Terre (le traité de l’espace de 1966).

      Le rompre revient à déclencher la course aux armements dans l’espace.

      Donc, prendre la décision de le faire suppose que vous avez les moyens de la gagner et de pérenniser cette victoire. Sinon, vous ne le faites pas.

      Nous, on est plutôt dans une phase de rattrapage de notre retard par rapport à des rivaux américains, russes ou chinois qui sont encore devant nous pour l’instant et sans doute pour longtemps encore.

      Dans une telle situation, je suggère de ne rien faire qui pourrait les convaincre de forcer l’allure et de nous laisser définitivement sur place. Pas tout de suite. On attend d’atteindre une certaine parité avant de tenter le gambit.

      Mais à un moment ou un autre, il y aura des armes dans l’espace.

      • tschok dit :

        Erratum: le traité de 66 ne porte que sur les armes nucléaires et de destruction massive, mais cela ne change pas fondamentalement la donne: mettre de l’armement sur un orbiter quelconque lance la course à la militarisation offensive de l’espace.

        Elle aura lieu un jour où l’autre, donc il faut bien choisir le moment.

  33. Alpha dit :

    Dassault est parfaitement légitime pour parler d’un avion spatial, et ils en on les compétences…
    Ils ont travaillé sur le programme HERMES du CNES-ESA, et beaucoup l’ignorent, mais ils on aussi participé au projet CRV X-38 de la NASA, définissant même le design de ce démonstrateur.
    Enfin avec VEHRA, c’est toute une famille de suborbitaux qui est étudiée (VEHRA « Light » (10 t), VEHRA « Medium » (30 t), VEHRA « Heavy » (200 t) et VEHRA habité).
    A noter également la participation de Dassault dans le IXV (Intermediate eXperimental Vehicle), programme de l’ESA quia volé en 2015…
    Et qui a entendu parler de SOAR S3 ? Du MLA (Mini-Lanceur aéroporté), lancé depuis Rafale ?
    Bref, visiblement, et à travers tous ces exemples, il apparait que cette société est mondialement reconnue pour son savoir faire et ses compétences dans le domaine spatial, quoiqu’en disent certains qui ne voient Dassault que de loin…
    Tiens, détail à noter, tous ces projets/programmes sont hypersoniques…
    Bref, pour l’avenir, que ce soit pour un avion spatial ou pour certaines technologies applicables à … SCAF/NGF (!!!) , Dassault est loin de partir d’une feuille blanche… Et puis, si Trappier propose, c’est qu’il peut… 😉

  34. Raymond75 dit :

    « Il faudrait un jour penser à … « , mais on y a déjà pensé !!! En 1975 :

    « Hermès est un projet de navette spatiale européenne abandonné en 1992. Envisagé à partir de 1975 par le Centre national d’études spatiales français (CNES) et repris par l’Agence spatiale européenne (ESA) en 1985, Hermès devait être lancé par une fusée Ariane 5 et desservir la station autonome européenne Columbus MTFF.  »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Herm%C3%A8s_(navette_spatiale)

    Projet abandonné sans raisons majeure par des comptables.

  35. breer dit :

    Pour l’instant y penser suffit, à moins qu’il y ait urgence.. pour les ultras nantis en tous cas, car le prix du voyage risque d’être ultra gratiné également…

  36. Rambo des bacs à sable dit :

    Le premier qui dominera l’espace, dominera le monde. C’est tellement évident que je me demande pourquoi on investi pas en masse là dedans, trop tôt peut être, où la techno n’est pas encore là, je veux dire à prix « raisonnable ».

  37. basstemp dit :

    Cela me parait une évidence ! Nous avons besoin d’une véritable politique spatiale en France (et en Europe) qui pourrait en parallèle d’autres réformes (j’y viens et ça va saigner de cingleries cinglantes … Et je le dis déja illico ça sera un Frexit sanglant et sans pitié pour ma part !) redresser je pense notre pays et repartir vers une ré-industrialisation forte vers l’aéronautique et le spatial liés

    Et a ce niveau la, je suis un pro « navette spatiale » et je trouve d’ailleurs dommage que l’ESA après avoir étudié le dossier du Dream Chaser en ait abandonné l’idée comme si cette navette n’était qu’une visite d’un couple d’ouvriers allant rêver quelques instants dans une boutique de luxe pour au final bien évidemment ne rien acheter … (car mentalement coincés dans un mental d’ouvriers qui n’ont pas les moyens ou ne se donnent pas CES MOYENS …) car c’était ce que faisait l’UE il y a quelques années :

    Une réflexion de l’ESA pour adopter le Dream Chaser + une petite étude pour son adaptation sur Ariane 5 (et c’était largement a notre portée !) , mais hélas … Non, ce n’était qu’un rêve d’ouvrier dans une boutique de luxe comme je le dis déja + haut … Alors que techniquement (et financièrement) tout était a notre portée et ce même pour une véritable version habitée ! Ariane 5 étant déja un lanceur développé pour être « man rated » soit qui est capable de s’adapter a un véritable vol habité en termes de flux de vibrations, de supports a implémenter pour un habitat respirable « sur » et de possibilités pour une éjection d’urgence de la navette en cas de défaut critique du lanceur pour qu’elle n’ait pas de dégats et que la survie des humains dedans soit garantie ect ect ect (bref du « man rated » quoi)

    Pis bah voila, nous nous sommes finalement pris au jeu de SpaceX en nous laissant comme des idiots guider vers le terrain ou ils voulaient qu’on aille pour que les USA aient une possibilité de saper notre spatial européen en nous imposant une course tête baissée dans le guidon ou l’ont court après la Falcon9 sans réfléchir et sans prendre en compte ce qui fait aujourd’hui sa position ultra-optimisée dans les tarifs bas compétitifs …

    Car oui nous sommes bien tombés dans leur piège qu’ils nous ont tendu ! Nous nous sommes persuadés que la F9 était devenue ultra-compétitive sur des considérations techniques comme l’impression 3D de pièces moteurs compliquées (devenues peu couteuses par rapport a leur moulage et assemblage classique …) , un corps lanceurs + fin en épaisseur et surtout, surtout : Le piège du lanceur ré-utilisable … Et tout cela a eu une conséquence que nous n’avons pas encore compris combien elle sera amère :

    Le fait que cela ait précipité dans l’urgence et l’aveuglement, Ariane 6 ! Et nous y avons injecté des milliards pour rien ! (6 milliards d’euros de frais directs injectés par la France, super hein !) tout en imposant qu’on les rattrape dans le domaine du lanceur ré-utilisable et donc , imposant qu’on soit déja sur le développement d’un successeur a A6 … Pour que nous aussi passions au lanceur ré-utilisable après avoir dépensé une fortune dans un lanceur qui ne l’est pas -__-

    Alors qu’en réalité, ce que le débat ne dit pas autour de SpaceX, c’est que leur prix ultra-compétitifs n’ont quasi rien a voir avec le fait que le lanceur est ré-utilisable et qu’il accumule même des étages dont certains ont été utilisé 4x donc vu comme « super fiable » , pas + avec le fait que le lanceur dispose d’un moteur avec des pièces imprimées 3D simplifiées … Ou encore de l’évolution de l’épaisseur de la tole ect …

    Non, nous nous sommes fait avoir comme des bleus par un lanceur qui est avant tout : Ultra-subventionné de part les contrats signés par SpaceX pour ravitailler l’ISS en automatique d’abord (capsules Cygnus) via le contrat COTS puis par les contrats signés pour amener les astronautes US en sécurité sur l’ISS (capsules Dragon) par les contrats CCdev ou il apparait si on y regarde bien qu’en gros : SpaceX remporte le double des couts engagés sur chaque capsules tirées , en gros pour un tir a 150 millions de $ de couts, SpaceX touche environ 300 millions

    Ce qui leur permet de répercuter tout ce pognon sur la facturation réelle de F9 et l’amenant donc a un niveau de compétitivité mortelle que ce soit avec A5 ou A6 : Nous ne sommes pas près de pouvoir lutter sur le long termes dans ces conditions ! Et le pire, c’est qu’ils ont encore pas mal de marge de manoeuvre s’ils le désirent … Car ils ont engagé de gros frais sur le « Starship » et le futur lanceur géant qui sera lié avec ! Ce qui veut dire que si SpaceX devait renoncer a construire son Starship en réel + son lanceur, qu’ils pourraient alors facturer encore + bas F9 en conséquences !

    Et nous, on a foncé tête baissée dans A6 qui ne nous permettra pas de réellement nous aligner, au mieux résister un peu pendant quelques temps …

    Alors qu’on aurait très bien pu se contenter d’argent injecté pour A6, pour simplement améliorer encore A5 et lui octroyer un vrai moteur ré-allumable voir une capacité potentielle a pouvoir lancer 2 satellites sur des orbites assez différentes en lui rajoutant de la capacité en masse d’ergols bien que cela n’aurait il est vrai pas forcément permis d’associer n’importe quelles orbites ciblées j’en conviens bien

    Et se reposer sur Soyuz pour disposer d’un lanceur pas cher pour du mono-sat ! Et continuer a poncer au maximum A5 qui pouvait très bien évoluer encore et encore car A5 aurait été parfaite pour le Dream Chaser

  38. aramis dit :

    Compte tenu de ce qui se passe sur le SCAF je me demandais si cette annonce n’était pas quelque chose comme un avertissement donné à Macron de ne pas céder aux numéros de pleurniche des allemands. Et aussi un avertissement aux allemands d’avoir à lever le pied dans leurs réclamations en leur indiquant que Dassault peut se passer d’eux et pas l’inverse.

    • Fred dit :

      @ Bruno Lalouette

      Tourisme spatial ?

      Juste pour monter un peu haut pendant 10mn, gerber dans un sac et commencer à percevoir un peu la courbure terrestre. Woaw, vraiment du fric à jeter par les fenêtres, alors qu’il y a des gens qui dorment dans les rues chez nous, et d’autres qui meurent – au sens littéral – de faim dans le monde. Et comme s’il n’y avait pas de réchauffement climatique, on va cramer des tonnes de kérosène pour les quelques minutes affligeantes d’une poignée d’affameurs nantis.

      C’est immonde, à gerber.

      • Félix GARCIA dit :

        « C’est immonde, à gerber. »

        Oui et non.
        Oui pour cet aspect là :
        « on va cramer des tonnes de kérosène pour les quelques minutes affligeantes d’une poignée d’affameurs nantis. »
        Et non, parce-que les avancées techniques, « c’est bien ».

        Voili voilou …
        Je ne faisais que passer ! ^^

  39. Ml dit :

    Ça laisse rêveur, mais en même temps nous sommes le pays ou l’on présente en prime-time
    la voiture électrique française, qui pour faire tourner son moteur, tire une remorque avec un groupe électrogène au fioul,
    puis le rafale n’est qu’un avion de 4 eme génération arrêtez de fantasmer dessus !

  40. Félix GARCIA dit :

    On the Poincaré Algebra in a Complex
    Space-Time Manifold
    Nathalie Debergh, Gilles D’Agostini, Jean-Pierre Petit
    https://www.jp-petit.org/papers/2021-Debergh-Petit-Dagostini.pdf

    Bigravity: a bimetric model of the Universe with variable constants, including VSL (variable speed of light)
    Jean-Pierre Petit and Gilles d’Agostini
    International Meeting on Variational Techniques. Le Mont-Dore (France). arXiv:0803.1362.

    « A bimetric model of the Universe. Interpretation of the cosmic acceleration. In early time a symmetry breaking goes with a variable speed of light era, explaining the homogeneity of the early Universe. The c(R) law is derived from a generalized gauge process evolution »
    11th international conference on Physical Interpretations of Relativity Theory (PIRT XI), Imperial College, London.

    Voilà, peut-être qu’avec ce modèle de bi-gravité et de constantes de la physique variables, on peut faire quelque chose.

    Théories d’une vitesse de lumière variable
    « Des théories de la variation de la vitesse de la lumière ont été proposées indépendamment par Jean-Pierre Petit en 1988 puis John Moffat en 1992 et popularisées par le duo Andreas Albrecht et João Magueijo en 1998 pour expliquer le problème de l’horizon en cosmologie et proposer ainsi une alternative à l’inflation cosmique.

    Dans le modèle de Petit, la variation de c accompagne la variation conjointe de toutes les constantes physiques combinées aux changements de facteurs d’échelle dans l’espace-temps pour que toutes les mesures et équations de ces constantes demeurent inchangées au cours de l’évolution de l’Univers. Les équations de champs d’Einstein demeurent invariantes sous la variation conjointe de c et G dans la constante d’Einstein. Selon ce modèle, l’horizon cosmologique varie comme le facteur d’échelle, ce qui explique l’homogénéité observée pour l’univers primitif. Par la suite, Jean-Pierre Petit a modifié son modèle, restreignant la variation des constantes dans les hautes densités énergétiques de l’Univers à ses débuts, où l’entropie peut être utilisée comme variable chronologique avec une métrique conformément plate. Bien que ces travaux soient les premiers dans le domaine, et les seuls encore aujourd’hui[réf. nécessaire] à fournir une loi de variation conjointe des constantes au fil du temps[pas clair], ils furent peu cités dans ce qui fut ultérieurement publié sur la théorie VSL[pertinence contestée].

    L’idée de John Moffat et du duo Albrecht-Magueijo est que la lumière se soit déplacée jusqu’à 10 plus vite au début de l’univers, laissant le temps aux régions distantes de l’Univers en expansion d’interagir entre elles.  »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ories_d%27une_vitesse_de_lumi%C3%A8re_variable

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  41. LEONARD dit :

    En fait, il manque un verbe à la phrase de E.Trappier.
    Complète, ça donne ça:
    Il faudra un jour penser à FINANCER un avion spatial.

    • vrai_chasseur dit :

      @LEONARD
      Il est financé (par les italiens).
      Trappier s’adresse au gouvernement français et il manque le vous aussi :
      il faudra un jour penser VOUS AUSSI à un avion spatial…

  42. ALAN dit :

    Je pense qu’il faut continuer à optimiser et développer le Rafale jusqu’au maximum du possible… en qualité et en quantité.
    Et pour le SCAF, qu’il soit LE système transitionnel futur : aérien avec extension spatiale. Cela veut dire prendre le temps nécessaire à son développement afin de construire un produit qui ne soit pas obsolète au moment de sa mise en service. Tout va tellement vite en la matière.

  43. ruffa dit :

    Et les missiles sous les ailes et pas en soute !!
    Très marrant pour la furtivité …
    Le SCAF c’est du polystyrène pour le moment ! Au fait tu est toujours représentant pour Dassault ??
    Ça doit bien être payé pour une petite PME !