Thales fournira à l’Otan une solution de « cloud militarisé et déployable »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

50 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Mes respects !

  2. Bobo dit :

    Ouille, ouille, vu l’amour de la mère patrie pour l’OTAN,…. je crains le pire, on risque d’avoir des programmes en état de mort cérébrale ! Et pour la Turquie, qu’est ce qui est prévu :-)))

  3. Schwarzwald dit :

    Il va falloir faire attention à la machine enigma …

  4. Yonic dit :

    Ouais enfin Thales… Microsoft surtout ! c’est un produit Azure customisé… Avec du produit oracle pour la couche sécurité, racheté, bref, on sait pas faire, on achète… et on revend !
    Des commerçants quoi, des boutiquiers aurait dit le général !

    • Félix GARCIA dit :

      « Microsoft surtout ! c’est un produit Azure customisé…  »
      Le même produit que celui dont il a été dit qu’il fut atteint par « la méga cyberattaque » récente sur les U.S.A. ?
      Ah …

    • oryzons dit :

      Bien sûr Thalès ne fait rien du tout.
      D’ailleurs c’est trop facile, ils n’ont même pas prévu de faire travailler quelqu’un dessus.

      On se demande pourquoi ils sont là et pourquoi ils signent le contrat.

      Microsoft et Thalès se sont alliés pour des raisons bien précises d’un point de vue technologiques, commerciales et politiques.
      Microsoft est un leader du cloud civil mais un nouveau dans le secteur de la défense, du moins à ce niveau de responsabilités.
      Politiquement, c’est US / UE compatible donc la promesse de gagner des deux côtés de l’Atlantique.
      Technologiquement les deux de complètent, et Thalès connait bien les attentes et exigences des militaires.
      https://www.cloudpro.co.uk/cloud-essentials/hybrid-cloud/7530/microsoft-azure-stack-underpins-thales-military-nexium-defence

      Suite à cela Microsoft a gagné l’appel d’offres du Pentagone au nez et à la barbe d’Amazon qui ne s’en est toujours pas remis.
      https://www.google.com/amp/s/www.theverge.com/platform/amp/2020/9/4/21423312/pentagon-microsoft-jedi-amazon-trump-defense-contract-cloud-bezos
      Et Thalès gagne sur l’OTAN.
      Et si Thalès gagne sur l’OTAN autant dire qu’il vont être incontournables pour toutes les armées européennes.

      Microsoft et Thalès viennent en un an de quasiment s’arroger le cloud des armées occidentales !

      • Félix GARCIA dit :

        Merci pour cet explication !

      • Tintouin dit :

        un détail: Thales s’écrit sans accent sur le « e ».

      • yonic dit :

        « Jean-Philippe Courtois, Microsoft’s executive vice president and president of global sales, marketing »

        Global sales & marketing on fait pas moins boutiquier, on parle de défense là pourtant…

        VOus êtes d’une naiveté.
        Ca vous interroge pas une boite qui change radicalement de nom ? de Thomson à Thales ?
        Quelles en sont les raisons ? Ca vous arrive souvent de changer de nom ? vous êtes transformiste ? La défense pourtant on est pas chez Michou !

        Je vais vous le dire, ils sont pas héritiers de la grèce antique mais de la grande Bretagne moderne qui à découvert le radar, élaboré le concorde dont ils cherchaient un partenaire financier pour partager le risque et la France a payer pour apprendre les technologies anglaises comme les américains ont appris des anglais lors du déport des usines anglaise aux US suite à la menace allemande…
        Une grande Bretagne qui est toujours capable de challenger les technos US avec Arm, processeurs qui menacent l’hégémonie d’Intel !
        Et ça continue encore aujourd’hui…

        C’est du déni historique, du révisionnisme ils ont honte !

        Ce Cloud c’est du Azure de Microsoft avec de la sécurisation par des technos ex Oracle rachetées et et et, tata ! Bienvenu chez Michou !

        « Le groupe d’électronique dirigé par Patrice Caine s’appuyera aussi sur la plateforme Big Data Guavus Reflex du nom d’un fournisseur américain de solutions IT acquis en avril 2017 pour 215 millions de dollars. »

        Un autre fournisseur US racheté… C’est vous qui payez hein, c’est vous qui voyez…

        Laisser entendre que les US vont apprendre de Thales france c’est risible.

        Résumons, ce Cloud est du Azure(Microsoft) customisé avec de la sécurité reposant sur du Oracle pour le software et des modules hardware nshield de la société nCipher .

        Mais d’où vient encore cette société nCipher ?

        nCipher Corp Ltd
        nCipher Corporation Ltd. was founded in 1996. The Company’s line of business includes providing computer related services and consulting.
        SECTOR
        Technology
        INDUSTRY
        Software & Tech Services
        SUB-INDUSTRY
        Technology Services
        FOUNDED
        03/07/1996
        ADDRESS
        Jupiter House Station Road Cambridge, CB1 2JD United Kingdom
        PHONE

        La maison de Jupiter… toute ressemblance avec …. Vive les marionnettes ! et les marionnettistes !

        « Thales’ Nexium Defence Cloud works around this by creating a “highly secluded” private cloud that uses the Azure Stack as a baseline system onto which Thales adds its security and connectivity technology. »

        Mais quelle est cette mystérieuse « security and connectivity technology. » ? Voir plus haut, nshield de ncypher… société anglaise rachétée, faut pas chercher longtemps pourtant…

        J’ai pas trouvé trace de produits provenant de thales france…

  5. Lucy dit :

    Même après quelques recherches je dois avouer ne pas comprendre. Thales ne se chargera ni du moyen de communication, ni de la sécurité du cloud et ne produira pas non plus les serveurs.
    Donc que va faire Thales? Est-ce que Thales fournira les terminaux?
    .
    J’ai l’impression que Thales se chargera de mettre en place l’informatique nécessaire tel les portables utilisés dans les QG mais également les terminaux et les reliera à son cloud. La mise en place se fera probablement avec les moyens de l’OTAN tel le transport aérien.
    .
    Je manque également les infos concernant la durée et le montant du contrat.

    • oryzons dit :

      Dassault ne fait pas les moteurs, ni l’électronique, ni ne construit les pièces du fuselage… on se demande bien pourquoi ils mettent leur nom sur le Rafale et les Falcon.

      Thalès est l’intégrateur et c’est un boulot énorme pour ce genre de solution. C’est l’équivalent de la partie bureau d’études et assembleur pour l’aéronautique (cf exemple ci dessus).

      Thalès fournira aussi ses propres solutions comme Guavus Reflex entre autres mais va aussi gérer toutes les partie interactions, les différents scénarios on-line / off-line…

      Bref je vous en faites pas pour eux.
      J’en vois certains ici qui sont limites à dire que chez Thalès ils ont du signé le contrat en larmes.

      Je pense plutôt que c’est champagne !

    • oryzons dit :

      Thalès sait faire d’excellents produits répondant à la demande mais sait aussi à qui s’allier pour remporter un marché.

      Dans le Cloud à Microsoft qui a fini par être choisi par le Pentagone (donc par l’OTAN via Thalès, lol, et donc plus tard par toutes les armées européennes via Thalès, re lol).

      Sur le contrat ACCS, ils se sont alliés au poulain du Pentagone Raytheon avec une filiale commune, autant dire que vous pouvez considérer que le contrat est en béton armé.

  6. Wagdoox dit :

    Et pour le cloud du scaf on va demandé aux allemands alors qu’on a déjà une solution chez nous. Solution qui ne demande qu’à évoluer mais non répétons de zero outre Rhin. C’est l’état qui paie.

    • FredericA dit :

      @Wagdoox : Ce n’est parce »qu’on a déjà une solution chez nous » qu’elle doit obligatoirement être adoptée (et payée) par nos partenaires. En suivant votre raisonnement, les partenariats avec la France se résumeraient au fait d’être un simple client.

  7. sergeat dit :

    Bravo à nos ingénieurs,trop rare sont nos compagnies qui savent garder leurs cerveaux.
    Je pense à toutes ces « start up »françaises géniales qui sont souvent rachetées par l’étranger,si les US réussissent mieux que nous c’est que les budgets fédéraux US subventionnent leurs « licornes » à potentiel et même les milliardaires comme le projet space x financé par le contribuable américain.
    Malheureusement on préfère subventionner une pseudo »paix social »souvent étrangère.

  8. Michel dit :

    Pour ceux qui crache sur Thales et qui se couchent devant les US !
    Thales est un des meilleurs électroniciens du monde dans tous les domaines.
    Militaires et Civiles (radars, communications, contre mesure, guerre électronique, …. systeme de sécurité pour le transport et plein d’autre domaine civile, Fusion et traitement des données. trés utile pour la classification des menaces versus les système de combat pour les marines (Française, Britannique, Allemande etc….) équipe aussi le Rafale via le radar, le système Spectra, les capteurs avec le meme objectif …..équipe les munitions dirigées et missiles, de MBDA entre autres …..
    J’en passe et des meilleurs……

    • Leguennec dit :

      Ils ont acheté une part importante de ces technologies. C’est thales uk les radars et sonars, le cloud Microsoft azure securisé par un produit racheté à Oracle…
      C’est l’ex Thomson, un nom bien peu de chez nous et pour cause… ils ont changé de nom suite à l’affaire bien peu reluisante des frégates de taiwan… qui finance nos danseuses politiques et leurs one man show ridicules depuis de Gaulle!
      Ce sont de bon chinois qui sont formés aux/par les US/UK sur leurs technologies, pas un seul composant essentiel ne fut inventé en france, les méthodes d’analyse des systèmes, électroniques et autres ont toutes été developpées par les US/UK.

      Transistor, thyristor, FFT, FEA, composites, tout viens d’amérique !
      Pas difficile d’arriver à quelquechose quand ont est formé là bas… avec votre pognon en plus…
      Vous êtes facile à brouiller…

      La fusion des données… les principes sont dans Matlab simulink… depuis des années

      Se couchent devant les US ? mais ce sont eux qui rachètent tout aux US et se couchent par ce qu’ils ne sont pas capables de tout crééer, inventer, ils copient !!

      Ils recoivent des formations spécifiques sur les techs US, rien ne vient de france, d’ailleurs l’écart entre les écoles d’ingé genre supelec et la réalité est immense, c’est l’écart entre ce que la france à commencer à traduire et la frontière tech US.

      Ya cas voir c’est dans tous les domaines, renault sous traite ses usines à siemens, l’intelligence (sic) à google etc… etc…

      ILs ont privatisés les savoirs faire US dont la population francaise ne bénéficie pas, ces savoirs faire ne sont enseignés nulle part ailleurs que dans l’entreprise privée Thales qui a payer cher pour les acquérir. Et décide à quels aristocrates de chez eux ils vont les transmettre, c’est une secte, ils payent avec des enveloppent comme chez dassault.

      • SamSam76 dit :

        @legennec … Et donc malgré toutes ces tares ce groupe français a tout de même été retenu par l’OTAN pour ce contrat. Voilà qui n’en est que meilleur 🙂

      • Michel dit :

        Encore et toujours des trolls !!!!!!!!
        Taisez vous, vous ne connaissez pas Thales ….. Thales il créer sans l’aide des US et quelquefois c’est Thales qui fournis au US allez voir les sonars US……par exemple !!!
        Terminé avec vous qui ne connaissez pas la société….. quand nous avons à faire à des incompétents et des ignares de votre genre, vaux mieux les ignorer ou leur mettre des « claques » ….

        • Leguennec dit :

          Thales c’était thomson, c’est vous l’ignare, thomson c’est le nom d’un anglais !
          Les filliales de thales qui produisent et concoivent les sonars et radars sont anglaises et hollandaises, c’est vous l’ignare !!

          Ce sont des competences achetée !!!

          par consequent, ce qui nous attache au sens de gulliver à l’oncle tom ce sont ces besoins frequent de rachat de coomptences outre manche et outre atlantique, vous êtes ignorant et bête !

          Thomson a racheté des société US aux US, donc les US achetent non pâs les comptetences de thales mais les leurs financées par thales…

          Thales est une multinationale très dependante de ces rachats de competences et est bourrés de software en interne d’origine US sans lesquels ils seraient bien en peine de concevoir tous leurs zigouigoui electroniques…

          Les israeliens sont deja bien meilleurs que Thales en électro cyber !

          Le cloud sécurisé est un montage de solutions US !!!

          Comme ATOS qui monte des supercalculateurs mais à partir des technos US, Nvidia, intel, qualcomm etc… etc….

          la dependance aux US est par conséquent totale !!! Le cloud de Thales est un cloud Microsoft/Oracle, ignare !

          C’est vous l’abrutis qui ne sait rien !

          Comment aurait fait thales sans les inventions du transistor, des thyristors, des concepts de pll, théorie du controle, filtres de Kalman, Fast fourier transform etc… etc….

          Thales c’est l’amérique en france ! Une tête de pont, une dépendance !

          • Michel dit :

            Tout cela est faux …. Etes vous un ancien salarié de Thales ou Thomson CSF je pense que non et cela se voit des première phrase….. »Thales c’était thomson, c’est vous l’ignare, thomson c’est le nom d’un anglais » quand on ne connait pas la société : d’ou elle vient, son histoire, sa culture, ces marchés, ces contrats antérieurs et actuelles, on la boucle et on écoute les autres !
            Donc arrêtez de raconter des âneries…….
            Quand on ne sait pas à qui vous vous adressez, ayez au moins la retenue par rapport à des personnes qui savent…..
            A bon entendeur…..

          • ScopeWizard dit :

            @Michel

            Ouais mais dans ce cas il y a un truc pas clair……

            D’ après de rapides et succinctes recherches , Thomson CSF serait constructeur et concepteur du radar embarqué Cyrano II que l’ on retrouve sur Mirage III E ; très-bien .

            Seulement Thomson CSF naît d’ une fusion datant de 1968 , or le Mirage III E qui en gros arrive après le Mirage III C ( dont il constitue une évolution plus axée sur l’ électronique ce qui en fait un avion plusieurs centaines de kilos plus lourd propulsé par une nouvelle version de l’ ATAR , le 9C ) et son radar Cyrano I bis , date lui des années 1960……….

            En bref , il entre en service vers 1964-1965 ; par conséquent , puisque nous tenions là un avion bien plus complexe et sophistiqué sur le plan de son électronique de bord alliant navigation et combat et notamment un performant ensemble de suivi de terrain grâce au Doppler en bossage souis le poste de pilotage , qui était fournisseur du radar Cyrano II ?

            Eh oui , puisque soit-disant , THOMSON et CSF ne fusionnent qu’ en 1968 , cela voulait-il dire que les premiers Mirage III E volaient sans radar pendant 3 à 4 ans ?

            Voilà qui me paraît difficilement concevable…………

            Remarque , ça s’ est déjà vu , par exemple le Mirage 2000 C ( RDM peu performant et premiers avions dépourvus de toute antenne radar ) ou les premiers Foxhunter des Tornado……………

            De même , quid alors de Cyrano I bis des Mirage III C dont j’ ai personnellement toujours cru qu’ ils étaient fournis par THOMSON CSF ?

          • Nexterience dit :

            Alors quand les étrangers achètent une pépite française, on se plaint de se faire piller

            Mais quand une boîte fr achète une boîte étrangère, c’est une faiblesse, voire la honte car on se savait faire sans.
            Faudrait savoir.
            Toujours des arguments qui vont dans le même sens du dénigrement.

        • ScopeWizard dit :

          @Leguennec @Michel

          Attention ; en fait , à l’ origine THOMSON est Américain : THOMSON HOUSTON ELECTRIC COMPANY ou THEC elle même fruit du rachat en 1882 par un groupe d’ investisseurs de Lynn dans le Massachussets , dirigé par l’ homme d’ affaires Charles A. Coffin , de l’AMERICAN ELECTRIC COMPANY d’ELIHU THOMSON et de l’ EDWIN HOUSTON à leurs investisseurs de Nouvelle-Bretagne , Connecticut. .

          THOMSON HOUSTON ELECTRIC était donc une entreprise spécialisée dans l’ électrification qui plus tard formera avec une autre la GENERAL ELECTRIC .
          En 1885 , est créée la THOMSON-HOUSTON INTERNATIONAL ELECTRIC COMPANY dans l’objectif de vendre des systèmes d’éclairage électrique dans le monde entier .

          Alors , déjà , je ne l’ ai pas vérifié , mais THOM SON ressemble beaucoup à ce que donnerait la contraction THOMas ediSON .

          Toujours est-il qu’ afin qu’ en France puissent être exploités certains brevets relatifs par exemple à tout ce qui est production et transport de l’électricité ou construction de réseaux de tramways électriques , va en 1893 être créée à Paris la CFTH ou COMPAGNIE FRANCAISE pour l’exploitation des procédés THOMSON-HOUSTON .

          Par la suite , ses activités vont s’ élargir et s’ étendre dans tout ce qui relève de la traction électrique et se diversifier dans des domaines annexes considérés moins porteurs du secteur des transports , tel la téléphonie , la signalisation ferroviaire , l’ éclairage , etc ……..

          L’ électronique suivra tout naturellement d’ où la fusion en 1968 avec la CSF qui bien évidemment devenait logique jusqu’ à s’ imposer ; enfin , à mon avis .

      • oryzons dit :

        Mort de rire !
        On tient le champion.

        Oui donc en gros quand on ne fait pas tout de a à z et en repartant de zéro on est juste un copieur.
        C’est rigolo comme concept.

        Quant à la formation française autant il y a à dire sur le niveau général autant les écoles pointues elles se portent mieux que jamais.
        Et sur l’IA Google & co font le pied de grue à la sortie des écoles françaises spécialisées pour embaucher les meilleurs.
        Il y a une plaisanterie qui dit que sur l’IA lors des réunions chez Google la langue officielle est le français.

        Thalès a compris que l’État français avait renoncé à se battre il y a 30 ans pour s’imposer et s’est donc adapté pour devenir incontournable localement, au UK où ils sont dans le programme Tempest, aux pays bas où ils gagnent les marchés Benelux + Allemagne, en Australie, et donc oui même aux US.

        Mais c’est sûr, pleurons tous ensemble sur l’OTAN ne choisisse pas un programme à 100% français, quel échec !
        En fait il aurait mieux valu que ce soit gagné par un américain ou un autre européen.
        Ça aurait été sans doute plus français.

        • Green dit :

          Merci pour vos interventions bien informées et non déformées.

          Ici on a beaucoup de commentateurs qui ont surtout et seulement des opinions et qui se complaisent a dénigrer et contempler leurs petits nombrils, c’est pénible pour rester poli.

          donc doublement merci.

  9. oryzons dit :

    Voilà qui laisse songeur quant à la place réservée à Thalès dans le fameux SCAF « système de systèmes tout connecté ».
    Pas de leadership sur un seul pilier , ni sur le cloud , ni sur les capteurs…

    C’est sûr @NRJ va me redire qu’Airbus est plus compétent que Thalès sur le Cloud et Indra (sic) sur les capteurs.
    N’est-ce pas ?

    • E-Faystos dit :

      @ Oryzons
      À moins que je ne lui grille la politesse.
      On ne donne pas la conception de la liaison aux Européens d’Airbus par charité.
      Et bien entendu, on se moque de leur compétence.
      Alors?
      Il faut voir le problème sous un angle déplaisant, l’angle politique.
      À mon sens, il faut faire du matériel qui se répande assez vite. Et la clef de voûte, ce sera les satellites de communication.
      Et Airbus est bien placé.
      Donc soit c’est un système trinational, soit c’est franco-français.
      Mais quel intérêt alors pour nos alliés ? Aucun.

      • Michel dit :

        Thales aussi est bien placé sur les satellites aussi : Thales Alenia Space ……18,4 milliards d’euros de CA 2019 ; Airbus Defense and Space 10,9 milliards d’euros ca 2019,
        Chercher le plus gros rien que dans l’activité spatial Thales Alenia Space à un CA deux fois plus important, je n’ose pas intégrer les activités défense de Thales l’écart va être abyssal …..
        Le partage du SCAF est une ânerie depuis le début !
        D’ici que la France décide que toute « l’électronique » sur les versions françaises soit du Thales on en est pas loin……
        Quelle est l’expérience de Airbus dans les systèmes des systèmes ?
        Qui fournira le radar, l’équivalent du Spectra évolué, qui fera la conception du système de fusion des données et l’ IA associé, à part Thales je ne vois personne……
        Thales est incontournable en Europe, la preuve il est aussi sur le Tempest (Thales UK)

      • oryzons dit :

        Sur les satellites il ne vous que pas échappé que Thalès est aussi très bien placé.

        Évidemment que c’est politique, et c’est bien là ce qui me gêne.
        Airbus a clairement une place centrale dans le programme alors que le SCAF est supposé être conduit par les Français et le MGCS par les Allemands.
        Résultat :
        MGCS : 6 piliers allemands, 3 français
        SCAF : 3 Allemands, 2 français, 1 espagnol, 1 non attribué

        Quand à dire que l’on se moquer des compétences, on parle de haute technologie, et on a pas le budget des Américains qui peuvent se permettre de se planter.
        Le Rafale est une réussite car il allie le meilleur dans chaque compartiment.
        On serait bien inspiré de refaire de même.
        Donc Airbus leader du cloud avec Thalès sous traitant, c’est n’importe quoi.
        Sur le cloud c’est Thalès leader et Hensoldt sous traitant s’il faut faire plaisir aux Allemands.
        Sur les capteurs c’est Thalès leader et Indra sous traitant pour faire plaisir aux Espagnols, et non l’inverse.
        Sur les effecteurs c’est MBDA leader et Airbus suis traitant et non l’inverse.

        Je sais très bien que les choix sont un mix politique / compétence, mais le résultat est mauvais pour nous (cf résultats) et les décisions politiques qui semblent raisonnables maintenant risquent de se révéler catastrophique demain.
        Exemple : qui va faire le radar ? Une fois que tu as donné le pilier à Indra ils vont s’y accrocher, cela deviendra un enjeu politique que le radar soit au moins à majorité espagnol.
        Hors ni les espagnols ni les Allemands ne font de radar pour avion de chasse actuellement encore moins AESA, ils commencent tout juste à le développer pour l’EF.
        Thalès en fait un opérationnel depuis plus de 10 ans et travaille d’arrache-pied depuis plusieurs années sur la suite (antennes GaN, ondes millimétriques…).
        Bref.

        • Jean-Louis dit :

          Avoir une compagnie allemande comme sous-traitant dans la Défense, c’est s’exposer aux humeurs changeantes du Bundestag, susceptible de bloquer quand ça lui chante (politique intérieure allemande) toute production à destination de l’étranger.

          On l’a bien vu ces dernières années où ils se sont (presque) assis sur le traité d’Aix la Chapelle (qui contient une disposition disant justement que chaque partie s’abstient de bloquer l’exportation vers l’autre partie) en faisant traîner longuement plusieurs autorisations d’exportation vers les industriels français (entre autres)… et en la délivrant très/trop tardivement.

    • Michel dit :

      Sur le SCAF Thales grillera tout le monde surtout que Thales est sur le Tempest aussi !!!!!!
      via sa filiale à 100% Thales UK

  10. Leroux dit :

    Thales est l’un des meilleurs clients de la boite où je travaille (en Suisse) On fabrique des condensateurs et je peux vous dire ils sont exigeants. On fait souvent des séries juste pour eux, le cahier des charges est bien fourni à chaque fois. Forcement je donne pas trop de détails mais Thales nous demandent des design de condo assez exceptionnels. J’ai confiance dans leur boulot pour aider la France.

  11. yavin dit :

    Je suis assez dubitatif sur le produit quand on voit que toutes ses composantes sont américaines (fork de Microsoft Azure avec une couche sécurité acheté d’Oracle). Rien de tout cela n’est bon signe pour l’autonomie européenne dans les technologies de l’information…

  12. Thierry dit :

    et sinon ? vous avez prévu autre chose qu’un tapis rouge de bienvenue pour les hackers russes ?

    On parlera de cloud quand on parlera des hackers français ou européens…

    • Mat49 dit :

      @ Ma biquette t’inquiète on leur prépare un comité d’accueille.

    • Michel dit :

      Nous voyons votre niveau de compétences……
      Vous savez que des « ingés » en logiciel de sociétés dans le domaine (le nom n’a pas été divulgué) ont été capables de hackers des hackeurs, qui ont essayer sur un quidam quelconque, pas de chance ils sont tombés sur les « mauvais client » c’est les hackeurs à l’initiative qui se sont fait piquer plusieurs millions d’Euros par ces « ingés » en logiciel ….
      Nous sommes pas dans le monde bibis nounours de Microsoft …..

  13. ScopeWizard dit :

    Question d’ un complet profane pour ceux qui savent et qui ne la trouveront pas trop con……….

    Est-ce que le « CLOUD » , ce n’ est finalement pas ce que l’ on appelle « MÉTADONNÉES » dont l’ « ANALYSE DE TRAFIC » serait l’ ancêtre afin de surveiller et de repérer tel mouvement , telle ou telle cible , ou telle ou telle opération en cours comme lors de la Seconde Guerre Mondiale quand ceux de Bletchley Park bossaient dessus tel son inventeur G.Welchman ?

    En tout cas , personnellement , j’ ai la très nette impression qu’il y a un lien étroit ; mais bon , tous ces jargons………..désolé , mais je m’ y perds………………….

    • Leguennec dit :

      Je suis pas expert mais le Cloud c’est plutot un ensemble de solutions d’hébergement de services et d’applications, comme dans le civil, le terme Cloud signifie un peu le fog of war ! On ne sait jamais quelles ressources sont utilisées derrière, elles peuvent être basculées dynamiquement en fonction des besoins, le cloud c’est l’idée d’une couche, une abstraction, on se connecte à un cloud qui gère toute la partie allocation des capacités en base de données logiques et physiques, la montée (le scaling) en fonction du nombre de connections simultanées par exemple, gestio du traffic, bien sur le tout sécurisé. Les capacités de calcul.

      Le cloud en lui meme c’est la gestion du stockage, de la montée en charge, de la gestion du traffic, de la sécurité, après les « solutions » sont des applications, des services (application sans interfaces graphiques) hébergés.

      C’est juste une version moderne, plus sophistiquées de l’hébergeur d’antan…
      Dans ce nuage il y a toujours serveurs et « nouveau » des supercalculateurs pour y faire tourner les calculs IA, des modèles en temps réels fournissants des tactiques optimisées en fonction des données capteurs en provenance de satellites, navires, bateaux de peches equipés comme les russes pourquoi pas, les ruses…

      Ca ce sont les applications hébergées dans le cloud. Ce que le Cloud permet c’est la montée en charge dynamique, taille des bases de données, sauvegardes, allocation des processeurs etc…

      On peut imaginer plein de choses derrière, c’est sans fin, limiter par les heures de travail disponibles mise en commun au sein de l’otan, partage de services comme pour les multinationales.

      Le cloud c’est une plateforme physique et logique qui s’adapte à la demande, demande d’hébergement de nouveaux systèmes, demandes de nouvelles connections de nouveaux clients (does it connect ?), demande de partage d’info tactique.

      ça permet de déporter en temps réel les unités arithmétiques et logiques des unités de combat sur le terrain améliorant la résilience de l’ensemble, je peux perdre un bras, mon cerveau vaut mieux pas…

    • Math dit :

      Bonjour, ce n’est pas l’idée.
      L’idée du cloud permet de dissocier les machines physiques (serveur ou PC) de la couche d’administration de ces serveurs (ex: MS dos, Linux).
      Un cloud peut administrer plusieurs machines à la fois, de tous types, à grande distance les unes des autres, en surveillant ce qui entre ou sort de cette zone.
      Chaque utilisateur a des besoins plus ou moins important. Le cloud permet de mettre en commun la puissance de calcul et de la partager en fonction des besoins de chacun.
      Du point de vu militaire: c’est plus dur de détruire 100 ou 1000 machines distantes.
      On peut déclarer de nouvelles machines (ex: un viseur de casque, une batterie d’artillerie vont pouvoir échanger des informations sur un espace). La somme de ces informations vaut plus qu’une seule prise isolément.
      Les règles d’accès ne sont connues que des amis. L’admission dans le cercle amis est contrôlée.
      A ce stade, ce n’est pas grave qu’une partie des technologies ne soient pas propriété de Thales. L’important est de continuer à mobiliser une grande masse d’ingénieurs côté européens. (A mon avis, Amazon aimerai bien avoir ce contrat).

    • Gros-Bill dit :

      Non, cela n’a pas grand chose à voir, le « cloud » cela consiste à avoir au sol de gros serveurs bien concret sur lesquels se trouvent toutes les infos/applications/programmes nécessaires ainsi les utilisateurs peuvent venir piocher ce dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin via des terminaux, cela dispense d’avoir à se trimballer avec tout sur un appareil.

    • ji louis dit :

      Non, le « CLOUD », c’est avoir les ordinateurs qui travaillent le plus ailleurs qu’avec soi. Certains « CLOUD »s se contentent de stocker des données, d’autres hébergent des logiciels spécialisés, d’autres peuvent tout avoir… Le client (ici l’avion, le navire, le véhicule ou le soldat sur le terrain) n’est plus obligé d’avoir un ordinateur performant avec lui pourvu qu’il ait une bonne liaison de données pour les transmissions avec le centre serveur informatique.

  14. Billou dit :

    le cloud c’est juste des machines (meme techno que PC) qui sont hebergées ailleurs que chez toi.

    • ScopeWizard dit :

      @Tous ceux qui m’ ont aimablement répondu

      Merci ; à présent j’ y vois tout de même bien plus clair . 🙂

      En gros , si j’ ai bien tout pigé , c’ est le réseau étendu que l’ on obtient par la mise en commun des programmes , services , et données de plusieurs réseaux une fois ceux-ci recueillis ou connectés via tel ou tel fournisseur .