!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

L’armée de l’Air va inaugurer la modernisation du soutien dans le domaine de l’habillement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Vroom dit :

    ENFIN !!!!!
    Centraliser les stocks !

  2. PK dit :

    Commander vite ne sert pas à grand-chose s’il n’y a pas des stocks derrière…

    On en revient au fléau moderne de l’État du même nom : sans stock, le service ne suit pas.

  3. Jm dit :

    C’est bien.
    Premier couac : les réservistes ne sont pas pris en compte. Essayez de chez vous (et oui, les réservistes ne sont pas tous employés là où ils habitent et à proximité de leur commandement). Et on veut créer une garde civile ou autre nom ….
    Deuxième couac : « Ce n’est pas acceptable et ça dure depuis le début de la réforme des soutiens »
    Ben alors, il n’y a que l’habillement qui a à souffrir depuis le début de la réforme des soutiens ???
    Non monsieur, c’est tout le soutien qui souffre depuis le début de cette pseudo réforme des BdD et des GSBdD qui n’a eu qu’un seul but, et vous pouvez le vérifier, les chiffres du MINARM sont désormais publics : limiter le chômage en secteur civil en accueillant et nommant à tour de bras des civils désormais incommandables dans un secteur où la « direction » sera « aux ordres », donc où le gouvernement pourra faire ce qu’il veut sans avoir de compte à rendre. et où le « patronat » fermera sa gueule.
    D’ailleurs, la meilleure preuve, c’est que les CEMA (précédent et actuel) CEMA A-M-T et dessous (laissez traîner vos oreilles ou lisez les CR du rapport sur le moral de la DRSD (pas celui édulcoré des CdC) commencent également à l’ouvrir, car désormais, après avoir largement soutenus officiellement cette « stratégie », ils s’aperçoivent tous que bien qu’ils aient des barrettes ou des étoiles, ils ne commandent plus rien à par leur bière au bar.
    Allez, lâchez-vous et lynchez-moi, mais si vous êtes d’active et que vous le vivez de l’intérieur, vous savez que j’ai raison.
    Et si vous avez quitté, reprenez pied dans l’institution, ne restez pas sur avant 2010, avant les fameux GSBdD.

    • dompal dit :

      @ Jm
      « ils ne commandent plus rien à par leur bière au bar. »
      Vous m’avez bien fait rire !!! 🙂 🙂 🙂

    • who? dit :

      triste vérité
      2010 le début de la fin, 2020 soit 10 ans après en ayant subsisté sur ce qu’il reste d’avant, aujourd’hui force est de constater que plus rien ne va et que de réelles limites sont atteintes.
      Dans 5 ans avec la baisse du recrutement, les départs et la continuité d’externalisation et/ou du saccage du soutien je ne donne pas cher de notre pauvre armée

    • FredericA dit :

      @Jm : « les réservistes ne sont pas pris en compte »
      .
      L’article dit l’inverse : « Le site « E-HABILLEMENT » sera ensuite ouvert à TOUS les militaires d’active et de RESERVE d’ici l’été 2021 »

      • Jm dit :

        Vous n’avez pas saisi ce que j’ai écrit : je n’écris pas que le e-habillement n’est pas ouvert aux réservistes, j’écris que le e-habillement ne concernera que les réservistes attachés à une formation spécifique.
        Or il existe une multitude de réservistes qui sont rattachés à des bases fictives (allez, au hasard, CIAE, DRSD, CIRFA, DMD, etc), bases qui ne peuvent exister dans cette bases de données e-habillement puisque fictive.
        Ce sont des militaires de réserves qui œuvrent au profit de la France, mais sans unités réelles d’affectation, hormis sur papier : j’ai actuellement le cas d’un Major avec lequel nous sommes en contact au niveau de l’escadron, que nous n’avons qu’au téléphone ou via une messagerie cryptée, et qui nous a bien précisé que pour lui et ses camarades, le seul lien administratif avec le MINARM est le virement de sa solde de réserve et de sa pension.
        Je viens de lui demander comment ils percevaient leurs effets militaires, il m’a précisé que cela se faisait via leur camarade d’active qui commandait des effets pour eux et à leurs tailles, car compte tenu de leur affectation à une base fictive, il s n’ont aucune façon de pouvoir se connecter à n’importe quel service, e-billet par exemple.
        Et si cela vous interpelle, savez qu’il existe même des militaires d’active qui ont et vont avoir des problèmes, car même d’active, ils sont enregistrés sur une base aérienne fictive, et n’existent pas dans cette base de données. Celle-là et d’autres!!!!
        Et il ne s’agit pas que d’une dizaine de personnes.
        Je pourrais vous citer le cas d’un Capitaine dont j’ai pris le pseudo, ayant commencé comme simple Aviateur, qui a fait 40 ans d’Armée de l’Air jusqu’en 2018, et qui, en 40 ans, n’a jamais été affecté sur une Base aérienne et a toujours été rattaché à des bases fictives.

        • Auxsan dit :

          En fait l’habillement pour les réservistes doit se faire par ROC (appli de la garde nationale) mais c’est toujours pas fait.e’ fait c’est la course à l’échalote : lequel sera prêt le premier ???

  4. ScopeWizard dit :

    Mais au secours , mais que c’ est compliqué ……………

    Pourtant , c’ est simple ; déjà que la solde n’ est pas très élevée , même si les militaires servant dans nos armées bénéficient de certains avantages qui compensent en partie , chaque soldat doit percevoir un paquetage complet correspondant à sa mission ou sa fonction .

    Qu’ est-ce que c’ est que ces histoires de pacos incomplets ?????

    Bref , comment on fait ?
    Ben on détermine avec précision quels sont les besoins , et on procure aux gars qualité et quantités d’ effets correspondant pile poil à ses besoins en prévoyant niveau vêtement suffisamment de rechange .

    L’ intendance s’ occupe du stock , les fourriers effectuent telle ou telle modification , telle ou telle adaptation s’ il y a lieu sachant que chaque base ou structure doit être en mesure d’ abriter une réserve suffisante .

    Parce que rien ne garantit que des commandes passées en ligne seront un + comparé à la méthode « archaïque » de grand-papa ci-dessus décrite , déjà contrairement à ce qui se trouve à portée de main , il y aura du délai avant de percevoir , il peut donc y avoir des retards importants à cause de cette façon de procéder sans parler des erreurs et autres « indélicatesses » …………..

    De mon temps -j’ ai 178 ans moins quelques années- toutes ces questions ne se posaient pas , chacun était correctement équipé et au besoin complétait son paquetage soit par une emplette dans le civil , soit par ce qui se trouvait en foyer , soit un collègue échangeait , cédait , ou te vendait un truc ; et voilà en deux temps trois mouvements le tour était joué , et tout ça marchait du tonnerre !

    Tout était sur-place , au pire il n’ y avait guère qu’ à s’ acquitter de quelques formalités d’ usage .

    Et il en allait de même pour tout ce qui relevait des équipements de la troupe lorsqu’ elle devait mobiliser ses moyens guerriers ou logistiques : donc de l’ artillerie , des engins et de tous les systèmes qui allaient avec comme les radios , les armes de bord , ou les amplificateurs de vision nocturne , du carburant , des pleins de munitions , de toute la popote si besoin , la pharmacie qui va bien , et bien-sûr des armureries ………………

    Hum ……! J’ ai comme la fort désagréable impression que tout ça a drôlement évolué façon « maintenant on régresse » ; avec la professionnalisation et la suspension de la conscription tout est semble t-il devenu bien plus « compliqué »………..me trompais-je ? 🙂

    • Jm dit :

      Vous mettez le doigt sur ce que j’ai écrit plus haut :

      « Ben on détermine avec précision quels sont les besoins » :
      et oui, le problème est que les personnes qui déterminent ces besoins ne sont pas de l’armée de l’air, la majorité est du SCA donc des militaires administratifs qui vont très rarement sur le terrain hormis en école, et qui, quand ils viennent, s’arrêtent aux bureaux climatisés et bien équipés – je ne sais combien de fois j’ai écrit d’aller voir les bureaux du SCA à Salon de Provence, dans le même bâtiment que ceux de l’Ecole de l’Air – les premiers high tech avec moquette et clim, portes sécurisées et autres, les seconds avec des amphis en bois datant de St Ex, des plafonds qui tombent, des escaliers cassés et dangereux, des toilettes à la limite de la salubrité – mais je m’égare, j’écrivais donc que ces intellectuels du SCA qui déterminent les taux d’usures et de remplacement pensent qu’un commando utilise autant de chemise blanche qu’un secrétaire (et oui, le taux de renouvellement des tenues de combat – abîmées ou déchirées lors d’exercice- est le même que celui des chemises – et c’est vrai qu’on déchire souvent sa chemise sur des barbelés !!! -, et nous avons le même taux de changement des combinaisons de vol que les chaussures de sécurité de mécano.
      « L’intendance s’occupe du stock, les fourriers effectuent telle ou telle modification, telle ou telle adaptation s’il y a lieu sachant que chaque base ou structure doit être en mesure d’abriter une réserve suffisante »
      Ça ne se passe pas comme ça, se serait trop facile !!!
      L’intendance qui s’occupe du stock est composée à 98 % de civils syndiqués – parlez-en au différents et successifs chef de l’ELOCA de Portes les Valence, ils vous expliqueront qu’au sein de cette unité, comme beaucoup désormais, ce sont la CGT et FO les chefs.
      Et il y a belle lurette que sur les bases aériennes, il n’y a plus de magasin d’habillement. Même les écoles ont du mal à habiller les élèves, allez faire un tour à l’EPA de Grenoble, vous verrez la vétusté à la fois des locaux et des vêtements !!!
      « Parce que rien ne garantit que des commandes passées en ligne seront un + comparé à la méthode « archaïque » de grand-papa ci-dessus décrite, déjà contrairement à ce qui se trouve à portée de main, il y aura du délai avant de percevoir »
      Je suis désolé de vous décevoir, mais ce n’est pas parce qu’on informatise que ça va aller mieux, cela facilite juste le travail de nos syndiqués cités plus haut, car déjà qu’ils ne répondaient plus au téléphone – et oui, les fameux horaires de travail plus les pause, plus le syndicat, plus les repos, plus les RTT plus les congés, plus le repas, plus le café, plus les cigarettes, maintenant, ils vont se retrancher derrière la sacro sainte phrase maintes fois entendues dans toutes les administrations de France et de Navarre ; ce n’est pas de ma faute, c’est l’informatique, je n’y suis pour rien. Et en plus je n’y connais rien.
      Evidemment qu’ils n’y connaissent rien, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont chez nous, c’est le seul endroit où « leurs compétences « ont été reconnues, dans le civil, l’étude leur dossier et les entretiens ont vite mis en évidence leurs incompétences.
      Et surtout, chez nous, ils se font tous faire un tampon comportant un terme qu’ils n’auraient jamais pu acquérir en milieu civil : le mot CHEF
      Vous remarquerez que quel que soit la fonction, le poste ou l’affectation, ils sont tous chef de quelquechose.
      Et oui, parce que sur la paye, ça compte !!
      Alors oui, je vous le confirme, on en est encore à la gestion « grand-papa ».

      • ScopeWizard dit :

        @Jm

        « Je suis désolé de vous décevoir, mais ce n’est pas parce qu’on informatise que ça va aller mieux, »

        Ah mais vous ne me décevez pas du tout puisque c’ est exactement ce que je voulais mettre en évidence ; vous ne m’ aviez pas bien saisi à ce que je vois .

        « Alors oui, je vous le confirme, on en est encore à la gestion « grand-papa ». »

        Alors , je devais plutôt faire référence à celle de « arrière grand-papa » parce que de mon temps , ladite gestion fonctionnait plutôt de façon satisfaisante pour la plupart .

        Évidemment , pléthore de civils syndiqués , ça , y avait pas ! 😉

        Donc , si je vous suis , ce sont principalement la création des GSBdD qui a foutu le bordel ?

        • Jm dit :

          Désolé de mon incompréhension, d’autant que nous voulions écrire la même chose.
          Les GSBdD ont été un facteur aggravant de façon exponentielle, mais le malaise date de 1995 / 1998, dates où la manne des esclaves du service militaire a disparu, et qu’il a fallu remplacer.
          Et comme on a supprimé parallèlement les essais nucléaires, il a bien fallu caser ou recaser pléthore de civils en mal d’emploi (vous remarquerez que je n’ai pas écrit « travail).
          Et comme notre bon président Chirac ne voulait pas d’embrouille avec les syndicats et le Médef, il a fait procéder à des embauches par milliers, et parallèlement, on avait la casse militaire : j’en ai parlé ici même, nous avons été les « bons élèves, puisqu’en 20 ans, nous avons « perdu » plus 50 % de notre effectif militaires.
          1996 effectifs 93 600
          2020 effectifs 71 000
          2020 effectifs 40 000
          Il n’y a pas une armée qui a fait mieux que nous !!!!!!!!
          Et parallèlement, le nombre de civil a grimpé en flèche.
          Mais je vois poindre les puristes qui vont me dire qu’il y a actuellement à peine plus de 10 % de civils en plus qu’en 2005 : le calcul est faussé car il y a les fameuses GSBdD qui se sont accaparés les postes qui ne sont désormais plus comptabilisés dans l’AA (comptable, RH, SIC, Soutien véhicules, etc, etc)
          Voilà pourquoi on nous dit qu’actuellement dans l’armée de l’air, nous sommes 40 000 et qu’il n’y a que 5000 civils.
          C’est faux. Allez sur des bases aériennes comme Orléans ou Tours, et vous verrez que la proportion est bien largement supérieure, on arrive même à des 35 / 38 %.
          Parce que les fameuses GSBdD sont implantés sur les Bases aériennes, mais ce sont des commandements à part, d’ailleurs, parfois, on se demande qui commande là-dedans !!!
          Et au fait, il n’y a rien qui interpelle : le Ministère des Armées a vocation, initialement, à « employer » des militaires.
          70 % des militaires sont en CDD.
          70 % des civils sont en CDI.
          C’est le seul ministère où la majorité des « employés dédiés» ne sont pas embauchés.
          D’ailleurs, certains s’interrogent sur la légalités de la multiplication des contrats, notamment pour les militaires du rang

          • ScopeWizard dit :

            @Jm

            Pour moi qui suis un farouche défenseur d’ un Libéralisme efficace mais mesuré et surtout sachant rester à sa place , vous vous doutez bien que tout ça confine à la connerie .

            En fait , ça me rappelle instantanément ce que je ressentis lorsque le gardiennage de certaines de nos bases aériennes fut « confié » à une gestion civile ; aussi débile que dangereux .

            Et plus simplement du bond qui fut le mien le jour où j’ entendis un haut gradé expliquer doctement avec une remarquable assurance que désormais , avec la fin de la conscription et le passage à la professionnalisation de nos armées , il fallait gérer tout ça « à la civile » façon gestion d’ entreprise , ce qui provoqua un GLUP ! et une exclamation super-spontanée : bande de cons ! à partir là-dessus c’ est à dire à rechercher en priorité un « rendement » impliquant une efficience plutôt qu’ une logique basée sur de l’ efficacité , vous allez prendre le risque de tout mélanger , la macro et la micro-économie auxquelles va venir se greffer toute l’ aberration techno-structurelle à forte valeur-ajoutée Kafkaïenne ; ça n’ a pas raté !

            re-GLUP !

            Courage ! 🙂

          • Plusdepognon dit :

            @ ScopeWizard
            Le progrès cher ami, vous n’avez pas tous les éléments…
            https://www.clicanoo.re/Faits-Divers/Article/2020/02/14/Trois-enceintes-militaires-gardees-par-une-societe-de-securite

      • Thaurac dit :

        N’oubliez jamais, lorsqu’il s’agit de l’état, on n’embauche jamais plus intelligent que soi, car il pourrait prendre votre place ( au bout de plusieurs années, cal donne ce magnifique exemple qu’est la Poste)

        • Jm dit :

          Le problème, comme je l’évoque plus haut, c’est que cela concerne les civils qui sont embauchés comme des fonctionnaires, donc à vie, et je ne vais pas m’étendre dur le cas des Ouvriers d’Etat, un pur scandale financier et syndical.
          Car les militaires sont moins concernés, car pas embauchés, 70 % de CDD, dont 65 % ne renouvellent pas.

        • GreG dit :

          J’ai tenté de faire grandir cette idée quand j’étais d’active.
          La France ne ferait-elle pas d’énormes économies si les armées procédaient à l’uniformisation de l’uniforme ?! Excepté les gendarmes, peut importe l’armée une seule couleur et un seul uniforme. Différenciation avec les coiffes et les fourreaux…

      • Karl Marx dit :

        C’est un peu plus compliqué que cela.
        Les « prescripteurs », gros mot issu du jargon technocratique, ce sont les armées, et pas les « militaires administratifs » du commissariat. Par exemple, pour l’armée de terre, la conception des effets du combattant est la prérogative de l’EMAT/BSL (donc des types qui ont commandé sur le terrain, toutes armes confondues), qui bosse en étroite collaboration avec le SCA pour avoir un produit final conforme au cahier des charges.
        Donc si vous avez qqch à redire sur votre paquetage, n’oubliez pas d’adresser vos reproches aux gens qui ont été sur le terrain avant vous mais qui ont manifestement commis des erreurs de jugement.

        Soit dit en passant et pour parler de choses concrètes, il me semble que le treillis F3, la nouvelle tenue de sport ou encore le nouveau tatou font l’unanimité dans les régiments qui ont perçu ces nouveaux effets.

        Il y a encore beaucoup à faire, mais sur certains points il y a des améliorations.

        Après, si vous voulez parler du negatif, on peut très bien évoquer l’achat massif des chemises ARTKIS au sein des régiments colo + 11e BP, au détriment des tenues chèrement financées par le contribuable, et ce pour des raisons esthétiques et non pas opérationnelles.

        La bureaucratie et les syndicats ne sont pas les seuls à devoir être remis en cause, loin de là.

        • who? dit :

          pour info la nouvelle tenue de sport c’est uniquement pout l’ AT.
          Le nouveau tatou on peut critiquer la cuiller/fourchette peut efficace en mode fourchette..

          Ce que conteste les militaires surtout dans l’armée de l’air c’est de ne pas avoir de treillis temps chaud, pas de surpantalon gortex, pas de rangers temps froid, pas de tenue de spé temps chaud. Pas de veste treillis demi saison, pas de casque antibruit pour le tir, pas de sac à dos en dotation (et même en depart opex)
          Et quant à ce que nous pouvons en théorie avoir, souvent c’est rupture de stock ou alors c’est limité à une tenue par an voir un an et demi..

        • Jm dit :

          Le sujet de départ concerne l’armée de l’air.
          Pourquoi il faut toujours que l’armée de terre mette son grain de sel là où elle n’est pas concernée?
          Qu’est-ce qu’on en a à faire des chemises ARTKIS (on ne sait même pas ce que c’est, ni même que cela existe).
          Et quand je lis  » Par exemple, pour l’armée de terre, la conception des effets du combattant est la prérogative de l’EMAT/BSL « , mais de qui se moque-t-on ? La conception…..certes, mais qui valide, qui fait réaliser, qui paye au final : le SCA.
          Parce que si votre phrase était vrai, on n’en serait pas au modèle F4 des tenue de combat FELIN, on serait éventuellement au F2 tout au plus, car le F3 et le F4, ce n’est ni plus ni moins que ce qui a été demandé dès le départ par l’armée de terre en 1995 via le GECAD, puis en 2002 via la STAT et la DGA. En 2009, il en est commandé et payé presque 25000 exemplaires, étrange, seulement 15000 ont été livrés….
          Au passage, THALES, SAGEM et SAFRAN se sont bien servis financièrement……
          Mais par souci d’économie, le SCA a tranché et réduit les coûts par la réduction du cahier des charges transmis par la conception, donc par les gens de terrain. Et comme le modèle F1 puis rapidement le F2 ont montré leurs faiblesses (évidemment, il manquait ce qui avait été initialement demandé), on est passé au F3 puis au F4.
          Qui se sucre financièrement au passage ?
          J’ai même le souvenir d’un Général 2**, je crois que c’est DESPORTES, qui a même dit que le FELIN est un formidable levier pour l’export.
          Quelqu’un peut me dire à qui nous l’avons vendu ?
          C’est un peu comme le rapport sur le moral : entre ce qui part de la base et ce qui arrive en haut, il y a non pas un fossé, mais une falaise.
          Au fait, si vous doutez de mon écrit concernant les tenues de combat FELIN, j’ai en ma possession deux rapports de conception (1998 et 2004) qui sont partis vers l’Etat-major et j’ai les compte rendu des commissions de validation du SCA.
          Quand je parle de falaise, je suis même loin du compte.
          Alors, quand je vois comment l’AT a géré LOUVOIS, et que les militaires AT ont attendu quasiment 10 ans pour la ramener, et que 10 ans après, ce n’est toujours pas réglé, je me dis que quand un sujet concerne l’armée de l’air, évitez de vous en mêler, comme vous ne supportez pas que les autres le fassent vers vous.
          Et ne rapportez pas tout toujours à vous, vous n’êtes pas le centre des armées, et tout le monde sait que même si vous parlez de cohésion, de camaraderie, de frère d’arme etc, etc, vous n’œuvrez que pour votre gueule.

      • Marco dit :

        Désolé de contredire votre discours de café du commerce, mais les dotations et leur remplacement sont définis par les armées et non le SCA, dans le cadre des budgets alloués bien entendu. Quarante lignes pour déblatérer sur un sujet qu’on ne connaît visiblement pas, faut le faire. C’est bien la retraite, mais il y a sans doute des moyens de l’employer intelligemment …

        • Jm dit :

          Cher Marco, il y a belle lurette que les armées n’ont plus leurs mots à dire dans les dotations et leurs remplacements.
          Rappelez-moi de qui dépendent les SCA et les magasins d’habillement ; des GSBdD.
          Ou se situent le commandement dans cette affaire : nulle part, car il gère l’opérationnel, le reste étant affaire de …….spécialiste !!!!
          Et parallèlement, il y a belle lurette que les GSBdD, nouveau commandement parallèle, se fout royalement des besoins des armées.
          Ils se soutiennent prioritairement, et après demandent le soutien d’unité qu’ils sont sensés soutenir.
          Alors, l’avis de armées, il y a également belle lurette qu’ils s’assoient dessus.
          C’est peut-être d’ailleurs pour ça que le problème existe, et de facto, cet article.
          Comme l’écrit ScopeWizard, avant, nos paquetages étaient complets quand on s’engageait, et les renouvellement étaient corrects car gérés par le commandement proches.
          Désormais , c’est géré par des personnes proches informatiquement, mais distantes en kilomètres et injoignables.
          La différence entre ces deux époques : les GSBdD.
          Un progrès que le monde entier nous envie.

          • Paf le Chien dit :

            Ce que déclare Marco est exact, les armées disposent du budget, définissent leurs besoins et fixent les règles de renouvellement. Le SCA exécute donc la politique définie par les armées. En cela il reprend exactement le schéma préexistant avant la réforme des soutiens sous lequel le Commissariat de chaque armée appliquait la politique de son armée.
            En qualité de retraité, vous pouvez toujours vous référer à l’armée de conscription lors de vos discussions de comptoir, c’est cela aussi la démocratie. Mais vous pouvez également essayer de vous informer. Je suis quasi certain qu’un des Commissaires que vous honnissez vous fera l’honneur de vous présenter la réalité quotidienne du soutien et de l’engagement sans faille des personnels civils et militaires qui œuvrent au sein du SCA.

          • Jm dit :

            Mon cher Paf le Chien
            La dernière fois que nous avons eu « l’honneur de voir un commissaire se déplacer, c’était pour un contrôle, pardon, on appelle ça un audit.
            Et pour info, je suis d’active, il me reste quelques 18 ans, et cela fait 35 que h=je suis ans la boutique, en ayant fait tous les statuts, appelé, Mdr, sous-off, officier et pilote, je pense que je vois un peu le sujet se dégrader depuis longtemps.
            Et le commissariat que vous mettez largement en avant, je ne le vois pas souvent, voire rarement, en fait jamais sur le terrain et en Opex.
            Ce sont toujours des militaires d’unités qui prennent la fonction de « fourriers ».

            Alors l’engagement sans faille, laissez nous rire.
            Tout le monde vous le dira, c’est d’ailleurs pour ça qu’il y a des problèmes en mati-ère de paquetage et d’équipements.
            Parce que le SCA a l’impression de bosser, mais il bosse à son profit pour justifier son existence.
            Il s’auto convainc de son utilité.
            N’oubliez pas qu’avant que le SCA existe, ça fonctionnait très bien.
            Étrangement, depuis que cette structure existe, et qu’elle échappe à toute hiérarchie (hormis le pouvoir de l’argent), il y a des problèmes.
            Et étrangement, le SCA a l’origine de ces problèmes demandent aux unités et armées qu’il est sensé soutenir de trouver des solutions.
            Quand je dis commandement parallèle !!!!

      • JC dit :

        Pour la vétusté des bâtiments, on pourrait citer le cas d’un hangar dédié à la maintenance aéronautique dont le toit présentait de nombreux trous, la taille de ceux-ci allant de la balle de tennis au ballon de volley, si, si. Le personnel dû mettre des bâches pour protéger les coffrets électriques muraux et des récipients pour la collecte des eaux de pluie. Ce hangar parmi deux autres avant d’être rétrocédé aux Domaines en bon état aura la protection de son toit refaite. Le plus savoureux dans l’histoire c’est qu’il a fallu que les Adjudant-chefs de l’unité montent aux créneaux pour que ce hangar soit protégé en priorité car entre-temps les travaux avaient commencé sur le hangar numéro 1 non opérationnel. Étonnant, non ? Comme dirait Desproges !

    • Vevert250 dit :

      178 ans moins quelques années! Vous avez fait les guerres napoléoniennes?
      Faut dire qu’à l’époque, pas de soucis de chaussures : toutes à la même taille et pas de pied droit ou gauche.
      Sinon au niveau de l’AT, les commandes via Intradef sur le site dédié du CAT à Châtre fonctionnait pas mal il deux ans avant mon départ. Commandes en ligne, panier virtuel et livraison au PUL (point unique de livraison) de proximité.

      • ScopeWizard dit :

        @Vevert250

        Disons que pour une participation aux guerres Napoléoniennes je suis arrivé un peu tard ……..

        Éventuellement une aventure sous Napoléon III , et ça s’ arrête là ……………

        Ben vous savez tout est dans les « quelques » , c’ est là que tout se joue …………….. 😉

        Quoi qu’il en soit , concernant Intradef et le CAT , merci du renseignement ! 🙂

  5. Poutargue dit :

    Les plateformes et commandes en ligne c’est dans l’air du temps, mais cela ne règle pas le problème de la qualité, tel que mis en évidence par l’exemple du peloton de la Marine Nationale … et celui du calot de l’AdA
    Aaaah … les pantalons et blousons type battle dress bleus bien rigides et épais à porter par 35°C … disons qu’on se dit qd même qu’au 21ème siècle on pourrait trouver de meilleurs effets que des trucs dont la conception remonte aux années 1940 ou 1960.
    Pareil pour les chaussures de sortie ou de combat … encore que des progrès ont été faits récemment là-dessus (Meindl ou Haix). Mais la créativité, l’adaptation « rapide » des marchés publics ou l’ouverture sur ce qui marche dans le civil manquent, il y a popurtant beaucoup de bonnes idées pour des effets personnels performants dans les métiers liés à la montagne et à la mer…

  6. JC dit :

    Constat : les civils se foutent de la gueule des militaires mais cela on le savait. Une petite rumeur de coup d’État, peut-être que les neurones se bousculeront dans la tête des technocrates pour le bien de ceux qui sont censés les protéger et non de les nourrir.

    • Raymond75 dit :

      Je ne savais pas que les militaires nourrissaient les civils ; je croyais qu’au contraire ils vivaient grâce aux impôts et aux taxes collectés dans l’économie réelle, celle qui produit et qui vend …

      Mais je suis bien d’accord avec vous : les civils sont des lâches et des fainéants, et les militaires l’élite de l’humanité : les innombrables victoires que vous remportez depuis 1945 sont là pour en témoigner.

      • JC dit :

        Vous nagez en pleine confusion, on dirait. Les militaires sont censés protéger les civils. Par nourrir il faut lire sur payer des sous produits ou presque. Payer au prix fort avec l’argent des contribuables dont les militaires, des produits c’est cela les nourrir. Quant à votre déclaration sur les militaires sachez que pour avoir côtoyé les deux mondes, les militaires n’ont rien à envier aux civils. Pour ce qui est des victoires adressez vous aux dirigeants qui ont nommé les chefs et envoyé les militaires dans des bourbiers politiques. Au fait, votre service national s’est-il mal passé ou jouez-vous au civil mal dégrossi ?

      • .Jm dit :

        Vous voulez la listes des « lâches » qui sont allés se réfugier à l’étranger (Etats-unis, Amérique latine, etc) durant ladite guerre au lieu de combattre et qui se sont retrouvés « résistants » 6 mois avant la fin ?
        N’oubliez pas que 98 % des guerres ont été déclenchées par des civils (Politiciens, religieux et ….femmes).

      • Raymond75 dit :

        Pardonnez moi : j’ai commis une erreur de date ; c’est bien sûr 1815 qu’il fallait lire …

        • JC dit :

          Mince, seriez-vous un Napo-idolâtre ? Napoléon, ce génial empereur qui a mis l’Europe à feu et à sang contribuant du coup à l’unification des principautés allemandes dont on voit encore aujourd’hui les effets.

      • Vroom dit :

        Parce que les civils ne bénéficient pas du ruissellement économique d’une emprise militaire sur leur territoire ???

  7. Noël BERGON dit :

    « le flux tendu »…c’est un métier !…il y a des spécialistes…il y a des logiciels capable de gérer des stocks en rotation, en tension ,en externalisation,en environnement détérioré…enfin bref ! c’est un peu le même que pour que celui qui nous aurait alerté de l’incurie de l’état dans la crise du covid-19…je me demande si, « à un ment donné », il faut systématiquement attendre de voir nos incompétences nous sautés à la gueule pour trouver un responsable et surtout ne rien changer…?

    • Raymond75 dit :

      Être acheteur et gestionnaire de stocks dans l’économie actuelle est un métier hautement qualifié, qui ne s’improvise pas : les supermarchés ont pu se réapprovisionner en masques avant les services médicaux !!! Car leurs acheteurs sont des professionnels.

  8. Nono dit :

    Bonjour si c est comme dans la police nationale je vous souhaite. Bon courage dans l institution police il y a vétipol et bien pas gagné du tout très gros retard défaut d approvisionnement. Dit on Certain attendent 8/9 mois pour recevoir leurs commandes même avec des commandes 7/7 et 24/24
    Alors bonne chance à mon ancienne arme. L armée de l air.

  9. Phil dit :

    Le fond du problème n’est il pas dans la passation de marchés avec une société incapable de tenir la qualité les délais et les quantités ? Et avec en plus le 0 stock imposé par ceux qui ne comprennent pas que la résilience de l’Etat peut aussi passer par sa capacité à fournir les matériels et equipements nécessaires aux services, et pas par la possibilité aux crânes d’oeufs énarques de faire des notes en télétravail ?

    • Raymond75 dit :

      Souvent les acheteurs publics confondent les ‘appels d’offres’ qui doivent décrire les caractéristiques du produit attendu et retenir le MIEUX disant, avec une adjudication où l’on retient le MOINS disant.

  10. Faublas dit :

    Stop… les commandes sont passées sur un cahier des charges avec des caractéristiques mesurables : résistance au frottement, étanchéité, nombre d’ouvertures/fermetures… selon des normes existantes éprouvées ou par défaut de françaises, les MIL, NATO…
    Toute commande DOIT passer lors de la livraison par une validation qualitative soit à reception, soit chez le fournisseur en cours ou avant livraison.
    Les livraisons en Assurance Qualité sont excellente en relation de confiance avec des fournisseurs fiables, vu les défauts, rétablir les recettes avant livraison qui conditionne le paiement. Les fournisseurs comprendront vitesse et si des produits pourris sont livrés, on saura rapidement à quel contrôleur s’adresser. Il y a des postes aux Kerguélen ou St Pierre et Miquelon.

    • Fgnico dit :

      et des coups de pied qque part et la mise a la retraite anticipée pour faute grave
      Mais comme on laisse courir tout continue comme avant

  11. Raymond75 dit :

    C’est quand même surprenant : du temps du service militaire, chaque appelé recevait un paquetage complet ! Il est vrai qu’il était très limité : pas de vêtements chauds en Allemagne par exemple (sauf à Berlin), et pas de gilets pare balles, ni d’équipements électroniques. Équipement strictement de base, mais pour des centaines de milliers de personnes.

    • Poutargue dit :

      Oui : AdA casque lourd modèle 1957, paqo d’occase, treillis F2 en 2 exemplaires souvent d’occasion dont 1 bien usé … et avoir des rangers (et non les « brodequins » plutôt pourris pour marcher) était considéré comme un luxe …
      Années 1990 je précise qques années seulement avant le XXIeme siècle … on ne parle pas là des temps héroîques des années 1960, c’était bien pire!

    • Faublas dit :

      Vrai, sur un équipement pour appelé « de base », et le besoin actuel est proportionnel à la perte de rusticité du « soldat » qui ne comprend pas pourquoi l’équipement de l’armée est moins confortable et adapté que ce qu’il trouve pas cher dans le civil…
      Pour l’électronique et le pare-balles, ce n’était pas d’actualité. Le prix du vêtement « technique et tactique » a sensiblement évolué aussi en fonction du besoin décrit. Plus de matériau de base, mais des tissus voulus spécifiques qu’on est incapable de réceptionner en qualité.

  12. Thaurac dit :

    Peut être aussi que l’armée passe mal ses marchés!

  13. Souz'Air dit :

    On verra ce que ça donnera. Il n’empêche qu’une Adjudant qui travaille avec moi a passé 4 mois en treillis, parce que ses nouvelles godasses pour la tenue « bleue » ont craqué deux semaines après réception, et qu’elle ne pouvait pas en commander d’autres car limitée au carnet d’habillement à 1 paire/an ; elle a laissé ses chaussures neuves craquées au maître tailleur et bottier, qui a donc mis 4 mois à les réparer… Il faudrait aussi penser à nous matérialiser dans nos carnets d’habillement informatiques (Intradef ou Internet, peu importe, on ne sait plus trop où est quoi finalement) les droits déjà pris et à venir, parce qu’il est impossible de savoir ce qu’on peut commander ou pas et à quelle échéance. Je ne parle bien sûr même pas des effets non commandables car rupture de stock sur tout ou partie des tailles desdits effets…
    Pas sûr que ce soit simplement la réforme numérique qui soit la solution…loin de là…

  14. who? dit :

    « « Pour les 41 000 aviateurs soutenus, qui vont être les premiers à l’utiliser, E-HABILLEMENT simplifiera le processus de commande et accéléra la prise en compte de la demande et la mise à disposition des effets militaires, outils indispensables à la réalisation des missions », explique le ministère des Armées. »

    Les missions ont évolués, il y a eu du changement ces 10 dernières années. Il faut faire évoluer le carnet d’habillement afin de toucher un paquetage plus opérationnel et plus pro def car on se tape le taff des co-coy.
    Prendre en compte les variations climatiques du -10 au +40 °c.
    Pas normal en 2020 d’avoir les mêmes effets en été comme en hiver !

  15. Sami35 dit :

    La gendarmerie et la police sont passés sur ce même systeme géré par paul boyé ( vetigend et vetipol)
    Bilan : des commandes soi disant livrées sous 15 jours qui arrivent plus d’un an et demi en retard.
    Des livraisons incomplêtes; des erreurs de tailles à gogo; des livraisons d’effets qui datent de 2002 ( donc qui ne correspondent plus aux uniformes actuel); bref un sacré bordel.
    Seule amélioration, plus de choix dans les effets mais encore faut t’il les recevoirs.
    En esperant que le logiciel militaire soit meilleur….

  16. MLTAB dit :

    Après LOUVOIS, les commissaires manoeuvrent

  17. Félix GARCIA dit :

    Comme ça ?

    Female Pilot Surprises Flight Instructor – Maxmantv
    https://www.youtube.com/watch?v=xJNs6L-fbH8

  18. Plusdepognon dit :

    Les personnels qui pilote l’habillement devraient se méfier, cela pourrait vite être confié à d’autres :
    https://forcesoperations.com/renouveler-les-petits-equipements-passe-aussi-par-leurope-et-lotan/

    Cela commence par un petit appel d’offres multi-national sur quelques effets froits très spécifiques et cela pourrait vite être la totalité des équipements…

  19. SB dit :

    C’est le moment de se pencher aussi sur les équipements destinés à nos collègues féminines, qui sont pour la plupart toujours conçus sur des standards masculins…Au XXI siècle, il serait temps de faire quelque chose.