Pour Mme Parly, on peut « parler d’une forme de résurgence de Daesh en Syrie et en Irak »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. Clavier dit :

    Que ferait-on sans les intuitions de madame Parly ….?

    • Briska dit :

      Elle relaye juste les directives impériales. Trump viré, la camarilla impérialiste va reprendre ses affaires, inventant ici ou là les menaces fantômes qui lui permettent d’intervenir ou bon lui semble sans froisser l’opinion publique.

    • Briska dit :

      Ah ben voilà, il n’aura pas fallu attendre longtemps;
      « Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé le 12 janvier l’Iran d’être la «nouvelle base» du réseau djihadiste Al-Qaïda, «pire» que l’Afghanistan au moment des attentats du 11 septembre 2001. »
      Trop drôle, le pays chiite par excellence, haï des riverains sunnites, devenu l’antre du sunnisme le plus radical. Ces décideurs misent décidément sur l’inculture populaire.
      Ils vont bien réussir à nous entraîner dans un conflit majeur aux portes de l’Europe. Détruire la Libye n’a donc pas suffit?

  2. oiesauvagesversle59 dit :

    La politique Française dans cette partie du monde est stupide.
    Nous n’avons pas soutenu Hassad et le parti baas en Syrie alors qu’ils sont le bras armé contre l’état islamique.
    Et même si elle ne fut pas de la partie pour déboulonner Saddam Hussein et le parti baas irakien, elle ne s’est pas départie de la politique US de déboulonnage de la structure étatique mise en place par saddam hussein.
    Résultat, une démocratie à l’occidentale impossible à mettre en place car totalement inadaptée, une corruption monstreuse et une revanche des chiites contre les sunnites. La résurgence de sunnites par la main d’al quaida et de daesh contre les nouveaux despotes mis en place est logique.

  3. Philippe dit :

    Ci-dessus je lis « La France est toujours engagée », au Mali elle reste impliquée, elle vient d’envoyer des avions au-dessus de la Centrafrique, notre président s’implique au Liban je pense que maintenant il faut lever le pied car la France ce n’est pas l’ONU.
    J’ai souvenir d’une époque pas si lointaine où les chrétiens avaient leur place tant en Irak qu’en Syrie. Qui a déstabilisé tout le secteur ?

    • Maxime dit :

      La très pro-israélienne américaine-sioniste, équipe à bush junior : Rumsfeld, perle, wolfovitz etc…
      On ne les entends plus, d’ailleurs.

  4. jyb dit :

    – Le drian est dans le vrai, il ne s’agit ni d’une résurgence ni d’un risque de résurgence mais bien d’une permanence du terrorisme de daesh au syrak. Depuis 2019, les destructions de récolte ou de troupeaux, les attaques contre les civils n’ont pas cessées.
    – en syrie les premières victimes de daesh sont les fds (kurdes) dans le gouvernorat de deir ezzor ( 1100 dcd dans les forces du régime depuis mars 2019 mais plus de 900 dcd chez les fds pour la seule année 2020)
    – la badia est la zone désertique qui s »étend entre jordanie, syrie (à l’exception du zor ou haute vallée de l’euphrate) et irak.
    La zone refuge actuelle de daesh dans le triangle hama homs raqqa sont les nombreux reliefs (djebels) des ces étendues. tout comme les djebels sinjar, makhmour ou hamrine en irak.
    L’armée russe a diffusé des images des installations de daesh dans la vallée de l’euphrate. ce sont de véritables termitières qui ne sont pas sans rappeler les réseaux sous terrains vietminh.

  5. Raymond75 dit :

    Dans des zones faiblement peuplées et donc peu développées, là où les états sont absents ou très affaiblis, les guérillas ne cessent pratiquement jamais, mais subsistent en faible intensité. C’est le cas au Moyen Orient, au Sahel, mais aussi dans les zones forestières de l’Amérique centrale (malgré la volonté de paix du gouvernement colombien).

    D’abord il y a toujours une fraction plus ‘pure’ qui va continuer le combat jusqu’au bout. La guérilla donne aussi une illusion d’aventure, et permet à des jeunes sans perspectives de posséder des armes, et de se livrer à de nombreuses exactions : pillages, viols, trafics, domination. Et ces gens ne peuvent plus s’intégrer dans la paix.

    Seul le rétablissement d’un véritable état et le développement économique et social peut mettre fin à cela ; mais que peut on attendre de la Syrie, du Mali et d’autres pays semblables ? Pas grand chose. En Afghanistan, les US négocient leur départ avec les Talibans, les vainqueurs … provisoires en attendant d’autres luttes ethniques et vaguement idéologiques.

    Ces guerres auxquelles participent les occidentaux sont sans espoir car nous ne pouvons pas nous appuyer sur un gouvernement réel (mais menacé), nous n’avons pas le pouvoir de mettre en place un gouvernement structuré , nous n’avons pas de mandat pour gouverner à leur place, et l’époque de la colonisation est révolue.

    Et dans le cas du Moyen Orient et de l’Afrique, les frontières issues de la colonisation ne respectent pas les répartitions ethniques et religieuses ; donc l’instabilité est permanente. Il a fallut 1 500 ans de guerres pour créer la France actuelle.

    • E-Faystos dit :

      @ Raymond 75
      Ce doit être l’effet « 2021 »
      Je vous approuvé totalement, à un point près:
      https://www.google.com/amp/s/amp.ouest-france.fr/environnement/biodiversite/la-grande-muraille-verte-au-sahel-le-defi-humain-le-plus-ambitieux-de-la-planete-7113339
      .
      Pas de paix sans perspective économique derrière, surtout si le traffic est la seule manière de survivre.
      Malgré son manque de moyens et le flou artistique dénoncé dans les colonnes de Libé, la France aide.

      • ULYSSE dit :

        @Raymond. Belle synthèse…sans véritables perspectives …

        • Raymond75 dit :

          La seule perspective serait, à mon humble avis, d’aider les états stables et structurés (ex la Jordanie, d’autres dans le passé, peut être le Rwada actuel) à se développer par des partenariats, sans se mêler de leur politique. Et ces états stables qui développeraient économie, éducation et médecine pourraient servir d’exemples de proche en proche. C’est très utopique.

          Et pour ce qui est des frontières de ces états, c’est leur problème « quoiqu’il en coûte » … Ce n’est pas à nous de dire si il faut conserver le Mali actuel ou créer un Mali du nord arabe et un Mali du sud noir.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Et dans le cas du Moyen Orient et de l’Afrique, les frontières issues de la colonisation ne respectent pas les répartitions ethniques et religieuses ; donc l’instabilité est permanente. Il a fallut 1 500 ans de guerres pour créer la France actuelle ]

      ATTENTION !

      Vous rejoignez là de dangereux subversifs comme François Thual ( Dictionnaire de géopolitique: états, concepts, auteurs ) , Axel Poniatovski et feu Kotto Essome qui défendent cette thèse avec des arguments scientifiques mais que l’on nous présente inspirée par la Moscovie ou la Pékinie afin de fragiliser
      notre présence , loin de chez nous, en Afrique où combat le bataillon …
      Pour la petite histoire j’ai pu voir deux fois de près l’un des originaux des accords Sykes-Picot .
      Lorsque l’on s’approche de prés on peut voir que les deux traits au crayon à papier rouge et bleu ont été précédés
      d’une esquisse au crayon à papier noir qui a été gommée mais qui a laissé des marques … Décalées par rapport au tracé final ! ;0) ( Au bénéfice des Britiches , on s’en doute ! )
      https://www.rfi.fr/fr/afrique/20110124-cote-ivoire-polemique-autour-declaration-axel-poniatowski

      • Sunny dit :

        Content de voir que les premiers responsables de ce merdier intégral sont en fin cités. Les médiocres Sykes-Picot et consorts dont la finesse de perception des réalités s’est traduit par des frontières de merde tracées à la régle. Il n’y a qu’un seul endroit sur la planète ou l’ont voit ce genre de frontières c’est les USA qui aprés avoir exterminé la grande majorité des natifs ont parqué les survivants dans des réserves avnt de pouvoir développer leur pays grace à l’esclavage. Tant que les africains n’auront pas mis l’article 1 de la charte de l’OUA à sa place dans les poubelles de l’histoire, ce fameux article qui assure l’intangibilité des frontières dessinées par les colonisateurs. Raymond a raison cela va prendre du temps, mais y compris au Sahel la réalité du terrain s’imposera aux bureaucrates qu’ils soient équipés de crayon à papier rouge bleu et même vert c’est tendance en ce moment.

      • tschok dit :

        Nan mais ça c’est un poncif. On l’entend depuis la décolonisation. Ca fait soixante ans.

        Maintenant, le problème est très simple: si les uns et les autres refusent les frontières issues de la colonisation, ce sera la guerre. C’est ce qui se passe quand on refuse le tracé d’une frontière, figurez-vous. C’est con, hein?

        Donc, il est idiot de dire que le tracé des frontières issu de la colonisation est fauteur de guerre, alors que sa remise en cause l’est tout autant, voire plus.

        Maintenant, ce qui serait intéressant pour les parties en cause serait éventuellement de remanier certaines de leurs frontières afin de mettre un terme à des conflits actuels, s’ils ont une dimension frontalière. Dans ce cadre, il faut regarder précisément quelles sont les frontières intéressantes ou pas pour ces pays, carte en main.

        Est-ce qu’un tel examen sera valable pour l’ensemble des territoires qui ont été colonisés jadis par les Occidentaux? J’en suis loin d’être sûr car, que je sache, des organisations internationales comme l’OUA ont posé un principe d’acceptation des frontières issues de la colonisation par leurs membres au moment de leur accès à l’indépendance. C’est le principe d’intangibilité des frontières, qui a été adopté au début des années soixante.

        En définitive, il n’y a guère que dans l’esprit de l’homme blanc que cette remise en cause des frontières issues de la colonisation existe. Bon, mais ça c’est valable pour l’Afrique qui focalise les remords post-coloniaux, ce qui alimente une pensée gauchisante qui croit bien faire en militant pour une remise en cause généralisée des frontières existantes, ce qui conduirait immanquablement à un furieux bordel partout en Afrique.

        Ca fait cher les remords, je trouve. Tout ça parce qu’on a des pudeurs de gazelle…

        Ailleurs, particulièrement en Syrie et en Irak on a vu une remise en cause des frontières issues de la colonisation essentiellement par Daesh. Alors bon, les gars, si maintenant Raymond bosse pour Daesh qu’il nous le dise, quoi.

        Faut choisir son camp à un moment, non? Ou peut-être faire attention aux conneries qu’on se transmet de génération en génération depuis soixante ans, ici, en Occident, alors qu’en Afrique les Etats concernés au premier chef ont quand même choisi la voie de la sagesse en posant le principe de l’intangibilité des frontières.

        Juste se le rappeler, comme ça, quoi. Ne pas être plus décolonisateur que l’ancien colonisé, en somme. C’est -à-dire arrêter de décider à la place des anciens peuples colonisés ce qui est bon pour eux, ce qui est typiquement la mentalité du colonisateur…

        Parce que l’air de rien, c’est pas parce qu’on est un vieux gauchisant qu’on a perdu ses vieux réflexes de suprémaciste de la race blanche et de la gloire coloniale de la Frôônce éternelle.

  6. Sinope dit :

    Oui sans surprise nous faison face à un adversaire insurectionnel. Donc ça ne lui pose pas de gros problèmes de rétrograder au niveau guérilla d’où il vient.

  7. jyb dit :

    la wilayat sinai (daesh au sinai) a diffusé la semaine dernière une video de propagande de 26 minutes intitulée « le sang doit couler »
    baratin et exactions habituels du groupe. on notera quand même que le groupe ne montre plus d’assauts directs contre les forces égyptiennes mais a multiplié les attaques de harcèlement à distance snipping et ied.

    • Thaurac dit :

      Là bas Sissi fait le job, n’en déplaise aux pleureuses, et de plus ,il mate les frères musulmans..

      • jyb dit :

        @thaurac
        sissi a besoin de résultats .
        il n’arrive pas à reduire daesh Sinaï et perd aussi la bataille de l’information.
        au regard des moyens engagés c’est inquiétant.
        mef aussi sur les frères musulmans.
        ils jouent en sourdine mais ils jouent sur du velours. on ne les voit pas faire des sitting en agitant des drapeaux mais eux aussi font le boulot.
        je ne vois pas bien quelle soupape sissi va ouvrir pour faire tomber la pression ni ce qu’il attend pour le faire, entre frustration du printemps arabe. ressentiment des islamistes, le tout sur une crise sans fin.

  8. blavan dit :

    Si on avait aidé le président de la Syrie au lieu de le combattre , on n’en serait pas là aujourd’hui. De toute façon il n’y a pas de démocratie dans les pays arabes du Moyen Orient , et il faut du pragmatisme pour combattre l’islam radical. Bachar al Assad n’est pas un tendre, mais Daech a montré qu’il était encore pire. L’occident fait le mauvais choix depuis 1945, et ça se termine toujours comme l’Indochine, le Viet Nam , l’Afghanistan et demain le Sahel.

    • Prof de physique dit :

      C’est Bachard el Hassad qui a favorisé sciemment l’émergence des djihadistes au Levant pour pouvoir justifier sa répression de toute contestation. Ce salopard de premier rang avait peur d’une transition démocratique.

  9. jean pierre dit :

    Je suis quand même étonné qu’avec les moyens de surveillance actuels, ils puissent se réapprovisionner ne serait ce qu’en munitions

    • Fred dit :

      @ jean pierre

      Vu du ciel, un sac de farine ou un sac de munitions, ça se ressemble comme deux gouttes d’eau.

  10. werf dit :

    Les propos de Mme Parly sont du niveau du café du commerce tnat sur les zones Syrie-Irak que sur la BSS et Barkhane. Toutes les coalitions occidentales ne pourront pas éradiquer Daesch ou Al Qaida car ces mouvements ont fait le choix d’une guerre d’usure et de replis ponctuels. Les services de renseignements militaires sont incapables d’apprécier finement la situation d’autant qu’ils sont repérés immédiatement sur le terrain car les djihadistes se fondent dans les différentes tribus nomades de ces régions désertiques pour la plupart. Alors à défaut de résultats, il faut de la com, pour soutenir nos OPEX sur le terrain en justifiant leur lutte et au plan national pour éviter les attitudes de repli souhaitées par les opinions publiques. En attendant, on s’épuise financièrement mais aussi nos matériels, y compris les avions et les hélicoptères… Cela fait sourire, plutôt que de pleurer, en entendant des généraux parler d’une armée française capable d’affronter un jour des combats de haute intensité…

  11. J’ose signaler mon livre qui traite de cette question et notamment de la lutte entre Daesh et Al Quaeda… À commander sur Athena Défense ou partout ailleurs … Piège au Levant https://www.amazon.fr/Piège-au-levant-Roland-Pietrini/dp/2364451345

  12. philbeau dit :

    Comme le rappelle blavan ci-dessus , notre meilleur allié contre Daech était Bachar el Assad . Et subséquemment son allié russe . Le suivisme occidental , et spécialement de la diplomatie française en la matière , souvenons-nous des propos ridicules de Fabius , nous a mené là où nous sommes . Que sous -entend Mme Parly ? Qu’il faudrait s’investir à nouveau dans le guêpier irakien ? la belle affaire ! Alors que nous sommes plus qu’embourbés au Sahel ? Que notre territoire vacille au bord de la guerre civile, sans que l’exécutif ne donne le moindre signe de volonté de redresser la barre , débitant jusqu’à plus soif des communiqués dont la vacuité n’est même plus relevée par quiconque , tant l’incompétence semble la seule caractéristique encore notable d’un état impuissant . Il n’y a décidément plus rien à attendre . Mais surfer sur le chaos est un moyen de gouvernance théorisé par certains .
    cf : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Strat%C3%A9gie_du_choc , qui semble déjà bien daté tant les évènements s’accélèrent …

    • tschok dit :

      « notre meilleur allié contre Daech était Bachar el Assad »

      Sans blague?

      Disons que c’était et c’est toujours d’ailleurs l’ennemi de notre ennemi, ce qui n’est guère suffisant pour s’en faire un allié fiable. Mais ça permet des jeux de billard à trois bandes, et c’est à peu près tout.

      Surtout, ce qu’il faudrait éviter, c’est de laisser accroire que Bachar El Assad et son régime pourraient d’une façon ou d’une autre assurer notre sécurité contre Daesh. Faire le job à notre place, quoi. Parce que ça, il ne le fera pas et il ne l’a jamais fait. Ce qu’il fera, si nous avons la folie de suivre la politique que vous suggérez, c’est qu’il instrumentalisera Daesh pour nous emmerder et monnayer ce qu’il a à monnayer.

      Mais en tout état de cause et quoi qu’il ait pu se produire sous le ministère de Fabius, il faut absolument proscrire toute politique qui nous rendrait dépendant de lui pour notre sécurité.

      Je sais bien qu’à l’extrême droite on a quelques faiblesses coupables pour Bachar, parce qu’on voit dans son régime le prolongement de l’ami russe (« subséquemment son allié russe », comme vous dites). Vous n’avez pas à avoir honte de vos amitiés viriles, mais il ne faut pas quelles vous conduisent à faire de grosses conneries et à vous mettre dans la tête des idées à la con qui sont complètement mortifères et qui ne correspondent à aucune réalité sur le terrain.

      Quand vous dites que Bachar est notre allié contre Daesh, vous devez bien comprendre le caractère unilatéral de cette prétendue alliance: c’est vous qui êtes son allié, mais lui n’est pas le vôtre.

      C’est bien compris ça, ou pas? Parce que c’est quand même un truc essentiel à comprendre: parfois on pense que la jolie fille nous aime et qu’elle va coucher avec nous, et arrivé là on se prend une trempe et une plainte pour attouchement sexuel. Il y a des croyances qui sont unilatérales, les gars, faut se méfier.

      • philbeau dit :

        Personne ne dit que « Bachar fasse le job à notre place » …Et d’abord quel job ? Aller attaquer la Syrie , pays indépendant a priori non ? Qui ne nous a en aucune manière déclaré la guerre ,non ? Parce que c’est ça qu’on a fait , serviles supplétifs de Washington , qui avons d’ailleurs été humilié de belle manière en la personne de notre petit grassouillet de président socialiste qui se trémoussait d’envie d’y aller encore plus fort et s’est trouvé lâché en rase campagne par Obama, obligé de rentrer à la niche la queue basse …Et personne ne dit qu’il faille frayer avec Bachar et l’embrasser sur la bouche . Ce qu’on dit , c’est qu’on commence par s’occuper des affaires de notre pays , qui en a bien besoin . Et qu’on évite d’allumer des révolutions dans des pays qui ont l’heur de déplaire à notre « allié »américain . Parce que c’est chez nous que ça se termine toujours .

  13. Patrickov dit :

    Il y a quelques mois les kurdes relâchaient des milliers de daechiens qui tentaient de revenir en Europe et d’autres ont pu rejoindre leurs camps en Syrie ou en Irak, pendant ce temps les américains et les kurdes pompent le pétrole syrien en toute illégalité.
    Les milliers de daechiens qui sont originaires d’Europe pourtant fichés par les services gouvernementaux ils ont pu prendre un vol aux aéroports européens en toute tranquillité en direction de la Turquie pour rejoindre la Syrie.
    Bien sur les dirigeants européens ont volontairement laissé partir ces personnes fichés sans en avertir les turcs de leurs dangerosité afin qu’ils ne soient pas renvoyés vers leurs points de départ.
    L’Europe est en grande majorité responsable du chaos syrien, il est normal que les réfugiés trouvent refuges auprès des fossoyeurs de leurs pays.

    • Castel dit :

      Attaqués par les Turcs, les Kurdes n’ont pas pu faire autrement que de laisser partir les « daéchiens » comme vous les appelez ; quand à avertir les Turcs de leur dangerosité, il aurait fallu qu’ils soient bien naïfs pour ne pas la deviner .
      Et de toutes façons, cela n’a les a pas empêché d’en recruter un certain nombre dans les rangs de leurs « proxi », quand aux autres, je ne serai pas étonné que ces mêmes Turcs les aient laissé repartir vers leurs anciens fiefs pour attaquer les Russes et les troupes Syriennes …..

      • Patrickov dit :

        @Castel c’est vrai qu’en Europe les autorités étaient au courant de la dangerosité des Kouachi, Coulibaly, Merah, celui de Nice Lahouaiej-Bouhlel n’est ce pas ?, alors comment les autres pourraient ne pas être au jus de pseudos-touristes fichés qui prennent un vol des aéroports européens, et celui qui est renvoyé par les turcs en Belgique pour avoir tenté de rejoindre la Syrie relâché par les autorités belges et retrouvé par magie à la frontière syrienne 3 mois plus tard.
        Il y a quelques années la France, le Royaume-Uni et les USA finançaient l’ASL, l’armée syrienne libre composés en grande majorité de supplétifs venu d’Europe pour faire tomber le régime de Assad.

    • Fred dit :

      @ Patrickov

      Propagande mensongère.

  14. arnaud dit :

    Brillante stratégie française de Fabius et consorts »……

    • MERCATOR dit :

      @arnaud

      Oui, penser que Fabius est un imbécile, est une grosse erreur d’analyse,lui et ses coreligionnaires implantés aux USA ou dans les autres pays Européens n’ont eu de cesse depuis la première guerre du golfe que de favoriser par tous les moyens, je dis bien tous les moyens ( en se servant le plus possible du faux nez US ) le chaos intégral dans tout le grand Mashreq al-Arabi et accessoirement sans succès ‘l Iran et la Turquie , la raison coule de source et n’a pas besoin d’être expliquée , tout ceci sans haine, juste de la géopolitique et du bizness .

  15. Thierry dit :

    C’est vrai que la résurgence du nationalisme en France est forte, crise économique oblige, on le lit dans chaque déclaration de ce gouvernement.

    • Thaurac dit :

      Ou Patriotisme parfois

    • Philippe dit :

      Dont les délocalisations massives lesquelles ont créé des déserts industriels, du chômage et des vulnérabilités nationales. Pour certains cela explique que les classes populaires se sentent abandonnées et le fassent savoir :
      * aux USA c’est le vote pour Trump et le slogan bien connu « make America great again »,
      * au Royaume-Uni c’est le vote en faveur du Brexit
      * en France c’est l’abstention record lors des élections et l’émergence des gilets jaunes dans un contexte où les contrats précaires (intérim et CDD) se conjuguent avec une modération salariale quasi-générale.
      Bref toutes choses qui nuisent gravement à l’unité nationale quel que soit le pays. Nos élus en ont-ils conscience ?

    • EBM dit :

      @ Thierry c’est vrai que notre gouvernement n’est pas du tout pro européen et n’a pas du tout pour objectif de nous transformer en état fédéré d’une europe fédérale.

    • Mat49 dit :

      @Ben alors ma choupinette tu nous fais de l’ironie maintenant.

    • Plusdepognon dit :

      @ Thierry
      Vous avez oublié le smiley…

      Pour Macron, la culture française n’existe pas, elle n’est qu’un reliquat amusant attirant des touristes avant le Coronavirus.
      Comme 2022 est dans sa tête depuis 2017, il fait feu de tous bois :
      https://www.liberation.fr/politiques/2020/12/23/de-chevenement-a-sarkozy-macron-borne-sa-route-vers-2022_1809458

      On s’en fout des bourgeois, ils voteront toujours pour nous de toute façon »…
      https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/09/14/a-l-elysee-la-mue-republicaine-du-macronisme_6052101_823448.html

      Pour rappel, c’est le cabinet McKinsey a déjà touché au moins 100 millions d’euros en conseillant les gouvernements sur le Covid-19:
      https://bit.ly/3bm66Hi

      Avec le fils Fabius comme directeur…

  16. Flo dit :

    Prévisible…mais tellement prévisible. On détruit les seules structures stables de la région (les régimes Baathistes de Sadam Hussein et Bachar) et après on s’étonne du chaos ambiant. Tant que les états ne réaffirmeront pas leur souveraineté (et que cette dernière n’est pas respectée par certains pays occidentaux) on est bon pour monter une nouvelle coalition tous les 10 ans. Aux mêmes causes les mêmes effets.

    • tschok dit :

      @Flo,

      La guerre civile en Syrie s’est déclenchée sans qu’on n’y soit pour rien. Irak, chuis d’accord, les Américains se sont comportés comme un pachyderme dans un magasin de porcelaine et ils ont déclenché les événements qui ont mené directement à Daesh. C’est acté. Eux-mêmes ont dit « oups, sorry, my mistake ».

      Mais pour la Syrie, c’est interne. Ce qui montre bien que ce régime pas plus que celui de l’Irak voisin n’était une « structure stable » comme vous dites.

      On est toujours très pressé en Occident de voir dans les régimes tyranniques des pays orientaux des « structures stables » qui nous protègeraient de l’hystérie islamistes. Mais en fait, pas du tout, ils la fabriquent et l’entretiennent pour des raisons qu’on a du mal à s’expliquer mais qui sont très logiques: l’hystérie islamiste leur permet de justifier le caractère répressif du régime et leur permet de bénéficier de la mansuétude des pays occidentaux qui se disent qu’il vaut mieux appuyer des dictatures que de se retrouver avec des fous de Dieu au pouvoir, comme en Iran.

      Quand vous avez le choix entre un dictateur arabe qui va torturer son peuple et les fous de Dieu genre mollahs iraniens, vous choisissez le dictateur et tant pis pour son peuple qui, de toute façon, s’en prendrait plein la gueule aussi avec les fous de Dieu, parce que vous espérez qu’il va vous protéger de l’islamisme.

      C’est ça le produit que les dictatures arabes, « structures stables » de mes couilles, essayent de nous fourguer et à chaque fois on se fait baiser parce que c’est une escroquerie intellectuelle: c’est elles qui fabriquent l’islamisme. Donc, elles ne vont pas nous en protéger. Et à chaque fois on tombe dans le panneau, c’est pénible.

      Donc, la théorie des « structures stables » c’est plus un objet intellectuel qui existe dans nos têtes qu’un constat qui existe dans la réalité. Si vous voulez conceptualiser les régimes dictatoriaux arabes, je suggèrerais plutôt quelque chose comme un trou noir, ou un événement stellaire encore plus chaotique. Mais un truc stable, non, franchement, j’ai du mal.

    • Fred dit :

      @ Flo

      Globalement d’accord avec toi.
      Mais de là à dire que ces deux-là représentaient et représentent les idéaux baassiste (à part la laïcité) …
      Sadam Hussein avait même fait sa « Nuit des longs couteaux » en décapitant le Baas irakien pistolet à la main. Tout un programme … Pas baassiste.
      Ceci dit, ils établissaient les régimes les plus progressistes de la région, tout en étant des dictatures sanguinaires.

      • Prof de physique dit :

        Ces peuples sont de culture musulmane. L’islam est fondamentalement incompatible avec la démocratie, les droits de l’Homme, la laïcité par ses textes fondateurs son histoire, et sa loi d’application, la charia.
        C’est une idéologie guerrière.
        Il ne peut y avoir de démocratie dans ces pays tant qu’il ne passeront pas à autre chose, ce qui n’est pas prévisible pour les décennies qui viennent.

        • v_atekor dit :

          « L’islam est fondamentalement incompatible avec la démocratie »
          .
          L’islam s’est beaucoup transformé en 1400 ans. La question clef est de savoir la place laissée aux fondamentalistes, justement.

          • Lestrade dit :

            @v_atekor vu le résultat de la transformation c’était peut être mieux qu’elle n’ait pas lieu.

  17. Bobo dit :

    Ben ça alors ! Sans réseau ni service de renseignement, je le savais déjà avant madame Parly ! Sans nettoyage au sol, il faut s’apprêter à vite reprendre la tache inachevée !

  18. Piliph dit :

    Rien de nouveau dans ce constat. Non seulement la plupart des « observateurs » avaient prévu la « survie » de l’Etat islamique après la destruction du Khalifat (simple changement de tactique / opératique), mais on avait le précédent des Talibans en novembre 2001, lorsqu’ils furent chassés de Kaboul par les Américains alliés à la Shura e Nazar de Massoud – ils « tenaient » l’Etat – et se replièrent dans le sanctuaire pachtoune pakistanais avant de se réorganiser et reprendre lentement le terrain à partir d’une guerilla.
    Derrière le jihadisme, il y a le nationalisme pachtoune chez les talibans, et le « nationalisme/sectarisme » sunnite derrière l’EI. Et ça, ça ne s’extirpe pas militairement.

    • Fred dit :

      @ Piliph

      Les Talibans ne sont pas à proprement parler des Djihadistes au sens où on l’entend communément aujourd’hui, car, comme tu le fait très justement remarquer, ce sont de purs nationalistes qui n’ont que faire du hors-là de leur territoire.

      Par contre, je ne vois pas ce que tu trouve de nationaliste chez l’EI, ce sont des internationalistes dominateurs.

      On n’a pas vu la queue d’un seul des premiers chez nous, les seconds, hélas si.

      • Piliph dit :

        @Fred : pour une fois c’est la langue française politique qui est limitée par rapport à l’anglaise. Je voulais évoquer l’opposition sunnites/chiites, que les anglophones qualifieraient de « sectarism » mais qui prend un autre sens en français. D’où mes guillemets. Tu as raison de souligner que mon emploi de « nationalisme » même avec guillemets et rajout de « sectarisme », qualifie mal le caractère transfrontalier et trans-Etats nationaux du sunnisme (c’est la « Ouma » qui compte, pas la nation). Et donc pouvait induire en erreur. Dont acte.

        Mais mon point principal était ailleurs : il était de souligner que derrière l’EI, il y a la réaction de la minorité irakie sunnite perdant le pouvoir face au chiites en Irak, et que « ça » constitue une racine solide (comme le nationalisme pacthtoune chez les talibans (entre parenthèses dont j’ai connu beaucoup de leaders quand ils étaient encore commandants moudjs contre les soviétiques : je ne pense pas que les saoudiens rigoristes appréciaient l’amour immodéré de ces commandants pour les « batchaboz » ou jeunes garçons imberbes et efféminés…)).

        Et si je reprends une analyse d’Olivier Roy (dans le Monde il y a plusieurs années), on ne combat pas le jihadiste « chimiquement pur », comme l’ancien nationaliste touareg ou pachtoune, proche de l’URSS il y a 50 ans, et « devenu » islamiste dans les années 2000 pour bénéficier du soutien financier des saouds et autres. Les premiers sont à détruire (possible car rarement enracinés socialement dans un territoire), les autres c’est pas pareil, à un moment ou un autre, il faut négocier politiquement (car 1) quasi impossibles à détruire; 2) portent une « cause » qui doit être entendue et qui est populaire.)

  19. Lothringer dit :

    Le Moyen-Orient est un sac de noeuds. Quoi qu’on y fasse (soutenir un dictateur ou combattre un dictateur) on aura (moralement) tort. Mais force est de constater que le clan Assad n’a pas commis d’attentats sur le sol français (l’assassinat de l’ambassadeur français au Liban a eu lieu…au Liban). Donc Assad n’était pas un ennemi. Sous Sarkozy, il s’était amorcé de très bonnes relations avec ce dictateur. Puis est arrivé le « printemps arabe ». Nous avons réagi avec sensiblerie au lieu de considérer nos intérêts. Quel était notre intérêt ? Conserver de bonnes relations avec un régime stable et prévisible, et qui combattait furieusement l’islamisme sunnite. Les Alaouites (clan Assad) sont une branche du chiisme, (chiisme qu’on pourrait qualifier de « protestants » de l’islam, comme l’expliquait Bernard Guetta). Et le dialogue avec ces « protestants de l’islam » est plus franc et plus clair qu’avec le sunnisme qui n’a que le prosélytisme en tête.
    Donc je reprends mon raisonnement. Notre intérêt était de conserver de bonnes relations avec un régime stable et prévisible, et qui combattait furieusement l’islamisme sunnite.
    Au final qu’avons-nous fait ? Nous avons détruit ce partenaire fiable (pas forcément allié, certes corrompu jusqu’à la moelle, mais fiable et avec qui on pouvait discuter) pour mettre en place un chaos qui à profité au califat islamique. Et nous avons récolté une vague de migrants dans laquelle un certain nombre de terroristes islamistes se sont insérés. Et nous avons ouvert la porte au Dragon Rouge (la Turquie) pour ajouter de la merde à ce merdier.
    D’un point de vue géostratégique , nous avons agit à l’opposé complet de nos intérêts. Déjà que lorsqu’on agit selon ses propres intérêts, on n’est pas sûr de gagner. Mais lorsqu’on bafoue ses propres intérêts, on se met soi-même dans la mouise.
    C’est ce que nous avons pourtant fait.
    Dommage. Celà nous coûte du temps, de l’argent (cela empiète sur les budgets d’investissement de nos forces armées), et beaucoup d’emmerdes. Et le lâchage des Kurdes (100 ans après le 1er lâchage après la 1GM) nous collera aux doigts comme l’adhésif aux doigts du capitaine Haddock. Nous y avons perdu en crédibilité, ce qui est très grave d’un point de vue géopolitique, si on souhaite se projeter vers l’avenir.
    La France de Louis XIV a fini exsangue en 1715 parce que Louis XIV a guerroyé tout seul contre tout-le-monde au lieu de se constituer des réseaux d’alliance à l’intérieur de l’Europe. En nous positionnant contre Assad, nous avons re-produit les même erreurs. Qu’avons-nous appris de nos erreurs historiques ? Absolument rien, semble-t-il.

    • tschok dit :

      @Lothringer,

      Même réponse qu’à Philibeau et à Flo.

      Votre raisonnement est un mix entre l’alliance unilatérale et la théorie des structures stables. Il est également passéiste, comme celui de Philbeau (tourné vers le passé, sans se projeter dans l’avenir).

      Je vous la refais en bref: ce n’est pas parce que vous êtes persuadé que vous êtes l’allié de Bachar que Bachar lui, de son côté, est votre allié. Vous vous mettez des idées d’alliance dans la tête, mais c’est juste unilatéral.

      Non, les dictatures arabes ne nous protègent pas contre l’islamisme, elles le fabriquent et l’entretiennent pour justifier la répression en interne et, en externe, draguer les pays occidentaux que l’hystérie islamiste fait flipper comme des malades. Et à chaque fois on se fait avoir parce qu’on ne peut pas s’empêcher de croire en ce marché de dupe.

      Plus vite on dira adieu à la théorie des structures stables et au mirage de l’alliance unilatérale mieux ce sera pour notre cul.

      Problème: ces deux éléments de discours sont solidement enracinés dans nos représentations mentales, surtout à l’extrême droite, et on ne pourra pas les extirper comme ça. Moralité de l’histoire: notre perception de la situation réelle est durablement déformée et on continue à pédaler dans la semoule faute d’analyse appropriée de la situation.

      A notre décharge: faut quand même dire que c’est un sacré bordel, que même les spécialistes s’y perdent et ne parviennent pas à élaborer un consensus d’analyse minimal. Donc on n’est dans le flou avec cette conséquence qu’on a du mal à définir quel est notre intérêt stratégique dans l’affaire, puisque tout bouge avec le temps, que cela varie selon les zones régionales dont on parle et les acteurs qu’on a en face. Et en plus, nos propres gouvernements changent, ce qui est normal. Il y a un entrelacement de la complexité, quoi.

      Et pour couronner le tout, la propagande russe se mêle de triturer les inconscients collectifs du côté de l’extrême droite, alors je vais vous dire, on n’est pas sorti de l’auberge. Parce que faut pas se leurrer: la théorie des « structures stables » et de « Bachar est mon ami », ça vient de là.

      Bref, migraine et prise de tête assurées.

      • oryzons dit :

        Le consensus d’analyse existe, c’est juste que la mentalité occidentale actuelle ne veut pas la reconnaitre.

        La civilisation et la culture cela existe, a toujours existé et existera toujours.

        Le problème du moyen orient est très simple :
        – culturellement il est toujours immergé dans une vision depassée du rapport à l’individu et au sacré
        – d’un point de vue civilisation il a échoué à évoluer, et ce même avec la montagne d’or sans précédent dans l’histoire de l’humanité qui lui est tombé dessus
        – la réalité c’est que si les empires brits et français avaient perduré un siècle de plus cela aurait pu faire basculer de nombreux pays dans une histoire moderne.
        – les USA et l’URSS en ont décidé autrement mais n’ont absolument pas remplacé et assumé leurs rôles d’éducateur. Ils se sont contentés de jouer à Risk pour leur profit, sans jamais mettre les mains dans le cambouis, en investissant dans les écoles, les hopitaux, les lois, la police, la justice… Au contraire ils ont fait passé ceux qui faisaient cela auparavant pour le summum de la méchanceté. Ils ont donc stoppé net les processus civilisateurs enclenchés.
        – petit à petit les restes du sécularisme hérité de la France et de la GB s’effacent et sont remplacés par exactement le même type de régime, les mêmes références culturelles, le même rapport au religieux que ce qui prévalait avant leur intervention.

        Malgré toutes les dénégations des bisounours nourris au Disney que nous sommes devenus, nous allons revenir à la situation qui prévalait avant la domination mondiale de la civilisation européenne occidentale.

        A savoir des blocs de civilisation distincts, Europe / Russie / Chine / Amérique du Nord / Moyen Orient / Maghreb / Afrique sub-saharienne / Asie du Sud Est / Japon-Corée-Austalie / Amérique du Sud.

        Dans ces blocs certains sont plus cohérents que d’autres, toute la partie Afrique / Moyen Orient a toujours été un sac de noeuds, car les Etats y sont faibles par rapport aux différentes dynamiques centrifuges qui les compose (ethnie, religion, intérêts privés).

        D’autres blocs sont proches : Europe / Amériques / Asie hors Chine, car la greffe civilisatrice a prise, parfois au prix d’une occupation stricto sensu (Japon, Allemagne) parfois au prix d’une invasion démographique (Amérique du Nord, Australie). Mais ceux qui doivent les unir, le leader, à savoir les USA sont en train de faillir. Il y a donc un écart grandissant qui s’opère entre les uns et les autres depuis la fin de l’ennemi commun soviétique. A voir si l’émergence d’une menace chinoise permettra de remettre de la solidarité.

        Dans les autres blocs, les marqueurs de la civilisation occidentale (droits de l’homme, démocratie représentative avec séparation des pouvoirs, sécularisme) n’ont au final pas pris et sont désormais contestés ouvertement comme des concepts « occidentaux blancs » et non comme des valeurs universelles.

        Donc la réalité c’est qu’il faut arrêter d’avoir une grille de lecture morale occidentale de ce qui se déroule dans ces pays, quand la population et les régimes de ces mêmes pays ne se reconnaissent pas dans ces valeurs.

        Nous y sommes pour y défendre nos intérêts (nous n’avons pas intérêt à ce que Daesh se renforce) et développer des alliances opportunistes. L’honneur, la morale, tout cela n’a rien à voir dans l’histoire.
        On ne force pas un âne qui n’a pas soif à boire.

    • ScopeWizard dit :

      @tschok

      Primo , je ne vois vraiment pas où le raisonnement de @philbeau serait à ce point « passéiste » ; je ne vois pas de nostalgie particulière mais seulement l’ exposition d’ une situation par rapport à une comparaison .
      En gros , hier , « on » faisait comme ça et ça donnait tel effet ou résultat , aujourd’ hui « on » agit différemment et ça donne tel autre effet tel autre résultat .

      Par conséquent , entre les deux , quel est la meilleure façon , celle dont le résultat présentait à nos yeux plus de positif que de négatif ?

      Oui , à l’ évidence c’ était mieux avant mais cela aurait pu être l’ inverse tout autant ; donc quel « passéisme » faut-il voir dans ce constat ?
      En gros , vous opposez « passéisme » à refus de se projeter dans le futur , mais l’ opposé du « passéisme » serait plutôt le « modernisme » , non le « futurisme » .

      Bref , passons ………

      Secundo………..
      « Je vous la refais en bref: ce n’est pas parce que vous êtes persuadé que vous êtes l’allié de Bachar que Bachar lui, de son côté, est votre allié. Vous vous mettez des idées d’alliance dans la tête, mais c’est juste unilatéral. »

      Mais …….

      Mais enfin , tout le monde sait ça ou du moins s’ en doute ; et vice et versa ………

      Bachar est notre allié , nous sommes les alliés de Bachar sauf que personne n’ est dupe ; tel le célèbre tango Corse , ce sont des situations d’ alliance « conditionnées » .
      Il faudrait que ceux qui nous dirigent soient tout de même d’ une insondable bêtise que n’ aurait d’ égal une incroyable naïveté , pour s’ imaginer que ce qui serait valable d’ un côté ne le soit pas de l’ autre .

      Autrement-dit : OUI Bachar est notre allié , et NON Bachar n’ est pas notre allié ; OUI nous sommes les alliés de Bachar , NON nous ne sommes pas les alliés de Bachar .

      Tout le funambulisme dont sont capables les diverses diplomaties concernées le cas échéant , tourne autour de ça .

      En revanche , il est vrai que l’ on peut parler d’ unilatéralisme dès lors que l’ un se soumet à l’ autre ou lui emboîte le pas tout en lui laissant l’ initiative , ce qui le réduit à un « suiviste » .

      « Non, les dictatures arabes ne nous protègent pas contre l’islamisme, elles le fabriquent »

      Non ; mais non , on ne peut pas dire ça .

      Sans Islam , il n’ y a pas d’ Islamisme ; par conséquent , dans tous ces pays Arabes où cette religion est majoritaire , entre les luttes de pouvoir , l’ illettrisme voire l’ analphabétisme des masses , les conditions de vie souvent dures et misérables , ce que véhicule le Coran dès lors que la temporalité n’ est pas reconnue et prise en compte , forcément certains , alors eux pour le coup vraiment ancrés dans le passé , vont en avoir une lecture stricte et le pratiquer en fonction .

      Je dirais donc que l’ Islamisme est principalement endémique .

      « et l’entretiennent pour justifier la répression en interne et, en externe, draguer les pays occidentaux que l’hystérie islamiste fait flipper comme des malades. »

      Tout dépend ; si les régimes en place sont effectivement basés sur l’ Islamisme ou si ce même Islamisme est en réalité bien plus un adversaire voire un ennemi desdits régimes ?

      Dans le premier cas , ils n’ ont nul besoin de le fabriquer ou de l’ entretenir ; éventuellement l’ amplifier , le diffuser .
      Dans le second cas , ils peuvent effectivement s’ en servir et l’ instrumentaliser ce qui bien évidemment va contribuer à l’ entretenir , et ce même si simultanément ils le combattent aussi .

      « Et à chaque fois on se fait avoir parce qu’on ne peut pas s’empêcher de croire en ce marché de dupe »

      Heu non ; pas « on » .
      Beaucoup ne sont précisément plus « dupes » de quoi que ce soit depuis fort longtemps ; simplement , il y a tout le jeu des intérêts , leur défense ou protection .

      « Problème: ces deux éléments de discours sont solidement enracinés dans nos représentations mentales, surtout à l’extrême droite, »

      Mais que vient faire « l’ extrême droite » là-dedans ? Ce n’ est pourtant pas elle qui est actuellement en charge de mener les affaires du pays ??

      « et on ne pourra pas les extirper comme ça. »

      À partir du moment où « unilatéralisme » et « structures stables » sont autant de notions ou de concepts qui n’ abusent plus personne , nul besoin d’ extirper .

      « Moralité de l’histoire: notre perception de la situation réelle est durablement déformée et on continue à pédaler dans la semoule faute d’analyse appropriée de la situation. »

      Mais qui est ce « on » ? Vous ? Moi ?
      Que pouvons-nous faire à notre niveau ?
      Encore une fois qui dirige le pays , par rapport à quoi ou à qui , qui peut décider d’ une stratégie et en fonction de quels éléments de renseignement si tant est que ce renseignement soit précis et le plus exact possible ?

      Vous voyez bien que tout ça n’ est pas si simple …………

      « A notre décharge: faut quand même dire que c’est un sacré bordel, ………………………………………………….. Et en plus, nos propres gouvernements changent, ce qui est normal. Il y a un entrelacement de la complexité, quoi. »

      Ben voilà !
      Je ne vous le fais pas dire .

      « Et pour couronner le tout, la propagande russe se mêle de triturer les inconscients collectifs du côté de l’extrême droite, »

      M’ enfin , il n’ y a pas que la propagande Russe ou l’ extrême droite qui soient les acteurs majeurs du dossier , si ?
      Perso , je suis loin de les considérer comme tel .

      « Parce que faut pas se leurrer: la théorie des « structures stables » et de « Bachar est mon ami », ça vient de là. »

      Oui m’ enfin , ça c’ est vous qui le dites ; personnellement je serais beaucoup plus enclin à croire en la « Théorie des Dominos » qu’ autre chose .

      « Bref, migraine et prise de tête assurées. »

      Oui , ou gymnastique intellectuelle……………

  20. ScopeWizard dit :

    Moi je dis en résumé : grand bravo et merci aux Américains ; cette démocratie exemplaire se voulant phare et guide spirituel de toutes les autres que d’ aucuns n’ hésitent pas à considérer comme un empire multiculturel à gouvernance oligarchique .

    Cela fait maintenant des années et des années que nous payons si cher toute la déstabilisation que l’ intervention en Irak de 2003 a provoqué tandis que toute cette zone , composée par nombre de pays aux frontières décidées arbitrairement sur tel coin de table par les puissances colonisatrices victorieuses au lendemain de premier choc mondial , était déjà une énorme poudrière sans parler de nos dépendances énergétiques ou de la problématique démographique .

    Non seulement , par la nature même de la très puissante force idéologique qui nous a pris pour cible et par toute cette gangrène des esprits qui en parallèle nous ronge de repentance et de culpabilité par rapport au passé colonial que fut celui de l’ Europe des empires , nous n’ arrêterons rien , tout juste réussirons nous à ralentir la marche des choses sans pouvoir éviter la casse ; mais pire , compte tenu de ce que les « bien-pensants » et autres « grands affairistes » font et ont fait de l’ Europe , à présent cela fait des années que nous avons chez-nous ( oui je sais « chez-nous » c’ est très grossier ) importé cette même force qui nous frappe déjà et nous frappera encore .

    Par conséquent , très bientôt , puisque notre cher Président a préféré ne pas prendre position concernant les listes « communautaristes » considérant que « chasse pêche et traditions » et des listes à caractère Islamistes tout compte fait c’ était du pareil au même , l’ Islam politique va commencer à gagner du terrain , des gens comme Majoubi et autres ne seront pas en reste et petit à petit finiront par s’ imposer dans le paysage politique .

    Comme par ses excès , notre cher système Capitaliste-libéral ne jure plus , et de plus en plus , que par le Dieu Pognon tandis que les inégalités se creusent toujours davantage entre ceux qui s’ enrichissent toujours plus et ceux qui se paupérisent toujours plus , le bas-peuple finit par ne plus croire en rien ou presque .

    Ce qui , entre tous ces nouveaux codes , la vie moderne qui ne laisse plus suffisamment de temps à soi , toutes ces « promesses » véhiculées par le consumérisme à outrance secondé par la puissance phénoménale de notre société de loisirs et son cortège de création d’ insatisfactions permanentes ( ce qui te pousse au « toujours plus » ) , n’ a fait que démolir toute spiritualité ou du moins à l’ affaiblir de telle sorte qu’ elle a presque disparu .

    Cependant qu’ à contrario , l’ Islam qui quant à lui s’ est ainsi très facilement renforcé par ses gains énormes en crédibilité , n’ a jamais cédé du terrain -en tout cas pas suffisamment- et donc comme on dirait populairement « c’ est là une affaire qui marche » .

    Par sa seule dimension spirituelle , l’ Islam est attractif , il séduit ; et il séduit très au-delà de tout héritage du Blanc Européen et ce malgré des centaines d’ années d’ Histoire et le legs immense que tout ce passé parfois glorieux , parfois douloureux , parfois honteux , parfois bienfaiteur ou bienveillant , nous a laissé .

    Tôt ou tard , si toutefois rien ne change , comme une soudaine et brutale invasion d’ extraterrestres belliqueux mécontents ( oui , un extraterrestre belliqueux mécontent n’ est pas vraiment ce qu’ il y a de plus sympa , m’ enfin c’ est surtout effectivement là typiquement le genre de péripétie qui pourrait conduire l’ Humanité à un temps se mobiliser davantage autour d’ un semblant de solidarité inter-nationale , inter-religieuse , inter-ethnique , inter-couleur , inter-classe sociale , inter-jeune vieux , etc ; au moins ça ) ou un poil plus probable , par un aggiornamento de cette si puissante religion vers une « modernisation » donc logiquement vers moins d’ impétuosité , moins de revendications , cette force va donc supplanter ce qu’ il reste de l’ autre -ne serait-ce que par l’ importation ou la conversion ce qui va considérablement en grossir les troupes sans parler de tous ses gains de terrain actuels- et donc amener la France à s’ islamiser .
    Ce qui comme de bien entendu , à terme , ne va pas manquer retomber à la puissance 1000 en plein sur la gueule déjà à moitié édentée des « petits » , de ceux qui à ce jour ne cessent d’ être pris pour des cons par un système se voulant ( et s’ estimant ) dominant , le meilleur , le seul possible .

    Comme ces « petits » n’ auront comme alternative à leur destruction ou leur exil ferme et définitif , que l’ attachement à leur terre ou la survie , la plupart choisira de se soumettre voire de se convertir .

    Mais que l’ on se rassure , le monde merveilleux et si épanouissant par ses promesses d’ émancipation du business-roi , sera toujours aussi dominant .
    Certes , il ne sera peut-être plus autant « Dieu » sur Terre , mais s’ accommodant parfaitement de la situation , il continuera de régner , il ne faut pas s’ en faire pour lui ; de ce point de vue tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes………….

    Au fond , si l’ on y réfléchit froidement , ce ne sera qu’ une petite inflexion dans la continuité…………….

    Et tel que ( de mémoire ) répondait en substance Tancrède au Prince : « il faut que tout change pour que rien ne change »
    https://www.youtube.com/watch?v=s51KJ16gH5Y

    https://www.youtube.com/watch?v=kSlughJCPLc

    • tschok dit :

      @Scope,

      Oui, oui, on sait.

      Il y a un télescopage de deux crises: celle de l’homme blanc, qui prend comme d’habitude la forme de la chute. C’est la statue du Commandeur qui tombe de son piédestal. Freud avait décrit un phénomène similaire vers la fin du XIXième siècle dans un article sur les blessures narcissiques. Attaqué de toute part dans ce qui fonde sa présence au monde et sa place au sommet de la hiérarchie de l’évolution, l’homme blanc est une statue littéralement déboulonnée de son socle, comme les statues américaines.

      Et ça le met en pétard, ce qui est normal.

      Et l’autre crise, c’est celle de l’islam dont on a abondamment discuté.

      Quand on fait le mix entre ces deux crises ont aboutit assez logiquement au récit du grand remplacement auquel on peut rajouter quelques considérations économiques sur le thème de la financiarisation du monde, des ravages de l’ultra-libéralisme, etc. Et une pincée d’écologie, bien que le terrain soit glissant puisqu’il y a le problème que pose l’intégration du changement climatique dans ce récit victimaire, ce qui est délicat si on prétend par ailleurs qu’il ne s’agit que d’un complot des scientifiques et des Chinois. Mais pas impossible, faut juste bien choisir son angle d’attaque.

      Et tout cela s’agglomère en une suite de jérémiades qui fait récit.

      Analyse, non, mais récit oui.

      Alors après, c’est à vous de voir si vous vous contentez de ce story telling pour penser le réel ou si c’est juste un sex toy qui n’empêche pas une analyse sérieuse par ailleurs et ne sert qu’à passer le temps en s’émoustillant la libido.

      Usage qui me parait le plus fondé et rationnel, dois-je vous dire. Parce que pour le reste, c’est franchement de la merde.

      • Fred dit :

        « (…)
        Écoutez le monde blanc
        horriblement las de son effort immense
        ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures
        ses raideurs d’acier bleu transperçant la chair mystique
        écoute ses victoires proditoires trompeter ses défaites
        écoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement
        Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !
        (…) »

        [Aimé Césaire. Cahier d’un retour au pays natal.]

      • ScopeWizard dit :

        @Fred

        Et qu’ est ce que ça vient faire ça ?

        Aimé Césaire c’ est Aimé Césaire .

        Tu crois donc que depuis 200 ans il n’ y a que l’ homme Noir qui ait souffert de la domination des puissants et notamment des puissances de l’ argent ?

        Et bien tu es loin du compte .

        Le Noir doit donc tenir le rôle d’ éternelle victime , quoi .

    • Lassithi dit :

      @Scope
      Hello Scope,

      Vous êtes en forme en ce début d’année !
      Excellente nouvelle, et tel un sniper vous visez toujours aussi juste.
      Portez vous bien.

      • ScopeWizard dit :

        @Lassithi

        Hello Lassithi ! 🙂

        Alors , pour tout vous dire , en ce début d’ année , Scope éprouver difficultés à toucher Terre ; beaucoup de choses à faire en même temps ( ce qui pour un être constitué modèle standard n’ est vraiment pas facile )…………..

        Oui « excellente nouvelle » , peut-être pour vous , mais pour d’ autres soyez assuré qu’ ils font plutôt la gueule ………..

        Oui , j’ aimais beaucoup jouer aux fléchettes étant un poil plus jeune ………….

        Portez vous bien également ; cette année me paraît annonciatrice de quelque agitation , ça risque de beaucoup tanguer , en conséquence se tenir fort au bastingage il vaudra mieux………… 😉

    • ScopeWizard dit :

      @tschok

      Mais qu’ est ce que vous me racontez ?

      D’ emblée , ce que j’ ai écrit n’ a aucune prétention à constituer une « analyse » .

      Au mieux , il ne s’ agit que du résumé , et encore d’ un résumé grossier , d’ une situation globale par rapport à telle ou telle problématique , résumé rédigé en fonction d’ une perception et de ce que ladite perception est susceptible d’ entraîner comme prévisions selon une certaine logique ; la mienne .

      Ce qui était d’ entrée on ne peut plus clairement annoncé par : « moi je dis en résumé : bla bla bla…. » .

      À partir de là , vous pouvez être en total accord , ou à l’ inverse en complet désaccord , ou d’ un avis mitigé et décider d’ apporter du correctif , de compléter , de rectifier , poser des questions , etc … l’ éventail des possibilités offert à l’ éventuel lecteur est suffisamment large , et ce qu’ il soit contempteur , thuriféraire , ou plus laudateur de ce qui est exprimé dans le fond comme dans la forme .

      Sachant bien qu’ aussi brossé à grands traits que cette espèce de tableau puisse être , il n’ en demeure pas moins qu’ il se base sur nombre de références et pas uniquement sur de l’ observation personnelle fut-elle la plus affutée qui soit .

      • tschok dit :

        @Scope,

        Bof.

        En fait, non. J’ai rien à dire sur ce que vous dite parce que ce que vous dites est un assemblage de modules de discours qui sont en réalité des lieux communs = des énoncés qui circulent dans la société sans qu’on s’interroge sur leur signification car ils sont tenus pour vrai, à l’évidence.

        Et vos coms en sont bourrés. Par exemple, là, vous nous avez torché un com avec les poncifs habituels sur l’islam, l’ultra-libéralisme, la mondialisation, blablabla. Ce sont des briques de Lego.

        Ce que je regarde, c’est ce que vous assemblez avec. Les briques de Lego, en soi, sont stéréotypées, elles n’ont pas grand intérêt.

        Je vous donne un exemple qui ne vous concerne pas: plus haut, vous avez une discussion sur le thème du:

        « l’islam est intrinsèquement incompatible avec les valeurs de la société occidentale »

        Ca, c’est la brique de Lego. Maintenant, les locuteurs qui l’utilisent vont en faire quoi? Le plus souvent ils utilisent cette brique de Lego pour dire deux choses:
        – Construire un discours de choc des civilisations: puisque l’Islam est l’ennemi séculaire de l’Occident, alors les pays musulmans sont des ennemis stratégiques.
        – Construire un discours de nettoyage ethnique: puisque l’islam est incompatible avec les valeurs de nos sociétés, alors il faut expurger la société des musulmans qui sont, qu’ils le veuillent ou non, un ennemi mortel. Comme une sorte de poison, puisque l’islam est « intrinsèquement » incompatible.

        En somme, ni l’islam ni le musulman n’a de conscience: qu’il le veuille ou non, c’est notre ennemi, parce que c’est dans sa nature.

        Donc, ça renvoie aussi à des discours sur la nature et sur notre façon de penser des peuples qui nous sont différents comme des assemblages d’hommes de nature, autrement dit des sauvages ou des primitifs.

        Voilà, par exemple, ce qu’on peut faire avec cette brique. Moi, je ne regarde pas la brique, je regarde les discours qu’on fabrique avec. Or, vous, vous voulez systématiquement que je discute la brique, son bien fondé, sa véracité, sa légitimité intellectuelle, etc.

        Et à chaque fois je vous réponds que la brique est un ensemble de convictions personnelles qui relève de la doxa (lieu commun tenu pour vrai, à l’évidence, cad sans examen au fond). Essayer de discuter de leurs convictions perso avec les gens, ça sert à rien. Chuis pas curé, je m’en fous. Pour moi, ça a zéro intérêt.

        Les convictions perso, c’est comme les trous du cul et les nombril= on en a tous et elles sont banales. Ce sont des lieux communs.

        Ce qui change en revanche, ce qui fait la singularité des gens, ce sont les discours qu’ils tiennent à l’aide de leurs convictions perso et ce qu’il veulent atteindre comme résultat politique en tenant tel ou tel discours. Là, ça présente un intérêt.

        Vous comprenez?

        En fait on ne poursuit pas le même objectif: vous, vous voulez croire en votre doxa, ce qui est normale, donc vous voulez que je la discute pour me faire des belles réponses qui vont vous convaincre que vous avez raison de croire en ce que vous croyez. Et moi, ben je m’en fous de ça, c’est tout.

  21. Hystérique? dit :

    « Non, les dictatures arabes ne nous protègent pas contre l’islamisme, elles le fabriquent et l’entretiennent pour justifier la répression en interne et, en externe, draguer les pays occidentaux que l’hystérie islamiste fait flipper comme des malades. » Ce qui reste à démontrer, les contre-exemples étant nombreux (je pense à la Tunisie, pas particulièrement dictatoriale (Ben Ali??), et où le mouvement islamiste est l’un des plus puissants du monde arabe.).
    Quant à votre volonté de lier cette approche à l’extrême-droite, elle est un peu puérile, et gâche le tout. D’ailleurs je n’ai pas envie de pousser la discussion plus loin, dès lors que je risque de me retrouver affublé d’une étiquette idéologique si désaccord avec vous. PS : je suis médecin, donc je ne comprends pas ce que vous entendez par « hystérie », utilisé n’importe comment comme d’habitude.

    • Fred dit :

      @ Hystérique?

      D’ailleurs, pour être hystérique, il y a une condition : posséder un utérus, non ? ;o)

      • ScopeWizard dit :

        Tu préfères malade mental , fou à lier , convulsif , frénétique , pithiatique ?

        De mémoire , le terme hystérique venant de certaines observations faites sur des femmes au comportement étrange ou violent caractérisées par une théorie du déplacement de l’ utérus qui bien plus tard sera reprise et poussée par Freud avant que le terme ne se généralise à chaque sexe dès lors que tel ou tel comportement sera observé , ce n’ est donc pas une ineptie de l’ employer ; par contre , plus il sera employé à tort et à travers , moins il aura de sens .

  22. Paul Bismuth dit :

    La lutte contre le terrorisme par Rafale et avec porte-avions, heureusement que ce n’est pas mené pareil en France!
    Cette opération est inutile, vivement que l’on ferme H5.
    https://lemamouth.blogspot.com/2020/07/que-reste-t-il-chammal.html