Artillerie : Nexter obtient un nouveau contrat pour assurer la maintenance des CAESAr

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

16 contributions

  1. mario dit :

    Je ne peux pas m’empêcher de penser que le fait que la chaîne logistique de l’armée de terre soit mise à mal par 4 batteries CAESAR est une nouvelle franchement peu rassurante.

  2. Alain d dit :

    Améliorer la maintenance OK.
    Mais la qualité des canons ? Amélioration sensible possible? Avec quelle augmentation du prix ? Alliages, traitements, refroidissement, ajustement, finition?

  3. Max dit :

    77 CAESAr en dotation au sein de l’armée de Terre et 32 à venir ! 109 pièces alors au mieux. Est ce que cela sera suffisant face au défi à venir ? Pas sûr mais ce système n’est pas long à produire. Reste les servants à former.

    • EchoDelta dit :

      Les servant ont des maquettes d’entrainement extrêmement réalistes qui leur permettent de répéter le gestes et d’automatiser les procédures.

      • ART SOL SOL dit :

        Ah oui, pourrions nous avoir plus de précisions, nous parlons bien de l’armée française.

    • blavan dit :

      Nos dotations en artillerie suffisent pour les Opex actuelles et à venir, qui sont la meilleure vitrine pour vendre le système Caesar. Si nous devions utiliser ce matériel en Europe , nous serions dans un conflit qui se réglerait au nucléaire.

  4. MP3 dit :

    Très bon système ce CAESAR, l’artillerie a eu le nez particulièrement fin en choisissant ce système plutôt qu’un AU F2 dont elle n’aurait rien fait. 109 canons ce sera le minimum, il reste à compléter la gamme de munitions.

    • Dupont avec un t dit :

      « les CAESAr, « très employés, connaissent une usure rapide », elle n’a visiblement pas voulu en dire davantage.  »
      En tir longue distance, dans un environnement climatique extrêmement chaud c’est 3000 coups par âme , après c’est hors tolérance …..puis dangereux pour les servants

  5. Tannenberg dit :

    c’est pas du lego non plus, le système est basé sur un canon de 155/52 qui nécessite un temps production assez long, entre la fabrication du tube « brut », l’usinage de précision et les traitements thermiques, si je me rappelle d’un commentaire relatif au CAESAR sur ce site, il me semble que la cadence de production est d’un tube/mois.

  6. belouga dit :

    Grande pauvreté en artillerie, c’est vrai aussi pour la protection anti- aérienne. Il y a du pain sur la planche pour se mettre à niveau, dans le cas d’un combat de grande intensité. La balle est dans le camp des politiques.

  7. Plusdepognon dit :

    « Plusieurs matériels de l’armée de terre sont soutenus par des protocoles similaires comme le Leclerc, l’AMX 10RC ou encore le VBCI » :
    https://blablachars.blogspot.com/2020/09/le-contrat-de-mco-caesar-pour-nexter.html

    Il ne faut pas qu’il y ait un « cygne noir » ou surprise stratégique…

    « C’est quand la marée se retire que l’on voit ceux qui se baignent nus »!

  8. Belzébuth dit :

    Selon le magazine DSI, le parc français est de : 121 obusiers de 155 (Caesar, AUF-1 et TR-F1), 13 lance roquettes LRU et 131 mortiers de 120, soit un total de 265 bouches à feu + 221 postes de tir sol-air Mistral.
    Une armée d’échantillons.