Un avion de transport A400M va bientôt tester la capacité de larguer des « effecteurs connectés » en vol

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

42 contributions

  1. PK dit :

    « D’une masse allant du kilogramme à la tonne, »

    Pourquoi se limiter ?

  2. E-Faystos dit :

    L’expérience va être intéressante, surtout si elle permet le lâcher et récupération de l’effectuer: la traînée de l’A400 n’est déjà pas une petite affaire et les US eux même ont abandonné la récupération par gros porteur

  3. wagdoox dit :

    belle collabo germano-allemande 😉

    • JC dit :

      Il ne faut plus voir Airbus comme une entreprise européenne « normale « . Cela fait un moment que tout se décide et se fait en Allemagne. La partie française a déjà entamé sa lente agonie. Surtout ne pleurez pas, cela doit vous réjouir, non ?

      • Wagdoox dit :

        En réalité ça dépense des cœurs d’activité.surtout si on a jamais fusionné une activité avec les allemands …

      • Ah Ca ! dit :

        @JC
        Au cas ou vous n’avez pas remarqué:
        L’agonie du feu paquebot France est généralisée et bien majoritairement entamée. Il n’y à qu’a se référer à la soumission de ce peuple de France au gouvernement de Vichy II qui gère le pseudo virus COVID.

        Ici en Afrique subsaharienne tout le monde sait que le COVID n’est autre que de la pure politique, il n’y a qu’au centre des villes où se trouvent les policiers que les gens portent le masque et ce à l’opposé des veaux de France.

        Ce qui démontre que même les africains on plus de résilience que les Français et surtout qu’ils sont moins cons.

        l’agonie est quand même due à une mort cérébrale causée par le virus du Socialisme… (aussi connu comme centrale à penser des pédophiles.)

    • Michel dit :

      Airbus CyberSecurity, n’est pas que Allemand….. c’est vrai que pour le reste !!!!!
      Le « démonstrateur de cloud de combat sécurisé », développé par Kernkonzept GmbH me semble faire double emploi avec les compétences de Thales « https://www.thalesgroup.com/fr/marches/defense-et-securite/communications-missions-critiques/cloud-defense » !
      Pas convaincu qu’il est choisi le plus compétent et avancé dans ce domaine ?

      • Wagdoox dit :

        Ça fait un moment que le mythe du choix du meilleur athlète n’est plus entretenu

    • Jupiter dit :

      Arch!
      Jamais mieux que par soi-même! Ja!

    • Math dit :

      Et, il faudra quand même que l’on fasse des trucs et qu’ils en fassent, si on veut travailler ensemble pour la défense. On a une capacité supplémentaire sur l’A400. C’est bien et ça ne nous a rien coûté à développer.

      • Michel dit :

        Autant les Allemands sont bon sur les parties « métallurgique », mécaniques, hydrauliques, mais pour ce qui est des équipements électroniques et les logiciels complexes ils sont à la traine…. …….
        Thales versus le contrat des Fregates Allemandes « http://www.opex360.com/2020/11/23/thales-va-fournir-le-systeme-de-combat-des-quatre-futures-fregates-allemandes-mks-180/ », Leonardo, Saab « https://www.air-cosmos.com/article/le-nouveau-radar-aesa-de-saab-test-en-vol-23021 » voir MBDA et Indra sont devant pour tout ce qui touche à ce domaine…..

  4. Carin dit :

    Dirk Hoke fait en sorte que les parlementaires allemands ne puissent plus reculer…. mais cela ne présage en rien sur le NGF… ces effecteurs pouvant se rabattre sur le Tempest, si le NGF est torpillé… voir pour Airbus defense et espace servir aux 2 projets!
    Il nous faut rester lucide, derrière les allemands se cachent nos « amis » américains… et ces derniers ne veulent pas que les mangeurs de fromages qui puent rééditent leur exploit du rafale qui déclenche chez eux des sentiments ambivalents de respect (de voir ce petit avion faire la nique a tout ce qu’ils ont en magasin et dans toutes les utilisations, y compris celles de leur cador)et détestation (pour les mêmes raisons).

  5. werf dit :

    La sortie de l’effecteur de l’A400 est déjà problématique car il faut 2 actions simultanées, stabiliser l’effecteur et mettre en route son mode de propulsion en sortie de la rampe. C’est la raison pour laquelle les américains ont abandonné ce système pour revenir à plus conventionnel, attaché l’effecteur sous les ailes de l’avion choisi. Ce que ne dit pas l’article, c’est que cette solution n’est pas possible pour l’A400M compte tenu des turbulences crées par son système de propulsion. On est pas prêt de voir des prototypes voler… Vive Airbus Défense et ses solutions innovantes et coûteuses avec des délais records. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ?

  6. Fred dit :

    Ce qui m’intrigue dans la vidéo, c’est ce drone, qui a l’air bien fini (il ne s’agit pas des RC-100 ou RC-200 d’Airbus, qui n’ont rien à voir sur tous les plans, sur la dérive est inscrit « RC 1 »).

    Pourvus de deux propulseurs qui semblent un mix entre turbine à gaz et aérojet (?), réputés pour leur simplicité (aérojet), légèreté, mais pas leur consommation. Pas de système de récupération en vol apparement (les américains galèrent avec ça, mais on peut éventuellement être plus malin qu’eux). Drone jetable ?

    • Twouan dit :

      On dirait une cible d entraînement anti aérienne do-dt25 avec un nez sans dispositif de récupération.
      Donc c est probablement juste un demonstrateur de la phase de largage. (Logique en 6 mois, ils vont pas faire beaucoup plus)
      J aimes bien l idée, il reste beaucoup a faire mais ça bosse.
      Bonne chance

      • Dupont avec un t dit :

        La phase largage est en cours de démonstration mais quid de la phase récupération ??

        • dolgan dit :

          Attendez qu’on vous ait servi l’entrée avant de demander qu’on serve le dessert.

      • Fred dit :

        @ Twouan

        Bien vu pour le do-dt25 ;o)

        • Dupont avec un t dit :

          Pour l’anecdote, 24 décembre 2008, l’exemplaire n°198 de ce do-dt25 fut retrouvé prêt des côtes du Brésil, alors qu’il avait été tiré en…… Afrique du Sud et considéré comme détruit.
          A-t-il traversé l’Atlantique en flottant ou par bateau ??
          Il a été « reconditionné » et remis en service, servait encore en 2012.

  7. Bohé dit :

    Personne ne peut faire ça chez nous?
    Le matériel teuton je n’en veux pas, le casse-tête pour l’utilisation et l’exportation.

  8. Thierry dit :

    on ne vantera jamais assez le lancer de nid de guèpe sur la tête de l’adversaire, l’A400M étant un essaim tout trouvé pour cette tache, la reine mère de l’opération.
    Très efficace.

    • 에르메스 dit :

      Plutôt la ruche, l’essaim c’est une fois en vol avec les bestioles largué

    • Fred dit :

      Technique Corse lors de la conquête romaine. Opération réussie, les « Roumis » ont plié bagages.

  9. HMX dit :

    Très bonne surprise. On a hâte d’observer l’essai en vol. Les marches à franchir ensuite sont encore nombreuses :
    – Prévoit-on un système de récupération en vol, ou l’effecteur devra t’-il aller se poser sur une base au sol (ce qui limitera d’autant son endurance sur zone). Ou s’agit-il d’effecteurs « jetables » ? La récupération en vol est bien sûr la meilleure solution… et la plus difficile (cf. les difficultés des américains avec le programme « Gremlins »). Une capacité de ravitaillement en vol des effecteurs est aussi envisageable à partir des mêmes technologies.
    – Quelles modifications faut-il apporter à la configuration de la soute d’un A400M (ou d’un C130) pour embarquer et mettre en œuvre une quantité respectable d’effecteurs (au minimum une douzaine par appareil, davantage si possible) dans un laps de temps assez court ? système de barillet(s) rotatif(s) ou autre dispositif ? emport complémentaire d’effecteurs « en grappe » sous les ailes de l’A400M en plus de ceux en soute ?
    – Et bien sûr, reste à concevoir et faire voler le futur effecteur déporté, en lieu et place de la maquette présentée dans cette vidéo.
    La suite s’annonce passionnante. Nous assistons à la concrétisation des premières briques du programme SCAF.

  10. Steph dit :

    2 remarques :
    – Man Machine Teaming » : plutôt que « interface homme-machine », ce serait plutôt « collaboration homme-machine ». Actuellement, le terme IHM est utilisé pour désigner les équipements permettant le « dialogue » entre l’homme et la machine (donc les claviers, souris et les systèmes affichages) ;
    – Personnellement, je n’ai pas vu d’image indiquant que le vol a eu lieu. Toutes les ouvertures de trappes sont faites dans un hangar.

  11. Ulysse dit :

    Cette expérimentation pourrait relancer la réflexion sur le futur successeur de l Atlantique. Maîtriser le largage de drones ou missiles par la soute arrière permettrait d’avoir un vecteur polyvalent tout aussi bien pour la lutte ASM ,anti surface ou l appui feu terrestre. Un mix A400M/Falcon/Euromale pourrait être envisagé.

  12. Fred dit :

    Technologie duale militaire et civile. On le voit sur la vidéo, le système est déjà capable de livrer un carton, Déliverou se serait déjà déclaré intéressé auprès d’Airbus.

    • Dupont avec un t dit :

      Les britanniques larguent des planeurs ( 2pax ou un pax + moteur et Hélice repliable propulsive + pod optronique) à voilures déployables après sortie de soute de leur avion cargo. Grosse autonomie en version extrados solaire et pack tesla 90 kW
      N’est pas James ??

    • ulysse dit :

      @Fred.Excellent !

  13. Nexterience dit :

    Pour récupérer les effecteurs connectés, l’idéal serait un avion avec une bouche qui avalerait le drone : il ne subirait pas les turbulences du gros porteur.