CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La future capacité de lutte anti-mines de la Marine nationale a franchi un jalon important

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

35 contributions

  1. HMX dit :

    Excellente nouvelle. C’est assez rare pour le souligner, mais nous sommes vraiment en pointe dans le domaine de la lutte contre les mines.
    Au delà de cette seule application anti-mines, ces « systèmes de systèmes », avec un bateau mère qui pilote un ou plusieurs drones, qui à leur tour pilotent d’autres drones plus petit (voir « sacrifiables »), ouvrent la voie à bien d’autres applications… je pense en particulier à la lutte ASM, qui pourrait littéralement voir ses capacités décuplées par de tels moyens. Ou encore la protection d’un GAN, les frégates d’escortes assurant le contrôle d’une flottille de drones de surface et de drones sous marins, créant une bulle de protection bien plus vaste et plus résiliente en cas d’attaque.

    • LEONARD dit :

      Certes, mais tant pour les drones ASM que de surface, il faudra règler les questions de vitesse de déplacement ( et donc de puissance ) et d’autonomie. ( une FREMM, c’est 45j ).
      Donc, pour le G.A.N, on va attendre un peu. Par contre, pour les applications côtières, la mise en oeuvre pourra être plus rapide.

      • HMX dit :

        Il est certain que l’accompagnement d’un GAN nécessitera des drones nettement plus gros, plus rapide et avec de meilleurs qualités nautiques que le SLAMF présenté dans l’article. Mais la conception du flotteur ne doit pas constituer un problème majeur. L’enjeu porte davantage sur les capteurs, et surtout sur la fiabilité des liaisons de données.

    • dolgan dit :

      Je pense que les FS vont s’éclater avec ça pour couler ou endommager des navires au port/mouillage. Bateaux mère de pirates/trafiquants par exemple.

  2. HMX dit :

    Autre application possible de « systèmes de systèmes » inspiré du SLAMF, mais cette fois dans le domaine anti-aérien : des drones de surface travaillant en réseau, qui serviraient pour certains d’émetteurs radars, et d’autres de récepteurs. Ces drones seraient éloignés de la flotte et constitueraient une « toile d’araignée » qui transmettrait ses données de détection, permettant aux « vrais » navires de garder leurs radars en mode passif tout en conservant un préavis suffisant en cas d’attaque. Si en plus, on envisage de pouvoir armer les drones radars avec des missiles anti-aérien, on obtient une bulle de protection considérablement renforcée, capable de faire face à de nombreuses menaces (avions furtifs, missiles hypersoniques ou subsoniques à vol rasant, attaques saturantes…)

    • Big Jaques dit :

      Armer un drone avec missile anti-aerien ? Une roquette peut être pour couler des pirates…

  3. Paddybus dit :

    La Marine Nationale, est trés au point sur ce type de métier… cependant, avec les annonces (Poutine je crois) de drones « rôdeurs » qui pourraient torpiller un navire un peu ou il veut…. la guerre des mines a-t-elle réellement un avenir, ce type d’arme sera-t-il encore utilisé dans un futur plus ou moins proche….
    S’il y a des pros de ce genre de métier, sur le site, quel est leur avis…???

    • MAS 36 dit :

      Je pense que les pros ne vous répondrons pas, on ne va pas renseigner l’ennemi quand même.

    • dolgan dit :

      ça coute rien, c’est low tech, c’est efficace, c’est à la portée de 99% des pays, c’est pas mis KO/aveugle par un brouillage bourrin. Donc?

    • Royal Marine dit :

      Le minage, d’une zone, d’un port, d’un chenal d’accès, d’un estuaire, c’est peu coûteux, et peut rapporter gros. C’est une défense passive, à peu de moyen, dormant, mais très efficace. Les champs de mines de la 1ère guerre mondiale sont toujours en place en mer du Nord, Baltique, etc., … Et toujours efficaces! Des millions d’engins!
      Regarder les mines flottantes iraniennes dans le détroit d’Ormuz? Une simple annonce à la télévision… Plus aucun trafic, qu’il soit civil ou militaire… Envolée des prix du pétrole, crise économique mondiale…
      Pourquoi voudriez-vous renoncer à un moyen si efficace, dont vous remarquerez que les contre-mesure, moyens navals de guerre des mines, bateaux, hélicoptères, systèmes de détections et de neutralisation, coûtent cher…

    • Pierro dit :

      C’est pertinent contre l’Iran par exemple, qui menace régulièrement de couper le détroit d’Ormuz, et les mines font parties des moyens menaçant.

  4. El loco dit :

    Oui HMX, la lutte ASM est en pleine réflexion sur l’usage de VTOL et bateaux drones. Pour ce qui est de l’article, il y a plusieurs inexactitudes. Non l’USV n’est pas le bateau mère. Il n’y a pas d’AUV non plus, mais des UUV (Unmanned Underwater Vehicle). Je préfère multi-aspects que multi-faisceaux pour le sonar , même si c’est vrai. En effet, il s’agit ici de sonar latéral à ouverture synthétique, qui « illumine » le fond sur les côtés. L’originalité du multi-aspects, c’est qu’en une passe sur un objet, tu en obtiens 3 images différentes (une à 90°, les 2 autres en vues dépointées avant et arrière). Avec 2 passes sur un même objet, cela fait 6 images différents, ce qui permet d’augmenter très significativement la classification.

  5. El loco dit :

    Paddybus, l’activité de guerre des mines est essentielle. En préventif/défensif, pour assurer la protection de son territoire et ses propres sous-marins, pour empêcher des personnes mal intentionnées (des terroristes quoi) de bloquer des passages stratégiques pouvant mettre à mal le trafic de fret maritime mondial. Déjà plein de raisons. En offensif, c’est une arme psychologique redoutable. Et déminer n’est pas simple et prend du temps. Tiens, pourquoi pas quelques mines dans le détroit des Dardanelles pour calmer le turc fou 🙂 On pourrait rajouter des mines limpet aussi sur des cargos comme le Cirkin avec des COS, des mines très à la mode, mais qui sont plus des bombes que des mines subaquatiques classique à vocation psychologique. Derniers exemples en date, des garde-côtes yéménites ont péri en 2017, leur bateau ayant sauté sur une mine. Et en 2011, l’approche des côtes lybiennes n’a pas été de la tarte, il a fallu une grosse force de guerre des mines multinationale pour nettoyer le secteur.

    • précision dit :

      le « pourquoi pas » est assez évident. Le dirigeant turc n’est pas fou, juste aggressif, opportuniste et généralement déplaisant. Personne n’a -je l’espère- l’intention de commettre des actes de guerre qui pourraient escalader des tensions déjà fortes. De plus, la France a encore une belle marine marchande avec la CMA CGM que l’on n’a sans doute pas envie d’exposer aux représailles.

  6. Plusdepognon dit :

    Les drones et la Royale, c’est bien parti :
    http://mars-attaque.blogspot.com/2019/03/marine-nationale-propos-de-drones.html

    Pour les munitions rôdeuses, tous les domaines sont concernés…

  7. Prof de physique dit :

    J’ai pu visiter un chasseur de mines il y a quelques années. Les quantité de mines larguées pendant les deux guerres mondiales au large des côtes européennes sont telles que ce genre d’unité sera encore utile quotidiennement encore quelques décennies !
    Pas besoin de nouvelle guerre pour justifier leur existence. C’est d’ailleurs en partie pour cela que nos marins sont parmi les meilleurs du monde dans cette spécialité.

    • Pascal (l'autre) dit :

       » Les quantité de mines larguées pendant les deux guerres mondiales au large des côtes européennes sont telles que ce genre d’unité sera encore utile quotidiennement encore quelques décennies ! » Dans les Hauts de France et en particulier les départements de la Somme et de l’Aisne ( le Pas de Calais et le Nord sont pas mal aussi) il faut compter encore 6 siècles! pour être totalement débarrassé de touts les obus et autres munitions tirés pendant le premier conflit mondial en sachant que quasiment 30% de ces obus étaient chargés « chimique »

    • précision dit :

      … sans même parler des autres types de munitions, en quantité encore plus effroyables. Pas sûr qu’il y ait besoin d’outils aussi avancés pour traiter ces menaces anciennes, mais cela doit faire gagner en sécurité et efficacité.

    • JC dit :

      « Nos marins sont parmi les meilleurs du Monde ». Dommage que par le passé ils n’aient pas eu l’opportunité de le montrer.

      • précision dit :

        Bizarre comme affirmation. Malgré une logistique souvent inférieure, ils ont à de multiples reprises tenu en échec la Royal Navy. Cartographié le Canada et une partie des îles du Pacifique. Permis aux américains de gagner leur indépendance à Chesapeake.
        Nos explorateurs, corsaires, ou autres capitaines de la Royale ou de la marine marchande sans parler des plus humbles, n’ont rien à envier à leurs homologues d’autres pays.

  8. ScopeWizard dit :

    C’ est super ; il faut le dire , technologiquement parlant c’ est une sacré démonstration de la revalorisation du génie Français que d’ aucuns auraient tendance à vouloir trop vite enterrer , ou minimiser disons ………

    Et tel que le souligne @HMX le champ d’ applications possibles laisse songeur ……….

    Sachant bien évidemment que la concurrence risque de se faire féroce ……….

    Il n’ empêche qu’ au-delà de la prouesse , au-delà de cette démo du phénoménal potentiel d’ un ch’tit pays comme la France , à l’ horizon c’ est le monde des Terminator qui commence vraiment à poindre ……………… sachant que d’ un point de vue strictement personnel , je suis pour une amélioration des capacités de l’ Homme, et ce , autant que faire se peut le moins artificiellement que possible , beaucoup moins pour celle de la Machine ……………….

    En pareil cas , en toute logique à terme cela signifie qu’ il nous faudra réussir à égaler les machines si nous tenons à garder le contrôle ce qui implique de ne pas s’ en remettre à notre seule évolution -en comparaison évidemment bien trop lente- à augmenter les facultés Humaines à un point très élevé , autrement tôt ou tard Dieu tout puissant aura un nouveau visage ………….

    Science sans conscience bla bla bla ……….

    À méditer

    • précision dit :

      Bien d’accord pour la science sans conscience du monde de l’armement en général (Eisenhower…), et les risques multiples de systèmes de plus en plus autonomes dans tous les domaines.
      Mais les capacités de déminage sont plutôt défensives (même parmi les systèmes dits « défensifs » c’est un des plus inoffensifs, donc ce n’est pas de ces capacités que je m’inquiéterais
      Quand à votre vision de l’IA…l’ordinateur sera sans doute capable de traiter les informations massives plus rapidement et plus fiablement que l’homme. Le but n’est pas d’égaler les machines mais de savoir les programmer. C’est ensuite aux politiciens d’accompagner les choix de société pour assurer que la machine serve à améliorer la vie des hommes et l’environnement professionnel, et pas seulement maximiser les profits en remplaçant des emplois de plus en plus qualifiés.

      • ScopeWizard dit :

        @précision

        Oui , je suis d’ accord avec ça ; la machine a bien évidemment son utilité mais c’ est comme tout , l’ excès c’ est l’ excès et l’ Homme est hyper-souvent excessif ………..

        Concernant l’ IA , malheureusement apparemment pour le moment en tout cas , ce n’ est pas du tout vers une telle « noblesse » que s’ oriente l’ IA …………

  9. Prof de physique dit :

    Par contre, en temps de guerre, je me pose des questions sur ces drones dialoguant entre eux par signaux radios
    Quand on vois ce qu’un simple ados avec une mobylette trafiquée peut produire comme perturbations des signaux électromagnétiques, ou les effets d’un poste de soudure à arc, on peut se demander si ces liaisons sont bien fiables.
    Un petit avion sans pilote traversant un essaim de drones avec une lampa à arc à l’ancienne (technologie XIX°) doit faire du bazar.

    • El loco dit :

      Vrai, mais la multiplication des drones peut endiguer ce souci. Il n’est pas possible de brouiller/perturber un signal électromagnétique sur une vaste zone, cela reste très localisé, et temporaire. Et les communications radios de nos jours sont très performantes. Le brouillage électromagnétique de nos jours reste essentiellement un moyen de défense.

  10. Carin dit :

    @paddybus
    Je ne suis pas spécialiste… mais le président Poutine, a l’habitude de « dévoiler » des armes « très prochaines » alors que ça ne sont que des idées d’ingénieurs… au même titre que la science fiction… ça viendra un jour… mais pas tout de suite.
    En gros Poutine étale plus de confiture que la petite tartine de ses ingénieurs ne peut en contenir.

    • précision dit :

      Classique: l’ours se dresse sur ses pattes de derrière pour impressionner l’adversaire. Par contre l’aigle, lui, avance vite et plus discrètement.

    • Paddybus dit :

      Est-ce une information sourcée, ou une de ces rodomontade un peu trop systématique sur ce site….
      Je ne place pas La Russie et son président au dessus des autres…. mais au même niveau… je pense que la première prudence, c’est de respecter son adversaire, à tout le moins, de ne pas le sous estimer…
      Puis-je vous rappeler que les Russes avaient une torpille à trés haute vitesse de déplacement…. que même les grands ricains n’avaient pas…. et qu’ils ont cherché a obtenir par des voies « secondaires »….
      Néanmoins, je remercie ceux qui ont apporté une réponse, y compris quand elle est, pour au moins l’une, un peu condescendante….

      • précision dit :

        La torpille à super cavitation (qu’ils ont toujours) reste limitée à des applications de niche (à très courte portée).
        Ce qui n’interdit pas le respect de l’adversaire pour autant.

  11. El loco dit :

    Une chose par rapport à un article précédent où il était dit que le sonar pouvait détecter des objets de la taille d’une carte bancaire. Ce n’est pas vrai, sinon Thales aurait déjà produit des sonars civils pour la pêche sélective de coquilles St-Jacques et pétoncles 🙂 . Non, il s’agissait de la résolution du sonar, d’1 pouce, donc de 2.54cm, ce qui veut dire qu’un pixel d’image fait 2.54cm par 2.54cm, ce qui est de la très (très) haute résolution sur des portées de 150m. Et les mines font plus de 60cm, au moins. Ce sonar est très envié par des concurrents comme Kongsberg et Kraken, sans compter qu’une minutie particulière est portée sur la précision de localisation des objets détectés. Un sacré atout en guerre des mines, lorsque des plongeurs ou un ROV sont envoyés par la suite. Pas de perte de temps.

  12. Durandal dit :

    J’imagine que la détection des mines en profondeur (sous la thermocline) reste un problème?

  13. précision dit :

    Question sans doute naive, mais ce genre de matériel (vu par ex la taille du navire drone) est-il opérationnel sur une mer un peu forte?

  14. El loco dit :

    Durandal, non, pas vraiment. C’était vrai avec des sonars de coque ne pouvant pas descendre (HMS 2022, HMS 2193 de Thales par exemple). Il existe depuis un moment des sonars de coque qu’il est possible de descendre, des VDS (Variable Depth Sonar) comme en lutte ASM. Exemple, le HMS 2093 de Thales. Et la guerre des mines moderne se fait à l’aide de sonars latéraux à ouverture synthétique (simulation d’une antenne beaucoup plus grande, pour avoir une résolution identique en fin de portée), montés sur des véhicules sous-marins proches du fond.
    précision: jusqu’à mer 4. De toute façon, de la GDM s’effectue toujours par temps plus ou moins calme.