Covid-19 : Le Sénat exige à nouveau que tous les militaires soient testés avant de partir en opérations

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

21 contributions

  1. pascalou dit :

    c’a évitera de déployer le virus

  2. pascalou dit :

    c’est une reflexion profonde ou un avis de specialistes éclairés ?

  3. petitjean dit :

    « un risque réputationnel » « ré pu ta tion-nel « ……………… ça ne s’invente pas !
    et ça vient de sortir !

  4. luc dit :

    « Les gendarmes ne sont pas des militaires comme les autres : une décision dérogatoire de la DGS vient de les autoriser à se déployer outremer quasiment sans préavis, sans pour autant passer dans la case quatorzaine.  »
    Et la Gendarmerie est un pourvoyeur de porteurs asymptomatiques du virus important …..

  5. la quille dit :

    « Ainsi, une centaine d’autres marins considérés guéris, qui auraient pu rentrer chez eux, ont fait le choix de rester pour l’heure en enceinte militaire »
    Avec des potes et de la bière fraiche.
    On a du café? On a des clopes? Que demande le peuple?

    • dolgan dit :

      Et ils n’ont pas madame et les gremlims dans les pattes. C’est le rêve de beaucoup de Français aujourd’hui.

  6. Buburoi dit :

    C’est évident qu’il faut réaliser les tests. Le problème qui n’est pas résolu, c’est d’avoir le matériel et le personnel. Pour rappel, en quelques années le personnel et les établissements du service de santé ont été divisés par deux; On fait donc appel aux établissements civils: à Paris et Marseille c’est réalisable. Ailleurs, c’est plus facile à dire qu’à faire, compte tenu de la pénurie.

    • PK dit :

      Merci Buburoi : réponse de bon sens.

      Ce genre de commentaire du Sénat rappelle les fanfaronnades de Micron 1er : « je vais… Il va y avoir… Je m’engage… Pour le X mai, il y aura…»

      Du vent, du vent, du vent.

      La réalité – le seul truc qui compte – est : la France, combien de divisions ?

      Combien de tests ? Combien de masques ?

      Tout le reste est de la littérature, pour ne pas dire de la vaseline…

      Mais les Français aiment bien la vaseline : ça fait 50 ans qu’ils élisent des gugusses qui leur mettent profond.

      Aujourd’hui, ils commencent tout juste à le sentir passer.

  7. Thaurac dit :

    Bien, mais n’empêchera pas la quarantaine pour les marins par exemple,avant le départ…à mon avis.

  8. Auguste dit :

    Et on a besoin que le Sénat intervienne?.Cela semble pourtant une mesure évidente de bon sens.Comme il était de bon sens de protéger d’abord les vieux, qui ont le moins de chances de s’en sortir.Comme il était de bon sens de protéger en premier le personnel médical et les agents en contact avec le public.C’est quand même un monde de voir,au début de l’épidémie,mon médecin,les pharmaciennes,sans masques,faute d’en avoir reçus, et l’épicier véreux ambulant en porter un,et « bec de canard » dernier cri s’il vous plait.Et on va ouvrir les vannes le 11 Mai,sans avoir des masques pour tout le monde.Bienvenue à la « deuxième vague ».Associée à la grippe saisonnière,bonjour l’hécatombe.

    • dolgan dit :

      C’est vrai qu’il est scandaleux que les médecins n’avaient pas de stock professionnel en début d’épidémie. Mais ce n’est pas faute d’en avoir reçu, c’est faute de ne pas en avoir acheté. ça devrait faire partie du matos de base présent dans chaque cabinet en permanence. Une boite FFP2 pour que le médecin se protège en cas de patient a risque et 2 boites de masques chir pour les distribuer aux patients contagieux +++ (et leurs famille eventuellement) avant leur réorientation vers un service spécialisé.
      .
      Si tous ceux qui devaient avoir des masques en stock en avaient eu, ça aurait été bien plus facile à gérer. Il y a une responsabilité collective.

      • tchac dit :

        Oui et d’ailleurs, quant il a été décidé de supprimer les stocks de masques nationaux (une erreur incommensurable), il avait été prévu que se soit les employeurs qui fassent des stocks. Alors oui le gouvernement a merdé et tardé, l’administration aussi sur ce sujet mais quand je vois parfois certains qui « pleurent » alors que cela est leur responsabilité (les EHPAD privé n’aurait pas pu garder une partie de leur CA pour acheter des stocks bien avant la pandémie !?). Et d’ailleurs certains médecins ont conservé les stocks de 2009 ou en ont fait (et sont moins dépourvus que les autres).
        Tout ça pour dire qu’il est trop facile de rejeter la faute sur l’état central (qui a clairement merdé certes) : où était les donneurs de leçon il y a 3 mois ? Préconisait t’il de faire des stocks de masques ? Et il ne s’agit pas de dédouaner le gouvernement (qui est évidemment responsable, mais est t’il coupable ? 🙂 ) mais de remettre les choses en perspectives.

        • Robert dit :

          Cela n’existe que dans les régimes totalitaires la responsabilité collective.
          2 boites de masques, ça fait deux jours, et avec des malades qui ne savent pas ne pas les toucher avec les mains, c’est compliqué.
          Mais un Etat qui choisit de dépendre de la Chine pour les approvisionnements, ne soutient pas par des achats préférentiels des entreprises françaises, certes il y a les règles européennes qui favorisent le mondialisme économique, qui ne cesse de tergiverser, de tenir des discours contradictoires, pour finalement culpabiliser les citoyens ordinaires en donnant des instructions aux force de l’ordre de laisser tranquille les autres, qui abandonne les vieux dans les EHPAD qui sont refusés dans les hôpitaux en cas de pathologie lourde mais dont on autorise la vente de Rivotril en ville connu pour accélérer le danger pour ces mêmes profils alors qu’un autre sédatif est réservé à ceux qui auront eu une place en hôpital, qui nie l’utilité des masques comme protection minimale avant d’envisager d’obliger leur port, etc, je crois qu’on peut dire que la gestion de la crise par ce gouvernement restera sûrement un cas d’école.
          Pour accéder à l’hôpital il me semble qu’il fallait présenter des symptômes et les messages anxiogènes quotidiens des politiques et gros médias ont eu comme résultat de vider les cabinets en ville, de retarder parfois trop tard des opérations et consultations sérieuses.
          Sans oublier les charognards idéologiques qui ont tourné en boucle sur tous les gros médias, Axel Kahn, Jacques Attali, dont les propos scandaleux devraient relever de la correctionnelle.
          Oui, on en reparlera de la crise

  9. blavan dit :

    Si on veut être sur de ne pas envoyer en opération un militaire « contaminé », il faut tester, confiner 15 jours , retester en fin de confinement , et a priori cela devrait suffire. En tous cas un seul test est inefficace puisqu’il ne prend pas totalement en compte la contamination qui se développe.

  10. simoun dit :

    un test n’a pas de sens sans quarantaine préalable. On peut tout à fait être testé négatif pendant la phase d’incubation avant d’être excréteur de virus. Test négatif, départ OPEX et excrétion quelques jours plus tard. Ce n’est en aucun cas une garantie. Vu le nombre de porteurs asymptomatiques, le dépistage du cas index est très aléatoire et vous ne commencez à prendre conscience des premiers cas au mieux lors de l’apparition de cas secondaires au bout de 10-15 jours.
    Tester oui, mais ça n’empêchera pas une quarantaine. Un test à l’entrée pour éliminer de la quarantaine les excréteurs et un en sortie pour vérifier l’absence d’asymptomatique.

  11. luc dit :

    « Test négatif, départ OPEX et excrétion quelques jours plus tard » oui avec la mise en oeuvre d’ une chaine « virotechnique » sur la zone avec un retard à la détection aléatoire …… Si la charge( virale) est importante… la dissémination se fera rapidement une vraie réaction en chaîne