!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

Baccarat 2020 : L’Aviation légère de l’armée de Terre se prépare au « combat symétrique de haute intensité »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

103 contributions

  1. Sam dit :

    Chaque année les alatmans nous pondent la même fumisterie publicitaire… Déjà qu’ils sont pas bons au point qu’on a fait appel aux Angliches et aux Vikings pour les suppléer au Mali… mais dans le cadre de la haute intensité ça va être comme chaque fois en simulation : sur la touche au bout de 5 minutes à cause de l’ASA adverse !

    • Tiger dit :

      Vous me faites doucement rire. Le monde entier exploite le retex de la Libye, les alatmen (et pas mans mais vu le niveau du commentaire passons…) ont fait un travail remarquable. En opex c’est 90% des muns, 90% des morts eni et l’arme qui perd le plus de personnels par rapport à sa taille.
      J’imagine que vous avez raté les sélections pour être si aigri 😉

      • Sam dit :

        Moi aigri ? Je me soigne en constatant la sinistrose qui règne dans l’Alat, l’arme ayant le moral le plus bas de toute l’armée de terre. Évidemment qu’en Libye ça marche : l’oncle Sam a fait le ménage de la DSA en phase préliminaire ! Évidemment qu’au Mali ça marche, l’ennemi n’a pas de moyens sol-air ! Du coup ça caracole dans toute la base en ray-ban. Mais je maintiens que les alatmans ne sont pas bon, avec la moitié des équipages sous-entrainés et l’autre moitié sur-exploitée. Et prétendre qu’ils sont taillés pour la haute intensité ressemble à du charlatanisme !

        • sgt moralés dit :

          Vous n’etes ni sous-entrainé ni sur-exploité,mais simplement frustré; j’espère pour vous que l’heure du départ dans le civil est proche sinon c’est l’ulcère assuré.

        • Muse dit :

          Ce que vous dites est vrai pour l’entrainement et donc la dispo réelle mais les gens n’aimment pas entendre la vérité !
          Un CB faisait 220/250 h dans le milieu des années 90. Aujoud’hui ???
          C’est corrélé, rien de moins, donc le niveau baisse et cela n’est absolument pas nouveau : c’est en partie du aussi au changement de Cdt esc tous les 2 ans où l’instruction repart à zéro…

        • NRJ dit :

          @Sam
          Les systèmes antiaériens type S-400 ne sont pas adaptés face aux hélicoptères qui peuvent se cacher dans l’évolution du terrain. En revanche, les missiles antiaériens plus légers, type SA-7 et mitrailleuses antiaériennes sont les principales menaces. Et les hélicoptères ont eu à les gérer en allant en Lybie. Et force est de constater qu’ils y ont fait face et qu’ils se sont suffisamment débrouillés pour ne pas avoir de pertes.

    • EBM dit :

      Sam vous confondez volume et qualité. Si on obtient une dizaine d hélico étranger au Mali c est faute de budget suffisant pour avoir un nombre d hélicoptère suffisant ou suffisamment lourd. Donc aucun rapport avec la qualité del Alat que le Sahel confirme largement.

    • Anaxagore dit :

      Les angliches et les viki gs, comme vous dîtes, fournissent des hélicoptères lourds pour l’opération Barkhanne, ce qui n’est en rien le domaine de l’alat.

    • Lemman dit :

      quelle véhémence. Je ne vois pas bien en quoi intégrer des moyens dont ne dispose pas la France dans le GTD aérocombat fait des alatmen des « pas bons ». Pour le reste, je vous laisse à votre interprétation de l’intérêt de cet exercice. Il reste difficile de monter un exercice avec des vrais blindés en terrain libre qui tienne la route pour un cout décent en évitant les nuisances aux infrastructures du pays. La simulation peut du coup prendre du sens dans ce scénario. Néanmoins votre expérience du sujet et votre hauteur de vue sur ces questions nous gratifierons surement d’une alternative viable à laquelle personne n’a pensé.

    • Sacha dit :

      Le 1er mort à Serval était de L’ALAT. Ne l’ouvrez pas sur ce que vous ne connaissez pas (vous ne vous y entendez pas d’avantage en « simulation » qu’en alat) encore moins avec un ton méprisant.

      • Sam dit :

        Je n’y connais sûrement rien, mais l’un des officiers de l’Alat morts le 25 novembre dernier semblait très en phase avec moi quelques semaines avant son décès au combat. Ravalez donc votre sentimentalisme et ouvrez les yeux sur la vérité !

        • Sacha dit :

          Vous confondez sentimentalisme et agacement devant une personne extérieure à la chose militaire qui émet un avis plein de valeur sur la seule base de ce qu’il imagine du métier. La profession de militaire est largement fantasmée et trop de gens s’en imaginent experts au lieu de poser leurs questions. Vous en faites partie.

    • Chimère dit :

      Ferme là t****ds avec ta def’nat’ de bronze…. Retourne dans ta guérite et laisse faire les pros.

    • 1776 dit :

      On voit que vous ne connaissez rien de l’ALAT en 2020, de ses équipages et machines de dernière génération. Si la question de sa masse est une chose (et je vous l’accorde il y a un cruel manque de volume en personnel comme malheureusement un peu partout) sa technicité et son efficacité ops en est une autre. Et force est de constater que les résultats sur le terrain sont la, l’ALAT brille sur le terrain et les commandos qui lui sont rattachés (GCP, GCM) aussi. Pour ce qui est de la haute intensité je vous invite a vous renseigner sur ce que les equipages tigres ont fait en 2011 en Libye…vous serez surpris positivement, tout autant que nos chers alliés qui a l’époque furent totalement bluffés par ce que la France était capable de faire.

    • fgnico dit :

      n’importe quoi!!
      votre commentaire

    • Piliph dit :

      Autant l’argument « Mali » de Sam n’est pas pertinent (l’absence d’hélicos lourds), autant ceux qui contre-argumentent à partir des exploits français en Libye ne le sont pas davantage (une guerre entre France+UK+USA (FUKUS…) et Libye n’est pas vraiment un conflit avec un pair ou quasi-pair; ET tendance à oublier qu’un millier environ de missiles US (de croisière principalement) avaient largement détruit radars et DCA libyens, avant l’assaut aérien).

      • Alpha dit :

        @Piliph
        LOL ! Sauf que le 19/03/2011 en début d’après midi, les Rafale français étaient déjà au dessus de Benghazi… Quand les USA (et la Grande-Bretagne) ne sont entré dans la danse que ce même jour en début de soirée, en balançant plus d’une centaine de Tomahawk (et pas un millier…).
        Et puis, déjà, les jours précédant la première attaque, les appareils français violaient allègrement les défenses libyenne pour du renseignement.
        Visiblement, vous n’avez pas de bons renseignements…
        C’est souvent le cas en ce qui vous concerne, non ? 😉

        • Piliph dit :

          @Alpha : ce n’était pas vraiment le fond de mon argumentation (le conflit France/Libye n’était pas vraiment un conflit de pair à pair, la France n’était pas seule, et la victoire militaire ne préjuge en rien de ce que serait un combat « symétrique et de haute intensité » contre des Russes).

          Sur le détail que vous soulevez, je ne parlais pas de Rafale, avec sa vitesse, ses moyens de leurrage électronique, ses armes, etc. mais des hélicos de l’ALAT, le sujet de l’article.

          Et puis ne vous énervez pas, je ne suis pas un élément anti-patriotique à faire fusiller parce que je relativise ce qu’on nous a présenté comme une grande victoire française… (et encore heureux qu’on ne parle pas des conséquences politiques de cette « victoire »…). Dans ses livres et se articles, le Général V. Desportes affirme bien que l’armée française est dorénavant taillée pour des « victoires tactiques et des défaites stratégiques ».

          L’Amérique d’Obama était en plein « War from behind », et le fait que Français et Brits ont été mis en avant ne signifie pas que nous en ayons été les maitres d’oeuvre. Serval, oui, on a été autonomes; Harmattan, bof. C’est leur faire trop d’honneurs que d’évoquer – même pour les critiquer – les « décisions » de Sarkozy ou de BHL dans cette opération qui n’a finalement profité qu’aux US (en tous cas, pas aux Français).

          In fine, j’admets mon exagération méridionale sur le nombre de Tomahawks (CM) lancés par US et UK (112 selon le Pentagone), visant comme je l’ai dit, la défense anti-aérienne libyenne (ainsi que le C&C libyen).

          https://www.cbsnews.com/news/us-fires-cruise-missiles-on-libyan-air-defenses/

    • Raspoutine dit :

      Sam,
      Factuellement faux : les Anglais et leurs Chinook appuient Barkhane sur le transport héliporté lourd, aux côtés de l’ALAT et ils n’ont pas témoigné de lacunes chez nos mirliflores (vous direz peut-être que c’est parce qu’ils sont très polis et flegmatiques sans doute).
      Les Suédois font de l’instruction / patrouille sans lien direct avec Barkhane, les DAnois contribuent aux opérations de transport Minusma avec des EH101 Merlin … soit un équivalent un peu plus gros du NH90.
      Cotoyez-vous vraiment de près des cadres de l’ALAT?

  2. MR v dit :

    va faloir augmenter les effectifs de la réserve opérationnelle en prenant des mesures fortes(sociales ,économiques) pour inciter les personnels a s’engager et les entreprises a donner du temps.

    • Luc dit :

      Et les entreprises ne veulent plus en donner.. Pas rentable

    • Buburoi dit :

      Il y a les militaires d’active qui sont sous employés et sous équipés. A mon avis, il faut plutot mettre les moyens sur l’active opérationnelle. On n’a pas besoin de réserve actuellement.

      • EBM dit :

        @ Burburoi cela signifierait un budget correct.

      • Hermes dit :

        On a besoin des 2.

      • roro dit :

        Les députés de 1868 disaient la même chose que vous au sujet de l’intérêt d’une réserve. On connait tous le résultat. Comme quoi, les tares intellectuelles de nos ancêtres se transmettent générations après génération au niveau collectif.

  3. Plusdepognon dit :

    C’est un très bel exercice, on peut voir quelques photos de l’année dernière :
    http://defens-aero.com/2019/09/baccarat-2019-alat-entraine-aerocombat-cadre-multinational.html

    Le CEMAT voulait un retour du terrain libre, il faut voir avec la judiciarisation de notre société si ce n’est un voeux pieu :
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/10/terrorisme-l-armee-de-terre-va-relancer-des-man-uvres-en-terrain-libre-en-france_6015015_3224.html

    Le terme « haute intensité » est quand à lui mis à toutes les sauces interalliés ou interarmées :
    https://www.estrepublicain.fr/actualite/2019/06/25/600-militaires-140-vehicules-et-des-avions-pour-un-exercice-inedit

    Et comme le disait Martine : « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup »…
    https://www.penseemiliterre.fr/vous-avez-dit-haute-intensite-_114248_1013077.html

  4. PK dit :

    « l’armée de Terre doit désormais se préparer au combat de « haute intensité », qui est en effet devenu une « option très probable ». »

    Zut, quand je pense à Polymère et tous ses adjoints qui prétendent le contraire depuis des années ici. C’est quand même ballot…

    Bon, l’armée se prépare au conflit de haute intensité en diminuant les participants… C’est quand même pas gagné cette histoire…

  5. EBM dit :

    Plutôt pas mal ce CEMAT. Cela change du discours habituel. Et effectivement si on ne renforce pas les unités professionnelles la seule issues pour avoir de quoi parer à une surprise c’est d’avoir des réserves nombreuses et de bon niveau à défaut d’une armée de terre professionnelle.

    • Le sicaire dit :

      Ce CEMAT est probablement comme ses prédécesseurs. Il parle mais n’agit guère. De toute façon dans quelques mois il sera à la retraite. Il sera recruté par le privé et écrira un livre pour expliquer à ses successeurs ce qu’il faut faire mais qu’il n’a pas fait lorsqu’il était en fonction.

      Vous aurez remarqué que l’on ne parle plus de « conflit de haute intensité » mais de « combat de haute intensité » …

      N’est-ce pas une façon d’exprimer la réelle capacité de l’armée de terre ? Gagner un combat c’est encore possible mais une guerre, ça c’est une autre histoire… et puis c’est le boulot des politiques… 😉

      • EBM dit :

        @ Le sicaire le CEMAT dit qu il faut se préparer, sous entendu nous ne sommes pas prêt. Première difference. Deuxième difference, qui se trouve dans le document de revue strategique, la réforme du soutien.

        Ensuite oui cela avoue en creux nos faiblesses. Pour les compenser il n y a qu une solution les réserves si on augmente pas le budget. Surtout si elles sont axées sur d anciens engagés. Troisième différente ce donc.

  6. Muse dit :

    Faire voler des hélicos en montagne ne peut se faire que si les équipages sont formés et habilités ce qui était loin d’être le cas à la fin des années 90.
    Il a fallu beaucoup de détermination pour convaincre de l’utilité de ce type de vol qui était perçu comme une ballade en montagne.
    Donc une minorité de qualifiés montagne pouvait vraiment opérer en milieu de haute montagne.
    Le 5GHL de Corbas avait cette vocation mais tout le monde n’était pas à l’aise avec ce milieu et des fautes étaient commises comme le crash de l’AL III au milieu des années 90 !

    • Lacondemine dit :

      Ré bonjour.
      Je suis en présence de deux journalistes d’ un grand quotidien et ils constatent une fois de plus que mon écrit à disparu… Toutes vérités, ne seraient pas bonnes à dire ? … Les deux journalistes ont lu mon écrit … Faire un constat dérangeant sur ce que sont nos armées aujourd’hui est ce un crime de lèse majesté ? … En résumé dans mon écrit, je mettais juste en avant que nos armées auraient beaucoup de mal à soutenir un affrontement à haute intensité vu le manque abyssale en matériels et qu’un affrontement à haute intensité nécessite
      d’avoir du matériel en nombre … et de rajouter que nos armées malgré les compétences des Femmes et des Hommes qui la composent , les carences en matériels serait un handicap difficile à surmonter … Je pose aussi naïvement la question du pourquoi le General Pierre De Villiers à t’il claqué la porte …
      Monsieur , votre forum ne peut être crédible si vous n’acceptez pas que l’ont puisse être critique … Les deux journalistes feront prochainement un article sur la censure constatée … Cet écrit , ne passera sûrement pas , une fois de plus l’on pourra constater l’ouverture d’esprit qui anime votre Pseudo forum …
      La chose militaire , vous en ignorez l’essentiel … Dire que notre budget défense est loin d’être suffisant, que nos armées sont sous équipes, dites nous ce qui vous dérange ? … plus de trente années ou nos armées, ont été continuellement la barrière d’ajustement budgétaire … Dites moi dans mes propos qu’est ce qui fait qu’ils soient censurés .. Sur d’autres forum mes écrits paraissent … et celui ci de même… Liberté d’expression … dire ce qui est factuelle … des vérités pas entendables … Plongez vous un dans la sphère militaire , écouter , entendez …
      Puis revenez un peu plus aux faits de ce que pensent les Hommes de troupes , sous officiers , et officiers supérieurs … Écoutez leurs constats … cela n’enlève en rien leurs professionnalisme, et dévotion à la nation…
      Bonne journée à vous …
      William Alexander .

  7. albatros24 dit :

    Vue la photo : il n’y a plus de housse de casque camouflée maintenant dans l’AdeT ?

  8. lxm dit :

    Grèce et Turquie sont très montagneuses.

  9. Eterlou dit :

    On tiendrait combien de jours face à une armée disposant par exemple de BM-27 Uragan ?

  10. Grosminet dit :

    Ça va encore couiner autour de Mailly ^^

    Les gens s’installent autour d’un camp militaire et pleurent que, de temps en temps, il y’a des bruits d’explosion ^^

  11. Réserviste : FINEX dit :

    Avec la crise économique, les entreprises vont demander à leurs salariés réservistes de faire un choix simple : l’entreprise, ou la porte pour aller jouer à la guéguerre…
    Les revenues du foyer et la pression familiale feront prendre une décision assez simple à comprendre : « je reste chez mes mon employeur et FOMEC en civil ».
    Il va donc falloir trouver un sérieux levier financier, des droits à la retraite pour les réservistes, un modèle « win-win » avec les entreprises (Comme la réduction des charges sociales, car que faire d’un réserviste blessé en service kaki qui est ensuite en AT pour l’entreprise ?) et une grosse campagne de communication. Sans oublier l’acceptation de certains Actives de bosser avec des Réservistes. On connait des C1 qui voudraient ne plus en voir chez eux.

    • EBM dit :

      @ si cette réserve est axée sur d anciens pro qui touchent une pension ça couvre en partie le problème.

    • Hermes dit :

      Faudra quand même se méfier du « entreprise ou la porte », si l’employé peut faire le lien, virer un réserviste coûtera extrêmement cher à l’entreprise…
      Les prud’hommes sont rarement tendre, surtout dans des cas comme ça.

    • Buburoi dit :

      On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si on a un contrat dans une entreprise, on a le devoir d’ètre entièrement engagé pour son entreprise. Ceux qui veulent signer un contrat militaire doivent démissionner à mon avis, et prendre un contrat de militaire à plein temps. Compte tenu des besoins actuels, il faut déjà donner de l’occupation aux gens d’active et les gérer correctement avant de s’occuper des intérimaires. Les armées peuvent passer des marchés avec des entreprises en cas de besoin pour la logistique par exemple.

      • Roro dit :

        Votre commentaire démontre une profonde méconnaissance du fonctionnement de la réserve dans les autres pays. Aux états-Unis, près de 500 000 hommes composent la garde nationale dont les unités partent en afghanistan et en irak. Idem dans des proportions moindres au Canada.
        En suisse et en finlande, les citoyens-soldats quittent leur entreprises pour des périodes 3 semaines.
        Ces centaines de milliers de gens sont-ils déloyaux envers leurs entreprises ? point du tout. L’état les rembourse et leur accorde des avantages. Ce n’est qu’une question de mentalité de volonté.

        « il faut déjà donner de l’occupation aux gens d’active » Etes vous bien militaire pour oser dire une chose pareille, j’ai vu des personnels ne pas pouvoir voir leur familles durant des mois enchainant stages sentinelles et gardes. Les personnels sont au contraire surexploités, à moins que vous parliez des quelques planqués minoritaires qu’on retrouve dans n’importe quelle profession.

    • Buburoi dit :

      Si l’on a un vrai emploi dans une entreprise, à mon avis c’est déloyal vis à vis de son entreprise d’ètre réserviste. on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Actuellement, il n’y a pas besoin de touristes réservistes, mais d’une force fiable telle que la Légion étrangère, entrainée pour le combat.

      • Ben63 dit :

        Parce qu’il n’y a que la légion qui est entraînée au combat ? Je vais démissionner alors, vu que je suis de la régulière, donc non entraînée au combat.

    • PK dit :

      Ça se fait pratique déjà pour les SPV. Donc la formule est connue et fonctionne assez bien, même si on peut l’améliorer :

      – signature d’une convention SDIS-employeur pour chaque employé à la double casquette
      – avantage pour l’entreprise : en cas d’absence de l’employé, c’est le SDIS qui défrait, au salaire de l’employé (au début, c’était au SMIC, mais ça couinait pour les cadres)
      – plus deux ou trois babioles en terme d’avantages sociaux
      – en contre-partie, l’employeur accepte de libérer « un peu de temps » en fonction de l’employé/charge de l’entreprise.

      Entre personnes motivées, ça fonctionne assez bien. Les SPV ne se forment plus pendant leurs vacances perso au détriment de leur famille. Et les patrons ont le mérite de jouer un rôle fort dans la qualité du SDIS locale sans endosser un uniforme.

      • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

        @ PK
        Il y a effectivement beaucoup d’exemples à prendre chez les pompiers dans le domaine de la gestion des personnels.
        Malheureusement les états-majors militaires, formés de gens qui sont statutairement coupés de la société civile, ne voient pas comment ça se passe ailleurs : ils entendent seulement parler des problèmes par la presse et n’imaginent donc pas qu’il y a parfois des exemples à prendre dans la fonction publique.
        .
        Au passage je précise : SDIS = service départemental d’incendie et de secours ; SPV = sapeur-pompier volontaire. Ces SPV sont en quelque sorte des occasionnels qui viennent renforcer les SPP (=sapeurs-pompiers professionnels) en cas de besoin. C’est toujours un renfort programmé et non une surprise à l’appel de la sirène.
        .
        La formation des SPV est du même niveau que celle des SPP parce qu’en situation réelle on ne peut pas se permettre des insuffisances techniques.
        Ceci est une remarque perfide que je fais en direction des réservistes de l’armée que l’on convoque seulement pour les exercices (et je dirais même pour faire de la figuration) et dont, par conséquent, l’on tolère des imperfections.

  12. Lacondemine dit :

    Bonjour, entraînement au combat à haute intensité.. Mettre la cherue avant les bœufs.
    Nos armees, ont un manque abyssale de matériels en tout genres .. Faire face à un affrontement de haute intensité veut dire avoir un suffisance en matériels, hélicoptères, avioniques .. artilleries en nombres … nous le savons tous c’est loin d’être le cas … Aujourd’hui , si nous étions confrontés à une guerre à bhaute intensité, nos armées malgré le professionnalisme des Femmes et des Hommes qui la compose ne tiendrait pas plus de trois semaines … Haute intensité signifie un engagement en masse de matériels afin de pouvoir faire face … Moins de 50% de disponibilité pour nos hélicoptères, avions en tout genres … les causes nous les connaissons, manques de budget de maintenance et pièces de rechanges …Triste constat , nous serions très vite submergés … Dissuasion , l’arbre qui cache la forêt… Sur le plan conventionnel, nous à la neuvième place … et nous risquons de perdre deux trois places dans les deux années avenir … Nos armées, sont équipées de matériels de hautes technologies, mais en a été dotée à doses homéopathiques… Carences plus que inquiétantes .. Posons nous la question pourquoi le Général Pierre De Villier a t’il claqué la porte ? … Ils nous faut espérer que nous n’ayons pas à regretter un jour de ne pas avoir donné de moyens pour notre Défense … Notre marine, il faut remercier Mr Sarkozy pour l’avoir désarmées en partie … 40 milliards d’euros budget défense, insuffisant … Avons nous les moyens de nos ambitions ? … Guerre à haute intensité fasse le ciel que pour l’instant rien ne se passe … Je suis un patriote comme vous tous , j’aime cette France , j’aimerai faire un autre constat … mais je m’efforce d’en les réalités … Nos armées négligées depuis maintenant depuis plus de 30 ans … et ce n’est pas les 1 ou 2 milliards d’augmentation du budget qui va changer les choses … Il faudrait que nos dirigeants viennent parler aux Français dans une grande émission consacrée à notre Défense et explique à la nation qu’est ce notre armées…
    et explique pourquoi ils nous faut faire un gros effort malgré la crise sanitaire et économique .. Une Nation se doit de se donner les moyens de vivre en paix .. ne pas se réfugier derrière notre dissuasion certes plus que importante mais pas uniquement …
    Dire aux Français qu’il faut augmenter notre budget défense de suite De 40% , cela ferait un budget de 56/57 milliards € … et passer commandes de matériels … Guerre à haute intensité , c’est avoir la suffisance pour y faire face … À votre avis est ce le cas ? …
    merci …
    WIlliam Alexander .

    • Buburoi dit :

      Personne ne souhaite payer plus d’impots. C’est déjà la guerre civile dans les banlieues, la justice et la police judiciaire ne font rien. Où passe l’argent: les fainéants qui gagnent plus en ne travaillant pas, les étrangers en situation irrégulière, les demandeurs d’asile, les fraudeurs aux allocations familiales, à l’assurance maladie.
      Tout le monde sait qu’il y a un manque de matériel et que les militaires sont sous payés, c’est évident,

    • MAS 36 dit :

      C’est bien pour cela que nous avons une dissuasion nucléaire qui fait qu’un agresseur potentiel y regardera à deux fois avant de s’en prendre à notre territoire. C’est aussi une partie du budget qui ne va pas à l’équipement conventionnel.

      Après effectivement il y a des lacunes en nombre et en équipements modernes. Et le budget est d’autant divisé qu’il y a de nouveaux investissements à faire dans la cyber-défense, et dans le spatial.

      Tout dépend aussi de notre PIB, en ce moment c’est compliqué et nous sommes une moyenne puissance qui gère également le quotidien de sa population qui tient à son confort : transports – hôpitaux – écoles – facultés – secours – recherche – etc….

      • Géo dit :

        La perte de notre souveraineté monétaire d’abord avec le SME (1972 renforcé en 1979) puis « l’indépendance de la Banque de France » (1993) puis l’€uro, tout ça est aussi pour beaucoup dans nos difficultés budgétaires.

      • Lame dit :

        MAS 36, la dissuasion nucléaire c’est essentiel mais ce n’est pas la panacée contre toute menace. Si des forces ennemies prennent pied sur le Territoire national, il faudra bien contre-attaquer, une frappe nucléaire contre le territoire d’origine ne suffira pas. A fortiori si l’ennemi peut intercepter la plupart de nos ogives ou vecteurs, voire riposter grâce à son propre feu nucléaire.

    • Lame dit :

      Bien parlé Lacondemine. Le problème c’est qu’on ne peut augmenter le budget de l’armée dans l’immédiat et qu’il va falloir se préparer à faire pour un mieux avec des moyens limités. Cela me fait penser que la France s’est déjà retrouvé dans cette situation pendant la première guerre froide: c’est le bon moment pour relire l’Essai sur la Non-bataille de Guy Brossolet…
      *
      Néanmoins, ce qui m’interpelle le plus, c’est qu’un chef d’Etat-major prétende que le combat de « haute intensité », est devenu une « option très probable ». Que l’Armée de terre à faire face à une invasion, c’est normal: sa fonction première, et la base de sa crédibilité, c’est la défense territoriale. Que l’Armée de terre considère qu’il existe toujours un risque de déclenchement conflits de haute intensité, c’est normal: C’est un constat de bon sens. Mais il est étrange que de parler d’option très probable.
      *
      Soit ce sont des propos alarmistes déplacés, soit le Chef d’Etat-major (et le gouvernement?) est convaincu que la France va être impliquée dans une guerre classique sous peu. Je ne remets pas en cause la pertinence de l’analyse du général Burkhard mais je serais curieux de savoir à quel front il pensait exactement.

  13. Planeur dit :

    Le vol en montagne, quelle que soit la machine utilisée, est effectivement très particulier et dangereux. Surtout s’ils font du vol de nuit (du moins je suppose parce que le planeur ne connaît pas le vol de nuit).
    .
    A part ça, localiser cet exercice « haute intensité » en montagne, c’est une idée qui m’étonne un peu parce que l’ennemi « haute intensité » n’a aucun motif de vouloir passer par ce genre de terrain qui n’est pas plus facile pour lui que pour nous : il préférera la plaine et la ville. Peut-être l’EM considère-t-il que la montagne prépare au vol sur les zones urbaines modernes, avec de nombreux bâtiments de grande hauteur générant des vents inattendus comme en montagne ?
    .
    Enfin, l’implication de réservistes dans cette affaire me semble un peu déplacée : pour cette simulation guerrière très particulière à cause du terrain, les réservistes ne pourront rien faire de mieux que de la figuration.

    • Le dahut dit :

      Le 24ème RI est un régiment parisien. On les imagine mal à l’aise en montagne, avec leurs deux jambes de la même longueur.

      • Muse dit :

        Surtout que le combat montagne implique des efforts très importants MAIS aussi une adaptation particulière à l’environnement.

        • MAS 36 dit :

          Attendons de voir le RETEX retour sur exercice , d’où son intérêt. Matériel, personnels, état-major , je suppose que tout sera disséqué.

    • Muse dit :

      pas de JVN en montagne : estimations des distances et du relief sur couleur monochrome= pas suffisant.
      Mais l’ALAT faisait fort avec des machines anciennes comme l’Al II (ou III) en effectuant des VDN sans JVN en vallée avec cap/montre.
      Autant dire qu’il faut tenir les paramètres et savoir gérer un poil le stress induit…

    • Roro dit :

      Les réservistes n’ont de toute façon de valeur offensive en unités constituées. Il s’agit de formation proterre. Il pourront faire de l’occupation de terrain, en vallée ou au niveau des cols ainsi que de l’escorte de convoi, le 24 RI ayant des compétences dans ce domaine.

      Des missions modestes qui ont cependant leur importance.

  14. lym dit :

    Il faudrait prévoir des poches de sac à dos et casques assorties au reste de la tenue… et au décor!
    Immobile, ca peut ressembler à un rocher de loin sans silhouette clairement visible. Mais au moment de bouger, autant s’accrocher une cible.

  15. En 2030, (si les budgets sont respectés) c’est-à-dire dans 12 ans, nous aurons sur le papier 200 Chars Leclerc, 300 Jaguar, 1872 Griffon, 972 VBMR léger, 1060 VBMR léger, 800 VBL régénérés, 109 Caesar, 67 hélicoptère Tigre et 74 hélicoptères NH90TTH. Répartis en 12 commandements de niveau divisionnaire. Combien seront en mesure de rouler ou de voler, quel serait leur taux d’attribution ? Avons-nous des stocks en réserve ?
    L’inadéquation entre nos moyens et nos engagements contre le terrorisme et les conflits périphériques (levant-Sahel-Afrique) et la nécessité de répondre à des menaces de déstabilisation et de conflits en Centre-Europe est constamment dénoncé par nos chefs d’Etats-Majors successifs … https://www.athena-vostok.com/modele-darmees-2030-et-si-nous-nous-etions-trompes-premier-volet-larmee-de-terre https://www.athena-vostok.com/modele-darmees-2030-et-si-nous-nous-etions-trompes-premier-volet-larmee-de-terre

  16. Lassithi dit :

    C’est très bien ces exercices avec les brits.
    Dommage que l’Alat souffre d’un manque de moyen chronique (comme toutes nos armées) et que son format rende impossible de se maintenir en haute intensité bien longtemps et sans des lourds, une rigolade.
    Dans les FFA, la doctrine était de tenir +/- 96 h le temps que le reste se déploie et que Reforger commence son boulot. A Berlin, c’était 24h pour le symbole.
    Aujourd’hui, il n’y a plus de symbole, plus de doctrine. La haute intensité sans possibilité de renouvellement n’est qu’un mot.

  17. Larméeàpasdargent dit :

    Heeee behh 1200 soldats + des soldats d’autre armée… sa en dit long sur le niveau de l’armée française pas prête du tout à une guerre de haute intensité ! Je sans que l’armée française va ce faire écraser en 3 semaines grand MAX contre une ennemi qui comme le dit le CEMAT: « et un ennemi conventionnel équipé de matériels de dernière génération, capable de mener un combat symétrique de haute intensité. » on à clairement aucune chance. On pourra en tout cas dire ce que l’on veut des Russes, mes au moins eux pour l’exercice Vostock 2018 il on fait débarquer 300 000 soldats, 80 navires de guerre et 1000 avions de combats !!! Et sa c’est du lourd pour mener un combat guerrier de haute intensité ! pas comme 1200 soldat FR pommé et peut professionnel ! (Sans parler des pilote FR en montagne qui sont juste zéro).

    • PK dit :

      Attention, les Russes comptent pas comme nous. Un gus d’un régiment qui vient servir le café à l’EM et tout le régiment est compté.

      Ça n’empêche pas qu’ils mobilisent beaucoup plus…

      • Tchac dit :

        Bah oui, quand on lit qu’un exercice militaire russe implique 100 000 soldats, ils ont comptés toute les troupes de la région militaire où se déroulait l’exercice sans forcément qu’elles aient un rôle actif…

    • Muse dit :

      « (Sans parler des pilote FR en montagne qui sont juste zéro) »

      Et vous, qui êtes vous pour en parler ainsi ?
      Le clown de service, le troll à dix balles ?

      Vous auriez du prendre le temps de lire mon message pour comprendre plutôt que de bavasser.

      Il n’y a que quelques pays qui ont placé le vol montagne comme une priorité : l’Inde, le pakistan par exemple

  18. dompal dit :

    « L’exercice se déroulera sur « un quadrilatère de 150 kilomètres de front sur 250 kilomètres de profondeur comprenant une zone de tirs réels [camps de Mailly et de Sissonne] et une zone d’exercice dans la région de Valence – Grenoble – Gap – Briançon », précise l’armée de Terre. »
    De mon temps les camps de Mailly et Sissonne n’étaient pas dans les Alpes mais ça a certainement dû changer depuis ! 😉

  19. dompal dit :

    « L’exercice se déroulera sur « un quadrilatère de 150 kilomètres de front sur 250 kilomètres de profondeur comprenant une zone de tirs réels [camps de Mailly et de Sissonne] et une zone d’exercice dans la région de Valence – Grenoble – Gap – Briançon », précise l’armée de Terre. »

    De mon temps les camps de Mailly et Sissonne n’étaient pas dans les Alpes mais ça a certainement dû changer depuis ! 😉

  20. lenny dit :

    Quand on voit que leurs generaux ne savent toujours pas faire la difference entre du CCA et le CAS….il y a en encore un peu de chemin a parcourir…

  21. 341CGH dit :

    Quand on parle de « haute intensité » ça ne signifie pas « longue durée ».
    Une guerre qui menacerait les intérêts supérieurs de la France ne tarderait pas à devenir nucléaire et par conséquent à concerner tout le monde. Tous les pouvoirs du monde auraient intérêt à faire cesser l’agression.
    .
    Le missile Pluton était fait pour ça. Depuis les années quatre-vingts nous avons L’ASMP. Aujourd’hui nous utiliserions nos armes nucléaires en mer, donc contre des cibles militaires et sans dégâts collatéraux.
    .
    En aucun cas une guerre menaçant la survie de la France ne sera longue. Intense oui mais longue non.

  22. Poorfhendeur dit :

    Haute intensité très probable contre qui ?

    SVP, Quelqu’un peut fournir une liste réaliste ?

    • Mantore Gérard dit :

      Quand vous fermez votre porte avec un verrou, vous ne savez pas quel malfaiteur vous empêchez d’entrer.
      Mais vous verrouillez : contre qui ?
      Vous ne pouvez pas fournir une liste réaliste.

    • MERCATOR dit :

      @Poorfhendeur

      Pour répondre à votre question voici ce que j’écrivais il y a peu ;

      À moyen terme (horizon 2030,2040) nos ennemis possibles sinon probables en théâtre centre Europe sont dans l’ordre Fédération de Russie , Chine. En zone Méditerranéenne, Chine, Turquie, voire Algérie. En zone atlantique, Chine . En zone pacifique Chine. Nous ne pourrons pas rivaliser en nombre d’armes conventionnelles et en effectif avec la Fédération de Russie et la Chine. Il ne servirait à rien d’essayer d’entreprendre une course aux armements en matériel terrestre pour nos armées sauf bien évidemment en objectif export.

      Il faut privilégier notre aviation notamment avec des missiles hypersoniques nucléaires et conventionnels, nos sous-marins d’attaque et ceux de la force de dissuasion nucléaire, nos frégates de haute mer,( je suis plus circonspect concernant les portes-avions), coopérer avec Israël pour les drones .

      Pour les forces terrestres reprendre la construction de nos missiles tactiques nucléaires styles Pluton/Hadès, faire fi de l’Allemagne et relancer la construction de la bombe à neutrons, avoir une défense antimissile efficace et nombreuse pour protéger nos centrales nucléaires, nos centres de commandement, nos installations industrielles stratégiques, développer des régiments de défense du territoire appartenant à la gendarmerie, en liaison avec nos régiments de parachutistes pour pouvoir défendre et détruire les forces spéciales qui ne manqueraient pas d’être parachutées sur nos sites sensibles, avoir des unités de guerre électronique pour sécuriser nos systèmes internet et lutter contre les attaques de virus .

      Entretenir une force d’action rapide pour nos OPEX ( Légion, unités parachutistes, troupe de Marine, forces spéciales) L’OTAN ne nous sert pas à grand-chose, tant que nous serons dépendants des États-Unis il faudra y rester mais il faudra s’en défaire dès que nous aurons déployé de nouveaux moyens satellitaires et grandement étoffé notre flotte de gros porteurs .

      Les ennemis les seuls possibles en centre-Europe possédant la bombe sont la fédération de Russie et la chine, les gens qui la dirigent et qui plus tard la dirigeront ne sont pas des imbéciles, au cas peu vraisemblable mais que l’on doit prendre comme hypothèse qu’ils se portent à nos frontières en nous submergeant avec des forces mécanisées 10,20 fois plus nombreuses , un missile nucléaire tactique leur montrerait notre détermination avant un Armageddon final, ces gens sont censés ce ne sont pas des Trump, ils analyseront le risque par rapport à l’espérance de gain et je suis certain à 100% de leur réponse. Quant aux pays ne la possédant pas et qui pourrait éventuellement entrer en conflit de haute intensité avec nous en zone méditerranéenne ( Turquie,Algérie, Iran) un ou deux missiles tactiques calmeraient immédiatement le jeu, alors oui l’arme nucléaire est la seule solution .

      • EBM dit :

        @ Mergator : J’ai l’impression que vous proposez de revenir à l’armée de 1989 avec une armée de terre réduite à la DOT et la FAR. Je suis parfois d’accord, même si globalement cela me paraît être retour vers la guerre froide avec le discours azimuté sur l’arme nucléaire tactique comme baguette magique.

        – « À moyen terme (horizon 2030,2040) nos ennemis possibles sinon probables en théâtre centre Europe sont dans l’ordre Fédération de Russie , Chine. » C’est une supposition mais une surprise est toujours possible, et la chine en centre europe…

        – « Il faut privilégier notre aviation notamment avec des missiles hypersoniques nucléaires et conventionnels, nos sous-marins d’attaque et ceux de la force de dissuasion nucléaire, nos frégates de haute mer,( je suis plus circonspect concernant les portes-avions), coopérer avec Israël pour les drones .  » Effectivement on peut privilégier les deux et laisser à l’armée de terre la portion congrue.

        – « Pour les forces terrestres reprendre la construction de nos missiles tactiques nucléaires styles Pluton/Hadès, » Le coût contredit ce que vous disiez plus tôt en donnant la priorité à la marine et l’aviation. De plus leur portée les condamne à un rôle face à la Russie. Autant s’en passer car on a des ASMP-A.

        – « relancer la construction de la bombe à neutrons, » les études ont été faites et le résultat est sans appel.

        – « avoir une défense antimissile efficace et nombreuse » tout à fait d’accord

        – « développer des régiments de défense du territoire appartenant à la gendarmerie » pourquoi pas mais ce ne sont pas des forces spéciales qui nous menacerons (oui l’URSS est tombée en 1991) mais des insurgés type 2015.

        – « Entretenir une force d’action rapide pour nos OPEX ( Légion, unités parachutistes, troupe de Marine, forces spéciales) » L’armée de terre se limite déjà à un erzatz de FAR plus l’équivalent d’une division blindée, le tout bien trop faible pour des opex sérieuses.

        – « Les ennemis les seuls possibles en centre-Europe possédant la bombe sont la fédération de Russie et la chine » la Chine en centre europe peut être pas. La Russie oui, mais le plus probable en haute intensité est une guerre limitée au seuls états Baltes ou d’invasion masquée comme en Ukraine. Deux cas où les deux camps n’utiliseraient pas forcément leurs armes nucléaires pour quelques gages territoriaux vites évacués.

        – « un missile nucléaire tactique leur montrerait notre détermination avant un Armageddon final » un missile nucléaire tactique entrainerait une riposte au nucléaire stratégique.

        – « ( Turquie,Algérie, Iran) un ou deux missiles tactiques calmeraient immédiatement le jeu » a l’évidence on ne va pas utiliser des armes nucléaires pour quelques îles grecs. L’Algérie et l’Iran très improbable.

        – « l’arme nucléaire est la seule solution » Heureusement que non, il y a des forces conventionnels avant d’en arriver là.

    • Poorfhendeur dit :

      Sans parler de la Turquie… (merci)

    • EBM dit :

      @ Pouf c est le boulot premier d une armée de s y préparer. Donc contre qui importe peu. Une armée n est pas une entreprise, elle fait pas que face a des besoins immédiat mais aussi a des menaces non prévues ou hypothétiques.

    • Électeur dit :

      Politiquement, il est préférable de ne pas désigner d’ennemi.
      Non par politesse mais à cause de l’incompétence de notre personnel politique : dans la période 1870/1914, on préparait la revanche contre les Allemands.
      .
      De ce fait le personnel politique de l’époque ne voyait pas que pendant ce temps-là les British nous contraient efficacement outre-mer (le Capitaine Marchand qui affrontait les British à Fachoda, a été lamentablement lâché par le Gouvernement français).
      .
      En attendant que notre classe politique comprenne la géopolitique, ne désignons pas l’ennemi.

  23. werf dit :

    J’ai cru à une blague en lisant entraînement au combat de haute intensité pour l’ALAT. Quant on connaît le taux de disponibilité des appareils de l’ALAT il ne faudrait surtout pas un combat de haute intensité. les hélicoptères d’attaque d’un certain pays n’en ferait qu’une bouchée… Je ne parle même pas des troupes françaises engagées, elles seraient rapidement coupées de leurs ravitaillement en vivres et munitions. Il ne faut pas faire de la propagande mais de l’information ou rien du tout.

  24. Piliph dit :

    Je ne comprends pas certains des mots utilisés par le CEMAT, qui par ailleurs ne précise pas le cadre dans lequel se déroulerait un combat « symétrique et de haute intensité » et en montagne :

    1 – Combat symétrique : tout l’art stratégique – ou opératif si on veut être plus précis – consiste à éviter la symétrie et à tenter de créer de l’asymétrie à un endroit donné et à un moment donné. La symétrie quasi-parfaite et à « haute intensité », on a vu ce que ça a donné pendant la Première Guerre mondiale (soit des pertes énormes pendant la phase dynamique (les premiers mois de 1914), soit pertes++ et enlisement dans un front immobile pendant la phase des tranchées). Le combat symétrique, c’est ce qu’il faut éviter à tout prix.

    2 – Un combat « haute intensité » sans attaquer l’ennemi dans sa profondeur, ses lignes de ravitaillement, ses aéroports militaires, ses chemins de fer, ses usines d’armement, ses casernes, etc?? Donc un exercice avec uniquement l’armée de terre et SANS coordination avec l’armée de l’air et ses chasseurs-bombardiers ???
    Et si ce combat doit se dérouler ailleurs que dans les Alpes (contre l’Italie??), mais par exemple dans les monts grecs ou balkaniques ou norvégiens, quid du transport de ces troupes sur le front : par la route? le rail? ou plus probablement en faisant appel à la Marine nationale, elle aussi absente de l’exercice !

    3 – Un combat de l’armée de terre française en solo, ou dans le cadre d’une coalition? A priori, Il ne pourra s’agir que d’un combat dans le cadre d’une coalition, car je ne vois pas l’armée française seule se frotter à un ennemi pair ou quasi-pair. On voit déjà les difficultés de la guerre en solo contre les islamistes sahéliens qui n’ont ni arme blindée, si DCA sérieuse, ni aviation, etc… Alors contre une armée conventionnelle, en solo, alors qu’on a renoncé aux armes de suppression des défenses anti-aériennes, qu’on manque de transports aériens lourds, qu’on est encore faiblard en drone, etc…

    4 – Un combat haute intensité contre un pair impliquera automatiquement des méthodes hybrides : guerre des médias pour s’assurer du soutien de l’opinion publique nationale et internationale, guerre « subversive » pour provoquer des sabotages (Guerre de Corée et sabotages sur le port de Marseille), voire des soulèvements en France (guerre d’Algérie), guerre des réseaux pour interrompre ou pirater les télécommunications militaires (donc guerre dans l’espace), guerre cyber, etc… Les difficultés futures d’une guerre haute intensité qui durerait un peu se situerait dans la protection de ces dimensions, et déjà dans la bonne coordination entre ces différents niveaux, davantage que dans l »emploi de tel ou tel sous-système d’armes comme l’ALAT ou que sais-je. Bref, ces exercices ne peuvent être qu’inter-armes, sinon à quoi servent-ils?

    5 – En revanche, je vois bien un élément intéressant et nouveau dans cet exercice : l’implication d’une unité de réservistes, car si j’en crois M. Goya, il faut de la « masse » pour occuper les bourgs conquis, sécuriser les routes, les ponts, les dépôts militaires, mener les actions civilo-militaires au sein de la population, etc. Et ce serait illogique d’amputer le déjà très faible nombre de soldats préparés à la mêlée pour les affecter à ces tâches moins techniques.

    6 – Pourquoi ne pas poser franchement le cadre d’un tel combat (ennemi, terrain)? D’autant plus que le Cemat évoque « un combat de « haute intensité », qui est en effet devenu une « option très probable ». Très probable. On (les Français) aimerait donc bien savoir qui est cet ennemi « très probable » : la Russie en Europe de l’Est? La Turquie en Europe du Sud??? La moindre des choses serait de nous informer car dans le deux cas, il n’y aura ni front ni « arrière »… (Russie = puissance nucléaire – Turquie = puissance religieuse pour les musulmans..).

    7 – Mais peut-être que je m’excite pour rien, et qu’il ne s’agit que de s’entrainer à prendre 3 villages dans le Dombass, sans les tenir très longtemps…

    • PK dit :

      Étant donné l’irresponsabilité de nos politiques incapables de désigner un ennemi à la France, les militaires, s’ils veulent rester aux commandes, sont obligés d’utiliser des subterfuges. Sans aucun doute confient-ils leurs pensées aux politiques. En privé. En retour, ils ont l’interdiction d’en parler en public. Toutefois, il n’est pas possible de les museler totalement sans risquer la poudre (au moins médiatique).

      D’où le retour à un certain principe de réalité : devoir affronter un « vrai » ennemi, c’est-à-dire une armée traditionnelle, ce que la France n’a pu fait depuis des dizaines d’armée, l’Irak mise à part.

      Navré, mais l’armée française n’est pas taillée pour cela : à force de l’avoir taillée dans le gras et surtout entraînée pour l’Afrique et les barbus, elle est incapable aujourd’hui d’affronter sérieusement un gros bloc bien armée. Pour preuve : la log ne suivrait tout simplement passée quelques heures de batailles.

      Bref, il y a tout un éco-système à remettre en place. Ça passe par un discours (pour réhabituer les gens), des milliers de petits trucs à régler (qui pourrait aller assez vite avec de l’argent… y’en 100 milliards surprise qui sont sortis du chapeau récemment… On se demande d’où ?) et de l’entraînement.

      Forcément, les premiers entraînements feront pâle figure, faute de moyens. On racle les fonds de tiroir.

      Pour l’ennemi, on a l’embarras du choix. D’ailleurs, j’écrivais haute intensité avec une armée ennemie classique : ce n’est pas forcément nécessaire. Avec les millions de musulmans qu’on a en France, l’avenir s’annonce forcément bouché. Le nombre peut palier le niveau technique.

      Pour le moment, les Russes servent de marionnettes pour justifier un ennemi parce qu’on n’ose pas (contrairement à Trump) désigner les Chinois. Les Turcs sont un exemple intéressant d’un ennemi classique sorti du néant en quelques semaines (encore que, lorsqu’on suit les choses depuis longtemps, la surprise n’en est pas une…). Autour de nos ZEE, faudrait pas longtemps pour qu’un pays ami tende la situation. Aujourd’hui, pour le coup, les Chinois nous aident beaucoup, mais je rappelle que c’était tendu entre la France et la Nouvelle-Zélande il y a encore pas si longtemps…

      Tenez, on peut même sortir un scoop : au rythme où ils vont, les États-Unis devraient même apparaître sur nos radars un jour où l’autre… (immédiatement si par hasard un chef politique qui dirige la France ne sera pas issu des Young Leaders¹ ou d’un truc analogue).

      Si vis pacem, etc.

      ¹ : j’aimerais voir la gueule de la CIA si le futur président US avait été formé par un groupe français dont l’objectif serait d’être asservi à la France. En France, on trouve normal d’avoir un Président qui a été formé par les Américains pour servir les États-Unis. On appelle cela au mieux une marionnette dans les républiques bananières. Je suis plus traditionnel et j’appelle cela un traître.

    • EBM dit :

      @ Philip

      1- 39-45 était aussi symétrique et il n’y avait pas autant de tranché qu’en 14-18. Vous avancez un postulat grossier et largement réfuté par tout le 20e siècle après 1918. Et ce n’est pas parce qu’on a pas envie du symétrique qu’il n’y en aura pas, et c’est le boulot de base d’une armé que de s’y préparer.

      2 – Postulat encore. Le format de cet exercice seul ne permet pas d’en tirer une règle général.

      3 – Oui nous n’avons plus d’armée digne de ce nom alors que nous en avons les moyens et nous ferions dans ce cas de la figuration aux côtés de ricains.

      4 – Cet exercice est fait avec les moyens du bord et est inséré dans une séquence d’une série plus vaste. jugement hâtif.

      5 – D’accord. le soucis c’est que c’est la seule unité de ce genre.

      6 – C’est tellement limpide que cela va sans dire ce qui évite l’accrochage diplomatique.

      7 – Le CEMAT dit en creux qu’il essaye de faire avec ce qu’il a mais que ce n’est pas suffisant, d’où de petits exercices de ce type (c’est mieux que rien).

    • Piliph dit :

      @PK et @EBM : du lourd… Je vais digérer tout ça.

  25. Grosminet dit :

    Sauf à être beurré H24 et avoir des véhicules autonomes rendant les routes montagneuses aussi plates et droite que le périph, je vous confirme que de mes fenêtres, je ne voie point de montagnes…. Alors que je vis à 20 click (azimut direct) du camp (Ok, plus proche du PTS que du quartier, certes)

  26. Poorfhendeur dit :

    @ Mercato : merci pour la réponse.

    Je me demande si faudrait envisager une nouvelle guerre des balkans, puisque certains pays recueillent en asile des fanatiques religieux…

    Aussi que se passerait-il en cas d’attaque Biélorussie-Russie contre Ukraine ?

    Algérie contre Maroc..

    Transnistrie occupée par Russie

    Finalement, en ennemies directs, je ne vois que des peuples mus par le fanatisme religieux. Le prosélytisme les rends belliqueux et irresponsables.

    Car, pour moi, c’est cette dose d’irresponsabilité qui peut les pousser à l’irréparable…

    D’ailleurs cette guerre est déjà en cours si on réfléchir bien…

    Qui en veut vraiment à notre mode de vie ? Les russes, non ? Ils sont tous en vacances ici….

    La pire des chose serait un grand « axe » musulmano-fanatique de la Turquie… à… à… jusqu’aux frontières de l’Afrique du Sud et l’Europe ?

    Certains en rêvent tous les jours…

    Et si j’en crois par les contrats signés, la Chine a décidé de les aider…

  27. Paul Bismuth dit :

    Un petit secret de Polichinelle, le 4ème RHFS est au Levant:
    http://www.paxaquitania.fr/2020/07/le-4eme-rhfs-serait-present-depuis-2.html