Airbus serait en bonne voie pour vendre deux avions de transport A400M au Kazakhstan

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. Lucy dit :

    Ne jamais croire un commercial, pour moi c’est la base.
    Pour les projets que je dirige, je demande toujours de mettre dans le contrat les promesses du commercial. Quasi tout le temps, ce dernier se dédouane. En conséquent je sais tout de suite à qui j’ai à faire.
    .
    « les sept pays partenaires s’étaient mis d’accord pour accorder à Airbus des avances remboursables, gagées sur les exportations.  »
    J’espère bien que l’on récupèrera cette somme.

  2. Wrecker47 dit :

    Pour le transport de chameaux en vue du marché ?…Pourqoi pas ?

  3. fgnico dit :

    Nos « amis  » allemands  »
    juste question ..le « léopard  » s’est bien exporté mais il est vrai que c’est de la Deutsche Qualitât
    mais pas un mélange avec de la qualité  » d’Untermenschen »!!!

    ..// Les ambitions d’exportation s’avèrent de plus en plus difficiles à atteindre pour la phase contractuelle initiale, et ce, d’autant plus en raison de la prolongation répétée de l’interdiction d’exportation de l’Allemagne vers l’Arabie saoudite », a en effet expliqué l’industriel, qui a dû provisionner 5,5 milliards d’euros pour le seul A400M durant la période 2015-2018.

    • v dit :

      et on continue avec le future drone et le SCAF

      • NRJ dit :

        @v
        Si vous trouvez un pays d’accord pour payer les 40 milliards d’euros que coutera le SCAF, n’hésitez pas. Mais jusqu’à maintenant, l’Allemagne est la meilleure solution.

        • Sinope dit :

          @ NRJ l’Allemagne est bien le seul pays partenaire possible sur le papier pour un programme aussi ambitieux. Le soucis viens du fait que le SCAF devrait coûter 80 milliards au total donc 40 milliards par pays, et ce d’entrée de jeux.

          En outre il risque fort d’être affecté des mêmes défauts que le F 35 tel qu’il est présenté, donc avec des surcoûts énormes pour des pays très endettés. Même avec un effet de lissage du coût annuel lié à un calendrier ubuesque par sa longueur. Ce qui induit un risque non négligable d’annulation total ou partielle du programme (qui réunie NGF et drones) ou de maintien à n’importe quel prix faute d’une solution de replie.

  4. Polymères dit :

    Oui l’A400M a connu des retards, oui il a connu des surcoûts, oui il a connu des décalages pour la mise au point de ses capacités tactiques.
    Nul ne prétendra l’inverse, mais il convient de savoir également progresser en même temps que l’avion. Pendant 10 ans, certains sont devenus experts pour connaitre tous les problèmes de cet avion, au point de ne voir que cela et de rester encore figé dans le passé à croire que rien n’a changé, rien a été résolu, rien à avancer.
    Pourtant nous arrivons à la fin de la phase de développement et de validations des capacités tactiques qui marqueront aussi la fin du « développement » de l’avion (ce qui n’exclut pas la création de variantes ultérieures et d’intégrations ou modifications d’éléments, de capacités).
    Ceux qui se faisaient une joie de « descendre » l’avion tel un lobby de je ne sais quoi en interprétant mal le moindre problème deviendront de plus en plus silencieux. Non l’A400M ne sera pas incapable de ravitailler des hélicos, incapable de larguer des parachutistes ou incapables de je ne sais quoi, là aussi il convient de comprendre qu’il répondra au cahier des charges et les problèmes découverts lors des premiers tests dont les articles peuvent encore être consultables sur le net, ne sont pas une « conclusion » de ce que peut ou ne peut pas faire l’appareil. Je dis cela, car je sais qu’il y a encore beaucoup de monde qui dès qu’on parle A400M ont automatiquement une liste de problèmes en tête qu’ils font encore passer comme étant une réalité aujourd’hui.

    L’A400M de cette fin d’année 2020 et de début d’année de 2021 ne doit plus se regarder comme on pouvait douter de son avenir en 2010 et ou on cherchait des alternatives avec le C-130 et le C-17, ni celui avec ses surcoûts, ses retards, ses problèmes de capacités. Toutes ces choses sont derrière lui, ça restera et continuera de faire partie de l’histoire du développement de l’appareil, mais ne doit pas être mis en avant comme étant un « problème » de l’avion aujourd’hui. On est à un peu plus d’1 an

    Car actuellement, si les retards de l’A400M se font sentir sur notre flotte, que nous en manquons et que nombre de ceux qui sont en service devront passer par l’industriel pour obtenir l’ensemble de leurs capacités tactiques, l’avion qui sort aujourd’hui n’est pas un problème.
    Donc pour ce qui concerne le marché export, l’A400M ne doit pas être vu comme un avion à « problèmes » qui va rebuter les clients. Une réalité à prendre en compte c’est qu’on ne peut pas prétendre que l’A400M était « disponible » à la vente dans les années précédentes ou il y avait des doutes sur son développement et sur ce qu’il sera au final. De même que les retards ayant conduits à repousser le calendrier de livraisons, fait qu’il est difficilement concevable de pouvoir négocier des places dans le calendrier avec des états qui ne peuvent pas trop se le permettre avant d’avoir un certain « volume ».
    Ce n’est que depuis 2018-2019 que l’export s’ouvre réellement, mais encore limité à des négociations avec des états, pour l’heure l’Allemagne et l’Espagne sont sur les rangs pour céder (respectivement 13 et 10 avions) des places en raison d’une volonté de garder moins d’avions que prévus (à voir si ça n’a pas évolué) mais contraints d’acquérir les volumes inscrits sur le contrat.

    On a donc dans le marché export une vingtaine d’avions seulement qui peuvent trouver preneur d’ici 2030 sans que cela ne perturbe le calendrier de livraison prévu. Ensuite après 2025, on pourrait voir en cas de prospects exports, des états repousser leurs livraisons au profit d’autres clients.
    Mais je fixe également cette année 2025 comme étant la meilleure période pour n’importe quel client d’acquérir cet avion et de bénéficier de cette marge de négociation pour profiter de la ligne de production qui arrivera en 2030 à bout des commandes des états « partenaires » et celle de négociations avec des états pour obtenir très rapidement leurs avions.

    Pour moi, d’ici 2025, on ne devrait pas voir beaucoup d’intérêts pour cet avion, de rares clients qui profiteront des places allemandes ou espagnoles. Mais ce sera surtout entre 2025 et 2030 que devrait commencer sérieusement la vie export de cet avion et ou les clients devront se manifester.
    L’A400M reste un avion qui n’a pas de concurrents à son niveau et qui a de nombreux avantages. Combinants de capacités stratégiques et tactiques, il est un bon compromis, d’autant plus que l’alternative (qu’on a voulu éviter pour développer cet avion) de la complémentarité entre un avion type C-17 et C-130 n’est plus possible. Sa vie opérationnelle ne manque pas également de faire sa publicité.

    • Lucy dit :

      Je partage votre point du vue sur quasi tous les points.
      Tout de même j’aimerais préciser que un des points fort du A400M qui est de combiner le transport tactique avec le stratégique n’est pas tout à fait rempli. Je trouve l’A400M un peu juste sur le point stratégique surtout si les équipement continueront à devenir plus lourd et plus grand.
      Aussi l’A400M peut difficilement être « l’avion unique à tout faire » car trop cher voir trop petit pour les charges lourdes tel un char de combat. On le voit déjà avec la France qui cherche un avion entre le C-130 et le CN-235. Un C-17 n’a aucun problème pour emporter un Abrams, le C-5 peut même en emporter deux. Il n’est pas toujours possible d’acheminer par voix maritime tout le matériel lourd.
      .
      J’ai l’impression qu’au final le concurrent pour le duo C-130 & C-17 n’est pas l’A400M mais un duo A400M & genre un « A200M ».

    • Fred dit :

      @ Polymères

      Il existe un concurrent très semblable à l’A400M : l’Antonov An-70. Tellement semblables en performances et capacités, qu’il semblent issus d’un même cahier des charges respecté à la lettre.

      Mais ce n’est pas tout à fait un concurrent, du fait que son constructeur a une difficulté à l’industrialiser, faute de commande importante (risquée pour l’acheteur potentiel). Ceci dit, Antonov a vendu la licence de construction de son An-225 à la Chine …

      Rétrospectivement, je me demande toutefois s’il n’aurait pas été plus judicieux d’acheter la licence de construction de l’An-124 (équipé avec les moteurs de l’A-380, voir ses ailes (?) et avionique modernisée) et de concevoir un A200M …

    • Fred dit :

      Plus clairement : si la Chine décidait d’industrialiser l’Antonov An-70, ce serait une très mauvaise nouvelle pour la commercialisation de l’A400M, même si cela prendrait « un certain temps » …

    • oryzons dit :

      J’ai encore en travers de la gorge les pseudos commandes allemandes et espagnoles pour prétendre à une plus grosse part du gâteau industriel.

      Moi c’est cela que cet avion représente. Un foutage de gueule royal de nos amis partenaires pour en plus par dessus le marché l’entendre faire ce qu’ils ne savaient pas faire.

      C’est en cela que cet avion est une synthèse de tout ce qu’il ne faut pas faire, et de la façon dont les intérêts industriels français ont été piétinés, avec des politiques français absolument nullissimes pour les défendre et en réalité plus intéressé à les brader pour tel ou tel arrangement politique.

      Dans un partenariat interétatique de cette envergure ce type de manœuvre aurait dû être un vrai casus belli, c’est inadmissible.

      Pour ce qui est de l’A400m lui même, au final l’avion est intéressant avec des capacités uniques. C’est surtout dû à l’absence de concurrence, grâce notamment à l’incurie US/Boeing.

      A mon sens il faudra toutefois continuer à développer ses capacités : porte drones/effecteurs, PATMAR… Les possibilités ne manquent pas.

      Encore faut-il s’entendre, et encore faut-il que les Etats intéressés s’y retrouvent.
      On risque de se retrouver dans la configuration de l’EF où la multiplication des intervenants, industriels, états, organismes, et besoin disparates va figer l’avion.

      La réussite technique finale qui est désormais à portée, ne peut par faire oublier ce passif, ni ses conséquences d’un point de vue, coût, délais, compromis industriels, au moment même où nous rejouons exactement la même chanson avec exactement le même partenaire (oui je parle de l’Allemagne qui a été un partenaire absolument indigne sur absolument tous les plans et que la DGA a dû en permanence recadrer) sur l’Eurodrone, le SCAF, le MGCS et le MAWS.
      Nous faisons trop de compromis sur l’autel du « il faut faire ensemble ».

      Donc je comprend votre position sur le fait que l’A400m ne soit pas l’échec technique que certains continuent de voir.
      Mais comprenez aussi qu’il est aussi un échec sur bien d’autres plans.

      • Polymères dit :

        Il n’y a pas de ”pseudo commandes” , les allemands sont engagés à acquérir 53 avions et s’ils ne le font pas, payeront des pénalités. Maintenant les allemands sont libres de revendre une partie de leurs avions comme n’importe quel autre pays. S’ils n’y arrivent pas, ils en auront plus que voulu sur les bras
        En aucun cas les allemands ont ”mentis” pour avoir une plus grosse part industriel, il ne faut pas mal interpréter les choses.

      • Fred dit :

        @ oryzons

        Lorsque l’Allemagne a déclaré son intention de vendre des A400M, cela a déclenché une levée de bouclier chez Airbus même (il y a tout de même un accord Airbus/États partenaires). On verra comment les Allemands s’en sortiront (ou pas), il faut attendre.

    • Forray dit :

      Pourquoi répétez-vous la vieille histoire des avions allemands à vendre? Cela aussi s’est développé; Avec eux, l’Allemagne ouvrira une deuxième base à Lechfeld. Je me demande plutôt combien des 50 machines que la France a commandées seront livrées. Seuls 25 sont dans la LPM 2019-2025. Je ne pense pas que le même nombre suivra dans les 5 prochaines années. Alors, 15 A400M français à vendre? Ou converti en 30 A200M?

      • Polymères dit :

        La France achètera quoi qu’il arrive ses 50 A400M, elle s’y est engagée contractuellement comme l’ensemble des autres pays partenaires du programme.
        La LPM définit effectivement 25 appareils livrés en 2025 (en fait c’est au 31 décembre 2024 et non fin 2025). Les livraisons suivent une certaine cadence de production et au rythme actuel, c’est bien 2030 la date finale de production aux pays partenaires.
        L’année 2027 est la date de fin de retrait des premiers appareils livrés à des standards avec plus ou moins de capacités tactiques.
        2022 est la date de fin pour l’ensemble du développement et des essais de l’appareil.

        La France, faut le savoir a fait des choix pour sauver ce programme et maintenir l’ensemble des pays et de leurs commandes. Dans ces choix figurent notamment ses places dans le calendrier de livraisons. En raison des retards nous avons poussé pour obtenir des avions au plus vite, dans différents standards, ainsi on a été ceux qui au début en ont reçu le plus avant d’accepter une période avec peu de livraisons avant d’être ceux qui vont en recevoir le plus entre 2025 et 2030.
        Alors certes au niveau de notre flotte d’avions de transports, nous l’avons bien senti et nous le sentons encore, mais ces choix ont sans doute permis de sauver le programme, au moins dans ses volumes.

        Il n’y aura pas de transformation ou d’abandon des appareils prévus, la seule chose qui peut se passer, serait une revente à l’export ou un décalage pour satisfaire une commande export additionnelle. Mais comme je l’ai indiqué, le fait que les allemands et les espagnols souhaitent vendre une partie de leurs appareils, on a donc un volume qui permet de ne pas bousculer le calendrier pour la France car d’autres seront plus favorables à vendre leurs avions ou à décaler leurs dernières livraisons que nous.
        En France rien a été dit, le plan ne change pas. On a encore donc environ 5 ans avant d’avoir un réel gain capacitaire et de volume, l’A400M remplaçant à la fin les C-130 (sauf les 4 achetés en 2016). Et honnêtement vu les années où on a galèré avec notre flotte de transport, il est difficile de croire qu’on va se débarrasser d’A400M, on va préférer en avoir trop que pas assez.

        Je l’ai souvent indiqué ici, l’actuel LPM est un rattrapage, c’est celle qui va suivre qui va compter et voir se concrétiser de nombreuses livraisons

  5. Emixam dit :

    La vraie question c’est ces deux appareils sont des nouveaux ou c’est deux appareils « commandés » par l’Allemagne avant qu’elle ne décide de réduire son besoin (ou comment d’attribuer du workshareau départ du programme avec des commandes fictives la grande spécialité Allemande).

  6. Schwarzwald dit :

    Borat va piloter …

  7. Castel dit :

    L’A400M est partit sur un mauvais pied ; retards dans la mise au point des moteurs, incidents, puis accident dramatique à Seville, puis à cause de tout cela, retards dans les livraisons qui en ont découlées.
    Aussi, tout bien réfléchit, les clients potentiels n’ayant pas participé à l’élaboration et à la fabrication de cet avion, ont sans doute préféré prendre leur distances en attendant d’y voir plus clair…..
    Maintenant que les choses semblent rentrées dans l’ordre, il est probable qu’une grande partie de ces clients potentiels soient prêts à reprendre la file d’attente, car cet avion répond à un besoin réel, avec une charge maxi presque doublée par rapport à un C130, un volume plus que doublé (340m3) et près de 40m3 de plus qu’un IL76 (303m3)
    Ces caractéristiques peuvent tenter pas mal d’états major, dans la mesure ou leurs adversaires potentiels sont équipés de C130, ou d’Antonov 12, ce qui devrait leur donner un avantage sur le terrain en cas de projections tactiques ou même stratégiques.
    Et comme à toutes choses malheur est bon, les délais de livraison devraient être devenus plus attractifs….
    Donc, l’avenir de cet avion devrait donc -enfin- s’éclaircir !!

  8. OBIOU dit :

    C’est se qui arrivera aux programmes SCAF et autres …..
    Nos élites depuis 1850 ne changent pas , que la COLLAboration à bon goût .

    • Nexterience dit :

      Nos élites de -52 av JC ne furent pas fameuses non plus.

      • Fred dit :

        @ Nexterience

        Sans parler de « nos » néandertaliens « français » qui se sont laissé envahir par les Sapiens aux gènes plus résistants …

        Sapiens … C’est à dire … Nous :o)

    • Frédéric dit :

      Ah bon, il y a quoi en 1850 durant la courte Seconde République a part la préparation pour l’événement du Second Empire ? Commentaire qui me fait soupiré …

    • Fred dit :

      @ OBIOU

      Quel est donc ce grand pivot collaborationniste de 1850 ?

    • Castel dit :

      Vous voulez peut-être parler de ce qui s’est passé une vingtaine d’ années plus tard avec Adolphe Thiers, aussi collaborationniste que Pétain, mais sans avoir son prestigieux passé militaire, et dont le seul titre de gloire fut d’avoir écrasé la commune de Paris, qui voulait elle, continuer la lutte contre l’occupant Allemand…
      D’ailleurs, je préférerais encore voir des Avenues au nom de Pétain, plutôt qu’au nom de ce triste sire qui fut en son temps un COLLAborateur des Allemands, que l’on continue encore à glorifier aujourd’hui !!

      • Fred dit :

        @ Castel

        Jacques Prévert contre Adolphe Thiers : « L’effort humain » magnifiquement dit par Serge Reggiani :
        https://www.youtube.com/watch?v=1BpCzMPexrU

        Toutefois, s’il existait une statue en bronze de Pétain dans un parc à côté de chez moi, je t’assure qu’il n’y aurait pas que les pigeons qui lui chieraient dessus. En 14, il n’a fait que son métier, au chaud – alors que le soldat Dupond a laissé ses tripes dans la boue de Douaumont – avant de commettre un crime contre l’humanité.

        • Castel dit :

          @ Fred
          Bien sûr, ni l’un ni l’autre, mais Philippe Pétain, lui a quand même été à la hauteur dans son rôle de général, ce qui a permis la victoire Française la plus prestigieuse de la première guerre mondiale…
          Tandis que pour Thiers, en dehors de la répression de la commune, avec le soutient des Allemands, je ne vois rien à rajouter à son palmarès…
          D’autre part, quand vous rappelez que le soldat Dupont a été le véritable héros de la bataille de Verdun, je vous rappellerai que certains officiers sont morts à la tête de leurs troupes, comme par exemple le Lieutenant Colonel Driant, qui réussit au bois des cors à contenir avec deux malheureux bataillons, un Corps d’armée allemand entier , ce qui permit aux renforts d’arriver à temps pour occuper le terrain, et poursuivre la bataille , qui sans ce sacrifice aurait sans doute été perdue prématurément……

        • Vinz dit :

          S’il y avait une statue de Thiers en bas de chez moi, ce bienfaiteur qui a exterminé toute la chienlit rouge de Paris, il aurait droit à des gerbes de fleurs tous les jours.

          Thiers, reviens stp.

  9. Plusdepognon dit :

    6 avions A 400 M disponibles sur 17 avions dans l’ordre de bataille sur le papier, malgré les milliards d’euros dépensés (+ le retard) :
    https://www.usinenouvelle.com/article/quelques-progres-mais-peut-mieux-faire-comment-evolue-la-disponibilite-des-aeronefs-de-l-armee-francaise.N1016474

    C’est cela le vrai scandale de l’A 400 M pour le contribuable français (qui a obligé l’achat en catastrophe des C130 J).

    • NRJ dit :

      @Plusdepognon
      Finalement l’achat de C-130J fut une erreur car si on avait attendu 2 ou 3 ans on n’aurait pas eu besoin de les acheter car les capacités de ravitaillement en vol de l’A400M sont arrivées.

      • Polymères dit :

        Comme dit et redit, nous avons achetés ces 4 avions pour combler un trou capacitaire en terme de volumes en raison des retards de l’A400M et non pas pour avoir une capacité de ravitaillement d’hélicoptères qui de toute façon revêt d’un usage exceptionnel. Mais ce ravitaillement étant donné qu’il était compliqué dans les premiers essais de l’A400M , ses détracteurs en ont fait un élément essentiel
        Alors oui il y a 5 ans , par précaution on a décidé d’avoir 2 KC-130j mais ce n’est pas le cœur du besoin, idem pour les allemands.
        Leur utilité se mesurera jusqu’à ce qu’on ait suffisamment d’A400M soit encore plusieurs années. Ensuite vers 2030, il est vrai que cette petite flotte de 4 au milieu des 50 A400M feront un peu tâche. D’ou aussi la mutualisation avec les avions allemands. On pourra sans doute en faire des avions dédiés aux FS

      • Francois01 dit :

        Je pense que les capacités de ravitaillement des hélicos étaient un pretexte à l’achat de C-130.
        Je pense qu’en fait l’armée de l’air avait besoin d’avions plus petits que les Atlas.
        Avec seulement deux C-130 en version ravitailleurs, cette capacité ne sera jamais permanente.

  10. Thierry dit :

    LES A400M sont une perle dans l’écrin de chaque armée qui la possède, il est rare qu’un matériel français ou européen trouve grâce à mes yeux en cette époque, mais pour celui là je ne bouderais pas mon plaisir à conter ses louanges, tant le champs de son utilité est grande pour nous, et dans de très nombreux domaines.

    Très supérieur au Transall en capacité avec la même souplesse d’utilisation, il nous en faudrait beaucoup plus.

  11. AirTatoo dit :

    100% d’accord.

  12. Francois01 dit :

    Les capacité de l’A400M à effectuer à la fois du transport tactique et stratégique est un avantage indéniable.
    Mais n’est-ce pas aussi un handicap ?
    Il est trop gros pour égaler les capacités de poser sur pistes courtes et sommaires des C-130 et C-160, et trop petit pour égaler les capacité d’emport des C-17 et C-5. Heureusement pour lui ces deux derniers ne sont plus fabriqués.
    On peut constater que la Belgique remplace l’intégralité de ses C-130 par des Atlas. Ceci plaide en faveur des capacités tactiques de de ce dernier. Mais compte tenu de la petite taille de sa flotte la Belgique avait-elle les moyens d’entretenir une flotte d’appareils mixte ?
    Bon dans le cas belge l’Atlas apparaît donc comme très pertinent.
    Quelle sera la suite pour les appareils purement stratégiques dont plus aucun n’est en fabrication ?
    Boeing et/ou Airbus, se lanceront-ils dans la conception d’un nouvel appareil en dépit d’un marché relativement restreint ?
    J’avais lu sous la plume du journaliste de Challenges, Vincent Lamigeon, qu’il fut un temps envisagé de racheter aux US, des C-5 d’occasion mis sous cocons dans le désert, en les re-motorisant à neuf. A défaut d’appareils neufs, ne serait-ce pas une solution pour un flotte commune que se partageraient les pays européens qui font régulièrement appel aux An-124 de location ?

    • Fred dit :

      @ Francois01

      Lu que les US économisent et utilisent avec parcimonie leurs onéreux C5. On en voit effectivement rarement sur les sites de trafic aérien, alors qu’on aperçoit beaucoup de C-17 (180 en service contre 125 Galaxy [sur 131 construits]) et de C-130.

      J’en ai vu un en vol en passant à côté de Ramstein, tellement gros qu’il semblait presque immobile dans le ciel.

    • Plusdepognon dit :

      @ François01
      Il apparaît que cette offre datant de 2015 est restée dous le boisseau avec Donald (ne parlons pas de l’offre originelle des années 1970)… Il ne reste que les locations d’AN 124 :
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/11/26/volga-dnepr-interdit-de-vol-ses-an-124-apres-un-accident-a-l-21653.html

    • Vinz dit :

      « serait-ce pas une solution pour un flotte commune que se partageraient les pays européens qui font régulièrement appel aux An-124 de location »

      Et qui s’appellerions le programme SALIS.

      Mais il serait sans doute plus intéressant de participer au programme Strategic Airlift Capability.
      https://www.sacprogram.org/en/Pages/The%20Strategic%20Airlift%20Capability.aspx

    • mich dit :

      Bonjour ,un peu étonnant votre commentaire , ou avez vous lu que les capacités « tactiques » du C130 sont supérieures à un A400M ? de plus pour être complet il faut aussi prendre en compte rayon d ‘action et volume de soute pour bien comparer ,de même que nos besoins en fonction de nos équipements qui sont renouvelés en ce moment .